Skip to main content
Internet Archive's 25th Anniversary Logo

Full text of "Contes dau villagi: legendos, récits eme d'autreis peços en rimos prouvençalos, parlar dau ..."

See other formats


Google 



This is a digital copy of a book that was prcscrvod for gcncrations on library shclvcs bcforc it was carcfully scanncd by Googlc as part of a projcct 

to make the world's books discoverablc onlinc. 

It has survived long enough for the copyright to cxpirc and thc book to cntcr thc public domain. A public domain book is one that was never subjcct 

to copyright or whose legal copyright term has expircd. Whcthcr a book is in thc public domain may vary country to country. Public domain books 

are our gateways to the past, representing a wealth of history, cultuie and knowledge that's often difficult to discovcr. 

Marks, notations and other maiginalia present in the original volume will appear in this flle - a reminder of this book's long journcy from thc 

publishcr to a library and fmally to you. 

Usage guidelines 

Googlc is proud to partncr with librarìes to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to thc 
public and wc arc mcrcly thcir custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing tliis resource, we liave taken stcps to 
prcvcnt abusc by commcrcial partics, including placing lcchnical rcstrictions on automatcd qucrying. 
Wc also ask that you: 

+ Make non-commercial use ofthefiles Wc dcsigncd Googlc Book Scarch for usc by individuals, and wc rcqucst that you usc thcsc filcs for 
personal, non-commercial purposes. 

+ Refrainfivm automated querying Do nol send aulomatcd qucrics of any sort to Googlc's systcm: If you arc conducting rcscarch on machinc 
translation, optical character recognition or other areas where access to a laige amount of tcxt is hclpful, plcasc contact us. Wc cncouragc thc 
use of public domain materials for these purposes and may be able to help. 

+ Maintain attributionTht Goo%\'S "watermark" you see on each flle is essential for informingpcoplcabout thisprojcct and hclping thcm lind 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it legal Whatcvcr your usc, rcmember that you are lesponsible for ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just 
bccausc wc bclicvc a book is in thc public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countrìcs. Whcthcr a book is still in copyright varies from country to country, and wc can'l offer guidance on whether any speciflc usc of 
any speciflc book is allowed. Please do not assume that a book's appearancc in Googlc Book Scarch mcans it can bc uscd in any manncr 
anywhere in the world. Copyright infringement liabili^ can be quite severe. 

About Google Book Search 

Googlc's mission is to organizc thc world's information and to makc it univcrsally acccssiblc and uscful. Googlc Book Scarch hclps rcadcrs 
discovcr thc world's books whilc hclping authors and publishcrs rcach ncw audicnccs. You can scarch through thc full icxi of ihis book on thc wcb 

at |http://books.qooqle.com/| 



i^n 



CONTES DAU VILLAGI 



1 



MONTPELLIER. — IMPRIMBRIE GRAS 



CONTES 

DAU VILLAGI 

LEGENDOS, RFXITS 

D-ADTREIS PECOS EN RIMOS PROUVENÇALOS 

PARI:AK DAU TEHRADOU DE MARSII.HO 

SDivi d'uk olooussari 

PEB m BASTIDAN 

J. F. R^^^D; M." "'^' 




MARSILHO 
ÌIHHARIE PROUVENÇALO BOY Eï FIICOU 



^ ^ • • • 



ÇX -^* 






PROLOGUO 



Vautres qu'aimaz leis contes que fan rire , 
Escoutaz-mi , vous regalarai d'un 
Que troubariaz, mi songi , dau bouen grun» 
Se mi sentiou proun gaubi per lou dire ; 
Mai ben countar es pas fouesso coumun , 
Et per ma part d'abord , vous avertissi 
Qu'aqueou talent l'ai gaire à moun servici. 
Ah! se l'avioul vous proumetti au segur 

Que n'ausiriáz de verd et de madur 

Parlariou tant que n'auriou la pepido , 

1 r •/ \ 



PROLOGUO 

Vo ben ma lingiio à la mita gauvido 

De restar brel courreriou lou daní^er ; 

Mai que voulez î siou qu' un home d'aissado : 

Moun parauli si sente dau mestier; 

M'istariet mies de menar ma cambado 

Que d'enreguar de mots a bout parier, 

Que proun souvent van touteis de coustier ! 

S'entandaumen moun conte vous agrado ; 

Se pau vo proun siaz countents dau premier 

D'autres vendran : leis ai sus lou chantier. 

Es proun verai ; mi plasi au badinagi, 

Mai badinagi houneste , entenden-si : 

S'a tems perdu de coous que Ta m'assagi , 

En m'amusan de vous faire un recit; 

Em'attentien espurgui moun Hngagi , 

Fachar degun es moun premier souci. 

Din meis discours teni q'à la nettici 

Tachi mouien de fugir la brutici 

Mi voudriou mau de Taguer pas ruissi. 

Enfm tant vaut qu'à moun sort m'abandouni 

Prendrez meis vers taus que soun, vous leis douni 



LA SISAMPO 



LA SISAMPO 



CONTE 



Ero din l'hiver, 
Lou jour s'enanavo , 
Lou mistrau boufifavo 
Em'un tems cubert , 
Et gièlavo en lèr ; 
Apres sa journado 
Lou vielh Meste Arnaud 
Arribo à l'houstau, 
Quitto soun aissado, 
Et dau fugueiroun 
Gerquo lou cantoun. 
Bouen Diou f que sisampo I 
Dis en s'assetan, 
Cresi qu'ai la rampo. 
que tems michant I 
Giget soun enfant, 
Bouen pitouet, peccaire ! 



4 LA SISAMPO 

Mai deis proun espes , 
Demando à soun paire 
La sisampo, qu'es? 
Lou paire, per rire, 
Si mette à li dire: 
Esta nuech , moun fiou , 
Aganto un fusiou ; 
Puis din uno auriero 
Vo ben dessus liéro 
N'as qu'à ti tenir ; 
Mounto ben la gardo ; 
D'apertout regardo : 
La veiras venir. 
Pas pus leou qu'espincho , 
Engauto-ti , guincho , 
Et dau premier coou 
L'estendras au soou. 

Entantou si fet nuech ; Giget, plen de simplesso,. 
Aviet pres leis resouns de soun paire au serioux, 
Et tout que gaire fin ero au mens tant curioux , 
Que de tuarla sisampo aurièt fach Tescoumesso , 
Meme que leis mouments li semblavoun tardioux. 
D'enterin tout anet coum'a la coustumado : 
Feroun, après soupar, uno longo vilhado; 



LA SISAMPO 

Puis Meste Arnaud diguet : Miejò nuech a souena ; 
Seriet tems dedourmir; fenissen la charrado. 
Es alors que Giget, finqu'au naz boutouna, 
S*enfonço lou capeou per dessus la visiero , 
Arrapo lou fusiou , si lanço à la carriero, 
Et laisso aquit lou brave home estouna . 



D'uno ardour brulanto 
Giget pousseda , 
Sus liero si planto 
Fier coum'un sourdat; 
D'abord de tout caire 
Regardo eme fuec ; 
Mai noun vis , peccaire ! 
Ren venir d'en luec. 



Es en sentinello 
Despuis quauque tems , 
Batte la semello, 
Fa cantar leis dents ; 
Enfin la bousquièro 
Lou trepano tant , 
Qu'a l'entour de l'iero 
Parte en caminan. 



LA SISAMPO 



Gamino, et ia suro 
Li coupo leis bras , 
Chaspo sa fíguro 
Sente plus soun naz ; 
Lou fred lou descouero, 
N'a ni man, ni ped, 
Et d'estre defouero 
Li pren lou regret. 

Gresi que moun paire 
Juego de soun fìou ! 
Es pa'n tour à faire 
Per ma fe de Diou î 
Moun ami , descampo : 
T'an pres per un ai ; 
Tuaras la sisampo 
S'uncoou venes mai . 



Es d'aqueou biai qu'entre dents jargounavo, 
Lou coumpaire Giget , lou milhour deis pitouets ; 
De s'estremar enfîn si decidavo ; 
Soun fusiou même desarmavo, 
Maucountent et gielat piegi qu'un cagatroues. 
Quan , ô que Guro 1 ô merevilho ! 



LA SISAMPO 7 

De vers eou vis pareisse un objet souloumbrous 

Quauqu'aren de negre, d'afFroux I 

Vaquit Giget sus d'un ginoux; 

S'engauto, quicho, lou lamp brilho, 

Lou coou peto I tout d'un tenen 
La sisampo es au soou ; din lou meme inoument 

Giget basselavo à la pouarto : 

— Moun paire ! duerbez-mi . . . moun paire I venez leou 

"Venez leou ! . . . la sisampo est mouarto: 

L*ai jittado sus lou carreou ! 

— Laisso m'istar gros duganeou ! 

Aquelo si que seriet fouarto : 
Passo la rego de Miqueou 

— Passo ce que voudrez. . . mais vous diou que l'ai tuado. 
L'as tuado ! taiso-ti grosso besti embraïado 

— Grosso besti 1 pas mau 1 

Eh ben ! se va voulez pas creire, 

Abraz vouste fanau , 
Sieguez-mi : vous la farai veire . 

Aro, figuraz-vous un paucTestounament, 

Et la doulour, et la coulero , 
D'aqueou paure paysan, quan, senso mouvament, 

Viguet couchado sus la terro 
La sisampo ! qu'aviet reçu lou coou mourtaou . . 



8 LA SISAMPO 

Lasisampo ! que diou ! li siou plus iou tant pauc , 
Quan viguet per lou soou, redo, fasen la paumo, 
Lou pus clar de soun beo , soun pus fouart capitau , 

Tout soun espoir : sa vieilho saumo I 

Lou brave home, d'abord , li pren lou tremouelun , 
Et puis de mouriments , et puis lou badailhun ; 
Vous aurietfach pièta de veire aquélo mino ! 
Giget, tout trejielat, lou cargo sus l'esquino , 
S'en courre à la bastido. Uno fes din lou liech , 
Lou brave Mestre Arnaud prenguet mai vigourie. 

Se moun recit semblo pas veritable 
N'en pouedi pas de mai; Tajusti, soulament, 
Que la saumo auriet pas quitta soun lougeament 

S'aguessoun ben sarra l'ostable . 

Enfin li metti plus qu'un mot : 
Que juego em'un fada si po.)u troubar capot. 



LA POOU 



CONTE 



La fregeo nuech, souto sa negro raubo, 
Goum'uno tendo encabanavo tout ; 
Ero pas mai d'uno houro davant Taubo , 
Lou tems pus sourn que la gorgeo d'un loup 
Entantou, Jean l'aissadoun sus l'esquino, 
L'ajo cenchado à Tentour de seis rens , 
Anavo querre à la couelo vesino 
Un fai de boues per far caufar seis gens. 

Ero en camin despuis uno passado 
Quan Tes d'avis qu'entende sus sa piado 
Un pichoun brud ; si viro tout dun coou ; 



10 LA POOU 

D'aicit, d'aila , regardo tant que poou ; 
Ni per aquot; la nuech ero troou soumbro : 
Ren si vesiet! Es quauquo marrid'ouinbro 
8i penso Jean ; siègue ce que Diou vooutl 
8e vous cresiaz qu'aguesse ges de poou 
Vous troumpariaz. Per si dounar couragi 
Parlavo ensin ; et de doublar lou pas ; 
Et d'alloungar toujours mai lou coumpas : 
Et la susour que bagno soun visagi , 
Va cresi ben I lou brud que lou seguiet 
Goum'uno serp à Taprès li veniet ! 
Ah I brave Jean ! la gagnes la civado ! 
N'en poudiet plus ; l'éstouma li battiet. 
Arribo enfin au d'haut d'uno mountado; 
S'aplanto, escouto; et gueiro d'àpertout ; 
Ren s'auveplus; soun couragi es au bout 
L'esfrai lou pren ; long de la descendudo 
Au grand galop si lanço à la perdudo; 
Counnouiplus ren, ni camin ni dangier, 
Et fa de bounds piègi qu'un chin lebrier ; 
La malo poou l'aviét douna leis alos 
Quan juste , recebe entre leis doues espalos 

Un coou brutau I jitto un cris, et subran 

Lou malhuroux aguet feni de courre: 
Leis bras duberts , la testièro en avant 



LA POOÍI 11 

Dins un avausse anet piquar de mourre 
Entrcmounit , quasi mouart d'espravant . 

Manquara pas de gens que mi diran : 
Vaqui , ma fisto l un tour abouminable ; 
Mai qu'e bouenan Tanavo ensin d'après ? 
Quauque taloun va deviet faire esprès 1 
Un mas, bessail qu saup ? bessai lou Diable? 
Hau I taisaz-vous ; voulez que tant matin, 
Per trebouelar un pauremiserable , 
Aqueou banard si mettesse en caminl 
Per esto fes veirez qu'es pas coupable 
Et cerquez plus : anan estre à la fin. 

L'aubo pareis , sa clarta matinièro 
En si levan a coucha la sournièro, 
Et pauc à pauc arribo lou grand jour : 
Resto plus ren de touto aquelo hoourrour ; 
Hen franc de Jean amourra din la bauquo 
Et que finqu'aro a plus haussa lou naz ; 
Mai puis es tems de sourtir d'embarras 
Et lou vaqui qued'aise si destrauquo; 
Per coumençar chaspo de cado man 
Sus leis ginoux si riege en tremouelan , 
Freto seis uils , si gratto , s'esparpailho , 



12 LA POOU 

En vian lou jour Tes d'avis que pantailho, 
Si dreisso enfin ; puis au bout d'un moument 
En si viran vis eme estounament 
L'affrouso serp couchado din la drayo , 
Et que fa plus lou mendre moouvament. 

Aquelo serp ero tout simplament 

La longo couardo à seis rens estacado, 

Que, pauc a pauc s'esten devirautado, 

En tirassan aviet segui seis pas . 

Jusqu'au moument que per un bound lançado 

Sus lou coulet d'aqueou paure diablas 

Dins uno tousquo avie toumba de nas. 

Vaqui segur un conte ben estrangi 

Et dirai pas que siet la verita ; 

Tant qu'â l'hounour de l'aguer inventa 

A Jean soulet n'en reven la louangi; 

Se per'aquot louangi a merita, 

Lou teni d'eou coumo vous l'ai counta 



LEIS TRES QUESTIENS 



CONTB 



Aquesto fes vau countar uno histori 
Que francamen n'a ni testo ni quoue ; 
Leis gens, bessai, diran que la baboue 
Mi rouigo tant que perdi la memori ; 
Mai m'es egau : ce que leis uns diran 
Esperi ben que d'autres n'en riran 

Encianament à n'un villagi 
Que mi souveni plus dau noum, 
Avien per capelan un home simple et sagi, 
Bouen coumo Job, pas fier, senso façoun ; 



14 LEIS TRES QUESTIBNS 

Menavo soun troupeou senso fouit ni bastoun. 
Ero aima de cadun. Tanben subre semano 
Quittavo souvent clastro, em'un libre à la man, 
Per faire sa visito en quauque bastidan : 

— Diou ça siet, mesté Pierre ! Eh, bouenjour, tanto Jeanno ! 

— Benvengut, nouste Priou ! Lou brave Gapelan 

Li semoundiet la priso en s'assetan , 
Et dau charrar durbiet l'endano : 

— La recorto sera segur boueno aquest'an ! 

L'aura de pailho emai de gran. 
Se Diou nous gardo de chavano 
Auren pas fauto de bajano : 
Leis favos, leis faiooux, leis çezes dounaran. 

Quan veniet lou tems deis cauquados 
Aquit manquavo pas soun coou ; 
Eroun longos leis proumenados 
Et gaire courtos leis charrados : 

— Ailavau l'a de nious avant nuech segur ploou, 
Gresi que fariaz ben d'estremar voust'ieroou. 

— Mai, moussu lou Gura, la pailho es pa'nca lesto. 
Et fa pa'n peou de vent! — De vent, n'aurez de resto, 
Appararez deman un reves de mistrau 

Qu'embalara gran et respau. 
Per vendumi et semenço ero la memo cavo , 



LEIS TRES QUESTIENS 15 

En touto sesoun en tout tems , 
Dounavo de counseous , avertissiet leis gens ; 

Ero rare quan si troumpavo , 
En Tescoutan tout lou mounde badavo. 

Mai pas pus leou que s'enanavo 
Auriaz ri de bouen couor de seis resounaments . 

— Nouste Moussulou Priou . de que part que va prengue, 
Es un home deis bouens , saup tout , divino tout ; 

X'a ges d'armanac que li vengue ! 
Qiie n'en diaz ouncle Jeán ; vous qu'avez vis lou loup ? 

Vous qu'entendez à la litturo 
Et que cantaz em'eou lou Diminge au lutrin? 

— Ah 1 fasiet Touncle Jean , l'es aisa d'estre fin ! 

Moussu lou Priou saup lou latin , 

Et leis mascs quan leis esconjuro 

Eou li parlo jamais qu'ensin ; 

D'aquit va coumprenez de resto , 
Ce que saboun va saup ; tenez-li ben damens , 

En caminan toujour s'ancsto , 
Fuilheto soun gros libre et puis parlo entre dents. 

— Es pas faux , l'ajustavo uno vieilho coumaire ; 
S'es pas sourcier , s'en manquo bessai gaire. 

Aqueleis capelans soun d'homes tant savents ! 
Et lou paure cura , peccaire ! 
Passet per masc. . . per masc ! . . . moussu lou Priou ! 



16 LEIS TRES QUESTIENS 

Restaz gielats I mai que siou perli íaire 
Boutaz : li metti ren dau miou. 



Lou signour dau pays, alors cade terraire 
Per forço, vo per bouen himour, 
Ero soumes à n'un signour, 
Lou Signour va sachet; coum'ero un talounaire 

Et qu'aviet ren à faire 

Aguet vite delibera 

De mandar querre lou cura. 
— Moussu lou Priou , siaz un home de scienço 

Et de talent , aquot si saup per tout 

— Oh ! Mounsignour, pardon ! — Dounaz-vous de patienço 

Laissas-mi dire jusqu'au bout. 

Lou fet es que dins la countrado 

Leis gens vous fan la renoumado 

D'estre un home couma n'a ges : 

Qu'en ren jamais siaz entrepres ; 

Et, per va tout dire à la fes, 
Passas per masc I — Per masc I ô Yiergi Maire I 
Que leis gens soun marris 1 — Anen, Moussu lou Priou , 

Sabi que siaz pas per mau faire ; 

Mai voix de pople, voix de Diou ; 
Et coumo lou merite aimi pas que s'escounde, 
Afin de n'cn jugoar voueli tout soulament 



LEIS TRES QUESTIENS 17 

Vous pausar tres quesliens ; leis veici clarament : 
Voueli saupre, premieramen, 
Ount'es just lou mitan dau mounde ? 
En segoun luec, metten qu'a n'un besoun 
Vous troubessiaz au cas de pagar ma rançoun, 
En que pres la mettriaz ? Enûn, per l'accabado, 

Faut que devinez ma pensado. 
Va qui meis tres questiens ; li dourmirez dessus : 
En mi renden resoun vous darai cent escus, 
Touteis en or; leis viaz , soun sus la taulo ; 
Li restaran jusquo que tournez mai. 
Poudez countar sus ma paraulo. 
En fínissen ajustarai 

Qu'aicit vous esperi divendre ; 
Tachaz mouien de li vous rendre, 
Que se perfes v'ooublidaviaz 
De segur vous n'en pentiriaz. 

Aro emmaginas-vous un pauc de que manièro 
Aqueou discours trebouelet lou cura : 

Lou signour s'ero retirat 
En lou laissan plantat sus la cadiero, 
Lou visagijjtout devirat 
Et leis bouquos coulour de ciero. 
— Mai que bouenan m'arribara ! 

2 



18 LBIS TRES QUESTIENS 

Qu m'auriet dich cavopariero! 
S'escridoloumesquin.d'un toun despouderat ; 
Puis dounaz de counseous à nun pople imbecile , 

Tachaz mouien de l'estre utile, 

Aquit coumo vous pagara, 

Din lou pays cadun dira 

Qu'eme lou Diable avez fach pacho ; 
Foudra que lou Signour vous va jitte à la facho, 

Et puis Diou saup coumo tout fenira. 

Quand es aubout de sa jeremiado, 

Tres coous plus longo au mens de ce que diou , 

La vigourie reven à nousto Priou ; 

Si dreisso et parte à l'enrabiado 

De Clastro enrego lou camin ; 

A l'endrechiero dau mouhn 

Entende uno voix que lou soueno ; 

— Ounte anaz coum'aquot ? que vous es arriba ? 

Semblo que venez dau sabat? 

— loul veni dau sabat! m'en countaz uno boueno! 
Per que parlaz ensin?qu siaz?respondez-mi? 

— Qu siou , fa lou moounier , siou pas vouest'ennemi ^ 
S'en manquo ben ; mai se vous poudiaz veire 

Avez un er qu'es pas de creire. 
Alors lou Gapelan. huroux de Tauccasien, 



LEIS TRES QUESTIBNS 19 

Li detailho au long soun affaire 

D'un er à dounar coumpassien. 

— Anen , anen , laissaz-mi faire ; 

Sabi ben que siaz pas sourcier , 

Repliquo lou moounier; 

Toutun s'aquot vous embarasso 

S'atrobo qu'ai besoun d'argent, 
Et voulentiers m'arrisqui à vousto plaço, 
Mais que deis cent escus mi vougues far present. 
Jugeas se lou Gura sieguet vite counsent. 

Lou divendre ínatin, en ausen la Campano, 

Lou moounier parte doou moulin ; 

Es à Glastro de grand matin : 
— Moussulou Priou, vengue vousto soutano, 

Vousteis lesquos , vouste capeou , 
Leis basses, leis souliers; pouergez-mi vousto cano. 

Lou pus fin ben souvent s'engano : 
Sabi quauqu'un que s'enganara leou ; 

Anaz veire coumo siou beou l 
Lou Gapelan saup plus de que biai va deou prendre , 
D'aqueou tems lou moounier s'avanço dau fourneou, 

Pren uno junchado de cendre 
8e n'en freto lou mourre et, senso ren entendre, 

S'encamino drech au Casteou 



20 LBIS TRES QUESTIENS 



— Holà! qu'es quelà de nouveou? 
Fet lou Signour, que roupilhavo encaro, 

Que vous pren tant matiu de revilhar leis gens ? 
— Excusaz-mi, Moussu, s'appren au mau de dents 

Touto la nuech ai fach tantaro 

Et siou leva despuis longtems. 
En 11 parlan ensin Thome de la farlno 

D'un moucadou si tapavo la mino. 

— Tant pis , fa lou Signour , aqueou mau fa &ouffrlr, 

Mai per bouenhur fa pas mourir. 
Et que bouen vent aicit vous meno? 

— Goumo I vous n'en souvenez-plus I 
Veni querre leis cent escus ; 
Boutaz , m'auran dounat proun peno. 

— M'en souveni , es verai , mai Ta leis conditlens ? 

— Siou vengu per respondre en touteis lels questlens. 

— Alors anan de suito abourdar la premlèro : 
Dau mounde m'anaz dire ounte es lou just mitan? 

— Es din lou ben de Meste Jean, 
AiJavau mème au ped de la figuièro, 
A man senequo en arriban àl'ièro: 

Y'al carculat cent fes, va poudez mezurar. 

— Osquo ! fa lou Signour, aquelo es ben troubado! 
La segoundo, bessai, sera pas tant aisado ; 



LEIS TRES QUESTIENS 21 

Pas mens perque li siou, m'en Toueli assegurar , 

En que pres m'estimaz? — Es toujours difficile 

De dire au clar la veritat 
Eis gens de vouestro qualita , 
Mi coumprenez ? — Poudez estre tranquille ! • 
Aguez pas poou ; parlaz. — Eh ben ! alors li siou : 
Siaz un home de prex ; mai siaz pas lou bouen Diou ; 
Et lou bouen Diou , quan lou venderoun, 
Sabez Targent que n'en tireroun ? 
Trento denièrs .. . . vo dous soous et demi. 
Se mi troumpi , reprenez-mi ; 
Ensin tout ce que pouedi faire 
Es de vous mettre à sieis liards, vo dous soous I 

— Bouen proun vous siet, Moussu lou Devinaire; 
Lou coumpUment es segur deis pus noous ; 

N'auriet just per croumpar mièch cent de caragoous ; 
M'aviaz paz dich qu'erias tant galegeaire ! 
Mai fenissen aqui dessus 
Viguen se sauprez ma pensado? 
— Boutaz , boutaz , l'aurai leou devinado , 
Premier, daumens l'a toujours leis escus ? 

— Soun aquft prochi vous ; an pas pres la vouelado. 
Pas pus leou dich nouste faux Gapelan 

Sus lou rouleou mando la man ; 
Vers lou Moussu viro mai sa façado; 



22 LEIS TRES QUESTIENS 

8i la touerquo et li dis d'un er assegura : 

— Moussu, vouesto pensado es que siou lou Gura ; 

Eh ben I regardaz-mi loumourre , 
Siou lou Moounier ; leis escus soun per iou I 

Ai rhounour de vous dire adiou ; 

Et tout d'un tems si bouto à courre. 

Lou Signour si creseL d'aguer fach un patailh ; 
M'an pas dich se s'endourmet mai. 



LA FREMO MUTO 



CONTE 



A n'un endretde la Prouvenço, 
Entre Manosquo et Sisteroun, 
Et pas luen deis bords de Durenço , 
Endret ounte leis fremos soun 
Mai qu'en luec autre renarellos , 
Barjaquos , vivos , cridarellos : 
Gavo qu'arribo raramen , 
Din lou terradou de Marsilho, 
Ounte tant maire coumo filho, 
De coustumo dien jamai ren, 
Vo toujours parloun pausament. 



24 Lx\ FREMO MUTO 

Dounc, en aqueou certain villagi, 
Renoumena per lou tapagi, 
Que de longo leis fremos fan, 
Un brave pitouet nouma Jean 
Sounget de si mettre en meinagi ; 
Aviet de ben , aviet d'escus , 
Aumens tant coum'un chin de nièros , 

Et coumpreniet que deis pus gèros 

Deviet pas creigne lou refus ; 

Mai Jean counnaissiet troou seis us , 

Et per noun aguer de disputo , 

Ni de lagno, ni de tracas , 

Si decidet, per vioure en pax , 

De la prene que fousse muto. 

Aicit fouesso gens mi diran 
Qu'en fen ensin aqueou marchand 
Sieguet un mestre carculaire, 
Et n'a que s'ero encaro à faire, 
Bessai prendricn cisemple à n'eou : 
Per malhur lou milhour counseou 
Ven quan avez clava la pacho ; 
Entantou laissen ce que facho 
Parlen de Jean, qu'es marida. 



LA FREMO MUTO 25 

Loii bouen Diou l'a ren ooublida , 
Degun de pus counten sus terro ; 
Ges de carrello, ges de serro, 
Segur d'estre jamai crida 
A tout ce qu'aviet demanda ; 
Mai loumouien d'aver la guerro 
Ij'a treis mes qu'a manquou bada 
A l'er de faire penitenci, 
Et semblo un loup aprivada ; 
S'aquot duro vendra fada : 
Toujour vioure din lou silenci , ' 
Parlar jamaique per signau! 
L'a de que fugir de l'houstau 1 
Tanben, Jean n'a tant de pentenci 
Que parte un jour de bouen matin 
Per counsultar lou Medecin. 

Bouenjour, Moussu ! — Té Jean I que novo I 
Miracle de ti veire aicit ? 

— Moussu ! . . siou malau de souci. 

Vous vaut dire coumo s'atrovo. 
Et de suito lou paure fleou 
Li degoubilho soun histori , 
Li despinto soun languitori ; 
Puis, en accaban lou tableou, 



26 LA FREMO MUTO 

Li dis : De faire aquelo vido 
M'estegnirai coum'un calen ; 

8e veniaz jusqu'à la bastido 

Bessai qu'eme vouste talent 
Fariaz un pauc parlar ma fremo 
Venez ! . . . que faren routo ensem I 

Partoun teis dous , à Phouro mêmo, 
Arriboun; tout aquot va ben. 
Quand si soun pausas un moument 
Et que la muto es assetado, 
Pas pus leou la mesquino bado : 
Lou Dooutour, de soun estilet 
D'un coou li coupo lou íìlet. . . 

— M'avez fach mau ! . . . subran s'escrido 
La fremo touto espaloufido ; 
M'avez fach mau I. . . mai . . . se si poout. . . ! 
ParU I te ! parii I lou beou coou ! 
Parh 1 parli I moun Diou, que graci I 
Parli , moussu ! faut que v'embrassi. 
Parli ! parU 1 moun brave Jean ! 
Parli; si languiren plus tunt. 

Lou megi risiet ; Jean fougnavo, 



LA FREMO.MUTO 27 



Espantat d'ausîr tant de brud ; 
Et la fremo toujours parlavo 
Piegi que s'aguesse begut : 
Recoubravo lou tems perdu. 
Auriet souena trento campanos, 
Trento tambours aurien battu , 
Que si seriet ren entendu. 
Enfín , au bouide treis semanos, 
Lou paure Jean, tout regrettoux, 
Au Medecin a mai recours : 
— Fez-la taisar, Moussii, v'en pregui! 
Fez-la taisar î Grand Diou ! que croux í 
Moussu I vous n'en pregui à ginoux. 
Fez-la taisar ! senoun mi negui : 
Viaz ben que siou troou malhurouxl 

— De faire parlar uno muto , 

Dis lou Dooutour, s'es vist souvetit; 

Mai lou cas es tout different 
Quan uno fremo es bazaruto , 
La far taisar! coumprenez ben 
Qu'aquit ges d'home li poou ren ; 
Pamens, se mi voues laissar faire, 
Sabi un remedi bouen et court : 
8e voues te farai venir sourd. 



28 LA FREMO MUTO 

— Daise , joouse I fet lou coumpaire , 
Aiçot demando reflessien ; 
D'estre sourd m'en soucite gaire 

— Moun bouen , là plus qu'aqueou mouien 
Per ti pousquer tirar d'affaire. 

Jean , d'abord , n*en fet pas vejaire 
Mai puis creset lou Medecin 
Et restet sourd coum'un toupin. 

Au J)Out d'un tems moussu lou Megi 
Ven demandar lou pagament ; 
Mai Jean es sourd : entende ren I 
Lou demandaire, pres au piegi, 
Si pimo à li faire de gests. 
Davant d'eou deviro seis pochos, 

Li crido que fara proucès 

Jeanl li fa d'uilhs coumo de bochos 

Et l'autre es ben din Pembarras ; 
L'argent l'es fouesso necessari : 
De plaidegear es pas lou cas. 
Alors, per tirar soun salari, 
Rendet mai l'ausido au paysan. 

Qu sieguet counten ? Sieguet Jean ; 



LA FREMO MUTO 29 

Jean, qu'a recoubra soun ausido, 
Pago lou medecin comptant. 
Dau tems que si toquoun la man 
La fremo ven , la fremo crido ; 
Lou Diable es mai din la bastido 
Eou si sauvo plen d'espravant. 

Esto fes n'aguet per sa vido , 
Aguet bello virar , tournar ; 
Aguet bello si chagrinar; 
Sa peno li restet la memo. 
Aquot provo qu'en fet de fremo 

Vo de tout autro maladié 

Va faou passar coumo que siet. 



MISERO 



LEGENDO 



Meis bouens amis , l'hiver, encaro un coou, 
A nousteis bens tourno faire la guerro, 
Brinos et geoux de soun triste lançoou 
Cade matin tapoun pertout la terro, 
Et lou pays semblo vesti de doou. 
Huroux aqueou que coumo la foumigo 
A recampat din la boueno sesoun 
Deque si mettre a rabri dau besoun I 
Jouisse alors deis fruits de sa fatigo, 
Et quan fa fred gardo lou fuí^çueiroun. 



MISERO 31 

Mai lou mesquin que la miseri trouesso , 
Que tout beou just trobo au bout de seis bras 
Proun per garnir soun fanau que s'amouesso 
Goumo fara per sortir d'aqueou pas ? 
N'en sabi ren ; pareis que sus la terro 
S'es toujours vist de peno et de misero 
Et Jou passat se mouestro l'avenir : 
Aqueou cbantier deou pa'ncaro fenir. 
Despuis longtems la cargo va de caire 
En qu s'appren ? Se voulez escoutar 
Un conte ancian que mi disièt ma maire 
Li troubarez lou noux d'aquel affaire ; 
Gounte deis bouens I que senso iou vantar 
Pus vertadier douti que n'ague gaire. 

Tems passat, lou bouen Diou souvent ero en camin ; 
Un coou qu'eme sant Pierre anavoun faire viagi , 
La nuech leis dessoutet dins un endret sauvagi : 
Ges d'houstau , ges d'abri, pas l'oumbro d'un vesin, 
Soulets, las et louventre prin , 
Si sentien mourir lou couragi, 
Elli semblavo long d'esperar lou matin 
Senso soupar , defouero, à la fresquiero; 
Quand tout d*un coou din la sourniero 
Sant Pierre entreviguet uno feblo clarta : 



32 MISERO 

— Mestre, passaren pas la nuech à la carriero! 
Alin si vis un lumé ; anen d'aqueou cousta. 

Subran, maugra rescurita, 
Uno boueno voouto avanceroun ; 
Davant uno cabano à la fin arriberoun : 
Piquoun ; un paure vieil , tout clin , tout mau bastit, 
Dezanzat, pingre , mau vestit , 
Eme la barbo touto blanquo, 
Si levo , despouvo la tanquo , 
Pareisse sus la pouarto et li dis : — Braveis gens , 
Ounte anaz coum'aquot, tant tard. d'aquestou tems? 
Que demandaz ? — Voudrian la retirado, 
Li respouendoun leis dous perdus ; 
Sian tout plen las , n'en pouden plus ; 
Vous pagaren nousto couchado 
Et la soupado, 

Pergraci vous va demandan, 

Remisaz-nous jusqu'à deman ? 

— Eh ben 1 intraz ; mettez-vousà la sousïo, 
Li dis lou paure eme bounta ; 

Vous lougearai maugra ma paureta , 

Mai capitaz paz ben : ai de mouceoux de crousto 
Que m'an douna per carita, 



MISERO 33 

Eme quauqueis trouecs de froumagi 

Qu*ai rebailhat din lou villagi , 
Enca , basto proun n'ague. . . . En parlan coum'aquot, 

Sus uno taulo que brandavo, 

Mettet leou soun maigre fricot ; 
Leis vouyageours, qu'avien lou ventre que renavo, 

Si fagueroun pas mai pregar 

Et s'entreineroun à rouigar : 

Pan et froamagi, tout l'anavo, 

Et dur que dur tout li passavo ; 

Nettegeroun lou rastelie, 

Nes couberoun tant que n'aviet. 

Gresien eníìn d'aguer fach plaço neto 
Et s'anavoun haussar, quan tout d'un coou lou vieilh 

Lâ presentet sus uno sieto 

De peros d'un er sans pareil, 
Dignos de figurar sus la taulo d'un Rei. 
De si veire un dessert tant fresc, tant agréable, 
Resteroun touteis dous ravis un long moument. 

Aqueou paure home caritable 

Leis remplissiet d'estounament 

Et l'y n'en feroun coumpUment. 
- Voudriou, U fa lou vieil, v'en oouffrir d'avanlagi ; 

Mai leis pilhards dau vesinagi 



34 MISERO 

Quan li siou pas venoun faire bouiroun , 
Mi deverdegoun tout, mettoun toutau pilhagi, 

Si trufoun de moun agi 
Et de seis soubros viaz la mouestro et lou mouloun. 

Apres soupa sus de bauquo secado 
Si coucheroun à n'un cantoun, 
Per faire qu'uno courdurado : 
Es verai que n'avien besoun. 

Lou lendeman matin cadun pren mai sa biasso, 

Sa cougourdeto et soun bastoun , 
Etcoumoero dejuste avant quittarla plaço 

Qu'ouffrisseroun lou pagament ; 

Mai l'hoste vouguet ges d'argent ! 

Toucas d'un tant bouen sentiment , 

Leis estrangiers alors si declareroun 
Et si noumeroun. 

— Formo quauque souhet, digo ce que ti plai, 

Et subran ti v'accordarai, . . 

Diguet Jesus à l'hoste serviciable. 

— Mestrel siou tant counfus que n'augi pas badarl 
Touto ma vido ai viscu miserable 

Et Misero es moun noum ; et lou voueli gardar 
Finquo que d'estou mounde arribe ma partenci. 



MISERO 35 

Pamens per aguer souvenenci 
De rhounour qu'avez fach à moun marrit tubet , 
Demandarai de preferenci 
Un simple doun, et lou veici tout net: 
Vous n'en parlavi ahier au sero , 
Leis galavards mi laissoun pa'no pero 
A moun soulet perie que viaz aqui davant , 
Et benî voudriou pousquer ren qu'en va souhetan 
Li leis tenir dessus au gra de ma coulero. 

Es ensin que parlet Misero 

Et seis souhets agueroun luec , 
Et degun Tanet plus ni de jour , ni de nuech 
Raoubar seis fruits. Enfìn bras dessus, bras dessouto, 
Leis dous amis tourneroun faire routo. 

Deja despuis longtems aquot s'ero passat 
Et Misero menavo uno vido tranquilo ; 
Anavo demandar senso faire de bilo 
Et s'enveniet jamai senso aguer lou plen sac. 

De peros ! n'aviet l'aboundanço ; 

Dirai pas que fasiet bounbanço, 
Mai s'ero vist fouesso pus malhuroux. 

Vetaqui qu'un matin nou^ît'home tout jouyoux 



36 MISEHO 

Davant sa pouarto s'amusavo , 

Anavo , veniet , s'espassavo ; 
Dins un drayoou de luen ti vis venir 

Quauquaren que lou fa frenir ; 
La mouart arribo : — Eh ben ! moun cambarado ? 
Es puis vengut lou moument de fenir, 
Et d'anar faire un tour din l'encountrado 

Que degun n'enpoou revenir? 

— Te! li soungeavi plus ! mai sipourrietpasfaire 
De mi laissar encaro un pauc de tems ? 

Au bout doou compte un de mai vo de mens, 

Cresi qu'aquot li fague gaire 

— Ah ! dis la mouart , viel repapiairel 

Teis contes fan pas moun aflaii'e ; 
Es houro de partir . ... — Tout beou just douis mouments 

Que pousqui dire meis prieros ; 
En esperan deouriaz tastar meis peros 
"V*aviaz , n'a prou per vous n'en sadoular . . . 

Aviet pas feni de parlar 

Que la mouart sus l'aubre escalavo ; 

— Bon ! s'escrido lou vieilh, vouliou ren autre cavo ; 
Li siez I proufito n'en per faire un bouen repas ! 

Se tí languisses va diras. 

Alors lamouartcoumençode coumprendre , 



MISERO 37 

Assageo de descendre ; 
Estiro seis longs peds , desplego seis longs bras ; 

Mai toutà jabo. Enfin si fouguet rendre. 
— Misero ! moun ami, dis la mouar td'un er tendre , 
Fai cessar teis encantamens ? 
Laisso m'anar I — Ai pas lou tems 
D'escoutar leis vieils repapiaires . 
Si devino qu'ai fouesso affaires , 
Agues patienço^ entendaumens 

Tout fenisse en aqueslou mounde , 
Moun conte tanben fenira ; 
Gresi qu'a deja proun dura ; 
Se creissez troou railhet si founde , 
Vau coupar court , aquotmi sauvara. 

Misero eme la mouart fenisseroun sa guerro , 
La mouart descendet dau perie , 
Proumetten que lou laissariet 
Toujours vioure sus terro. 
Si jureroun sa fe de Diou 
Afin de mies clavar la pacho ; 
Misero alors li cridet ; Laido facho î 
Sauvo ti leou de davant iou I 
La ^ouart lampet ; Misero es enca viout. 



LOU GAVOUET MOUDÉLE 



LEGENDO 



Un home dau coumta de Niço, 
Un d*aqueleis mesquins qu'au mitan de l'hiver 
Quan d'un lançoou de neou lou pays es cubert , 
An deja quasi plus de pan sus la canisso ; 
Las de patir ensin touteis leis ans 
Un autouno partèt segui de sa familho, 
Voueli dire sa fremo v.i tres pichouns enfants . 

Et s'envengueroun à Marsilho ; 

A Marsilho, que de tout tems , 

A douna sousto eis paureis gens 



LOU GAVOUET xMOUDELE 39 

Que quittoun seis endrets per fugir la miseri. 
Nousteis gavouets soun jus au même cas , 
An camina dex jours , dex jours de trebouleri 
Et de fatigo et d'emLaras ; 
Leis pichouns fan de pichouns pas , 
Leis a fougu pourtar ; enfin senso doumagi 

Soun vengus au bout de soun viagi. 
Dins un marrit houstau logoun en arriban 
Uno chambretto et li mettount de pailho ; 
Aquit paire , maire et marmailho 
Rouigoun soun darnier troues de pan 
Et douermoun jusqu'au lendeman. 

Lendeman de matin , l'home, qu'es pas fulobro, 
Va cerquar de trabail , si mette per manobro , 
Garregeo tout lou jour de peiros , de mortier , 
Et quand lou sero ven, en tournan dau chantier 
Adus à seis enfants uno pleno brassado 
De pan coumo jamai n'an mangea lou parier ; 
La taverno es pas luenc, H van em'un pechier, 
Es que tanpauc la fremo a pas perdu journado ; 

De bouen matin levado ; 
Lou pus nistoun au sen , leis autres au cousta ; 

Davant la pouarto d'uno egliso 

An demandala carita. 



40 LOU GAVOIJET MOUDBLB 

Leis enfants mouestroun la camiso 

Et deis gens moougus de pieta 
Din sa faudo leis soous tomboun en quantita. 

Aqueou mestier demando ges d'avanço, 
En lou fen cade jour soun din la benhuranço ; 
De mai quand ven lou fred , de leis veire ensin nus , 

L'a de damos, l'a de moussus, 

Que li fan pourge em'aboundanço 

Leis viestis que si mettoun plus , 
Tanben graci au trabailh, et graci à l*assistanço, 
A la fin de l'hiver de raubilho et d'escus, 
Ce qu'avien accamj)at passet soun esperanço. 

Quand la fregeo sesoun faguet plaço eis beouz jours 

Fouguet soungear à la partenci. 
Lou pays ! lou pays ! hurouso souvenenci, 
N'avien toujour parla , n'en parlavoun toujours ; 

Li tournaren se Diou nous presto ajudo ! 

S'uncoou li sian la neou sera foundudo; 
Lou gierme aura grilha , semblara de velours , 

Eis mountagnos l'aura de flours ; 
Aroqu'aven d'argent viouren sensoenquietudo, 
Etleis enfants prendran mai seis coulours. 

Enfin lou tems venguet de si mai mettre en viagi ; 



LOU GAVOUET MOUDELE 41 

An fach un paquetoun de spun paure equipagi ; 
Tan qu'à Pargent rhome lou portara 

Din la centuro courdura. 
Mai n'es pas tout aquit : l'a doues saquos cafidos 
De brayos , de camies , à la mita gauvidos , 

Raubes , viei linge, et ccBÌera ; 

CiOumo faran? Boutaz, ren restara ; 

Se leis doues saquos soun pesantos , 

L*home a doues espalos puissantos ; 

Es éou que leis carregeara 

Fin qu'au pays. Es aicit qu'anaz veire 

Uno cavo gaire d'a creire, 
Per qu saup pas ce que soun leis gavouets. 

Lei gavouets, coumo la fournigo, 
Qnand l'a soun interest creignoun pas la fatigo 
Yan toujour de l'avan tout que leis digoun louet. 

Un beou matin noust'home s'encaraino 
Em'uno saquo sus l'esquino , 
Seguit dau magi deis pitouets, 
Que marcho coum'uno tortugo ; 
Forço l'es d'anard'aise , et lou mesquin, plegat 
Souto lou fai, de tcms en tcms eissugo 
Soun front de la susour negat. 
Quand es prochi Sant-Loup, à n'un pourtau s'arresto, 



42 LOU aAVOUET MOUDELB 

Jîtto la saquo au soou ; 
— Pitouet I per ti pauvar auras de Lems de resto ; 

Faut que m'entourni sus lou coou ; 

Es tems d'anar cerquar ta maire ; 

Ti proumetti qu'istarai gaire : 
Din doues houros serai de retour , se Diou voout» 

Din doues houros vo tres touto aqueìo familho, 
Et l'autro saquo et lou pichoun paquet, 
Soun rejougnus au meme endret : 
Troboun lou gardian que soumilho. 
Dinoun avant de faire un penequet , 
Lou paire tout que las fa soun repas de drech, 
De tems en tems s'amourro à la boutilho 
Et degun mies qu'eou n'a lou dret. 
Quan si soun proun pauvas l'home, qu'a pas la flaquo, 
Si cargo mai la saquo, 
Et l'enfan camino après d'eou. 
Miech houro dessus Sant-Maceou 
Quitto soun fai souto uno ribo , 
Haleno , si pauvo un istant ; 
Puis tourno querre lou restant; 
Saquo , fremo et pichoun , tout siegue , tout arribo 

Au meme nis maugra que vagoun plan. 
Entantou la nuech ven ; din la raso campagno 



LOU aAVOUET MOUDELE 4a 

Souto d'un aubre à l'abri de raigagno 
Tranquillament la passaran. 
Leis jours d'après laissoun Aubagno, 
Puis Roquevaire , Auruou , sant Jacquarie , 
Comptoun lou tems per ren , van à sa fantasie. 
Gado journado es à pauc près la mêmo. 

Lou pairo cargat bouen matin 
Pouarto la saquo un houro de camin ; 
S'entourno et va cerquar sa fremo": 
Per anar finqu'au bout fôut que fagoun ensin ; 
An mes cinq jours jusqu'à Sant-Maissemin. 
Sant-Maissemin es lou quart de la routo ; 
Passoun Barjoou , passoun à z'Aups, 
Et l'home, toujours testo soii^to, 
Uno lego après l'autre arribo en Entrevaux , 
D'aquit din mens d'uno semano , 
Senso mauprendre , aquelo caravano 
Dau pays ^iguet leis houstaux. 

Ensin quand arribet din sa pauro coumuno 
L*aviet prochi d'un mes que bagnavo la peou. 

Toujours cargat coum'un cameou 

Aviet fach treis leguos per uno 

Eme la ragi dau souleou. 
La nuech brandavo pas quan meme fesse luno. 



44 LOU aAVOUET MOUDELE 

Aqueou que pouarto sa fourtuno 
Gamino qu'au grand jour : la nuech, tout li fa poou, 
Tanben quan puis sieguet din soun meinagi , 
A seis enfants disiet mai que d'un coou : 
Eme proun forço et proun couragi, 
BdSto l*ague soun avantagi, 
L'home fa quasi ce que voout. 



ADAM ET EVO 



LEaENDO 



Ma pauro grand, Diou Tague messo en glori , 
Souven l'hiver en fìelan soun blestoun 
A la vilhado, entour dau fugueiroun, 
De passatems countavo quauquo histori. 
La boueno vieilho, uno fes qu'ero en trin, 

Anavo à ûou coumo l'aigo au moulin ; 

Jamai fasiet languir soun auditori. 

Un ouratour, quan manquo de memori, 

Per si sauvar vous pouarge de latin ; 

Ma pauro gran poudiet pas faire ensin. 



46 ADAM BT EVO 

Et dirai pas per aquot qu'ero breto, 
A n'un besoun dau sero au de matin 
Senso escupir auriet parla souletto. 
Diou fague pax à sa brave lingueto ! 
Et tournen vite à nouste drech prepau , 
Senoun creiriaz que m'a laissa soun mau. 

Parlen de bouen , vous douni per l'estreno 
Un conte siou ; conte que d'en premier 
Quasi toujour n'aviou la testo pleno ; 
Jamai ma grand n'a counta loíi parier. 

Faire de bouesc es un marrit mestier, 
Si gagno gaire en prenen fouesso peno. 
Touteis leis jours Mathiou, lou bouscatier, 
Partien ensem eme sa fremo Neno. 
Din la foures anavoun trabaillar ; 
Aqui Mathiou de longo basselavo 
Et tout lou bouesc que sa destrau coupavo, 
Neno apres d'eou, lou veniet rabailhar. 
Per leis fourniers n*en fasien de faiscinos, 
Entanterin leis bras et leis esquinos 
Si n'en sentien ; puis, un coou qu'eroun las, 
Prenien au soou soun campestre repas ; 
Et que repas 1 Si nourrissien d*usagi , 



ADAM ET EVO 47 

De pan, d'ayet , de^sebos, de froumagi, 

Maigro pitanço à dire lou verai ; 

Pitanço sequo, et boueno tout lou mai 

Per vous dounar la cremour et la cagno. 

Nouste pareou n'ero segur d'avis , 

Que proun souvent lou couer plen de magagno 

Si n'en plagniet ; lou prouverbi va dis : 

S'eme fortuno avez lou paradis , 

La paureta de longo meno lagno. 

A dounc un jour, vers la íìn de Testiou, 
Que toutei dous , suivant la coustumado , 
Eroun en trin de faire la charado 
En si pauvan , Neno dis à Mathiou : 

— Es pas pecat de menar uno vido 
Gouroo menan 1 tant tristo , tant marrido? 
L'auriet de que si plagne dau bouen Diou? 

— Plagne-ti-n'en , fa soun home ; per iou 
Se n*en fau faire en quauqu'un lou reprochi 
Mi semblariet que ti toquo de prochi. 
S'aven de peno? Ehben, en qu s'appren? 
Nouste Gura, lou diminge à l'Egliso, 

Va dich cent fes : es d'Evo que nous ven ; 
S'aguesse pas cresu sa groumandise 
Aurian de tout et farian jamai ren ! 



4« ADAM ET EVO 

Lou pus fachoux es que rhome, tanben, 
Si troubet pres à la memo ratiero ! 
— Vai, toun Adam , ero un franc coucoureou , 
Neno li fet; iou , la bello premiero , 
S'Evo m'aviet semoundut lou mouceou , 
De douis gautas l'auriou vite fa fiero. . . . 
Va diou dc bòuen. — Neno s'aplanto sec. 
Un beou Moussu , la mino majestouso, 
L'er doux et fìer dau coublo s'avancet ; 
Senblavoun necs ; d'uno voix amistouso 
Lou beou Moussu li dis : — Meis braveis gens , 
Mi siou perdu ; marchi despuis longtems 
Senso troubar drayo ni carreirado ; 
Ai jà rouda la mita dau matin 
Et si vouliaz mi menar au camin 
Vous pagariou voulountier la journado. 

A p'anca dich que subraa soun sus ped, 

Mathiou li fa dau mies sa capelado ; 

Neno tanben salude eme respet. 

— Venez, Moussu, la routo es alluenchado ; 

Mai que li fa ; tant vous li menaren, 

Et tout que Tague uno boueno estirado 

Din pas miech houro à pauc près li seren. 

Mathiou premier, enregoun uno drayo 



AJDAM ET BVO 49 

Ounte chrestian aviet jamai passat, 
£t quan seriaz encaro pus pressat, 
Faut qu*anez plan isten din la broussailho, 
ForçoYOus es. Gamin fasen, Mathiou 
Dis au Moussu : — Tout escas mi plagniou 
Que menavian uno vido enrabiado , 
Estre de longo au mitan d'un desert 
£t trabailhar, siegue estiou, siegue hiver, 
Despuis qu'es jour finqu'à la nuech sarrado, 
Es ben fachoux, pas verai, que n'en diaz ? 
De si marfoundre en fen tout l'an caremo 

— Vous entendiou quan adez blamaviaz 
Lou paire Adam senso espragnar sa fremo, 
Fa lou Moussu ; mai touteis si manquan. 

— M'excusarez se mi metti au mitan , 
Dis Neno alors de sa voix despichouso ; 
Evo sieguet subrequetout curiouso ; 
Faguet la fáuto et naoutres la pagan. 
lou seri estado à la plaço d'Adam, 

Au luec de mouardre á la poumo requisto, 
L'auriou mouquada em'un revest de man. 
Dre qu'uno fremo à la linguo en balan 
Lliriaz lou chin qu'a devina la pisto : 
S'arresto plus ; et la counversatien 
Si seriet leou changeado en discussien ; 



ÎM) ADAM ET ÉVO 

Hurousamen qu'arribavoun en visto 
Fouero dau bouesc ; quand lou Moussu parei 
Cent voix au coou cridoun : Vivo lou Rei ! 
Vivo lou Rei 1 — D'une courso abrivado 
Venoun piqurs et pagis et varlets. 
Jamaî leis Reis van en casso soulets 
8a Majesta de la fogo empourtado 
8'ero perdudo au mitan deis fourests ; 
Touteis seis gens si Teroun mes d'après 
Senso pousquer n'en retroubar la piado. 
A soun retour li fasien la bravado, 
Cadun countent , franc dou couble empedît 
Qu'aviet regret de n'en aguer tant dich. 
Lou sire alors l'adreisso la paraulo : 

— Meis bouens amis, vous quitti dau trabail 
D*est*houro en la viourez din moun palai , 
Li troubarez bouen liech et boueno taulo , 
Sieguez countents , n'en demandi pas mai. 
Tant n*arribet. Au bout d'uno quiengeno 
Neno et Mathiou si tenoun estadis , 
Es plus questien de trabail ni de peno 
N'an plus besoun ; an lou milhour deis nis. 
Touteis leis jours uno taulo garnido 
De bouens fricots , de vins leis pus requists , 



ADAM BT EVO 51 

Per un laquai d'avanço es alestido 
N*en a per quatre et soun ren qu'elleis doux ; 
Tant ben maugra que siegoun pas ûquoux 
Cade repas n'an la mita de soubro , 
En ben mangean la vigour si recoubro, 
Soun enflouras , eleis qu'en arriban 
Erroun eissugs coumo figos d'antan ; 
Nedoun en plen dins aquelo vidasso 
Boueno salut : mai Thomme es d'uno raço 
Forgeado espres per si laissar tentar ; 
Vengue uno fremo et lou veirez pitar. 
Despuis lontemps la memo obro si passo 
Dau paire Adam touteis sieguen la traço. 

Enfin un jour venguet qu'un plat nouveou , 

Un plat couroùx quaviet soun cabusseou, 

Au beou mitan deis autres prenguet plaço : 

Regardaz-lou, li diguet lou laquai ; 

Regardaz-lou ; mai lou touquez jamai ; 

Fez attentien ; vous parli pas per rire ! 

Ben luen d*aquit I vous parli au noum dau Rei : 

Aicit cadun es soumes à sa lei ; 

Mi coumprenez?. . . ai ren autre à vous dire, 

Et tout d'un tems s'en va gai coum'un pei. 

Que mau noun fa d*usagi mau noun penso. 



52 ADAM ET EVO 

Noueste pareoii, lucn de si chagrinar, 
Brouffet dau rire en ausent la defenso 
Et bravamen accabet de dinar ; 
Mai l'avenir que iou saup devinar ? 
Lou lendeman sieguct lou meme affaire, 
Leis jours d'apres meme repetitien ; 
Puis pauc à pauc fagueroun attentien 
Au mestr» plat fresc coum'un caiignaire , 
Ren de pus juste avien la permissien. 

Neno surtout l'allucavo per caire 

Touto defenso es uno tentatien. 

Ah I si poudiet countentar la passien 

Que din soun couar mette lou trebonleri 

Auriet leou vist lou found d'aqueou misteri, 

Vo per mies dire auriet leou vist lou found 

Dau pla sacra que li fa tant ligueto ; 

Mai lou touquar 1 fouguesse d'escoundoun 

L'ade dangier; puis Neno es pas souleto, 

Foout que Mathiou siet counsent pauc vo proun. 

Toutun deja quauqueis mets de Ghameto 
Avient passat senso faire d'effet 
Neno, toujour plus gounflo et pus inquieto, 
Poout plus tenir : foout que n'en vengue au fet ; 
Per elo acquot sera lou coou parfet. 



ADAM ET EVO 53 



Lou memo jour nousto dono s'azardo : 

— Digo , Mathiou , que Ta dintre aqueou plat? 

£s que Tan mes per nous mountar la gardo 

Vo soulament per estre countenpla ? 

— N'en sabi ren ; es quaquot nous regardo , 

Laisso ristar. — Bouto I siou pas bavardo : 

Ya diriou pas quand memo va saupriou. 

— Tanben si poout mai per Tamour de Diou 

N'en parlez plus. . .— Se mi crebo la visto. . . 

— Sarro leis uils. — Alors en que counsisto 

De leis aguer ? — Neno I Neno I vai plan 

Dins aqueou plat la bessai lou malan ! 

— Ah ! vai malan ! as gaire de couragi 
Faut qu'anar daise , et se voues que m'assagi 
Farai qu'un pauc haussar lou cabusseou ; 
Vai creignez ren. . . . — lou va fariou pus leou. 

— Mai sipoou pas ; se quauqu'un s'en aviso 
Sian desaviats 1 . . . — Desaviats ! que bestiso ! 
Ren qu'un coou d'uil. . . . anen, fai vo per iou. 
L'home teniet , mai la fino coumaire 
Plouret , riguet , l'attaquet de tout caire, 
Per coupar court , Neno aguet tant lou fiou 
Que lou bounias, per s'ensourtir d*afifaire, 
Noun-soulament enfìn h counsentet ; 



54 ADAM ET EVO 

Mai de bouen couar encaru Tajudet. 

Ensin d'accord, Mathiou de suito arrapo 
Em'uno man la coue dau eabusseou. 

L'autro es au plat ; pauc à pauc lou destapo 

Neno l'uil fix , rebouille din sa peou , 

Bado davan que semblo uno soupapo. 

— Isso , Mathiou ; plus qu'un pauc ; va, faileou » 

L'a quauqueren ; et Mathiou tant creireou , 

Isso et subran uno rato s'escapo 

— Per qu'e hausses tant? s'apprend a tu, gros fleou,. 

Fa la mouilher ; la bestiouno esfrayado 

Passet per huis. Apres talo bugado 

Vous figuraz la mino dau pareou : 

Restet gielat; mai Tome de servici 

8i despachet de faire soun ouffici ; 

De suito au Rei v'anet portar tout caud , 

Meme man dich que risiet tant si pauc 

En li countant en detail Taventuro : 

Manquo pas gens de tant bouena naturo 

Que lou malhur deis autres li fa gaud , 

Lou pus brave home es un triste anìmau. 

Subran lou Rei ven et s'adreisso au couble 
L'er enbrounquat , lou regard d*un dragoun , 



ADAM ET EVO 55 

Ge que diguet n'aviou gardalou double 
Mai lai perdu ; n'ai qu'un escapouloun : 

— Eh ben 1 meis gens ! li sian a la liçoun 

Eve em'Adam, aqueleis miserables I 

D'estre curioux soun pas soulets coupables. 

Tant n'avez fach , poudez pas dire noun. 

Ven a moun tour aro d*aguer resoun , 

T'oumaz au bouesc accabar vousto vido ; 

Negarez pas de v'aguer merita. 

Anen , partez , vousto curiousita 

Tant que viourez faut que siegue punido. 

Ensin parlet lou Rei d'aqueou pays. 

Neno et Mathiou , counfus , la gaugno mouarto , 

Senso retard passeroun per la pouarto 

£n regretant soun tems de Paradis ; 

£t desempuis leis ai jamai plus vìsts. 



L'ABBE CHAULAN 



RECIT 



L'abbé Ghaulan. din sa pichouno Guro, 
Viviet senso menar grand brud ; 
De tout lou mounde ben vougud 
Aviet pas ler de la passar troup duro. 
Per sa taulo gaire fiquoux : 
8a vido ero siraplo et reglado ; 

Gadun quan poout mangeo coumo Tagrado , 

Eou de coustumo aimavo mangear doux: 
Tanben per countentar soun goust . 

Aviet din soun jardin, à n'uno cantounado , 



l'aBBÉ CHAULAN 57 

XJno tiero de bras ben soainas , ben couroux , 
Que 11 tenien de meou per touto Foun annado ; 
Mai lou countentamen íá toujourd'envegeoux. 
Un de seis paroissians , uno marrìdo testo, 
Dins uno bello nuedì Fanet raubar soun meou ; 
GoumofiigiBetf noun sai ! prenguet pas moun counseou ! 
Bro la veilho d'uno festo. 
Nouste Cura, lou lendeman matin, 
Si levo coum'à Pordinari 
Et per recitar soun breviari 
S'en va faire un tour au jardin. 
Dau tems que liege soun la^ 

Hausso Ida mls bouen Diou ! qu'espetacle I 

Toumbet pas mouart sieguet miracle , 
Venguet rouge , puis venguet blanc, 

Et puis ven verd s'abuquo sus d'un banc, 

Que per bouenhur prochì d*éou si troubavo, 
Entremounit , leis bras haussats , 
D'aqui, vis seis brus ravessats,- 
Leis bresquos per lou soou, lou bouen meou que rajavo. . . 

La Gampano dau tems souenavo. 
La domestiquo ven : — Ounte vous sias tengut ? 
L'Egliso es quasi pleno, es Thouro de la messo. . . . 

Mai siaz tout desmasiat! bessai quauquo feblesso. -. . 

Va fouliet dire I Anen, venez . . . Moussu 



58 L^ABBÉ CHAULAN 

— Va ben, fa lou cura, va ben; passaz premièro, 

Li vaut Gramaci de Tavis. 

Au bout d'un pauc si riege et sîégue la cbambrìèro^ 
Passo à la sacrestie, si mette un surpelis, 

Et mounto tout drech en cadièro. 
Leis gens disien: Te vejol per lou coou, 

Fa lou prone à la coumençanço! 

Que si li mette ensin d'avanço : 

Deou Taguer quauquaren de nooul 
Goum'es gounfle! qu'un er ! mai que bouenan nous vooutT 
Leis homes davant d*eou, drechs coumo de partegos, 

Lou regardavoun espantats. 
Dau tems, Moussu Ghaulan en fen ana leis bregos, 
Cercavo soun discours, enfin parte. — Escoutas : 
Siaz touteis meïs enfants, sabez que coumo un paire 
Per vautres ai toujours fach ce que deviou faire ; 

Pamens vous n'en souvenez plus ! 
Au luOj^o de n'aguer gardat la souvetjenci 
La de gens que per iou soun plen de mauvoulenci : 
Enfìn tant voout que va digui tout crus : 
La de gens qu'esto iiuech m'an espessa meis brus ; 

Meis brus , moun apier, meis abilhos . . . 

Mai boutaz ; couneissi lou gus 

Que mi va tout mes en dourilhos 

Meis uils lou vien aqueou marrias 



l'aBBÉ CHAULAN 59 

Aqueou couquin, aqueou gusas, 

Et s*augeavi, viaz ben aqueou troues de roucas 

Ouei, meis freros, s'augeavi !... et senso dire gueiro , 
D'un er d'à furi, à vanc de bras 
Fa lou gest de mandar la peiro. 
Leis paysans, espauris, fan arrier de douis pas ; 
13 n soulet en avant si clino 
Finqu'au soou, coum*uno aumarino, 
De Tesfrai lou voulur aviet piquat de naz. 
— V'ai pas dich 1 va sabiou ! n'auriou fach l'escoumesso 

Dis roouratour en si fretan leis mans; 
Provo que lou Bouen Diou sousto pas leis meichants ; 
N'en serez leis temoins; toutaro, apres la messo, 
Voueli que lou jugez ; mai lou marrid fenad, 
Quand viguet que leis gens esclatavoun lou rire, 

Partet senso ren dire 
Et degun sachet plus ounte sero enanat. 



LEIS DOUS CHINS 



PET VBRAI 



Boni fasiet ben soun dever; 
Ero un cadeou de boueno raço : 
A la pouarto dau jas la nucch dourmiet sus plaço, 

Lou jour quittavo pas Paver. 

Quan soun vengudos d'en mountagno 
I eis fedos van eis prads ; Boni, qu*es soun mestier, 

Gade matin leis accoumpagno, 
<. u'houro passo davant, qu'houro si ten damier. 
Lou premier jour lou chin dau jardinier, 

Gros dogou cafì de magagno, 



LEIS DOUS CHINS 61 

Ven d'à furi sus Boni, et lou paure cadeou 
Troou feble enca per defendre pa peou, 

Si sauvo eis cambos de soun mestre. 

Lou Jardinier, temouin de l'escaufestre, 
Si mette à rire et dis au viel pastre Miqueou: 

— Se vouste chin din Testivagi 
Gontre leis loups a lou meme couragi 

Devez gaire coumptar sus d'eou. 
— Moussu, li fa lou vielh, sabez pas lou prouverbi ? 

En touto cavo foout lou tems : 
Esperaz que moun chin ague touteis seis dents 
Et veirez que lou vouestre aura mens de superbi. 

L'hiver ensin passet; l'autounnado en venen 
Au meme prat lou troupeou s'encamino. 

Boni siegue tranquilament 

An peno d'arribar, lou dogou leis devino, 
Parte de la bastido afifurat coum'un hen; 

Leis dents d'enrabi li cruissien. 
Boni lou vis venir, s'abrivo, et la batailho 
Sieguet fouarto, mai duret pauc ; 
Aquesto fes la forço ni la tailho 
Au cadeou feroun pas defaut : 
Dau premier coou de pies mando aila soun ^ ivau, 
L'es dessus, lou mouarde, l'estrasso, 



62 LEIS DOUS CHINS 

fìen talament que lou dogou brutau 
En jangoueran et la quoue basso 
8i sauvo et si va mettre au fìn found de l'houstau. 
Lou jardinier qu'aviet pas vis l'affaire 
Ven au pastre lou lendeman. 
— Eh ben ! coumpaire ; 
Vouste cadeou s'es haussat de miech pan. 

Mai se Dogou lou vis li servira de gairc 

— Moussu, fa Miqueou, li vous fizessiaz plus ; 
Ce que vous aviou dich es arribat tout just, 
Vouste chin es michant, segoun l'us de proun moun 
Per leis febles si mouestro greou ; 
Puis quan trobo tant fouart coum'eou 
Fa coumo leis laches : s'escounde, 
Et cresi pas qu'aicit tourne mai d'espereou. 



.:;i', 



LA GAJURO 



CONTE 



Moun brave Moussu Boy, voulentier vous oouffrissi 

Un conte qu'ai rimat de fresc ; 
Se de lou mettre en vers m'es vengu lou caprici , 
N'en siaz l'encavo, es vous que mi Tavez empres , 
Ensin vous es degut din la boueno justici ; 

Aro , basto l'agui ruissi , 

Vous faut quitti dau gramaci. 

Un jour quauqueis amis de la memo chambrado 
Venien de faire un bouen dinat ; 



64 LA GAJURO 

Quaa avez bea estoupinat 
Et fouesso mes sus la bugado , 
Devez aguer resprit countent ; 
Ensin n'ero de la taulado : 
Gadun disiet sa talounado ; 

D'abord un apres Tautre et puis touteis ensem. 
Entanterim lou brud, passavo ia mesuro, 
Quan tout d*un coou lou coulego Vincent , 
Un regala , glout d'aquelo tenchuro 
Que fìn septembre si maduro 
Levo la voix et dis : Messies leis avoucats , 
Despuis d'un houro aqueou trin duro 
8'entenden plus , de longo barjacaz I 
Laissaz-mi dire et restarez tanquats , 

Vous voueU faire uno gajuro 

Viguen , qu voou perdre cinq francs 
Que leis jitte sus la servieto ; 
Puis ìì mettra dessus, eou meme, de seis mans , 

Un veire plen d'aigo ben netto : 
Li prendrai soun escu senso que vigue ren , 
Et se va viis U doubli soun argent. 

Aquelo seriet de coumando! 
Li respouendet touto la bando : 
Coumo faraz ? lou tour seriet nouveou ? 



LA GAJURO 65 

Boutaz ; Ta ges de contrabando , 
Fa mai Vincent : jugaz , va saupres leou .... 

— Eh ben ! atte de ta paraulo, 

Dis à soun tour lou gros Miqueou, 

Qu'ero assetat vis à vis d'eou ; 

Te , leis cinq francs soun sus la taulo, 
Lou veire lès dessus. Vincent, senso tardar, 

Prend lou veire, l'hausso, Tabaisso 
Doues treis fes , et leis uns de badar, 

Et leis autreis de regardar I 
Quan tout d*un coou Vincent, coum'uno raisso , 
Mando à Miqueou l'aigo entre leis dous uils ; 
Aiçot dau front li va din la peitrino , 
Saup plus ountés ; per s'espoûssar si clino , 
L'autre aganto l'escu , parte , passo per huis 

En si trufan de seis coulegos , 

Que restoun em*un pan de bregos 
Et de la farso an plus parlat despuis. 



L'EISAMEN 



CONTB 



Neissenegaux siegue riches vo gus, 

Venea au mounde touteis nus , 

Et se puis l'a de differenci, 

Jamai proven de la neiscenci, 
Temoin ce que m*an dich dau coulego Tistoun, 
Qu'un pauc pus leou n'en fasiet pas soun proun. 

Naissus din lou meme villagi , 
Amis despuis qu'éroun enfants , 
Et touteis dous à pauc près dau meme iagi , 



l'eISAMEN 67 

Sidoni eme Tistoun, per estre capelans, 

Estudiavoun ensem au meme seminari 

Et li resteroun quauqueis ans. 

Quan agueroun appres ce qu'ero necessari , 

Arribet lou moument 

Que li fouguet passar lou radier eisamen . 

Per Sidoni , la cavo ero pas maleisado : 

8i souveniet de la mendro liçoun 
Qu'aviet reçut . Tant qu'à Tistoun , 

Que si sentiet lou suq pus dur qu*uno calado , 
Cregniet de restar court. Que faire en aqueou cas ? 

Sidoni poout soulet lou tirar d'embarras 

N'y n'en parlo. — Moun bouen, ti fas de croux de pailho? 

Mai Mousignour es gaire rigouroux ; 
Seis questiens per cadun soun de la meme tailló , 
Ensin din tout aquot viou ren de dangieroux; 

Et puis se voues Tanaren touteis dous? 
lou passarai premier ; dau trauc de la sarraio 

Escoutaras ; un pau mens , un pau mais , 
Yeiras de ti reglar sur ce que respondrai. 
Au jour marqua, din lou pus grand silenci , 
A n'un fauteil counduisoun Mounsignour , 
Leis autreis capelans s'assetoun à Tentour 

Un pauc pus bas , coum'es de counvenenci : 
Tau gradou, tal honnour. 



68 L EISÂMEN 

Quaiid tout es lest , Sidoni si presento , 
Saludo eme respet ; sa mino es aveneDto , 

Et Mounsignour li parlo eme bounta. 

Eis premiers mots vis sa capacita , 
Jugeo qu'e n'en saup proun et d'eou meme l'esemta 

D'autreis details. Pamens , per precautien , 
L'adreisso encaro uno questien : 

— Dau tems que celebraz lou Divin sacrifici , 

» S'uno mousco , din lou calici , 
» Toumbavo tout d'un coou , coume fariaz , moun fiou? n 

— Ah 1 Mounsignour ! ravalariou 1 

Senso tardar d'uno minuito ; 
Senoun , eme douis dets douçament la prendriou 
Et la fariou brular au ciergi tout de suito. 

— Si poout pas dire mies 1 fa l'evesque countent ; 

Si poout pas dire mies ! vous n'en faut coumpliment. 
Sidoni en s'enanan trobo sus son passagi 
Soun bouen ami Tistoun : Eh ben ! m'as entendu ; 
Anen , coulego , fai couragi . . • . 

— Siou sauva , gramaci , mi vaut reglar sus lu. 
Tistoun intro a soun tour; l'evesque, à soun alluro, 

Goumpren que lou nouveau vengut 
Deou gaire aguer l'esprit pounchut : 
Toutun li parlo eme mesuro ; 
Mai , per malhur, Tistoun a tant la suquo duro , 



l'eISAMEN 69 

-Que respounde à pauc pres q*hQuro resto pas mut, 
Entantou lou mesquin fasiet tristo fíguro, 
Tant qu'enfin '^ounsignour, d'impatienço moougut, 
Li dis : Se din lou tems que diaz la santo Messo , 
Vesiaz qu'un ai beguesse au benechier , 
Goumo fariaz per li mettre empachier ? 

Tistoun si gratto la cabesso 

fii gratto tant qu'enfín la memori reven , 
Et de Sidoni si souvent : 
Coumo fariou .... que vous dirai I peccaire .... 

L'empassariou! vo senoun, per mies faire , 

Eme douis dets lou prendriou propramen 
Et lou fariou brulàr à la flamo dau ciergi ! . . • . 
Apres d'aquel esfort , noueste paure doulent 
Restet plantat coum'un aspergi. 
Mais quand puis s'aviset que touteis risien d'eou , 
Partet tant brusquament que laisset soun capeou. 



ROUBIN 



CONTB 



Un jour Roubin anet tout arboura 
Prendre counseou de Moussu lou Gura. 
Despuis huech jours soungeavo qu'au mariagi. 

— Eh ben , moun fiou , mi semblo que sies d'iagi ! 
Mai faut d'abord saupre aquelo que voues? 

— Per lou moument, Moussu, n'en voudriou douest 
Jano et Gatin soun à ma counvenenci 

— N'en voudriez doues. . . . Gaspi ! . . coumo li vas i 
Li fa lou pero, en risent souto naz; 
Arrisquariez de n'aguer la pentenci 



ROUBIN 71 

D'uno n'a proun per aro et puis veiras? 
Plan I plan I pitouet , faguen par d'imprudenci. 

— Avez resoun; va faudra faire ensin. 

En coumençant n'a suffìt de Gatin ; 
Vouste bouen sens provo moun ignourenci. 

Un tems apres , Roubin li tourno mai ; 

Aquestou coou l'anavo pas tant gai. 

— Sies tu, ramil Que s'agisse de faire? 
Dis lou Gura. — S'agisse de moun fraire : 
Lou gros badau si voudriet maridar ! . . . 

— Anen, va viou , l'auras fach decidar 

Mai l'as ben dich de si countentar d'uno ? 

— Oui , li v'ai dich ; meme se per fortuno 
L'aviet mouien que prenguesse la miou , 
Senso regrets , boutaz , li la dariou. 



MOUSSU SANT JACQUE 



RECIT HISTORIQUE 



L'observatoiro de Marsilho 
Dins aqueou tems aviet per Direttour 
Un home brave, un savent plen d'hounour 
Que li disien de soun noum de familho 
Moussu Sant Jacque. Eis jours de la terrour, 
Quand viguet que per eou Tanavo de la vido , 
S'anet rejougne à sa bastido, 
Afìn d'esperar lou retour 
De soun vieilh pastre Meste Glari , 
Que de coustumo à sant Miqueou, 



MOUSSU SANT JACQUB 73 

Touteis leis ans, seguit de soun troupeou, 

Per hivernar descendiet d'ordinari. 

)un compte ero tout fach , aviet soungeat qu'emeou 

Pourriet ruissir de gagnar la frontiero. 

De s'enfugir per mar Taviet ges de lumiero ; 
Per terro ero pus court , basto fousse proun leou. 

Moussu Sant Jacque ero dounc à l'espero 
Quand Meste Glari arnbet un beou sero ; 
Lou lendeman li va lou couer plen de souci : 
Bouen Meste Glari ! à la fin siaz aicit ; 
Vousto vengudo es pas de resto ; 
Sian dins un marrit tems , dins un tems malhurous , 

Leis mau countents.aro haussoun la testo. 
Vous daumens siaz tranquile et fes ges d'envejoux 
Mai per iou l'avenir parei troou dangieroux: 
Faut que parti , senoun moun affaire s'appresto I 
Faut que parti ! . . . et meme sian dous 
Que demandan vouste secous 
Per nous faire sortir de Franço .... 

L'autre es un coulego d'enfanço .... 

Enfìn , voudrian senso troou de retard 
Qu'au mens nous menessiaz jusqu'à dela dau Var . 

— O moun brave Moussu , li respouende lou pastre , 
Va viou ; sian, coumo diaz, din un tems de desastre; 



74 MOUSSU SANT JACQUE 

Un homo coumo vous que din tout lou quartier, 
De tant bouen I de tant franc I marcho pas lou parier^ 
Vous voulez arrisquar de faire un tant long viagi; 
Demandaz moun ajudo et va croumpreni proun ! 
Mai , peccaire , siou vielh , teni quasi plus poun ; 
Anariou gaire luenc .... mi senti pas couragi . . . • 

Toutun sabez qu'ai tres enfants; 
£t moun magi Jootisé mangeo din seis vingt ans. 
Desempuis qu'es naissu mi siègue à la mountagno , 
L'autouno et lou printems de longa m*accompagno : 
Leis carrairos, leis pas, et touteis leis endrets 

Leis saup sus lou bout de seis dets ; 
Vous U poudez fizar, boutaz , siaz per va veire , 
L'anara voulentiers ; es tant un bouen pitouet 

Qu'esten em'eou lou mounde si van creire 
Qu'anaz ensem querre un autre escabouet. 

I^a nuech venent, vers v'ounge houros souenados, 

Nousteis tres cambarados 
Un bastoun à la man, si soun mes en camin. 

Din lou carnier an de pan et de vin 

Et de vioure per tres journados. 

Vestis de brayos pedassados 

Et de vestos de gros cadis 
An lèr de tres gavouets que tornoun au pays ; 



MOUSSU SANT JACQUE 75 

Joousé passo davant ; per bouenhur fa pas luno, 
Leis astres de la nuech brilloun ailamound'haut ; 
Caminoun touteis tres senso n'en bouffar uno 
Et lou matin au jour soun eis couelos d'Allauch. 
S'arresten pas , mounten encaro un pauc ; 

Joousé li dis : Ailamoun sus l'hauturo , 

Entre Pichaure et Garlaban, 
Là lou pous de la Roumi et conti à la seguro 
Que li pourren à l'aise entemenar lou pan. 
Un houro apres lou souleou si levavo , 
Mai tant jaune et tant fousq que semblavo malau : 
Eri meme tems la troupo s'assetavo 
Prochi dau pous per prendre soun repau. 

D'aqui viroun eme tristesso 

Seis uils vers l'endret regretta 

Que la veillo meme an quitta ; 

Mai, peccaire,.vien ren ren qu'uno neblo espessa 

Que cuerbe lou pays de soun escurita. 
Despui lou dematin la neblo a tant mounta 

Que d'apertout leis enyirauto, 
— Eh ben I li dis Joousé, Ta pas de nousto fauto, 
Faguen avant; et se vous sentez las , 

Mireglarai sus vouste pas. 

Partoun d'aqui , sé tournoun mettre en routo , 



76 MOUSSU SANT JACQUB 

Prenoun un long drayoou que passo din leis pins ; 
De cade brout l'aigagno à fiou degoulo 
Goumo s'aviet toumba de blins ; 
Din la fourest crousoun d'autreis camins ; 
Travessoun de valouns et puis passoun de couellos , 

Puis de couellos et de vallouns ; 
La neblo l'es toujour; leis drayos soun tant mouelos 
Que loQ terren si Tempego eis talouns : 
Paureis mesquins! an lèr de tres mooutouns 
Espauris per un loup que vant à l'avanturo 
Senso saupre troubar lou jas. 
Leis malhuroux n'en pouedoun plus, soun las ; 
Faut que prengoun de nourituro 
Et si mettoun souto un roucas 
Cregnenci de la bagnaduro ; 
Mai tout beau just soun au premier mouceou 
Que Joousé , lou despiech pinta sus la figuro , 
8*escrido : Que malhur 1 ai perdu moun couteou l 
— L'avies estou matin , li fan seis dous coulegos , 

Prochi lou pous ounte aven dejuna ; 
Mai despuis aven fach bessai quatre o cinq legos , 

Qu saup ounte Tas samena? 
En tout cas, de couteoux , bouto , pertout n'en a. 

En mangean , en parlan , s'avisoun que la neblo 



MOUSSU SANT JACQUB 77 

A pauc à pauc deven pus feblo; 
A la cimo deis pins vien lusir lou souleou , 
Lou tems s'esclairo et lou ciel es pus beou. 

Partoun; la cavo es decidado, 

An besoun de coumplir journado 
Et per eleis la nuecli vendra toujours proun leou. 
Enfin souartoun dau bouesc mourtaux de la fatigo , 

Arriboun dins uno garrigo , 
Et soun touteis candits quan si vien mai davant 

L'hauto cimo de Garlaban ; 
Joousé lou beou premier tout de suito devino 

Que lou matin aqui meme an passat ; 
Quan seis uils vien lou poux , tout drech si l'encamino , 
Leis autres apres d'eou marchoun à pas pressat 
Et lou jougnoun tout just au moment que si cUno 
Per cuilhir soun couteou meme ounte l'a laissat. 
Joousé , Joousé ! li dis Moussu Sant Jacque , 
Sian neissus per aquot, faut quelou bastnousmaque. 
Toun paire nous a dich que sabies lou camin ; 
S'es troumpa, que faren ? nouste sort es ensin. 
Alors leis fugitioux , sadoules de la vido, 

Mandoun lou viagi en dez-et-huech , 
S'arrangeoun sus la bouquo et quand vendra la nuech 

S'entournarant à la bastido. 
Moun conte es long ; mai moun conte es verai , 



78 MOUSSU SANT JACQUB 

V'ai deja dich et v'a manteni. 
Se n'en doutaz , per provo ajustarai 
Qu'es de Joousé , d'eou meme que lou teni , 
Et cresi pas de l^ooublidar jamai. 
Eníìn, se de curioux voueloun saupre lou resto 
D'aquel histori , et coumo puis faguet 
Moussu Sant Jacque et ce que devenguet , 
Aquot tant pauc v'ai pas perdu de testo : 

Moussu Sant Jacque s'ámigret , 

Sabi pas troou de que maniero. 
Visquet loungtems sus la terro estrangiero , 

Puis revenguet din soun pays , 

Huroux de mai veire Marsilho ; 

Enfm mouret din sa patrio 
Entre leis bras de seis encians amis. 



LOU DINDOUN 



A taulo d'hoste , un vieilh abbé 
Ero vis à vis d'un arleri 
Que de longo fasiet remperi 
Et de partout mettiet soun bec. 
Vetaqui que dessus la taulo 

Pareisse un dindouneou, couroux, appetissen. 
Subran nouste home à la paraulo 
Si viro au capelan et ris en li disen : 
— Goumpreni pas per que lou mounde 
Mettoun dessus lou meme plan 
Lou dindoun et lou capelan ; 

Ai bello li soungear, moun esprit si li founde. . . 

Es verai que deis dous n'en a pas un de blanc. . . 



80 LOU DINDOUN 

Leis gens risien en l'escoutan. 

A la fin , Tabbé li respounde : 

— Gresi qu'avez encapitalou noux ! 
Gapelan et dindoun soun negres touteis dous ; 
Et la coumparesoun semblo tant naturello 
Que restara segur din ma cervello ; 

Mai ce qu'es enca mens doutoux , 
Es qu'en vian un dindoun m'ensouvendrai de vous. 



LOU BUOEN VARLET 



En arriban de la mountagno , 

Jean si logo enco d'un paysan. 

Pas pu leou jour, lou lendeman , 

Soun mestre au chantier raccoumpaírno : 

— Te , Jean , aganto lou magau , 

Foout que fouies aquelo canci ; 

L'a de souquos en aboundanci. 

Vai daise de ti faire mau ; 

lou foout que m'entourni à l'houstau. 

S'en va subran , lou varlet resto ; 

Dins un moument fa fuero vesto 

Piquo coum'un desterminat 

6 



H2 LOU BUOEN VARLBT 

Jusqu'à rhouro dau dejunat 
Que lou mestre ven à rooubragi. 
A l'aspet d'aqueou mortalagi , 
Hausso leis bras : — Maladicien ! 
Li crido en tremouelan deis bouquos : 

— Qu t'a douna la permissioun 

De m'espessar touteis leis souquos? 

— mestre I sabi moun mestier ; 
Mi cridaz I sias pas resounable ; 
Aro que Ta plus d'empachier 
Voou fouire coum'un trento diable. 



QUAN DE PUOUX AN NOOU SAUMOS? 



CONTE 



Dialogno de moussu Falibert, lou negoucian, 
et de meste Maucliuan, lou meinagier 



MOUSSU FALIBER 

Bouenjour, vesin Mauchuan I 

MAUGHUAN 

Te ! Moussu ; per lou coou , 
Sieguez lou ben vengut. Que si passo de noou 
Qu'avez quitta la villo ensin subre semano ? 
Vous pourtaz toujour ben ? 



84 QUAN DB PUOUX AK KOOU SAUMOS? 

MOUSSU PALIBER 

Jusqu'aro la campano 
Se soueno que meìs clas roumpra pas lou battan. 

MAUCHUAN 

Tant milhour ! Et que fan tout lou mounde à rhoustauP 
Madamo ? leis pichouns ? 

MOUSSU FALIBER 

Tout aquo si carregeo ! 
£t de si souleilhar an toujours boueno envegeo. 

MAUCHUAN 

Leis faut leissar venir magiment leis enfants. 

MOUSSU FALIBER 

Mauchuan , sabez pas tout ; coumençoun d'estre grands , 
Mi dounoun de souci. Leis enfants de la villo 
Leis foout tenir de court , cavo proun diffìcilo ; 
Leis foout faire estudiar ; enca lou pus souvent 
Li siaz per vousto peno et mai per vouste argent. 

MAUCHUAN 

Paureis pichouns ! Leis mious tenoun un autro vido ; 
De longo tout lou jour courroun per la bastido. 

MOUSSU FALIBER 

Eh ben ! as tort, vesin ; et perque mi va dies 
Mando leis à Tescolo et s'en troubaran mies. 

MAUCHUAN 

Poudez aguer resoun, dirai pas loucountrari; 



QUAN DE PUOUX AN NOOU SAUMOS? 85 

Mai pensaz ti qu'aquot li siegue necessari ? 
lou sabi pas legi , va diou pas per orguil , 
Pamens ai ben viscu fìn qu'à l'houro de v^hui. 

MOUSSU FALIBER 

Aro si que li sian ! aqui m'en contes uno ! 

Qu'un paysan sache ren , la cavo es troou coumuno ; 

Mai t'agradariet pas, tu que sies meinagier, 

S'escassamen poudiez marquar sus lou papier 

Teis coraptes , teis trabailhs? ce que fas din l'annado?. . . 

MAUCHUAN 

Es qu'auriou plus besoun de manegear Paissado ? 
Gresi que lou nìilhour es d'anar de l'avant , 
L'escrioure, lou legir fan pas perlou paysan. 
Quan avez de bouens bras qui \i fa litturo ? 

MOUSSU FALIBER 

Vai ti pouedes ventar d'aguer la testo duro, 
Tenes, en ce que dies ; pamens, per que li siou 
Ti voueli arresounar et quan meme saupriou 
De li perdre moun tems, foout toujour que v'assagi ; 
En m'escoutan bessai changearaz de lengagi. 

MAUGHUAN 

Tan ben si poout; boutaz, tout que siegui pas fin 
Entendi la resoun. 

MOUSSU PALIBER 

Digo m'un pauc , vesin , 



86 QUAN DE PUOUX AN NOOU SAUMOS ? 

Oespuìs que sies neìssu , gagnes la vido à fouire 
D*argent ; as pas besoun de n'aguer à revouire : 
Ta familho a de pan , n*en demandes pas mai. 
Siou pas per t*en blaimar ! Soulament ti dirai 
Qu'arrisquaz d*estre court quan n'avez ges de resto ; 
Fas alo de teis bras. Mai lou travail de testo , 
Contes que siegue ren ? Cadun din soun mestier 
Deou saupre ce que fa; tant mestre coumo ooubrier,. 
L'interest avant tout es la reglo ; et per vioure 
Din touto counditien , Thome a besoun d'escrioure , 
Degun s'en poout passar. De mai, la lei va voout; 
Voout que tout ce que fez siet nouta coumo foout , 
Es lou milhour mouien de si n'en rendre eompte. 
Bessai, ce que ti diou va prenez per un compte , 
Ti troumpes , moun vesin. De fouire va proun ben , 
Mai de soupre chitrra, crei ti que gasto ren? 

MAUCHUAN 

Quc vous dirai , Moussu , mi parlaz coumo un libre ! 
Songi en ce qu'avez dich , et viou que siaz pas libre. 
Dre que la lei va voout , basto , n'a proun per iou ; 
Mi passi de litturo et resti coumo siou. 

MOUSSU PALIBER 

A parlar francament , si poout gaire coumprendre 
Que sicgues tant espes ; ti voudriou faire entendre 
L*avantagi que Ta d'aguer quauquoinstrutien. 



QUAN DB PUOUX AN NOOU SAUMOS ? 87 

Qu saup se teis enfant seran senso ambitien? 
Qu saup se foudra pas que vagoun à l'armado ? 
Aquo li serviriet per aguer quauque grado. 
Paysan vo mesteirau , sordat vo ben marin : 
Senso plumo, degun poout faire soun camin. 

MAUGHUAN 

Soun camin , lou faran mai d'un autro maniero : 
En quíttan lou fusiou tournaran à rauriero, 
M'ajudaran que mies; enfin, à meis enfants , 
Per plumo li darai lou mancbe de tres pans. 

MOUSSU FALIBER 

Ah I vai , vai , parles plus , sadoules ma patienço ; 

En raço leis paysans, vous truffaz de la scienço. 

Sus lou meme bardot siaz louteis enfourcats , 

Mai s'agis pas ti diou de faire d'avoucats ; 

Fai que sapoun soun compte et n'a proun , es d'à creire 

Que t'en ramarciaran , sies enca per va veire. 

Moun paire, m'en souven, d'au tems qu'eri pichoun, 

Mi forçavo toujours de dire ma liçoun . 

Ah ! s'aguesse viscu ! Per malhur lou perderi 

Qu'aviou pas meis quinze ans, puis apres m'embarqueri. 

Sabez qu'ai n'avegnat , mai coumo eri pas sot; 

Fasiet gaire moun fai de restar matalot ; 

Mangeavi tout beou just et mi soubravi gaire. 

Alors en estudian , quan aviou ren à faire , 



8« QUAJS DE PUOUX AN NOOU SAUMOS? 

Eme ce que salùou n'en vengueri au moument 

De pousque coumandar enfìn un bastiment. 

Es uqui . moun vesin , que Ta de tablaturo 

Quan ti troubes soulet sus la grando planuro ! 

La mar , toujour la mar , coumo un large toumbeou , 

Et de touteis leis bouts, lou ciele per capeou ! 

Hurousament la scienço alors ven en ajudo 

Mai parlar de boussolo o ben de latitudo. 
En d'homes coumo tu seriet gaire lou cas ; 
Pamens, sabez que faut de cartos , de coumpas ; 
Meuie per dirigear lou bastiment qu'avanço, 
De la terro au souleou faout saupre la distanço. 
Ti demandi s'aqui l'home deou carcular ? 

MADGHUAN 

Applantaz-vous, Moussu; laissaz m'un pauc parlar. 
Mi fez ensouvenir qu'un de meis vieils coulegos, 
De la terro au souleou mi noumbravo leis leguos ; 
Ero un ancien marin 

MOUSSU FALIBER 

Eh ben ! (jue ti disiet ? 

MAUCHUAN 

A dire lou verai soungeavi que risiet. 

MOUSSU PALIBER 

Nani que risiet pas ! S'es de besoun encaro 
Ti va carcularai ; ges de cavo pus claro ! 



QUAN DE PUOUX AN NOOU SAUMOS 5 89 

MAUGHQAN 

Anen , vous lagnez pas. Fes mies, proumettéz-mi 
D'escoutar la questien que feri à moun ami. 

MOUSSU FALIBER 

Parlo , t'escoutarai ; maugra ta testardiso , 

Resto encaro proun sau dintre ma testo griso ; 

Per respoundre sus tout, siou per ti countentar, 

Et mies que toun ami, bessai sabi countar ; 

Voueli enfin de teis uils fa toumbar leis escaumos ! . . . 

MAUCHUAN 

Eh ben ! soyo , viguen ; quan de puoux an. .. noou saumos T 

MOUSSU FALIBER 

Noou saumos 1 

MAUCHUAN 

Se n'a troou , mettez quatre vo cinq : 
Vous pagui, se va diaz, un flascou de bouen vin. 

MOUSSU FALIBER 

Noou saumos I^La questien à tout lou mens es drolo I 
Ounte as apres aquot ? 

MAUCHUAN 

Mi ven pas de Tescolo, 
Lai jamai mes leispeds, va sabez. 

MOUSSU FALIBER 

Es egau ; 
Ta demando , moun home, a qu'un pichoun defaut .... 



90 QUAN DE PUOUX AN NOOU SAUIfOS? 

MAUGHUAN 

S'a qu'un pichoun defaut, Taura bessai remedi ; 
£t puis es pas moun biai de demaadar lou credi. 
Que defaut li troubaz ? 

MOUSSU PALIBER 

Va voues soupre , pitouet. 
Bh ben I ce que mi diez n*a ni tcsto ni quoue .... 

MAUCHUAN 

Oe testo et mai de quoue leis saumos soun pas senso; 

Aro vous viou venir , m*anaz cerquar chabenso ; 

A voueste demenet mi va siou ben pensat. 

Digaz pus ieou , digaz que siaz embarassat ; 

Eme tout voueste esprit li siaz noou coumo un fifre. 

MOUSSU FALIBER 

Mai de qucstiens ensin la degun que leis chiíTre; 
En que pouedoun servi ? 

MAUCHUAN 

Toutaro va veirep, 
Esperi que m*aguez respouendu quaucaren. 

MOUSSU FALIBER 

Auras tems d'esperar. Se voues far de countresto , 
Per ti faire plesir mi roumprai pas la testo. 
Parlo chrestian se voues , alors ti respouendrai ? 

MAUCHUAN 

O moun brave moussur, sogur que parlarai ! 



QUAN DE PUOUX AN NOOU SAUMOS ? 91 

Et parlarai chrestian dre quensin vous agrado. 

Entantou ma questien mi Tavez pas destriado , 

Es un pichoun malhur ; l'home saup jamai tout ; 

Laissen aquot , prenguen rafîaire dau bouen bout . 

D'abord m'avez cerquat; m'avez dich sus lou mourre, 

En parlan deis enfants , que leis laissavi courre , 

De leis mettre à Tescolo. A qui vous ramarciou ; 

Countaz à vousto modo et iou compti à la miou. 

Puis venez à meis bras , mi diaz que n'en foout glori , 

Mi ventaz lou proufit que ven de l'cscritori , 

Goumo se lou magau dounavo pas de pan. 

Rato portien, va sabi, ai gaire de gazan ; 

Mai lou pichoun proufìt cargo pas la counscienço. 

Leis paysans , es verai , soun gaire glouts de scienço ; 

Que bouenan n'en farien? S'entauli quauque vas, 

Mi fau per l'aplanar ni reglo , ni coumpas. 

Senso saupre legi quan meni moun araire , 

Teni l'estevo drecho et lauri pas de caire , 

Per fouesso long que siet ; quan tiri un bastardeou , 

L'engauti coumo foout , meme senso courdeou ; 

Et se parlan de vous , quan mi parte uno cailho , 

M'arribo raramen de perdre ma granailho. 

Et vous que chiffraz tant, li siaz toujour coustier, 

Et la plumo souven empouarto lou gibier. 

Es verai qu'au besoun n'en debitaz de bellos ; 



92 QUAN DE PUOUX AN NOOU SAUMOS? 

Parlavîaz tout escas dau ciele , deis estellos , 
Dau camin que rauriet de la terro au souleou , 

Et puis que sabi mail Moussu , siou pas creireou! . . 

Tout aqueou parauli n'es qu'uno coungituro , 
Degun va mesura. Per contro , à la seguro , 
Deis noou saumos pourriaz , en vous prenen de tems , 
Coumptar touteis leis puoux , n'aguesse de milliens. 
Mi diaz qu'a n'un marin la scienço es necessari , 
Sera coumo voudrez ; per iou mi n'en boujarri , 
Aquo m'es inutile ; et quant à meis pichouns , 
S'an de sens seguiran jamai vousteis liçouns. 

MOUSSU FALIBER 

En verita, Mauchuan, siez un fuec d'artifici; 
Se ti counouissiou pas , diriou qu'as la malici. 
S'erez predicatour vo s'erez avoucat , 
Es pas fauto d'halen que restaries tanquat. 
Daumagi si fa tard , v*anan mettre à diminge ; 
En dejunan ensem , vouli aguer moun revènge. 

MAUGHUAN 

Vague li! diou pas noun. Mai pacho counditien 
Qu'alors m'espUcarez lou noux de ma questien . 



TIMOUN 



CONTE 



ju matálot Timoun, que desempuis renfanço 

Avie gagna sa vide en navegan 

m Miejour din lou Nord , dau Pounent au Levant . 

la fin desarmet en arriban en Franço. 

Vous demandi s'ero countent ! 
81 debarquavo en sauvamen ( 

Et per coumplir la benhuranço, 

S'ero soubra tout plen d'argent. 

•esi, diguet Timoun , qu'ai fach moun darnier viagi ; 

Et per vioure tranquilamen , 



94 TIMOUN 

Mi resto plus qu a faire un bouen mariagi. 
Un bouen mariagi I escassamen, 
Serie de devinar uno fremo proun sagi. 
Mai per malhur, din touteis leis pays 
Qu'ai trafegar, lou femelan qu*ai vist 
En raço a lou defaut d'estre gaire sauvagi ! 
Hurousamen que siou plus apprendis 
S'un coou mi lanci à rabordagì, 
Aquelo que prendrai faut que Taganti au nis. 
Quan a proun carcula, nouste home intro en campagno 

Per si cerquar uno coumpagno, 
£ft fet tant de camin qu'a la longo arribet 
A n'un vilagi au found de la mountagno. 
Aquit soun viagi s'accabet ; 
Ce que cerquavo v'atroubet. 
Leis gens eroun simplas , vivien d'in Pignourenço, 
Et franc de quauqueis uns que venien en Prouvenço, 
Sourtien pas de l'endret. Lou Couleguo Timoun 
Jittet leis uils sus d'un mourroun 
Qu'aviet la pastat d'innoucenço 
De faire soun pourtret n'en viou pas lou besoun, 

Vous la figuraz aquot senso. 
Revenguen à Timoun. Coumo aviet fouesso escus , 
Li fouguet pauc de tems per engensar Taffaire : 
Si saup qu*un home riche a jamai lou refus. 



TIMOUN 95 

La filho , lou paire et la maire 
Douneroun lou counsentiment. 

Enfin venguet lou jour dau sacrament ; 
Parents , amis , vesins , siegueroun de la noueço ; 

Si manget ben , si beguet fousso , 
Et nouste matalot semblavo un benhuroux. 

Puis quan lou jour s'en va, cadun filo soun noux ; 
Bouen vespre et boueno nuech, tout lou mounde s'embrasso 
Din sa chambro à la fin quan soun ren qu'eleis dous, 
La novi fa d'un er crentoux : 

— Digo , Timoun ? de que caire es ma plaço , 

Vau d'atribord vo d'ababord ? 

— Vai-t'en au boiou , vai , fa lou marin , cauvasso ! 

I 

Aquelo si que mi despasso ; 
Et siou vengut tant luen per aguer aqueou sort ! 
Tant vouliet mi negar quan eri din lou port ! 



COUNFESSIEN DE PATROUN RHIBAUD 



-í» ' 



CONTB 



8e jusqu'aro ai tengu ce que vous ai proumes, 
Esperi ben que mi sera permes 
De vous countar uno drolo d'histori 
Qu'engardara de languitori, • 

Fouesso gens que bessai, blaimaran moun prepau, 
Si troumparan segur, mai per iou m'es egau, 
Franc coumo l'or et pus net que lou nori 
Mi riou jamai de ce qu'honori. 

Un ancian pescadou , lou vielh patroun Rimbaud , 



COUNFESSIBN DE PATROUN RIMBAUD 97 

i*aviet taî>ta sa part de la vaquo enrabiado , 
a jour que remendavo à rabri dau mistrau , 
iviset de soungear à sa vido passado. 
i remaumian disiet : Q'liouro ben , q'houro mau , 

Ma vieilho peou i*ai remouquado ! 

Et tirassado un pauc pertout 

N*ai rescountra de fouesso duros, 

Tant de verdos quede maduros. 

Entantou siou toutaro au bout ! 

que farioupas ben de prendre me^s mesuros 
Afîn de pas toumbar din la gorgeo dau loup ! 
)u gaire bouen chrestian , mai n'a de pus Jean fesso ; 

Aimi uno brigo lou bouiroun , 
verai ; mai n*en a que van à la counfesso 
que si genoun pas de secar lou bidoun 
) lou barriou. Siou vieilh, l'affaire m'interesso ; 

Eh ! qu'saup ? meme bessai presso, 

Entandaumens presse vo noun , 

Goumo elleis aurai lou pardoun. 

Pas pus leou fîni sa poustagno , 

Vaqui nouste brave patroun , 

Que senso faire de loungagno , 

De l'Egliso pren lou camin. 

trobo lou Cura ; — faut puis faire uno fìn. 

Li dis : Voudriou que tout de suito 

7 



98 COUNFESSIEN DE PATROUN RIMBAUD 

Assagessias de m'un pauc counfessar? 

— Moun ami , voulentiers ; poudez pas mies pensar ; 
Siou tout à vous mi faut qu'uno minuto. 

Dins un moument leis vaqui touteis dous , 

Un assetat, l'autro à ginoux. 
D'abord fan coumo à l'ordinari , 

Lou ccremoni neccssari. 
De vous va détailhar seriet fouero prepau; 

Enfm venoun au principau 

— Quan l'a de tems ? ii demando lou pero , 
Quan i'a de tems que vous siaz counfessat?.. . . 

— Eh ben I devino-va ? li fa lou bagassat ! . . . 

Lou paure capelan sachet plus ounte n'ero , 

Et si pensavo : aqueou chrestian 
A tout lou brindou d'un booumian. 
Au boLit d'un pauc, pamens , toumo a la cargo: 

— Bessai l'a mai d'un an ? — Un an I . . . alargo ! alargo. . . 
Respouonde lou })atroun. — Et quan n'a? quatre o cinq? 
— Voguo, voguo .' — N'a dex ? — Pougeo! — N'abessai vingt? 

— Pedsus] anc, voguo fouart! — Esqu'en'auriet quaranto? 

— Orso toujour , pitouct... — Enfui , quan n'a? seissanto?.. 

— Araarro amarro — Anen, beni siet Diou!!! 

Sias bcn fouesso ignouren; que vousdirai, moun fiou. 
Li dis lou counfossour, que lou rire gagnavo, 



COUNFESSIEN DE PATROUN RIMBAUD 99 

Et qu'esten talounaire eou même proun requis, 
Sabiet plus de que biai deviet prendre la cavo : 
De penitens ensin jamai n'aviet ges vist. 

Quan à pauc pres au clar an tira soun affaire 
Lou capelan li fa quauqueis mots d'instrutien 

Au sujet de la Religien , 
Et puis l'ajusto : — Moun bouen fraire ! 

Sabez qu'apres la counfessien 
Counven toujour de mettre un pauc de pinitenci I 

— Ya sabiou , la miech houro que \i pensi : 

Mai l'auriet pas mouien de si pousque accordar, 
Respouende lou patroun ; ounte m'anaz mandar ? 
Que resti pas planta coumo uno pastenargo : . . . . 
Aurez un pauc pietat d'un encian matalot 

Qu'a toujours navega ; puis mi siou fach devot : 

Entantou poudi plus quasi portar la cargo I . . . . 

S'anavi fìnqu'Argier?— Argier ! alarguo, alarguo I 

Eh ben I se siaz counsent parti per lou Levant? 

— Viro de bord , pilot , crido lou capelan , 

— Goumo? faudra partir bessai per l'Ameriquo? 

— Yoguo , voguo pitouet ! — Faut lou tour de 1' Afriquo I 
— Ped sus banc, voguo fouart I — M'en vau din lou Japoun? 

— Orso, pilot. — Nimai ! Bagasso ! n'a pas proun I 
Alors ounte bouenan voulez que vogui. . . . au diable. . : . 



100 COUNFESSIEM DE PATROUN RIMBAUD 

— Amarro ! amarro I miserable , 

Vas mai de cinq cent fes mille fes merita. . . 

Mai lou Signour es tant plent de bounta , 
Que mouienant que ti soumettes 

Et qu'aro meme li proumettes 

Dc faire ce que ti dirai 
Seras sauva ? — Bagasso I va farai. . . . 
Viguen ce qu'es aiçot. — Penden uno mesado 
Faudra beoure que d'aìguo et mangear de pan sec. 
— Es pas poussiblel es uno talounadol.. . . 
Mi voulez far crebar de la fam et dau set I . . . 

— Tendras ce qu'as proumes ; n'as douna ta paraulo 
Et fagues pas la gatomiaulo 

So voues que lou bouen Diou t'accouarde lou pardoun. 

— Patroun Rimbaud si gratto lou mentoun , 
Respounde plus , si levo et marcho vers la pouarto 
En marmoutian : Ma santo , fe de Diou I 
Aquelo penitenci es troou maigro per iou 

La farai pas , n*en petaríou . 

Uno ideio li pren ; subran d*uno voix fouarto 
En si virant soueno : — fíoou I d*aou cabanouû I 
Lou capelan pareisse dau cautoun : 

— Eh ben î quo voulez mai ; perque tant de tapagi : 
Gresez d'estre à la mar , moun ami vous troumpaz. . . . 



COUNPESSIBN DE PATROUN RIMBAUD 101 

— Mi trounpil qu' va saup I . . . senso vous far daumagi : 
Au pan, au vin? accoumoudarias pas? 

— Nonn, anaz moun ami, que Diou vous tengue sagi. 

— Et vous, moussu lou Gounfessour, 

Diou vous tengue gaiUard. Salut ; à l'avantagi ! 
Tournarai s'uncou siaz plus de michante himour. 



LOU CURA D'AUVARO 



CONTB SUS DOUES RIMOS 



Un brave cura de villagi 
Perdiet soun tems et soun latin 
A sermounar sero et matin 
Soun poplo, qu'ero pas troou sagi. 
Li poudiet choousir soun lingagi, 
Li pouarge dau fouart et dau fîn 
Ren li fasiet. Perdiet couragi ! 
Nouste Gura, las à la fìn 
De jugar un tau persounagi , 
S'aviset d'un tour proun malin. 
Fet venir soun cler Angoustin , 



LOU CURA d'aUVARO 103 



Pitouet revilhat coumo un pagi , 

Et din tres jours d'apprentissagi 

Endooutrinet lou pelerin. 

Yenguet lou jour dau patrounagi. 

Lou Gura lest coumo un lapin 

Dis l'oouffìci, selon l'usagi, 

Puis en cadiero mounto enfìn. 

En coummençant fìelavo prin , 

Puis pauc à pauc venguet l'auragi , 

Puis prenguet sa voix de lutrin : 

« Pople feniant et libertin ! 

» Dirai meme pople voulagi , 

» Lou signour m'a dich toun destin, 

» Et toun malhur es toun ouvragi. 

» T'aviet, per sortir dau jambin, 

» Douna d'un bouen cura l'imagi ; 

» Mai Tas regarda coumo un chin , 

» Et l'infer sera toun partagi ! 

» Signour 1 d'aqueou pople mesquin 

» Destournez pas vouste visagi. 

» Pardounaz li I seriet daumagi 

» De lou dannar coumo un couquin ! 

» Pardounaz li I » . . . — Jamai tau trin . 

Jamai tau reviro meinagi : 

Leis fremos plouravoun à ragi , 



104 LOIT CURA d'aÌJVARO 



Leis homes tenien lou front clin, 
V'auriaz tout pres em'un couGn ; 
Quand , au mitan d^aqueou tapagi , 
Uno voix pleno de pegin 
Respoundet: Noun I pople sauvagil 
Pardouni pas ! . . . — Mestre Divin , 
Pardounaz-li ; per eou m'engagi 
A rintrar din lou drech camin 

— Pardouni pas I Pople mutin 
Ti pentiraz de toun ooutragi 1 
Ijeis gens cercavoun un passagi 
Per s'enfugir luenc dau bousin .... 
Mai per bouenhur, tanto Gatin 
Penset qu'ero soun íìou lou magi 
Et cridet gounflo dau verin : 

— « Taiso-ti, mourre de patin ; 
Taiso-ti , sies qu'un caguo à ragi. 
Se ti creses de faire ensin, 

Va veiraz ; faudra que m'assagi 
De t'espooussar lou casaquin , 
Et feniras toun bregandagi. » 
Mai pardouno en cade vesin , 
Qu'esfrayes de toun repepiagi ; 
Sustout pardouno à moun morbin , 
Qu'à tu couesto pas d'avantagi. 



LOU CURA d'aUVARO 105 



£t lou cura dau gros charpin, 
De pas ruissir din soun bamagi 
S'enanet sot commo un toupin. 



ALEISSI 



EGLOGUO : IMITASIBN PART1C13LIER0 



Estoufega d'amour per la bello Aleissï , 
Lou borgier Gouridoun triste , jaune et passi, 
En cantan au seren s'ero enrhauma , peccaire , 
Aviet lou cerveou pres , sabict plus que li faire : 
Beviet toujour de lach , mangeavo que de meou , 
Pourtavo un gros bounet souto un large capeou. 
Mai luen de demenir seis tourments augmentavoun , 
D'amour et de rhaumas leis dous uils li plouravoun , 
Et soun naz fìn qu'alors tant parfielat , tant prim , 

Ero gounfle et vioulet coumo lou fruit dau pin . 
Aviet perdu la voix : sa voix claro et tant neto 



ALBISSI 107 

Narregeavo en parlant que semblavo un auqueto. 
Triste effet de l'amour, triste effet de la toux, 
Lou bergier Gouridoun ero ben malhuroux. 

Aqueou toussir pamens que tant lou carcagnavo , 
L'aviet de jours qu'en pax de vooutos lou laissavo ; 
Alors vers Aleissï , per mies estre entendu , 
Anavo d'escoundoun senso faire de brud. 
Un jour , en la vesen couchado sus la bauquo , 
EouVentounet subran de sa voix fausso et rauquo : 
« cruello Aleissï ! mi voues veire au clausoun ! 
» Ai bello ti cantar, toujour mi dies de noun ! 
» Et dau tems que Paver à l'houro de la chaumo , 
» S'amoulounoun au fresc dessouto quauquo baumo; 
» Aro que lou limber qu'es tant glout dau souleou, 
» Estendu sus la lauvo à soun sadoul lou beou ; 
» Quan per leis meissouniers , esquintas de fatigo , 
» ThestiUs touto à floc din lou mortier embrigo 
» Juvert , mentasthre , ailhet , rouqueto et pebre d'ai , 
» lou ti cerqui en susan coumo si poou pas mai ; 
» Et desfìdan lou caou que couino meis espalos , 
» MescU meis brams d'amour eis cansouns deis cigalos. 
» Bouto, em'AmariUis eri mens malhuroux , 
» Maugra sa mino fiero et seis ers despichoux ; 

» Et la bruno PhiHs ? Es verai sies pus blanquo. . . 

» Mai la flour d'ooulivastre es sequo sus la branquo 



108 ALEISSI 

» Quan ravausse pertout es leouge dau vermeou ; 

» Et puis ! . . . fàut pas jugear deis bestis sus la peou. 

» Ali ! se sabies qu'siou?. . Mi manquo pas fourtuno . 

» Ai douge trentoniers de superbo cabruno , 

» Deciraoutoun en pax lenchiscle et Roumaniou , 

» An toujour de lach fresc siegue hiver, siegue estiou, 

» Tout es ensounaiJha ; darrier Marsilhâveire 

» Fan parlar leis valouns ; ti farien gaud de veire 

» Douge menouns choousis per li dounar lou vanc , 

» Sembloun leis generaux que caminoun davant. . . . 

» De mai sabi cantar ; ti dirai la coumpleinto 

»Qu'Amphioum autreifes, din leis vaux d'Aracyntho, 

» Caritavo en recampan seis troupeoux. Per azard , 

» Assettat i'autre jour en ribo de la mar, 

» Mi siou vist, cresi fouart, au found de l'aigo claro ; 

» Vai , siou pas tant vilen ! changeariou pas de caro 

» Erae lou beou Daphnis ; Aleissï, jugeo-n*en. 

» Ah I s*ero pas ma toux, bessai mi voudries ben . . . 

» S'estou sero vouUez venir din ma cabano 

» Mi faire soulament un toupin de tisanno , 

» Ren qu'un soulet toupin ! Alesti de ta man , 

» que remedi bouen ! seriou gari subran. 

» Bergiero, dreisso-ti, vai fa bouilhir de rouellos 

» Et preparo-mi n'en un pareou d'escudellos ; 

» Anen despacho-ti, fai vo per carita 



ALBISSI 109 

» Que bouenhur se per tu moun jas ero habita ! 
» Gardarian l'escabouet, puis anarian en casso , 
» De retour cantarian ; iou ti fariou la basso, 
» Tu faries lou dessus. que plesir charmant 1 

» Apprendries à jugar de la flûto de Pan I 

» Pas de pan per mangear ! de Pan , diou deis siblaires ! 
» Pan qu'aimo leis troupeoux coumo s'eroun seis fraires ; 
» Vai , t'enpentiries pas de prene meis liçouns ; 
» Se v'aujavo , Amyntas , raubariet meis cansouns. 
» Pan es lou beou premier qu*en gardan din la plano 
» S'aviset d'engensar quauqueis mouceous de cano 
» Per n'en faire un siblei. Moun paure ouncle en mouren, 
» D'un ooutis à pauc pres mi vouguet far present : 
» Te , me diguet , nebout, vaquito un siblet rare , 
» Lou croumperi l'autre an lou jour de sant Lazare, 
» Es fach de sept canouns ; apres iou t'es degut ; 
» D'aqui ven qu'Amymtas m*en a toujour vougut. 
» Ti gardi dous cabris, dous tardouns que sa maire 
» Nourrisse desoun lach ; se leis avien fach faire 
» Serien pas tant poulids : soun tasselas de blanc, 
» Uno faisso de roux i'envirauto lou flanc. 
» Testhilis leis voudriet; mi fagues plus i'escoutOí 
» Autrament de soun jas segur prendran la routo. 
» Pitoueto , songeo li , fagues plus sant Thoumas I 
» Ah ! la toux mi pren mai I maugrabiou lou rhaumas 



110 ALEISSI 

» Yene , t*en vagues pas ! Leis nymphos , pastourello , 

» T'aduen d'hielis flouris à plcno canastello ; 

» Et la blanquo Naïs emplisse soun faoudiou 

» De fenou, de ginesto et gloujaou d'abriou, 

» T'en fara de bouquets, li mcttra la garrano 

» Etla palo Yiouletto eraé la majurano. 

» que sentiran bouen ! Ti daraï de coudouns 

» Roux coumelou fîoud'or, gros coume meis dous poungs ; 

» Aï dc prunos farnoues , de castagnos nouvellos; 

» Amaryllis n'en vôut , chôusiras leis pus bellos; 

» Et vaoutrès laousiers verts, et tu nertho d'amour, 

» Mesclaraï vousteis jiets per ni n'en faïre hounour. » 

Tèclé de Gouridoun ! De tout ce qué poues dire , 

Aleisï, qu'aimés tant , de longo fa que rire; 

Mespreso teis présents , s'en trufo souto nas. 

Ah ! qu'aï dich , malhuroux ; ah ! qu'aï fach , darnagas : 

Aï iarga lou mistraou sus leis flours embaimados , 

Aï banili lou scu^ìier din leis fouents argontados. 

m 

Aleisï, mi voues pas, t'ai bello anar d'apròs, 

Qutì Pallas quittó plus lcis villas qu'a bastidos; 

Per n'aoutròs , leis fourets soun toujours pus poulidos. 

Toujours la licno ardento es en cerquo d'ôu loup, 

Lou loup cerquo la cabro , et la cabro lou brout 

Que lou printems adus , lou tendré brout qu'embaimo , 

leou ti cerqui , AUûsï: cadun cerquo ce qu'aimo ! 



ALBISSl 111 

Mai regardo , leis buoux , d'un pas pesougé et plan , 
En tirassan Paraire à l'estabie s'en van; 
Lou souleou, paou a paou , per si couchar descendé , 
L'oumbro din leis vallouns et s'allongo et s'estendé ; 
Et ieou , de teis refus siou tout despoulenta : 
Mai quand l'amour nous ten , sian à sa voulounta. 
Gouridoun ! Gouridoun 1 de segur venes fouele ; 
Gaouques fouèro Tierôu , trapeges din lou mouele : 
Ta vigno es pas poudado , et s'un côu l'hiver ven , 
Peccaïre, aouras ni vin , ni trempo escassamen. 
Trabailho et doumtaras lou chagrin que ti mino , 
Marido lou jounc souplé à la souplo aoumarino ; 
De filhos , gros taloun , t'en manquara jamai. 
Aih ! paoure, sieou perdu : la toux m'aganto mai. . . 
A la fìn s'assouelet ; d'un uil plen de tristesso 

Regardet d'apcrtout , cerquave la pastresso 

Ero vis-à-vis d'eou , drecho sus d'un roucas , 

Qu'en durben une man , lou pouce aou bout d'où nas , 

De l'aoutro H fasietun moulinet rapide. 

Quan lou doulent mesquin viguet aqueou tour hoûmicide , 

Toumbet sus seis ginoux , puis s'amourret aou soû : 

Va faguet pas pus long , n'en petet sus lou coû. 

Ensin per m'amusar, quan sabiou pas que faire, 

Engaougnavi leis vers d'un famoux latinaire. 

Ai tort, va farai pkis ; n'en demandipardoun. 

La terro siet laougiero aou paouré Goiiridoun ! 



LA CIOUTADENQUO 



Qu*un leventi din seis vingt ans , 
Fier de sa barbo que pounchegeo , 
Sente soun sang que bounbounegeo 
En vesen de mourrouns charmants 
Et fague petar la courregeo 
Per troutar, à traves de champs, 
Sus leis piados de quauquo bello , 
L'anarai pas cerquar querello , 
Aimariou mai piquar deis mans : 
Selon lou dire deis encians, 
La jouinesso foou que si pasâe ; 
Metti qu'un tau garo bouen tems 



LA. CIOUTADBNQUO 113 



Enie seis foulies vous tracasse , 
Foout pas qu'aquo vous embarasse : 
Se voulez qu'ague leou de sens , 
Maridaz lou I Din pauc de tems 
Lou veirez souple coumo un basse 
Et n'aurez fach dous de countents , 
Mai qu'un vieil ladre senso dents , 
Parce qu'es bouCfre d'ooupulenci ; 
Maugra soun atte de neiscenci , 
Soun esquino tout de canteou , 
Soim suq rascla coumo un naveou , 
Gerque d'aguer la preferenci ; 
Aquo passo ma coumprenenci. 
En que songeo aquel estourneou ? 
S'aujavi dire ce que pensi, 
Li fooudriet dounar d'un gaveou 
Et puis lou mettre en penitenci, 
\"auriet millo fes merita. 

Sus d'aqueou sujet m'an counta 

Uno histori divertissento 

Qu'es arribado à la Cioutat ; 

La fin n'es un pauc pus couiento , 
Mai, siet fablo vo verita , 
Mi semblo talament plasento, 
Que de la dire siou tenta. 



8 



114 LA CIOUTADBNQUO 

A la Cioutat , villo renoumenado , 

Viviet , sabi plus quan Ta d'ans , 
Un bouen moussu qu'aviet la centuro daurado : 

Ero un marchand , la perlo deis marchands ; 
Soun houstau^us iou port fasiet bello fîguro, 
Sa boutigo ero pleno et de telo et de drap , 
Endiano , caUcot , miejo lano , doubluro , 
N'en-aviet per lou fred , n'en-avipt per lou caud, 

Et dau soou fìn qu'au d'haut 

Tout ero plen à trauc ; 
Mai lou pus beou mouceou , la péço la pus fìno , 
Aquelo que fasiet recampar leis chalands , 
Ero sa fìlho uniquo : aviet noum Batistino , 

Gento pitoueto de seze ans. 
Oui ! de seze printems pourtava la courouno, 
Em'un parauli doux , pus doux que lou bouen meou ; 
Seis huils eroun crentoux , sa bouqueto mignouno , 

Seis dents blanquos coumo la neou ; 
Ren de pus avenen que touto sa persouno ; 

Tanben l'aviet pas jouvenceou 

Que noun ii fesse un pauc l'aleto ; 
Roudejavoun toujours prochi de la fìlheto 
Coumo lou parpailhoun à l'entour dau flambeou, 
Au pró , vo sus lou port . au sermoun , à la messn. 



LÀ CIOUTADENQUO 115 

De countuni seguien seis pas ; 
^èn resteroun , debado , em'un gros pan de naz 

Quan saperoun qu'ero proumesso. 
tf ai proumesso ! de bouen ! Un jouine marinier , 
^itouet, deis mies bastis , lou fiou d'un capitani, 

S'ero presenta lou premier. 
Ren que de veire un tau particulier, 
Ges de fìlbo auriet dich de nani. 
îls proun verai que nani es un mot rebutant , 

Et leis pitouetos quan soun d'iagi 

De soungear au mariagi 
'roboun Ipu mot de voui fouesso pus agrandant ; 
t se de leis blaimar qualiq'un a lou couragi , 
iou pas de soun avis , senso anar pus avant , 

Tournen à Mise Batistino 

Em'au coulego Ferdinand. 
'erdinand ! . . tout d'abord cadun eisa devino 
Qu'es lou noum dau pitouet charmant 

En qu deviet dounar sa man. 

ten leou din tout Tendrct s'en sachet la nouvello , 

Et leis amis et leis parents , 
Et leis vesins et touto la siquello 
Laisseroun ges perdre de tems, 
La dounavoun per escudeilo ; 



116 LA CIOUTADENQUO 

La cavo cs touto naturello : 
Maridaz-vous, farez parlar leis gens. 

Entantou din lou port un brick ero cn partenço . 
Lou pairc dau pitouet 1 anavo coumandar ; 
Lou mariagi soulct l'aviet fach retardar 
D'estro jà leun dies couestos de Prouvenço. 
S'agissiet dounc dc faire diligenoo , 
Et per va fenir au pus lcou 
En rcn avien espragna la despenso ; 
Tout ero lest : la chambro , lou trousseou , 
Lou pus chier et lou pus nouveou 
Et lou pus l)eou. 
Quan tout d'un coou ! regardaz que chabenso ! 
Lou vieil marin toumbo malau , 
Et din quauqueis jours es tant mau 
Que va faire atte de presenço 
Din la countrado dau repau ! 
Adiou leis nouessos et lou gaud 
Et touto la rejouissenço 1 
La mouart en intran din Thoustau 
Em'ello aduguet leis allarmos. 
O que de plours et que de larmos 
L'aguet en aquello auccasien I 
Sabi ben qu'un simple [countaire 



LA CIOUTADENQUO 117 

Es pas tengut de cerquar rintentien. 

Per provo de ma dispretien 
Dirai que n'aviet proun de la perto d'un paire 
Per far neisce tant de regrets 

Et que degun bessai soungeavo gaire 
Au desplesir de veire alluenchar seis souhets. 

Dins un tau reviro-meinagi, 
Leis parents assemblas tengueroun lou counseou ; 
Lou doou permettiet plus de parlar de mariagi ; 

Sus lou moument aqueou lingagi 

Auriet sembla troou crimineou ; 
De mai lou bastlment cargat per un long viaigi 

Fouliet que partesse au pus leou. 

Per s'en sortir d'aquelo argagno , 
Apres fouesso resouns arresteroun lou plan 
Que lou paire esten mouart counveniet que l'enfant. 
Qu aviet deja sus mar fach mai d uno campagno, 

Per capitani partiriet , 
Et pies que de retour tout si defeniriet. 

Aro , se m'en sentiou capable , 
Diriou leis adioux doulouroux 
D'aqueleis douis jouvens, qu'un sort troou regretable 
Forcet de si quittar au moument d'estre huroux. 



118 LA CIOUTADBNQUO 

Dau temple dau bouenhur , la pouarto en apparenci 
Per eleis si durbiet de la man deis amours ; 
Coutavoun de rintrar per un camin de flours , 
Un coou de vent subran la sarro eme vioulenci 
Et changeo soun espoir en uno fouent de plours. 

Mai , ma voix es tant alassado 
Que per anar au bout de ma longo charrado 
Aimi mies m'aplantar et prendre un pauc d'halen , 
Mentre que Ferdinand, sus la plano salado, 
Lou couar endoulenti, naveguo tristamen. 



Voguo , beou brick , vers de plageos nouvellos , 
Qu'un vent huroux fague tezar teis vellos 

Tant de nuoch que de jour ; 
Voguo, de longo em'un beou tems durable , 
Que jiisqu'au port lou ciele favourable 

Proutcge toun retour. 
Alluenchaz-vous negros tempestos 
Uilhauts , tounnerros , brefouniés , 
Bancs, accourents , troumblos funestos, 
Soumbres esteoux , traites dangies , 
Dau rescontre de la baieno 
Et dau cantar de la sereno 



LA CIOUTADENQUO 119 

Diou sauve gens et bastiment ; 
Qu'en tournan dau pays estrani 
Et matalots et capitani 
Nous arriboun hurousament. 
Voguo, beou brick. 

Se coumo la dindouleto 
Poudiou changear de climat , 
Partiriou touto souleto 
Per mi pauvar sus toun mat. 
Fatigado d'iin long viagi, 
Veiriou toun brave equipagi 
Prendre coum'un bouen presagi 
Ma vengudô en arriban ; 
Et lou couar plen d'allegresso, 
Hurouso de ma feblesso, 
Recounnuiriou la tendresso 
De toun jouine coumandant 
Voguo, beou brick. 

Ah I se lou ciele escouto ma priero, 

Vers iou ben leou ti veirai revenir. 

Un jour huroux, luse din Tavenir, 

Que deou doou sort amouessar la coulero ! 

Jour de bouenhur I tardes pas de venir 



120 LA CIOUTADENQUO 

Per mcttrc fin à ma tristo misero ! 

Alors mcis maux seran qu'un souvenir ; 
Aiors viourai plus que per ti benir. 
Voguo , beou brick ! 

D'uno mourento voix es ensin que cantavo 
La pauro Batistino, agounido d'ennuis, 

Lou couar doulent, lcis plours eis uils. 

Entandaumcns toujours lou tems marcbavo; 

Pcr la scgoundo fcs, l'astre paire dau jour, 

De seis douge maissouns tournavofar loutour, 
Despuis quc Ferdinand, poussat per soun estello, 

Vers l'estrangi pays aviet guida sa vello. 
Dcja meme lou tems marqua per soun retour 
Aviet passat, senso pamens, ges de nouvello; 

Ce qu'ero devengut, ni per mau ni per ben 
Dcgun n'en sabiet ren. 

Entantou la pauro affligeade 

Passavo pas de jour senso que sus la mar 
Jittessc un long regard. 

Din soun espoir toujours troumpado, 

Fasiet plus entendre seis chants : 

Ero coumo la flour per l'açaire toucado 
Que si passisse din leis champs . 
Leis encians pretendcnts la.jcresen counsoulado, 



LA CIOUTADENQUO 121 

Si mettien mai sus leis rangs. 
Soun paire 11 disiet : Fai couragi, ma filho ! 

Ai que tu de familho, 
Leis ans et lou chagrin m'acclapoun de soun fai ; 

Qu saup se Ferdinand aicit tournara mai ? 
Songoo-li ; sies enca din lou bouen de toun iagi , 
Ti poues chabir, se voues, proun à toun avantagi; 
Manquo pas de partis, n'en a que m'an parla : 
Ti voudriou veire ben, mouririou counsoula. 

— Ah ! li respoundiet la mesquino, 
Gresez-va, siou sensiblo à voustre bouen prepau 
Et toutun sus aquot tenez-vous en repau. 
Sabi pas Pavenir que lou sort mi destino , 
Mai gardi Ferdinand au pus found de moun couar; 
Voueh vioure per eou , quan meme siègue mouart. 
Et puis ! qu'saup s'un jour lou destin men countrari , 
Nous l'adurra pas mai? Per iou, vous va deáclari, 
Vendriet Tenfant dau rei que li fariet de ren ; 
Se Ferdinand ven plus, eme vous siou prounben. 

O Ferdinand ! se jusqu'à toun aurilho 

Un parauli tant bouen , tant generoux, 

Ero pourta per quauque bouen genio , 

Eme resoun t'estimaries huroùx , 

Mai se sies viou , tourno din ta patrio , 

D'estre de fouero es souvent r'angieroux. 



122 LA aOUTADBNQUO 

Entanterin , maugra tant d'inquietudos , 
Quauqueis encians amis , selon seis habitudos , 
Leis venien veire proun souvent ; 
Un subretout, que l'ero à tout moument, 
Dounavo seis counseous , de longo si mesclavo 
Dau present , dau passat , meme de Tavenir , 

Et cadun l'escoutavo ; 
S'enso s'imaginar ountc vouliet venir , 
Toujours couroux, toujours miso soùinado; 
Aliscat comme une pipado 
Que la souartoun dau massapan. 
Degun auriet soungea qu'aguesse la pensado 
De si semoundre et si mettre en avant 
A la luego de Ferdinand. 
Pus dessecat qu'uno harencado, 
Per soun malhur ero vieil coum'un banc , 

Et sa suquo pelado 
D'uno parruquo ero tapado ; 
Les uils, lou naz eme ieis dents 
Et lou restant dau persounagi , 
Per va vous despintar mi prendriet trop de tems. 
Toutun s'aviet contr'eou l'encounvénient de liagi, 
Li restavo un grand avantagi 
Que lou mounde n'en fasien cas ; 
En parlan d'eou , disien : Es riche coumo un masc. 



LA CIOUTADBJSQUO 123 

Aro , à va dire franc , si poout gaire coumprendre 
Qu'apres aver fach veire un sentiment tant tendre, 

Batistino venguesse à si laissar tentar 
Per leis ofifros d'un vieil fach per la degoustar. 
Mai foout saupre qu'alors uno affrouso nouvello 

L'aviet demountat la cervello : 
Ferdinand ero mouart, n'en poudiet plus doutar, 

Ensin li v'announçavo uno lettro cruelio. 

Apres aguer courru milo dangiers, 

Vittimo d'un triste naufragi , 

Lou bastiment et l'equipagi 

S'eroun perdus sus leis bords estrangiers. 

Jugeaz eme qualo vioulenci 
Esclateroun subran leis pus vivos doulours I 

Que de lagnos et que de plours 1 

Lou paire, home de sens, esperavo en silenci ; 

Puis enfin arribet ce qu'arribo toujours ; 

Lou tems, de seis alos blesidos 

Semblavo aguer cubert touto aquelo passien. 

Alors lou vieil sesisset l'auccasien , 
Oouffrisset seis houstaus , seis bens efc seis bastidos. 
Lou paire en l'entenden, faguettant, diguot tant, 

Que Batistino enfin counsentet en plourant. 

Au mes de mai, sus la branquo tramblanto , 



124 LA CIOUTADENQUO 

Vesen brillar uno roso charmanto ; 
L'uil es ravi de seis vivos coulours 
L'er emhaima de seis douceis ooudours. 
Mai qu'un matin vengue uno mistralado , 
Tout d'un tencnt la roso es desfueilhado, 
Gounnouissez plus la pus bello deis flours ; 
Talo à pauc près la paure Batistino, 
Lou couar estench et lou visagi en plours , 
Eme regret tristament s'encamino 
Jusqu'a Tautar ounte deou per toujours 
S'encadenar à soun sot espousaire ; 
Yieil bouesc amat qu'a tout Ter à soun caire 
Dau paleissoun qu'un prudent jardinier 
Per precautien tanquo au ped dau rousier ; 

Enfin , per accabar de dire , 
La richesso prenguet la plaço de Tamour, 

Leis nouessos agueroun soun jour, 
Nouessos que n'en-aviet per ploura efc per rire ; 
Mai lou ciele qu'es juste aura ben leou soun tour. 



3 



S'ero passat quatre ans desempuis la journado 
Que Ferdinand , poussa per soun marri destin, 




LA CIOUTADENQUO 125 

S'alluenchavo dau port lou couar plen de chagrin. 
Gadun din la Gioutat plagniet sa destinado , 
Gadun sincerament regrettavo sa mouart ; 
Per un vieil impoutent , Batistino gardado , 
Passavo de soun caire uno vido enrabiado. 
Plus ren din l'avenir flattavo soun espoir , 
Et lou passa soulet ramplissiet sa pensado. 
Un diminge matin , lou jour en si levant. 

Gouchavo davant d'eou la nuech espavourdido ; 

Lou souleou pauc à pauc mountavo triounfant , 

La terro à soun aspet semblavo esbalouvido ; 

Tout escas seis long rais dauravounla Gioutat, 

Ounte deis habitans uno boueno mita 

Aviet pa'nca soungea de fretar seis parpellos ; 

Es en aqueou moument qu'un brick à pleneis vellos 

S'avançavo cubert de millo pavaiihons ; 

En s'approuchant dau port fa rounflar seis canouns. 

Au fracas, au sagan d'uno tant fiero aubado, 

Deis jouyoux mataiots la voix despastelado 

Li mesclo lou refrein de seis gayos cansouns ; 

Et deis baus de Cap-nayo eis rouinos de Taurento , ^ 

Lou ressouen li respouende et s'estende et s'aumento , 

Et la terro frenisse au luen din leis vallouns. 

Au mitan d'aqueou brud, touto despoutentado , 



126 LA CIOUTADBKQUO 

La foulo sus lou port deja s'es accampado; 
Es alors quc lou brick arribo fierament, 
Et viro en ameinant sa velo desgounflado. 
Lou canoun s'es taisdt; din lou meme moument , 
Un beou pitouet pareis sus lou courounament; 
Semblo qu'a lou bouenhur escrich sus lou visagi ; 
D'un mouchoir à la man saludo lou rivagi; 
Puis, en haussantleis bras, s'escrido tresportat: 

Et vivo la Gioutat ! 
Au souen d'aquello voix , lou pople qu'esperavo 
Recounnouis lou marin detouteis regretta: 
Lou paure Ferdinand aviet ressuscita. 
Cadun applaudissiet , cadun deis mans piquavo , 
Enfìn de touto part s'auvet plus qu'un long bram ; 
Benvengut millo fes, benvengut Ferdinand. 

Apres uno nuech passado 
Din lou troublo et la terrour , 
La filho dau pescadour 
Au d'haut d'un roucas , quilhado , 
Si va mettre davant jour. 
Au mitan de l'estendudo 
De la mar , onca moougudo , 
Gerquo deis uils et dau couar 
L'humble bateou que separo 



LA CIOUTADEKQUO 127 



Soun paire de roundo amaro 
£t deis pouartos de la mouart. 

Tout d'un coou la gentp fìlho 
Si dreisso , parte en courren ; 
Laugiero coumo lou vent , 
Arribo din sa familho , 
S'asseto, a plus ges d'halen : 
Gounsoulaz-vous , boueno maire , 
Nousteis gens istaran gaire 
D'estre aicit; soun din lou port 
A l'abri de la tempesto , 
Vogoun em'un er de festo 
Et manquo degun à bord. 

Aquelo boueno paraulo 
Rasseguro tout Thoustau , 
Soun countens. Au bout d'un pauc 
S'entende haussar la cadaulo , 
Lou paire intro. Fan qu'un saut, 
8i li pendoun à soun couele ; 
Lou brave home semblo fouele : 
Fremo, fîlho, enfant jouyoux, 
Gadun U fa sa caresso, 
Et de tresports d'allegresso 



128 LA CIOrTADEKQro 

Marqiioun soun retour huroux. 

Jís cnsiii que per carriero 
S'entendiet de tout cousta 
Lou cris que dau port mounta 
Rcmplissiet la villo entiero. 
Que boucnliur diu la Gioutat.! 
Ferdinand si debarquavo, 
Gadun lou folicitavo 
Do soun rotour susprenen ; 
D'autros n'en voulicn ren creire , 
Mai courrien per l'anar veire : 
Tout lou mounde ero countent. 

Tout lou mounde ! . . aqueou mot , siou fourçat de va dire 

Despasso un pauc la verita ; 
Ferdinand, lou premier , risiet que d'un miech rire . 

De seis amis enviroouta ; 
D'estre informa de tout aviet pas fouesso ista 
Sa joio ero quo troou mesclado de tristesso ; 

Et sa doulento do mestresso , 

Qu pourrict dire soun etat ! 

Din la soulitudo suspresso 

Per lou tapagi ot lou sagan 

Que lou brick faguet en intran , 



Là CIOUTADENQUÒ 1^9 

A la fenestro s'ero messo. 
Hailas ! quan viguet Ferdinand , 
Au soou si jittet en plouran 
En si reprouchan sa feblesso. 

Mai lou pus trementat d'aquel avenemant 
Sieguet lou vieil jaloux. Sachet din lou moument 
En rhounour de que sant fasien aquelo festo. 
Arribo à soun houstau leis uils fouero la testo: 
— Madamo I A l'avenir, de vouste appartament 

Sortirez plus ; tenez-vòus li tranquilo. 
Prenez gardo sustout de m'escaufar la bilo, 
N'ai déja que troou de resoun ; 

Entantou gardarai la clau din lou boussoun 

N'en poou pas dire mai, subran viro redoun ; 
La sarro à double tour et tourno din la vpfc. 

■ 

paure vieillard dessenat 1 
Enque poout servir ta malici ? 
Eme lou tems, lou ciele fa justici; 
Ben leou vas recueilhir lou mau qu'as samenat ; 
Et leis lettros qu'as destournados 
Em'aqueleis qu'as inventados 
Per far creire la mouart de toun jouine rivau , 
De plus degim soun ignourados: 
Tcut lou moude ti n'en voout mau. 

9 



130 I,A GIOUTADENQUO 



Lois cavos (rcnterin, semblavo pauc à pauc 

Qu avien pres sa routo ordinari ; 

Batistino, din soun armari, 
Aviet ler de si faire à soun ennui mourtau ; 

Es verai que per la distraire 
Son ^eoulicr li veniet countar de tems en tems 

Prones digncs do paire et maire ! 

Coumo voueli pas tuar leis gens ! 
Leis rcpetíirai pas, ct mai li perdran gaire. 

Si parlavo plus tant , vai dich , de tout aquot ; 
Xouslc home ero countent et meme i'escapavo , 

En mouestran leis claous que portavo , 
De dire qu'en aqueou que lou fariet capot 

D'avanço li va perdounavo ; 
Mai de Tausir parla ensin 

L'aviet degun , parent , ami , vesin , 
Que noun eme plesir l'aguesse vist en peno. 

Un sero à l'embmni, loucouar rempli de gaud, 
Si recampavo à soun houstau; 
En pareissen , vis la carriero pleno 



LA CÌOUTÀDEIsQUÒ 131 

De gens qu'allucavoun en haut ; 
S'avanço ! Que ti vis ! . . . La fenestro badiero 
Et sa fremo qu'a Ter de prendre un pauc lou fresc ; 
Oh ! couquino î li siou ! ti vau pagar ta fìero 1 
Mounto leis escaliers dous à dous , tres à trcs , 

La coulero l'haussavo en pes , 
Semblavo un enrabia. Duerbe et d'uno cadiero 
Li mando sur lou couele un coou per tuar un ai , 
Et la mesquino en bas toumbo testo premiero. 



Subran un cris d'esfrai 
Resclantisse din la carriero : 
lou bregand ! lou vieil marriassas ! 
S'aumens quauqu'un Paguesse rout leis bras , 
De tout segjur l'auriet pas debaussado I. . . 
Mentre d'aquot , la foulo amoulounado 
8'aííougo per regir la fremo qu'es au soou. 
Jamai degun a- vist talo estubado I 
Esti poussible 1 que curo ! que coouT 
Aquelo si que conto ; es mai que Jean Trepasso. 
La pauro malhurouse que l'aviet tant fach poou , 
Ero ni mai ni mens uno fremo. . . d'estrasso ! 
13 n tour tant ben juga faguet rire leis gens , 
Et la loubo fet plaço eis applaudissaments. 



132 LA CIOUTADENQUO 



Q'houro lou vouiajour, las d'uno longo routo, 
Yis pareisse de luen leis couelos dau pays ; 
S*asseto voulountiers, et dre qu'es paavadis 

Si levo, parte testo souto , 
Laugier coume Toousseou que vouelo vers soun nis. 
Ensin , desempuis que m'oouccupi 
De vous faire un recit que fenisse jamai , 
Siou din lou meme cas ; vo ben , se v'aimaz mai , 
En n'en vesen lou bout siou quasi coumo l'ai 

Que quan sente la grupi 

Li va d'un pas pus gai. 

Esfraiat d'un malhur que cresiet veritable , 

Lou vieillard csglariat descende adessavau ; 
Quan a vis lou paquet , mounto mai din Thoustau 

En mandan leis fremos au diable. 

sort affroux ! sort miserable ! 
L'aguessi au mens chabido' aquot serietmiech mau! 

Ount'es qu'a passa la couquino? 

Se Tatrobi dc bouen , li faut petar resquino ! 

Que qu'arribe ! . . . m'es ben egau ! 
En tenen aqueou desprepau 



LA CIOUTADENQUO 133 

Tafuravo pertout, mettiet tout en derouto, 
Viravo tout dessus dessouto ! 
De Batistino ges I Aguet bello cerquar. 
Pas mouien de la destrauquar. 

A la fìn , avanit de la grosso coulero , 
Jougnetleis mans : — Et iou , que l'ai fach tret de pcro . 

Que Tai dounat tout ce qu'aviou ! 

M'a ben ista ! mai se poudiou 

Lòu diable empouarte leis fcmellos ! 

Sieguet soun radier mot , traviro leis parpelos. 
Leis vesins espantats courroun au medecin ; 
Debado, trepasset avant lou dematin. 

Mai, direz, Batistino ounte ses escoundudo? 

Voque bouen an es devengudo ? 

santeis gens ! vous enquietez pas troou , 

Boutaz , si sera pas perdudo : 

Uno fremo fa ce que voout ; 
Tout que fousse enca jouino , ero deja proun fino 
Per saupre ben mountar soun coou : 

Ajudado d'uno vesino , 
Darriez d'un large cadre avien fach un grand trau . 
Passet d'aquit per courre à l'houstau pairoulau. 

Bessai demandarez encaro 



134 LA CIOn'ADBNQUO 

S'espou.set Ferdinand ? A dire loii verai , 
Jamai n'ai ren sa^m : toutun accordarai 

Que la cavo seriet pas raro : 
Va poudez mettre ensin. s'es ensin que vous plai: 

Ajustaz-li , se vous agrado . 
Quîaguoroun ilo pichouns la pleno garenado : 
Et per va demeiitir, sc vous cerquoun proucès, 
Sera pas iou spjzur que l'ai íies dMnterest. 

Aro, reslo leis gens ierrats sus la mouralo . 
Que diran : En que bouen un tant long papafard , 
Per estampar la foulie d'un vieilhard ? 
Din tout recit , la cavo principalo 

Es la liçoun que s'en poout tirar Car. . . 

Tstaz en uno .... ai rescassat la ballo . 
La remandi senso retar. 
8'ai ben coumpres vouesto pcnsado . 
Moun obro manquo de jjourtado , 
Et siou troou franc per vous dire de noun , 

Es ensin que l'aviou jugeado. 
Mai s'à forço voulez aguer uno liçoun 
En fenissen , l'aurai leou debitado : 
Un conte es pá'n sermoxin. 



LA GUERRO SINGULIERO 

vo 
LEIS D0U8 RAUBATORIS 



RECIT POETICO-BURLESQUE 

Despartit en cinq mouceoux 



I 



lou, qu*en despiech deis counseous dau bouen sens 
Quand sìou sadoul de masantar l'aissado, 
Cerqui en riman de gaubegear lou tems ; 
Aro qu'ai plus din ma testo curado 
Qu'un fai mau liad d'ideios de rebut, 
Voueli cantar un fet pauc counnouissut ; 
Mai pcr malhur ai 1a voîx engamado , 
Et cantar rauq sabi qu'es pas reçut. 



136 LA GUERRO SINGT'LIERO 

Entanflaumens l'obro es enlamcnado: 
Per qu*ai tant fach (raccoumoncar la fuado, 
Dobanarai íìnqu'aii l)ont moun esoan, 
Et puis tixnt pis se marresti au mitan. 

Rovilho-ti, pauro muso à l'aíroni: 
Revilho-ti , souertc de toun ropau , 
Istes pas raai; vai quorre ta founfoni 
Et mounto la suslou ton prouvenoau. 
Fai que saccouerdo eme moun antifoni . 
Huroux scrai se meis vers rapegoux 
Pouedoun passar bouenadi toun secous. 

8*agissc pas de prendrc la museto 
Per revioudar leis amours dois l)erp;iers, 
Encaro mcns d'embouquar la troumpeto 
Per celebrar leis coumbats deis guerriers: 
Taleis sujets mi restoun estranciers. 
Pcr n'en parlar, fooudriet quauquc i>oueto: 
Siou qu'un rimaire et meme deis groussiers. 

Escassamen countarai laquorello 
Que si lcvet entre lcis pescadous, 
Et deis paysans la bando criminello 
Que din la nuech, sus seis ajoucadous, 



LA GUERRO SINGULIERO 137 

L'anet raubar touteis leis pissadous. 
D'un pesseguier de sa frucho troou bello 
Partet rembroi que mettet lou pays 
Din d'empachiers coumo jamai s*es vist. 
Aquot d'abord semblo uno bagatello ; 
Toutun veiren que de pauc s'en manquet 
De n'en venir uno guerro cruello ; 
Mai par bouenhur lou Giele s'en mesclet, 
Et tout d'un coou la pax li revenguet. 

Per m'ajudar dins un tant gros affaire, 
Muso I n'a proun d'un siblet d'adoubaire : 
Suivant la voix foout mettre l'instrument ; 
Va sabes, siou qu'un paure musicaire ; 
Et d'enterin qu*assages se va ben , 
Mi resto encaro uno priero à faire. 

Puissant Bacchus, que tout bouen accabaire 
Eme respet saludo per patroun ; 
Tu que per sceptre as un mestre griffoun 
"Et per courouno un superbe emboutaire , 
Diou Gautaru I que veilhes au bouiroun , 
Escambarlat sus toun large boundoun , 
Fai mi lusir ta caro de boufaire 
Et toun gros naz rouge coum'un pebroun. 



138 LA (iUERRO SINGULIBRO 

O diou boumbu ! soustien de tout cantaire , 

Per carita viro ti de moun caire, 

De toun secous ai lou pus grand besoun. 

Aro qu'ai dich ma radiero vouresoun , 
Muso, attaquen lou premier raubatorì : 
— Dau tems passat, vautreis qu'avez memorì , 
V'ensouvenez d'aquei estang famoux 
Qu'ero trevat per tant de soufilo-moust ; 
A Panpalot s'entreino moun historí. 
Es déja luench aqueou tems benhuroux, 
Pousquessî au mens n'en revioudar la glorí I 
Panpalot ! si poudiez mai toumar, 
De toun cstang counouiriez plus la plaço 
De teis canards resto plus ges de traço ; 
Et coou segur t'en voudries enanar 
Eme regret d'aguer fach cambo lasso. 

A parlar franc , aquel estang moustoux 
N'ero ren mai qu'uno taverno escuro, 
Sourne tubet. laido et tristo masuro, 
Qu'aviet lou noum soulament d'aigassoux. 
Un gros ramas pendoulat sus la pouarto 
Ero l'ensigno, et l'aoudour duro et fouarto 
Que n'en sourtiet, vous trepougniet lou naz 



LA. aUERRO SINGULIERO 139 

Eme leìs uils. S'entraviaz quauqueis pas, 
Vesiaz plus ren; franc Tespesso tubiero 
Qu*en s'estendent curbietla sallo entiero, 
Et vous cresiaz d'arribar en infer 
Din lou chantier que meno Lucifer. 

Vaquit l'endret ounte cade dissato 
Après soupar, leis enfants dau magau, 
Venien à booudre arrousar soun peitrau, 
Rire, cantar, beoure, agantar la miatto, 
En fen tubar lou flamme cachimbau. 
Un sero adounc, din la sesoun dau caud, 
Just lou dîssato , uno taulo alloungado, 
De vingt canards si troubavo envooutado ; 
Vingt regalas, lou veire à pleno man, 
Lou couar countent, la cervello escauffado, 
Tant que poudien mettien sus la bugado, 
Et senso fín jittavoun bram sus bram. 

Quan tout d'un coou, la vesto sus respalo, 
Gapeou de pouncho et lou gauset tezat, 
Jean ped Gan pareisse din la sallo. 
A soun aspet lou sagan s'es taisat ; 
Vingt voìx ensem lou souenoun, li fan festo, 
Goulego Jean ? siegues lou benvengut, 



140 LA GUERRO SINGULIERO 

Vcne ; lou vin es pa'nca tout begut ; 
Asseto-ti, Ta de plaçode resto, 

Quan meme; aicitn'en a toujours per tu. 
Per leis amis, se Jean es ben reçut; 
X'a renmerite , es un garçoun de testo , 
IMcn dc judici ; a de mai lou renoum 
D'estre pas tendre à n'un cas de besoun. 
S'es assetat. Per premiero resoun. 
Lou Gapourier, lou meyou de la bando, 
ÍjÌ dis : Eh ben I que nous contes de noou? 
De noou ! fa Jean ; laisso mi beoure un coou 
Et respoundrai de suito à ta demando. 

Pousso d'un gestsoun capeou susl'arriez, 

D 'un godou plen si lavo lou gousier, 

Toussisse, escupe, et reprendla paraulo; 

Degun que bouffo afìn de l'escoutar. 

Meis bouens amis, va proun ben de cantar 

Allegrament à Tentour d'uno taulo, 

Faire boucan , de longo riboutar ; 

Mai quan sauprez un pauc ce que si passo. 

Tout vouste gaud bessai fenira leou, 

S*estremara coumo fa la limaço 

Que quan a poou rintro din soun creveou. 



LA GUERRO SIKGULIBRIO 141 

Touteis sabez que Meste Rencureou 

Isto soulet eme sa fìlho Dido ; 

La counnouissez , es un brave mouceou ; 

Se l'ajustaz uno saumo emmaigrido, 

De la familho aurez tout lou tableou. 

Sabez tanben que prochi sa bastido 

A din sa vigno un pesseguier famoux 

Goumo bessai s'en troubariet pas dous 

Gargat de frucho I es uno merevilho ! 

Tanben n'es fìer , et va dire pertout 

Qu'en qu pourra n'y nen raubar un brout 

Es decidat de li dounar sa fìlho ! 

Semblo qu'es proun ? mai sian pa'ncaro au bout ! 

Per précautien a raounta sa cabano 

Au ped de l'aubre ; en cas d'avenament, 

Din lou fusiou fa resquilhar de grano 

Pas troou pichouno ; et dre que la nuech ven, 

Li va couchar sept coous de la semano ; 

Malhur adounc en qu s'azardariet 

D'anar cuilhir la frucho defendudo , 

Es coou segur que si n'en pentiriet, 

Manquariet pas d'aguer la benvengudo, 

Et loupresent, cresi fouart, li couiriet. 

V'avez saput , la cavo es enbrudido ; 

Pertout leis gens n'en parloun à d'arret 



142 Là GUERRO SIMGÛLIERÓ 

£h ben I maugra respoir de prendre Didò , 
Degun fìnqu'aro es esta proun adret 
Vo proun hardi d'arrisquar la partido, 
Et leis pus fiers troboun d'augo à Tarret. 

Entantou viou senso estre devinaire 
Que jusqu'aicit moun parauli vous fa 
Lou triste eiïet d'un dinat rescauffat ; 
Touteis sal)iaz dejhouro aquel aíTaire 
Et voulentiers l'auriou laissat per caire 
S'aviou pousqu ; mai naturelamen, 
Goumo leis buous passoun davan raraire « 
Davant la fìn foout raccoumençament. 

Puis ai besoun dc prendre un pauc d'halen ; 
De tant parlar mi ten la bouquo sequo ; 
La bagni pas , mi pareis , proun souvent. 
S'a moun recit troubaviaz quauquo dequo , 
Ven que d*aquot. Per reparar lou tort, 
M'anaz emplir ma tasso fìnqu'au bord. 



n 



A Toouratour d'uno grando assemblado, 
De tant en tant li foout d'aigo sucrado; 



LÁ aUEÌRRO SlNGULlEttO 143 

Mai tout lou mounde a pas lou goust tant fin 
Per amoussar sa gargamello abrado. 
Jean empasset un plen veire de vin 
Mies que se fousse estat de limounado ; 
Puis s'escuret per mai roprendre ensin : 

« Aro , parlen de ce que nous pretoquo. 
» Tandigan siet de Meste Rancureou , 
» E§ ben tout un ; s*aguesse roumpu roquo , 
i> Aurìet pas fach la mita d*estampeou. 
» Eis cabarets s'entendiet jamai qu'eou; 
» De si trufar , de galegear , de dire 
» Que lou jouven sian tout d'homes per rire , 
» Que s'aujan pas faire trauquar la peou ; 
» Fenissiet plus ; toujours memo repliquo, 
» Memo cansoun ; enfin , lou vieil rarapeou 
»» Va puis tant dich que l'an coupa la chiquo ; 
n Et s'es troubat dous enfants dau quartier 
» Que las d'ausir toujours la memo aubado 
» Senso ren dire , aquesto nuech passado 
>» L*an espooussat soun famoux pessaguier. » 

Siaz estounaz restaz necs de m^entendre , 
Un tour ensin es fach per vous susprendre I 
Meis bouens amis , va serez enca mai , 



144 LA GUERRO SINGULIERO 

Quan n'en aurez escouta lou détail. 
Lou fet , v'ai dich , dato d'ahier au sero ; 
Fasiet pas luno et lou tems ero niou. 
Noust'home adounc s'ero mes à respero , 
L'aurilho au vent, la manisu lou fusiou, 
Quan tout d'un coou lou brud d'uno sounailho 
Vcn trebouelar soun*repau pcnsatiou ; 
Aih 1 cadcnoun ! 11 «iou vo noun li siou ! 
Es-ti poussiblo ! oh ! maudicho canailho ! 
Goum'a pousqu duerbir soun establoun 
Mi troumpi pas ? de segur es Biseto? 
Meis beis escoucts ! couquino de saumeto 1 

Va pagaras Souarte dau cabanoun 

Coum'un perdu , va vers la campaneto ; 
Mai tout boou just es a mitan camin , 
Qu'on Tentendon , lou diable de saumin , 
I^arte en sautan , viro d'unautre caire, 
Souto seis peds escracho ramo et rin , 
Meis beoux escouets! li cridavo, peccaire. 
Lou paure vioil cn li courren après I 
Mai Panimau d'abord que s'approuchavo , 
D'un autre bord en troutan si sauvavo : 
Auriaz jura que va faguesse esprès , 
Se doutaviaz tant siet pauc de la cavo. 
Fez attencien que lou tems ero sourn , 



L.V GUBRttO SIKGULIER0 145 

8e li visiet pas mai que dins un four ; 
Puis quan l'aguet proun fach courre bourrido , 
Lasaumo enfin viro vers labastido. 
Lauvat siet Diou! Si penset Rancureou , 
8'anan parlar, et malhur cVta peou ! 

En arriban , per coumençair la danso , 
Derrabo un pauq , de Testable .s!avanço , 
Lou vis dubert, intro coumo.un furioux ; . 
8eis uils lusents semblavoun doux fusioux. 
Lou bras haussat , camino vers la grupi , 
En mème tems allongo l'autro man 
Per arrapar l'animau maufatan. 
De restabloun fa lou tour en chaspan. 
De saumo , ges I Alors , coumo la supi , 
Jitto lou negre. Augi pas repetar 
Leis letanies qu'aissot li fet cantar. 
Sìegueroun longs , et coumo poudez creire, 
Lou mcndre sant aguet ren à li veire , 
Tout qu'eme fuec parlesse dau bouen Diou. 

Estoufegat , boudenflc de la lagno 
D'aperalin souarte pusmouart que viou; 
A jabo mai gueiro din la campagno 
Per destousquar l'animau fugitiou ; 

10 



r 



110 LA GUERRO SINGULIERO 

V'ai dcja dich , lou tems. ci'O troou niou. 
Alors faguet de casteoux cn Espagno; 
Lou mourre mouart, entredents si disiet : 
Aicit viou proun que Ta de masquarie , 
Entandaumcns siou las, lou souen mi gagno, 
Et d'agucr poou quasi m'escaparietl. . . 
Au beou mitan d'aquclo ravarie 
Lou sounaiUioun dindet à Tavanturo : 
M'engani pas I es Biseto ! ô que Guro I . . . 
Et lou brud vcn justou dau pesseguicr !. . . 
En dian aquot, parte d'aqucou couslier, 
Nuech de malhur! nucch traito! nuech danadol 
Es toun manteau qu a cucrbi tout aquot. 
Pas luench d'aquit la besti es estacado , 
Mai Rancureou pagara sa bravado ; 
A troou parla , faut que siegue capot. 

Figuraz-vous se deguet restar sot; 
Encaro un coou , la saumo tant cerquado 
Aviet parti ; lou mesquin , coum'un toc, 
Resto plantat Au bout d'uno passado 

Lou doule ven 1 Souspicho à lapensado 

De visitar soun aubre , soun trésor ; 

L'ero dc long , lou toquo tout d*abord ; 

Mando leis mans , lou couar plen d'ìnquletudo , 



LA GUERRO SÎNGULIERO 14: 

Ghaspo per tout , dau d'abas finqu*au d'haut : 
Regrets tardioux , hailas I peno perdudo , 
De soun beou fruit resto ni proun , ni pauc ; 
Per li dounar eijfìn lou coou mourtau , 
De la sounailho au pesseguier pendudo , 
Seis mouvaments fan piquar lou batau , 
Toumbo subran gielat coum'un frejau. 

Gresi qu'es tems , per coumprendre la cavo , 
De l'espliquar ; la vau dire au pus court: 
Leis dous fenats , per \ì jugar lou tour, 
Avien choousi lou moument que gueiravo ; 
Puis daise , daise et de garo pachoun 
Erounanas jusquo dinl'establoun. 
Vite au saumin leverounla sounailho , 
Puis à l'escart prengueroun uno drayo 
Que leis menet à la cambo d*un pin ; 
Aqui la besti, uno fes amarrado, 
Forço vo gra \ì passet la nuechado. 
Nousteis voulurs , prouvis d'un gros gourbin , 
Que 11 deviet servir à sa maniero, 
Dau meme pas s'en van din uno auriero , 
Et la sounailho alors si mette en trin ; 
Subran maugra la nuechet la sourniero, 
Vien Rancureou que pounchegeo abrivat. 



14S LA GUERRO SINaULIERO 

Gadan alors de soun caire s'en va ; 
Un din lou bcn davant lou paysan lampo , 
£t puis Tespero , et puis si sauvo mai, 
D'aicit, d'ailat , caussigo rin et pampo 
Enfen soun juec coumo s'ero verai; 
Franc dau bramar , rauricn pres per un ai I 
Dau tems que l'autrc à pas laugiers descampo ; 
Au pesseguier va drech faire soun fai , 
£t coou sogur iaisset ren au degailh. 
Dejhouro avez devina tout lou resto. 

Quan Tai d'esprès aguet fach proun detours 
De virovous, de pauvos, de countours, 
Leis dous amis, per accabar la festo, 
Au ped de l'aubre, à l'istant counvengu, 
S'eroun troubas cadun à soun degut: 
Et la sounailho cncaro un coou moougudo , 
A n'uno branquo cnfìn sieguet pendudo. 
Alors, countents d'aguor fini soun juec 
De fruits requis la gouarbo ravouirado . 
S'eroun sauvats francs dc touto assipado 
Et Rancureou Taviet vist que de fuec 

A queou recit de suito dounet luec 
De fouesso rire en toute la gabiado. 



LA GUERRO SINGULIERO 149 

Ma fe de Diou ! la farso es ben jugado , 
Feroun à Jean ; mai d'aqueleis lairouns, 
As oublida de nous dire leis noums ! 
Vous leis dirai ; respounde lou countaire , 
Vous leis dirai: mai quan leis aurai dichs , 
Siou ben segur que reslarez candits. 
D'avanço viou la mino qu'anaz faire ; 
Creigni qu'aissot siegue un marrid afifaire ; 
Vai prejerri din lou coumençament, 
Et siou toujour dau même sentiment. 

Enfìn , voulez saupre leis boueneis voyos 
Qu'en escouban lou fruit tant defendu 
A nousto naz an merita leis joyos? 
Es bouenamen German eme Baudu ! 
Douis pescadous ! aquit tout lou misteri, 
Leis counnouissen : German es un arleri, 
Un sautembarquo , un marrid sabourud ; 
Mai l'autre ooubrier a la pougno soulido , 
Aqueou Baudu passo pas per malaut ; 
Jamai degun la branda lou mourrau, 
Es dis toujour que deis gens de bastido 
Es decida de n'en faire un pelau , 
Ni mai , ni mens. Lou Baudu nous voout mau; 
Et Rancureou qu'es enca plen de vido. 



m LA GUERRO SINGULIERO 

A n'un deis dous faudra que doune Dido. 
Voulias de noou ; re que vous ai counta 
Es noou de resto, et tout la verita. 



III 



Leis gens d'esprit que saboun la litturo, 
Siegue escrivans, noutaris, modecins , 
Meme avoucats, aurien de tablaturo 
Se li disien : Vautreis quc sias tant fins 
Et quo destriaz à premiero vengudo 
Leis gros missaux et la lettro menudo, 
Digaz per que din noustc terradou, 
Quan lou paysan parlo dau pescadou, 
Senso sujet s'en trufo, lou destrato 
De bagassat, curaire de pignato, 
Coucho vestit. Tanben rhome de mar 
Si geno pas per n'en dire sa part 
Et sus lou coou debano soun escagno 
En licridan : Pantou, sauto baragno, 
Rouigo caloux I encar'es que miech mau 
Quan leis basseoux siegoun pas lou prepau. 
Coumo que siet, la cavo es veritablo ; 
Et moun récit, ben lucn d'estre uno fablo. 



LA GUERRO SINGULIERO 151 

I 

Va prouvara din sa siraplicita ; 
Tournen lou prendre ounte Taven quitta. 

Çuan Jean aguet feni sa mourrailhado 
Qidun subran toumbet en reflessien, 
Auriet fougut veire aquello bregado 
Et subretout la mino que fasien; 
I'aviet de que rire de coumpassien : 
A n'un la pipo entre dents li treraouelo 
Coumo lou vent ía tremouelar loujounc; 
A soun vesin, lou mitou li pendouelo, 
Semblo à pauc près lou fraire d'un dindoun ; 
A pleno man l'autre ten soun mcntoun, 
Alluquo en haut, relargo leis parpellos; 
Soun er inquiet vous fariet supausar 
Qu'eis calamans demando leis estellos, 
Vo que saup phis en que sant s'adreissar ; 
La magi part, abouvas sus la taulo, 
Soun espantas, leis prendriaz per des muts, 
Brandoun pas mai que s'eron d'estatus. 

Viguen enfîn qu prendra la paraulo 1 
Maucho de lenguo à jamai tant dura ! 
Pierre tout Court lou premier parlara. 
Pierre tout Gourt, courao soun noum va marquo , 



152 LA GUERRO SINGULIERO 

Es rehassot, mai foucsso aisaL s'en arquo ; 
Si crois (leis bouens, tout que din certen cas 
Ague pi(iuacoum'un autredau naz: 
Temoi la fes qu'anot à l'aventuro 
Demandar Dido au paire Rencureou, 
Puis s'entournctcamus coum'un vedeou 
Et loudospiech pintat susla figuro. 
Perque lisiou, faut que va contileou. 

Un heou diminge, au heou tems deia amouros, 

Sus soun trent'un nostre home s'ero mes, 

Ben aliscat, hcn osparmat de fresc, 

Lou capeou noou pourta sus leis ounze houros, 

Fasiot lou dur souto soun hel arnesc ; 

Vers Rancurcou soun ardour lou transpouarto, 

Souto seis pas fa resclantir lou soou 

Goum'un bardot qu'an es ferratde noou. 

Arriho redn et troho sus la pouarto 

Lou vieilh inquiot planta coum'un mayoou ; 

Li fa lou ped, s'adreisso, pren sa pauvo 

Et de soun couar handisse la resclauvo : 

« Siou pas vengut per la cavo de vous; 

« Nani , la cavo es fouesso pus requisto. 

« L'a quaouque tems qu'ai vousto filho en visto. 



LA GUERRO SINGULIERO 153 

« Dounar la mì , n'en serez pas pentoux. 

« Dido mi voout : siou tant ben de soun goust, 

« Qu'en m*alluquan poout pas tenir lou rire 

« Ensin , va viaz , s'agradan touteis dous I 

« Et puis , moun noum , cregni pas de lou dire ; 

« Pierre tout Court ; bouen pitouet, bouen enfant, 

« Bouen de tout biai , bouen coumo lou bouen pan , 

« Siou bouen en tout ; d'aqui jamai m'escarti 

« Mai puis siou viou ! quan parti faout que parti 

« Piegi qu'un licn ! las d'aquel estampeou : 

« Parte, taloun , s'escrido Rancureou ; 

« Parte, vai t'en , que plus jamai ti vigui , 

« M'as embeta ! » — Que voulez que vous digui? 

Dau coumpliment Picrre restet candit, 

Et puis partet coumo li v'avien dicb. 

Pierre partet , mai soun estoumagado 
Dospuis d'alors s'ero plus escarfado , 
Et d*auvir Jean lou ventre li bouilbiet ; 
Aviet tanben gardat sus lou perie , 
"Va senso dire , uno autre souvenenci : 
Soungeavo a Dido ; aqui perque premier 
Si decidet a roumpre lou silenci. 
Adounc si levo et dis eme vioulenci : 
Sera ti dich, cavo d'un pesseguier, 



154 LA GUERRO SINGULIERO 

Que leis paysans passaren per de gellis ! 
Seren aqui coumo de santis bellisl 
Et diren pas inanquou nousto resoun ? 
M'es à d'avis que sian pas tant chatellis 
Per beoure aquot coum'un pouar lou bouiroun ! 
Cresez bcssai debado siou pichoun 
Que'^ma part es à la mita begudo ? 
Mai siou testard à n'un cas de besoun ! 
Leis bagassats pouedoun cerquar d'ajudo. 
S'an l'intentien de vouguer jusqu'au bout 
Ce qu'a proumos aqueou gros barbabouc. 
Dido finqu'aro a gcs de calignaire, 
Cavo d'aquot parlaran à soun paire. . . . 
Mai l'an pa'nca ; va souíTrir en jamai, 
V'empacharen, senoun l'aura de laid. 
Aro viguen, largas vousto pensado. . . . 

Coumo la mar, quan deou faire mistrau, 
Reno d'avanço ; et soun oundo en repau, 
Per announçar la fiero bourrascado, 
Mando à la terro un brud sinistre et rauq. 
Ensin au bout d'aquelo petarrado 
Lou desaccord courrct din l'assemblado, 
L'aguet de mots , siegucroun en questien. 
Pierre a resoun , n'en aviet que disien ; 



LA GUERRO SINGULIERO 155 

8e fasian ben, si deourian touteis jougne , 
Et deis marins veirian la pretentien ?. . 
Es un lengur, d'autres li respoundien ; 
Gounnouissen proun la mousquo que lou pougne ; 
Se li counven, que si vague fa vougne, 
N*autres sian pas dins aquelo intentien. 

Entantou Jean si grattavo l'aurilho , 
De veiro creisse ensin la discussien. 
Coum'un petard soun pegin si revilho, 
Dessus la taulo allongo un coou de poung 
Que fet boumbar pechier, godou, boutilho : 
Pas tant de brud , gasten ges de resoun, 
Lou pus encian dira ce que foout faire ; 
L'hounour n'en ven au coulego Patoun. 
Parlo, moun vieilh, t'escoutan coum*un paire. 

Un bouen diablas assetat vis-à-vis, 
L'uil lagagnoux, la facho enluminado, 
S'estiro avant de dire soun avis: 
Ero Patoun ; aviet la renoumado 
D'estre farçur per pauc que fousse gris ; 
V'es à mieoh tems, jugear se cadun bado. 
Es-ti lou cas, li dis lou cambarado 
Es-ti lou cas d'cscuiiir tant de feou ? 
Et que li fa que Meste Rancureou 



156 LA OUERRO SINOULIERO 

D*un pescadour vougue faire soun gendre? 
Aqui n'a pas mi semblo per si pendre I 
Se mi cresez, se sieguez moun counseou, 
De tout aquo farez ren qu'uno riado. 
M'es tout escas vengut din la pensado 
Un tour plasen, un tour coumo n'a ges ; 
Vous lou vaut diro aûn que n'en jugez, 
Siou pas dcis ûns, mai moun ideio es talo. 
Sabes Toustau dc cade pcscadou ? 
Sus lou darriez tenoun lou pissadou: 
Tachaz mouien de troubar uno escalo, 
Vous servira per li leis far petar ; 
Foout pas surtout si laissar dessoutar. 
Fez attentien, l'affaire n'en depende ; 
Gaminaz plan, quedegun vous entende. 
N'en laissez ges, et puis quand v'aure tout, 
Anaz leis pendre à l'aubre de la plaço : 
Que cade branquo ague sa frucho au bout. 
Deman matln, en vian aquelo casso, 
Leis bagassats n'en faran la grimaço, 
Mai d'autreis gens voulentiers n'en riran, 
Et pas soulets, cresi fouart que seran. 

Ensin parlet lou canard veteran. 

N'en sian, vaben I digueroun àla roundo 



LA OUERRÔ SINGULIERO 157 

Osco ! Patoun ; ti fen beoure à la boundo. 
Coulegos, va ; faguen pas Je retard, 
Despachen si; bessai seratroou tard. 

A la favour de la nuech fresquo et soumbro, 
Nousteis guerriers s'encaminoun din Toumbro 
Van d*abaissoun, marchoun à pas de loup ; 
Leis dous pus durs, d'uno soulido escalo 
Si soun prouvis, la pouartoun sus Tespalo. 
Deman veiren la fenitien de tout. 



IV 



En arriban au secound raubatori, 
Muso, toujour proupici à moun labori 
Gardo-mi d'odi et deis gens charpinoux 
Que troubaran moun dire mau couroux ; 
Et tu , Bacchus , imple moun escritori 
Per accabar aquest' endourmitori ; 
En plaço d'ancro aicit mi foout de moust. 

Dau gai matin, la Garo rejouído, 
Lou lcndeman espinchavo en risen , 



15S LÂ GUERRO SINGULIERO 

L'escuro nuech pcr lou jour causseguido, 
S'avanissìet dau caire dau pounent ; 
Tout ufanoux lou souleou si levavo, 
Et de seis rais leis serrieros dauravo ; 
L'er ero dous, lou cicle ero beou : 
Tout renaissict, tout scmLlavo nouveou. 

Entanterim la campano abrivado 
De soucnsasclas ramplissiet la countrado 
Per announçar au plople d'alentour 
Que lou diminge es enfin de retour. 
Diminge liuroux! csperoun ta vengudo, 
Gadun es lest per que soun bouigadou 
Pousque rccebre un coou de fretadou. 

Mai la campano es pa'ncaro moougudo, 
Que leis patrouns an desarta l'houstau; 
Dau cabaret que trcvoun d'habitudo 
Soun assetats sus lou large bancau 
Touteis prouvis dou noble cachimbau. 
D'un ton capable aquit cadun debano 
Tout lou gazan qu'a fa din la semano ; 
An pres de pei , n'an pas vist lou signau , 
Parloun quo thy^ , issaugo , sardignau : 
Gens dau mestier entr'eleis si coumprenoun. 



ÌiA GUERRO SINGULIERO 159 

Leis pus tardioux à la fin tanben venoun , 
Et restoun necs de veire que degun 
Sache enca ren d'un brud dejà couraun ; 
Brud susprenen, brud fachoux, et mantenoun 
Que lou pays n'es tout bouUversa. 

Gontoun alors qu'eis houros soulitaris 

Un escabouet de tavans a passat, 

Leis an ausis , semblavoun de coussaris, 

De matagots , de fouletouns , Je glaris ; 

A miejo nuech lou trin a coumença 

Et fìnqu'au jour a quasi pas cessat. 

Noumoun d'houstaus ount'an fach cent oouvaris, 

Meme de gens soun malaus de resfrai. 

Subran leis uns dien qu'aquot marquo guerro, 
D'autres de maux et d'autres de misero. 
Baudu soulet va trato de pantailh ; 
Leis mascs, pereou, soun qu'une talounado; 
D'autrcs, per contre, ancounta qu'es verai ; 
Et la countresto es au point ranforçado 
Qu'un estrangier li seriet vengu sourd. 
Hurousament que per li coupar court, 
Dau pesseguier l'avanturo countado 
Leis mettet leou touteis de bouen himour. 



lôO LA aUERRO SINGULIERO 

N'en risien meme à gorgeo desplegado, 
Quan tout d'un coou vien venir au galop, 
Bride abattudo, un jouine matalot 
Tout susarent , lou fuec sus cade gauto, 
Batte dau flanc, bado coum*un sabat. 
Din lou moument la chiermo l'envirauto ; 
Que Pa de noou? mai que t^es arribat? 
Parlo , pitouet, digo nous que si passo. . . . 
Ah 1 se sabiaz, respouende lou mesquin ; 
Ah ! se sabias , leis paysans fan soun trin l 
Anaz-li leou, courrez vite à la plaço ; 
Ge que l'ai vist si poout pas defenir , 
Et selon iou fa rire et £a fremir. 

Bagassarie ! la cavo est touto claro 
8'escrido alors lou robuste Baudu , 
Va \iou d'aicit; v'aurioujamaicresu I 
Es leis tavans que fan soun tintamarro. 
L'anen , amis , parten , isten pas mai; 
Qu nes ? qu ven ? soyo foout dounar barro 
Que deis paysans mi n'en fìsi jamai. 

Messo en balan per la paraulo fîero 
Dau pescadou, touto la fourniguiero, 
De lou seguir counsentet pas subran; 



LA GUERRO SINGULIBRO 161 

N'aguet d'abord qu'uno pichouno bando, 
Puis pauc à pauc leis caire , lou mitan, 
Touteis ensem partoun à la desbrando ; 
Entanterin l'anan passar davant 
Per veire un pauc ce que leis autres fan. 

Su lou cousta d'uno plaço carrado, 
Un amourier desplego seis bras verds ; 
De femelan uno troupo afiTurado. 
Leis crins au vent , drechos coumo de serps , 
De millo quioux fan resclantir leis ers. 
Jamai tau trin , jamai talo coulero : 
Ih ! deis paysans ! s'en vagoun en galero , 
Raço de chins! raço de maufatans ! 
Etn'aqu'an pres aquot per de tavans ! 
Semblo pus leou de fachos de mouninos ; 
Allucaz leis aqueleis fausseis minos , 
Regardaz leis aqueleis mouarts de fam ; 
Buai I d'eleis , ih 1 laideis ratopenados ! 
Au diable siet qu li pasto de pan. 



Avien pas tort de faire un tau sagan 
Et de cridar coumo de dessenados , 
Per far lingueto à seis uils desouelas 

11 



162 LA GUERRO SINGULIERO 

Seis barnigaux *, à l'aubrc pendoulas, 
Fasien plegar leis branquos abaissados 
Souto lou pes d'aqueleis fruits nouveoux ; 
En meme tems, per escartar la foulo, 
Leis jouincs lescs fasien la farandoulo 
Entour de l'aubre, eme de reguigneoux, 
De sauts , de bounds , de rires trufareoux. 
D'ausir tau trin, subran la vesinanço 
L'avien courru per veire aquelo danso. 
Jugeaz un pauc de soun estounament 
En vian lusir toute aquelo terrailho, 
De l'amourier fabuloux ornament ; 
Perla coulour et la formo et la tailho, 
Aquit n'aviet de touteis lcis façouns : 
De loungaruds , do larges , de redouns, 
Verds, jaunes, blancs. . parlenà lá seguro : 
En fetdeblancs, n'aviet proun quauqueis-uns, 
Mai lou defaut n'es fouesse à la pinturo : 
Vo que l'avien pas tourcat la Oguro, 
A tout lou mens poudien passar per bruns. 
Leis genâ risien de la mascaraduro, 



* Barnigaa — allusion à cortain vase nocturne, — ati propre 
c*est une grande sóbile de bois dont les paysans se servent pour 
transvaser le moût 



LA GUERRO SINGULIERO 163 

Aplaudissien , basselavoun deis mans , 
Ausiaz cridar et vivo leis tavans ! 
Un tau boucan passavo la mesuro 
Senso aguer l'er d'estre encaro à sa fîn. 

Coumo la nau, qu'a lou mistrau d'à poupo, 

Gavauto l'oundo et va drech soun camin, 

Sus lou moument vien pareisse uno troupo 

Qu'arribo et toumbo au mitan dau bousin. 

Ero Baudu segui de seis coulegos, 

L'uil esglariat, l'escumo sus leis bregos 

Au meme instant lou brud s'es avanit, 

Leis brams, leis quioux, tout de suito an fenit. 

Recouneissen la partido troou feblo, 

Deis pantouquets la bando s'esbroufet 

Subitamen. Ensin fuge la neblo 

Quan mangeo fango abrivo soun bouífet. 

— Gourrez pas tant, v'enanez pas tant vite ; 

Aplantaz-vouF, li cridavo Baudu ; 

Li perdrez ren, vous sera toutrendu ; 

Gadun il'aura selon soun enmerite. 

Mai vous sauvas ! aquot li fa de ren 

k 
Vendra lou jour que vous agantaren. 

Baudu, semblable à n'un guerrier antlqud, 
Fa d'estrambots din loii genrc het-oïque. 



161 LA GUBRRO SINGULIBRO 

Grido, brassegeo, et seis gests tríoumphanU 
Dounoun signau de la loubo eis paysans. 
De veire aquot, Ta plus ges de coumaire 
Que noun si lance à l'amouríer, peccaire ! 
Paure amouríer 1 mi semblo que va viou. 
Touteis leis bras si pendoun à sa ramo. 

— Fai mi de plaço, agantarai lou miou ? 

— Tiro-t-cn là ; vies ben qu'es pas lou tiou 7 
Qu ris, qu pousso et qu quielo et qu bramo ; 
Per renitien, dessouto soun faudiou. 

Cado affligcado escounde soun eisino 
Etvers Thoustau, countento, s'encamino, 
Li resto plus qu'à faire de lissiou. 

M'es esta dich qu'uno grossopatrouno, 
Fremo de pes et d'un couar houturoux, 
Quanviguet mai soun quelli* vergougnoux, 
Revesset toutper lou prene en persouno ; 
Puis per escafî aujet, en s'enanan, 
Tout destapat, lou tenir d'uno man. 
L'auriaz segurcresudo uno cacano, 
A soun marchar, à soun er arrougant; 
Per fet d'azard rescontro uno paysanno, 

* QuélU^ aulre sobriquet populaife du inôme objet. 



LA GUERRO SI^GUUERO 165 

Autro embanado, autro especi de crano, 
Presto coum'ello à mantenir soun rang. 
Lou poung sus l'anquo et de l'encie pougnudos. 
Semblavoun doues galinos capeludos. 
Garo eis espouscs ! seis usses fan frenir I 
Nousto patrouno enfîn poout plus tenir : 

— Qu'es que mi voues, que? digo, vieilho suegro, 
Qu'as l'er de rire en vian moun pissadou ; 
T'agradariet ? Daumagì, siestroounegro: 

Se n'en vouesun, creis-mi, crompo ti lou. 

— ïe, viro-ti , li fa la bastidano 

A puis parla la' grosso damejano ; 
Creis qu'ai besoun d'un pissadou brecat l 
Et pichoun qu'es ! serviriet de campano ! 
L*aguesse au mens uno brigo tourcat 

— Goumo que siet n'auriez fach lounaffaire 
Grido en jaissan l'orguilhouso coumaire ; 
L'auriez vougu? mi diraz pas de noun — 

— Mai sabez"ben quen'avenpas besòun! 
Repliquo mai la paysanno affuscado ; 

Si serven pas, nautreis, din leishoustaux ; 
D'engiens ensin bouens per leis espitaux. 
A dire franc, quan m'atrobi quichado , 
Va fau pas long, souarti, m'en courri leou, 



166 LA GUERRO 8INGULIBR0 

Au fresc l'estiou , vorhiver au souleou. 
Vai, toun coulego a la facho troou bruto, 
Escounde-lou, que si parleplus d'eou. 

Anavoun estre au fouart do la disputo , 

Souto lou naz si mettien jà leis poungs, 

Quan per boucnhur venguet quauqueis patrouns 

Leis far fenir ; caduno rcstet mutto 

£t senso maidire d^autreis resouns, 

En repepian vireroun leis talouns. 



Triste destin deis homes sus la terro ! 

Soun touteis uns ; pas pus leou soun neissuts, 

Que jusqu'au croues soun de countuni en guerro ! 

La santo Pax, degun la counnoui plus. 

Raço michanto et de verin cafìdo, 

En enrabian gausissez vousto vido ; 

Quan niordez pas, vous tiraz de pessugs. 

M'anarai pas derrabar leis chevux 
Per faire suito à ma coulero hounesto, 



LA GUERRO SINGULIERO 167 

M'en couiriet troou ; dounc, senso mai d'inquesto, 
Fai leou , ma Muso, aganto toun siblet 
Et bouffo fouart, sian au darrier coublet. 

Deja pertout la discordi infernalo 
Aviet jitta lou trouble à pleneis mans, 
Deis bagassats ero anado eis tavans ; 
Et touteis plens d'uno moyo brutalo, 
Perla vengenci et la furour guidas, 
De n'en fenir pareissien decidas. 
De toute part l'allarmo ero dounado, 
Meme deja leis homes de l'aissado 
A Panpálot si tenien de piquet ; 
En meme toms au dabas dau vilagi 
Leis gens de mar, rojouns selon l'usagi , 
Fasien tremblar l'antique cabaret. 
S'agissiet plus de bateou ni d'arret , 
Parlavoun aro un ben autre lingagi , 
Lingagi plen de coulero et de feou ; 
Baudu, quilhat sus d'un large escabeou, 
Deis pus flacs meme abravo lou couragi : 
(* Es que sian fach per servir de juguots 
') A n'un mouloun de mingous pantouquets? 
» Estou matin leis aven vis, peccaire, 
» A nouste aspet si sauvar de tout caire, 



168 LA. GUERRO SINaULIERO 

» Goumo la pampo au davant dau mistrau ; 
» Mai s'anan veire au quichar de la clau, 
» Aquestou coou fooura que si n'en pentoun : 
» Foout proufîtar de l*esfrai crue ressentoun. 
n A soun estang si tenoun escoundus , 
» Es lou moument de li toumbar dessus. » 

Vai vist per fes q'houro la cousiniero 
Voout que soun fuec siègue allumat subran : 
Sus lou carboun fa rajar soun houliero, 
Lou fourneou s*abro et flambo coum'un lamp. 
Tau de Baudu lou parlar menaçant 
Sieguet reffet sus l'asscmblado entiero ; 
Touteis ensem respounderoun d*un bram : 
Orsol pilot; matalots, en avant! 

Deis pescadouB, la longuo tirassiero, 
D'un pas couchous enreguet la carriero. 
Au premier rang brilhavo sensoegau, 
Leis poungs sarrats et la narro badiero , 
Nouste oouratour coumandant majourau ; 
Un pauc darrier et sus d'un autro tiero 
Veniet German, rede et fier coum*un gau; 
Puis à bel eime arribavo la meno. 
La testo ensin, poussado per la quoue, 



LA GUERRO SINGULIERO 169 

Dau vermenier la carriero ero pleno ; 
Touteis seguien, dau pus lest au pus louet, 
Et sus l'estang aviòn bouta la proue. 

Entandaumens Penciano et vieilho fado, 

Que leis lettrus, despuis .quauqueis mlllo ans, 

An bateja dau noum de renoumado, 

Tout d'uno abrivo ount'eroun leis paysans, 

Si presentet, la mino devessado : 

« Despachaz-vous , U diguet brusquament , 

» Tenez vous lests per uno penchinado : 

» Deis bagassats, la liásso enverinado, 

» Vous va toumbar dessus din lou moument. » 

Qu'un loup pareisse à l'entour d'un meinagi, 
Pastres et chins et mestres et varlets 
Laudoun ensem per coumbos et coulets, 
Van dounar casso à Tanimau sauvagi. 
Talo subran la novo dau dangier 
Leis remplisset d'un couragi guerrier ; 
La meme ardour leis abro, leis transpouarto, 
Dins un moument cadun es prepara ; 
Dins unmoument, touteis davantla pouarto, 
8i tenoun lests à si dounar man fouarto ; 
Et Tennemi qu'arribavo affura, 
Resto capot de si veire espera. 



170 LA GUERRO SINGULIERO 

Enfin vaquit nousteis gens en presenci, 
Degun boulego ; un brud long et counfus 
A chapauc mounto au mitan dau silenci : 
Garo davantî si van sautar dessus. 
Bouenhur Patoun, qu'encita perlou jus 
Que li rebouilhe au found de la counscienço, 
Si sente pres d'un dessein generoux: 
De fes lou vin rende l'home pietoux, 
L'ami Patoun n'en douno l'experienço. 
Despereou parte, et d'un pas entourti 
Deis pescadous en varegean s'avanço ; 
Puis deis douis mans fa signe à l'assistanço 
Que va largar un discours ensourti. 
Lou veici tau que mi l'an affourti : 

« leis vesins ! siaz d'homes de judici , 
» Degun va nego, eme justo resoun ; 
» Mai va diou franc ; trabailhaz de façoun 
» A far pensar que siaz plens de caprici. 
» Voulez la guerro 1 ô braveis pescadoux, 
» Voulez vengear l'hounour deis pissadoux , 
» Que leis paysans vous an raubas per rire ? 
» Leis pissadous ! mai vous leis an rendus ; 
» Sur d'aqueou pouint avez plus ren à dire : 
» Countaz leis ben , n'en a gez de perdus! 



liA GUERRO SINGULIERO 171 

» braveis gens ! presi vousto sagesso : 

» A rauccasien, per vautres mi battriou. 

» Vouste mestier l'ai fach din raa jouinesso, 

» Puis l'ai quita : l'aigo fa pas per iou ; 

» Ai fa sarment que jamai n'en bcouriou ! 

» Tant qu'en aquo counfessi ma feblesso. 

» L'aigo ! . . . aqueou mot mi douno la tristesso ; 

» En n'en parlant, sabi plus ounte siou : 

» Senti mountar quauqua ren que m^estoufo , 

» Misemblo quailou ventre plen de mouíTo. 

» Ahl se la mar veniet touto de vin, 

» L'anariou mai per beoure senso fîn » 

8'aplanto sec ! . . . de la superbo haranguo 
Tacho mouien d'accampar lou restant. 
Gaire chaspet, que dîn lou meme instant 
Un troues d'estori, embarnissat de fanguo, 
Mounto din Ter et ven en s'alargan 
Cabusselar lou parlaire en toumban. 

Vite, Bacchus ; pouarge mi de tinchuro ! 
Muso, au secours I vene regirmoun vanc. 

Un tal affront, uno tant negro injuro 
Gò deis paysans fa vessar la mesuro 



172 LA GUBRRO SDíGULIBRO 

£t dau coumbat li douno lou signau.. 

Si soun tenguts jusqu'aiors en repau , 

Mai vien Patoun, que pèr un tourbrutau 

Engavacha souto souu emballagi, 

8i desfaissegeo ^n gulan coum'un brau. 

Touteis au coou, plus vite quo ruilhaut, 

Sus l'ennemi si jittoun plens d'enragi. 

Leis bagassats, qu'an previs l'abordagi, 

£n meme tems si lançoun à l'assaut 

que desastre ! ô que chaple mortau ! 

Leis coous de poung ploouvien piegi que grello ; 

Leis coous de ped U fasien pas defaut, 

Envirouta d'uno troupo fidello, 

Ensin ai vis lou negre manechau 

Eme passien battre lou ferri cau ; 

Deis dous coustas ensin cadun basselo , 

Baudu sustout que soun bras pouderoux, 

Aqueou bras fouart, coum'uno taravello, 

A cade coou n'en amourravo dous. 

Dejhouro à Pierre aviet rout la maissello, 

Ero avuglat de la furi qu'aviet ; 

A soun entour degun abarissiet 

Malhur en qu davant si capitavo. 

Mai dautro part et fouart hurousament 

Lou brave Jean tanben si desfrairavo : 



LA aUBRRO SlNaULIBRO m 

Deis peds , deis mans , senso perdre un moument , 

Pouarge, li tourno et fa qu'un roulament : 

Qu'a plus de naz , qu li manquo uno arilho , 

Dou beou Grerman, la facho es en pooutilho , 

Seis coous reglas li defautoun jamai : J 

Qu sus ieis uils apparo un atout mestre ; 

N'a quan perdu leis dents din l'escaufestre : 

Tau lou segaire abatte eme soun dailh 

L'herbo deis prads quan ven la fín de mai. 

Mentre que Jean d'aqueou biai fa sa plego, 
Baudu lou cerquo, et si lou vis davant : 

— Tô , siez aquit , fa lou marin puissant, 
A quo va ben , ti vau mettre ma pego. 

— Veiren aiçot, respouende lou paysan. 

Baudu, furioux, hausso.soun poung terrible 

Greis d'espooutir Jean dau beou premiercoou. 
Jean, de sangfred, lestcoum'un esquiroou, 
L'esclafo au mourre un coou de ped hoourrible. 
Baudii varailho et de cuou piquo au soou, 

Leis mans au naz que soun sang rajo à broou. 

Ensin toumbet aqueou guerrier celebre. 
âeis coumpagnouns li voueloun au secours ; 
Mai leis paysans, de soun malhur huroux, 



174 LA GUERRO SINGULIERO 

De si vengear sentoun creisse la febre, 

Et lou coumbat repren enca pus fouart , 

Cent coous pus fouart ! Quinto esfrayable affaire ! 

Soun endiablas ! et se li laissoun faire 

N'en restera pas un que noun siet mouart. 

Entanterim, Tami lou pus íìdelle 
Deis mauvestis , lou grandlume dau ciele, 
A pauc à pauc descendiet vers la mar . 
Camin fasent, distinguo per azard 
Nousteis guerriers, que si doutavoun gaire 
Que lou souleou leis gueiresse per caire . 
Aqueou tableou blesso soun long regard ; 
Guincho subran de sa caudo parpelo , 
Et millos nioux venoun de toutopart 

Gounfles, cargats et de pluegeo et de grelo, 

Lampoel din l'er lou tron peto et roudelo, 
L'escurita ramplaço lou jour clar ; 

PuÎB toul d*un coou leis gorguieros rajerourl, 
A plerls valats leis carrieros passeroiin. 

Leis coumbatens, tout que fouesse encagnas, 
Touteis ensem quasiment si sauveroun 

Maquas, roumpus, jusqu'eis ouesses bagnas 

Muso I n'a proun ; ma Muso fouligaudo 
Abauquen si de poou de biganaudo, 



LA GU.ERRO SINGULIERO 175 

Fenirian plus estou recit verai 
8e finqu'au bout voulien dire en detail 
Goum'es anat que Dido a resta filho, 

Coumo despuis, paysan et pescadou, 

Per manténir la pax din la patrio, 

Eme respet parloun dau pissadou. 
Et tu, Bacchus, restì de ta familho ; 

En toun hounour escoueU la bouteillo, 

Ai respassier pus sec que d'araadou . 

A la Bastido , 

L'an de davant aquestou 

Et lou trent'un dau mes d'abriou , 

Beou jour de sant Glaujoou , 

Enciano festo nouvello. 

Et longomaï Diou nous avance 



PEÇOS EN ESTANÇOS 



ET SOUNETS 



12 



LOU PASSO SOULITARI 



Loubrud dau mounde m'es coantrari, 
Li siou din lou nis de la serp : 
A ma vido foout lou grand er ; 
La liberta m'es necessari ; 
Goumo lou passo soulitari, 
Trobi lou bouenhurau desert. 



L'ai vist cent fes roousseou siblaire 
Quilhat sus lou d'haut d'un roucas, 
Luen dau mounde siblar en pax. 
Et s'enfugir d'un autre cairc 



180 LOU PASSO SOULITARI 

Si vesiet Poumbro d*un cassaire 
Vo se de rhome auviet leis pas . 

Lou brud dau mounde m*es countrari, etc. 

Huroux de soun indépendenci; 
De baux en baux vouelo au souleou ; 
Se lou plumage es gaire beou , 
Sa voix aninao lou silenci ; 
Sa cansoun fa sa jouissenci , 
Et jamai la dis que per eou. 

Lou brud dau mounde m'es countrari, etc. 

lou tanben, din ma soulitudo, 
De fes m'escapo de cantar ; 
Mai luen de si faire escoutar, 
Ma muso si ten escoundudo : 
Quauqueis amis Tan entendudo , 
Et n'a proun per la countentar 

Lou brud dau mounde m'es countrari, etc. 



LOU PRINTEMS 



L'hiver, eme sa fregeo mino, 
De soun halen nous gielo plus ; 
Lou matin la plus ges de brino, 
Lou sero plus de treboulino : 
Leis beous jours soun mai revenguts. 



Dau riou, l'oundo que laleiegeo, 
8iegue lou pendis libramen ; 

Lou blad deis aurieros verdegeo, 

De Tamendier la flour blanquegco 

Goumu'uno courouno d'argent. 



182 LOU PRINTBMS 

La cansoun de la serrafíno 
Rejouisse nousteis vergiers, 
Coum'un sounailhoux que dindino, 
Entendi sa voix argentino 
Qu'announço leis jours printaniers. 



Deja leis laugieros avetos, 

Luen dau brud van cerquar leis flours ; 

8i van pauvar sus leis saurettos, 

Faligoulos , margaridetos , 

Per li cueilhir soun meou tant doux. 



Lou pastre, fouero la cabano 
A larga soun jouioux troupeou, 
Etleis fedos, veousos de lano, 
En belan courroun per la plano 
A la quisto dau brout nouveou, 



A l'entour de nousteis bastidos, 
Leis dindoulettos fan seis rounds ; 
Leis vioulettos soun espandidos, 
Et sus leis flous encaro humidos 
A coubles van leis parpailhouns. 



LOU PRINTEMS 183 



La bello sesoun es vengudo, 
£t sus la terro et din leis ers 
Cadun li fa la benvengudo ; 
Per de chants d*amour tout saludo 
Lou Créatour de rUnivers. 



LA VIOULETO 



SSTANÇ08 



Pichouno flour tant poulideto, 

Simplo viouleto, 
Que t'espandissez d'escoundoun 

Din lou valloun, 



Quan dau printems leis halenados 

Soun arribados, 
Per ti cueilhir de grand matin 

Siou per camin. 



LA VIOUI.BTO 185 

Din lou varail, souto la ribo, 

Souvent m'arribo 
De mi mettre leis dets en sang 

En ti cerquan. 

£s egau ; plagni pas meis penos, 

Se leis mans plenos . 
D'aqueleis flous qu'aimi iou mai 

M'entourni gai 

Appariou toujour la viouleto 

A la fìlheio 
Que jougne la simplicita 

A la bounta. 

La flour au desert s'espandisse 

Etl'embelisse; 
Sagi qu trobo soun plesir 

A ia cueiliiir. 



La filho simplo ct gaire visto 
Es flous requisto ; 

Benhuroux que saup arribar 
A la troubar. 



186 LA VIOULETO 

Pichouno flour tant poulideto, 

Humblo viouleto ; 
Aimablo flour, toun doux prefum 
Plaiseen cadun. 



LOU SERO DEIS MOUARTS 



Eroun à rentour de la taulo , 

Lou sero deis mouarts , assetats ; 

Lou paure grand prend la paraulo 

Et dis meìs enfants escoutas : 

Deis trepassas foout gardar la memori. 

Mies que proun gens leis bestis n'en fan doou; 

Provo d'aquot, voout countar uno histori : 

Enfants, que Diou v'engarde de la poou. 



Lou triste souen de la campano , 
De luen din la nuech s'entendiet, 
Et dau vent de la tremountano 
La voix rauquo li respoundiet. 



188 LOU SERO DEIS MOUARTS 

Un vouiageour perdu din la sourniero 
Marcho à Tazard fouero dau carreiroou, 
Faudra bessai que couche à la carriero : 
Enfants, que Diou v'engarde de la poou. 

La luno s*es couchado d'houro ; 
Lou fourestier, en caminan , 
Ause uno longo voix que plouro; 

Esfraya, s'arresto subran 

Vieils souvenirs de sourciers et de fados, 
Din soun esprit revenoun tout au coou ; 
La frenisien trebouelo seis pensados : 
Enfants, que Diou v'engarde de la poou. 

De seis uils fix penetran Toumbro, 
Entrevis din Tescurita 
De cypres uno tiero soumbro, 
Un pichoun claus n*es envooula ; 
Li semblo alors que la cimo agitado 
Deis hauts cypres saludo tant que poout 
La Santo Groux sus la peîro plantado : 
Enfants, que Diou v'engarde de la poou. 

Arribo l'houro de misteri, 

L'houro deis mascs : es miejo nuech. 



LÒU SERO DEIS MOUARTS 189 

A rintrado dau samentcri, 

L'a doux uils que sembloun de fuec. 

Pien d'espravant , tout soun corps li tremouelo ; 

Leis chavux dreçhs, d'à ginoux toumbo au soou ; 

La tressusour deis vingt ounglos li couelo : 

Enfants, que Diou Vengarde de la poou. 

Estendu sus la terro fregeo , 

Au malhuroux abandounat , 

Semblo din sa cervelo vuegeo 

Qu'en l'autre mounde es entreinat ; 

De pas laugiers un cioucle l'envirauto, 

Leis pas d'un mouart qu'a quitta soun lansoou , 

Sente un halen que li bouffo à la gauto : 

Enfants, que Diou v'engarde de la poou. 



Ensin din, la ûuech tenebrouso, 
D*espaime, l'estrangier mourent, 
Entendiet la voix souloumbrouso 
Hidoular au mitan dau vent. 
Aquot duret jusquo que la primo aubo 
En si lèvant, vestido tout de noou, 
Fesse espinchar leis frangeos de sa raubo : 
Enfants, que Diou v*engarde de la poou. 



190 LOU SBRO DEIS MOUARTS 

Enfìii; pareis la clarta puro, 

Es grand jour ; l'home en si levan, 

Estendu]sus la peiro duro, 

Vis un paure chin expiran. 

L*ami fìdeou, mortau de Tescaufestre, 

Ero vengut fenir din lou draioou 

Ounte la veilho avien pauva soun mestre : 

Enfants, que Diou v'engarde de la poou. 

Enfants , vaqui ma vieilho histori ; 

lou n'en tiri aquesto liçoun : 

Per leis amos dau Precatori 

Faut toujours dire uno oouresoun. 

Quan per lou croues aven quìtta lou mounde , 

Tournan ti mai? Diou fa tout ce que voout 

Et din soun sen nouste avenir s'escounde : 

Enfants, que Diou nous garde de la poou. 



A MA PIPO 



Que dautres siegoun en fatigo 
Per cantar l'amour vo lou vin , 
lou , d'uno enciano et boueno amigo 
Dirai la glori senso fìn. 
Escoutaz dounc, pople fumaire , 
Lou parauli d'un repepiaire 
Qu'a ges de mitan ni de bout ; 
Et tu , ma pipo mascarado , 
Ti voueli toucar une aubado 
Que resclantisse d'à pertout. 



192 A MA PIPO 

Sus la pus simplo deis banquetos , 
Quan mi pauvi de tems en tems , 
Meis ideios venoun pus nettos 
Dre que tubes entre meis dents ; 
A la litturo que m'encanto 
Mescli lou prefum de la planto 
Coumbourido din toun fourneou; 
Alors lou tresport mi sesisse , 
De bounhur moun couar s^espandisse 
Et ti counsacro un chant nouveou. 



De toun fum la neblo laugiero 
Si riege din Ter en viran, 
De longo sa blanquo tubiero 
S'estende et mouere en s'estraillan, 
A la seguir moun uil s'alasso, 
Distinguo pas manquou la traço 
Dau camin qu'a pres en fugen. 
Ensin, mi diou, n'es de la vido 
Goumo aqueou fum passo rapido. 
Puis, de n'autres qu si souven? 



• j 



Sies counneissudo sus la terro 
Ren que per lou ben que li fas ; ' 



A MA PIPO ' 193 



Siegues toujours rhome de guerro, 
Quittes jamai Thome de pax. 
Lou sauvag' din soun a&ile, 
Lou Turc din soun sejour tranquile, 
Françès, Allemand, Espagnoou, 
Paysan, marin, vo militari, 
En touteis li sies necessari, 
Et cadun fumo tant que poout. 

S'aqueou pople celebre et sagi 
Que s'abeouravo au Nil fangoux 
Aviet counneissu toun usagi, 
Seriez estado un diou famoux. 
Se Roumo vola Greço antiquo 
Avien sachu mettre en pratiquo 
Teis merites, teis qualitas, 
l)e segur t'aurien preferado ^ 
Per graciousar de l'encensado 
Seis bigearros divinitas. 



Et vautres, marchands de sagesso , 
Qu'avias un tant beou parauli 
Per endooutrinar la jouinesso , 
Vous manquavo lou puspouli. 



13 



194 A MA PIPO 

Socrato, Platoiin, Aristipe, 
S'aguessiaz fach tubar la pipo, 
Ges d'espectacle pus curioux I 
Leis gens vous aurien íiich d'arrasso, 
En s'escridan : l'humano raço 
A mai raubat lou fuec dcis dioux. 



Enfin, ges de plesir que vengue 
Eis agramens dau cachimbau ; 
Basto que ma man lou soustengue , 
M'espoumpissi din moun repau : 
Soun fum deven uno courouno 
Que cencho moun front et li douno 
Un er estrangi 'et trioumphant. 
S'alors quauqu'un mi poudiet veire, 
Doutariet de ce que deou creire , 
Se siou lou diable o quauque sant. 



Mai qu'un jour lou sort favourable, 

Per coumplir ma felicita, 

De seis pus riches douns m'accable, 

Ga rdarai ma simplicita ; 

Afin de mouestrar ma fortuno, 

M'houssarai pas jusqu'a la luno 



A MA PIPO 195 



Per renrabi deis encivoux : 
Fumarai ma pipo moudesto, 
Et puîs tout ce qu'aurai de resto 
Sera per d'amis malhuroux. 



LA PEIRO PLANTADO 




ltauji)ur»n lef"*f 



LA PEIRO PLANTALO 

t^us il'uiio largpo pejro au caire dou camin. 
Reslavo asselal loa frontdin : 
La ratìgo lou doouminavo, 
Et se (lau tems qiiauqu'un pa?:-avo. 

Eou brandnvo pns mai quc 1a cepo d iin pii 



Eï que ÉOU,^eo vo qtic soumilho ? 

Uno voix dindo à soun aurilho : 
S'aquo vous ero efiau, se vous faiiíet pas mai 

Qu'enlrepauvcsBi un pauc moun fai 

A vouste couEta . cambarado , 

Aquit sus la peiro plantado. 
,Mi fariaz bep |ili -ir. que siou los que noun sai. 




198 LA PEIRO PLANTADO 

Vous ai pas vist venir , n'en siou ben regrettoux ; 

Prenezma plaço, assetaz vous. 

Ah I dis lou vieilh, à vouste caire 

M*assetarai , tant si poout fáire ; 
De plaço aisadamen n'aura per touteis dous. 



Ben leou leis vaqui testo à testo ; 

Parloun d'aquot, charroun dau resto ; 
Se lou jouine es curioux, lou vieilhard parlo ben , 

Fade contes de sounjouven; 

Et tout en fasen sa charrado , 

Lou mot de la peiro plantado, 
8us sa bouquo, en parlan, arribo proun souvent- 

Es lou premier coou que m'asseti 

Prochi de vous , et vous respetti 
Goumo va meritaz , li fa lou fourestier. 

Que vous escouti voulentier I 

Feniriou pas de vous entendre, 

Mai seriou ben curioux d'apprendre 
Per qu' en aquelo peiro an mes un noum parier? 

Moun ami , vous dirai l*histori 
Qu'ai gardado din la memori , 



LA PEIRO PLANTADO 199 

La teni de mouu grand ; dau tems qu'eri nistoun 
Mi l'ençignavo, eme resoun. 
Et tant de fes eou mi Ta dicho 
Que din ma testo resto escricho , 
Vous la repetarai ; poout servir de liçoun. 



II 



Viaz ailamoun aqueou villagi , 

Es A*** ; seriet ben daumagi 

Que li mountesslaz pas; la ìou pus beou coou d'iiil; 

Troubarez pertout bouen accuil. 

Mai s*aroaquel endretflourisse, 

Au tems dau recit que s'agisse 

Leis gens li perissien de miseri et d'ennui. 

Alors ero tout de paurilho ; 

Un home cargat de familho 

Aviet bello susar, bello anar de Tavant, 

Proun souvent ero court de pan. 

Jugeaz , quand lou besoun vous pougne , 



200 LA PBIRO PLA^TADO 

S'encaro lou mau si li jougne , 

Alors mourez doues fes : de chacrín et de fam. 

Es à pauc pres la memo cavo 

Qu'un paure mesquin si troubavo ; 

Ero un home deis bouens , un fouert trabailhadou ; 

Et per prouvir lou tiradou, 

Sero et matin fasiet gatado , 

Puis s'enanavo à la journado . 

Enca seis cinq pichons n'avien pas soun sadoul, 

Es que lou malhuroux , peccaire , 
Despuis dous ans aviet soun paire 
Malandroux, nipoutent , clavelat din soun liech ; 
Lou tems ero à la carestie , 
Et plus un soou per un remedi ; 
Leis paureis gens an pas long credi ; 
Per n'aver fach l'esprovo eou que troou va sabiet, 

Dau tems qu'ensin si desoulavo 

Soun paire tristamen soungeavo : 
L'a dejhouro dous ans que mi trobi malaut, 

Et lou pus marrit de moun mau 

Es moun paure enfant que s'embrigo, 

S'esquinto , si tuet de fatigo ; • 
Mai n'es pas per leis chins qu'an basti Tespitau. 



LA PEIRO PLANTADO 201 

Segur que la villo es pas prochi 
Mai moun pitouet, senso reprochi, 
Faut que fague per iou ce que faran per eou ; 
A l'espitau, si niouero leou , 
£t ma peno sera fenido ; 
Senso regrets laissi la vido ; 
Mai meis braveis pichouns, de leis quittarm'es greou . . . 



Aro cresez pas que m'assagi 

De vous dire d'aqueou meinagi 
Leis lagremos , lou doou , quand lou triste vieillard 

De sa Youlounta li fet part ; 

Seis cinq falens renvirautavoun, 

Et sa nouero et soun fiou plouravoun : 
Diou va voout, dis lou vieilh, fen plus ges de retard. 



Quan la miseri vous coustreigne, 

Quan viaz lou calen que s esteigne, 
Quan siaz au bout de tout, qu'avcz plus ren davant, 

La ges d'home , ges de chrestian, 

Que per sourtir dau precipici, 

Que fouart que siet lou sacrifici, 
Noun loufague, maugra que lou fague en plourant. 



202 LA PBIRO PLANTADO 



ni 



Eroun au couar de Tautounado , 

Tout cscas miejonuech souenado, 
Leis oumbros deis oustaux negregeavoun au soou , 

Semblavo que pourtessoun doou ; 

Subran uno pouarto badailho , 

Et souto d'un fai que trentailho 
Un home à mita clin n'en souarte tout d*un coou. . . . 

Cavo pariero si vis gaire ! 

Lou fiou parte cargat dau paire , 
Sus soun couelo lou ten , lou paure , escambarlat , 

Cambo d'aici, cambo d'aila : 

Enfants , fremo , que tout si taise ; 

Fen pas de brud , caminen daise : 
Ajudas mi , moun Diou , dis renfanttrebouelat. 

Fan routo : la nuech es sereno, 
Lou globou de la luno pleno 
Semblo au beou d'haut deis ers uno lampi d'argent ; 



LA PEIRO PLANTADO 203 

La ges de nioulo au fìrmament, 
Diriaz qu*es jour. 8us leis mountagnos , 
DiQ leîs camins et leis campagnos, 
Lou silenci et la pax regnoun tranquilamen. 

De luen ges de cargo es laugiero ; 

L'enfant sente pas la bousquiero, 
Mai lou vieilhard a fred. Fen enca quauqueis pas : 

Moun fiou , deves estre ben las ! 

Sian prochi la peiro plantado, 

Si pauvaren uno passado, 
Mi li desrampirai dau tems q'halenaras. 

Et si pauveroun aici meme 

Tout à n*un coou lou vieilh ven bleme, 
Lou tremouelun lou pren, seis dents cantoun. Moun Diou î 
S'escrido tout doulent lou fiou , 
Que malhurl lou fred vous trepano I . . 
Gourri à Thoustau querre la vano. 
Mai se restaz soulet, vous troubarai plus viou. 

— Noun, moun enfant, ti n'en foout quilti, 
Ce quem'arribo v'enmeriti. . . 
Diou fa ben ce que fa ; Ta trento ans, iou tanben. 



204 LA PEIRO PLANTADO 

Moun paure paire, m'en souven, 
Quan à Tespitau lou porteri 
Sus d'esto peiro lou pauveri. 
Diou fa ben cc que fa: moun enfant, s^enanen, 



— Mouu paire! moun paire vous juri, 

Diou mi negue — se m'esparjuri ' 

Ma part de paradis! Tantqu'en vido sei*ai 

Toujours toujours vous gardarai : 

Vendrai lou liech vendrai la taulo 

Venez de dire uno paraulo 

Que marquo moun dever, et mi n*en souvendrai. 

— Va voueli pas , noun , dis lou paire , 
M'es pas degut! — Laissaz-mi fairel 

La nuech es longo encaro et degun veira ren, 

Avant lou jour arribaren. 
Etlou pren mai sus seis espalos, 
Parte coumo s'aviet leis alos, 
A soun hoùstau s'entourno allegre et susaren. 

Soun obro sieguet benisido. 

Lou Reire fenisset sa vido 

Au mitan de seis gens, siet dau mau , siet deis ans 



LA PEIRO PLANTADO 205 

Puis leis pichouns vengueroun grands , 

Fagueroun flourir lou meinagi ; 

Et lou paire, arribat din i'iagi, 

S'esteignet douçament eis bras de seis enfants. 

Desempuis, la Peiro Plantado 

Din l'endret es renoumenado. 
Soun noum ven pas d*equit , per dire ben verai ; 

D ounte li ven? aquot noun sai! 

Mai se s'en gardo la memori, 

N*a Taubligatien à l'histori 
Que veni de vous dire et qu'es pas un pantail. 

Entanterim nouste escoutahre , 

Que per fortuno ero rimaire , 

Adoubet la legendo à Tus de soun mestier, 

Puis la mettet sus lou papior. 
Gountent de l'aguer counservado, 

lou de meme vous l'ai countado : 

Huroux se moun recit va pas troou de coustier. 



LE FOUENT DE VOIRO 



Muso de la soulitudo , 
Muso amigo de la pax , 
Que sies toujours escoundudo 
Din leis bouescs et leis roucas , 
Gerques plus leis baumos soumbros 
Ni leis gouargos plenos d'oumbros 
Que lou souleou vis jamai ; 
8e voues un endret tranquile, 
Fres sejour , aimable asile, 
Vene , ti rensignarai. 

De Gaup gros à rEscaleto, 
Vo de Maire au Sejitoun , 



LA FOUBNT DE VOIRO 207 

Pordestat, Baumo Gabretto, 
Baumo SournO; Mau valoun , 
Desert ounte lou silenci 
De longo fa residenci, 
Avez pas din vousteis flancs 
D'endretqueloujour esclaro 
Parier de la fouent de Voiro 
Etseis alentours charmants. 

Vene dounc , muso crentouso, 
Veire aqueou luec encanta , 
Que ta voix harmouniouso 
N'en celebre la beouta ; 
Que leis couellos resclantissoun, 
Que leis roquos n'en frenissoun, 
Que tout s'esbrande eis deserts , 
Et que leis bestis sauvagis 
Quittoun lou found deis regagis 
Per entendre teis councerts. 

Ganto la sourco eiscelente 
Que degouto senso fîn, 
Ganto la man benfasento 
Que li cavet soun bassin. 



203 LA FOUBNT DB VOIRO 

Oundo fresco , fouent claretto, 
Tu qu'embaimo la viouleto 
Et Teourre et lou roumaniou ; 
Toun rescontre salutari 
Din lou valoun soulitari 
Semblo un miracle per iou. 



Bau quilhat , barro superbo 
Ounte passo que lou vent; 
Gouargo founcho, pleno d*herbo , 
De massugo, de morvenc ; 
Pins trouessas per la tempesto ! 
Vous regardi sus ma testo 
Goumo vesi, en mi clinan, 
La simplo faligouleto 
Que s'espandisse souleto 
A l'abri dau massacan. 



Rouinos, dau souleou brulados, 
Jas antiques, vieilhs casaux, 
Que partout siaz estrailbados, 
Din leis founds, sus leis coutaux, 
Soou que l'home labouravo, 
Parmi vautres habitavo 



LA FOUENT DE VOIRO 809 



Dins un tems jà recula. 
Lou sagi que nousteis signes 
An mes au reng deis pus dignes 
Et seis pas vous an boula. 



Es sa bounta caritablo 

Qu'embelisset lou valoun 

D'aquelo fouent agreablo 

Que pouarto encaro soun noum. 

A Masarguo si souvenoun 

Et proun souvent s'entretenoun 

Dau medecin generoux 

Que counsacravo sa scienço 

Et mettiet sa jouissenço 

A servir leis malhuroux. 



Dau desert que Tagradavo 
N*aviet fach soun paradis ; 
Es aqui que recortavo 
Belleis flourset fruits requis. 
Luen dau brud, luen deis arleris 
Dàu mounde et de seis miseris, 
Li troubavo lou repau, 
Quan au bout de sa tournado 

14 



210 LA POUENT DE VOIRO 

L'accabavo la journano 
Avant d'anar à l'houstau . 



D'uno himour per fes bigearro, 
De coustumo descendìet 
De sa bastido d'en Jarro 
Au camin de Sant Ginié 
Per sentournar au vilagi ; 
Ounte despuis an l'usagi 
D'un prouverbi en soun hounour. 
8e quauquun resto en lentoiiH), 
Li cridoun : fas Moussu Voiro, 
Cerques toiijours lou grand tour. 

Celebren la beufasenci 
D'aquel home simple et bouen : 
Et garden sa souvenenci, 
Soun prouverbi et mai safouent. 
Dous cent coous despuis l'annado, 
De sa marcho accoustumado 
A seguit lou cours traçat, 
Et despuis dau verai sagi. 
A Mazarguo, d'iagi en iagi, 
Lou noum es toujours lausat 



LA POUBNT DE VOIRO 211 

Aro, adîou, ma Muso aimado, 
Entourno t'en frequantar 
La valleìo abandounado 
Qu'assageri de cantar. 
Quelou pus simple rimaire, 
Eme l'espoir de ti plaire, 
En ti presentan seis vers, 
Si souvengue de ti rendre 
L'hounour qu'as dret de pretendre 
Et va digue à l'univers. 



LEIS ROUINOS 



DE SANT MIQUBOU d'aIGO DOUÇO 



Aro qu'ai vist eme tristesso 
Fenir lou tems de meis beis jours, 
Leis souvenirs de ma jouinesso 
Din moun couar renaissoun toujours. 
Ensin de toun vieil hermitagi, 
Sant Miqueou gardi enca Pimagi 
Tau qu'ero Ta doues fes vingt ans, 
Avant que teis rouinos sacrados 
Au soou toumbessoun ravessados 
Souto leis coous deis maufatans. 



LEIS ROUINOS 213 



Au flanc de la roquo deserto, 
Vesi, pleno de raajesta , 
La Baumo d'apertout duberto 
Coum'un mounument devasta ; 
De l'eourre vert que la courounno, 
La ramo qu'au vent s'abandounno 
Semblo uno vasto draparie, 
Et lou pelerin que visito 
L'antique sejour de l'hermito 
Frenisse en mountan l'escalie. 



En arriban sus la terrasso, 
Soustengudo coum'un rampart, 
Tout d'un coou iou regard embrasso 
La terro , lou ciele et la mar. 
La terro au luench semblo perdudo ; 
Lou ciele, sus la souhtude, 
Estende soun manteou de pax , 
Et meme au ped de la mountagno 
La mar s'arresto et soun flot bagno 
De longo leis memeis roucas. 



Din la baumo à mita rouinado 
Es lou moument de penetrarv 



214 LEI8 ROUINOS 

La paret qne la ten cenchado 
Laisso just lou pas per intrar ; 
En drech de la pouarto badiero, 
Entre lou jour etla soumiero, 
L'autar pareissiet simple et nus ; 
Un long bancau din la capelJo 
Eis gensservissiet d'escâbello: 
Mai ren d'aquo si li vis plus 



Passen din la partido escuro : 
Darriez l'autar regno la nuech ; 
Merevilhos de la nature ! 
\ 'escoundez en aquestou luec ! 
Que la clarta subran li neisce, 
A l'instant sa beouta pareisse : 
Tout es curioux , tout es pus beou I 
La roquo es cuberto d'imagis, 
Et fruits et flours et persounagis 
Sembloun creats perlou ciseou. 



Es din aqueou trauc souHtari , 
Que luon dau tracas et dau brud, 
Per vilhar sus lou santuari, 
Mai d*un hermito aviet viscu : 



LEIS ROUINOS 215 



Goum'autreifes en Thebaïdo, 
Au desert passavoun sa vido 
Prochi la sourço, au ped dau bau ; 
Qu'en touto sesoun li dounavo 

L'oundo que leis desalteravo, 
Toujours claro coum'un mirau. 

Un soulet jourdin la semano, 
Lou paure habitan dau valloun , 
Per anar quistar din la plano, 
Preniet soun sac et soun bastoun ; 
En routo à l'houro de l'aubeto, 
Fasiet dindar sa campaneto 
A la pouarto dau bastidan ; 
Que pauc à pauc l'empliet la biasso 
De lioumes, d'uous vo de fougasso 
Que gardavo per Thermitan. 

Mai de 8ant-Miqueou ven la festo , 
Touteis leis gens dau terradou 
Diríaz que jugoun de soun resto : 
Pastre , paisan et pescadou, 
Lou couar transporta d'a'.legresso , 
Gourroun , s'en van eme grand presso 
Vers l'hermitagi venerat ; 



216 LEIS HOUINOS 

Semblo qu'un meme vent leis pousso, 
Et qu'aSant-Miqueou-d'Aigo-Douço 
ft'atrobo lou port benhurat 

De Mountredoun, de Bouenoveno, 
De Mazarguos venouti leis gens ; 
Aqueou beou jour la baumo es pleno 
De chants , de prieros , d'incens. 
Apres roouffici, aquelo foulo, 
Sus Tespic et la farigoulo 
Souarte soun vioure , fa festin ; 
Et puis quan la festo es fenido, 
Gadun s'entourno à sa bastido 
En cantan de long dau camin. 

Santeis cousturaos d'un autre iagi, 
Avez passat per plus venir ' 
Gade jour marquo soun passagi 
En escarfan un souvenir. 
Quan li soungi moun couar si founde : 
Tout ce qu'aimavi din lou mounde 
8i perde maugra meis regrets. 
Ensin ai vist l'indifferenci , 
La michantiso et la vioulenci, 
Va tout cauquar souto leis peds. 



LEIS ROUINOS 217 



Ai vist de la pieta deis paires 
Leis temouniagis benesis 
Estraviats de touteis leis caires 
Per d'enfants d'enrabi sesis ; 
Ai vist enfìn, lou jour d'esclussi, 
Qu'uno man coupablo et destrussi 
Sus d'Eleis portet sa furour; 
Ai vist soun avuglo coulero 
Enframinar, mettre en poussiero 
Dau desert lou pus bel hounour. 

Ah 1 se tournavoun mai sus terro 
Leis encians que nous an quittas, 
Greirien segur que lou tounerro 
A fach leis maux qu'ai despintas. 
Dormez din vouste samenteri 
Homes deis siecles de miseri ! 
Per affligear vousteis regards 
Foout ni tounerro , ni delugi : 
Sant Miqueou resto lou refugi. . . . 
Deis groupatas et deis reinards. 

Ensin eme sa voix tramblanto , 
Etsus d'un ton triste. et pietoux , 
De countuni lou vieiihard canto 



218 LEIS ROUI^OS 

Deis jours passats lou tems huroux : 
Mai quan n'en ven au pouint de dirc 
Ge que de méchans en delire 
An coumes de maux counneissus , 
Alors sa peno es troou cruello : 
Lou plourar bagno sa perpello , 
8a voix s'estcigne , et canto plus. 



D'HAUT COURTIOU 



BALLADO. 



Chant de la Filho dau Patroun. 



Coumo din la nuech uno estello 
Espincho au mitan dau tems niou , 
Entre Galoseragno et Riou 
Ai vist blanquegear uno vello ! 
La mar es touto un poouvereou. 
8e per malhur ero moun paire ! 

O Viergi santo I Viergi maire ! 
Sauvaz leis gens d'aqueou bateou. 

Lou rounfle rauq de la tempesto 
Empouarto tout ce qu'a davant: 
La coulero de Tauragan 



220 d'hAUT COURTIOU 



Deìs couellos fa frenir la cresto , 
Coumo ven trebou lou souleou ! 
Senti tremouelar lou terraire. . . 

Viergi santo 1 etc. 

Pien de furi iou mistrau bouffo, 
Entreviou din la brefounie 
La nau que courre vent arrie, 
Davant sa proue l'oscumo broufío 
Semblo qu'esquiiho din la neou 
Que lenvirauto de tout caire. 

Viergi santo ! etc. 

La mar si duerbe leis prefoundo. . . 

Lou sang mi bouiUe. . . . leis viou plus. . 
Bouen couragi ! . . . soun mai dessus. . . 
L'oundo s'embrigo contro Toundo ; 

Varegeoun au bord dau toumbeou 

Va veire 1 Et li ren pousque faire ! 

Viergi santo! etc. 

Signour, dounaz li voust' ajudo ; 
En vousto man prenez l'arjau ; 
Seran escapis de tout mau 
Se ma priero es entendudo 



d'hAUT COURTIOU 221 



Fez que rescontroun ges d'esteou ; 
Dau dangier tiraz leis , peccaire. 

Viergi santo! etc. 

Au mitan de la plano blanquo , 
Meis uils estens lou vien enca 
De Sormiou franquisse lou cap, 
Bordegeo davant la calanquo , 
Rase Taiguo coumo l'ousseou, 
Fade bounds que semblo un sautairé. 

Vierge santo ! etc. 

Estoumagado , leis regardi ; 
An ameina, prenoun leis rens : 
Leissaz mi courre I soun meis gens ! 
A Nouesto Damo de la Gardi 
Anarai pourtar un tableou 
Em'uno lampi que l'esclaire. 

Viergi santo ! etc. 

Eníin , moun Diou , vous rendi graci : 
Toquoun lerro , van abordar ; 
Ai plus ren à vous demandar. 
Lou lourni veire ! que l'embrassi ! 



222 d'hAUT COURTIOU 



Mi siou pas troumpado , es ben eou ; 
Diou mi Ta gardat , moun bouen paire 

La Viergi santo, boueno Maire , 
A tout sauva : gens et bateou. 



LA FALIGOULO 



La faligoulo, din leis planos, 

Flourisse et ris au beou souleou de mai ; 

Embaimo l'er à i'entour deis cabanos 

Et cuerbo leis coulets dau tapis lou pus gai. 

Din leis jardins, eme ooupulenci, 
Lii Roso alors desplego soun boutoun ; 
Venoun din la memo sesoun, 
Mai puis apres que differenci ! . . . . 
La Reino dau printems trioumpho quauqueis jours, 
Passo et laisso à la fin qu'uno espino secado ; . . . . 
La pianto dau campas verdo touto l'annado , 
Sa sentour li duro toujours. 



224 LA FALIGOULO 

Quand lou paire dau caud, coumo uno fouen abrado , 
Fa rajar seis fuecs din restiou ; 
Quant en hiver, sus la terro gielado, 
Lou fred laisso plus ren de viou, 
Que fague secaresso o fague tempouriou , 
La faligoulo, din leis planos, 
Embaimo Ter à Pentour deis cabanos 
Et counservo en tout tems soun prefum agradiou. 



LA NUECH 



SOUNET 



La nuech, sus la terro endourmido, 
Vuegeo lou souen et lou repau ; 
Ai vist amouessar pauc à pauc 
Lou iume de cado bastido. 

Senti toumbar l'aigagno humido , 
Lou grilhet canto au bord dau trauc, 
Et din leis rouinos dau casau 
De longo la machoueto crido. 



15 



2-26 LA l>iUi:CH 

Lou tems es doux , Ter es seren, 
El leis astres dau lirniament 
De Diou racontoun leis louangis. 

Que d'osclat ! que de iiiajesta ! 
S'aviou d'alos coumo leis angis, 
Au cieUî auriou deja mounta! 



PROUVENÇO 



SOUNET 



Counnouissez lou pays ounte ven l'arangier 
Eme soun fruit couroux et sa flour prefumado, 
Ounte dau muscadeou la rapugo daurado 
Pendouelo et si maduro eis brouts de Tooulivier? 

Counnouissez iou pays ounte iou vert lauzier 
81 marido en creissent à la nertho embaimado, 
Ounte iou jaussemin, l'hieii, la ginouflado, 
S'espandissoun cnsem au ped dau migranior? 



22S PROUVENÇO 

Aquit lou ciele blur din la mar si miraiiho, 
Aquit de liechs de flours tapissoun cado drayo, 
Quan l'aureto en risen passo din la fourest. 

pays tant aima, que m'as douna ia vido, 
Ti lausarai toujours, Prouvenço benesido ! 
Et ma touml)0 sera vosino de moun bres. 



ELEGIO 



SOUNET 



Souto Testro de Margarido , 
Gai Roussignoou , cade matin , 
Escoundu din lou jaussemin, 
Cantes ta cansoun favourido. 

Ta voix tan fresquo et tant poulido 
Resclantisse din lou jardin : 
Moun ami, cantes plus ensin 
Que la mesquino es endourmido. 



230 HI.EGIO 

Dido, peccaire , l'a tresjours, 
S'es endourmido per toujours. 
Dau mounde à laissa la miseri. 

Taiso-ti, ]»aure Roussignoou. 
Vo sus sa croux au samenteri, 
Vai (lire ta cansoun do doou. 



LA ROSO 



SOUNET 



Reino deis flous, belle roso de mai , 
Que toun prefum, que ta coulour m'agrado : 
Mai ta beouta duro qu'uno journado, 
Un jour vo doux, roso vives pas mai. 

Entour dau brout , per ti gardar bessai , 
Ben avant tu l'espino s'es moustrado ; 
Entanterjm, quan t'en sies enanado, 
L'espino resto et s'en levo janiai. 



2.^2 LA ROSO 

De l'home onsin la jouinesso flourido 
Duro lou tems de la roso espandido. 
Si n'en souven que per la regrettar. 

Puisleis soucis (jue fasien que de neisce, 
(iOumo l'espino an i^as cessa de creisse , 
Et jusqu'au croues lou dcvoun plus quittar. 



EPIGRAMOS 



VO PICHOUNS CONTES 



EPIGRAMOS VO PICHOUNS CONTES 



I 



CHEZ NOVS 

Chez nous ce n'est pas comme ici ; 
Ghez nous on ne fait pas ainsi ; 
Chez nous on fait comme ceci : . . . 

£s à pauc pres aqueou lingagi 

Que tenien leis sordats lougeats à n'un villagi. 
Ghez nous, chez nous ! Gadun ero candit. 

Ounte diantre es chez nous ? Avien de tablaturo. . . 

Un paysan v'expliquet de suito à sa façoun : 

Ghez nous, diguet, chez nous ! V'ai vist din la litturo , 

Es fouesso un grand pays ; et la cavo es seguro , 

D'abord que tant de gens n'en soun. 



236 BPIGRAMOS VO PICHOUNS CONTES 



II 



SIMOUN 



Simoun es mouart. A soun enterrament 
Deourriez venir, se mi cresiez, coumpaire , 
Es un hounour que foout que si renden. 
— Tant ranariou, saviou plus ren à faire, 
Mai per aquot quitti pas moun trabailh ; 
D'aquel hounour mi n'en souciti gaire , 
Et puis Simoun mi lou rendriet jamai. 



III 



LOU BUPFRE 



Emballat din soun raanteou noou , 
Lou fin capeou sus la visiero , 
Tounin ten touto la carriero 
Et fa lou rede tantque poou. 
Tounin lou Buífre à bello faire , 
Si crei que lou regardoun eou ; 
Leis gens allucoun soun manteou , 

« 

Mai de Tounin s'avisoun gaire. 



EPIGRAMOS VO PICHOUNS CONTBS 237 



IV 



LOU MARIAGI 



Voues saupre enfin ce que n'es dau mariagi, 
Ti va dirai, per que li tenez tant: 
D'en premier luec , quand raangeaz de froumagi , 
Li fez sautar la grueilho en coumençant ; 
Puis la rasclaz quand ven lou secound an ; 
Vous countentaz de boufifar lou tresieme ; 
Va mangeaz tout q'houro ven lou quatrieme ; 
Puisben buroux quand avez proun de pan. 



LOU MATINIER 

Un gros pitouet que s'agradavo au liech , 
Dormiet souvent touto la matinado. 
Facha d'aquot, soun paire li fasiet 
De tems en tems uno liçoun sarrado : 
Te, moun enfant, regardo lou souleou, 
S'aviez de sens prendriez exemple à n'eou ; 
Quand Thouro ven coamenço journado , 
EL tu jamai ti leves qu'a miejour. 



238 EPIGRAMOS VO PICHOUNS CONTES 

Eisemple à neou 1 li fa lou Gambarado, 
Que mi countaz 1 uno cavo prouvado : 
Es que jamai si levo davant jour? 



VI 



LOU CHOFI 

Braveis gens, ai perdu ma fremo, 
Dau choíi lou couar mi blastemo ; 
N'en siou tant triste et tant doulent , 
Qu'au beou premier que mi la meno , 
Per lou remerciar de sa peno , 
De suito ni n'en faut present. 

VII 

LOU SANT 

A n'un certain pays pourtavoun lou patroun 

En grande proucessien, lou beou jour de sa festo 

Lou brancan peto sec , lou Sant viro redoun , 

Au mitan J'uno sueio anet piquar de testo. 

Lou sorteroun dalin tout à fet barbouillat , 

Lou visagi sustout ero pintat de resto : 

« Ah I dis un margailher que l'aviet touto lesto , 

A changea do coulourl segur s'es esfrayat I » 



BPIGRAMOS VO PICHOUNS COiNTES 239 



VIII 
LOU CATECHIERME 

La creignenci de Diou , de tout ben es lou gierme, 
Repetavo un Vicari en fen lou Gatechierme 
En de pichoun gavouets hounestamen espes ; 
Ensin lou foout pregar, li rendre vouste houmagi , 
Sustout lou de matin quand dau hech sautarez. 
Bessai que va fez pas ; viguen ce que n'en es : 
Anen, moun brave Jean , tu que sies lou pus sagi , 
Digo-mi , lou matin , que fas en ti levan ? 
— Cagou , Moussu TAbbe , li respounde Tenfant. 
Lou paure home, candit d'entendre un tau lengagi , 
S'adreisso à soun vesin , li dis : — Et tu , Miqueou , 
Esperi que mi vas un pauc mies parlar qu'eou , 
Que fasen ti levan?Miqueou, lest coum'un pagi, 
Respounde encountinent : Etiou cagou per eou. 

IX 

l'univers 

Qu'es runivers? disiet Moussu Teisseire 
A soun paysan Meste Jean Rouigo dur. 
Bello questien ! respoundet lou fouieire : 
L'univert es l'uni pa'nca madur. 



240 EPIGRAMOS VO PICHOUKS CONTES 



^^ ....;.0I/ C^ANTRE 

Martin, louchantre dau villagi, 
A l'Egliso, eme soun planchant , 
De longuo g'ittavo qu'un bram , 
Fasiet tramblar lou vesinagi , 
Un jour la fremo, d'un paysan 
En l'entenden cantar plouravò. 
Digaz ? li demando MartitV, 
Coumo va que sustaz ensin? 
Va , qu'es vous que n'en siaz rencavo ; 
Mi fes revioudar meis doulours ! 
M'es mouart un ai la quienze jours , 
Que semblaztout eou quan bramavo. 



XI 



LOU VESIN 



Ai de tout tems aima fouosso lou vin ; 
Empacho pas que n'en bevi ben gaire. . . 
Es d'aqueou biai que parlavo un vesin : 



EPIGRaMOS VO PICHOUNS CONTES 241 

Tout bouenamen li digueri : Goumpaire I 
lou per ma part siou dins un autre cas : 
Diga m'un pauc coumo aquot si poout faire , 
N'en bevi fouesse ett^"Uin l'almi ^as. 

il 
XII 

TANTO NAURADO 

Tanto Naurado, la .vesino , 
Aviet fach soun darnier badau. 
Jean, soun home, din U cousino , 
Fasiet tuliar lou Gachimbau. 
Mai coumo, Jean, fumes I as perdu crento ! 
Ta fremo es mouarto et la van entarrar I 
— Ah I sabez pas ce que mi despoulento ! 
Ai lou couar gros de pas pousquer plourar. 

XIII 

LOU CHARLATAN 

Venez veire un chavu de la Viergi Mario ; 
Avançaz-vous, gens d'aquestou pays , 
Regardaz ben, coumo es fin, coum'es lis I 
Es aquot que si poout dire une merevilho 1 
Ensin parlavo un Gharlatan 

16 



'*»''. 



242 EPIGRAMOS VO P1CH0UKS CONTES 

Eii inoustran un chavu, vo daumens va semblavo . 

Au mounde que renvirautavo. 
Mai viou pas ren, 11 diguet un paysan 
Que coumo fouesso autres badavo : 
Ai bello regardar, de chavu n'en viou ges 1 
— X'en viaz ges 1 la cavo es d'à creire , 
Reprend lou Briguetian, et n'en siou pas suspres: 
lou l'a tros ans que lou faut veire 
Et l'ai pa'nca vist uno fes. 

XIV 

LOU MAUCOUNTENT 

Despuis tres jours qu'aviou pas vist la fremo , 
A ben changea : m'a plus seaibla la memo ; 

Marquo pas ben ; et fe de medecln, 
Ai poout que parte avant deman matin ! . . . . 
Que diaz aquit ? brave moussu lou Megi ; 
Va diaz de bouen ! bessai que vous troumpaz. 
Vautreis toujours mettez la cavo au piegi: 
lou, francament, ai poou que. . . . parte pas. 



^>-<^%^^ - 



FABLOS 



LA CIGALO ET LA FOURNIGO 



La cigalo , au tems deis ieros , 

Cántavo jouyousament, à perdo d'halen ; 

Mai quan venguet leis fresquieros, 

Aguet santalimen ren 

Per passar l'hiver venen. 
Alors dis à la fournigo : 
— Ma coumaire , moun amigo , 
Avez de vioure à l'houstau , 
lou lou besoun mi cavauto ; 
8e m'en prestavias un pauc , 
Va vous rendriou senso fauto , 

Interes et capitau. 



246 LA CIGALO ET LA FOURNIGO 

Eis gens qu*aimoun lou ren fáire , 
D'usagi si presto gairo , 
Dc poou de va mettre mau. 
L'autro li faguet : — Goumaire, 
Que fasiaz au temsdau caud, 
Quan tout lou jour carregeavi 
£t que me vesiaz passar? 

— Que fasiou ? Toiijour cantavi. 

— Cantaviaz , iou recampavi ; 
Aro deourias dansar. 

De que vous plagnez ? fenianto, 
Patissez. S'appren à vous 
Qu quan foout trabailhar canto , 
Rosto enfin court deis doueis bouts. 



LOU OROUPATAS et LOU REINARD 



A la cimo d'un roure , un groupatas quilhat, 

Pourtavo au bec un fin froumagi. 

L'ami reinard , coulego revilhat , 
De luen viguet lou negré persounnagi , 

De galapachoun courret leou ; 

Li faguet d'un ton maneou : 
— Bouenjour, bravé moussu, vous faut ma reveranço : 
Que sias courjroux , coume sias beou, 
Que boueno mino , que prcstanço ! 
Lusez que semblaz un souleou. 
Man agu parla , m'en souveni , 
De l'oousseou que li dien lou Pheni, 



248 LOU GROUPATAS ET LOU REINARD 

Que n'en a qu'un ; serias pas eou ? 
Ben de bouen , se voueste raraagi 

Se reven a voueste plumagi, 

Devez saupre troou ben cantar. 
Tout espoumpi de s'entendre vantar, 
Lou groupatas , din soun orguil , nedavo 
Et si gounflavo. 

Li tens plus , si laisso tentar : 
Duorbe un gros pan de bec , lou froumagi Tescapo , 
Sauto de branquo en branquo et toumbo enfin au soou. 

L'ami reinard , que gueiravo lou coou , 
Boumbo et l'arrapo ; 
Aguet leou far.h de s'en garnir lou pies. 

Puis si viro vers lou cantairo , 

Et li crido d'un air trufaire : 
— groupatas , va vies, 
Lou flattiou viou toujours eis fres de qu l'escouto. 
Lalouange es per tu, lou fromagi per ieou ; 

Pouarto-ti ben , moun fîou. 

Et Tautre restet testo souto, 
En si soungean , coum'un gros estoupin : 
Qu m'agantara mai , faudra que siegue fìn. 



LEIS DOUS MUOUS 



Dous muous caminavoun ensem : 

Un ero cargat de civado ; 
L'autre, que pourtavo d'argent, 

Anavo la testo enaurado , 
Fasiet lou fier , fasiet lou beou , 
En mesuran seis pas au souen de sa souenailho. 
Subran quatre voulurs trepassoun la murailho 

Et courroun drech à n'eou. 
Lou muou si vout defendre , et vaqui la batailho , 
Et leis coous de bastoun etleis coous de couteou. 

L'ensuquoun , \ì traucoun la peou. 
— Aih ! fasiet lou mesquin, que malo destinado ; 



250 LEIS DOUS MUOUS 

Mi viou mouren su lou carreou. 
Et moun couleguo a pas la mendro grafinado. 

— L'ami ! li fat soun cambarado , 
Loii riche, pau vo proun, a toujours d'envegeoux ; 

Et puis eres fouesso orguilhoux : 
S'aguessos simplament carregeat de civado , 

Ti veiries pas tant malhuroux. 



LOU LOUP ET LOU CHIN 



Un loup maigre, estequit, quasiment mouart de fam , 
Tantleis chins d'alentoiir mountavoun ben la gardo , 
Rescontro perhasard din lou bouesc, en roudan , 
Un dogou gros etgras; s'aplanto, lou regardo, 

S'aguesse aujaTauriet sauta dessus: 

Mai de veire seis crocs pounchus , 

Soun peou lusent, soun alluro gailhardo , 
Changet vite de sentiment. 

Adounc l'abordo hounestamen , 

Li parlo, li fa coumpliment 

De sa boueno santa, de sa mino enflourado. 

— Tendra qu'a vous, moun cambarado , 



252 LOU LOUP ET LOU CHIN 

D'estre gras coume siou, li respouende lou chin : 

Quittas leis bouescs, que fes aper ailn? 

Vouosteis pariers li soun minables , 

Estrancinas , descarqus, miserables ; 
Leissas-leis, siegues-mi, vousen troubares ben. 

— Un souletpoint, dis l'autre, m'embarasso : 
Que faudra faire ? — Quasi ren, 

Repren lou chin ; soulament dounar casso 

Eis mauvestis, eis pourtaires de biasso , 
Li baubar pas jiu lcou qu'espinchoun au pourtau , 

Flattegear leis gens de Phoustau , 

Sustou lou mestre et la mestresso ; 
En recoumpenso aurez d'oues'ses gros et pichouns 

Leis souquets et leis retailhouns, 

Et proun souvent quauque boueno caresso. 
D'ausir tant de helleis resouns , 

Lou loup en caminant deja si salicavo , 

Et de bouenhur lou plourar Tescapavo , 

Quan s'aviso que l'autre a lou couele pela. 

— Te, vejo, qu'es aquo? — Ren, n'en vaut pas la peno. 

Diou pas de noun ! Toutun quauqu'aren l'a ? 

Et tendriou de va saupre ? Es bessai la cadeno 
Que mi li tenoun estaqua. . . 

— Estaqua ! dis lou loup, aquelo es pas marrido ; 

Alors poudez pas courre à volounta ? 



LOU LOUP ET LOU CHIN 253 

— Pas toujours ; mai que fu ? — Li fa que de mu vido , 
D'aqueleis bouens repas que m'avez tant vanta, 
Gramaci : teni à vioure en pleno liberta. 

Aquo dich . meste loup s'entourno à touto brido. 



LA CABRO , LA VAQUO , LA FEDO , 
EME LOU LIEN 



La cabro, la vaquo et la fedo, 
Aneroun cassar em'un lien , 
D'accord que se partagearien 
Leis frex et lou gazan, toutdinlaboueno fedo. 
Au piegi de la cabro un cervi si prenguet. 
Avertis sus lou coou, leis amis li courreroun. 
Lou lien, pas pus leou qu'arriberoun , 
En quatre coous d'arpiens , quatre parts n*en faguet ; 

Puis, en espooussant sa criniero , 
Dis : Esten que siou Rei , mes degu la premiero ; 
La segounde mi ven per que mi dien lou lien ; 



LA CABRO, LA VAQUO, LA FEDO, BMB LOU LIEN 255 

Goumo siou lou pus fouart ai dretà la tresiemo , 
Et se quauqu'un fa tant de toucar la quatriemo , 



L'estrangle senso remissien. 



La mouralo d'aquesto fablo , 
N'en a ges de pus veritablo : 
Leis grands toujoursî soun encensas , 
Et leis pichouns soun enfounças. 



LA DINDOULETTO 



ET 



LEIS PICHOUNS OOUSSEOUX 



Dous coous per an, en changean de pays , 
La dindouletto aviet profita de seis viagis ; 
La pluegeo, lou mistrau, lou beou tems, leis oouragis, 
Va prejemissiet tout ; leis gens qu'an fouesso vist 
Se plasoun de dounar d'avis ; 
Aquesto proun souvent voulentier s'en mesclavo. 
Un jour , en vian qua booudre un paysan samenavo 
De grano de canebe, anet eis oousselouns. 
— Que piagni voueste sort, li fet, paureis pichouns ! 
Vias ben aquelo man que toujours si balanço, 
Eh ben ! un jour vendra, per voueste malhuranço , 



LA DINDOULETTO ET LEIS PICHOUNS OOUSSEOUX 257 

Que lou gran qu'a l'er de jittar 
Servira per vous agantar. 
Espelira d'aqui per vautres milio argagnos, 
Voueli dire d'engiens per vous mettre en prisoun ; 
Leis ribos, leis valats, leis tezos, leis baragnos, 
N'en sera plens, quan vendra la saisoun. 

Alors, gueiro leis rastegagnos, 
Gueiro la gabi et Taste et lou poueloun. 
Ensi li fa ia dindouletto; 
Se me cresez, mangearez aqueou gran. 
Mai leis oousseoux, qu'avien de vioure au champ, 
La trateroun de tabareto 

Et degun l'escoutet ; 
Entantou lou carbe sourtet. 
La counsiihiero alors dis : — La planto es verdo, 
Espincho, es lou moument de n'en veiré lou bout, : 
Foout coupar cade greou, derrabar cade bout , 
Es lou verai mouien d'evitar voueste perto. 
— Marchando de malhur, fagueroun leis oousseoux , 
Foudriet que foussian un arçaado 
Per faire ce que dies ; fai vo tu, se t'agrado, 
Te rémercian de teis counseous. 
Lou canebe madur et la recorto facho, 
La pauro tourno mai. — ParU per voueste ben, 
Mai coume ce que diou de coustume vous facho, 

17 



258 LA DINDOULETTO ET LEIS PICHOUNS OOUSSEOUX 

Es la dorniere fes, ensin prouûtas n'en. 
Anan estre au tems de la casso ; 
Quan veires alestir leis lequos, leis arquets, 

Leis aragnoous et cent sortos d'arrêts, 

Bouleguez pas, changez gaire de plaço ; 
Franc que coumo la grue, la cailho et la becasso, 

Vous avusquez de traversar leis mars ; 

Mai per aíïrountar tant d'hazards, 

Sias d'uno pas proun fouarto raço. 

Adounc, fes mies, tonez vous à.rhoustau, 
Vo restas escounduts au found de quauque trau. 
— Que nous vouos, que nous dies? s'escrido mai la bando ; 

Quc tiparlo, que tidemando? 
Nous souques, loisso nous, vai t'en leou, sauva-ti 
Fachado de toujours aguor lou dementi, 
La dindouletto anet voire (rautreis contrados. 
Lou poi)lo deis oousseoux, pros à 1)o11gìs vouelados , 
Qu'an n'en sioguet plus toms. rogrettot ,seis oounseoux. 



LOU LOUP ET LOU CHIVAU 



Un loup , en fasen sa tournado , 
Viguet un superbe chivau 
Dins un qaarra de bargeu'ado ; 
Ero jouine et soun puou lusiet coum'un mirau. 
Gaspi, sounget lou cambarado , 
Per n'en faire uno sadoulado 
Demandariou pas ges de sau. 
Daumagi que pareis de tailho 
A gaire cregne la batailho ; 
Mai sc siau pas proun fouart , viguen d'estre proun íin ; 
Ai moun estivo desgarnido , 
■ Aquo li vendriet ben. En si soungean ensin , 
8*afflato dau chivau :.— Moussu , siou medecin ; 



2(50 LOU LOUP ET LOU CfflVAU 

Ai fach qu'aquo touto ma vido , 
£t subretout sabi garir leis maux 
Que pouedoun susvenir à Messies leis chivauz. 
Quan vous ai vis soulet destaquat din rherbagi , 
Mi siou ponsat qu en bouen besoun 
Ma scienço vous seriet d'usagi , 
£t siou vengut , senso façoun , 
Vous la semoundre à l'avanturo. 
— Es verai , li fa l'autre , ai mau souto d'un ped : 
£s lou pcd de darrier , en parlan sans respet ; 
Sabi pas troou s'es uno quichaduro 
Vo ben s'es uno pougniduro , 
Lou fet es que mi couit. . . — Viguen un pau ce qu'es , 
Li fa lou medecin ; boutaz , laissaz-mi faire , 
Vous aurai leou tira d'affaire ; 
Avant que siet doman , de mau n'aurez plus ges. 
Et vaqui raoun dooutour que de darrier s'avanço ; 
En mesuran deis uils , pren van per faire un bound. 
Mai lou malau d'espres , qu'ero plen de doutanço , 
Devino lou moument , esliro iou ûetoun , 
Et vous l'empego uno quittanço 
Que l'embrigo leis dents , lou naz et lou mentoun. 

Per fouesso que pousque v'estre , 
Lou pus íìn trobo soun mestre. 



NANOUN 



Pas pu leou jour , Nanoun sero levado 
Per portar à la villo un jarroun de lach fresc , 
Sus la testo si lero mes ; 
Et per estre pus degageado , 
De souliers prins s'erro caussado. 
Drecho coum'uno quilho , anavo allegrament ; 
Soun coutilhoun piquat fasiet de vai , de ven ; 
FouUet veire coumo trimavo. 
En caminan , pamens , Nanoun soungeavo , 
Si rendiet compte de l'argent. 
Que tirariet dau lach ? Tout d'abord n'en croumpavo 
Cinq dougenos d'uous frescs ; tres couarellos clussien ; 
En li fen attentien , 
Din vingt un joiirs espehssien ; 



2)2 NANOUN 

Avant quc siet trois ines ai de poulets à vendre . 
1.0U Reinard sera íìn se m*en laisso pas proun 
Per n'en aguer un nourrigoun , 
C^ue vendra gros et gras senso li troou despendre; 
Memo qiian lou croumperi ero pas ben pichoun. 
Kt qu mi ten d'aguer de ce que mi va rendre ? 
Uno vaquo eme soun vedeou 
Que sautaran au mitan dau troupeou! 
Mi semblo que leis viou ! Nanoun , affeciounado . 
Sauto en parlan , mando en Ter lou pouceou , 
Lou vedeou , la vaquo et la couado. 
La pauro , lou couar gros , regardo per lou soou 
Sa fortuno escampado. 
D'aqui tourno à soun home , et , toute trebouelado . 
En va countan v'adoubo au mies que poout , 
Cregnenci d'aguer Tespooussado 
Nanoun , de tout aquot , si soubret qu'un faux noum 
Sieguet plus que Mise Jarroun. 

A voulounta Phomme proposo ; 
Faren acquit , diren acquot ; 
D'aqueou tems lou sort n'en disposo , 
Et lou pus sagi resto sot. 



LOU REINARD et LOU BOUC 



Un mestre. bouc, íìer de seis longueis banos , 
Ero per viagi eme l'ami reinard. 

En travessan proun longtemps din leis planos, 
8'eroun cadun alassat per sa part. 
Abras dau set , trouberoun per hazard 
Un large poux; touteis dous li sauteroun, 
A soun sadoul leis coulegos bugueroun , 
Puis per sourtir demandet reílessien. 

L'ami reinard , tout dun coou dis : — Coumpaire , 
Ai lou mouien de nous tirar d'affaire : 
Vas tout d'abord prendre ta pousitien , 

La testo en l'er , leis peds long la muraillo ; 
Ten ti ben drech , dessus tu passarai ; 



264 LOU REINARD ET LOU BOUC 

Uno fes d'haut , la man ti pouargirai , 
Et touteis dous prendren mai nouesto drailho. 

— Ami reinard , approvi ta resoun , 

Li fa lou bouc ; es boueno et ben troubado. 
lou , coumo vies , pouarti barbo au mentoun , 

Empacho pas , l'auriou pas devinado ; 

Mi souvendrai de tu din lou besoun. 

Passo sus iou , ti vau faire esquinetto. 

Et lou reinard faguet ges de façoun : 
Sourtet dau pous , laisset soun coumpagnoun. 

Uno fes d'haut , en li fasen bouqueto , 

Lì fet presen d'estout bout de sermoun : 

— mestre bouc ! ta barbo a de renoum! 
Mai per de sens , mi pareis que n*as gaire. 
Es pas lou tout dins un pous de sautar ; 
Gounven enca de saupre coumo faire , 
Quan sias d'abas per mai pousque mountar. 
Tiro-ti n'en à toun aise, Coumpaire : 
Adiou, m'en vau, faut que faguicamin. 

En touto cavo , attentien à la fìn. 



LEIS GRANOUILLOS QUE DEMANDOUN UN REI 



Leis granouilhos , un jour , eme fouesso cridesto , 

A Jupiter demanderoun un Rei : 

— Aven de liberta de resto , 

Voulen quauqu'un à nouesto testo 

Que nous fague seguir la lei. 

Jupiter, d'aqueou tems, pourtavo brayo largo, 

Et de suito li mando un bout de calaman. 

Au brud qu'aissot meno en toumban , 
Tout lou pople esmoougu si sauvo , la demargo : 

Qu parte en sautan din leis jouncs , 

Qu cerquo leis traucs leis pus founds , 

Qu s'enfugisse en nedan et s'aiargo ; 
Toutun lou gros esfrai li duret (ju'un moument. 



266 LEIS GRANOUILLOS QUE DBMANDOUN UN REI 

Quan vigueroun lou Rei que, senso raouvament, 

Sus raigo quetto s'arrestavo 

Et de plaço janiai changeavo , 
N'aguet uno qu'auget s'avançar douçamen , 
En tremouelan . . . lou íisso .... Teisamino . . . 

Puis arribo uno autro vesino ; 
Puis pauc à pauc tout lou mounde reven. 

L'allucoun em'estounament , 
Et puis senso respet li sautoun sus l'esquino. 
Lou brave Rei brando pas soucamen. 
— Jupiter ! voulen un autre cheffe; 
Dounas-nous lou qu'ague cambos et bras ; 
Lou voulen pas que siegue beffe, 

Aqueou n'a ni bouquo ni naz 

Fasien un trin . . . un trin a testo fendre. 

Lou Diou, sadoul de leis entendre, 

Faguet venir la grue. La grue , per coumençar, 

Si mettet à leis empassar 
XJno apres l'autro et de longo ... — Defessi ! 
Bouen Jupiter ! vous que sias tant puissant , 
Delivraz-nous d'aqueou tyran ! 
Senoun restara plus degun de nouesto especi .... 
Lou Diou li respoundet: — Avez tort, et devias 
D'en premier luec vous tenir coumo eriaz. 
Per countentar vouste caprici , 



LEIS GRANOUILLOS QUE DEMANDOUN UN REI 267 

Vous aviou fach present d'un Rei senso malici. 
Vous a pas counvengut ; que noun lou gardaviaz ? 
Viou qu'abusaz dau privilegi 
De n'en changar, jamai n'en finiriaz. 
Gardaz aqueou , bessai qu'un autre seriet piegi. 



KHOME ET LEIS DOUES VEOUSES 



Jean Garaveou frustavo cinquante ans 
Quan s'aviset de si mettre en meinagi : 
Es un pauc tard de soungear au mariagi, 
Q'houro leis puoux soun quasi touteis blancs. 
Mai de foulies s'en poout faire en tout iagi ; 
Et basto aguez , coumo Jean Garaveou , 
D'escus à l'oumbro et de ben au souleou , 
Poudez choousir. L'home qu'a de fortuno , 
A n'un besoun n'en trobo doues per uno , 
Ensin faguet nouste vieilh amouroux. 
Senso anar luench et din la vesinanço , 
Jean rescountret doues veousos de songoust: 



l'hOME ET LEIS DOUES VEOUSOS 269 



Uno enca verdo et din touto sa flous ; 
L'autro, maugra leis ans qu'aviet d'avanço , 
Eme de fard , de souins et d'ornaments , 
Si defendiet deis ravagis dau tems. 
Entanterim nouste fringaire anavo 
De l'uno à l'autro, eme eleis badinavo. 

Lou badinagi empuro l'amitié ; 
En badinan , caduno trabailhavo 
Per soun proufit. Gaduno lou vouliet 
Veire a pau pres de ria;^i qu'elo aviet. 
La vieilho adounc de longuo li tiravo 
Quauque peou negre, et la jouìno, à soun tour, 
De poou qu'un vieilh li fesse deshounour, 
Senso pieta leis blancs li derrabavo; 

Ben talamen que lou suq dau galant 

Si troubet nus com'un paume de man. 
— Caspi, faguet à la íin l'espousaire, 
A vouste gra , belíos , m'avez toundu ; 
Mai lou mariagi entantou s'es foundu. 
Mi voudriaz mettre, en pas n'en fen vejaire , 

•A vouste pleg I bellos, vous ramarciou. 

Gountent , au mies , de vouste saupre faire , 
Jean Caraveou , bellos , vous dis adiou. 



LOU OARRI DE VILLO 

ET 

LOU GARRI DE BASTIDO 



Un paure garri de bastido 

Qu'aimavo fouesso lou repaou, 

Tranquilamen jouissiet de la vido, 

Franc de souci , countent de pau. 

Venguet qu'un jour recebet la visito 
D'oou garri de la villo. Après leis coumpliments , 

Coumo si fan leis braveis gens, 
S'agisset de dinar; ct noueste paure hermito 
Li sortet tout d'un tems 

Civado , blad , erre , jaisso et lentilho , 
Cc qu'aviet dc milhour , sus un liech d'apaiihun , 

A n'un endret ounte veniet degun ; 



LOU GARRI DE VILLO ET LOU GARRI DE BASTIDO 271 

Puis touteis dous attaquoun la granilho. 
L'estrangier, pauc countent d'uno talo mangilho, 

La tastavo d'un er íiquoux. 
— Mai coumo manges pas ? semblo qu*as lou degoust , 
Li fa l'hoste ; ai dounc pres uno pono inutilo ? 

— Goumpaire , escouto-mi , dis lou garri de villo , 

T'agrado de menar uno vido tranquillo 

Seriou de toun avis ; mai malhurousament 
Yivez troou paurament. 
Leis cavos ounte siou si passoun autrament ; 

Yene mi veire et saupras se mentissi : 

S'un cooii vies coumo mi nourrissi, 

De tout segur tournaras plus eici. 

Lou bastidan restet une voouto en souci , 

Et puis si decidet. Vers l'houro mascarado 
Que vouelo la ratepenado 

Leis couleguos partoun ensem. 

Arriboun d'escoundoun, escaloun en silenci 

Dins un houstau de superbo apparenci; 
Si tenoun en despart , chauzissoun lou moument 

,D'intrar dins un appartament 
Ounte d'un grand repas s'ero leissa lou resto. 

Per nousteis amis , qu'uno festo ! 
De la pastissarie 
Van à la sucrarie ; 



272 LOU GARRI DE VILLO ET LOU GARRI DB BASTIDO 

Lou fourestier perdiet quasi la testo , 

Jamai s'ero troubat din talo mangearié. 

Au pus fouart de la brafarió . 

Subran uno pouarto si duerbo , 

Un varlet parois , leis descuerbe , 

Li va dessus , garo davant : 

Gade voulur se sauvo de soun caire. 

Au bout d'un pau, loutun lou chamatan 

Aguet feni. — Vene vite, coumpaire, 
Dis lou {^arri de villo , accaben lou restant. 

— Nani , n'aproun, li fa lou bastidan ; 
Leis bouens mouceoux farien ben moun a£faire, 
Mai cregni lou dangier, ti va diou francament: 

Aimi mai vioure simplament 

Et senso fíeno a la bastido 

Que de courre tale bourrido. 

Adiou, m'en vau, pouarto-ti ben. 



LOU LOUP ET UAGNEOU 



Un agneloun sero perdu, peccaire ! 
^ant aguet proun courru, proun.cerqua, proun bela , 
Arribet au bord d'un valat , 
Aquot fasiet ben soun affaire. 
Mourent d'oou set , si clino : — As couragi, bregand , 

De venir trebouelar lou béoure qu'ai davant? 
. Li crido uno voix rauquo et duro. 
Lou paure agneou , plen d'espravant , 
Hausso la testo et vis la sinistro figuro 
3'un loup que lou regardo em'un er menaçant. 
— Excusas-mi, moussu, li dis en tremouelant 

La mistoulìno creaturo , 
Excusas-mi, mai de bouen vous troumpas : 

18 



274 LOr LOUP ET l'aíJNEOU 

Sias fìilamoun , ioii mi trobi d'abas , 
L'aiíío ini ven «lo vous : »»1 puis va vous proutcsti 
Aviou pa'nca begut. .. - Mi rebeques? í^usas , 

Li fa mai la micbanto ì)esti , 
Aqiiol t'es pas nouveou : sabi que l'an passat 
Sus inoun conipie as foul dich , va pagaras . foussat. 
— L'an jmssat . fet ra;;neou . coumo si pourief faire 
Kri miiìi(|U()u noissut. — Mctten (jue siet toun fraire. 
— Mai (le frain» n'ai ires. — Basto es quauquun dou tiou : 
l\istres et cbins sias toutcis dessus iou: 
Mi van dicb , la cavo es troou fouarto. 
A rinstant . lou loup fa qu'un boumb . 
L'estranalo et din loa ì)Ouesr' l'empouarto. 

Lou pus fouart a toujours resoun. 



LEIS VOULURS et L'AI 



Per un ai qu'avien pres , dous voulurs si battien : 
V'un lou vouliet gardar , l'autre lou vouliet vendre. 

A fauto de se pousqu'entendre, 
Leis coous de pouns , leis coous de peds ploouvien. 

Por fet d'hazard passo un autre coulego , 

Cavauto l'ai , se sauvo tant que poout. 

Aviet courru mai d'uno grosso lego, 
Quan leis dous coumbattens s'aviseroun d'oou coou 

Ai couneissut, din moun tems, dous frengaires 

Se n'en pourgien souvent per un mourre pessat. 
Un jour qu'eroun en trin , coumo un pareou de Taire , 

Eme un autre la bello accabet seis affaires ; 
Davant lou mero avien passat. 



276 LEIS VOULURS ET l'aI 



Ensin tau bado, 
En esperan lou mouceou que ragrado, 
Que par un autre es rescassat. 



SIMONIDO 



Tres cavos soun, querhome deou lausar : 

Leis dioux, lou prince, la mestresso. 

La radiero es souvent affaire de jouinesso ; 
IjOU prince a pas toujours lou doun d'interessar ; 
Mai leis dioux, en tout tems, meritoun nouste houmagi , 

Es un tribut qu'a l'auccasien lou sagi 

Manquo jamai de radreissar. 

Un pouôto, autreifes, n'en tiret avantagi. 

Leis dioux, per lou recoumpensar , 

Lou preserveroun de dooumagi. 
D'eisemples coum'aquo soun bouen à prepousar. 

Simonido fasiet l'elogi d'un louchaire 



27« SIMOMDO 

Quedin touteis leis juecs aviet gagna lou prex, 
Sujel paure, estrachan, desprouvi d'interes. 
L'home en questien aviet per paire 
Un simpleooubrier; de meme seìs parents , 
Tout que fouessoun de braveis gens , 

A l'elogi prestavoun gaire. 
Lou pouoto d'abord coumenço per cantar 
Aqeou que duviet countentar. 
Quan n'a dich ce que saup , viro d'un autre caire, 
Parlo de Castor et Pollux: 
Gelebro leis coumbats, la glori, leis vertus 
Deis doux frairos famoux, leis cito coum'eisemple , 
Dis que d'homes paries jamai s*en veira plus , 
Et din soun obro, enfin, \ì dreisso un temple 
Que n'en ten ia grosso mita. 
Mai l'autre qu'avietfach prex eme lou pouôto, 
Goumenço en l'entenden de li battre en retretto 

Etdis : — Vous dounarai ce qu'avez merita, 
Mita prexn'en a proun, farez pagar lou resto 

Au couble qu'avez tantvanta. 
Entanterin venez, àl'houstaula grandfesto, 

Venez que si regalaren ; 
Ija coumpanié sus vous compto d'avanço : 
Es meis parens, es tout d'amis d'enfanço : 
Venez, boutas, serez countent. 



SIMONIDO 279 

Simonido l'anet, bessai qu'avietcreignenci 

D'enca perdre lou gra de la recouneissenci. 

Goumo que siet, li va, pren sa plaço au festin. 

Attaquoun lou fricot, entamenoun lou vin , 
Manquavo ren àla rejouissenci. 
D*aqeou tems un laquai mounto et dis que d'abas 

Dous estrangiers demandoun Simonido. 
Lou pouèto si dreisso et li va d'aqueou pas. 

Leis autres, per aquo quitloun pas la partido, 
Perdoun pas Tooucasien de faire un bouen repas. 

Leis estrangiers qu'esperavoun de fuero 

Ero leis dioux qu'aviet cclebras dignament : 

Li fan seis gramacis, et per lou pagament 

Li dien de s'enanar, perce que la demouero 

Va s'envanir din lou moument. 
L'avis si troubet veritable 

Un pieloun pleguo, lou planchier 

Toumbo em'un fracas esfrayable , 

Embriguo plat, godou, pechier ; 
La vengenço deis dioux laisso plus ren d'entier, 

Espragno pas manquou lou cousinier. 

Sieguet pas tout aqui ; prr accabar Taffaire , 
Un calaman coupet leis cambos d'oou louchaire , 

Etlapluspartdeis parens, déis amis , 
S'entourneroun quasi agounis. 



a-^O SIMONIDO 

Aquo si diguetleou pertout din louterraire 
Gadun cridet miracle, etloupouêto huroux 
Rccebet double prex. Lou pople generoux 
Li coumandet de vers mai que n'en poudiet faire , 
Cadun l'aduguet soun tribut: 
Sieguet per eou la benhuranço. 
Foût toujours rendre eis dioux Thounour que l'es degut. 



LA MOUART et LOU MALHUROUX 



Un malhuroux, sadoule de souffrir, 

Demandavo plus qu'a mourir : 
O Mouart I disiet, vene, mouart souhetado, 
Que sies bello à mes uils ! vene, mi fas languir ! 

La Mouart arribo. A soun intrado , 

Lou malhuroux parte en cridan : 
O que sies laido, ô Mouart levo-ti de davant! 
Entourno ti, vai t'en, ti sies troumpado, 

Es pa iou que t'ai demandado. 
O Mouart ! vengues jamai, cadun t*en dis autant. 
Din l'encian tems, un prince philosopho 
Disiet : Siegui manchet, borni, goi, nipoutent, 
Gibous, vo derenat, mi vengue plago et boffo, 
fìasto mi senti viou, n'a proun, et siou countent. 



LA MOUART et LOU BOUSCATIER 



Un paure bouscatier, clinat souto lou Ceû, 

Apres sa journado fenido. 
D'un pas louet s*enanavo à sa vielho bastido, 

Las que noun si poudiet pas mai. 
Enfìn eme proun peno arribo, en caminant, tout d*abauva- 
A n'un roucas que fa tant si pau ribo. [ roun , 

L'entrepauvo sa carguo et s'eissugo lou front : 
Puis tristament conto din sa pensado 
La vido qu'a toujour menado : 
A ges passat de jour sonso anar de Tavant 
Que de penasso en trabailhant 
ûespuis lou matin fmqu'au sero, 
Per gagnar un tecou de pan. 
Senté que seis forços s'en van ; 



LA MOUART BT LOU BOUSCATIER 283 

A l'avenir, qiie sort l'espero ! 
Bessai faudra mourir de fam. 
Qu'houro aura fin tant de miseri ! 
S'un coou siou din lou cementeri : 
Ah ! va diou ben doou found dôu couar, 
Mi voudriet mai cent coous la mouart. 
mouart ! fenisse ma souffranço, 
Lou repau sera din lou croues. 

La Mouart pareisse et \ì dis : — Que mi voues ? 
— Te, fa lou vieilh, vouliou toun assistanço 
Per mi cargua moun fai de bouecs. 

En estou mounde, millo penos 
Nous estregnoun din seis cadenos ; 
Mai s'es íachoux de tant souffrir, 
Es enca piegi de mourir. 



LOU REINARD et LA GRUE 



Un jour, lou coumpaire reinard 
Gounvidet la grue, sa coumaire. 
Aquesto l'anet à rhazard, 
Mai lou repas Pagradet gaire : 
Gounsistavo, ni mai ni mens, 
A n'un brouit clar servi dins un jatto 

De la larjour d'uno gamato ; 
Mai pas tant founcho , entandaumens. 
La besti doou long bec fasiet tristo figuro; 
L'autre , que souto nas risiet de l'avanturo , 

Va lapet tout din douis mouments. 
La grue s'entourno sotto. Au bout d'uno mesado, 



LOU REINARD ET LA GRUE 285 

Gounvido lou reinard per li rendre lou tour. 

Goumaire, mi fez ben d'hounour, 
L'anarai voulentiers ; et paraulo dounado , 
Si presento au jour dich, trobo lou dina cuech : 
Sentiet bouen, toutescas la tiravoun doou fuec. 

N'en fa coumpliment à la grue ; 

Et tout en fasen la charrado , 
Lou galavar s'entaulo en esperan. 

Enfìn, si vis mettre davant 
Un gros papomanoH haut et pichoun d'intrado ; 

La viando alin ero encuquado. 
Lou long bec de l'oousseou , qu'ero prin coumo un fut . 
Passavo fouesso eisa ; mai lou mourre d'oou sirè 

Ero pas fach per aquel us. 
Lou reinard, un moument restetsenso ren dire, 

Et puis s'enanet tout confus : 

Aquestou coou veniet pan'eou de rire. 

Vous truffes jamai de degun, 
S'en trobo proun souvent que rendoun dous per un. 



L'ENFANT et LOU MESTRE D'ESGOLO 



Un jouine eiifant jugavo long d*ua biau ; 
Soun ped resquilho of la terro li manquo, 
Toumbo din raifíuo. Hurousament, la branquo 
D'un sause aquit pendouelavo à prepau , 
Que l'eno^ardet. apres Diou. de toui mau : 
De seis doueis mans lou pichoun si li colo. 
D'aqueou moument passo un mestre d'escolo , 
L'enlant 11 crido: — Eici , n'en pouedi plus. 
Au luec de leou courre a soun assistanço , 
L'autre s'apìanto et d'un ton d'importanço , 
Li fa : — Tencz, regardas aqueou gus, 
Ounte ses iiies ; puis dounaz-vous de peno 
Per gouvernar d'oouhrior< d'aquolo mono ! 



l'eNFANT ET LOU MBSTRB d'eSCOLO 287 

Se n'auriet pas per lou laissar ountés. 
Que leis parents soun d'à plagne, peccaire I 
V'hui leis enfants s'estudien qu'a mau faire ; 
Soun ben huroux aqueleis que n'an ges !... 
Quan a tout dich, tiro.renfant en terro. 

Aimi pas leis havards, an troou sot caractero : 
Lou pus souvent, vantaires, vanitoux, 

Lests à hlamar leis malhuroux . 
De la linguo soun fouesso hahiles ■ 

Puis fe h demandar secours , 

Vous fan de sermouns inutiles. 

Diou nous garde do taleis gens . 
Et subretout quan si cresoun savents. 



LEIS CABRIDANS et LEIS ABILHOS 



Din l'asilo d*un roucas, de cabridans trouberoun 

De bresquos roussos coumo l'or. 

Leis fasien siouvos, tout d'abord; 

Mai leis abilhos reclameroun , 
Et fouguet pleidegear per se mettre d'accord. 
Per jugear lou proucès. uno vespo noumado 
Fet venir leis temouins davant lou tribunau : 
Aquesteis avien vis vouelar prochi d'au trau 
De bestiaris longs , prims , coulour jauno et founçado ; 
Ero la verita , mai lou signalament 

Si raportavo egalament 
Eies doues partidos en countresto , 
La vespo que vouliet jugear segurament 



LEiS CABRIDANS ET LEIS ABILHOS 289 

Faguet uno nouvello inquesto. 
Auset d'outreis temouins , tout inutilamen : 
Tant n'en sachet au bout coum'au coumençament. 

Uno abilho qu'aviet de testo 
Diguet alors : Que bouen tant de pleidejarie, 

D*allongui , de patetarie ; 
Despuis mai de sies mes la justici trabailho 
Senso veire la fin d'aquelo jutarie , 

Entantou lou meou si degailho. 
FAì ben ! vous vau semoundre un mouien court etclar, 
Franc d'enganos , franc de cavilhos : 

Trabailhen cadun en despart , 

Leis cabridans et leis abilhos, 
Viguen qu saupra mies empUr d'un tant bouen jus 

De cabanos tant ben bastidos ; 
D'aqueou hiai, m'es d'avis que l'aura ges d'abus. 
Seis resouns , de cadun siegueroun aplaudidos. 
Leis cabrid.ans, soulets per soun refus, 
Se douneroun lou tort et resteroun camus , 
Quand leis bresquos qu'avien rooubados , 
Eis abilhos , de drech , fougueroun accordados. 

D'aqui ven lou prouverbi en tout tems vertadier : 
A l'obro si counouis Pooubrier. 



19 



j;a(tLan et la cougourdo 



Diou fa ben ce que fa , l'a ren ile pus verai. 
Vieilho resoun qu'es toujour novo ; . 
Et se n'en voulez uno provo , 
Din leis cougourdos la prendrai. 

Mauchuan ero un paysan tant si pau philosopho : 
Leis gens vestis d'aquelo estofo 
Soun tant glouts de resounament, 
Que de parlar soulets l'arribo proun souvent. 
Un jour ven que nouste home, en fen sa proumenadu , 
Leis mans darrier resquino, à traves de soun ben, 
Vis uno cougourdo muscado 
De la groussou quasi d'un quarreteou : 



l'aGLAN ET LA COUGOURDO 291 



Gaspitello , faguet , vaquito un fruit ben beou 
Per uno planto tant menudo ; 
lou, s'eri esta lou mestre ooubrier, 
Mi semblo que rauriou pendudo 
Eis branquos d*aquel aglanier : 
Gros aubre, grosso frucho, auriou fach tout parier. 
Es ben fachoux, Mauchuan, que d'un counseou tant sachi, 
Aqueou qu'announco toun cura , 
D'avanço ague pas fach usagi , 
Seriet tout ana mies, degun va rabattra. 

Ah ! se sabies legir per ma fego es daumagi ; 

Mai puis la reflessien a quauqu'aren de bouen , 

Finisse per far venir souen. 
Lou coulego si va mettre à Toumbro de Teouve , 
Lou ventre en l'er, s'estende sus lou feouve , 
Serro leis uils, penequo. ..et dinPinstant 
Lou vent fa brandar lou fuiUagi : 
Un aglan toumbo et piquo au mitan doou visagi 
D'oou dourmeire, qu'en si dreissan , 
Au mitou si mando la man ; 
La regardo. . . es pleno de sang. 
Per eisemple, fet mai, l'ai troou bello escapado : 
8e fouesse uno cougourdo, en plaço d'un aglan , 

Mi demouHssiet la façado. 
Diou fa ben ce que fa, ren de pus clar, va viou 



292 LAGLAN ET LA COUGOURDO 

Sieou qu'un soungcaire , m*en dediou. 
Et lou couar plen de sa boueno pensado , 
S'entourno à sa hastido. allegre et lausan Dìou. 



LOU REINARD, LOU LOUP et LOU CHIVAU 



Un jouine cavalot, à la fìn de l'hiver, 
Rouigavo riierbo tendro au mitan d'un prat vert. 
Lou reinard va viguet. Si saup que lou coulego 
Es pas fouesso crentous, daumens n'a lou renoum. 
S'approcho doou roussin, lou saludo, et lou prego 
De vouguer per bountar li far saupre soun noum : 
— Escusa-mi, moussu. — Moussu, l'ages d'oouffenso, 
Respouende lou courreire ; et se n'es que d'aquo , 
Poudes eisadament n'en prendre couneissenço ; 
Mounnoum, lou pouarti escrich dessouto moun sabot; 
Tenez, regardaz-lou. ~ Sabi pas la litturo , 
Es un malhur per iou , repren lou pelerin ; 



NOTES 297 

Dounc, per aquot faire, m'a fougu supausar un endret habita 
per de paysans et de pescadous ; aqueleis endrets soun pas ben 
rares, et senso cerquar fouero dau départament desempuis Arles 
jusqu'a la Gioutat, n'auriou troubat proun per choousir; pamens, 
cregnenci de fachar quauqu'un , n'ai ges noumat meme d'un 
noum de fantasié . 

Tant qu'à la batailho, qu'es la fenitien d'aquelo talounado, 
la teni d'un vieilh qu'aviet fach quauqueis viagis din lou pays 
deis ideios, et que m'a aíTourti que n'ero esta lou temoi. 

6. — La Peivo plantado. 

Eri enca ben jouine, que dins uno bello nuech dau mes de jun 
mi fagueroun veire la Peiro plantado, au bord dau grand camin 
d'AUauch entre la Pouncho et lou grand Pous. Aquelo legendo 
es fouesso respendudo, parce qu*es fouesso enciano, mai pa- 
mens respoundriou pas que venguesse d'aquis. Si saup que 
l'espitau d'Allauch dato de 1693. 

7 — Sant-Miqueou d'Aiguo-douço. 

Sant-Miqueou d'Aiguo-douço es uno grando baumo din la 
mountagno de Marsilhaveire, que regardo dau caire dau pou- 
nent, au-dessus de la Galanquo de Galolongo, et vis-à-visde 
rilo de Maire. 

Tems passat, la baumo ero habitado per un harmito, et leis 
gens de Tenviroun et meme de Marsilho manquavoun pas de 
i'anar en pelerinagi, sustout lou jour de sant Miqueou. Mai 
tout aquot à ben changea : la capello et l'harmitagi, que din 
ma jouinesso n'ai vist leis rouinos, an despareissu despuis long- 
ternps, au point que n'en resto plus uno peiro sus l'autre. 

8. — André Voire. 

Moussu André Voiro ero cirurgien et bessai barbier à Ma- 
sarguo, la prochi de tres cents ans. Sa bastido ero au found deis 



20t^ KOTES 

bouescs d'Enjarro. Es eou que faguet bastir leis dous barquious 
qiio pouiirtoun enca soun noum , tout que en francès li digoun 
la Fontaine-d'Ivoire. Moussu Voiro ero un brave home, mai 
un pauo fautas ; quand sus lou tar quiltavo sa bastido per s*en- 
venir au villagi, au luec de passar à la travesso de la fouent, 
tiravo drech jus^u'à la Cachoto (aro lou Lancier), et quan ero 
aquit, remountavo mai à soun houstau en sieguen lou grand 
camin ; es d'aquot que ven lou prouverbi qu'ai assagea de coun- 
servar. 

9. — iïhaul Courtiou. 

m 

Els uu passagi quilhat, au levant de Marsilho à veire, et 
d'ounte si vîs uno grando estendudo de mar despuis Touloun 
jusqn'à per alin vers ia Gouronno. Es aqui que leis fremos vo 
leis íìlhos (leis palrouns de Masarguos si van mettre per tenir 
(iameiis quand leis bateoux devoun arribar. Ai vist de fes aque- 
leis paureis fremos que leis jours de marrit tems plouravoun 
à vous faire pieta. 

10. — Riou, 

Riou. Ilo au miejour de Marsilho en anan à Gassis, et de quu 
Moussu Bouiilon Landes, archivisto de la coumuno , a publica 
uno monographio fouesso curiouso. 



PICHOUN GLOOUSSARI 



GLOOUSSARI 



Abrar, allumer. 
Abrivar, leurrer, attraper. 
Abrivat, qui agit avec précipi- 

talion. 
Abuquar, se laisser tomber. 
Afflatar, aborder en flatlant. 
Agradiou, gracieux, qui plaît. 
Aioucadou, juchoir, percnoir. 
Aieto, faire Taleto, battre de 

l'aile, faire l'agréable, caqu(í- 

ter. 
AUucar, regarder, fixer. 
Apailhun, litière. 
Apier, rucher, lieu destiné aux 

ruches. 
Argagno, vieiUeries, embar- 

ras, superfluités. 
Arjau, mancheron d'un timon 

ou d'un gouvernail 
Arleri (formé du radical ar, 

qui marque la priorité , la 

supériorité, et de l'adjectif 

leri , extrava^ant), c'est-à- 

dire qu'Arlen signifie extra- 

vagant au suprême degré. 
Arpien, griife. 
Ascla, fèlé. 
Assipar, heurter brusquement, 

choc. 
Aste, broche. 

Ayanir, disparaître, s'eífacer. 
Aver , troupeau dd bêtes à 

laine. 



B 



Baboue, verqu'on trouve dans 

les naseaux des bestiaux et 

quLleur donne le vertige; fig., 

souci, inquiétude. 
Badailhum, disposition h. bâil- 

ler. 
Banard, qui a des cornes. 
Barbabouc, rustre, grossfer, 

ignorant. 
Barnagi, trouble, confusion, 

désordre. 
Barjaquo, femme qui jase tou- 

jours. 
Barnigau, sébile qui sert à 

transvaser le moût. Allusion 

au vase de nuit. 
Basseau, battoir de blanchis- 

seuse ; fig. , coup vjolent, 

soufflet. 
Baubar, aboyer japper. 
Baudre (à), a profusion, sans 

mesure. 
Bauquo, verdage, stipe, aristée, 

plante qu'on emploie souvent 

pour litiere. 
Bazarut, parleur qui se môle 

de tout. 
Befife, lippu, dont la lèvre in- 

férieure est tropavancée. 
Biganaudo , sottise , inadver- 

tance. 
Blésid, élimé, usé. 
BIÌD, goutte de pluie. 



H'^ PICIIOUN GLOOUSSARI 

Bouenadi, par bouliour. Gauyasso , terme injurieux , 

Bouisfadou, locution populairc, personne grossière et déplai- 

gruin. sante. 

Bouire, l)rt}uvago en gónô^al. Gavautar, enfourcher un che- 
Bouiroun , w qu'on donne à val. 

boirc aux animaux ; faire Ghabir, débiter, détaiUer, se 

Bouiroun, signiíie aux ma- dóbarrasser. 

raudcs. Ghametto. signal. appel terme 

Bram, cri éclalant. do jeux de cartes. 

Braíarie, aviditó, gloutonnerie, Gharpinouz, inquiet, endèvé. 

^oinfrerie. Ghatelli, petít poisson, menu 

Bnndou, allure, dómarche. fretin. 

Boiou, sobriquet du bourreuu. Ghaurillar, épier, guetler. 
Boujarrar, frapper, se moquer, Gheffe, chef en ffrade. 
Bouffre, íier, bouíii, qui se pa- Ghofi, dépit. dépiaisir. 

vane. '. Glastro, maison curiale. 

Boular, marcher dans le ter- Glin, indiné. courbé. 

rain cultivé, piétlner. Glussir, gémir, glousser, crides 

Bret, bèguo. poules. 

Brigo. miette, débris. Gouado, couvóe. 

Brouffar, pouííer de rirc. Goucoureou,bonètqui se iaisse 

Buffre, fler, sufíìsanl, orgueil- . mener. 

leux. Goumençanço,commencement. 

, Goumbo, valiée. 
Gonntresto, contradiction, con- 
Q í trariété. 

: Goustreigne, étreindre, serrer. 
I Gregnenci, crainte, apprôhen- 

Gabesso, téte, cervcUe, intelli- : _ sion. , ,, , 

gence. Gremour, aigreur de restomac. 

Cabuceílar, couvrir d'un cou- i Crenilhar, gronder, murmu- 

vorcl'' ' rer. 

Cafir, reraplir, presser. Çruveou, coquille de limaçon. 

Calaáo, pavó. , Crussir, craquer. 

Calaman, poutre. 
Gambado, enjambée qu'enfile : _^ 

celui qui bècne. , * t) 

Ganci, vignc ; lantée à plein, , 

qu'on no pout cuitiver qu'à j Dariou, je donnerais. 

lapioche. I Debado, quoique. 

Canteou (de), penché, de côté. i Decimoutar , couper i'extré- 
Capelud, hupé ; sc dit des pou- . mité. 

les. I Déjhouro, terme ancien et peu 

Capitar , encapitar , réussir, i usité : dójà. 

rencontrcr foituitoment. ! Démar^ar, extravaguer, fuir. 

Carestié,iaret6, clierté, disette. | Démasiat, détraqué, mal fait. 
Garreirado , chemin spéciale- | Dequo, défaut. 

monl (lestinó au passage des ! Descouerat, écoeuré, dégoûté. 

iroupeaux. Despastelat , violent , nèvre, 

Gasau, masuro en ruinos. ouvert. 



PICHOUM GLOOUSSARI 



303 



Despart (en), à part. 
Despereou, aelui-même,spon- 

tanément. 
Despouderat, excessif, déme- 

suré, outré. 
Despoutenta, hors de soi, im- 

patienté. 
Deverdegar, cueiliir le fruit 

vert. 
Dezanzat, dérangé, mal bâti. 
Dourilho, lambeaux. 
Doutanço, en doute. 



Empachier, empêchement, ob- 

stacie. 
Empedit, empôtré, embarras- 

sé, embrouillé. 
Enarquar, être fier, poser, se 

faire valoir. 
Encie, envie, jalousic. 
Endano, andain. 
Eníruminar, mettre en pous- 

sière. 
Enganad, enroué. 
Enganar, tromper. 
Engaugnar , contrefaire par 

moquerie. 
Entremounit, troublé. 
Enyooutar, entourer, ensorce- 

ler. 
Erre, orobe, légume. 
Escaflyironie, parler d'escafl, ou 

ironiquement, se gausser. 
Escambarlat, tenir les jambes 

écartées. 
Escan, aspe, travaii sur lc- 

quel on devide le fil pour le 

mettre en écheveau. 
Escapi, échappé du danger, 

sauvé. 
Escapouloun , coupon, petit 

reste d'un morceau de drap. 
Escarfa. eiTacé. 
Escar, a peine, lant soit peu, 

tout à l'neure 



Escassament , guère, depuis 

pcu. 
Esglariat, spectre ou privó de 

sens. 
Escouto íaire (i'), faire la 

sourde oreille. 
Escupir, cracher. 
Espaime, terreur, épouvante, 

pâmoison. 
Espantat, étonné, ravi. 
Esparmat, 6palmé, oint, grais- 

sé, peint à neuf. 
Espafoufit , transi, hérissé. 
Espassier, canal ; fig., i'oeso- 

pha^e. 
Espepiounar, éplucher, tuer 

les poux des plantes, de la 

volaille; /îgr., vètiller, épier. 
Esquintar, éreinter. 
Esteou, écueil, roche que la 

mcr couvre 
Esternir, exposer au soleil. 
Estiro, long chemin, grande 

distance. 
Estivo, futaille, ustensile pour 

meltre du liquide, grenier et 

tout ce qui sert à tenir des 

provisions. 
Estori, sorte de paiUasson. 
Estoufega, suffoqué. 
Estrachan, anguleux, étriqué, 

taquin. 
Estrambot, folie, oxtravagance, 

enthousiasme. 
Estransinat, triste, chagrin, 

inquiet, soufifrant. 
'Estrani, élranger, 
Estrassar, décnirer. 
Estremar, renfermer. 
Entrevar (s'), s'informer. 



Flac, sans vigueur, mou. 
Facbo, face, visage. 
Falon, petit-fils. 
Flótoun, jarret, en parlant du 
bétail. 



3(U 



PICIIOrN GLOOUSSARI 



Fiquons, dôlicat. Languitori, ennui. 

Fougnar, bouder. Lauvo, pierre plate. 

Fouire, ^»iocher, b<?!cher. Lèouge, l«'ger, allégô. 

Founíoni, iiistrunicnt dc mu- Lescnio, tranchedepain, rabat. 

sifiuc. LouDO (íaire la), nuer, ])ous- 
Fulonro, paresscux, fainéant. ser des huóes. 

Frustar, frôlor, touctíeràpeine. Loungagno, long, qui traine. 



Gabiado, une plcine cagc ; fig. 

et ironiqueincnt, róunion , 

rassemblcmont. 
Galavard , goinfre , tîoulu . 

grand mangeur. 
Ganset (voir Jarret) 
Gaubegear, móna^er, ócono- 

miser. 
Gautas, soulllct sur la jouc. 
Gatado, travail dos champs 

fait hi nuit. 
Garrigo, tcrrc mculto. 
Gaubi, íidrcsso, dcxtóritó, ca- 

pacitc. 
Gingivier, milchoiro. 
Glaujoou, glaveul, planlc. 
Godou, v»'iTo 5l boire. 
Granilho, grain dc toutc sorte. 
Greou, fAchiîux. pôniblc. 
Griou, gormo naissant d'une 

piant(?. 
Grupi, ciòoho. 



Jabo, inutilement, en vain. 
Jarret, jnirtio de la jambe en 

dessous (hi gonoux. 
Juncbado, cc quo contioniient 

doux niuins jointos. 
Jutarie , juivcrie , causcrie 

bru\ant('. 



M 



: Magagno, malice. 
Macquar, meurtrir, oontusion- 

ner. 
■ Magi, le plus &gé, le premiOT 

ne. 
Magiment , principalement , 
I surtout. 
Magipart, la plupart, le plus 

grand nombre 
: Majourauz, chef, premier en 

grade. 
Maissello, m&choire. 
Mangilho, mangeaille. 
Marmoutiar, parler seul. 
Masquarie, sortilóge. 
Mauclio, calme, temps d*arrM. 
Megi, médecin. 
Meyou, le mciUeur, le chef, 

lo plus fort. 
Mistoulin, fluet 
Miatto íagantar la), s'enivrer. 
Moyo, cbagrin, inquiétude, dé- 

plaisir. 
Mourrailhado , poìgnóe de 

paille, phrase vive et inatten- 

diio, fig. 



N 



Nau, navire, barque. 
Narregear, naziller. 
Neq, ébahi. étonné, stupófaìt 
Nipoutent, impotent. 



La^agnoux, cha<sieux, humido. 
Lairoun, volour. hirron. 



Odi, haine, ranciine. 
I Oouvari, trouble, surprise. 



PICHOUN GLOOUSSARI 



305 



Paleissoun, échalas. 
Pairoulau, paternel, maison 

paternelle. 
Partego, perche pour étendie 

le linge sale. 
Pastenargo, plante, carrotte 

sauvage 
Pauvadis, reposô, qui n*est plus 

las. 
Péchier, ustensile pour tenir 

du vin. 
Pesouge, lourd, naturellement. 

pesant. 
Pego, poix; fíg., marque, si- 

gnature. 
Penecar, sommeiller. 
Penequet, léger somme. 
Pimar (si), s'obstiner, s'opi- 

niâtrer. 
Pignato, marmite. 
Pingre, paiivre, misérable. 
Pipado, poupée. 
Plego, travail obHgé. 
Progemir, pressentir. 
Prim, fluet, mince. menu, 
Poustagnoj ponte, tâche, de- 

voir. 
Pougniduro, piqùre. 
Poun, terme de couture, point. 
Pooutilho. bouillio. 
PouYareou, tourbillon. 
Puou YO peou, poil. 



Q 



Suarreteou, quartaut. 
uelli vo barnigau, fig,, vase 
de nuit ou urinoir. 
Quichar, serrer, presser, meur- 

trir. 
Quilhat, relevó, perché. 



Rapugo, grappede raisin. 
Rastegagno, brochéc de petits 

oiseaux» 
Ratopénado, chauve-souri?. 
Rebouillir, fermenter. 
Regala, réjoui. gai. 
Remendar, raf iécer des filets, 

les raccommoder. 
Remaumiar, murmurer, mar- 

motter. 
Rescassar, recevoir dans la 

main, à la volée, ce qu'on 

vousjette. 
Resclauvo, écluse, chaussée, 

enceinte pour retenir l'eau. 
Ressouen, écho, retentissc- 

ment. 
Retailhoun, restes, rognures. 
Restanquo, tout ce qui empé- 

che l'eau de couler. 
Roupilhar, sommeiller. 



Saba, oiseau, engoulevont. 
Sabourut, hautain, lier, im- 

portant. 
Salicar, savourer. 
Sagagnar, lourmenter, inquió- 

ter. 
Santaliment, absolument. 
Sénéquo, côtégauche. 
Serriéro, crête d'une monta- 

gne. 
Sourniéro, obscurité. 
Souquet, bonne mesure, mor- 

ceau de complément, de re- 

but. 
Sousto, abrì pour la pluie. 
Suegro, vieille femme, curieuso. 
Suquo, tète, sonynet. 
Suro, vent frais, bise. 



R 



Raisso, pluie courte et rapide. 
Rapegoux, poisscux, gluant. 



Tanquar, enfoncer. 
Tafurar, fureter. 
Tandigan, supposons, admet- 
tons. 



20 



3'^ 



PICHOUN GLOOUSSARI 



Tantaro, bniit, moavement 
Taravelo, garrol, bàton court 

qui sert à serrer la corde d'une 

charrelte, Bilho. 
Tasselat, marquetó, hif^arré. 
Tardoun, ué après la saison. 
Técle, hinati']uo, fantasque. 
Tecou, morceau. 
Tempouriou, temps humide, 

pluvieux. 
Testard, er,têté, opiniâtre. 
Tiòro, rangée, ahgnement. 
Tirassièro, traînee, chose trai- 

nanle. 
Tousguo, touífe de tailHs. 
Trafegar, aUcr, venir, trafl- 

quer. 
Trébouera, trouble, agité. 
Trepanar, passer à travers du 

vent, du íroid, de la pluie et 

des habits. 
Trantailhar, vaciller. 
Trepougner, coudre la chaus- 

sure avec un ligneul. 
Tubet, chaumine, cabane. 



U 



Ufanouz, brillant, magniflqua 
Uno, Isto en nno, locution pro- 

vençaie : irrétCHtoi à la pre- 

mière parole. 



Vano, couverture piquée. 
Vejaire, faire semblant. 
Veìaqui, voiià. 
Voouto, toumée, espaoe de 

temiTis. 
Vermenier, amas de vers, et 

par extension de toutechose 

vivante. 
Viesti, vôtement. 
Vigoarió, vigueur. 
Vori, ivoire. 



TAULO 



TAULO 



GONTES, LE6END0S ET REGITS 

Prologo l 

La Sisampo 3 

La Poou . 9 

Leis Tres Questiens 13 

La Fremo Muto 23 

Misero 30 

Lou Gavouet moudèie 38 

Adam et Evo 45 

L'abbô Ghauian 58 

Leis Dous Ghins 60 

La Gajuro 64 

L'Eisamen 6Ç 



310 TAULO 

Roubin 70 

Moussu Sant- Jacque 72 

Lou Dindoun 79 

Lou Bouen Varlet .*. 81 

Quand de Puoux an noou Soumos 83 

Timoun 93 

Confessien de patroun Rimbaud 96 

Lou cura d' Auvaro 102 

Aleissi 106 

La Gioutadenquo 112 

La Guerro singuliero 135 



PEQOS EN ESTANCOS ET SOUNETS 

Lou Passo soulitari 179 

Lou Printemps 181 

La Viouleto 184 

Lou Sero deis Mouarts 187 

A ma Pipo 191 

La Peii-o plantado 197 

La Fouent de Voiro 206 

Leis Rouinos de Sant-Miqueou-d'Aiguo-Douço 213 

D'Haut Gourtiou. 219 

La Faligoulo 223 

La Nuech 225 

Prouvenço 227 

Elegio 229 

La Roso 231 



EPIGRAMOS VO PIGHOUNS GONTES 

Ghez nous 235 

Simoun ^.... 236 



TATILO 311 

Lou Buffre ; 236 

Lou Mariagi ' 237 

Lou Matinier 237 

Lou Chofi 238 

Lou Sant 238 

Lou Gatechierme 239 

L'Uni'/ers 239 

Lou Ghantre 240 

Lou Vesin 240 

Tanto Nourado 241 

Lou Gharlatan 24 1 

Lou Maucountent 242 



FABLOS 

IMITATIEN DE LA FONTAINE 

La Gigalo et la Fournigo ^ 245 

Lou Groupatas et lou Reinard 247 

Leis dous Muous 249 

Lou Loup et lou Chin 251 

La Gabro, la Vaquo, etc 254 

La Dindoulçtto .* 256 

Lou Loup et lou Ghivau 259 

Nanoun 261 

Lou Reinard et lou Bouc 2G3 

Leis Granouillos, etc 2G5 

L'homme et leis doiics Veousos 2G8 

Lou Garri de villo, etc 270 

Lou Loup et l'Agneou 273 

Leis Voului's et TAi 275 

Simonido 277 

La Mouart et lou Malhuroux 28 1 

La Mouart et lou Bouscatier 282 



M2 TAri.O 

Lou Reinanl et la Grue W 

L'Euíant et loii Mestr-' d'escolo 286 

Lt.'is Cabridans >'t los Abiihos 288 

L'Aglan ct la (^ougourdo 290 

Lou Rijinard, iuu Loup et lou Cliivau 293 



NoTos 295 

Cîiooussari 301 



MUNTPICI.IJE». — IMPmMIìniF CHAS 



r 



CONTES 

AU YILLAGI 

lliGENDOS, RKCITS 



H'AílTRm PRÇnS LN RIMOS PÍIOIIVFJÍCALOS 

,\ttl-\U ItAI' TKIttlAU>i|' 11K MARidl.ati 

siTivi b'riH OiiDOUBftAAl 
.1. F. R. T>. M. 




AUJtSlLHO 
l(ARI>'- PRúnVllNÇALO ItOY IGT t-'IBOIJ 



r ! 

i 

I 

1 

f 

I 
I '