Skip to main content

Full text of "Grammaire de la langue malaise"

See other formats


mm 



c C 


<<C 


C < C ' < < 


c c 


C'C 


CC e O < CL < 


C « 


c: « c 


' «c c «l< « «c 


C C C « € 


^/ «c* 


c c c « 


ecc e< < c. 


ï ; v 


r «C < c< ' «c 

c: c ce i ce 


c c < 
c c c< 


de OiC 


■ -c < « « e c 


t C <>• 

< S S' ' 


c: c c « e c 
ce «cecc 




c c ï: 


ce «e^cc «c 


* ce 


c C ( c < 



5^ c ' e 

ecc < 
clc ce , 

3T < 


ci' < ce S_e c €L 

^ eue çrco c c: 

^ e ' c CLC C CL 

Ç < < C(CC 
•L < Ç Ce LC CL 

c_ < c clc c c: 

^ < < *: c c c 
^t < < . c c ■ c c 

C< C C C «< c e" 


C C 

ce 

CH 

c ■•■«. 
Cc.<C 

C c 

C«LC 

ecc 
e*c c 

CkCC 

c ce 

c c C 

ce 

< ■ c. 
* c 

V 5c 


■*_ v. «; c -» 

CLCCC C 
CLC CC C 

d C l < 4 

CLC ce C 
ÇLCCC3 C 
CLCCC « 

C7C c c 4 

C C C< -1 

cre 
cre .c c 

C < c c C 

c:c c c 

ÇLr te C 

C' • c «C 
C< e C 
Ce <« c 

Ce < C 


CLC « « 

CL c ■ 

CL c 


ClC 4 


fe.1 


K c v «; c < -c 
< ' C' C c c C 


CLcec -c 

C,<c< «X 

CLccc CL 
c:c-« -c: 

« c 

«3>c 


r < ««g <: c < «^ 
< ' < c<r<cc 


C • <T< «C C C «c 

< • ci C (C < 


C « er Ce Ce < c 
OKSLCj Cj cC < 

c < ceci «c<. « c 

C«'C«L Ce c c < 
CC<«i-R Ce e Ç 

, CLÇ.e'ÇÏ Ctccc 1 


CcfC 


S ( c 

ce 

c ■• * 

CCCP < 

L C ■ • c 


LL Ci • C 



« (< 



L < Ce -C t-< 
< < C < < 

c « «C * c 

C c C CLC ce 

C è'CC ÇCCÇ C 

v -: - C_ C ice c<-«< CC 
• «c «, V . 4T * y< m. 

C\ C C e CL ceC çr 

C < ' c ^ 

< e < Cj( CL 

< C ^cc «L e_e < ^ 
e ce e ee CC ' 

< d< e ce ce: c 

Cu c<r 
c< e< 

_<e ce 

i c fec ce 
« c cl<c ce 



<< 
ec c 

e- C 

o c 

ec c 

a c 

- <.< c 
ce 

cf;f 

e C 4 

e e r 



e i* «*£ c ce cr c 
' « «. Ck < e 
^c« ej c 
ce o c< ^i c e Cl e 

<LCf«cC« Ce c 

■ Co i«C r<c 

iC CC c«c 

. C> «1.C CL CCt 



: çcc ecc c c 

L Cjcv(c<^ 
Çcc* ce 

Ce<( . r 



C ( CÇL 
ç àuC 



(( C Çc ecc C f <? 

«< C C'< (rc -«L e- 
„ C C^e <- C < «e- 

C C« '(C c 

Cl CCC r C 4f 

C Ce fC CL •« 

CL de ce c 

«L C«e v*: 4L. <<■• 

C 5J« ^e 

C <ïc cr 



• C C' K< C eC( 

C <fce> c <- c0 

C C< € c rc< 

ç e< uc c ecc 

C c e C ecc 

e ce c <ee 

C OU«C 4Z ' C* 

€ f c c cce 

c •- t «i c ec 

e me € c<c 

C de C (CC 

e ci< < « «C5- 

ecift c e«cc 

(f( c cce 

< « ' < c <c«^ 

C ©C€ CCC 

- e<*<« C CeCC 

c< ce eee 



|libraryofcongress.# 

i î 

| ^/^// F a * 

i 

^UNITED STATES OP AMERICA* 

IV 



€£ 



ce.ee 



Ct;CC 
ce 



Cecc 

«Tl c C 

-af /" C <" 

<^C e ^ 



ce e « 
C c c -r 
ce ce 

^^ * c 

/< (C 

<C (C 

C e c c 

C( ce 

ce <c 

Cf e C 

c< ce 

C( (C 

< < < 

cece 

C ' c 

C( «C i 

« 
Ci . , i 



ecc 

(CC 

CCC 

ec c 

CCC 



cc«c« e c 
cecc c c 
CCLCC c * 

CCCC « •* 
«CCC 

CCCC «. 

CCCC e 

-<LCC! c -r 

ecc « « 

CCC e C 

ecc e 4t ■ 
cre c c 

-c * « «. ^_ 
- e»C e C 

y. < -^. 

**( C 

CCC et < 

cecf^c c 

C«C" < 

cco. c 
C<C<C< C < 

X> C«, ■ C 

< ecc e e 

e ce « e 

• ' c « 

ce e 

ecc C 

< - , c < 

c c 

« c c 

<« c c 

t c 

C Ce 

Ce .. e C < 

c C< 



CL C<' d C 

' ( io C( c 
( « c t 



c c <fC ' 

e.C f <CC < 

i *CC e 



(^C^ 

!<c or « 

c ce-'ci 

. ■ ,< 

e «CM 



r 



S ,( i 



e c 

«C 



OCCL 

e ce 



C^ ee 
«r ec 

CL ec 
CT^cC^ 

« Sl 

I 
cr <r 

CC tr 
CC ce 

c, 
C< <v 

C( Ce C 

ecc c 

C < r f 

C< Cç 

c 

c< ce 

C' e 

C cî 

Ce fc 



c^ec 
-c CC- 



CC CC 
CC ci 



CCCCC <8£cm (L 



eu < c « 



.< ■ c ex 

•c- ■. <C 



c «ee 
ceic: 









m&u c 

CCf c 

ec,< C 



CC« c ce 
ce 

<cc ce 
; << « «. c 

c - 

- «-X ' ' « 

< < < < ci. 
C C 

c< < ce «c 

( c 
CC 



c <à <- - 
c 

< - «C«C C < 

c « cce ci?j 

C c <_C C 

e c c 



<J < -c 

< ' • • 



c « 

le c Cce 
:<&.«.< CCC 

c- C «C ee 



:cu ( 



c ec< 

£ CS3,. 

R^ec . 



CttC 



CO c c c 





CC 
<C < 




c" Ç^ 1t ; 


C« ■< C «3 


^" <1 


c 


c l c:^ -c -c 


^ ' 


^ 


'c- C 


< c. < < .i ce e « 


- e^ ,-, S 


e c ■ <. c^jc 


^<sc en. 


< 


ILC < C - C *» 


«L_ 


<• < c 


<C C 
«C * ; 


ce e « ce o e 

c c c« ce c;- c 


C« 

■e 


(. e '~ 




EÏ5S ^L^ 

<<. e" 


c 


.< t c • e ci? 

: « C < Ctf. - < 




^ ^^„ 


et . e <«c c- 
ce ■( c ' «r e« 




CJ 


C.: " 




C e" < ce c c 


e e< ( . <l 


e 


C ' 

c\ 


' C , e; <rt ( 
( f «e~ r « 4 


P é 


1 2É- 
ce c 

C 


C! i 
C « 

ce 

G 

1 : i 


C C CC c c 

c c?- c<< <e o .c 

% S 9) *£ c < 

c < cce f,e c c 

C'*C ce <<e <r . > 


c. c< ^c: 

, e" <! < « ^, 

c «c «: 

C OC, ^. 

<: ce*. «^ 


C - C(C C<3 
ce e^ ceic« 

■e c : "vttz c<i 
Ci^ c <ic ce 
c<- c3gr,*a 


e 

ex 

c, ec 


c 
c 

r 

C 


1 c e ( -Av. * 

CC. C ('c i 

e e ecc 

c e c'c 

c e czl 

c e; c<? 


^ • c 

c c 






l e. ( < * c 




Cl ecc C. 


, c c ««; "co 

< C <<d *^ 


m s 


_x 


C v «C c^ 


Cf 


c 

f 




c c: ce ce 

: e c<< ce 


c^eS 


e^ <cc <: 

r ecc 4c 


ç - c -<g e? 

e< cc^e^ ec< 


F ^ 


C; i 


c er cec 

c e~ cce 


#c 




C < 


ce cçc c^ 


^C C 4 


: ecc ^L 
C cec c 


C ^CCCK 
_ c c «c ec 


,.. c. 

c < 


C ( 


L d CcC 

C Cl CCC 


% 


< c r 






3= c c 


e" c 


se 


c<cce «: 


îce 


^ 


c c e ecc 


. e 


rc -- 






ce c t f 


e c « v , 


e ■ ecc 


C CCC («L <*< 


c < 


e c 


c e" ce* 


«T 


- 


. 


e. cc< 


C r C c 


ecc <i 


c. ecc «c <X 


g « 


Cc 


c e" ecc 


ce < 


« *- 




<C < c c 


^ T ^ c c « 


uz <z< 


IC Or c <r«^ «J* 


:«r 


er c 


c e" c :> < 


« 


f f~ 


1 C 


e c« < 


C je c e 


C7C<C « 


r c ■' c -ac: ^:fc< 


e < 


' c • 


c e- C"-c 


ce c 


*■ _ 


( « 


C CCC ' C 


r^ CXT" 


CCC c 


.CCC' <XC 


C 


C C 


C CCC 


CCC 


^C 




C CCC « 


C. ç c > 


C c<l < 


l c c -e r e_<c^ 


l: e 


.. c c 


e cce 


CC C 


L C 
C C 


! 4 


c ce e 

r < c e 


-9 S<: 


ecc e 


;cce exe 
cce ce* 


C 


ë c 


C CCC 


cCC ( 


<^ ç 




■^ V v --*^ ^^_> v^ ^^ 


c cc^ *, 


^'- *> 


< e 


c cce 


r cc < 






1 c:» *?_ c c < 


CCC « 


r. «r< c*:: e:< •« 


e c 


.v c 


< . f e.< «î 


'C t 


c c 


€ 


c ce eccc c 


e ce *" 


ecc e3ce 


c e 


• ( * 


C CCC 

CJCC •: 


• < ( ( 


L C< 


C 


; çcc ci < c 


CCC 


c 


cce • cc< 


i- ci 


s c 


ecc 


1 ç 


' « 


C>C JC .- tC 


è c* 


1 4 


c_«-cjc <: < - 


e- c 




c c e «*. « 


( r 


c c 


ce 


ecc ce ce 


cc< 


e 


-UX CC€ 


C Cj 


r<c 


CC«se::> 


cce 


c 


< c 


e ce ec ce 


e^ce 


:~ ' c 


cece C^Cf 


C C 


' c < 


■ ère <sc 


c f. < 


c c 


C 


CCC C ce 


CcC 


■ ■-- e 


CCC cc^ 


c C 


'< c 


ce <gl 


C-cC 


c. c 


C 


CCC Ci ce 


c c c 


€ 


• cc e -c j 


C C! 


5 C C 


CC <BKL' 


C< e 


< 


c 


c ce c c c e 


c c 


' - e 


«ce * cet 


c C 


c c 


ce «c 


CCC 


C c 


c 


ecc ce c e 


c c e 


: c 


:.<tcc c -c « 


^ C' 


ce 


e e <at 


CCt c 


e c 


c 


c ce eexe 


e ce 


L < 


Cre C«v< 


^. c 


ce 


Ce «C 


ACA 




e 


è c e ec*ce 


el c i 


^ ; 


gt^ ^ c 


Sr c 


■ c 


^ "^ ^ 


C - t_ 




c - 


c c e o \ e 


<cr c < 


L._ * 


-- 1 c c • • •>-- s= 


^?^ 


'" c 


er <c . 4ae < 


<•' < 


c r 


c 


CCC ce ■< 


CC «i 


e 


cce CC<: f 

cce • CC < 


•C ( • 


C C 

< < 


M C 


' ■ t.- - 


c 


c 


CCC C c c < 


C r 


c. 


e c «^ < : t c 


eL:C ■ 


«C ' 


L ^c ^^^ 


,^tl. „ V 


" C 


«eL«C.^E; 





C"C • C« «: 



3 Jt>4 



GRAMMAIRE 



DE LA 



LAN GUE MALAISE 



OUVRAGES DU MEME AUTEUR. 



Grammaire javanaise accompagnée de fac-similé et d'exercices de lecture. 
1 vol. m-8° ' 12 fr. 

Dictionnaire javanais-français. 1 vol. in-8° 20 fr. 

An account of Ihc Avild tribes inhabiting tbeMalayan peninsula, Sumatra, 
etc. 1 vol. in-12° 2 fr. 50 cent. 

Dictionnaire malais-français, contenant: 1° les mots malais en caractères 
arabes, avec leur prononciation figurée en caractères latins-, 2° leur éty- 
mologic ; 3° leur sens propre et figuré, avec un grand nombre d'exem- 
ples; 4° une indication des langues de l'archipel Indien et de TOcéanie, 
dans lesquelles les mêmes mots se retrouvent avec l'altération qu'ils y ont 
subie, soit dans le sens, soit dans la prononciation ; 5° une remarque, toutes 
les fois que le mot a un'e origine commune avec son correspondant dans 
les langues indo-européennes. 2 vol. in-S° 50 fr. 



Sous presse. 

Chrestomathie javanaise. 1 vol. in-8°. 



Pour paraître 

Dictionnaire français-malais. 2 vol. in-8°. 

Histoire et système comparé des langues de l'archipel Indien et de 
l'Océanie. 



j^ljU 



hT 



^-i^— ^M ^ 



GRAMMAIRE 

DE LA 

LANGUE MALAISE, 



PAR 



L'ABBÉ P. FAVRE, 

MISSIONNAIRE APOSTOLIQUE. 

ANCIEN MEMBRE DE LA CONGRÉGATION DES M. E. EN MALAISIE, 

PROFESSEUR DE MALAIS ET DE JAVANAIS 

A L'ÉCOLE SPÉCIALE DES LANGUES ORIENTALES VIVANTES, 

CHEVALIER DE LA LEGION D'HONNEUR, 

OFFICIER D'ACADÉMIE, ETC. 







^jXs ^jJ à&XJ* 

Ôj A^o ^-J-X» OU 

Que sa longue soit éloquente 
E' qu'il soit rempli de sagesse. 
(M. J?. 145.) 




VIENNE. 

IMPRIMERIE IMPÉRIALE ET ROYALE. 
MDCCCLXXVL 



PARIS, MAISONIVEUVE ET Oie, (JUAI VOLTAIRE 25. 



-<? v p 



PREFACE. 

Depuis plusieurs siècles la France s'est acquis dans 
les vastes régions de l'extrême Orient, sinon une puis- 
sance matérielle redoutable, du moins une autorité morale 
incontestable, comme porte-drapeau de la science, de la 
civilisation et de la religion. 

Les missionnaires français continuent spécialement à 
lui concilier la sympathie des peuples de ces contrées, 
en y étendant son influence bienfaisante. 

Toutefois le gouvernement français a compris que, 
pour conserver dans ces régions lointaines la place qui 
convient à une grande nation, son devoir était d'y occu- 
per un centre d'autorité matérielle. C'est dans ces vues 
qu'il a pris possession de la colonie de la basse Cochin- 
chine, devenue aujourd'hui la première de nos colonies 
lointaines, et qu'il favorise les entreprises qui peuvent 
contribuer à y étendre nos relations politiques et com- 
merciales. 

Par suite et grâce à l'organisation de lignes de paque- 
bots français, des relations régulières et faciles se sont éta- 
blies entre la métropole, la colonie et les pays voisins, et le 
gouvernement a délégué des représentants et des consuls sur 
un grand nombre de points, pour y protéger nos nationaux. 



Il PRÉFACE. 

Mais pour agir dans un pays, et surtout pour le faire 
d'une manière fructueuse, au point de vue du commerce, 
de la politique et de la science, il ne suffit pas de pou- 
voir s'y transporter avec facilité, il ne suffit même pas 
d'y être protégé. La première, l'indispensable condition, 
c'est de pouvoir entrer en communication directe avec 
les indigènes par le moyen de la parole. 

C'est à l'absence ou à l'insuffisance de ce moyen qu'il faut 
attribuer l'insuccès d'une foule de projets et d'entreprises. 

Si Ion a eu des exemples trop fréquents d'attentats 
contre la sécurité et la vie de nos nationaux et de nos 
équipages, on en a conclu à tort qu'il était dangereux 
de voyager dans ces pays: ce qui est plus vrai, c'est que 
le plus souvent ces malheurs sont arrivés faute de pouvoir 
s'entendre. 

Pour ce qui est des expéditions scientifiques, l'expé- 
rience, aussi bien que le raisonnement, prouvent qu'elles 
ne peuvent se faire dune manière utile, que par des 
hommes connaissant la langue des pays qu'ils veulent ex- 
plorer. Des interprètes, si fidèles qu'ils soient, sont insuffi- 
sants. Toutes les données qu'un examinateur peut et veul 
acquérir sur un peuple, sur ses mœurs et ses usages, sur 
Le sol ou le produit d'un pays, c'est à la population na- 
tive qu'il doit les demander, aussi bien par l'intermédiaire 
• les enfants que par celui des grandes personnes, et moins 
encore par les questions qu'il peut adresser, mais aux- 
quelles une défiance naturelle ne permettra pas toujours 
d obtenir une réponse satisfaisante, que parce qu'il entend 
sans interroger. 



PREFACE. III 

Quant à la propagation de la foi et de la civilisation, 
ce n'est que par la parole qu'on peut y travailler, selon 
cette expression de l'apôtre: xfides ex auditu, auditus 
antem per verbum», la foi vient de ce qu'on a entendu, 
et l'on entend par la parole.* 

C'est pour atteindre ce but que le gouvernement 
français s'est occupé depuis quelques années, d'une ma- 
nière toute particulière, de l'Ecole spéciale des langues 
orientales vivantes, et que deux nouvelles chaires y ont 
été fondées.** 

C'est aussi dans ce but que nous publions aujourd'hui, 
à la suite d'un dictionnaire récemment publié, une gram- 
maire de la langue malaise, de cette langue que l'on a 
quelquefois appelée, avec justesse, la langue franque de 
l'extrême Orient; car elle est effectivement le grand véhi- 
cule de la pensée et l'instrument du commerce, non seule- 
ment dans l'archipel Indien et dans une partie de l'Océa- 
nie, mais encore sur tout le littoral de l'Inde, de la Co- 
chinchine, de la Chine et du Japon. 



* Épître aux Romains, cliap. 10, v. 17. 
* i: Les chaires de japonais et d'annamite occupées aujourd'hui par M. M. Léon 
de liosny et Abel des Michels. 



INTRODUCTION. 

La langue malaise se parle sur une étendue consi 
dérable de pays. Elle forme, avee ses divers dialectes, 
l'idiome national de la Malaisie proprement dite, qui 
comprend, outre la presqu'île de Malacca, les îles de la 
Sonde, Sumatra, Java, Bornéo, Célébes, Florès, Timor et 
Timor -laut, l'archipel des Moluques à l'est, et les Phi- 
lippines au nord; à l'ouest, elle domine sur tous les petits 
archipels de l'océan Indien jusqu'à la grande île de Mada- 
gascar. 

Son influence se fait même sentir du côté de l'est, 
sur la plus grande partie des langues de l'Océanie, 
jusqu'aux îles Sandwich; et au nord, du côté de la Chine, 
on la retrouve encore dans les langues de l'île Formose. 

Du reste , non seulement dans toutes les îles de cette 
aire immense, y compris celles qui ont leur langue parti- 
culière, mais encore dans tous les grands pays continentaux 
de l'extrême Orient, la Chine, l'Annam, Siam etc., le malais 
est encore usité dans les districts voisins des côtes, le long 
des rivières navigables et dans les villes maritimes. C'est 
la langue le plus en usage pour les correspondances et 
pour les transactions commerciales, entre les peuples de 
ces différents pays. Elle est indispensable à toute per- 
sonne qui veut les visiter, dans quelque but que ce soit. 

Le mot ethnique malais a pour correspondant dans 
la langue même le mot malayu (malayou) : bahàsa malâyu 
signifie la «langue malaise» ; mais les Malais donnent encore 
à leur langue le nom de bahàsa jâioi. 



VI INTRODUCTION. 

L'origine de ces deux dénominations n'a pas été encore 
constatée d'une façon définitive, ni par les philologues ni 
par les ethnographes; ce n'est donc qu'à titre d'hypothèse 
que nous nous contenterons de dire quelques mots sur 
leur sens et leur étymologie probable. 

1" Du mot Malayu. 

Quelques auteurs et, en particulier, le D r Leyden, dont 
l'autorité en cette matière est d'un grand poids, font déri- 
ver le mot malayu du tamoul malé, qui signifie ce montagne», 
à'oiimalaya, «chaîne de montagnes», nom que l'on retrouve 
en sanscrit pour indiquer les Giflâtes occidentales. 

Marsden prétend que cette opinion, fondée sur une 
simple similitude d'assonance entre le mot sanscrit malaya 
et le nom du peuple malais ne suffit pas pour justifier 
cette origine.* 

Toutefois l'opinion du I) 1 Leyden a continué de prendre 
créance, et elle ne paraît pas sans fondement à M. Louis 
de Backer, auteur moderne d'un ouvrage sur l'archipel 
Indien.** 

Une autre opinion, appuyée par Werndly,*** a cela 
de simple et de rationnel, quelle va chercher l' étymologie 
de ce mot dans les traditions des Malais et dans les livres 
écrits par eux-mêmes. 

En effet, dans un ouvrage qui a parmi eux la plus 
grande autorité, et qui a pour titre sulâlat es-sel âtin, ou 
sejàrat malayu, on trouve le passage suivant :f 



:: Introduction à la grammaire de la langue Malaie par W. Marsden. tra- 
duite par Elout, p. KL VII. 

TJarchipcl Indien, par M. Louis de Hacker, p. 53. 
:!:::: Maleische Spraakhunst, door G. II. Werndly, p. XIX. 

f Sejarat malayu, édition de Singapour, p. 28. Traduction <\c cet ouvrage 
en anglais par le D* Leyden, p. 20. 



INTRODUCTION. Vil 

«Il y a dans l'île de Sumatra un ancien royaume 
«nommé Palembang, en face de l'île deBanka: là coule une 
«rivière nommée encore aujourd'hui Tatang, dans la partie 
«supérieure de laquelle une autre rivière vient se jeter, 
«après avoir arrosé les alentours de la montagne nommée 
«Malia Miru (que les princes malais prétendent être le 
«berceau de leur origine); le confluent se nomme melayu 
«ou malayu-n. Le sens de ce mot est «courir vite, courir 
rapidement ??, de layu qui, en javanais aussi bien que dans 
la langue de Palembang, signifie «vite, rapide a ; il est devenu 
en malais lâju 1 me-lâju, par le changement de j en >. 
changement qui n'est pas rare en malais, comme on le voit 
dans O^. jûia et <S*j^jûdi, du sanscrit ayûta et yodï, et 
dans tj^i^jekudi^ de l'arabe ^j^ yehûdi, etc. 

Or, les Malais , peuple essentiellement navigateur, 
s'établissent surtout le long des rivières et des courants, 
d'où vient qu'un grand nombre de leurs villes ont pris le 
nom des rivières sur lesquelles, ou près desquelles elles se 
trouvent situées, comme Johor, Pahang, etc. De même «le 
pays situé près de la rivière dont le courant est rapide», 
suryey malâyu, aura pris le nom de tânah malâyu, et les 
habitants de ce pays (gouverné alors par un chef nommé 
Demang Lebar Daun), le nom de àrary malâyu, comme les 
habitants de Johor et de Pahang sont nommés àrary Johor, 
àrary Paliary. Et leur langue s'est appelée bahàsa àrary 
malâyu, ou bahàsa malàyu. 

Le nom de Malayu, ainsi appliqué au peuple et à la 
langue, s'étendit avec les descendants de Demang Lebar 
Daun, dont le gendre Sang Sapurba devint roi de Menang- 
kabaw ou PagarPuwang, empire puissant dans l'intérieur 
de Sumatra. Un petit fils de Demang Lebar Daun, nommé 
Sang Mutiaga, devint roi de Tonjong Pura. Un second. 
Sang Nila Utama, épousa la fille de la reine de Bentan et 



Vin INTRODUCTION. 

fonda ensuite le royaume de Singapour, pays nommé 
au j >ara vaut Tamassak. Ce fut un descendant de celui-ci, 
Iskander Shah qui fonda l'empire de Malacca, lequel 
s'étendit sur une grande partie de la péninsule et, après 
la prise de Malacca par les Portugais, devint l'empire de 
Johor. C'est ainsi qu'une partie de l'archipel Indien a 
pris le nom de tânah malâyu, pays malais. 

Demang Lebar Daun eut aussi une de ses petites-filles 
mariée au Batara, ou roi de Majapahit, royaume qui 
s'étendait sur l'île de Java et au delà, et une autre à l'em- 
pereur de Chine, * ce qui ne contribua pas peu à faire 
connaître au loin le nom de Malayu ou Malais. 

2° Du mot Jawi. 

Le mot Malâyu se dit du peuple et de la langue; mais 
il y en a un autre qui ne s'applique qu'à la langue, c'est 
celui de ^s^^jdwi ou bahâsa jâwi. 

L'origine de ce mot n'est pas plus assurée que celle 
du précédent. Les uns le font venir du persan ^ jet ou 
^U. jâi, «place, endroit??; et bahâsa jâwi signifierait cela 
langue de la place, la langue du pays??, par opposition à 
toute langue étrangère.** 

D'autres le font venir de j^jâwa^ donnant ainsi à la 
langue malaise une origine javanaise.*** Cette opinion 
est refutée par Marsden.f 

Une troisième opinion, qui se rapproche de la précé- 
dente, et qui a d'ailleurs pour elle de concorder avec 
l'origine que nous avons donnée au mot malayu, présente 
une certaine probabilité. 

* Sejarat malayu, édition de Singapour, pag. 38. 
tfaleische Spraahinst, door a. II. Werndly, p. IV. 
**+ M. p. V. 

f Grammaire de la langue Malaise, traduite parElout. Introduction, p. XXIX. 



INTRODUCTION. IX 

Jawi serait dérivé de Jawa, non pas en ce sens que 
le malais viendrait du javanais; mais parce qu'autrefois 
Sumatra, d'où les Malais paraissent originaires, portait 
aussi le nom de Java. 

C'est ainsi que le nom de Jabadiu insida, dans Pto- 
lémée,* est identifié avec Sumatra par presque tous les 
critiques. 

Marco Polo, à la fin du XIII e siècle, appelle Sumatra 
Jawa minor, par opposition à Jawa major, nom plus par- 
ticulièrement appliqué à l'île de Java. 

J. Rigg prétend aussi que Jaioa était le nom par 
lequel les peuples de l'Inde désignaient en général le 
pays malais , et il le fait venir du cingalèse yawana, qui 
signifie «étranger?? d'après Claugh,** lequel le fait venir 
du sanscrit.*** 

Selon le même auteur, on nomme encore aujourd'hui, 
à Singapour, le vent qui vient de Sumatra, argin Jawa, 
vent de Java. 

A Ceylan, d'après M. de Backer, on donne encore 
aujourd'hui le nom de Java aux Malais. f 

A Célébes, d'après Th. RaffLes, Jaioa ou Jawi est le 
nom par lequel les habitants de Célébes désignent Bornéo, 
Java, Sumatra, la péninsule malaise et les îles qui se 
trouvent dans les environs.ff 

Quoi qu'il en soit des opinions sur l'origine du mot 
Jawi, il est reconnu, comme le remarque Werndly, qu'il 
sert aujourd'hui à distinguer le malais de l'arabe et du 



* Geogr. Enarr., VIII. 
** Dictionary of the cingalèse and english languages, p. 571. 
*** En sanscrit, yavana indique les pays situés au N. O. et à l'O. de l'Inde. 
Dictionnaire sanscrit- français de E. Burnouf, p. 523. 

f U archipel Indien, par M. L. de Backer, p. 61. Tijdschrift voor Nederîands 
Ind., 1844, tome II, p. 222. 

ff The history of Java, by Thomas Stamford Baffles, tome I, p. 2. 



X INTRODUCTION. 

persan. C'est le nom topique de la langue du pays (ver- 
nacula liwgua), par opposition aux langues savantes ou 
étrangères. 

D'après Th. Raffles, Jawl aurait aussi le sens de mé- 
langé ou croisé: bahâsa jâwi signifierait donc une langue 
mêlée, ou la langue d'un pays écrite en caractères d'un 
autre pays; brarg jâwi, un enfant né dune femme malaise 
et d'un père originaire d'un autre pays, un enfant de race 
mixte ou croisée; d'où il serait venu que le malais écrit 
en caractères arabes se serait appelé bahâsa jâwi, 

ANCIENNETÉ DE LA LANGUE MALAISE. 

L'obscurité qui règne sur l'origine de la race malaise 
fait qu'il est également difficile d'assigner une date pré- 
cise à sa langue. Ce qui est certain, c'est qu'elle est très- 
ancienne; d'ailleurs on peut aisément remarquer qu'elle a 
subi plusieurs phases, avant d'arriver à l'état où elle se 
trouve actuellement. 

Dans sa première phase, c'est-à-dire dans son état 
primitif, avant toute relation avec les langues ariennes et 
sémitiques, elle apparaît comme un des nombreux idiomes 
de la langue dite polynésienne, souche de presque tous 
les dialectes parlés depuis les îles Sandwich à l'est, jus- 
qu'à l'île de Madagascar à l'ouest. 

Les règles les plus simples de la grammaire et un 
grand nombre de mots datent de cette période. 

La seconde phase de la langue malaise est venue de 
ses rapports avec les langues de l'Inde et particulièrement 
avec le sanscrit. 

11 paraît certain, en effet, que les Hindous ont pénétré 
en Malaisie à une époque très-reculée, et qu'ils ont dû y 
introduire leur religion et leur Législation. 



INTRODUCTION. XI 

Dès lors le sanscrit, langue sacrée, ainsi que le 
tamoul et le cingalèse , langues vulgaires, ont exercé sur 
le malais une influence très-reconnaissable. 

S'il était nécessaire de démontrer l'introduction par 
les Hindous , en Malaisie , de leur religion et de leur 
législation, nous n'aurions pas seulement les monuments 
nombreux que Ton retrouve à Java et à Sumatra et qui en 
sont une preuve notoire: car, d'un autre côté, il ne nous 
paraît pas probable que le simple contact du commerce ait 
pu introduire en malais une si grande quantité de mots, sur- 
tout de ceux qui, par leur nature, ne sont pas applicable 
à des objets sensibles ou purement commerciaux, puisque 
un grand nombre, au contraire, représentent le plus com- 
munément, outre les noms et les faits de la mythologie 
hindoue, des affections morales et des qualités intellec- 
tuelles, classe d'idées très-supérieure à ce qu'exigent les 
questions traitées dans les ports ou les bazars. 

L'introduction de ces mots a pu se faire d'autant plus 
facilement en malais , que les sons de cette langue se 
retrouvent, presque tous, en sanscrit: ces deux langues, en 
effet, si différentes au point de vue grammatical, se rap- 
prochent singulièrement sous le rapport phonétique. D'un 
autre côté, ces mêmes mots ont pu se conserver presque 
sans altération, grâce au caractère agglutinant de la langue 
malaise, ce qui n'aurait pas eu lieu, si elle eût été une 
langue à flexion. Aussi, de toutes les langues qui ont em- 
prunté des mots au sanscrit, le malais est-il une de celles 
qui les ont conservés avec plus de pureté. 

La troisième phase commence à un fait important qui 
eut lieu vers le XII e , ou au commencement du XIII e siècle. 
Il y eut alors une invasion, non à mains armées, mais paci- 
fique, des Arabes dans l'archipel Indien. Ils y introduisirent, 
comme avaient fait les Hindous, leur religion et leur légis- 



XII INTRODUCTION 

Lation, c'est-à-dire l'islamisme. Plusieurs (rentre eux y 

devinrent souverains: ear les annales d'Achem disent posi- 
tivement «qu'en l'an 601 de l'hégire, répondant à Tan 
«120-i de l'ère chrétienne, Sultan Jolian Shah, venu de 
«l'occident, introduisit l'islamisme dans cette capitale».* 

Les chroniques malaises nous disent que Mohammed 
Shah, qui monta sur le trône vers 1276, fut le premier 
sultan de Malacca qui embrassa l'islamisme.** 

Il paraît que Java n'a été converti que bien plus tard, 
c'est-à-dire au XV 1 siècle seulement. 

On comprend quelle influence un tel changement a 
dû produire, non seulement sur les mœurs et les usages 
des peuples de ces pays, mais encore sur leur langue. 

Tous les termes relatifs à la religion et à la jurispru- 
dence des Arabes ont dû passer en malais, ainsi qu'une 
foule d'autres mots, substantifs et verbes, exprimant les 
idées de la nouvelle civilisation, les nouveaux objets et 
les nouveaux usages introduits par les dominateurs. 



o 



! pi 



Mais cette influence se fit sentir principalement dans 
le style: et les ouvrages, surtout les lettres écrites depuis 
cette époque, ont une tournure arabe qu'il est impossible 
de ne pas reconnaître. 

L'ancienne écriture elle-même fit place aux caractères 
arabes, bien que ces derniers expriment d'une manière 
bien imparfaite les sons de la langue; et pendant plusieurs 
siècles le malais s'est écrit exclusivement avec les carac- 
tères arabes. 

La quatrième phase de la langue malaise commence 
au XVI e siècle, avec l'arrivée des Européens. En 1511, 
Mbuquerque et les Portugais s'emparent de .Malacca, alors 
capitale de L'empire malais. A la suite des Portugais, 

'■■ Grammaire malaie, par Maixlcn. traduite perElout. Introduction, p. LXV. 
• jarat malayu, édition de Singapour, p. 96 et buîv. 



INTRODUCTION. XIII 

vinrent les Hollandais, puis les Anglais, les Espagnols; 
en un mot, l'Europe entière vint s'implanter dans la 
Malaisie, dont la langue dut s'augmenter d'une nouvelle 
série de mots, appartenant aux diverses langues euro- 
péennes. Bientôt même, les Européens trouvèrent plus 
facile d'écrire la langue malaise avec les lettres latines 
qu'avec les caractères arabes ; et, de récriture à l'imprimerie, 
le pas fut rapidement franchi. Aujourd'hui, presque tous 
les livres religieux chrétiens sont en lettres latines; et les 
correspondances, non seulement des Européens, mais d'un 
grand nombre de natifs , se font de la même manière. 

Toutefois, jusqu'à présent, les ouvrages de littérature 
nationale ne se trouvent encore qu'en caractères arabes. 

CAEACTÈEES DE LA LANGUE. 

La langue malaise est particulièrement douce , agré- 
able et claire à l'oreille; elle n'a pas de mots dune arti- 
culation douteuse, dont les sons ne soient pas pleins, dont 
toutes les syllabes ne soient pas complètes. On y remarque 
une régularité constante dans 1 emploi relatif des con- 
sonnes et des voyelles; et, comme le remarque Marsden, 
les Malais s'appliquent tellement à rendre la pronon- 
ciation de leur langue aussi douce que possible, que non 
seulement dans la formation des mots dérivés les lettres 
sont changées systématiquement pour plaire à 1 oreille, 
mais encore que, dans des mots empruntés des langues 
du continent, ils ont coutume d'adoucir les consonnes trop 
dures, afin de les rendre plus conformes à leurs propres 
organes.* Aussi n'y a-t-il pas un son de la langue que 
l'oreille la moins exercée ne puisse saisir à la première 
audition, et que l'organe de la voix le plus ingrat ne 

: ' : Introduction à la grammaire malaie par Marsden, traduite par Elout, p. V. 



XIV INTRODUCTION. 

puisse articuler la première fois aussi parfaitement et 
aussi distinctement, que pourrait le faire la personne la 
plus exercée. Par sa politesse et sa douceur, le malais a 
mérité à juste titre d'être appelé l'italien de l'Orient. 

D'un autre côté, le malais a un second caractère 
extrêmement remarquable: c'est sa simplicité. Les règles 
grammaticales sont des moins compliquées et des moins 
embarrassantes; les phrases s'y forment en suivant le cours 
ordinaire des idées: sujet, verbe, attribut ou régime. Rare- 
ment on trouve de ces inversions sans lesquelles sou- 
vent, dans nos langues, une phrase ne serait pas régulière. 

Et ce qui fait le plus grand mérite de cette langue, 
c'est que, avec un si petit nombre de règles de grammaire, 
avec cette grande simplicité, elle est très-claire: qu'on 
la parle plus ou moins correctement, on est toujours com- 
pris; qu'on la prononce plus ou moins parfaitement, on est 
toujours entendu. 

Il faut dire aussi que, comme beaucoup d'autres 
langues, surtout celles qui sont parlées par des peuples 
d'une civilisation incomplète, le malais a certains défauts. 
Il ne se prête ni à la concision, ni à l'élégance, ni à la 
variété du style; il présente surtout, dans la composition 
des phrases, beaucoup de répétitions et de pléonasmes 
qui le font traîner en longueur. Ces défauts toutefois se 
trouvent beaucoup moins dans la langue parlée que dans 
la langue écrite; en tout cas, ils ne nuisent pas à sa dou- 
ceur et à sa clarté, comme on pourra en juger dans le 
cours do cotte grammaire. 

DES DIFFÉRENTES SORTES DE STYLES. 

Le malais, comme toutes les langues, présente diffé- 
rentes sortes de styles, ou manières de s'exprimer. 



INTRODUCTION. XV 

Werndly distingue le bahâsa dàlam : ou style de la 
cour; le bahâsa barysàioa "i, ou style noble; le baliâsa gûnury, 
ou style des montagnes, style rustique; et le bahâsa kaxû- 
Jcan, ou style mêlé. 

Selon Marsden , il y a le bahâsa barysâican , le bahâsa 
dâgary, ou langage du commerce, et le baliâsa kaxvkan. 

D'autres ajoutent le style qu'ils nomment le malais 
littéraire. 

Au demeurant, ces distinctions sont plus subtiles que 
réelles. Il est certain qu'il y a chez les Malais, comme 
partout, une différence entre le style relevé et le style 
ordinaire ou commun, et qu'ils ont aussi une sorte de lan- 
gage mêlé et plus commun encore, c'est-à-dire une sorte 
d'argot que l'on pourrait appeler le langage du marché, 
et qui est le bahâsa kaxithan. 

Ce que nous appelons le style relevé , nous paraît 
répondre au bahâsa dâlam et au bahâsa bargsâwan: c'est 
celui que l'on parle à la cour, et dont on se sert quand 
on parle des princes ou de personnes particulièrement 
respectables. Il consiste surtout clans certaines expressions 
recherchées, comme santap, au lieu de mâkan, manger; 
âdv, pour tïdor, dormir; maiykat ou liîlauj, pour mâtî, mou- 
rir, etc. ; et dans certaines désinences pour les termes de 
parenté, comme adinda, pour âdik, frère ou sœur plus jeunes ; 
kakanda, pour kâkak, frère ou sœur plus âgés; ayahnda, 
pour âyah ou bâpa, père; anakanda, pour ânak, enfant, etc. 

Le langage ou style ordinaire n'est autre que le malais 
simple et dégagé de toutes les expressions qui marquent 
le style ou langage relevé. 

Quant au langage kaxvkan ou mêlé, il provient de ce 
que la langue malaise est en usage sur une immense 
étendue de pays, où se rendent des peuples de toutes les 
parties du monde. De là est résulté un langage plus simple, 



XVI INTRODUCTION. 

dans lequel on n'emploie guère que des radicaux, et qui 
est mélangé d'un grand nombre de mots étrangers. Il est 
surtout usité au marché, dans les affaires de commerce: 
aussi le nommc-t-on pour cette raison bahâsa pâsar , la 
langue du bazar, et l'on pourrait aussi l'appeler le langage 
de la rue. On l'a quelquefois appelé, mais improprement, 
le malais vulgaire. On pourrait plus simplement le com- 
parer à ce qu'on nomme en Europe la langue franque, et 
qui est en usage dans tous les ports de la Méditerranée, 
surtout dans le Levant. 

Quant à ce que quelques auteurs ont nommé le malais 
littéraire, il n'y a pas lieu de s'y arrêter. Il en est du 
malais, comme de toute autre langue: on écrit ordinaire- 
ment plus correctement que l'on ne parle, et dans un style 
plus choisi; mais cela ne constitue pas un langage à part. 

Enfin, les Malais qui connaissent l'arabe en font assez 
souvent ostentation, en entremêlant dans leurs lettres et 
dans leurs écrits des mots de cette langue, jusqu'à se rendre 
presque inintelligibles pour ceux qui ne la connaissent 
pas; mais ce genre de langage ne doit pas plus etvc con- 
sidéré en malais que ne l'est, au point de vue du français, 
Le langage du sport ou du high-life. 



DES DIALECTES. 

Le malais parlé et écrit est partout à peu près le 
même, à pari 1rs, variantes que nous indiquons dans la 
grammaire (§ 42). 

Toutefois, ces variantes, soit dans l'orthographe, soit 
dans la prononciation chez les Malais de Menangkabaw, 
ont paru suffisantes à Marsden et à AYerndly, pour en faire 
un dialecte à part: de sorte que, selon ces auteurs, le 
malais comprendrai encore deux dialectes, de même que 



INTRODUCTION. XVII 

le français du moyen-âge en avait deux également, la lan- 
gue d'oc et et la langue d'oil. 

Le premier de ces dialectes est celui qui se parle à 
Malacca et sur les côtes de la péninsule malaise à Kedah, 
Johor, Pahang, Trenganou, auxquels on pourrait ajouter 
Pulo-Pinang, Singapour, etc. 

Le second est celui qui est parlé dans l'ancien royaume 
de Menangkabaw, sur une partie des côtes de Sumatra et 
dans certains petits états situés dans l'intérieur de la 
péninsule de Malacca.* 

Les points qui caractérisent le dialecte de Menangka- 
baw sont indiqués par Marsden** et par de Hollander**" 
à peu près dans Tordre suivant. 

1° Les mots qui dans le dialecte de Malacca se termi- 
nent en a changent cette voyelle en o dans le dialecte de 
Menangkâbaw; par ex., antâra, entre, bàioa, porté, jàga, 
veillé, dâdaAe sein, se prononcent antâro, bâwo^jâgo, dâdo. 

2° Le J h final, ou une des lettres fortes, se change 
souvent en a h, et Va qui précède devient e, comme àM 
pânakj pour ^^ jjânas, chaud: ajb dârah, pour Qjta dârat, 
terre solide; <^>! améli, pour u ^>\ amas, or; &\^sakih, pour 
JoL scilcit. malade; à^ kûlih, pour JJy Jeûlit, peau. 

3° Au commencement d'une syllabe, certaines con- 
sonnes se prennent souvent l'une pour l'autre; ainsi: 



* La présence de ce dialecte dans l'intérieur de la péninsule de Malacca 
indique que, indépendamment de l'émigration des Malais de Palembang qui ont 
fondé Singapour et ensuite l'empire de Malacca, il a dû y avoir une autre émi- 
gration de Malais, venant directement de Menangkabaw et qui se sont établis dans 
l'intérieur de la péninsule, en formant les états qui portent encore aujourd'hui 
le nom de Menangkabaw et qui, à Malacca, sont ordinairement désignés sous le 
nom de nagri sambilan ou les neuf états: les principaux sont Rombaw, Jompol, 
Sungey Ujung, Jobol, Salangor, Tamping, etc. 

** Grammaire malaie par Marsden, traduite par Elout, p. 193. 
*** Handleiding hij de heoefening der llaleische taal and létterTcunde , door 
D v J. J. de Hollander, p. 2S2 et suiv. 



XVIII INTRODUCTION. 

jJ h devient-J #, comme dans cZgeta, pour CXketa, siège 
de parade: ou jJ // devient jj &, comme dans A^ kunxarg, 
pour A-s^ gunxarg, secoué: ^ èa&z, pour J^ èa<7*, à, pour. 

t>- / devient 77 œ, comme dans <S-f~ kexàp, pour JU£ 
kejàp, clin d'œil. 

<J^9 devient O^, connue dans JSy tùkul, pour Jy pûkul, 
frappé. 

u 6 devient * m, comme dans j*j« muhi, pour ^^j 
6wà/, écume; j*f mambu. pour^ bambu. 

j r devient J /\ comme dans <Cls palintah, pour a£J 
parintah, gouvernement; et J l devient j ?\ comme dans j^ 
bedàr, pour J-b bedzl^ fusil. 

^ s devient >a?ou?- J, comme dans J^- xëpak, pour 
JjLw sépale, ruade; ^-^ jenâparg, pour ^^ senoparg^ fusil. 

4° A la fin d'une syllabe, £> t devient *J p, comme 
dans <JJ*>~jâwap, pour C>^t>~jàwat, touché: Jlu kïlap, pour 
JJlT fàto, reluire. 

5° Enfin, clans le dialecte de Menangkabaw, on omet 
quelquefois la nasale que s'adjoint la particule préfixe 
p ???c, pour former les verbes d'action; d'où viennent jSJi^« 
me-himpun-kan, pour jxJLjAo mcrg-himpiin-han, rassembler : 
aIIî^ me-àlah, pour ail** merg-àlàh^ vaincre; *y* memûinth. 
pour aj*^ mem-bûnuhj tuer, etc. 

AFFINITÉS ENTRE LE MALAIS ET L'HÉBREU. 

Robinson, danssonessai sur l'orthographe de la langue 
malaise, établit certains points de comparaison de cette 
langue avec l'hébreu, non seulement en ce qui regarde 
f orthographe, mais encore au point de vue du génie de 
la langue même. * Voici le résumé de ses appréciations. 

: ' Proev tôt opheldering van de gronden der maleische spetting, dooï Robin 
son, nii bel engelscL vertaald, door E. Netscher, p. 17 el suiv. 



INTRODUCTION. XIX 

1° Dans les deux langues, le génitif est indiqué de la 
même manière, c'est-à-dire que de deux noms placés f un 
à la suite de l'autre et ayant un sens différent, le second 
est au génitif, sans l'emploi de préposition, et sans change- 
ment dans sa forme. 

2° Les pronoms affixes sont les mêmes dans les deux 
langues, avec cette différence qu'en liébren ils ont le genre 
et le nombre, et qu'en malais ils sont invariables. Dans 
les deux langues aussi, les pronoms affixes peuvent se 
joindre aux prépositions et aux verbes, aussi bien qu'aux 
substantifs. En hébreu , le pronom affixe peut se joindre 
à un verbe à l'infinitif, aussi bien comme agent que comme 
régime du verbe. De même, en malais, le pronom affixe 
e> na est quelquefois agent de l'action exprimée par le 
verbe, et d'autres fois il en est le régime, comme dans ^yVta 
di-ïïhat-na , il voit (est vu par lui), et ^^A* ^1 m me-lïhat- 
na, il le voit. 

3° La place qu'occupent les adjectifs qualificatifs et 
les adjectifs démonstratifs est la même dans les deux lan- 
gues. De plus (selon Yeates), lorsqu'en hébreu l'adjectif 
précède le substantif, il y a suppression du verbe être: or, 
cela a également lieu en malais, comme dans i£>~ àlLit bâik- 
lah hikmat bonne (est) la connaissance; Cr^t^ ^ iîû-lah 
jjer-hentï-an, cela (est) le repos. 

4:° Les degrés de comparaison dans les adjectifs 
s'expriment de la même manière dans les deux langues. 
En hébreu, le comparatif s'exprime au moyen de min, 
qui correspond au malais ->ip deri-pada, comme dans cette 
phrase : y\j*> -xSp y AliùL baik-lah dùa deri-pada suâtu^ deux 
sont meilleurs qu'un. En hébreu, le superlatif s'exprime 
en plaçant un adverbe après l'adjectif, comme en malais; 
par ex. : Jl^ J>1> bâik sa-kàli, bon tout à fait. Enfin, dans 

b* 



XX INTRODUCTION. 

les deux langues, le superlatif s'exprime encore par la 
réduplication de l'adjectif. 

5° Dans les deux langues, le nombre des temps dans 
les verbes est le même. L'hébreu n'a que le présent, le 
passé et le futur; et, lorsque en malais on forme les temps 
par le moyen d'auxiliaires, on n'en a pas davantage. Il y a de 
plus à remarquer que, de même qu'en hébreu, le passé est 
quelquefois pris pour le futur, en malais, on prend le pré- 
sent au passé et quelquefois au futur. 

C° Dans les deux langues, la construction de la phrase 
présente un certain vague. Ainsi, en malais, on remarquera 
que le sens d'un mot dépend beaucoup de l'ensemble et 
de l'arrangement de la phrase. Or, cette remarque trouve 
aussi son application en hébreu. 

On pourrait à ces six points de comparaison, donnés 
par Robinson, en ajouter un septième, exposé dans le cours 
de cette grammaire. Au paragraphe 108, en parlant du 
verbe, nous faisons remarquer qu'un mot malais, ayant un 
sens verbal, peut prendre différentes formes, grâce aux- 
quelles sa signification première reçoit diverses modifica- 
tions: cela a lieu également dans les langues sémitiques. 

Enfin, W. Ilobinson prétend que celui qui possède 
L'hébreu et le malais, ne pourra pas manquer d observer 
en lisant la Bible, que, non seulement, les formes et les 
constructions malaises ressemblent à celles de l'hébreu, 
mais qu'elles sont absolument les mômes, en un mot, que 
le malais possède cette belle simplicité naïve, qui se trouve 
si généralement dans les écrits de Moïse. 

Nous croyons cependant qu'il faut admettre avec dis- 
crétion ces rapprochements du malais. et de fhébreu, et 
qui! serait imprudent d'en tirer cette conséquence que 
l'un vient de l'autre, ou que ces deux langues ont une 
source commune. Plusieurs, en effet, des points de contact 



INTRODUCTION. XXI 

qui viennent d'être eités peuvent avoir eu pour cause 
l'application des caractères arabes au malais, par exemple, 
celui qui regarde les pronoms afiixes. D'autres peuvent 
n'être que l'effet du hasard. Ainsi le fait concernant le 
vague qui peut résulter d'un mot, selon la place qu'il 
occupe dans la phrase, se retrouve également dans le 
chinois, qui n'a rien de commun avec l'hébreu. 

DES LANGUES POLYNÉSIENNES. 

Nous avons dit que la famille de langues à laquelle 
appartient le malais constitue une classe de langues ayant 
entre elles tellement d'analogie, qu'elles semblent toutes 
sortir d'une même souche, que plusieurs savants ont nom- 
mée le grand langage polynésien. 

On range dans cette classe, outre les langues de l'archi- 
pel Indien: au nord, les langues de Formose; à l'ouest, 
celle de Madagascar; à l'est, celles d'une grande partie 
de la Polynésie, jusqu'à la Nouvelle-Zélande, dans l'hémi- 
sphère sud, jusqu'aux îles Sandwich, dans l'hémisphère 
nord, et jusqu'aux îles Marquises, sous la zone torride. 

Les règles de la grammaire, qui sont comme le point 
de ralliement autour duquel viennent se grouper toutes les 
langues d'une même famille, sont presque les mêmes dans 
la plupart de ces langues. 

On remarque dans toutes l'invariabilité des mots, 
c'est-à-dire l'absence de conjugaison et de déclinaison; 
des constructions à peu près les mêmes; dans toutes aussi, 
une manière presque semblable de rendre la pensée, la 
même méthode pour donner à un verbe les divers sens, 
neutre, actif, transitif ou causatif. 

Quand nous parlons de l'invariabilité des mots, nous 
ne voulons pas dire que les mots ne peuvent se compo- 



XXII INTRODUCTION 



ser, et <pi ils doivent toujours rester à L'état de radicaux. 
I l'est là un caractère qui appartient à une autre famille 
<le langues, parmi lesquelles le chinois occupe le premier 
rang. Dans nos langues polynésiennes, les mots se com- 
posent ou se dérivent, et c'est précisément dans cette 
composition quelles présentent un caractère qui fait Leur 
originalité et leur affinité. 

Pans ces langues, Les mots se composent par le moyen 
d a ('fixes, c'est-à-dire de particules qui se placent avant 
le radical ou après lui, ou qui s'intercalent dans le radical 
même. Or, ces particules se trouvent être Les mêmes 
dans beaucoup de ces Langues, et donnent pour L'ordi- 
naire aux mots qu'elles forment un sens analogue. 

Elles ont d'ailleurs un grand nombre de mots sem- 
blables. Le* similitudes se rencontrent surtout: 
1° dans les noms de nombre: 
2° dans les noms d'animaux domestiques: 
3° dans les mots servant à exprimer le. choses les 
plus usuelles, ou les premières pensées (pie les hommes 
ont eu besoin d'exprimer. 

Mais il est une particularité assez remarquable; c'est 
(pie le nombre de ces mots communs diminue à mesure 
(pie les peuples qui parlent ces Langues se trouvent moins 
civilisés, et qu'ils s'éloignent davantage d'un point ou loyer, 
(pu* semble être, Java, ou quelque terre voisine de cette 
île Il en est de même des règles de la grammaire, qui 
deviennent moins nombreuses, à mesure qu'on s éloigne 
de ce point. 

Les éléments de la la langue suivent les mêmes pro- 
portions. Ainsi les nasales et les liquides, si fréquentes 
en malais et en javanais, deviennent beaucoup plus rares 
dan- les iles IYIew. les Carolines . les Mariannes, à Fiji 
et dans les îles des A mis : elles disparaissent presque com- 



INTRODUCTION. XXII 

plètement dans les langues des îles des Navigateurs et 
des îles Marquises. 

Les consonnes deviennent aussi moins nombreuses, 
et par conséquent les éléments plus pauvres: ainsi, tan- 
dis que le javanais compte vingt lettres consonnes, le 
malais, ainsi que les langues de Sumatra, n'en ont que 
dix-huit; ce nombre se conserve à peu près le même 
dans les autres langues de l' archipel; mais dans les îles 
Philippines, en tagal et en bisaya, ainsi que dans les 
langues de Formose, elles ne sont déjà plus qu'au nombre 
de seize. Les langues de Fiji et des îles des Amis n'en 
ont plus que quinze. Plus loin, dans les îles des Naviga- 
teurs et à Taïti, on peut rendre tous les sons de la langue 
par dix lettres consonnes. Les langues de la Nouvelle- 
Zélande n'en ont que neuf; celles des Marquises huit: 
enfin la langue des îles Sandwich n'en a que sept. 

Par contre, on pourrait dire que l'emploi des voyel- 
les est en proportion inverse du nombre des consonnes. 
Nous voyons en effet qu'en javanais et en malais, on 
rencontre rarement deux voyelles sans l'intermédiaire 
d'une consonne. Les Javanais et les Malais cherchent tou- 
jours à éviter les hiatus. Au contraire, dans les langues 
des Marquises et de Sandwich, il n'est pas rare de trouver 
de suite trois ou quatre voyelles et quelquefois plus, sans 
l'emploi d'une consonne, bien que le mot dans lequel 
elles se trouvent soit évidemment le même que le mot 
malais. Nous ne citerons comme exemple que le mot 
haaiaaia, « grandes richesses??, qui n'est autre que le malais 
haya-kaya , « très-riche » . 






GRAMMAIRE 

DE LA 

LANGUE MALAISE 



9 



.Le langage est créé pour rendre la pensée sous 
une forme sensible, soit par des sons articulés que Ton 
nomme parole, soit par des signes convenus qui consti- 
tuent V écriture, le tout suivant des règles conventionnel- 
les, mais fixes, dont l'ensemble se nomme grammaire. 

D'où la définition ordinaire : la grammaire est l'art de 
parler et d'écrire correctement. 

Il sera donc d'autant plus facile d'apprendre à parler 
et à écrire correctement une langue, que celle-ci présen- 
tera des formes plus simples et des sons plus faciles à 
articuler. 

Or, ces caractères se trouvent éminemment dans la 
langue malaise, comme on pourra le remarquer dans le 
cours de cet ouvrage. 



2 GRAMMAIRE MALAISE. 

PREMIÈRE PARTIE. 

DES SONS ET DES ÉLÉMENTS DE L'ÉCRITURE. 



CHAPITRE PREMIER. 

DES SONS. 

1. La prononciation de la langue malaise est douce et 
facile; tous les sons qu'elle renferme peuvent être rendus 
avec précision par vingt-quatre lettres: — six voyelles, une 
aspirée, deux semi-voyelles et quinze consonnes, — et re- 
présentés par les caractères que nous donnons dans le ta- 
bleau suivant. 

VOYELLES. 

a, e, e, i, o, u. 

ASPIRÉE. 

h. 

SEMI -VOYELLES. 

CONSONNES. 

(k forte. 
Gutturales \g douce. 

\rg nasale, ng. 

( x forte, tcli. 
Palatales ] j douce, dj. 

( il nasale, gn. 

(t forte. 
Dentales < cl douce. 

( u nasale. 

ij> forte. 
b douce. 
m nasale. 

Liquides ]/ 

Sifflante s. 



DES SONS. o 

I. 

DES VOYELLES. 

2. Les voyelles sont en malais au nombre de six, 
a, e, e, z", o, m fowjf. Ces mêmes voyelles peuvent 
devenir longues, et alors nous les marquerons par â, ë, 
e, â, ô, û. 

Une première et importante observation à faire , c'est 
qu'en malais, les voyelles sont quelquefois peu distinctes 
et se confondent l'une avec l'autre. Il ne faudrait pas 
cependant attribuer cette particularité au génie ni à la 
nature de la langue ; il est même à présumer qu'autrefois 
les voyelles étaient aussi claires et aussi distinctes en 
malais que dans la plupart des langues de l'archipel In- 
dien; mais elle a pour origine probable l'emploi des carac- 
tères arabes, dont pendant plusieurs siècles on s'est servi 
presque exclusivement pour écrire le malais. Ceux de 
ces caractères qui expriment les voyelles ne sont en effet 
qu'au nombre de trois. Le premier qui représente «, 
prend aussi quelquefois le son d'?. Le second sert pour i 
et e, et le troisième pour u et o. Il en résulte que, pour 
lire correctement le malais écrit en caractères arabes, il 
faut déjà avoir acquis une certaine connaissance de la 
langue. 

Les six voyelles de la langue malaise ont à peu près 
la même valeur quelles ont en français, à l'exception de 
Uj prononcé ou. LV, représenté par le caractère arabe qui 
exprime a, est plus ouvert que IV représenté par le signe 
qui indique i: ce second é répond à notre é fermé. 

Les Malais de la côte de Sumatra, aussi bien que les 
habitants de l'intérieur de la péninsule malaise, donnent 
aussi quelquefois à Va final un son qui approche de Yo: 
mais cela n'a lieu que pour un certain nombre de mots 



4 GRAMMAIRE MALAISE. 

et d'une manière trop restreinte pour en faire une voyelle 
particulière. 

II. 

DE L'ASPIRÉE. 

3. h est une aspirée douce; elle a à peu près la valeur 
de cette lettre en français. Il arrive même souvent qu'elle 
ne sert qu'à porter la voyelle, ou plutôt à l'accompagner 
comme dans nos mots français habit, homme. Ainsi, en 
malais, on écrit indifféremment, harta ou arta, biens; hz- 
rut ou ïrut, courbé; hûlat ou ûlat, ver. 

A la fin d'un mot, h sert à indiquer un léger pro- 
longement de la dernière voyelle, comme dans tânah, 
terre; a?npuh 7 débordement. 

Au milieu d'un mot, h sert à empêcher un hiatus ou la 
rencontre de deux voyelles, comme dans tahu, savoir, 
pâhat, taillé; kasïhan, affection. 

III. 

DES SEMI -VOYELLES. 

4. y a la même valeur qu'en français, lorsqu'il appar- 
tient tout entier à une même syllabe. Ex.: hàyam, poule; 
pàkay, revêtu. 

w se prononce à peu près comme en anglais, toute- 
fois un peu moins creux. Ex.: jîwà, âme; kïlaw, brillant. 

L'usage de ces deux semi- voyelles est donc de former 
des diphthongues avec la voyelle à laquelle elles s'unissent, 
soit que cette voyelle les précède, soit qu'elle les suive : ainsi 
y an g (yarg) se prononce comme yen dans Mayence ; yu comme 
en français y ou: ey comme eil dans soleil] toi se prononce 
comme oui; cao à peu près comme aou clans caoutchouc 



DES SONS. 5 

en essayant de prononcer caou d'une seule syllabe, ou, 
comme en anglais ow dans cow, vache, et aw dans law, loi. 

IV, 

DES CONSONNES. 

5. Le Aï a la valeur de cette lettre en français; cepen- 
dant, à la fin d'un mot, il se prononce très-faiblement et 
est quelquefois à peine sensible, comme dans ânak, en- 
fant; bâyik, bien. On pourrait plutôt dire que, dans ce 
cas , il indique que le mot qu'il termine doit finir par un 
son bref et comme en rentrant; on le remplace alors 
quelquefois par q: ànaq, bâyiq. Mais comme cette lettre 
doit redevenir k, lorsque le mot prend une particule 
suffixe commençant par une voyelle, nous avons préféré 
le rendre par k avec un point au-dessous lorsqu'il termine 
une syllabe, et par le k ordinaire lorsqu'il a tout-à-fait la 
valeur de cette lettre. Ainsi nous écrivons ânak et per- 
anâk-an, que l'on prononcera comme s'il y avait per-anâ- 
kanj de bâyik on fera également mem-bayik-i, que l'on 
prononcera comme s'il y avait mem-bayï-ki. 

Le g se prononce toujours dur, c'est-à-dire comme 
en français la même lettre devant a, o. Ex.: gâgali, fort; 
gëkok, le gecko; gïgi, dent; gorerg, rôti; gûgur, tomber. 

vg se prononce comme ng dans angle, ongle. Pour 
former le son exprimé par cette lettre au commencement 
d'une syllabe, disposez l'organe de la voix comme pour 
prononcer^ français, faisant seulement entendre un son 
nasal, puis articulez un g dur. Ex.: rgârga, bâiller; ârgin, le 
vent, rg à la fin d'une syllabe donne à la voyelle qui le 
précède le son nasal que donne en français n dans an, on. 
Ainsi dans bârarg, quelque, bërarg, facbé, gurg, un gong, rg 
se prononce comme en français^ dans rang, hareng, long, etc. 



G GRAMMAIRE MALAISE. 

6. oc. La valeur de cette lettre peut s'exprimer en fran- 
çais par les trois lettres tek, prononcées d'une seule émis- 
sion de voix comme dans le mot caoutchouc, c'est à peu 
près le ch anglais dans church, ou le ch espagnol dans 
muchaclio] p. ex.: xctbarg, branche, xûxi, propre. 

j tient de la prononciation de dj dans adjectif, et de 
celle de g dans gué. C'est le di dans le mot anglais sol- 
dier, ouj dans just. Ex. : jâdi, devenu: jûdi, jeu de hasard; 
janji, convention. 

n est notre gn dans agneau, cognac, c'est le û espagnol 
dans senor, ou le nh portugais dans sonho, rêve. Ex. : Hâta, 
connu; nâïïi chant, (v. note E à la fin de la grammaire.) 

7. t a la valeur du t français. Ex.: tûtup, fermé; tat- 
kàla, lorsque. 

d a aussi la même valeur qu'en français. Ex.: dâtarg, 
arrivé; dûduk, assis. 

Il faut cependant remarquer que les Malais pronon- 
cent quelquefois le t et le d en plaçant l'extrémité de la 
langue contre le palais, de manière à donner à ces lettres 
un son un peu cérébral , semblable à celui qu'elles ont en 
anglais. Toutefois cela n'a lieu que pour un certain nombre 
de mots très-limité, et la différence est si peu marquée que 
nous n'avons pas cru devoir en faire des lettres différentes. 

n se prononce comme en français. Ex. : nanti, attendre; 
pànak, arc. Cette lettre ne donne jamais à la voyelle le 
son nasal; ainsi hûtan, foret, se prononce Imtann, et non 
comme s'il y avait liutang. 

8. p a la même valeur qu'en français. Ex.: pâpan, 
planche; pipi, les joues. 

b a aussi la même valeur qu'en français. Ex.: bâtu, 
pierre; bïdmh , placé. 

m se prononce également comme en français. Ex.: 
mata, œil; âmat, beaucoup; ampat, quatre. Toutefois, nous 



DES ELEMENTS DE L'ÉCRITURE. 7 

ferons observer que cette lettre n'a jamais le son sourd et 
nasal que nous lui donnons en français dans amputer, 
embellir. 

9. r et l que nous nommons liquides à cause de leur 
coalescence facile avec d'autres consonnes, sans le secours 
de voyelles, se prononcent comme en français. Ex.: rata, 
char; karja, travail; gelàr, titre; lâlu, passé; jûal, vendu; 
pràvg, guerre ; blàkary, le dos. 

s est la même lettre qu'en français, mais ne prend 
jamais le son adouci du z, même entre deux voyelles. Ex.: 
Hdtu, un; siksa, châtiment; sesat (pron. seçat), errer. 



CHAPITRE SECOND. 

DES ÉLÉMENTS DE L'ÉCRITURE. 



I. 

ALPHABET ARABICO - MALAIS. 

10. La langue malaise n'a pas, comme beaucoup 
d'autres langues de l'archipel Indien , d'écriture qui lui 
soit propre. Elle a probablement été écrite originairement 
avec l'alphabet javanais; mais pendant les siècles qui ont 
suivi l'introduction de l'islamisme dans l'archipel, elle a 
été écrite exclusivement avec les caractères arabes. 

Depuis que les Européens ont pénétré et se sont établis 
dans ces pays, beaucoup de pièces et de livres ont été 
écrits et même imprimés en caractères latins. Il est à re- 
marquer que ces derniers, en subissant quelques modifi- 
cations peu importantes, peuvent rendre les éléments malais 
avec beaucoup plus de précision et de clarté que ne peu- 



8 GRAMMAIRE MALAISE. 

vent le faire les caractères arabes. Aussi leur usage s'é- 
tend de plus en plus en Malaisie: les commerçants s'en 
servent généralement dans leurs correspondances en ma- 
lais, et cette écriture paraît devoir remplacer un jour l'écri- 
ture arabe. 

Toutefois, comme l'époque où cette substitution sera 
complète est peut-être encore très-éloignée, et que jusqu'à 
présent les ouvrages de littérature malaise ne se trouvent 
qu'en caractères arabes, il serait difficile d'arriver sans 
eux à la connaissance parfaite du génie de la langue ma- 
laise. C'est pourquoi nous les donnons ici avec les diffé- 
rentes formes qu'ils prennent, selon la place qu'ils occu- 
pent dans l'écriture, et avec leur valeur comparée à celle 
des lettres latines. 

11. Mais comme il existe en malais un certain nombre 
de nasales et d'autres sons, pour lesquels l'alphabet arabe 
n'a pas de lettres correspondantes, il a fallu remédier à ce 
défaut. Les Malais y sont parvenus en inventant de nou- 
velles formes, au moyen d'une modification légère et 
néanmoins apparente des lettres arabes qui approchent 
le plus de leurs propres sons, et qui appartiennent aux 
mêmes mouvements de l'organe de la voix. Il en est ré- 
sulté ainsi un alphabet composite que l'on ne devra plus 
nommer alphabet arabe, mais bien arabico-malais. 

Avec cet alphabet, le malais s'écrit, de même que 
1 hébreux et l'arabe, de droite à gauche, au contraire des 
autres langues de l'archipel Indien qui, ayant des alphabets 
fondés sur les principes du sanscrit, s'écrivent, comme nos 
langues européennes, de gauche à droite. 

12. Les Luropéens qui ont écrit des grammaires ou 
des dictionnaires de la langue malaise ont rangé les lettres 
de l'alphabet arabico-malais dans l'ordre de l'alphabet arabe, 
en mettant à la suite de chacune des lettres arabes qui a 



DES ELEMENTS DE L'ECRITURE. 

servi à en former une nouvelle (par l'addition de points), 
celle qui en a été formée. Mais cet arrangement a l'in- 
convénient de confondre ensemble les sons propres de la 
langue arabe et ceux de la langue malaise; et il met dans 
obligation d'étudier longtemps celle-ci , avant d'avoir une 
idée exacte de ses véritables éléments. 

C'est ce qui a été remarqué par le D r Pijnappel, 
lequel a voulu y remédier dans son dictionnaire malais- 
hollandais. Cet inconvénient nous avait déjà frappé nous- 
mêmes depuis longtemps: aussi nous avons toujours eu 
soin de présenter aux élèves qui désirent s'initier à la 
connaissance du malais, en suivant les cours de l'Ecole 
spéciale des langues orientales vivantes, un alphabet 
naturel de cette langue, pouvant en exprimer tous les 
sons: c'est celui que l'on voit à la seconde page de cet 
ouvrage. 

13. La table suivante montre comment à cet alphabet 
naturel nous avons fait correspondre l'alphabet arabico- 
malais. 

Les lettres arabes représentant les éléments malais, 
rangés par classes, occupent la première partie; la se- 
conde contient les caractères arabes qui représentent des 
éléments étrangers. 

Nous avons fait suivre chacune de ces deux parties 
d'un tableau où se trouve une série de mots, dans lesquels 
on verra un exemple des différentes formes que prend 
chaque lettre, suivant la place qu'elle est appelée à occu- 
per dans l'écriture. 



10 



GRAMMAIRE MALAISE. 



ALPHABET ARABICO-MALAIS. 

ÉLÉMENTS MALAIS. 



(LASSE 


CARAC- 
TÈRE 


FIGURE DES LETTRES 


NOM 


VALEUR 


Isolées 


finales 


médiales 


initiales 




( 




1 


l 


— 


— 


«Jdl ôfe/ 


a, e 


Lettres 

faibles, 

semi- 

voyelles 

et aspirée 


' 






v 4 


À 

J 




h 

h é, y 






J> 


J> 


— 


— 


L ?râ, jIj icâic 


V, 0, te 




[ forte 


J 


Jl 


c 


r 


\fkâ, «Jlf *«/ 


k 


Gutturales 


douce 


J 


i 


r 


r 


Vga 


9 




f nasale 
1 


A 
t 




s 


c 


lp iyâ 


Wi n 9 




1 
l' forte 


S 


6 


■s- 

V 




le** xâ 


x, tch 


Palatales 


douce 

) 


e 


t 


*~ 


ç>^ 


le*, jâ, as*, jïm 


h dj 




f nasale 
1 


e> 


O 


* 


i 

V 


\j nâ 


îî, gn 




1 
[ forte 


O 


Jv 


* 


J 


\j ta 


t 


Dentales 


J , 
<^ douce 

f nasale 


ù 


-X 


— 


— 


b c?â 3 Jb dai 


d 




ù 


ù 


* 


J 


u ?zâ, ù*y niïn 


n 




1 
l' forte 


A 


V-A 


A 


9 


b ^o 


P 


Labiales 


' douce 
1 


^» 


« — <• 


* 


J 


l» 6â 


b 




f nasale 
| 


r 


r 


•O 


4 


U ma, x^> mïm 


m 


Liquides 


s 

f 


J 




1 


1 


i Jâ, oi lâm 


r 
l 


Sifflante 




u" 


u~ 


- 


Ml 


w» sa, ^j*-^ 1 sïn 


s 



DES ELEMENTS DE L'ÉCRITURE. 



11 



EXEMPLES DE L'EMPLOI DES QUATRE FORMES. 



Classe 


Nom 


Isolées 


Finales 


Médiates 


Initiales 


1 
1 


a, aJif 


âlj 


Lb 


jV 


j' 


Lettres \ ha , he 
faibles, ) 
semi- \ 
voyelles a ' 
et aspirée 1 u ° 










^ ica , ivaic 


Ht 


ys. 


^ 


^ 


j Jea , Je a/ 


4* 


jl. 


^ 


ur 


Gutturales < ga 


jjj^o 


jUj 


£ 


te.r 


{ rga 
1 


& 


£- 


àjjlj 


^> 


1 
( xa 

Palatales / ja , jim 


£ L 


r 


J^ 


c?W 


& 


^ 


^u~ 


l?->W- 


l na 


Jl 


i^/-3 




V 


Dentales ., (2a . tZflfZ 
l ?za. WWW 


^ 


c^O Uo 


u-?Ui 


> 


■>b 






.Lb 


( I> a 


Jl 


C-AJI 




JXj13 


Labiales Jja 
1 


(^Ij2>^ 


k-^JUO 


^ 


fi 


I 


v W2«. /W27W 


P J 


I 3 


iLlo»o 


> 


Liquides < 


ra 


-4 








Sifflante 


sa, sim 


u *\r 


cr^ 


-r-î 





12 GRAMMAIRE MALAISE. 

14. La valeur de ces lettres a été indiquée dans les 
pages précédentes; nous avons cependant à faire remar- 
quer que, quand le jj k est final d'un mot, les Malais le 
remplacent par le J k ) que l'on retrouvera dans la table 
suivante. Dans cette circonstance, il ne représente pas un 
élément étranger, mais bien un élément indigène, et sert à 
établir une distinction entre les deux valeurs de k que 
nous avons indiquées plus haut (§ 5). Quand le mot qu'il 
termine prend une particule suffixe commençant par une 
voyelle, et que le k final reprend la valeur du k ordi- 
naire, J redevient -l); ainsi Jfil ânak, prenant la particule 
suffixe cm, deviendra J>1'1 anàkan; jA> bâyik, prenant la 
suffixe <_$ i, deviendra 5^. baïki: Jf^ tunjuk, montré, 
devient J^f^* 3 penunjûkan, démonstration. 

k se rend aussi par J au milieu d'un mot, à la fin d'une 
syllabe, dans les mots qui viennent du sanscrit, comme 
dans u ~£ laksa, dix mille; ôLi.-s£ bijaksâna, prudent; u ^>j 
raksâsa, démon. 

Les dix-neuf lettres données dans le tableau ci-dessus, 
jointes aux signes voyelles que vous verrons plus loin, 
suffisent pour rendre tous les sons de la langue malaise. 
Cependant les Malais ont encore admis quatorze autres 
caractères, dont ils ne se servent que pour écrire certains 
mots étrangers, ordinairement arabes ou persans; ils ne 
leur donnent pas la valeur qu'elles ont dans ces langues; 
mais ils les prononcent ordinairement comme celles des 
lettres qui en approchent le plus dans leur alphabet 
naturel. L'emploi de ces quatorze lettres n'est donc le plus 
souvent qu'une affaire d'étymologie. Les voici avec leurs 
différentes formes et la valeur qu'elles ont en malais. 



DES ELEMENTS DE L'ECRITURE. 



13 



ÉLÉMENTS ÉTRANGERS. 







FIGURE DES LETTRES 






VALEUR 












NOM 


donnée par 
les Malais 




Isolées 


Finales 


Médiales 


Initiales 




A 


A 


* 


} 


17 £sâ 


s, ts 




C 


t 


■s^ 


Z>- 


lo- hâ 


h 




t 


t 


S*. 


•=>* 


l©*. &Aâ 


h 




S 


i 


— 


— 


Jl> «âZ 


dz, z 




j 


J 


— 


— 


\j zâ 


z 




A 


A 


£ 


A 


-<n.vo chïm 


s, s, ch 




U° 


c^ 1 


^2 


/O 


->lo s«e? 


s 




J° 


l> 


*2 


-O 


->l«o c^âc2 


dl, l 




L 


L 


k 


k 


IL £â 


t 




& 


& 


k 


t. 


IL tfâ 


il, l 




t 


c 


s 


P 


^^P «m 


a, e, é, i, o, a 




t 


d 


« 


P 


.V'S' gain, rhain 


9 




>J> 


C-Â 


À 


9 


U/a 


f,P 




3 


«i 


A 


9 


^Jls M/ 


h 



14 



GRAMMAIRE MALAISE. 



EXEMPLES DE L'EMPLOI DES QUATRE FORMES. 



Nom 


Isolées 


Finales 


Médialea 


Initiales 


tsa 


JOl' 


C*jJg>- 


J-** 


t^xJU 


ha 


f 


e 


^ 


.c- 


hha 


t^ 




^sC 


À<ti>» 


zal 


aui 


Aj> 


ÏJJ 


jfc 


za 


Xp 


> 


If- 


Oloj 


chim 


o^ c 


CrJj^ 


çZj\* 


ôl-A^ 


sad 


J*%.\ 


^^icL 


J^3 


-** 


dlad 


J°3^ 


Lp 3 ^ 


2^«â»» 


*Jj^ 


ta 


\oj£> 


Mj 


ÔU2J0 


?tj^ 


tla 


%£ 


&) 


Udc 


„*të 


ain 


fW 


«J^ 


C-***-0 


f W 


ghain 


é^ 


^ 


M»5fc^o 


ù-> 


fa 


^> 


cJUs 


àjLo 


^ 


Jcaf 


jj>U 


(> 


^jjJb 


àj-Xs 



15. Quant à la valeur do ces lettres en arabe, valeur 
que leur donnent quelquefois certains Malais qui tiennent 
à faire ostentation de leurs connaissances en cette langue, 
voici quelques explications. 

<1> tsa. Le son de cette lettre dans l'alphabet arabe 
n'a pas d'équivalent en français; il est à peu près semblable 
à celui du th anglais ou du 8 des Grecs: Les Malais le 
prononcent comme 6', dans les mots j^ senein, lundi; WW 
selâsa, mardi, S^* sâbit, fixe. 



DES ÉLÉMENTS DE L'ÉCRITURE. 15 

r- lia dur indique une aspiration gutturale très-forte, 
que ne rend aucun caractère de nos alphabets euro- 
péens. Les Malais ne l'aspirent pas et le distinguent à 
peine de a h ordinaire. Ex.: ^-^ Aêyï, celui qui entreprend 
le pèlerinage de la Mecque; S&~ hukum, jugement, 
sentence; X^ harâm, prohibé. 

7- kha est une gutturale dure tirant sur le ch alle- 
mand. Les Malais ne le distinguent guère du k ordinaire. 
Ex. : j*>- kabar, nouvelle ; IjleL kâra, pierre dure ; lo^ ked- 
matj service. Les Malais qui ont des notions d'arabe lui 
donnent une aspiration qu'on pourrait rendre par kh. 

J d&al ou &al, que les Arabes prononcent quelque- 
fois dj quelquefois s, a aussi à peu près la même valeur 
chez les Malais: ils le prononcent dz dans £>B dzat, nature; 
2p dzeret, atome; comme <;/, dans a-^jS dulkadah, nom du 
onzième mois de l'année mahométane. 

S za. En arabe cette lettre a la valeur du z, c'est 
aussi celle que lui donnent les Malais. Ex. : j^j zebûr, psaume ; 
ôUj zemân, temps ; <^>j zabïb, raisins secs. 

S) chim, se prononce comme ch en français; les 
Malais lui donnent quelquefois cette valeur, d'autres fois 
ils le prononcent comme s. ô\h<â sètân, satan ; fol^à sahâdat, 
témoignage; ali sah ou chah, roi; u ^j seras ou chems] le 
soleil. 

^& satl. Cette lettre qui en arabe est un s articulé 
fortement et avec emphase a, dans la bouche d'un Malais, 
la valeur de s. Ex.:^.^> sabar, patience; i~J-o salïb , une 
croix; iAs£° sohâbat, ami. 

^yb cllad, qui est le d fort et emphatique des Arabes, 
est prononcé par les Malais comme l ou dl. Ex. : ci***^ dlaïf, 
faible ; ^?U. liâdlir, présent; U>> relà, volonté, inclination. 



1G GRAMMAIRE MALAISE. 

\d ta, t fort et emphatique des Arabes, a chez les Malais 
la valeur du t ordinaire. Ex. : w>Js tabzb, médecin, ^U» tahir, 
pur; J^b talâk, divorce. Il est à remarquer que les Malais 
se servent de cette lettre de préférence au t ordinaire, pour 
écrire certains mots étrangers, comme ^ty kartas, papier; 
aJs téh, du thé; jjy^ tambûr, tambour. 

H> tla, qui en arabe est tantôt le z emphatique et 
tantôt le cl emphatique, a en malais la valeur de tl et 
quelquefois de/. Ex.: ^Vb tlâkir, clair; ,U? tlallm, tyran. 

P ain indique une articulation gutturale. Les Malais 
n'ont pas cherché à imiter les Arabes dans la pronon- 
ciation de cette lettre ; pour eux le p est une lettre vague, 
qui prend le son de toutes les voyelles, et peut être 
comparé à notre h muet, ou considéré comme un fulcrum 
destiné seulement à porter une voyelle; ex. ^^ arab, 
arabe; ïi\&âdat, coutume; 1p ilmu, science; ^s~f-îsa, Jésus; 
^ umur ) la vie. 

P ghain est chez les Arabes unr fortement grasseyé: 
mais les Malais le prononcent comme g. Ex. : »~Jls gâlib, 
victorieux ; l/f geirat, zèle ; ^t^ gerïb, étranger. 

ô fa est notre/. Quelquefois les Malais lui donnent 
cette valeur, d'autres fois ils le prononcent comme p. Ex.: 
& fend, fragile; «£ felicm, science; Jf* fakir, un fakir; ^Xs 
pikir, pensé; Jj^ pedlùli, se préoccuper. 

Ja kaf indique une articulation forte et emphatique 
que l'on peut comparer à celle de notre h, mais tirée du 
gosier. Les Malais lui donnent la valeur du J k. Ex. : Jis 
akal, esprit; ï^> kuwat, fort; ^-^ kudas, saint. 

Pour répondre à Tétymologie, lorsque ces lettres sont 
ramenées à la valeur des éléments malais, nous les écrivons 



DES ÉLÉMENTS DE L'ÉCRITURE. 17 

avec un point au-dessous des lettres qui les représentent 
dans la transcription en caractères latins, et un trait sur ô t 
lorsque cette lettre répond au ^ cliim. 

On trouvera quelquefois dans des mots arabes la lettre 
à finale d'un mot surmontée de deux points (}): alors c'est 
un véritable t, auquel les Malais donnent toujours cette 
valeur, bien que les Arabes ne le prononcent t, que quand 
le mot à la un duquel il se trouve est suivi d'un autre mot 
qui lui sert de complément. Les Malais nomment le O f, 
&sè* panjary, ou t long, et le l t, j^ bendar, mot persan 
qui signifie ville ou port de commerce, factorerie, passage 
étroit. Il est à remarquer que, quand le mot que ce dernier 
termine prend une particule suffixe, l n'étant plus final, 
prend la forme du O t ordinaire. Par ex. , àj-x*> liadiyat, pré- 
sent, fera ^StX^ merghadiy atkan , faire un présent de 
quelque chose. 

On trouvera aussi la figure i, qui n'est autre que l'alif 
joint à J, formant ainsi la syllabe là. 

IL 

DIVISION ET EMPLOI DES LETTRES. 

16. Les Malais, comme les Arabes, nomment les lettres 
de l'alphabet <J^ liuruf Dans l'alphabet arabe toutes les 
lettres sont considérées comme consonnes, et sont mobiles 
ou susceptibles de son, au moyen des voyelles, sans le 
secours desquelles elles ne peuvent être prononcées. 

On les divise en lettres fortes, ^jy ^^ liuruf her as ^ et 
lettres faibles, *i J^ liuruf lemàh] la première classe com- 
prend toutes les lettres, à l'exception de trois: \ alif J ya 
et ^ waio, qui forment la classe des lettres faibles. 

Celles-ci, de leur côté, peuvent être mobiles ou quies- 
centes. On les dit mobiles, quand elles peuvent, comme 

2 



1 s G H A M M A I R E M A L A I S E. 

les autres lettres, être mues par l'application de quelque 
signe vocal, comme p. ex., \ e, ,3 ?/a, J 20a. Elles sont quies- 
centes, c'est-à-dire à l'état de repos, quand elles ne peuvent 
recevoir l'application de ces signes; c'est-à-dire quand 
I ne peut avoir que le son de a ou e, «3 celui de i ou e, et ^ 
Le son de m ou 0. Dans ces cas elles servent à allonger la 
voyelle dont la consonne précédente est affectée; elles ne 
forment avec elle qu'une syllabe, et peuvent être com- 
parées aux voyelles longues de nos langues européennes. 

Une lettre faible en repos ne porte donc pas le signe 
vocal de la syllabe à laquelle elle appartient; mais elle 
sert seulement à prolonger le son que ce signe vocal 
donne à la consonne précédente: ainsi dans CÀ« mal a. 
p, avec le signe vocal fathali, forme la syllabe ma sans 
l'alif I, mais cet alif prolonge le son a de via et en fait 
ma. De même dans j>JT kûda, la lettre -l3, avec le signe 
vocal dlammah, forme la syllabe ku sans le^. mais celui-ci 
prolonge le son u de ku et en fait kû. 

Nous ferons cependant remarquer qu'en malais, lors- 
qu'un mot se termine par une syllabe ouverte en i ou en 
u, même la pénultième ayant l'accent, l'usage moderne est 
d'écrire le ^ ou le ^; dans ce cas. Ces lettres ne doivent pas 
être considérées comme signe de prolongation du son de la 
lettre précédente, mais seulement comme indication de ce 
son, et remplaçant le signe vocal que les Malais n'écrivent 
jamais. Ainsi on écrit ordinairement ,JU pour OU mâti, 
J^j' pour Jài nanti. y\* pour ol» bâtu, y^> pour ^> pintu* Si 
le mot se termine en a, on n'écrit pas l'alif. Ex. cJS' kàta. 
OU mata. (v. note (J à la fin de la grammaire.) 

::: Ceci répond à ce qui a lieu en arabe, où Les lettres faibles finales «l'un mol 
ne prolongent pas le son. Ainsi, dans les mois y* bêla (sans), &>*£ yerdjou fil 
espère), ^J^\ ebni (mon fils), la dernière syllabe se prononce brève (Caussin de 
Perceval, Qramm. Arabe } p. 20). 



DES ÉLÉMENTS DE L'ÉCRITURE. 19 

Si cependant la syllabe pénultième était ouverte et 
brève, la dernière syllabe devrait être longue, et la lettre 
faible finale serait une lettre de prolongation du son de 
la lettre précédente, comme dans }j~* serû, ^j^ sert. On 
comprend que dans ce cas, si le son final était en «, l'alif 
devrait être écrit; ex. Ij-Xi! indrâ, \j terâ (§ 35). 

17. Il faut encore observer que les lettres faibles for- 
mant une syllabe avec une voyelle, ou avec une lettre 
affectée d'une voyelle, peuvent se trouver dans deux cas. 
Ou cette voyelle est de même nature que la lettre faible, 
c'est à dire que \ est affecté d'un fathah, ,j d'un kesrah, 
et ^ d'un clammah: on les nomme alors voyelles homogènes; 
dans le cas contraire, on les nomme hétérogènes. Dans le 
premier cas, le signe vocal ne change rien à la nature du 
son. Dans le second, \ prend le caractère de a A, portant 
une voyelle, et ^$ et ^ deviennent nos semi- voyelles y et 20, 
et forment toujours une cliphthongue, soit en commençant 
une syllabe, comme dans £> yarg, C^y^yûta, Cy^warta, 9-jl$ 
iczrarg: soit en la terminant, comme clans °j& pâkay ou jpâ- 
key, jb dâmay ou clâmey. jjx-èl anjkaiv, pS Jcïlaw. 

Au commencement d'une syllabe, on les nomme huruf 
ber-bwrisy parce qu'elles prennent toujours un des signes 
nommés haris (§19); et à la fin d'une syllabe, on les 
nomme ber-jezm. parce quelles sont alors affectées du 
signe jezm oûjazam (§ 28). 

Exemple des trois cas clans lesquels peuvent se trou- 
ver «j et j : 



prolongation , . 

ber-jezm du gQn ber-bans 

^iT haday J gî g yaiy 



jX-£l arglcaw y gû 



£3 wavg 



20 GRAMMAIRE MALAISE. 

Le premier et le troisième leur sont communs avec les 
lettres fortes, et le second leur est commun avec Yab'f. 

Dans certaines parties de la Malaisie, surtout du côté 
de Bcncoulen et de Java, on emploie souvent une des 
lettres faibles avec le kamzah, pour remplacer le h final. 
et vice versa; ainsi: *&\j pour Jp^ ber-âdilc, ^^ pour 
j<a=^ xohnar, Jfîl pour jf\ enxi. On trouve aussi \ pour a 
final: \J^ pour ^1 sigràh, [>\ pour bj\ ardh (§ 42). 

18. Les Arabes divisent encore les lettres de leur 
alphabet en lettres solaires et lettres lunaires. 

Les lettres solaires sont: 

^ , <i , •> , ■> , j,j, u^j ^ , c^> c> ? ^ , ^ ? J et . 
Les lettres lunaires sont: 

Nous verrons plus tard l'utilité que cette division 
peut avoir pour la langue malaise (§ 31). 

III. 

DES VOYELLES. 

19. Par voyelles, les Malais ainsi que les Arabes, en- 
tendent certains caractères ou signes supplémentaires, 
placés au-dessus et au-dessous des lettres, et servant à 
indiquer le son vocal particulier avec lequel elles doivent 
être prononcées. 

Les voyelles sont appelées par les Arabes cJfe-harakât 
au pluriel, du mot j£>* hara/cat , qui signifie mouvement, 
parce qu'elles donnent le mouvement, le son aux lettres; et 
par les Malais u ^ bàris, mot qui signifie ligne, rang de sol- 
dats; ou encore oU^° senjâta, ou armes, probablement à 
cause de leur ressemblance avec des lances mises en arrêt. 

L'usage de ces caractères est très-peu commun chez 
les Malais; cependant ils s'en servent dans les citations du 



DES ÉLÉMENTS DE L'ÉCRITURE. 21 

Coran ou des écrits qui lui servent de commentaires, dans 
les noms de personnes, de lieux, ou d'objets peu familiers, 
enfin dans les mots dont l'orthographe est la même, mais 
qui se prononcent différemment. Ces signes vocaux sont 
au nombre de trois, qui portent en arabe les noms de 

às^ 5 fathah , ^i kesrah et à*o dlammah; et en malais les 

noms de ^b^^ èâm di-âtas , a^lo ^^ te^'s di-bâwah 

et ^S|a*o ^^jlj èâm di-hadâpan. 

Chacun de ces signes a deux sons différents. 

20. Le AsC 3 fathah, ou ^b ^b èarâ di-âtas, est un 
trait qui se place au-dessus de la lettre. 

Le premier son du fathah est celui de a, par exemple, 

dans J& kakaL éternel; ->£ pada, à, vers; ^io^ tampat, 
lieu, place. 

Le second son du fathah est celui de e ouvert, par 

exemple, dans la première syllabe de «_ilS genàp, complet; 

( j^y besï, fer; *-xô dendam, désir; ainsi que dans la plu- 

*♦ f" •*" "' 

part des particules comme £5 perg, £* mer?7, ^ ôer, J ter. 

2L Le'A^-S- kesrah, ou a^lo a ^jL 6âm di-bâwah, est un 
trait qui se place au-dessous de la lettre. 

Le premier son du kesrah est celui de i, par exemple, 

dans P-xi-> clindirg, un mur; ^f^T" xinxin, un anneau. 

Le second son du kesrah est celui de e fermé, comme 

o o 

dans J?tè pâték, esclave: Jflw nmék, aïeul. 

22. Le <w dlammah, ou ^SU*o ^L &âm di-hadâpan , 
a la forme d'un petit ^ , qui se place au-dessus et un peu 
en avant de la lettre. 



22 GRAMMAIRE MALAISE. 

Le premier son du dlammak est celui du u (ou), comme 

dans j-xil undur, se retirer; j£>\ witwy, chance; Jâlï tantut, 
recherché; etc. 

Le second son du dlammah est celui de o, comme dans 
J-xi pondok, auberge; JxS gondok, goître; etc. 

23. Dans les radicaux de deux syllabes, lorsque la pre- 
mière est ouverte et brève, elle est généralement affectée 
àufathah et doit, par conséquent, avoir le son de a ou 
de e. On trouvera cependant dans le dictionnaire quelques 
mots dans lesquels cette syllabe est supposée avoir* un 
autre signe, comme ^ xumar, sale; j+^jumù, rassasié; 
j^^jumur, séché. Mais il est à remarquer que cette pro- 
nonciation, qui est celle de Malacca et de Pulo-Pinang, 
et aussi celle indiquée par Marsden, n'est peut-être pas 
générale. En tous cas, dans ces mots et quelques autres 
assez rares, elle doit être considérée comme une excep- 
tion à la règle, (v. note F à la fin de la grammaire.) 

24-, Lorsque l'un des signes vocaux affecte une lettre 
qui, dans la même syllabe, est suivie d'une lettre faible 
en repos dont le son est homogène à celui du signe, cette 
lettre faible se joint au signe vocal et en prolonge le son, 
formant ainsi une syllabe longue. 

Dans la transcription du mot nous marquerons cette 
syllabe longue par un trait sur sa voyelle. Ex.: jsk târgan, 
main; oU mata, œil; d^> tiga, trois; J^.1 ïtUj ce, cet; 
u-o dèsa, village; O^j buta, aveugle; ^y^ hutan, forêt; 



^i 



£*>y bàhorg, mensonge; J^l obat, médecine. 

Si la lettre faible était précédée d'un signe vocal 
hétérogène, il en résulterait une diphthongue , comme on 
Ta vu plus haut (§§ 4, 17). 



DES ÉLÉMENTS DE L'ÉCRITURE. 23 

25. Quelquefois on trouve ces signes vocaux redou- 
blés sur une syllabe; cela indique qu'un n doit être ajouté, 
c'est-à-dire que le fathah prend -le son de an, le kesrah 
celui de în, et le dlammah, celui de un; p. ex., dans le 

mot Xïsz. qui deviendra »x*< muliammadan , x>< mukamma- 
cun, x>< muliammadun. Cette forme, qui ne se rencontre 
que dans des mots arabes, est nommée ^^ tanwm, ainsi 
que l'exprime la phrase malaise suivante: y> a ^ CJ\ ^ty^ 
e>W Ay\ Ji\j&i y\ 6j\iù y\ a ~j'b tanwïn Itu bâris dûa di- citas 
âtaw di-bâwah âtaw di-hadàpan itû-lah namâ-na, ce on 
nomme tanwin deux lignes (signes vocaux) au-dessus ou 
au-dessous ou en avant d'une lettre??. 

26. D'après cet exposé de l'emploi et du rôle des 
voyelles, on comprendra ce que nous avons déjà dit, la 
difficulté de lire correctement les écrits malais, à moins 
d'une connaissance assez approfondie de la langue. 

En effet les Malais employant rarement les signes 
vocaux dans leurs écrits, et chaque consonne étant sus- 
ceptible de recevoir chacun de ces trois signes, il en ré- 
sulte que deux consonnes réunies (forme d'un grand 
nombre de radicaux) peuvent par l'application de ces 
signes, avoir neuf combinaisons différentes, et si on em- 
ploie le pj^jezm, que nous verrons plus loin, elles peuvent 
en avoir douze. 



Ei 



N VOICI UN EXEMPLE. 



»—o tabu 


*-^j* tabi 


<— J taba 


> 

w%; tibu 


<— v7 tibi 


^y tib a 


«— o tubu 


<--o tubi 


- ? 

t-^j" tuba 


o 9 

»—J tub 


»-^> tib 


y-^j tab 



24 GRAMMAIRE MALAISE. 

Ainsi tout mot composé de deux lettres peut avoir 
deux syllabes, mais il peut quelquefois n'en avoir qu'une. 

IV. 

DES SIGNES ORTHOGRAPHIQUES. 

27. Les signes orthographiques dont nous avons à 
donner ici l'explication sont au nombre de six et se nom- 
ment: pj*. jezm ou jazam, -u medd ou *x* meddak, JuOcJ 
tesdïd, J-o^ wesl ou àLoj weslah 1 àJ+& hamzah et S&\ argka. 

28. pj*- jezm, jesm ou jaz'am, selon la prononciation 
malaise, signifie coupure. Les Malais le nomment <jU ^jIj 
baris mâti, ou 3U X3 tanda mâti: ib u^j*l> û>b O^'^jl ^) pJ>* 
e>W (JU Xj"yl jjU ^rihy^ a ^V jcizam Itu artï-na keràt dân 
iâ-ïtu dalam bahdsa malâyu bâris mâti âtaw tanda mâti 
namâ-na, «le jazam signifie 'coupure' et, en malais se 
nomme bâris mâti ou tanda mâtin. Sa forme est " ou °. 
Placé sur une lettre, il indique qu'elle est muette ou morte, 
c'est-à-dire dépourvue du son vocal qui, sans cela, pour- 
rait être supposé la mouvoir et la rendre capable de pro- 
nonciation: clans ce cas, cette lettre ne sert quà terminer 
la syllabe produite par la lettre précédente et sa voyelle, 
formant ainsi une syllabe mixte ou fermée, comme dans 

^o Jcat, Jî tien, j£*z parggil, C*s? lanjut. 

Ce signe peut être mis sur toutes les lettres capables 
sans cela de recevoir une voyelle (dont il est la négation). 
Mais les Malais ne s'en servent que rarement, et ne l'appli- 
quent surtout jamais aux lettres faibles, sur lesquels ce- 
pendant son emploi serait quelquefois utile, au moins sur 
<_$ et j, en écrivant certains mots, comme dsy bûwat, 

o - 

fait, et A-^ sïyarg, .jour, qui sans le jezm pourraient Otvc 

- •> 
pris pour Oy buta, aveugle et £-**» slrga, lion. 



DES ÉLÉMENTS DE L'ÉCRITURE. 25 

29. x* medd ou &x* meddah (^) signifie prolongement. 
Les Malais ne l'appliquent ordinairement qu'à l'I: il indique 
la présence de deux alifs, l'un mobile pour porter le signe 
vocal, et un second comme lettre de prolongation du son: 
comme les règles de l'orthographe ne comportent pas 
cette répétition de la lettre, on n'écrit qu'un alif marqué 
d'un meddah, comme dans yj âyer, eau, J\ âpi, feu. Les 
Malais font aussi très-peu usage de ce signe; ils écrivent 
habituellement un alif seul, ou bien ils remplacent le 
premier des deux alifs par a, comme dans: ^^ habis 
pour ^1 àbù, fin, <jj& hâri pour <jj\ âri, jour. 

Il y a une autre forme du meddah , nommée cJT-u 
medd âlf qui consiste en une ligne verticale, en forme 
d'un petit alif placé au-dessus des autres lettres, dont la 
réunion l'empêche d'occuper la place que le grand ! tien- 
drait dans la ligne ; ainsi on écrit ^«^ pour ôU>^ rahmân, 
miséricordieux. 

Cette seconde forme, sous le nom de J-ol -X* medd asal, 
se place au-dessus du ,j terminant un mot; ce cas, du reste, 
ne se rencontre que dans des mots arabes, comme dans 
^y> musa. Moïse, l j~f- Isa, Jésus, JW taalà, le Très-Haut. 

Enfin le meddah se trouve quelquefois sur des abré- 
viations, comme ^^ pour ^À^j sa-surgguh-na, certaine- 
ment; * p pour P%y\ aJIp aleilu sselâm, qu'il repose en paix: 
c étant lettre initiale du premier mot, et » la finale du second. 
(v. note H à la fin de la grammaire.) 

30 e -Xj-XiJ tesdïd, signifie renforcement, et se forme 
ainsi: ~. Son office est de doubler la lettre sur laquelle 
il se trouve. Dans ce cas, le premier son s'unit à la lettre 
précédente, tandis que le second, avec la voyelle qui lui 
est propre, forme la syllabe suivante, comme dans a«; tam- 
mat : fini, à^-jennat, le paradis. 



20 GRAMMAIRE MALAISE. 

Le tesdïd, peut s'appliquer à toutes les lettres fortes, à 
l'exception de ê, £•, ^- et e>, qui forment par elles-mêmes 
des sons qu'il ne serait pas possible de redoubler sans 
cacophonie. On peut aussi l'appliquer à ^ et j. Quand il 
se trouve sur une de ces deux lettres, la première partie de 
la lettre ainsi redoublée reste en repos et forme une syllabe 
longue avec la lettre précédente, tandis que la seconde 

partie devient mobile, comme dans: 9y buwanj , jeté, £-*> 

c * * 

tïyarg, pilier, O^ buwat, fait, k-j tiyurg, nom d'un oiseau, 

-?. 
ôy tuioarij monsieur. 

Si le signe vocal qui appartient à la lettre affectée 
du tesdïd est un fathah ou un dlammah, ce signe vocal se 
place au-dessus du tesdïd, comme on vient de le voir dans 
£2 tammatj ç-J? tïyun/. 

Dans les mots dérivés, lorsque la lettre qui, dans le 
radical, prenait un tesdïd, est suivie d'une lettre faible en 

repos, elle cesse de prendre le tesdïd: ainsi Cy bûwat fera 
ji\y buioàt-an, que l'on prononcera buwâ-tan ; £-~*> szyarg 
fera ^£Uf ka-siyârg-an, que l'on prononcera ka-siyâ-rgan. 
La même chose aura lieu dans les radicaux, où <j et ^ 
sont suivies d'une lettre faible en repos : ^\$ Jcuwâsa, force, 
^Uj biyâsa, habitué. 

Du reste, nous devons dire que cet exposé de l'usage 
du tesdïd, bien qu'il soit enseigné dans les écoles malaises, 
est purement théorique- car les Malais ne s'en servent 
presque jamais, vu que leur langue, comme la plupart de 
celles de l'archipel Indien, ne comporte généralement pas 
l'existence de deux consonnes de suite, à l'exception des 
nasales et des liquides. D'ailleurs, comme le remarque 
Marsden, les règles de l'application de ce signe supposent 



DES ÉLÉMENTS DE L'ÉCRITURE. 27 

un raffinement de distinctions orthographiques inventé pour 
une classe de langues avec laquelle le malais n'a aucune 
analogie, ni presque rien de commun. 

On remarquera même que, dans les mots cités ci-dessus, 
l'orthographe p^j biiwarg, 4-J Uyarg, O^ buwat, ôy hcwan, 
représente moins correctement la prononciation malaise 
que p^j buwa-rg, £-? tiyarg, O^ bawat, ôy tuwan, lesquels ne 
donnent à la première syllabe que le signe vocal affecté à 
la première lettre du mot, et portent la lettre faible, non 
doublée, dans la syllabe suivante. 

Lorsque ^ est précédé ou suivi de la voyelle i, et ^ de 
la voyelle u, comme cela a lieu dans les exemples ci- 
dessus, la prononciation est aussi bien représentée, au 
moins pour une oreille française, par la voyelle seule, en 
supprimant la semi-voyelle, de cette façon: buarg ou bûarg, 
tiarg ou tïarg, bûat, tûan, Jj\> bâik, O^ lâut, avec l'avantage 
d'une transcription plus laconique et plus simple. Aussi 
c'est la forme que nous avons généralement adoptée dans 
notre dictionnaire malais-français, et celle dont Marsden 
avait déjà fait usage dans son dictionnaire malais-anglais. 
(v. note G à la fin de la grammaire.) 

31. J-oj wesl ("*), écrit et prononcé aloj weslali par les 
Malais, signifie jonction. Ce signe est particulier à ! initial, 
qui pour lors devient absolument muet, de manière que le 
son de la dernière voyelle du mot précédent, s' unissant 
avec la consonne suivante, les deux mots se fondent l'un 
dans l'autre; du reste, cette combinaison n'a guère lieu 

que pour l'article défini Jl al ou et. Ex.: *3lfllJvJ tammatul- 

°>>°~ 9 a 9 
kalam, fin de l'écrit; ^-^l^-jj ràlmlkudus, le saint esprit; 
y . s* 9 - 7 ' ^ 

0^1 (5^y ibraliimii laminii^ Abraham le croyant. 



28 GRAMMAIRE MALAISE. 

Lorsque deux noms sont joints par le weslah, l'article 
prend celle des trois voyelles que demande le cas auquel 
se trouve le premier nom, c'est à dire que si ce nom est au 
nominatif, l'article prend la voyelle u et devient ul: s'il 
est au génitif, l'article prend la voyelle i et devient il: si 
le nom est à l'accusatif, l'article prend la voyelle a et 
devient al. Ex.: 

Nominatif: Cj^t^^j^A ^««'/wSbwwwc, le chef des croyants. 
Génitif: O^*^ ^~ o/mlri 1 Inmminïna , du chef des croyants. 
Accusatif: Cf^^jt^ amwdlmïiminïna, le chef des croyants. 

De plus, les mots qui commencent par une lettre solaire 
(§ 18), et auquels est joint l'article, perdent dans la pronon- 
ciation le pi lâm de l'article, et dans ce cas on redouble 
la lettre solaire. Ex. : 

Nominatif: ^\ ^S kùàbit nnabi) le livre du prophète. 
Génitif: ^Jl <^U> hùâbïnnabi, du livre du prophète. 
Accusatif: ^j^\ (w>U3 kùâbdnnabi, le livre du prophète. 

De même ôUs-JI érralimân, clément. &>-J\ crraliïm, 
miséricordieux. 

Nous ferons cependant remarquer que ces règles, 
scrupuleusement observées par les Arabes, le sont beau- 
coup moins par les Malais, et que le plus souvent l'article 
reste al ou el. (v. note I à la fin de la grammaire.) 

32. ^ hamzaJi (*) , le plus usité des signes ortho- 
graphiques chez les Malais , est un appendice de Yalif 
mobile, ou ber-bâris , et il accompagne ordinairement sa 
voyelle supplémentaire: il en est la marque représentative 
ou bien le supplément et, en son absence, il se met en 
face de la lettre précédente. Telle est, en effet, l'extrême 
connexion qui. suivant les grammairiens, existe entre le 
hamzah et Yalif mobile ou ber-baris. que celui-ci prend lui- 



DES ÉLÉMENTS DE L'ÉCRITURE. 20 

môme le nom de liamzah, ce que les Malais expriment ainsi: 
e>^ cJl ^o\j\ ^JjïïL. &\f &^*> u^iJi J'r*' «lorsqu'il (l'alifj a un 
signe vocal, on le nomme hamzah, et lorsqu'il n'eu a pas, 
on le nomme alifv* 

Le hamzah se place aussi bien au-dessus qu'au dessous 
-, i 

de Yalif, p. ex., ^1 ab, ^J\ ib, ^J\ub. Dans ce cas, son office 

semble n'être que d'indiquer que Yalif est mobile, et sa 
présence n'est par conséquent pas absolument nécessaire, 
puisque le signe vocal suffirait alors; aussi les Malais 
l'omettent ils ordinairement. 

Chez eux le principal emploi du hamzaJi est d'indiquer 
l'élision d'une voyelle, ou d'empêcher un hiatus, ce qui 
arrive lorsque deux voyelles se suivant doivent être pro- 
noncées séparément; le liamzah fait alors l'effet de notre h, 
aspiré. Ex.: ^^ka-âtas, C^iJS ka-ampat, ô"\e>^J pe-karjâ- 
anr y^ sa-ïkor, {J^*$ ka-matï-an, ^J-^\^ per -anti-an, Pjj-^ 
sa-brarg, ^JLj sa-ûleh, ô>y\akû-an, J~!£>^ marika-itu, comme 
s'il y avait kahàtas, kahampat, pekarjâhan, etc. 

Il arrive cependant quelquefois que, lorsque le liam- 
zah est précédé d'une des deux lettres faibles ^ et j en 
repos, et que cette lettre faible est elle-même précédée 
d'une voyelle homogène, on supprime le liamzah, et on 
double la lettre faible par le tesdïd. Ainsi, on écrit: 
(y^ kamudîyan, pour J^-t^S kamudz-an- 0$^* sa-kalïyan, 
pour ^liC sa-kali-an : Ojl* halûwan, pour 0^1* halû-an. 

Lorsqu'une des deux lettres c£ et ^ doit être répétée 
dans une syllabe, la première partie étant mobile et la 
seconde en repos, on peut remplacer la première par un 
hamzah. Ainsi, on écrit jl** mayïnan ou j^y* maman, de 

* AV. Robinson. Proeve tôt opheldering van de gronden der maleische spelling, 
pag. 86. 



30 GRAMMAIRE MALAISE. 

^jU main ou mâyin: j^> baytki ou £i èaifc', de JjIj &êû%,* 
ô*jj* bawû-an ou ô*^j baû-an, de ^ ftâwm ou 6â&. 

Les grammairiens veulent que l'on emploie le hamzali 
pour remplacer Y\ initial qui, dans la formation des mots 
dérivés, a disparu, comme JJUJL merg - umj)at , de JJU1 
umjpat, jXi^^ merg-unjuk-kan, de JsCl unjuk] et aussi 
pour remplacer fc supprimé dans la formation de certains 
dérivés, comme -çj-** mergarja, de -^-J karja, ?^J^* merger- 
l.inj, de &} kerlirg. C'est la règle qu'ont suivie les traduc- 
teurs de la Bible. Toutefois cette pratique est en contra- 
diction avec la prononciation, et on ne la trouve dans 
aucun auteur malais.* Aussi ne l'avons nous pas admise 
dans notre dictionnaire malais-français. 

Les Malais joignent quelquefois le hamzali à la der- 
nière voyelle d'un mot, bien qu'exprimée par une lettre 
faible, qui alors ne sert qu'à indiquer le son; dans ces 
cas, ils le nomment hamzali mâti, comme 1& pour «Jk bâpa 1 
^Vpour ^kàki. 

Quelquefois aussi on l'emploie pour indiquer que la 
lettre faible qui termine le mot remplace le J fc, comme 
dans LU marna, pour JÀ^mâmak-, tf^kàka, pour JpK kakak) 
JjU dâtU) pour J?b âàtuk, jpl àdi\ pour Ji\ âdik (§ 17). 

Enfin les Malais l'emploient encore pour marquer 
certaines abréviations, comme dans J^sta *Ij ta-dâpat, pour 
Jita Aj tlàda dâjpat, ,jij~> "\s tà-sûdi, pour jiy i\f tiâda stcdi. 

33. d&\ argka (T), ou le chiffre arabe 2, employé 
comme signe orthographique, dénote que le mot auquel il 
est appliqué, quoiqu' écrit une seule fois, doit être doublé 
ou répété en parlant. Ex.: XjjAt bcùk-bâik , très-bien; X^J> 
pûtih-pûtih, très-blanc; VjJI ânak-ânak, des enfants. 

:|: v. tul-X^C- AjJ5o» MkàJyat abduïïah, p>-ij ,_>£**> Oy^ makôta segala râja, 
a\j ^j^ à->yx>- hikâijal srl râma, ^jLjJj ^«w %iwr bidasâri, etc., etc. 



DES ÉLÉMENTS DE L'ÉCRITURE. 31 

Dans les mots dérivés, le radical seul doit être répété: 
V^lUî" men-jâlan-jâlan, marcher beaucoup, marcher avec 
continuité; \cSjfk* merg-gigit-gïgû , mordre à différentes 
reprises. 

Cependant si le mot dérivé est un nom, et si le re- 
doublement indique le pluriel, le mot dérivé doit être 
répété tout entier. Ex: T^èS ■perg-amjpu-perg-ampm , des 
tuteurs, de^l ampu; K^£& targgûrg-ari-targgwg-an , des 
fardeaux, de A^j targgurg. 

Si le mot dérivé a une ou plusieurs particules suffixes, 
le signe de la réduplication se place entre la partie primi- 
tive du mot et les particules. Ex.: &ï^jj rûmah-rûmah-na, 
leurs maisons, c>t Jj! ânak-ânak-na, ses enfants. 

On comprend que le signe du redoublement ne doit 
s'appliquer à un mot, que quand le second membre a la 
même prononciation que te premier, comme dans les 
exemples cités ci-dessus; mais on ne pourrait pas employer 
ce signe, si le second membre devait avoir une autre ortho- 
graphe et une autre prononciation que le premier. Ainsi 
on ne devrait pas écrire ,jX^)\e^jalan-jdlan-i^ car on donne- 
rait par là une très -fausse idée de la prononciation qui 
doit être jàlan-jalân-i; il faudrait donc écrire <j.>U^W 
en un mot lié ou, en deux parties, <j^ JW- jàlan-jalân-i. 
(Voyez ce que nous disons à l'article du redoublement 
du radical (§ 51). Voyez aussi la note A à la fin de la 
grammaire.) 

V. 

DES SYLLABES. 

34. U£ hijâ ou *f\ ïja, qui signifie lettre de l'alphabet, 
a aussi en Malais le sens de syllabe, et U=*** merg-hjâ, 
mettre en syllabes ou épeler un mot. 



32 GRAMMAIRE MALAISE. 

En malais, toute syllabe, soit au commencement, soit 
au milieu, soit à la fin d'un mot, doit commencer par une 
consonne, c'est-à-dire par une lettre forte, eomme^ 
besàî'j cXkâta] ou par une lettre faible, mais alors en 
mouvement ou ber-beiris , comme dans la première syllabe 
de C^^\ abat, ô^ yamtïtan 1 C^ warta] dans la seconde de 
{yykàyin, Cj'^S kdioat, dans lesquels on voit que \ est pour 
A, et ^ et ^ pour y et w. 

Quant aux mots dans lesquels \ seul forme une syllabe, 
comme dansai âyer, ^\ âjar,j\ âku : on remarquera que 
le meddah, qui se trouve au-dessus de Xalif 1 indique que 
celui-ci devrait être double, et que ces mots devraient 
s'écrire j\\ , y^W , j>\\ , le premier alif étant considère 
comme en mouvement, et le second comme en repos, ou 
comme indice de prolongation du son: ces mots répondent 
alors à^jA*, ^^, §^ , où le premier alif est remplacé 
par A, ce qui se fait quelquefois comme dans A ou/l*>, 
J\ ou j>\±> , et aussi dans cJ-jI ou <Ju~*> , J>j\ ou Jy> . 

Dans la plupart des mots malais où I forme une syl- 
labe, il devrait être marqué d'un meddah, mais cela est 
loin d'être l'usage, les Malais se servant très -peu des 
signes orthographiques. 

35. Les syllabes se divisent en syllabes ouvertes et 
syllabes fermées. On nomme syllabe ouverte, ou pure, 
celle qui se termine par une voyelle, p. ex., les deux syl- 
labes de C^L'âta, 3^ tïga, la première âejfgdàr, et de 
J-& ka/pàl. 

Une syllabe ouverte est brève ou longue. Elle est 
brève, lorsqu'elle est formée d'une consonne ou d'une lettre 
faible mobile et d'une voyelle, comme û ba, Cj ti\ -> du, 
fa, 3 au, 3 wi* Elle est longue, lorsqu'elle est formée 
d'une consonne ou d'une lettre faible mobile, d'une voyelle 
et dune lettre faible en repos, ou prolongeant le son, 



DES ÉLÉMENTS DE L'ÉCRITURE. 33 

comme la première syllabe de oU mata , y^ strii, £y 
tûkarg. 

Rien n'indique d'une manière bien certaine quand une 
syllabe doit être longue, et quand elle doit être brève. 
Cependant d'après la tendance générale et le génie de la 
langue on peut établir les deux règles suivantes. 

l"' e Règle. Une syllabe ouverte pénultième d'un mot 
est ordinairement longue. Ex.: cJfkâta, ^>j\ abat, çh bâ- 
targ, ô^tïga, *}j*bûka 9 Jt'A antàra, Jl£i" tatkâla, ^ykuwâsa, 
jA*o kotzka, £->jf~ kaxûburg. 

De cette règle il faut excepter: 

1° les syllabes qui ont un son vague et incertain, comme 
dans^-~-> besàr, Jju kapàl, J^ bethl ) *L" telàh. 

2° Les mots qui primitivement n'étaient que d'une syllabe 
et qui s'en sont adjoint une seconde pour devenir disylla- 
biques, comme u ~*\ amas, de a -« mas: J& lialey, de J ley. 

3° Certains mots étrangers, comme ôjf kàrana, X*L 
mânikam ) £k* mâligey. 

2 ème Règle. Une syllabe ouverte finale d'un mot est 
ordinairement brève; on en voit des exemples dans plu- 
sieurs des mots donnés ci-dessus. On peut ajouter Jfi'kâli, 
,j~£ Jcïsî, y\> bâtu, ytf Icâmii, dans lesquels le «_$ et le j 
finales ne sont pas lettres de prolongation, mais indicatives 
du son (§ 16). 

De cette seconde règle il faut excepter les mots où la 
pénultième est ouverte et brève. Car alors la finale ouverte 
doit être longue, comme dans^-^ serû, <Sj~* sè? ? ï 7 <4/3 pu- 
terïonputrï, ^J^ nagerï ou nagrï, \J£pnterâouputrâ(§ 16). 

On nomme syllabe fermée ou mixte celle qui est for- 
mée de deux consonnes, dont la première a une voyelle, tan- 
dis que la seconde en est privée par la présence du jazam, 

comme sont les deux syllabes de CJUï tampat et de J£^ 

3 



34 GRAMMAIRE MALAISE. 

parggil, la première de ^ tantu, la seconde de s^Sol gfoz£. 
La seconde lettre de la syllabe fermée peut être <_$ ou ^ 
clans l'état mobile, et alors il y aura diphthongue, comme 
dans la seconde syllabe de Jw pâkey et de yj> karbaio 
(§§ 4, 17). 

Aucune syllabe fermée ne peut avoir de lettre de 
prolongation du son. Il faut en excepter les deux mots 
OJ>])wi et ôb dâ)i. 

Il est clair que nous ne parlons ici que des mots de 
la langue, et non clés mots étrangers. On trouve dans les 
écrits malais un assez grand nombre de mots arabes et 
persans qui ont conservé l'orthographe quils ont dans 
leurs langues respectives et dans lesquels se trouvent des 
syllabes fermées, ayant une lettre faible en repos, comme 
dans *%>\ islam, J^ rasûl, { y^>\ arrân, etc. (voyez note H 
à la fin de la grammaire.) 

VI. 

DE L'ACCENT. 

36. L'accent en malais est très-faible et se fait peu 
sentir: il ne consiste pas, comme dans plusieurs autres 
langues, à appuyer plus fortement, ou à prononcer d'un 
ton plus haut la syllabe sur laquelle il se trouve, mais 
bien à prononcer plus lentement cette syllabe, qu'elle soit 
ouverte ou fermée. 

La tendance générale mais non absolu de la langue 
est de placer l'accent sur la syllabe pénultième; voici à 
cet égard les règles les plus universellement admises. 

Pour les radicaux: 

1'"' Kègle. Si la syllabe pénultième est ouverte et 
longue, ou bien si elle est fermée, c'est sur elle que tombe 
l'accent, comme dans P^ pâdanj, CÀ$ kïlat, jy bûmi, 
tàmjHtt, y£ jpïntu. 



DES ÉLÉMENTS DE L'ÉCRITURE. 35 

2^ mo Règle. Si la syllabe pénultième est ouverte et 
brève, l'accent tombe sur la finale, comme dans ^> berï, 
2j~* serû, (Jy^ xereij 1 p^ serarg, Aj bèlàm,^ benàr. 

3 eme Règle. Lorsque la dernière syllabe commence 
par la lettre P, Werndly dit que l'accent peut se placer 
ou sur la pénultième, ou sur la dernière syllabe; mais il 
nous paraît plus naturel de la placer sur la pénultième, 
ainsi ^co dergar, **i t erg ah. 

4z ème Règle. Les mots de deux lettres, comme ->! ada, 
iZ**. xita, 3* maka, étant supposés (selon Robinson et 
autres) avoir le tesdïd sur la seconde lettre, la première 
syllabe doit être considérée comme fermée, et par consé- 
quent avoir l'accent, comme s'il y avait adda, xitta, makka. 

Quant aux mots dérivés au moyen de particules suf- 
fixes, l'accent se place ou sur la pénultième, ou sur la 
syllabe où il se trouvait dans le radical. Ex.: j£.3Ul* men- 
dapàtkan ou mendàpatkan, de Jib dàpat: ô^c^/ karajà- 
an, ou karàjâan, de -^\j raja; ^Ll^ membinàsakan , ou 
membinàsakan, de a ^ binàsa* 

* J. J. de Hollander, Handleiding bij de beoefening de Maleische taal en 
letterkunde, pag - . 23. 



36 GRAMMAIRE MALAISE. 



SECONDE PARTIE 

DES MOTS. 



CHAPITRE PREMIER. 

DE LA FORME DES MOTS. 

Les mots de la langue malaise, quant à leur l'orme, 
peuvent se diviser en deux classes: les radicaux ou mots 
primitifs, et les dérivés. 

I. 

DES RADICAUX. 

37. Par radicaux ou mots primitifs, nous entendons 
tous les mots indigènes ou naturalisés, même ceux qui 
ont déjà subi quelque transformation ou quelque compo- 
sition, soit dans les langues d'où ils sont tirés, soit dans 
le malais même, pourvu qu'ils ne se soient pas encore 
adjoint une des particules préfixes ou suffixes ou qu ils 
n'aient pas subi quelqu'une dc^ modifications, qui, comme 
nous le verrons plus tard, forment les mots dérivés. 

La plupart des radicaux malais, surtout quand ils 
sont indigènes, sont de deux syllabes: ^y^ màkan, J5y 
pûkul, P-^ pâdarg^ ^U- jâlan, t^c*. jâwuh, P-xô dindirg, 
J£*j tinjgal, ^-~ j besàr, etc. etc. 

Quelques mots qui, dans la prononciation, paraissent 
quelquefois être d'une syllabe, à cause d'une liquide que 



DE LA FORME DES MOTS. 37 

l'on rend eoalescente avec une antre consonne, peuvent être 
considérés comme avant deux syllabes, comme ^y (bri) 
berïj ^ (bll) belï, C>y (bràt) beràt 1 ^yj (kràs) keràs, etc. 

Il y a bien en malais quelques radicaux d'une syllabe, 
mais ordinairement les Malais les rendent dissyllabiques, 
en les faisant précéder de \ a. Ex.: ^«1 amas de a ~« 
mas; A anàm de x- nam; £~>\ aghrg de £& gurg. Quelquefois 
ils les font précéder de /2, au lieu de \ a, comme J>* 
halèy, pour J ley : AU» halàrg, pour £l fo-K/. 

Si le monosyllabe commence par une labiale, alors 
à 11 on ajoute pour l'euphonie la nasale de cette classe, 
comme CA*\ ampat, de C3/pat; j-^l ernèun, rosée (du jav. 

38« Quant aux radicaux de trois syllabes ou plus, ils 
viennent pour la plupart du sanscrit ou de l'arabe ou de 
quelques autres langues étrangères, comme p. ex. du 
sanscrit U ^J> perkàsa, l$^J> perxàya, J$j> porkâra, J&\ 
upàya, ^y\y kuwâsa, Jj^kexâpi, j\xS kandâra, (Jy karu- 
nïya, etc.; de l'arabe Lô duniyà, ePU=^ jumâdi, yj^\ 
iktiyâf, l*~b tebiat, ï*\y keràmat, etc.; du persan j>\iy 
sûdâgar, C~&palîta, (jj^xS kandûri : \jè>M nâkodci, etc. 

On trouve cependant en malais quelques mots indi- 
gènes de trois syllabes, comme 4jI^ binâtarg, ^y^ betzna, 
^$\j~> serâya, J^^kelarggdra: mais ces mots sont très rares. 
Il arrive plus souvent que les mots malais de trois 
syllabes sont formés de mots primitifs de deux syllabes 
que l'on fait précéder de 1 ou a, comme ç-^\ anïburg, de 
«_^ nïburg, nom d'un palmier; <dl alintah ou <d* halintah, 
de tâ lintah, sangsue; y y» liarïmaw, de yj rîmaw, tigre; 
ùfej* harïrgan, de j*i j rtrgan, léger. Lorsque la première 
lettre du mot appartient à une classe qui a une nasale, 
ÎM ou l'a s'adjoint cette nasale. Il en est de même pour 



38 GRAMMAIRE MALAISE. 

quelques mots qui prennent une troisième syllabe au 
moyen de la lettre ^ s et de la voyelle a ou e. Ex.: 
cJjjL! ampûua, de e>y pûna; J^-^ sendiri, de ^o c/zn; 
^j^ sambûnij de 3^ Jwm. 

39. Les Malais forment aussi des mots de trois sylla- 
bes par l'interposition d'une liquide / ou r et d'une voyelle, 
comme J*)k telâpak, la paume de la main, de Jfctàpak', 
j-?£^ telunjuk, l'index de Jff^ tunjuk, indiqué: ç-^S gelem- 
burg* enflé, de £-J> gembarg, id.: JaJjf kerennut , grincer les 
dents, de ^j^> keniïut, grimace. 

Les mots malais formés de cette dernière manière 
présentent ordinairement un sens fréquentatif ou d'inten- 
sité, et sont une imitation du javanais (v. Gram. Jav. 116). 
Tels sont ^JtJfkelûpaS) entièrement écorché, de L /-3y kûpas, 
écorché; JJuiw silïdik^ cherché partout, de J-x-w sïdik, 
cherché; J^J^- xerâxak. tout marqué de petite vérole, 
de <3^V ŒêKcafc, piqué; ^jj gerïgi, garni de dents, et J^ 
geligi, claquer des dents, de j^> g?g, i, dent. 

40. Une autre manière d'ajouter une troisième syllabe 
aux radicaux a lieu par l'interposition de * précédé d'une 
voyelle entre la première consonne du mot et sa voyelle. 
Ex.: tjjS gumuruh , tonner, de *jj> gûruh, bruit sourd: 
«Lji gemïlarg, briller, de £LJ \ gîlarg, brillant; Ojy temûrun, 
descendre, de ôjy tûrun, là.^jSgumetàr, trembler, de J^ 
getàr, tremblant. 

Cette forme est encore une imitation du javanais, où 
ces mots ont un sens de verbes neutres (§ 125). (v. Grain. 
Jav. 90.) 

Quelquefois les radicaux dont Les mots de trois syllabes 
sont formés ne sont plus en usage, comme ^.<r ginxir, d'où 
y/i ^ gelinxïr, glisser; £U^ kuMirg^ entouré, vient aussi de 






DE LA POEME DES MOTS. B9 

*iy kidirg , qui se retrouve dans plusieurs langues do la 
même famille, mais qui n'est pas usité en malais. 

41. Quant aux radicaux de deux syllabes, les Malais 
font souvent d'un premier mot, par un simple changement 
de voyelle, un second, auquel ils donnent un sens qui a 
quelqu' analogie avec le sens du premier, comme on le voit 
dans les mots Ay gtduig. un rouleau, et ^y gïdi.rg, *^y ber- 
gûlirg, se rouler; <sSè\ argkat, pris, enlevé, et C&s\ argkut, 
porté sur le dos: a^L basait , mouillé, et àJj bâsuh, lavé; 
j£«j bargkak, enflé, gonflé, et J&* bergkok, tortueux ; J-*-*J 
borgkak, orgueilleux,, et JxJb biirgkuk, courbé, bossu; ^j 
rebâti, tomber, et aj^j rûbuh, s'écrouler; £>L sârarg, un 
nid, et è>L sârmy, un sac, une gaîne; ai tambah) augmen- 
ter, et àJ: tumbuh, croître, pousser. 

La même opération peut se faire au moyen d'un 
changement de consonne, comme JJ^I ûlat, ver, et Jj\ iïlar, 
serpent; C^kâbiit, brouillard, brume, eij^kabur ou ^y 
kàbus, jour faible, sombre; u^pU liârgat, chaud, brûlant, et 
^r^ hârgus, brûlé; jsk târgan, la main, et ^i lârgan, la 
main, le bras. 

42. D'ailleurs, la langue malaise est parlée sur une 
étendue de pays si considérable , et par des races si 
diverses, qu'elle a, comme beaucoup d'autres langues, ses 
provincialismes, ses variations et altérations, soit dans la 
prononciation soit dans l'orthographe. Aussi , un même 
mot avec la même signification a pris plusieurs formes, 
et se trouve écrit avec des éléments différents; c'est ainsi 
qu'on trouve ^&^ siksa et ^jJà siksa, châtiment; SJ.^ sejpït 
et ^a^. xej)}tj pincé; J^w sargka et S&=>~ jargka, opinion; 
}y* sulur etjjr^jûlu?', rampant; JUT gombala et Jw kom- 
bâla } pasteur; ^j~& fîjpis et ^J^ nïjpis, mince; à^hre.sïh ou 
berszli et i^J> -presili ou persîh, pur, propre. 



40 GRAMMAIRE MALAISE. 

Quelquefois l'altération se fait même au milieu d'un 
mot, comme dans A-j^ xâbarg et 9^xcvwarg, une branche; 
^V jabot et O^U. jâwat, touché. D'autres fois ce change- 
ment se fait eu fermant une syllabe ouverte au moyen 
d'une nasale ou vice versa, comme tiy* mulali ou £*« mun- 
tah 1 vomir; ^ kuntum ou }£ kûtum, un bouton de fleur; 
jïj Ititar ou^>J luntar, jeter; 3^* manjka ou jU maka, or; 
^*»\ nmpat et J-^l tipat , calomnié; j^- xûkil et j&*^ 
xurykil) forêt, poinçon. 

Le J final d'un mot est quelquefois remplacé par la 
voyelle, comme Ji\ âdik ou ^\ àcli, jeune frère; J-^" tin- 
dik ou ^Xï tindi] ^y^kâkak ou ^f k'dka 1 frère aîné; J-fCl 
enxlk ou jf\enxl, maître, monsieur (§ 17). Cependant, dans 
ce cas, la voyelle finale est assez ordinairement accom- 
pagnée d'un liamzah: ainsi: Jjsf\ enxlk ou *«jf^ vnxi] J^^> 
rnabuk ou *y\«mâbu, ivre; j£\ ânak ou *U â?2<2, enfant (§ 32). 

D'autres fois le J final est remplacé par a; ainsi: Jf*lj" 
tabek, *^s tàbé ou *>lï tâbeh, salut. 

43. Les contractions sont aussi très -fréquentes en 
malais. Les mots de deux syllabes sont quelquefois réduits 
à une par contraction; jJ ku pour J>l âku, je, moi; * mu 
pourvu kâniUj tu, toi, vous'^y kaw pour^X-tl argkaWj tu, toi. 

D'autres fois les mots de trois syllabes sont réduits 
à deux, comme ^L sciya pour ^l^ sahâya, serviteur; ^-L 
soja pour -?\^ sahàja, intention; j\c>> xcuja pour <3^ xa- 
hâya, clarté, lumière ; ,j& feZ^ pour c$-^ tàkâdi^ tout à 
l'heure; jijl»- .rârz pour JlA^ xahâri, cherché. 

La contraction se fait même dans des mots plus longs 
eneore ; comme J».bagïya pour Jv bahagïya, heureux; Xw 
sanda pour XA^ sakâyanda, je, nous; jyr yamtûwan pour 
ùy^ïfayarg dlpertawan: ^ou ^-w pour ^^Câ^w sasurgguh^ 



na, certainement. 



DE LA FORME DES MOTS. 41 

II. 

DES MOTS DÉRIVÉS 

44. Les mots dérivés sont ceux qui, à l'aide de 
règles fixes et générales, se forment des radicaux. Cette 
formation se fait de trois manières différentes. 

1° Par l'application des particules préfixes ou suffixes, 
ou par les deux ensemble. 

2° Par la réduplication du radical. 
3° Par la réunion de deux mots. 

I. APPLICATION DES PARTICULES. 

45. Les particules préfixes sont: * me, «J> pe, jJ ka, ^ 
sa, -> dîjj» ber, J-> hel,J ter, J> per, J-5 pel, -i) ku et J> kaw. 
Les particules suffixes sont: o- an, & i, \y kan, .il ku, 
p mu, e> fia, a! lali, & kali, & tah. 

Nous n'envisagerons ici que la manière dont ces par- 
ticules se joignent aux radicaux, et les changements 
qu'elles leur font subir dans leur orthographe et dans 
leur prononciation. 

Quant au nouveau sens qu'elles donnent aux mots, 
nous en parlerons en traitant des parties du discours. 

1° PARTICULES PRÉFIXES. 

46. p me et <Jpe. Ces deux particules, en se plaçant de- 
vant les radicaux, s'adjoignent ordinairement une nasale, de 
sorte que p me devient £* merg, ^* men, ^ men ou t mem, 
et J> pe devient £s p>erg, J? pen, jS pen ou J pem, selon 
la lettre initiale du radical. Voici les règles à suivre pour 
l'adjonction de la nasale. 

l ère Règle. Prenez la nasale de la classe de la lettre 
initiale du radical. 



42 



GRAMMAIRE MALAISE. 



2<-me Règle, gj j a lettre initiale du radical est une 
forte, retranchez-la. 

3 ême Règle. Si la première lettre du radical est une 
nasale ou une semi-voyelle, employez les particules • me 
et ci pe, sans nasale. 

4 ême Règle. Lorsque le radical commence par une 
voyelle ou par à h, prenez la nasale 9 rg. 

£ême Règle. Avec la sifflante ^ s, prenez la nasale 



e> n : et retranchez u * 



Remarque. Avec la classe des palatales, on emploie 
plus ordinairement la nasale n des dentales, que c> /7, 
et dans ce cas la forte -^ se conserve. 

On va voir l'application de ces règles dans les 
exemples ci-après. 



cX> hâta, parole. 
^jujp gâris, marqué. 
Pjl£ rgârwrg , ronflé. P 



OvAo meigâta. 
^ujlC»,* mety-gâris. 
•jU* me-rgâruiy. 



<jj^ xahariy cherché, ijj\^ men-œahâri. 



jaga 



ffardé. 



JL uala , flamme. 

&j3 târuh, placé. 
Jz>ï dergar, écouté. 
JJÔj nanti, attendu. 

J5y> pïthul, frappé. 
jjy hïiru } chassé. 
ivoU mâsuh, entre. 

<*J\j râba , taté. 
^ji lârij courir. 



jJUî -0 men-jaga. 
JLo me-nala. 

A;llo menâruh. 

^,pjû* men-deigar. 

TJl* me-nanti. 

y>j£ memukul. 
jjyf mem-bïiru. 
'yX? me-mâsuh. 

<*J\j> me-râba. 
c£j3L rne-larï. 



DE LA FORME DES MOTS. 43 

Cjjj warta, rapport. ^-Oj* me-warta. 

JUl.p| âiykat, enlevé. JïSAx* merg-arghat. 

^y\ âdu, exposé. ^.xjLo meiy-âdu. 

JUXjI ïkutj suivi. JU.X.JU meiy-ïkut. 
tej\ ïcjpah, gages. ôSyk* meiy-ûpah. 

Jl.& lillivj couler. J^£» merg-hllir. 

JAaLo scoyka, imaginé. JyJL* menargha. 
u^oLj sâkit ; malade. C^> L* rrienàkit. 

On trouve quelquefois la lettre initiale forte conservée, 
comme ^lif mem-punâ-i, de &y pùna. Cela arrive sur- 
tout dans des mots étrangers, comme jf^Ul* men-taktr- 
kan, retarder quelque chose, de yj>^ takïr ', retard; ^*£j\Z» 
men-twrik-kan , fixer une date , de £jt târtk , date, chro- 
nique (§ 47). 

D'autres fois la lettre douce est retranchée, comme 
&y? memûnuh, pour àl^e mem-bùnuh, de ^ bûnuJi 1 tué; 
is&Amenergar, pour Jï^men-dergar, de ^co dergar, écouté. 

On trouve aussi quelquefois la nasale ë rg devant la 
semi-voyelle^ w, comme Cy\yU merg-wâris, pour C>j\y 
me-wâris, de 4^j wâris^ héritier. Mais on comprend que 
ce sont là des exceptions ou des idiotismes. 

47. Quant aux mots qui commencent par une lettre 
exprimant un élément étranger, on pourrait dire en géné- 
ral, que la particule prend la nasale de la classe dont cet 
élément étranger se rapproche le plus ; mais une règle 
aussi vague pouvant laisser des doutes, il vaut mieux 
indiquer pour chacune de ces lettres la nasale que l'usage 
a consacrée. 

vl» s, ts. Cette lettre étant le plus souvent prononcée 6' 
par les Malais, prend comme celle-ci la nasale e> n, et 



44 GRAMMAIRE MALAISE. 

quelquefois aussi ô n. Ainsi, on trouve j£ol^> men-sabii- 
kan et j£jL> menabit-kan, établir, fixer quelque chose, de 
J^olj sâbit : rixe. 

9- h. Les Malais ne donnant pas à cette lettre l'as- 
piration qu'elle a en arabe, elle prend, comme a h. la 
nasale 9 rg. Ex.: j\X^* merg-hukum-kan, juger, con- 
damner, de S^ hukum, jugement. 

v- A;, prend ?? et conserve le <*- , bien que lettre forte. 
Ex.: ^f^<^ men-katan-kan , circoncire quelqu'un, de ^>^ 
katan, circoncision. On trouve cependant jfZ. me-kabar et 
j*& pe-kabar de^&- kabar^ nouvelle. 

S 0, cZs, se rapprochant des dentales, prend n. Ex.: 
^SJJJl* men-dzaïïl-kan, rendre vil, de J-b dztdil, vil. 

j s, prend aussi la nasale ô w. Ex.: Ju*>!^ men-zâhid- 
kan : de -x*>!J zahid, ermite. 

^ s, prend le d> ;7, comme ^ s. Ex.: J^nr* menahïd- 
kan, rendre témoignage de q. eh., de -x-^i sahïd, témoin. On 
trouve cependant jXl^^U men-sart-kan, de J^-i $ar£, règle. 

^ s, prend w. Ex.: ^C*Lal© men-salïb-kan, crucifier, 
de «~Juo sa/sé, croix. 

^ /, t//, prend o n 1 comme dans jxL*,^> men-dlaïf- 
kan, affaiblir, de ^S+*^> dlaîf, faible. 

i> £, prend w, en conservant le t. Ex.: J^lLl* #&ett- 
tahir-kan, purifier, de ^b tâhir, pur. 

)ô if/, prend O n: jf>lku men-tlâlur-kan, manifester, de 
^>Ui tlâhir, clair. 

p a/w, prend le ? rt/, comme représentant une voyelle: 
JCÏ'jUjU merg-âdat-kan] établir des usages, de Joie- a,l<ii. 
usage, coutume. 

£ g, prend 9 rg : ^Cili^ merg-gâlib-kan , rendre victo- 
rieux, de ^Jlt #â#è, victoreiux. 

•jy, prend » m: {f^r*t mem-Jitnàh-kan, calomnier, de 
tà fitnàh, calomnie. On trouve aussi ^ me-fehem, con- 



DE LA FORME DES MOTS. 45 

naître, de *&> feliem, connaissance; et JjV memârik, distin- 
guer, de jjsfàrikj distinctif. 

J &j étant une gutturale, prend le ç- rg ; mais le J, 
quoique lettre forte, est conservé. Ex: jLoji** merg-hudus- 
kan, sanctifier, de a ^' hudus, saint. 

Remarque. Les exemples précédents peuvent servir 
pour la particule <J pe, comme pour la particule » me, la 
règle étant la même pour les deux. Cependant, il faut en 
excepter les cas où <J pe est pour J> per ou J^pel, car 
alors <J pe ne prend pas de nasale; c'est ainsi que l'on 
trouve ù>jyf& pe-kubûr-an, pour ùjj^J per-kubûr-an, sépul- 
ture, (v. note B à la fin de la grammaire.) 

48. ,lJ ha. Cette particule doit être accompagnée d'un 
hamzali toutes les fois que le mot auquel on la joint com- 
mence par un alif, et si cet alif est mobile , il disparaît. 
Ex.: J-aJj ka-ampat, de JJLI ampat, quatre; l)jj^3 ha- 
undùr-an, de>xi| undur, se retirer; ^^5 ka-ïijar de iy ^^\ 
ïijar, répondu. La même opération euphonique se produit 
quand on joint ensemble les deux mots &i^> marzka et JU>I 
Itu, que l'on écrit JXlSo^ marika-ïtu, eux, ces gens-là. 

Si l'a&Jf était en repos, il devrait être conservé, comme 
dans ^'u ka-âtas. 

Quand, d'après la nouvelle composition du mot, la 
première syllabe du radical devient brève, Valif devient 
mobile, bien que dans le radical il fut en repos; dans ce 
cas, on comprend qu'il doit disparaître. Ex. : Oj\p> Jca-ayër- 
an, de^jj âyer] cfjJ^ ka-arûrg-an, de èj\ ârurg, retiré en 
arrière. 

Cette règle qui est la vraie, a été suivie par les tra- 
ducteurs de la Bible, par Robinson, par l'auteur du Rama- 
yana, etc. Mais d'autres auteurs malais ont cru que le 
hamzah ne suffirait pas pour représenter deux sons de a 
se suivant; ils écrivent ôj^ ka-âyâr-an, àey\ âyer; <ybO 



46 GRAMMAIRE MALAISE. 

ka-âdâ-an, de s\ ada\ 0*Lu ka-âsâ-an, de U J asa. Cette 
orthographe défectueuse se retrouve dans le Makota raja, 
le CWe Malais, l'auteur de Hikayat dunià, etc. 

^ sa, s'applique au radical, en suivant les règles 
données pour la particule J ka. 

•> dij se terminant par une voyelle, devrait suivre les 
mêmes règles que les deux précédentes; mais on la trouve 
le plus souvent dans les auteurs malais sans le hamzah, 
et ne changeant rien au radical. 

j\ ber, J-> bel, J ter, J> per, J* pel, J ku ai } kaio , se 
placent devant le radical sans en changer l'orthographe. 

Remarque. Selon Robinson et les traducteurs de la 
Bible, lorsque <~> be, <J pe et O te sont employés pour 
j> ber, ^ per,J* ter, la première lettre du mot doit prendre 
un tesdïd; ainsi, selon eux, on devrait écrire et prononcer 
^V^ bep-per-sâlah-kan, accuser quelqu'un, de a)L sâlah: 
Cr^-f peb-belï-an, achat, de J-* beïï] J*l^> tet-teràp-an, de^ 
terap. (v. note G à la fin de la grammaire.) 

2° PARTICULES SUFFIXES. 

49. ê>* an et & i. L'usage de ces deux particules est 
sujet aux règles suivantes. 

l ,re Règle. Si le radical auquel se joignent ces 
particules est terminé par une syllabe mixte ou fermée, 
cette syllabe devient ouverte et prend une lettre de pro- 
longation du son, c'est-à-dire une lettre faible en repos, 
et la consonne finale se porte sur la particule ajoutée. 
Ex. : JjllGL merg-genâp-i, que l'on prononce merg-genâ-pi, 
de iJ&genàp; ^IfeT gerggàm-an, gerggâ-man, de p& gerg- 
gam, le poing. C'est ainsi qu'en français, nous faisons passer 
la consonne finale d'un mot dans la particule que nous lui 
ajoutons pour former un dérivé, faisant se-mi-tique de sem, 
sau-ter de saut 



DE LA FORME DES MOTS. 47 

Si la syllabe qui précède était longue, elle devient 
brève: JoL sàkit, malade, fera J&S ka-sakït-an, maladie; 
Jjy JcûtuJc, malédiction, fera J^£> ka-kutîck-an et J^«* 
mergutuk-i. 

2 ème Eègle. Si le radical se termine par une syllabe 
ouverte, cette syllabe doit toujours prendre une lettre 
faible en repos, suivie du liamzah. Ex.: <>^i per-katâ-an, 
fjte* mergatâ-i, de cJS 'hâta, parole; C>*y^ka-lakû-an, de 
yi lâkuj action; Crt. ka-pujl-an^ de ^J> pûji, louange. 

Cependant, pour les radicaux terminées en <_$ ou j, 
on peut remplacer le liamzali par le redoublement de 
cette lettre: d'où on peut écrire ôylf ka-lakïi-an ou Oy^ 
ka-lakûwan: ^r^- puji-an ou J^pujiyan. Toutefois, cette 
seconde orthographe est très-peu suivie par les Malais, si 
ce n'est dans certains mots où l'usage l'a introduite, comme 
^>±$ kamudïyan, ^^IC sakalïyan , c^ halûwan. Ces mots 
se trouvent toujours écrits sans le tesdïd, les Malais ne se 
"servant presque jamais des signes orthographiques (§ 30). 

Il faut remarquer que si la particule <_$ i était suivie 
d'une autre particule, c'est elle qui prendrait la lettre de 
prolongation du son et formerait ainsi une syllabe longue; 
ainsi de *£ kïrim, envoyé, on fera ^j** mergirzm-i et 
e£*/-> di-kirim-l-iîa\ de cJfkâta, on fera ^"t** mergatà-i 
et aL1oj> di-kata-ï-lah. Si la seconde particule formait une 
syllabe ouverte et suivie d'une troisième particule, la 
longue passerait à la seconde particule, qui deviendrait 
la syllabe pénultième. Ex. : JLIlïo di-kata-i-nâ-lali. Il n'en 
serait pas de même avec la particule ô* an : parce que 
celle-ci se terminant par une consonne, ferme le mot. Ex.: 
Ay'téf per-katû-an-mû-lah. 

Dans les radicaux qui se terminent par une diphton- 
gue, c'est-à- dire par <j ou ^ en mouvement, précédés 
d'une voyelle hétérogène, et dès lors équivalent hyetw, la 



48 GRAMMAIRE MALAISE. 

dernière syllabe du radical étant fermée et devant devenir 
ouverte par l'application de la particule (l ère Règle), alors 
le ^5 ou le j devront se joindre à la particule. Ex.: de jtè 
pakey^ on fait ^fâ pakêyan , àe^ kïlaw, Oy$> kilâwan. 
Mais cette règle n'est pas toujours rigoureusement obser- 
vée, et on trouve souvent dans les auteurs malais ô*Jf 
LiJaw-an, 0*j£ liijaw-an. 

50. J> Jean, .il Jeu, ? wu, u» fia, a1 lah. & kah. ^ tah. 
l ere E ègle. Lorsque le radical auquel ces particules se 
joignent est terminé par une consonne, c'est-à-dire par une 
syllabe fermée, ces particules ne changent rien à son ortho- 
graphe. Ex.: j5jlO| argkat-kan, de c£s\ argkat. levé; jAiil 
ânak-kU) Jû\ cmak-miu ^\ ânak-na, de J^'l ânak. enfant; 
aI^jI ïkut-lah, &£A ïkiU-kah. t£&\ ïkut-tak. de c£»\ ïkut, suivi. 

2 èmé Eègle. Lorsque le radical se termine par une 
syllabe ouverte, cette syllabe prend une lettre faible en 
repos et devient longue. Ex. : J> \ZÈ pintâ-kan, jJl^ pintâ-ku, 
X^> pintâ-mu, ^ pintd-kak, de £^ pinta, demande. 

Si la pénultième syllabe du radical était longue, elle 
devient brève. Ex.: J>^3 katà-kan , de cJS kâta; J^i^ir^ 
xaharî-kan, de ■ <JL;W xahârii ^jJs^ jadï-kan : de ^s^^jàdi: 
^iyé. kixù-ku, pf> kîxû-mii. &>jsL kixïc-ua. ^jâ. kirîi-kah, de 
j^~ fecw, trompé. 

Il faut remarquer que les particules jJ &w, * ?t&m et e> 
ïïa formant des syllabes ouvertes, doivent devenir elles- 
mêmes longues, si elles sont suivies d'une autre par- 
ticule. Ex.: aIjCïuI ânak-kû-lah , de Jf»1 ânak, enfant; aIIj-» 
kuda-nâ-lah , de if kùda, cheval. 

Si, après la particule J> form, vient une autre par- 
ticule formant une syllabe ouverte, et que cette seconde 
particule soit suivie d'une troisième, c'est la seconde par- 
ticule qui devient alors une syllabe longue, parce qu'elle 
se trouve pénultième. Ex. : aILj llk di-katâ-kan-nâ-lah. 



DE LA FORME DES MOTS. 49 

Voici quelques exemples de mots dérivés au moyen 
des particules, avec le système d'orthographe que nous 
avons admis et indiqué ci- dessus. 

De Ou hâta: 

O^y her-kâta, 
oKj ter-kâta } 
Olo di-Jcâta, 
Ol*-« mergâta, 
àVCA* meiyatâ-lah, 
^lliLo mergatâ-i, 
^J> \lx* mergatâ-han, 
«dljllSjj her-hatâ-han-lah y 
àlLlSlo^ dz-katâ-kan-nâ-lah, 
A^iLj l^jb dï-per-katâ-kan-nà-lah-kak, 
ô*tâ/> per-katâ-an, 
àIL^U^s per-katâ-an-nâ-lah. 

De *~^-^ w#«^ : 

o^.jj^j ber-ûxap, 
i^j^iic merg-uxajp, 
cX*^.jta ch'-ûxaj), 

JU^° ///. (?/?/- « as Sp - &j 
^Las^"» rneïg-uxap-'i-lahj 
^ouL&»jb di-ïïxap-ka?i-na, 
A)L>.X.ftT>.jb di-Tcxap-kan-îlâ-lak, 
jSoL^jj^b dï-per-uxap-kan } 
"^y^ ])e r iy-Tixap, 



^pU^ perg-uxap-an, 



<n< * 



a-uxa_p-an, 



50 GRAMMAIRE MALAISE. 

De j£> dekht: 

J^o-^j ber-dekat, 

S$>J>y ter-dekàt, 

Sàj>ù di-dehatj 

Jlo_\lo men-dekht, 

àLjjIo men-dekht- la h y 

J^oLxlo men-dekât-t, 

^-yjSX.* men-dekat-kan , 

àILlSJj^ di-dekat-kan-uâ-lah , 

Cf i^ per-dekàt-an, 

,jyfâ ka-dekàt-an. 

De <-^j rïipa: 

d\sj rupâ-na, 
<-*jj> be-rUpa y 
^y \3^> me-ritpà-kan, 
ÀiJ la^Af mem-pe-rupâ-kan-lah, 
<*^jj^j sa-rûpa, 
*-^^ ?nena?°ïïpa, 
^llyw© meîiarujpâ-ij 
aLI^o menarujpa-i-lah y 
^J> IS^* menarupà-kan, 
à)Lo IS^* menarupâ-kan-nâ-làh. 

II. RÉDUPLICATION DU RADICAL. 

51. Le plus souvent on trouve cette réduplication in- 
diquée par le signe V argka, dont nous avons parlé (§ 33). 
Ex.: V^U hâbù-hàbù, ^ Pj^ hàdarg-kâclarg. Les gram- 
mairiens disent qu on peut aussi écrire les deux membres 
et même les joindre comme ne faisant qu'un seul mot. 



DE LA FORME DES MOTS. 51 

Pour nous, il nous semble que toutes les fois que les 
deux membres devront avoir la même orthographe et la 
même prononciation, il est plus simple et préférable d'in- 
diquer le redoublement par le signe X argka. Mais toutes 
les fois qu'en écrivant les deux membres, l'orthographe 
et la prononciation devront changer, il est plus correct 
d'écrire les deux membres en entier. C'est l'opinion de 
W. Robinson et de A. A. E. Schleiermacher. D'après ce 
principe, voici les règles qui présideront à l'orthographe 
des mots redoublés. 

1° RADICAL ISOLÉ. 

Si les deux syllabes du radical sont ouvertes, toute 
syllabe longue doit devenir brève dans le-premier membre. 
Ex. : J-MSJ laki-lâki. de j ï laki: rr^j raja-raja, de >-]; raja: 
cXJ$ kata-kàta, de cJ^kâta. 

Lorsque la syllabe finale est ouverte et longue comme 
dans jj~o serû, j^ bërï, la prononciation semble demander 
qu'elle soit conservée longue dans le premier membre, et 
dans ce cas la réduplication pourrait s'indiquer par le 
signe X : X^j^j serû-serïi, Xj;y berï-berï. 

Si une des deux syllabes est fermée, les deux membres 
conservent la même orthographe et, par conséquent, la 
réduplication peut être indiquée par le X argka. Ex.: X u *j$ 
gâris-gâris , XtjJ\ brarg-brarg , X ^Sh paksa-paksa. A plus 
forte raison, si les deux syllabes sont fermées; V<Jtx£j targ- 
kaji-targkap. Quelquefois on répète seulement la première 
consonne du radical avec la voyelle a. Ex. : jj>j> kura-kûra, 
ou jyS ka-kûra ; ^j$3 Iaki-làki, ou J^U la-lâki. 

2° RADICAL AVEC UXE PARTICULE PRÉFIXE. 

Avec une particule, le radical seul se répète: XôSyf 
mem-bûnuh-bwiuh, de àlj> bimuh, tué. 



52 GRAMMAIRE MALAISE. 

Si la lettre initiale du radical est une forte, et si cette 
lettre forte a disparu par l'application de la particule avec 
une nasale, la nasale se conserve dans le second membre. 
Ex.: ÇjlèsyU* mergârarg-rgârarg, de ïJS'kàrarg: ^y&$* me- 
muji-mûji) de ^y pûjL 

W. Robinson dit que la même chose arrive lorsque le 
radical commence par une voyelle (I alif), mais cela ne 
paraît ni exact ni conforme à l'usage. Dans ces cas voici 
les règles à suivre. 

Si le radical qui commence par une voyelle, se ter- 
mine aussi par une voyelle, alors la nasale se conserve dans 
le second membre, pour faciliter la prononciation, et éviter 
l'hiatus qui se rencontrerait, comme^«i*« mergelu-rgëlu, de 
)\ élu; ^l£-x«* mergada-rgâda, de ->! ada. 

Mais si le radical qui commence par une voyelle, se 
termine par une consonne, la nasale ne se répète pas dans 
le second membre, cela n'étant pas nécessaire pour faci- 
liter la prononciation, qui, dans ce cas, serait plus dure et 
plus difficile avec la nasale que sans elle. Ex. : <jU-^U« 
merg-àmat-amât-i , de ^\ âmat\ ïj\&* merg-âlir-âlir, de J\ 
ediv] XC^Jk* merg-ûgut-ûgut, de w^l ûgut. 

Lorsque la particule préfixe se trouve dans le second 
membre, le radical ne change pas d'orthographe dans le 
premier. Ex.: pj&* Pjl^ou ^^J^kàrarg-mergcirarg. 

3° RADICAL AVEC PARTICULE SUFFIXE. 

Quand le radical est suivi d'une ou de plusieurs par- 
ticules suffixes, le second membre suit les règles que nous 
avons données pour l'application des particules suffixes 
(§ 49). En voici quelques exemples: 

jyjS hida-kûda. 
e>|jSjo kuda-kudà-ua. 



DE LA FORME DES MOTS. 53 



J^O dosa-dosa. 



e>U»-X**o dosa-dosd- 



/ta. 



Ol£-l^ ber-kata-kâta. 
^ji llVJj^ ber-kata-katâ-kan. 
^Xy-u buui-bûui. 
^j-*j«jj buui-buîa-an. 
\y&-> laki-lâki. 
^aX-Kj laki-lakï-ïïa. 
r^yUw jâlan-jàlan. 
(i^l^'lc»- jalan-jalân-i. 

V ^jSs panjgil-pa/iygil. 
)SxsiKàèù di-p myg il-p anjgll- i. 

VJ^M ïkut-ïkut. 
^j^J.'.xj^ ber-ïkut-ikût-an. 

Lorsque le radical se termine par une consonne, on 
peut lier les deux membres , ou bien les écrire séparé- 
ment, comme font plus ordinairement les Malais, ces deux 
manières d'écrire ne changeant rien à la prononciation; 
ainsi: (J^U^lc- ou ,J3U. j.!U~ , jSA&fâ&i ou J^ J^->; mais 
on peut toujours lier les deux membres ou les deux 
mots dans la transcription jalan-jalân-i, di-parggil- 
parggll-i (§ 52). 

Si la réduplication peut s'indiquer par le V, ce signe 
doit se placer entre le radical et la particule. Ex. : 

t^V^l ânak-ànak-na. 

e>Vpjj) oraoy-oraiy-na. 

e>t^c teman-teman-îîa. 

e> V Jx*^ di-pmygil-pa/iygil-ïïa . 

(v. note A à la fin de la grammaire.) 



54 GRAMMAIRE MALAISE. 

Comme il était ici nécessaire d'exposer un système 
d'orthographe pour la réduplication des radicaux, nous 
avons donné celui qui nous a paru le meilleur. Mais les 
Malais n'ont jamais établi de règle bien fixe à ce sujet; le 
plus ordinairement ils indiquent la réduplication par le V , 
et quand on trouve les deux membres écrits en entier, 
c'est souvent de plusieurs manières différentes, même dans 
le même auteur. 

III. RÉUNION DE DEUX MOTS. 

52. Les règles à suivre pour joindre ensemble deux 
mots sont à peu près les mêmes que nous avons données 
pour écrire en entier les deux membres dans la rédupli- 
cation du radical. 

Si le premier mot se termine par une syllabe ouverte, 
il ne doit conserver aucune syllabe longue. Ex. : ^sJ^* 
mata-hâri, le soleil, de oU mata, œil, et de ^jj^ hàri, jour; 
jl^> haru-hâra, tumulte, de jjU hàru, trouble, et J&> hâra, 
désordre; ^^ suka-xita, de ^ij^sûka, content, et J^. xita, 
sensation. 

Si le premier mot se termine par une syllabe fermée, 
il conserve son orthographe dans la composition. Ex.: 
Jfj» Jiy^- xerey-berèy, disséminé, de ij^xerèy, séparé, et de 
,jj> berey, dispersé. Pourtant, au lieu de <J\yJ^Jo bârary- 
xiâjja, on trouve souvent (mais incorrectement) <-*^~^ 
barary-siàpa. 

Les deux mots formant un composé peuvent, comme 
on vient de le voir, se réunir, en subissant les change- 
ments prosodiques que nous avons indiqués; mais ils peu- 
vent aussi, comme les radicaux répétés, rester séparés et 
avec leur forme primitive: on les trouve indifféremment 



DU SENS DES MOTS. 55 

employés de l'une et de l'autre manière dans les auteurs 
malais. Toutefois on peut, ainsi que pour les mots répétés, 
joindre daus la transcription par un trait les mots qui, 
réunis, ne forment qu'une seule expression (§ 51).* 



CHAPITRE SECOND. 

DU SENS DES MOTS (PARTIES DU DISCOURS). 



I. 

SENS DES RADICAUX. 

53. Un mot radical exprime en malais une idée géné- 
rale, qui est ensuite particularisée par l'emploi des par- 
ticules préfixes et suffixes, ou par la place qu'il occupe 
dans une phrase. De même, dans les langues indo-euro- 
péennes, une idée première, exprimée par le thème, est 
particularisée par les préfixes et les désinences, ou par 
les rapports que ce mot peut avoir avec d'autres mots. 

En malais, tout mot renferme une signification qui 
comprend le verbe être, et signifie être quelque chose. 
Ainsi *} kùda, cheval, signifie «être cheval ?? ; C~Ajfjcûda 
ïtu, ce cheval, ou, «ceci est un cheval». £j> jpûtih, blanc, 
signifie «être blanc n ; tiy J^jl -y kûda itu pûtih, ce cheval est 
blanc" (§ 114). 

Il en est de même des mots qui ont un sens verbal: 
J-»l ambil, que nous traduisons quelquefois par «prendre??, 
et quelquefois par «être pris??, pourrait être considéré, à 
proprement parler, comme n'étant ni l'un ni l'autre, mais 

* Schleiermacher, Grammaire maïaie 35. 



56 GRAMMAIRE MALAISE. 

indiquant l'action exprimée par le mot, à l'actif ou au 
passif, et pourrait se traduire par ce le prendre» ou «le être 
pris?? , et, dans le génie de la langue, c'est plutôt ce dernier 
sens (§ 164). 

Il est vrai que souvent on traduit cette forme par l'actif, 
et on dit J-«IJn âku ambil, je prends ; f&\ J~ol ambil arg- 
kaw, prends, toi. Aussi beaucoup d'Européens, qui parlent 
le malais assez correctement, pensent que le verbe malais, 
dans cette forme, est effectivement à l'actif; mais c'est une 
erreur, provenant de ce que, habitués à nos tournures 
européennes, ils considèrent le verbe par rapport à son 
sujet, tandis que les Malais le considèrent au point de vue 
de la chose faite. Nous verrons la tournure malaise en 
traduisant mot à mot les phrases suivantes: J~©l ajui JUjI c^ 
toary îtu sudah ambil, cet argent a été pris; 9y bX^ ^A Pj 
warg ttu sudah bûwarg, cet argent a été jeté. Sans changer 
les mots de ces phrases, ajoutons-y un pronom personnel, 
y! âku, je, ou ,j\ ta, il, et nous aurons: J-.oWjuuj!| C~A è^ 
warg ztu âku sudah ambil, que nous devrons littéralement tra- 
duire par: ce cet argent a été par moi pris?? ; è-y a-Xw ji\ J^A s^ 
warg ztu la sudah bûwarg, ce cet argent a été par lui jeté??. 
D'où l'on voit que J~*l ambil et 9y bûwarg ne signifient 
pas «prendre» et «jeter??, mais plutôt «pris?? et «jeté??, et 
pourraient se traduire: «le pris par moi??, ou «de moi??; 
«la chose jetée de lui?? ou «par lui??. 

Il y a cependant certains mots dont le sens verbal 
indique l'état du sujet, comme Jy dûduk, être assis, 
demeurer: J^ ,j\ la dûduk, «il est assis, il demeure?? ; il en 
est de même de ,jji làri. ^$ji ^\ia lâri, «il est courant, il 
court??, non comme action, mais comme état, le verbe être 
étant toujours sous-entendu. 

Les pronoms eux-mêmes sont toujours supposés ren- 
ferme le verbe «etre??.Ju âku, «je, moi??, signifie aussi: «je 



DU SENS DES MOTS. 57 

suis , moi être » ; $s\ argkaw , tu es : ,j\ m, il est. Ainsi on 
dit^— j^pI argkaw besàr, tu es grand; aly ^! m pûtih, il 
est blacn. 

54. De plus, un mot, sans changer de forme, peut être 
pris comme substantif, adjectif, verbe, ou comme appar- 
tenant à quelqu'autre partie du discours. Ainsi J^L sâkit, 
signifie, non seulement «malade??, mais aussi «être malade», 
«devenir malade» et «maladie». JoL ç-j^brarg sâkit, «une 
personne malade». JoL ,j\ ta sakit, «il est malade» ou «il 
devient malade» ; ^jL* sakit-iia, «sa maladie». JoU sakit, 
sera donc substantif, adjectif, et même verbe, et, dans ce der- 
nier sens, il répondra au verbe latin œgroto, ainsi S$\~jJ>\àku 
sakit, J^oLjXpI argkaw sâkit, w^L ^\ la sâkit, est absolu- 
ment le latin œgroto, œgrotas, œgrotat. ^IU- jâlan, «route» 
signifie aussi, «être en route, voyager»; -^} karja, «tra- 
vail», «être travaillant», «travaillé»; Jfàjpàpa, «pauvre, 
être pauvre, devenir pauvre» et «pauvreté». 

On pourrait donc dire qu'en malais le radical est un 
élément abstrait, ou une idée morte; mais qui s'anime, et 
exprime une pensée, lorsqu'il se trouve en rapport avec 
un autre mot. S'il est joint à un sujet agissant, il de- 
viendra verbe , avec un sens actif; s'il est joint à un objet 
recevant l'action, il sera verbe passif; s'il est joint à un 
objet pouvant recevoir une qualité, il sera adjectif; s'il est 
régi par un substantif, il sera un nom. 

Il ne faut pas cependant croire que cette propriété 
qu'ont les radicaux malais d'appartenir à différentes parties 
du discours, nuise à la clarté de la langue. Nous avons q. ch. 
de semblable dans nos langues européennes. Ainsi il y a, en 
français, un bon nombre de mots qui, dans la même forme, 
sont substantifs et adverbes, comme quand nous disons : 
«cette propriété est bien grande, c'est un beau bien» ; adjec- 
tifs et substantifs, comme: «un homme riche, le riche doit 



08 GRAMMAIRE MALAISÉ. 

faire du bien»; verbe et substantif, comme: ^manger, et le 
manger» : verbe neutre et actif, comme: -«descendre d'une 
hauteur??, et -«descendre quelque chose??. Au reste, en 
malais comme dans nos langues, le doute ne peut avoir 
lieu que quand le mot est isolé ; car, dans le cours d'une 
phrase, la place qu'il occupe, en en faisant connaître le 
sens, indique aussi à quelle classe de mots il appartient. 
Quant aux mots dérivés, leur forme indique plus clairement 
encore à quelle partie du discours on doit les rapporter. 
Après ces notions préliminaires, sur les mots malais, 
nous allons voir ce qui dans cette langue répond à cha- 
cune de nos parties du discours. 

55. Bien que la division des parties du discours, 
comme elles sont traitées dans nos langues européennes, 
ne convienne pas exactement à la langue malaise, cepen- 
dant, pour nous mettre plus à la portée des personnes 
auxquelles cet ouvrage est destiné, et pour indiquer, aussi 
clairement qu'il nous sera possible, comment nos parties 
du discours sont représentées en malais, nous prendrons 
la division suivie dans notre grammaire française, et nous 
parlerons : 

1° de l'article; 2° du nom; 3° du pronom; 4° de 
l'adjectif; 5° du verbe; 6° de l'adverbe; 7° de la préposi- 
tion; 8° de la conjonction; 9° de l'interjection. 

II. 

DE L'ARTICLE. 

56. Il n'y a pas, à proprement parler, d'article en 
malais; c'est-à-dire, il n'y a pas de mot qui réponde par- 
faitement à notre article français le, la, les, pris dans un 
sens indéterminé. «La maison?? se rendra, en malais, par 
**jj rûmali: «le pays?? par ^Sy^ nagrï. 



DU SENS DÉS MOTS. 59 

On trouve, cependant, en malais, quelques mots qui 
peuvent remplacer l'article, surtout quand il est pris dans 
un sens déterminé. 

Le premier est &> yarg. Ainsi on dit *JIj A> yarg bâpa, 
le père; ^\j £> yarg raja, le roi; jky v-~**> g yarg liamba 
tûwan-ku, le serviteur de monseigneur. 

^y] ïni : *^A ïtu remplissent les mêmes fonctions; mais 
ils se placent ordinairement après le nom , et quelquefois 
même à la fin de la phrase. Ex. : &h à-Xw CJ\ pj^i brarg ïtu 
suclah dâtarg, les gens sont arrivés ; ,jji g Jo! if kûcla ïtu 
yarg lâri, le cheval qui court; CJ\ -^[^j J>»1 J^ segala ânak 
raja-râja ïtu, tous les fils des rois. 

^ si remplace aussi l'article pris dans un sens déter- 
miné. Ainsi on dit: l5jj^ 9 c ^ u sïpen-xûrî, le voleur; <Jù\J ^ 
sï-penâdicp, le marchand de toddi. Mais ^ s'emploie sur- 
tout devant les adjectifs pris substantivement. Ainsi: ^ 
SJtXc^ sï-jàliat, le méchant; -J3U- ^ sï-xelàka, le misérable; 
jf& ^ sï-burgkuk, le bossu (§ 93). 

III. 

DU NOM. 

57. On peut, en malais, diviser les noms en deux 
classes. La première comprend les noms simples, et la 
seconde, les noms dérivés. 

I. DES NOMS SIMPLES. 

Les noms simples sont ceux qui dans leur état pri- 
mitif, c'est-à-dire dans leur état de radicaux, ont une 
signification nominale, comme: Pj^l brarg, personne; <Ujj 
rùmah, maison; iy kïida, cheval; <JL bâpa, père. 



60 GRAMMAIRE MALAISE. 

II. DES NOMS DÉRIVÉS. 

Les noms dérivés sont ceux qui sont formés de mots 
qui étaient déjà des noms, ou qui appartenaient à d'autres 
parties du discours, et auxquels on a joint une ou plusieurs 
particules qui leur donnent une nouvelle signification. 

Les particules qui servent à la formation des noms 
dérivés sont au nombre de trois, à savoir, deux préfixes, 
»J pe et ,i) ka, et une suffixe, o* an. 

L'emploi de ces particules nous conduit à diviser cet 
article en quatre paragraphes. Dans le premier, nous par- 
lerons de l'emploi de la particule préfixe «J pe; dans le 
second, de la particule suffixe o<> an; dans le troisième 
des particules J> pe et ô* an, employées conjointement; 
dans le quatrième, des particules -il ha et o> an, employées 
aussi conjointement. 

1° NOMS FORMÉS AU MOYEN DE LA PARTICULE PRÉFIXE J> pe. 

58« Nous avons vu, en parlant des règles à suivre 
pour l'application des particules » me et iJ pe aux radi- 
caux, les différentes formes que prend celle-ci, qui devient 
f*V er 9i J* P c t~h d>P en i et f pem, selon la classe à laquelle 
appartient la lettre initiale du mot auquel elle se joint 
(§ 46): nous ne reviendrons pas sur les règles données: 
nous parlerons ici seulement du caractère de cette par- 
ticule dans la formation des noms dérivés. 

Les noms formés au moyen de cette particule, que 
l'on pourra nommer noms verbaux, parce qu'ils viennent 
généralement de mots qui avaient un sens verbal, pren- 
nent un sens d'activité, c'est-à-dire, qu'ils indiquent l'agent 
qui fait V action exprimée par le verbe avec lequel ils sont 
formés. Ils répondent à nos substantifs français terminés 
en eur, comme vendeur, acheteur, voleur, professeur, etc. 
Ex. : du radical Jj^jûwal, on fait J^* men-jûwal, vendre 



DU SENS DES MOTS 61 

et Jjs£* pen-jùwal, vendeur; de Jj belï , J-f mem-belï, 
acheter et J-J pem-belî, acheteur; de JL>jV xûri, Jjj^* 
men-xûrij voler et tjjy^ s pen-xuri, voleur; de ^1 ô/ar, 
^l** merg-âjar, enseigner et^^** perg-àjar, professeur; de 
Ojj^ sûrat, C>jj+* meîïûrat, écrire et ^jjf penûrat, écrivain ; 
de a*J âsuk, a^I** merg-âsuhj nourrir et à^\àS perg-âsuh, nour- 
rice. 

59. Il est à remarquer que ces noms expriment aussi 
l'action faite d'une manière active, et pourraient se tra- 
duire par: «le vendre, l'acheter, le voler, l'enseigner, l'écrire, 
le nourrir??. C'est pourquoi, quand on veut leur donner un 
sens qui exprime l'agent du verbe, on leur adjoint ordi- 
nairement un autre nom, comme J^f^ Pjjl ôrarg pen-jûwal, 
un v endeur ; J~J ç-j 3 \ orarg pem-belî, un acheteur; <Jjy?£* pjji 
orarg pen-xùri, un voleur, etc. 

60. De plus, ces noms peuvent encore indiquer l'objet 
ou l'instrument qui sert à faire l'action exprimée par le 
verbe, et répondent ainsi à nos substantifs français ter- 
minés en oir, comme battoir, grattoir, rasoir. Ainsi, de J^ 
pûkul, on fait J^e memûkid, battre et J^J pewiûkul, bat- 
toir ; de jjfgâruk, JjfâL merg-gâruk, gratter et JJjfâ» perg- 
gâruk, grattoir; dej^. xukur , )f£* men- xukur, raser et 
Jjsï* pen-xûkur, rasoir; deyl^ sâpu, J>\^ menâpu, balayer, 
essuyer et ylS penâpu , balai, torchon; de j=^f^ xûxuk, 
Jj>*js£* men-xùxuk, percer et JftJ?^ 9 pen-xûxuk, perçoir; 
de jotè pâdam, joV memàdam, éteindre et joLS pemâdam, 
éteignoir. 

Mais pour bien déterminer ce sens, les Malais leur 
adjoignent ordinairement un autre nom. Ainsi J^J> 9j^\ orarg 
pemukul voudra dire un frappeur et J>£j> ^^/ perkâkas 
pemukul, un instrument à frapper, un battoir, un marteau; 
Jjl5^9 pjj\ orarg perg-gâruk , un gratte ur et JjÊ*â u^^f 



62 GRAMMAIRE MALAISE. 

perkâkas pery-gâruk , un instrument à gratter, un grattoir, 
une étrille; Jysï 5 èjj\ ôrarg pen-xûkur, un raseur, un barbier, 
et J>ff? y~^ pïsaw pen-xûkur, un rasoir ; yli p^l ôranj pe- 
nâpuj un balayeur et yli y& kâin penâpu, un torchon, 
y^ ^^ perkâkas penâpu, un balai, etc. 

61. On trouve quelques-uns de ces noms formés de 
mots qui expriment un état et que nous pourrions appeler 
verbes d'état, comme J^L sakit, malade ou être malade; 
jb* Jiuluj tête, chef ou être chef; >eJ lïma, cinq ou être cinq. 
Dans ces cas, le nom formé au moyen de la particule pré- 
fixe «J pe, indique la cause qui met dans cet état, ou 
celui qui est dans cet état, mais comme sujet actif au agis- 
sant. Ex. : de ^S^ sâkit, être malade, on fait ^^> penakit, 
ce qui rend malade, maladie ; de ^ hûlu, être chef, ^v* 5 
pevg-lûdu, celui qui est chef, commandant; de A lima, cinq, 
être cinq, d^S parg-lïma, celui qui est établi sur cinq, 
qui commande à cinq. 



2° NOMS FORMÉS AVEC LA PARTICULE SUFFIXE ô* an. 

Noms venant de verbes d'action. 

62. La particule suffixe 0* an a un sens passif et 
fait, dans ce sens, ce que la particule préfixe <J pe fait 
dans un sens actif. Celle-ci forme des substantifs verbaux 
qui indiquent le faire de l'action exprimée par le verbe, 
ou l'agent qui fait cette action, ou l'instrument qui sert à 
la faire. La particule suffixe ô> an 1 au contraire, forme des 
substantifs verbaux qui indiquent le être fait, ou ce qui 
est fait, ou l'objet sur lequel retombe l'action exprimée par 
le verbe, et répondent à nos substantifs français formés 
avec la terminaison en ion, comme division, instruction, 
députation, etc.; ou avec la terminaison en ure, comme 
sculpture, écriture, peinture, etc. Ex.: de Jy bahâgi^ on 
fait j\c mem-bahâgi, diviser et Crfr bahagï-an, division, 



DU SENS DES MOTS. 63 

portion; de ^1 àjar, on fait ^^** merg-âjar, enseigner, 
instruire et OjW ajàr-an, instruction, leçon; de J^& han- 
tar, J^*.« meiy-hantar, envoyer, députer et Oj^* liant âr- an, 
qui est envoyé, députation, envoi; de J>^ukïr, J>^ merg- 
ûlcir^ sculpter et o£\ ukïr-an^ sculpture; de ^Jy tïdis, ^^ 
menïdis, écrire et j~p tulïs-an, écriture, peinture; de >*** 
mïnum, x*f me-mïnum, boire quelque chose et <y*y>* minïim- 
mt\ ce qui est bu, boisson; de j tè pâkey, JV memakey, se 
servir de quelque chose, se revêtir de quelque chose et 
j>}S3> pakëy-an, ce dont on se revêt, habit: de ^so dergar, 
^X* men-dergar, entendre, et ôj^o dergâr-an, ce qui est 
entendu, bruit, son. 

Noms venant cl 'adjectif "s ou verbes d'état. 

63. Lorsque ces noms sont formés d'adjectifs ou de 
verbes d'état, ils indiquent la qualité de l'objet, ou l'état 
dans lequel il se trouve. Ex.: de Jfikexîl, petit, on fait jL<f 
kexïl-an, petitesse; de ^'U mânis, doux, [ y^ manïs-an, 
douceur, les choses douces, confitures; de &y kûnirg, 
jaune, ù» kunïrg-an, le jaune, ce qui est jaune, cuivre; 
de ^X^ liampir, proche, O^*** hampïr-an, proximité. 

Noms venant d'autres noms. 

64. Ces noms ont ordinairement un sens collectif ou 
générique. Ex. : de j^ta dâwun, feuille, on fait y^ daioûn- 
an, feuillage; de &y bûwali* fruit, ù*>\j> buwah-an, les fruits 
en général; de y)^ sâyur, légume, ôjyy sayûr-an, les 
légumes en général: de y}f kàyu, bois, ô^ kayû-an, le 
bois en général, les arbres ; de Csji làwut, mer, J>^ lawût- 
arij l'océan, les mers. 

Ces noms ont aussi quelquefois un sens de diminutifs 
des premiers, comme ^vil anâk-an, poupée, jouet d'enfant, 
de JjI ànak, enfant; tf\>\ orârg-an, marionnettes, de pj^\ 
orarg , personne. 



64 GRAMMAIRE MALAISE. 

3° NOMS FORMÉS AVEC LES PARTICULES PRÉFIXE <J pe 
ET SUFFIXE ô* an. 

Noms venant de verbes faction. 

65. Ces noms expriment l'action faite par le sujet 
du verbe; mais cette action est considérée par rapport 
au sujet du verbe, ou agent de l'action, et non par 
rapport au régime: ils ont donc un caractère d'activité. 
Ils répondent aux substantifs verbaux allemands expri- 
més par l'infinitif, et aux substantifs verbaux anglais ex- 
primés par le participe présent. Ainsi de i/ ^\ âjar on fera 
^^l** mery-âjar, enseigner et OjW? 9 perg-ajâr-an, qui sera 
l'allemand das Lehren, l'anglais the teaching, l'enseigner, 
enseignement; de àJtf kâsih on fait *wU« mcrgâsih, aimer 
et { j r ^> pergaszh-an^ le aimer, amour; de ^>y bûnuli, t»y£ 
mem-bùnulï, mettre à mort, exécuter et c^rr^ pem-bunûh- 
an, le tuer, exécution; dejj^j bûru,$jyf mem-bûru, chasser 
et C><2j**9 pem-burû-an, le chasser, la chasse; de **l làbuh, 
àj)L me-lâbuhj jeter l'ancre et j*y)* pe-labuh-an , le jeter 
l'ancre, l'action de mouiller; de ^\j rasa, ^]^ me-râsa, 
sentir, toucher et ô^J> pe-rasâ-an, le sentir, le toucher, 
le goûter, le goût, les sens. 

66. Quelquefois le «J pe prend j r, ou J l, à la place 
de la nasale, et devient J> per ou S$ pel. Cela arrive assez 
souvent, lorsque le verbe d'où le substantif est dérivé a la 
forme des verbes d'état, avec la particule préfixe^ ber. 
Dans ce cas , le sens de cette particule est tout à fait 
changé, et le substantif dérivé indique l'action exprimée 
par le verbe; mais cette action étant considérée sous le 
rapport qu'elle a avec le régime ou l'objet qu'elle atteint, 
et non sous le rapport qu'elle pourrait avoir avec le sujet ou 
agent du verbe, le substantif prendra donc un sens passif 
(§151). Par exemple, nous avons vu plus haut que de ^jy 



DU .SENS DES MOTS. 65 

bûru, on fait jjyf mem-bûru, «chasser?? et O^j^è pem-burïi- 
an , «le chasser, la chasse?? : on fera donc aussi ô^y^per- 
burû-an, «le être chassé, la chose chassée, chasse, le gibier??. 
De { y^\dja?' J on fait ^^«merg-âjar. «enseigner.'? etôj^perg- 
ajâr-an, «renseigner, enseignement?? ; on fera aussi ôj^jjel- 
ajûr-anj «la chose enseignée, leçon, instruction??. De^\ûlek. 
on fait A^j> ber-ïdeh. «obtenir*? et ^^? per-ideli-an^ «la chose 
obtenue, acquisition??. De -çj> harjcu on fait -çj** mergarja, 
«travailler?? etO'WX-3 pe-karjâ-an (pour ô'U^S per-karjà- 
an), «la chose travaillée, travail, besogne??. De^tl lâyar, on 
fait jtij» ber-lâyaVj «être sous voile, voyager par mer??, et 
C^Us pe-layàr-an (pour ôj^jj* per-layâr-an) , «voyage sur 
mer, traversée??. 

Ces substantifs sont aussi quelquefois des noms de lieux : 
lieu où se passe l'action, s'ils sont formés cle verbes; lieu 
où se trouve un objet, si le radical est un nom. Ex.: ô^\} 
per-adû-an, «le lieu où l'on repose, chambre à coucher, 
alcôve??, de j^ ber-àdu, reposer, dormir (rad. ^\ âdu)] 
Jz-]^ pe-prârg-an (pour cJ^À^ per-prârg-an\ «le lieu où 
se livre un combat, champ de bataille?? , de pj*y ber-prarg 1 
se battre (rad. 9} pràrg)\ j£$/> per-gelârg-an, «l'endroit 
où l'on porte des anneaux, des bracelets??, de 0j> ber- 
gelàrg, portant des bracelets (rad. £& ' gelarg, bracelet) ; e^U^J 
per-tapâ-an, «lieu où l'on fait pénitence?? , de <-i^ ber-tâpa, 
qui fait pénitence (rad. dfc tapa, pénitence). 

Il arrive aussi que le J> per, laisse tomber jr, comme 
^lnJ jpe-bintàrg-an , «le lieu où sont les astres, le ciel des 
astres??, de ^bintarg^ astre; ùjjJ&pe-kubûr-an, «lieu cle sépul- 
ture, cimetière??, dejj<fkubû?', tombeau; ô*\& pe-kudâ-an, 
«lieu où sont les chevaux, écurie??, cle *f Jcûda, cheval. 

Mais le plus souvent les Malais font précéder ces noms 
d'un substantif par lequel ils sont régis, comme ô*U^9 J^f 



66 GRAMMAIRE MALAISE. 

tampatper-tapâ-an, lieu de pénitence ; (J^& ôb^> mcdân pe- 
prârg-an, champ de bataille; 0^-^^i **jj rûmah per-mandz- 
an, maison de bain, £/*£&? **jj rûmah per-mayîn-an , mai- 
son de jeu, théâtre. 

i° NOMS FORMÉS AVEC LA PARTICULE PRÉFIXE jj ka 

ET LE SUFFIXE 0* an. 

67. Ces noms ont un sens tout à fait passif: aussi 
dans le chapitre où nous traitons du passif dans les verbes, 
nous les nommons participes passés pris substantivement 
(§§ 179, 181). 

Noms venant de verbes d'action. 

Lorsqu'ils viennent de verbes d'action, ils indiquent 
le régime, ou l'objet sur lequel retombe l'action exprimée 
par le verbe (§127). Ex. : de J5y> piilcuL on fait J$y* memiï- 
kid. ce battre ?? et {Jy3& ka-puïcùl-an, ce être battu, celui qui est 
battu , le battu » . De j^fjJ ûji on fait ^^ m em ûji\ rclou e r n 
et ô^ ( jf^ ka-puji-an, «celui qui est loué, le loué-;. De ^V 
jàdi, ^i^f^men-jadl-kan. ce faire, créer, produire?? et L>*t$J«£ 
ka-jadï-an, cece qui est fait, création, créature, production-. 

Noms venant de verbes transitifs. 

68. Quand ces substantifs viennent de verbes transi- 
tifs qui, connue nous le verrons en parlant du verbe, ont 
un régime indirect (§ 1-36), ils indiquent ce régime indirect. 
parce que, dans le style malais, c'est sur lui que retombe 
l'action. Pour bien comprendre ceci, considérons cette 
expression: ,jS ^^s?* <-*+*> hamba men-jalân-i kebbn, wje 
marche dans une plantation-, ou, en d'autres termes, «je 
visite une plantation??. Au passif, elle devra être rendue 
par >-++*> ijpWo (JaT kebbn di-jalàn-i hamba, «une plantation 
est visitée par moi» , ou Littéralement, wdans une plantation 



DU SENS DES MOTS. 07 

est marché par moi-, ou, dans le style malais, came plan- 
tation est marehée par moi". Or, avec la particule préfixe 
jj Jca, et le suffixe 0* an, nous formerons le nom dérivé 
J>%£ka-jalcui-an. qui indique l'objet régime du verbe ^U. 
jàlan, «marcher» , lequel est ici ^kebbn, «plantation»; 
et nous dirons ^^^.'^li^j^o kebun yarg ka-jalân-an 
hamba, «la plantation qui est visitée», ou «la visitée 
par moi». 

De même, de ^^L me-lïhât-i (rad. C^ Tiliat), «voir, 
regarder quelque chose», on fera ^J^ka-lilicit-an, «la 
chose vue-?; de j^/J^ko merg-Jiampzr-i, «approcher» de 
(rad. ^AJ^ liampir), on fera ô^a^p ka^ham/pir-an , «la chose 
de laquelle on approche»; de JkX** men-datârg-i* «arriver 
à» (rad. pîb dâtarg), on fera ^j^ ka-datàrg-an. «la chose 
à laquelle on arrive». 

Mais comme un nom peut être régi par un autre nom. 
on pourra dire ^^ J>\^ k\ \9j^ ovarg yarg ka-likàt-an 
Aamba, l'homme qui est (le) vu par moi; £> ,jjC 
i»*y* à>j>£+$ nagrî yarg ka-hampïr-an mûsuh, la ville dont 
l'ennemi approche ; JU*L>. ô^U^VJ ^èli'jS «j pj^l ôrarg yarg ka- 
datàrg-an pe-karjà-an jahat, la personne à laquelle est 
arrivé une mauvaise affaire; ôy ^y^xS 4> j>J> kïïda yarg 
ka-nayik-an tûioan. le cheval qui est monté par vous, 
votre monture. 

Ces noms indiquent aussi quelquefois, non seulement 
l'objet sur lequel retombe l'action exprimée par le verbe, 
mais encore l'objet sur lequel l'action peut retomber, ou 
sur lequel il convient de la faire retomber; ils prennent 
alors un sens d'adjectifs, et répondent à nos adjectifs fran- 
çais terminés en ible . île, able. Ex.: ^^-» ka-datàrg-an, 
accessible; ^J^ka-lihât-an, visible; C>Jè-J& ka-dergàr-an, au- 
ditile ; (J^ïr ka-pujï-an, louable; ô^-f ka-hinâ-an, mépri- 
sable (§ 182). 



68 GRAMMAIRE MALAISE. 

Noms venant d'adjectifs ou de verbes cVétat. 

69. Quand ces noms sont formés de radicaux qui ont 
le sons d'adjectifs (§ 102), ou de verbes d'état (§ 114), ils 
expriment la qualité de l'adjectif, ou de l'état dans lequel 
se trouve le sujet. Ce sont alors des noms abstraits, comme 
OjLS ka-besâr-an, ce grandeur??, de^-~ j besàr, grand; &\*j&ka- 
papâ-an, ce pauvreté??, deotè^ôpa, pauvre; o*\£S ka-kayà- 
an, «richesse», de j^kàya, riche; C^S ka-benâr-an, ce vé- 
rité'?, àej* benàr, vrai; { y^S ka-matî-an, cela mort??, de 
(jU màti, mourir; tfy*$ ka-hidûp-an, cela vie», de ^J^J^ 
hïdup) vivre, vivant. 

Noms venant de noms ou d'adverbes. 

70. Enfin ces deux particules s'appliquent à des noms 
et à des adverbes, et forment ainsi des substantifs indiquant 
l'objet sur lequel le sujet représenté par le premier nom 
a pu agir, ou devenir ce qui est exprimé par l'adverbe. 
Ex.: de <j>-j*> hùjan, ce pluie??, on fait ^*U="r ka-hujân-an, 
«mouillé par la pluie?? ; dd}%>~xelâka, «malheur», {ytë&kar 
xelakâ-an, frappé par le malheur, malheureux» : de^l âyer. 
«eau??, ôjÇ5 ka-ayêr-an , ce atteint par l'eau, qui fait eau» 
(p. ex. un bâtiment): de 9j§ kïirarg, «moins», ^y^ ka- 
kurârg-an, «manque, besoin, disette??; de aJ lebèh, plus, &r~ 
ka-lebëh-an, « superflu ?? . 

III. DU GENRE. 

71. Les Malais ne. reconnaissent pas d autres genres 
ou sexes que ceux par lesquels la nature a distingué les 
êtres animés, ou ceux qui sont supposés exister dans les 
vé octaux. 

La différence des sexes est indiquée par des mots parti- 
culiers qui se joignent aux noms, sans en changer la 
forme. 



DU SENS DES MOTS. 69 

Pour les êtres raisonnables, on se sert de J^-l laki- 
ïàkij pour marquer le genre masculin, et de ôy*,î peram- 
pûwan, perampûan. pour le genre féminin. Ainsi, on dit 
J}1£3 cj^l àrarg lah'-lâki. un homme, Oy^i 9j^\ ôrarg peram- 
pfuni, une femme; j,^^ ^-\> raja laki-lâki, un roi, ôy-?/>^\> 
raja perampûan, une reine; J 3^ jb^ sûdâra laki-lâki, 
frère, ô^ijb^o sûdàra perampûan, sœur; J-M^ J^ bûdak 
laki-làki) un garçon, ôy^i J^j bûdak perampûan, une fille. 

Pour les animaux et pour les plantes, le masculin se 
marque par J^^jantan, et le féminin par j^* bétïna : Cf^ A* 
hcti/am jantan, un coq; ^> t fb> lictyam betma, une poule ; ^1 
i y^ lembu jantan, un bœuf, C&x^ lembu bettna, une vache. 

IV. DU NOMBRE. 

72. De même que le genre, le nombre ne s'indique pas 
par un changement dans la forme du nom, non plus que par 
une différence de terminaison, mais par quelque mot que 
l'on joint au nom pour marquer le pluriel ou le singulier. 

Pour indiquer le pluriel, on se sert de mots qui ont 
un sens de pluralité, comme J>\> banale, beaucoup; J&> 
segala. . chaque, tous ; Pj^ bârarg , quelques. Ex.: ^y^ ,lb:> 
J^y JjU JJ di-dalam liûtan ïtu bânak kerâ dûduk] dans 
la forêt se trompaient un grand nombre de singes. ^ 
a^o âlLbb j£^ jj[* a>^o ôU^L, jL 4iLbb JJS ^pj> 4Ib oy jM.o 

j^b j£èj' maka sultan pwn dâtarg dergan segala hulubalarg 
moka sultan di-sûruh mâsuk segala hulubalarg di-suruh 
tirggal di-lûar, le sultan arriva avec ses officiers: or le 
sultan reçut ordre d'entrer et ses officiers reçurent ordre 
de rester dehors (S. Mal. 85). ^*3b> 3L" Jol Jg £>jl £>l 
bârarg ôrarg yarg kena ïtu tiâda sedâmat. pour ceux qui 
étaient touchés, il n'y avait pas de salut (S. Mal. 90). 

Le pluriel s'indique aussi par la répétition du nom. Ex. : 
Vjp^j bûdak-bitdakj les enfants: jr^-j raja-raja, les rois. 



70 GRAiMMAIRE MALAISE. 

On trouve quelquefois, dans les autours malais, le 
pluriel indiqué par les deux manières à la fois, comme 
dans ^]/^j J& O^C makôta segala raja-râja, la Couronne 
des rois (titre d'ouvrage). 

On considère ordinairement comme étant au pluriel 
les noms malais qui ne sont accompagnés d'aucun terme 
qui restreigne leur signification. Ex.: Çjj\ £$)&>*<* cli- 
xeritrâ-kan ôrarg, doit se traduire par cdes gens racontent??, 
:?on raconte?? : j^ta çjji S ada ôrarg di-lûar. ccil y a fies gens 
dehors?? ; d^Jo^ a!;JJ| oJ> ^U- £>j\ ôrarg jâiva pûn undur- 
lali riàih ka-prahû-na , les Javanais se rétirèrent et mon- 
tèrent sur leurs navires (S. Mal. 59). 

Pour indiquer le singulier, on se sert de^ly suàtu ou 
yL sain, ou bien de sa contraction ^ sa. Ex.: c£yy\yS 
ada. suàtu bûkit, il y avait une colline : ^j^^y^ ^v^ ( ^~ 
lîhat-na sâtu pohon kâyu, il aperçut un arbre: if J>^->» sa- 
ïhor kûda, un cheval; SiS ôy> Pj/-^ sa-ôrarg pûn tiâda. il 
n'y avait pas une seule personne. 

V. DES CAS. 

73. La langue malaise n'a pas à proprement parler 
de cas, ce qui répond aux déclinaisons du Grec et du 
Latin se rend par le moyeu de prépositions en cette manière: 

Nominatif: ^i ânak, l'enfant. 

Génitif: d>y> JJji ânak }>Tt~t<i % de l'enfant. 



Datif: 



\ li\ Xs& ka-pada anak ou ) 

s \ \\ l'enfant 



^y\ ^y 1 akan ânak 



Accusatif: JJj\ ânak, l'enfant. 

Vocatif: Jy\ > hey ânak, ô enfant. 

I y i j3 deri ânak i 

Ablatif: . ' de l'enfant 



O' 



1 Jàjù dèri-pada anak \ 



DU SENS DES MOTS. 71 

Ex. des six cas: £>"U jîl ânah dâtarg ', l'enfant arrive. 
«Jl> ey JjI ânak j)ûna bàpa, le père de l'enfant. jiS <j^j à^ 
J^jI jil bri-lali rôti ka-pada ânak îtu, donnez du pain à 
l'enfant. ^aj'^^4* JX&^A ïbu hendak merg-hantar ânak-ûa, 
une mère veut conduire son enfant. ^\ -x5p a^U- JTj> ^$\ la 
pergi jâidi deri - pada ânak-na, elle s'éloigna de son 
enfant. 

Lorsque deux noms se suivent, le second est considéré 
comme étant au génitif. Ainsi, on dira ^sJ^ l$W* xa ^ i y a 
mata-hâri, la lumière du soleil, p^lj ôW astâna raja , le 
palais du roi (§ 9 G). 

VI, DES NUMÉRAUX OU NUMÉRATIFS. 

74. Les numéraux sont des mots énonciatifs des carac- 
tères qui appartiennent ou qui sont supposés appartenir aux 
substantifs dans l'énumération desquels ils sont employés. 
Ils correspondent en malais, à nos mots français: tête, 
feuille, pièce, grain, brin etc., dans ces expressions : cent 
têtes de bétail, dix feuilles de papier, cinq pièces de 
canon, huit pièces de vin, trois pièces de monnaie, quatre 
pièces de drap, dix grains de sable, trois grains de blé, 
six grains de plomb, un grain de sel, deux brins de 
bois, etc. 

Mais ces expressions métaphoriques sont dans les 
langues de l'extrême Orient, et surtout en malais, d'un 
usage bien plus général que dans la langue française. 

Voici quels sont les principaux numéraux de la langue 
malaise. 

1° Pour tout être raisonnable, Pjj! ôrarg (personne): 
çj^l JJLIj3l£J laki-lâki ampat ôrarg, quatre hommes; Jiy 
ijjl^ bïtdak dûa ôrarg ', deux enfants: Pjjl 3^ '&>%> malmkat 
ttga Ôrarg,. trois anges. 



72 GRAMMAIRE MALAISE. 

2" Pour les animaux, ^\ïkor (queue): ^A CJu) ifkûda 
ampat zkor, quatre chevaux ; J>^>\ jL^^yj karbaiv sambïlan 
zkor, neuf buffles; A^y J^r" sa-zkor kuxîrg, un chat. Il 
s'emploie même, quand les animaux dont il s'agit n'ont 
pas de queue: ^C| A JfS'kâtdk anam zkor, six grenouilles; 
CSl ^JL» sa-îkor làlat, une mouche. 

3° Pour les fruits, les maisons, les villes, les navires, 
les îles, les lacs, etc., *>y bûali (fruit): ty a^j ^JL^J Umaw 
nuinis tïijuli bûah, sept oranges; i+jj&y ^ dûa bûah rûmak, 
deux maisons; *y ^^ypûlaw tzga bûah, trois îles; ^sj^ ty** 
sa-bûali nagrz , une ville; ny^ \y kïdam dûa bûah. deux 
étangs. 

4° Pour les graines et pour tous les petits objets plus 
ou moins arrondis, ( js£ i . bzji (graine): jsg JJu\JiS telbr 
ampat bzji, quatre œufs; 1«) ( j^i^ dûa bzji largà , deux 
graines de sésame; l j^* i oL mata sa-bïji, un œil. 

5° Pour les objets longs, £jIj bàtarg (tige): £jIj Ày> ^ yy 
kàyn dûa pûloh bàtarg, vingt morceaux de bois; f^J^O*^ 
pohon dûa bàtarg, deux arbres; ^JAAj bàtarg pzs arg , des 
troncs de bananiers. 

G° Pour les choses minces, && kepïrg et ^ lialey , ou 
J ^Vi (pî^c-c) : <**^-? J £$* pàpan dûa kepïrg, deux planches; 
j^Jx«Ti»L" ^a kepzrg përak, trois pièces d'argent; ^'1^ 
^jlTjjb sa-râtus lialey kàin , cent pièces d'étoffe ; J jL~ Ojta 
<iâ^?z ^a /ey, trois feuilles. 

7° Beaucoup d'autres n'ont que très-peu et quelque- 
fois pas du tout d'analogie avec la chose qu'ils servent à 
énumerer et ils s'appliquent aussi à beaucoup moins ([Ob- 
jets. En voici quelques exemples: 
yV" <S? 9tyî sa-bâta, une dent (une pierre). 
^yy Ojy sûrat dûa pûxuk, deux lettres (lettre, deui 
bande s). 



DU SENS DES MOTS. 73 

iï\L> cJf kàta sa-pâtah, une parole , un mot (mot, un mor- 
ceau). 

aL Jçi pedarg lima bzlah, cinq glaives (glaive, cinq 
copeaux). 

ô^j^ c£j> pûkat sa-ràwan, un filet à pêcher (filet, une 
grappe). 

cOujuu^Lo destar sa-bîdarg, un turban (turban, une étendue). 

Js^T. Jr^ sa-bantuk xinxiii, un anneau (anneau, un arc). 
Jy^ jLlo mutiâra sa-bûtir, une perle (perle, un grain). 
§yo$s »J> gâram dûa sûkti, deux grains de sel. 

S& 3^"> 5-y bûrga, figa targkey , trois fleurs (fleurs, trois 

tiges), 
j^èjyxîujj rtimah dûa targga, deux maisons (maisons, deux 

escaliers). 
j^Jf y> JUw^j èwswtf efe tambun, deux monticules (monticules, 

deux tas). 
^IL) Jjl-s^ sa-xcirik kartâs, un morceau de papier. 

^*. xl **l lumparg anàm xûpu , six mortiers à piler le riz 

(mortiers à piler le riz, six boîtes). 
^Loj A dji buluh anàm rampun, six bambous (bambous, six 

pousses). 
jX~o xJ *~i pïsarg lima sïkat, cinq régimes de bananes. 

ytf ^ {ji^kàin dûa kâyu 7 deux pièces d'étoffe (étoffe, deux 
bois). 

io jj> ty bûrga dûa kantum, deux fleurs (fleurs , deux bou- 
tons). 

J*^^ sS* wiutïa dûa gumpal, deux perles (perles, deux 
mottes). 

Jji y'L jUf golëga sâtu landak, une pierre de bézoard 
(bézoard, un pore-épic). 

4j^lo Ojjw sûrat sa-pututg, une lettre (lettre, un morceau). 



74 GRAMMAIEE MALAISE. 

Jj^jpji JJjbedïï dûa pûxuk, deux fusils (fusils, deux bran- 
dies). 

oU <^J êj& pedàrg tïga mata, trois glaives (glaives, trois 
yeux ou lames). 

jè>j~> àji bûali sa-rargkey, une grappe de fruits. 

^Jï JU1*| J^axs^ sumpïtan ampat lâras, quatre sarbacanes. 
Il y en a encore un certain nombre d'autres qui ne 

peuvent guère s'apprendre que par l'usage. Du reste, ils 

sont généralement indiques dans ]e dictionnaire. 

VII. DES NOMS UE NOMBRE. 

75* Les Malais se servent quelquefois pour la 
numération, des lettres arabes avec leur valeur nu- 
mérique. Ils prennent pour cela l'alphabet arabe dans 
l'ordre ancien, qui est celui de l'alphabet hébraïque. Nous 
le donnons ici avec la valeur attribuée à chaque Lettre: 

500 400 300 200 100 90 80 70 60 50 40 30 20 10 9 8 7 6 5 4 3 2 1 

1000 900 800 700 600 

On voit que, de ces 28 lettres, les 9 premières repré- 
sentent les unités, les 9 qui suivent représentent les 
dizaines, les 9 suivantes les centaines, et la dernière mille. 

Les Malais énumèrent avec ces lettres à peu près 
comme nous le faisons avec nos chiffres romains, en 
tenant compte toutefois de la différence qui existe dans 
la manière d'écrire, c'est à dire de gauche à droite, au lieu 
de droite à gauche. Ex.: 1^ 11, /23. *i 115, <& 325, 
A5c^aP 187 5 . 

Quant au système ordinaire de numération dc^ Malais, 
il est le même que celui des Arabes, et ils se servent aussi 
des mêmes chiffres que ceux-ci; en voici la forme. 



DU SENS DES MOTS. 



<:) 



1° NOMBRES CARDINAUX. 

76. Les nombres cardinaux sont: 



ou jjb sa tu ou i 



sa 



X j-> dûa 

r jiJ ^a 

i J-Jul ampat 

o (<J Zz?raa 

1 «cl a?2«-»z 

V à=>+y tûjuh ...... 

A . . {J&3I ou Jpl* dulâpan .... 

^ ^jL.^> sambtlan .... 

\ • ai^L sa-pûloh .... 

\ \ ....... a ~L~> sa-belàs 

\ X ^Jj j-> <rZz7« belàs .... 

\ T a Jj jL" tzcja belàs . . . 

\ i u Aj JJL©! ampat belàs . . 

\ a Jj jJ /i?7za 6e/às . . . 

\A a Jj xi anàm belàs . . 

\ Y ^^ a=^j tûjuh belàs . . . 

\ A ^Jj ^9^ dulœpan belàs 

W ^jJb ^Ls<w sambtlan belàs 

X • . ^j5 y cfàcz pïdoh . . . 

T \ ..... y L Aly j^ cfàa pïdoh sàtu 

XX 2* Àjijï dûa pûloh dûa 

r • a1j5 jLï fôgra pïdoh . . . 

1 • àf ^&«\ ampat pïdoh . 

ô • aly xJ fea pûloh . . . 

V ...... . aIjS x I a/zàm pûloh . , 

Y* àI^S a&^j tûjidi pïdoh. . 



un 

deux 

trois 

quatre 

cinq 

six 

sept 

huit 

neuf 

dix 

onze 

douze 

treize 

quatorze 

quinze 

seize 

dix- sept 

dix -huit 

dix-neuf 



vingt 
vingt- un 



vingt- deux 
trente 
quarante 
cinquante 
soixante 
. soixante-dix 



76 



GRAMMAIKE MALAISE. 



\\\ 



Wo 



v 
r 
i 



V 
A 

\- 
\o 

V- 



cr^j- 



y^ ^[r 



quatre-vingt 
quatre-vingt-dix 

cent 
cent- un 



aJj5 Jiâi dulâpan pûloh 
Ay ^1~«w sambtlan jncloh 
sa-râtus .... 
sa-râtus sâtu . 
• yu^V sa-râtus dûa . . . cent-deux 
aI^aw ^J'i^-i sa-râtus sa-jpûloh cent-dix 
^L»! U -Ji^ sa-râtus sa-belàs cent-onze 

sa-râtus dûa pu- cent vingt-cinq 



. a -j'lj ^3 efàa râto ..... deux cents 

^-i'Ij jLr ^rt râtus trois cents 

^Jiïj JUJu! ampat râtus . . . quatre cents 
. a J!j jjJ foa ?'«^,s- .... cinq cents 
. u J\j A anàm râtus . . . six cents 
u-Jlj ds*~y tûjiih râtus .... sept cents 
^lj^Sl* dulâpan râtus . huit cents 

leuf cents 



^jIj ^L^ sambtlan râtus 

. . . ^-j^u sa-rîbu mille 

«Jlj Jj*;^ sa-rïbu lima râtus mille cinq cents 
• • • y?-J $* dïïa rtbù ..... deux mille 

l • • • • ^Jïiw sa-laksa dix mille 

. . . jjXo sa-kett cent mille 

. . Cjjs^ sa-juta un million. 

77* Comme on le voit, la méthode de numération des 
Malais est d'une extrême simplicité et ne demande pas 
beaucoup d'explications. Nous ferons remarquer seulement 
que Aypûloh, signifie plutôt dizaine que dix, que ^jS^râtus, 
signifie centaine, etc. Ainsi aI^I xJ lima pûloh, cinquante, 
se traduira Littéralement par cinq dizaines: ^S\) ^Ju\ ampat 
râtus, quatre cents, par quatre centaines, etc. 



DU SENS DES MOTS. 77 

Quelquefois, surtout quand il s'agit de date, les Malais 
emploient le mot ^XJ lïkur, pour indiquer les nombres 
depuis vingt jusqu'à trente, comme ils se servent de ^^ 
belàs, pour les nombres intermédiaires entre dix et vingt: 
jULi sa-lïkur, vingt -et -un, ^^ dûa lïkitr, vingt-deux, 

u^r C^f^ sambzlan lïkur, vingt-neuf. 

Le nombre mitoyen entre deux quantités s'exprime 
aussi très-souvent d'une manière particulière , en plaçant 
a^ tergah , «demi, moitié??, avant le plus grand des deux 
nombres dont il est mitoyen. Ainsi, au lieu de dire: quatre 
et demi, on dira: ^ à*j tergah lima, moitié, ou demi-cinq, 
c'est-à-dire une demie pour cinq. Pour vingt-cinq: ^ **> 
dy tergah tïçja pûloh, demie (dizaine) pour trente. Pour 
cent cinquante : ^Jlj y à*j tergah dûa rcttus. Pour mille cinq 
cents:^>jy a*j tercjah dûa ribu. 

Quand une quantité approche d'un nombre que nous 
nommerions rond, on l'exprime quelquefois en indiquant 
ce qui lui manque pour compléter ce nombre. Ainsi, on 
dit: à^aw jJ'L pjji kûr a rg s à~tu s a-pûloh , neuf (litt. : manque 
un pour dix, ou dix moins un), ^J'j^yL cjjf kûrarg sâtu 
sa-râtus, quatre-vingt-dix-neuf. 

(Sur les noms de nombre, v. note D.) 

2° NOMBRES ORDINAUX. 

78. Les noms de nombre ordinaux, à l'exception de 
premier, se forment des cardinaux en joignant à ceux-ci la 
particule préfixe -ii ka. Pour premier, on se sert du mot 
sanscrit pratama, que les Malais prononcent portâma, ou 
pertama. 

»l^i portâma, ou &J> h yarg portâma, le premier. On 
trouve cependant aussi y^ & yarg sâtu. 

^ Jca-dûci) le second. 
Jm ka-tzga, le troisième. 



<o GRAMMAIRE MALAISE. 

CJJS ka-àmpat, le quatrième. 
AjLS ka-sa-pûloh, le dixième. 
^JlS ha-sa-belcbS) le onzième. 
^Jj^jS Jca-dùa bêlas, le douzième, 
aijljjù ha-dùa pùloh) le vingtième. 
jjLaiyjjS ka-dûa pïdoli sâtu, le vingt-et-unième. 
^l^a Ica-sct-râtus, le centième. 
,^-jIj ^jù ka-dûa râtus, le deux-centième. 
y-yj^S ka-sa-rïbU) le millième. 
^1 Ay A^.y ^lj ^ijj^^^S ka-sa-rïhu dulâpan ratas tûjuh 
pïdoli lima, le mil huit cent soixante-quinzième. 

79. Les noms de nombre ordinaux s'emploient toujours 
pour les dates et pour l'ordre de succession. Ex.: Coyj 
c)y. tjj^ u~k C^f^ ^ ~^^* l$J^ >:> ter- sûrat rfi-nagrï malâka 
pada kd-sambtlan bêlas hari bûlan , écrit dans la ville de 
Malacça au dix -neuvième jour du mois. £j > Aâ ±+.< o^Lu 
^-» sultan mahmud sâh yarg ka-dûa. Sultan Mahmud scliali 
le second. On dit aussi ày^ pj^l »l££ portâma brarg sa- 
pûlohj les dix premières personnes, la première dixaine de 
personnes: y?„j~* JXpjj-m ka-dûa, rirggit sa-ribu, le second 
millier de piastres. 

La particule jJ ka indique un passif. 3*& ka-tïga 
signifie donc littéralement: devenu trois, arrivé à trois, 
devenu le trois ou le troisième; AyS ka-sa-pïdoh. devenu 
dix, ou à dix, ou le dixième. 

3° NOMS DE NOMBRE FRACTIONNAIRES. 

80. Pour demi, on se sert de a*j ten/ah, moitié, et 
du préfixe u * sa. à*Lj sa-tergah, un demi; JXp> à£L, sa- 
tergah rirggit, une demi-piastre; l$j\*> *&* $a-tèrgah hari, une 
demi-journée. 



DU SENS DES MOTS. 79 

Pour les autres nombres, on se sert de J* per, que l'on 
place entre le dividende et le diviseur, en cette manière: 

j^aw sa-per-tzga, un tiers . | 

jXjJ ^j> dûa per-tïga, deux tiers ! 

JJuJ^L sa-per-ampat, un quart \ 

JJLpJ jL" tïga per-ampat, trois quarts \ 

Aj> JUJu! ampat per-lïma, quatre cinquièmes . . I 
^L^w^S&s^j tûjuh per-sambïlan, sept neuvièmes . i 

La particule J> per a, comme nous l'avons vu en par- 
lant des noms dérivés (§ 66), et comme nous le verrons 
encore dans plusieurs endroits de cette grammaire , un 
caractère passif (§ 151). Les expressions 3~>J* per -tïga* 
Àf per-lïma, J^*J> per-sambïlan sont donc une espèce 
de passif, de j\j,j ber-tïga, être trois; *^> b.er-lïma, être cinq; 
^L**^j ber-sambïlan, être neuf. Par conséquent, jLyL sa- 
per-tïga, se traduirait littéralement par «un devenu à trois, 
ou partagé en trois»-; Aj*^ sa-per-lïma, par ce un devenu à 
cinq??; JUJLJ^S j\j tïga per --ampat ; , «trois devenu à quatre??. 

4° NOMBRES MULTIPLES. 

8L Les nombres multiples s'expriment en plaçant 
après le nombre cardinal un des mots xS ganda, ~Si lapis, 
^kaliy u^aJ lïpat, signifiant «double, couche, fois, plié??, 
mais qui joint aux nombres sont équivalents à nos noms 
de nombre terminés en bh ', pie , comme «double, triple??, 
ou les expressions compenant les mots «fois, tour??. Ex.: 

Xàji dûa ganda , 



CT 9 



5ïj.> dua lapis, 



double. 



Jtëj-> dûa hali, deux fois. 
XS JL: tïga ganda, triple, trois fois. 
xTj^iol ampat ganda, quadruple. 



80 GRAMMAIRE MALAISE. 

X$ xJ lima g and a, quintuple. 
Xi AjL* sa-pùloh ganda, décuple. 
xS U J\^ sa-râtus ganda, centuple. 
^ yf-j"* sa-rtbu ganda, mille fois. 

EXPRESSIONS USITÉES TOUR LES QUATRE RÈGLES. 
Addition. 

J* lâgi, et, encore, de plus; ^de^jâdi, devenu, fait. 
Ex.: CSlï ,jù\e>. ^ jT S A anàm lâgi dûa jâdi dulâpan, six et 

deux font huit; u ~^j-> ePV jJ^" J* ôV* -1 ' c$->W- J^jU jï ^ lima 
lâgi ampat jâdi samhïlan lâgi tiga jâdi dûa bêlas , cinq et 
quatre font neuf, et trois font douze. 

Pour additionner, réunir, voyez dans le dictionnaire 
J*$ humpul, et ^yU* himpun. 

Soustraction, 
ji deri, de; J.**>! ambil, ôté; &J* pûturg, coupé; 9j>§ 
hûrarg, manque; J>y tûlak, rejeté; J£*j tirggal, reste. Ex.: 
cl JxJj^ù J.^1 ijsiiji deri dulâpan ambil dûa tirggal anàm, 
de huit ôtez deux, reste six. 

Multiplication. 

J\f kâli, y% ganda , fois. Ex. : u ~b y c£->V «J^U J^^ 
tîga kâli ampat jâdi dûa bêlas, trois fois quatre font douze. 

Pour multiplier, augmenter, voyez dans le dictionnaire 
les mots JjIj banale, *Jr tambah. 

Division. 

Jy bahâgi, partagé, divisé. Ex.: JJLI ^A^ J Jy <^yy 
dûa pidoh bahâgi lima jâdi ampat, vingt, divisé en cinq, 
fait quatre. 



DU SENS DES MOTS. 81 

5° NOMS DE NOMBRE COLEECTIFS. 

82. Ces noms indiquent une réunion d'objets de même 
nature; nous les exprimons en français par «dizaine, 
douzaine, centaine??. Or ces expressions, qui n'existent 
dans notre langue que pour très-peu de nombres, les 
Malais les ont pour tous, et ils les forment au moyen de 
la particule préfixe -i! ka, comme les nombres ordinaux, 
en y ajoutant quelquefois le pronom suffixe e> fia. Ex. : 
j-w ka-dûa, ou e>lj-» ka-dicâ-fïa, les deux, tous les deux, 
les deux ensemble, un duo. <^*o ka-tïga, ou d>\&$ ha-tigâ-nu, 
tous les trois, les trois ensemble, un trio. 

J-JU^j ka-ampat, les quatre. 

*& ka-lîma, les cinq. 

ivli ka-anam, sixaine. 

às^j'S ka-tûjuh, les sept. 

ÀjkS ka-m-pûloh , les dix, dizaine. 

^Jj^jù ka-dûa bêlas, les douze, douzaine. 

^jV^S ka-sa-râtus , les cent, centaine. 

La particule préfixe -il ka ayant un sens passif, les 
noms de nombre auxquels elle se joint prennent le sens 
de devenu, fait, j-w ka-dûa, devenu deux, mis à deux, 
couple. AyiS ka-sa-pûloh, devenu dix, mis à dix, une 
dizaine, ^^o AyS iJ JV Ob c>^ 4^° &à\& e>.M& a^£~Y Ob 
^£i dy ^jù ji JZ3 ^Lâ* ôb dan ka-sa-pûloh kapalâ-na di- 
kenâ-kan-na sa-pûloh makotâ-na dân memâkey petàm ka- 
sa-pûloh dahï-na dân mergenâ-kan pontok pada ka-dûa 
pûloh lârgan-na, «sur ses dix têtes (sa dizaine de têtes) 
il plaça dix couronnes, et il avait des frontaux à ses dix 
fronts, et il mit des bracelets à ses vingt bras?? (Rama- 
yana). 



82 GRAMMAIBE MALAISE. 

Les Malais expriment encore les nombres collectifs 
au moyen du préfixe^ ber. Ex.:^ ber-dùa, à deux, lés 
deux, i^j» ber-tïga, les trois. 

Le propre de la particule^ ber étant de former des 
verbes d'état (§ 115). le sens de ces noms de nombre est 
--être deux, être à deux, qui sont deux». 3^y ber-tïga, être 
trois, être à trois. 

Dans ces cas, on double assez ordinairement le nom 
de nombre: 

Vj-^j ber-dûa-dûa, être deux, être à deux, ou deux 
à deux. 

VJ-i^ ber-ampat-ampat , quatre à quatre, être par 
quatre. 

V^5j> ber-pûloh-pûloh , être à dix, ou par dix, par 
dizaines. 

*Lr**\?i be-râtus-râtus, par centaines. 

JïJiJl be-ribu-ribu, par milliers. J^ c5^f^ ôy J^l aJtè Jj'1 
yMJt ^ ànak pânah ïtu pûn men-jâdi ûlar nâga be-ribu- 
rïbu, et cette flèche fut changée en dragons par milliers 
(Ilamayana)] C^rTy u Sk^ ^ moka marggis bcr-jiita-jïita. 
il y avait des mangoustans par millions (Hikayat Abdallah) . 

D'autres fois, le nom de nombre se double sans la 
particule^ ber^ qui reste sous-entendue: V^j dûa-dùa, deux 
à deux. VwXàJxjb^l la dâtarg amjpat-ampat . ils arrivent 
quatre à quatre: ït^y J>\c*y)^\ m ber-jàlan tûjuh-tûjuh, ils 
marchent sept à sept, ou sept sur chaque rang. 

IV. 

DU PRONOM. 

Il v a sept espèces de pronoms qui sont: personnels, 
relatifs, possessifs, démonstratifs, interrogatifs , réflé- 
chis, indéfinis. 



DU SENS DES MOTS. 83 

I. PRONOMS PERSONNELS. 
1*™ PERSONNE. 

83. Les pronoms personnels de la première personne 
au singulier sont: 

1° §\ âku, je, moi, me. ^y\ âku mâu, je veux; (j\ jIj j>\ 
jj> âku tiâda âkan jpergi, je ne partirai pas; }\ J^e ^\ ta 
memûkul âku, il me frappe. 

Lorsque ce pronom est précédé d'une voyelle ou 
d'une- nasale, il devient J>b dâku. J>b jT| âkan dâku, à 
moi, pour moi; J>U ^$>j£l* menarggû-i dâku, veiller sur moi. 

Cependant cette règle est loin d'être généralement 
suivie,* car on trouve quelquefois, même dans de bons 
auteurs, y\ âku, précédé d'une voyelle ou d'une nasale. 

f\<J*jT**j **\ à ^«V tiadâ-kali argkaw mergatalm-i âku, ne 
me connais-tu pas? (Ram.) 

Et d'autres fois J>b dâku, précédé d'une autre lettre 
qu'une nasale ou une voyelle. 

On évite aussi l'hiatus par une syncope, et on dit très- 
bien J> 1-Xaj ka-j)adâku pour j>\ ^ ka-pada âku. 

On se sert de ce pronom en parlant à des inférieurs, 
et quelquefois aussi en parlant à des égaux. 

Ce pronom se contracte en ^J ku, 1° comme sujet d'un 
verbe; alors il se joint comme particule inséparable au 
verbe qui doit avoir la forme passive (§ 167). Ex.: J^tj> 
jXpIT^U^ J^A Pj^y 1-^9 brï-kan padâku kârorg ztu supâya 
ku-argkat, donnez-moi ce sac afin que je le porte (J\L B.). 

2° Comme adjectif possessif : ,i)Uj bapâ-ku, mon père 
(v. adjectifs possessifs). à1*A> ^<±s£*j\s£^ jH^l&J^I jC> *^J> 
e>_2~~< à&jâ. jl* kambirg betïna ztu ku-peliliarâ-kan nisxâya 
?nen-jadï-kan bâîïak-lali maka ku-jûal-lali susû-na, j'élè- 
verai cette clièvre et certainement elle produira et je 
vendrai son lait. 



84 GRAMMAIRE MALAISE. 



2° wv**> hamba, je, me, moi. Ce mot signifie proprement 
un serviteur: ôy ô*l^i Ojjj ^U ^> hamba mâu tîirut per- 
katâ-au tûan, «je veux suivre vos ordres», est done pour 
«le serviteur, ou votre serviteur veut suivre vos ordres-. 
i^v^ J3 iJS'hâsih pada hamba, «donnez moi??, est pour «don- 
nez à votre serviteur??. Cette affectation d'humilité esl 
dans les mœurs malaises une preuve de politesse. Ainsi, 
bien que ce pronom s'emploie en parlant à un supérieur 
ou à un égal, il n'est pas rare de le voir employé aussi 
par des Malais d'un haut rang. 

3° c$V° sahâya, ou par eontraetion ^L, sâya, signifie 
aussi serviteur, eselave. Comme pronom, il exprime aussi 
une grande humilité, et indique une grande politesse. 

On emploie aussi Jû* scinda, pour XjL sâyanda, de ^L 
s cil/ a. 

4° ^» bêta, je, moi, a la même valeur que les préeédents. 

5° jfâjpâtek, je (serviteur, esclave), paraît être une 
expression encore plus humble que ^+*> hamba et ^V 
sahâya: on s'en sert en parlant à un supérieur, et surtout 
en parlant à un grand personnage. 

6° \J gmoà, mot chinois, je, moi. Ce mot est d'un bas 
malais, et on ne le trouve pas dans les bons auteurs. 

84. Pour le pluriel, on peut se servir des pronoms que 
nous venons de donner pour le singulier: mais très-ordi- 
nairement on y joint quelque mot qui indique le pluriel. 
Ex.: 2&j>\âkii ka-dûa, nous deux; ^S^^j^ hamba sa-kalï- 
(in : nous tous: Jïtè Ji^ segala pâtek, nous autres: Jp'tèOju 
z£\ï j^Co kârna pâtek sa-kall-an tâkut, car nous craignons 
tous (Bam.). 

jSjcïta, nous. On se sert de ce pronom, lorsqu'en 
parlant on comprend la personne à laquelle on parle; 
Jo«Jl bâpa kïta, notre père (le père de nous deux): JUS 
Ji\c>y> lezta ber-jâlan, nous marchons (vous et moi). 



DU SENS DES MOTS. 85 

Quelquefois on marque plus ordinairement le pluriel 
en ajoutant Pjjl àrarg: pj^\CSkïta àrarg, nous autres. 

Un supérieur, un prince, se sert de ce pronom en 
parlant de lui-même au singulier: b)y* c£ kïta mefiûryh* 
nous ordonnons (j'ordonne) 5 ^U cS kïtamâti, nous voulons 
(je veux). 

^Skâmi, nous, s'emploie, lorsque Ton exclut la per- 
sonne à laquelle on parle; jy -XaS c^ JXJ» j>\? Jcâmi hen- 
dak ber-kâta ka-pada tua??, nous voulons vous parler. 

On dit aussi 9jj\ ^ kâmi àrarg , nous, nous autres: 
ds^\ ijjl Cft^ k>^J^kâmi ôrarg sa-kalî-an àrarg âxeli, nous 
sommes tous des gens d'Achem. 

Comme le précédent, il est employé au singulier par- 
les princes et par les grands personnages: >l5\j^J pe- 
tiûruli kâmi, notre envoyé (mon envoyé); >lTô;L5 ka- 
besâr-an kâmi, notre grandeur. 

2 ème personne. 

85. Au singulier, fh\ argkaw, tu, toi. Ce pronom n'est 
employé, que quand la personne qui parle est d'un rang 
bien supérieur à celui de la personne à laquelle elle 
adresse la parole. 

Précédé d'une nasale ou d'une voyelle, il devient f±s 
dikaw, oujGo dergkaw : j£o Jn âkan dïkaw, à toi, quant à 
toi; ^o ôUjj> deri mâna dïkaw, d'où es-tu? 

Par contraction, il devient y kaio, lorsqu'il est sujet 
d'un verbe , mais dans ce cas il se joint au verbe qui doit 
avoir la forme passrve (§ 167): J^5o Cyy^S^ jikalaw kaic- 
bûat bagïtu, si tu agis ainsi. On le trouve cependant 
quelquefois après le verbe, comme y *1*^> matï-lah kaw, 
meurs , toi ! ^]jS aLj U*5y yJ*\ J.* JT \ X^y J^ jika kaio-ka- 



8G GRAMMAIRE MALAISE. 

hendàk-i mulïa argkaw kaw-kerjâ-kan-lah kamurâh-an, si 
tu veux être honoré, pratique la bienfaisance. 

Quoique ce pronom se trouve souvent dans les écrits 
malais, il est très-peu usité en conversation. La politesse 
malaise demande que l'on se serve d'autres expressions. 
L'une des plus usitées est: 

ôy tûwan , tuan, qui signifie : monsieur, maître ; il est 
des deux genres , et est devenu par l'usage un pronom de 
la seconde personne. On s'en sert en parlant à un supérieur 
ou à un égal: ^U ôy \J\ apa taan mciu, que voulez-vous? 
^>j~> dy ôy Csjjj tûrut tûan pûfia sûka, selon votre bon 
plaisir. 

Il se joint à ^**> hamba, et à -il hu: ^+^y tûan-hamba . 
s&y tûan-ku, mon maître, monseigneur, monsieur. 

Ce mot appliqué à Dieu signifie « seigneur n et s'écrit 
^y tuhan: ^\y V° g ^y tïtlian yarg mahâ kuâsa, le sei- 
gneur tout-puissant. Mais le plus souvent on lui joint le 
mot aIII allahj Dieu : Al^ ^Cj^ g àU| ^y tïihan allah yarg 
men-jadî-kan alam, le seigneur Dieu qui a 'fait le monde. 

Quand on adresse la parole à une personne à laquelle 
on ne veut pas donner le titre de monsieur, on se sert 
comme pronom de le seconde personne, de son titre, de 
son nom, ou d'un autre mot selon la circonstance, comme 
£-j! âbanj ou jfivkâkak, frère ou sœur aines; Jpl âdik, 
frère cadet; jjy gûru, professeur, maître. En parlant à 
un chef, on dira: $y$ jparg-hulu\ à un ouvrier: çy tùLanj: 
à une personne âgée: £j\ âbarg) h une personne plus 
jeune: J>i\rlrï//y: à un enfant: Jiy bûdak, etc. 

Il y a encore quelques mots qui sont employés 
comme pronoms de la seconde personne dans certaines 
localités. 

y^yJs pakemra, et^* sïra : du javanais, tu. toi, vous. 



DU SENS DES MOTS. »< 

j! lit, probablement du eliinois ni, tu, toi, prononcé 
lou dans certaines provinces. 

j^jûj du hollandais </y, tu, toi. Mais ces deux der- 
niers sont d'un malais très-vulgaire, et ne se trouvent pas 
dans les bons auteurs. 

86. Pour le pluriel, on peut se servir des pronoms 
ci-dessus, en y joignant quelque mot qui exprime le 
pluriel. 

y& kâmu, vous, employé parles supérieurs en parlant 
à leurs inférieurs. On s'en sert aussi, quoique plus rare- 
ment, entre égaux: ^lTJljD ^Xs^L ^y^ ^l^jL £\ïk+ merg- 
apà-kali maka kâmu sa-kali-an merg-grak-kan kapâla 
kâmu, pourquoi secouez-vous tous la tête? (Ram.) 

La contraction de ce pronom est » mu, dont on ne se 
sert que comme suffixe: xwjI âtas-mu, sur vous; ^\ ïdeli- 

mu, par vous : £M£-i Jfîl -^ ^\ Cr^? '-^ ^*V r*^ -Hi; J prb ^ 
c>l^Jo jJ 4^1 ±f*>j~i Jo! L/ *»l l)U Jol maka raja bersabda ânak- 
mu perampûan Itu brï-kan ïdeli-mu pacla ânak laki-laki itu 
dan amas itu seràh-kan uleh-mu pada ka-duâ-na, et le roi 
dit: donnez votre fille à ce garçon et remettez-leur cet or 
(M. E.J. 

Pour cause d'euphonie, on ne se servirait pas de la 
contraction » mu, mais bien de j^ kâmu, si le met auquel 
elle devrait se joindre se terminait par une nasale : y*»{j \ 
âkan kâmu , et non jS \ âkan-mu, quant à vous. 

Ce pronom est cependant aussi quelquefois pris au 
singulier: C*>\ *jj *j ôjb J&^lT^lyLJLj sapu-sâpu uleh 
kâmu segala dâun yarg lundi ztu, balaie, toi, les feuilles 
des arbres qui sont tombées (Ram.). 

C'est pourquoi, quand on veut marquer le pluriel plus 
exactement, on ajoute à ce pronom le mot pj^\ brarg, ou 
quelque autre mot qui marque le pluriel. Ex. : ^j^y^cf^ 



88 GRAMMAIRE MALAISE. 

O^ J ù JL^ jàrgan kâmu bràrg gràk deri sïnL ne bougez pas 
d'ici: j^&jjf^ hey kâmu sa-haU-an . lie. vous tous. 

3 ème PERSONNE. 

87. Singulier: ,j\ iya, ?a. il. elle, lui. Ce pronom n'in- 
dique positivement ni supériorité, ni infériorité: «Jb'iJu^l 
sa sudah dâtarg, il est arrivé: J^s ^5! <dsX* hendak-lah ta 
pergi, qu'il parte. 

De même que Jn âfe devient quelquefois /l^ dàku, 
etjSil argkaWj f±s dïkaw , ainsi, et en suivant à peu près 
les mêmes règles, «3! ëa devient <_$-> ^âa; jj> ^51 C^à pinta 
dïa pergi, demandez, proposez-lui d'aller : jûj ^U ^ j\S 
ka-mâna dïa mctu ber-lâyar, vers où va-t-il faire voile? 
^j> jfl alla katâ-lah âkan dïa, dis-lui. 

Dans une partie de l'archipel Indien, surtout dans le 
détroit de Malacca, <_$-> dm est employé indifféremment 
pour c$l, soit comme sujet du verbe, soit comme régime, 
et peu importe la lettre qui le précède: *^j ' C^ ^ dïa 
minta tûlwg, il demande du secours. 

Ce pronom prend encore la forme 3! inïya, inuu peu 
usitée, mais d'où est venu e> ?7a, qui l'est beaucoup plus. 
On Temploie en effet, soit comme régime d'un verbe, soit 
comme agent d'un verbe passif, formé au moyen de la par- 
ticule préfixe -> di, soit même encore comme particule suf- 
fixe ou adjectif possessif, c'est-à-dire régi par un nom. 
Ex.: ^^Ûî* pjj>\ brarg merg-argkat-ïïa, on l'a enlevé; J-^*> 
^Sjj^ henda Je vicn-jadï-kan-na, voulant le faire: e^-u-v^ 
di-xaharï-kan-na, fut cherché par lui ; ^S \£± di-katâ-kan- 
ïïa , est dit par lui; ^j^ pe-mruh-na, l'envoyé de lui, 
son envoyé: ^*jj rûmali-na, sa maison, (v. adjectifs pos- 
sessifs.) 

On trouve aussi e> raa, suffixe, employé comme sujet 
d'un verbe d'action. Ex. : ^j^ ±j& ^^Sk* ^J\^ij ter-lalu 



DU SENS DES MOTS. 89 

àmat mergâsih-na ka-jiada segala rayat-na. il aimait extra- 
ordinairemeiit ses sujets (Sul. Ibr.J. 

Enfin, par un de ces pléonasmes qui sont si fréquents 
en malais , il n'est pas rare de trouver ensemble e> na et 
<_$.> dia: çiïi aL" eAo l*L maka dict-na telàh dàtarg^ et il arriva; 

^i^ uiy ^ cj^^ di-kenàl-na m Ixùs dià-ha , il reconnut que 
ee eriss était le sien (S. Mal.). 

88. Pluriel: ^$\ est aussi employé pour exprimer le 
pluriel , mais lorsqu'il pourrait y avoir équivoque, on lui 
joint pjj\ àrarg: pjjl <_$! m àrarg, ou. plus ordinairement, 
Pjjl <j-> dut brarg, eux. 

J^Aj^o marïka-îtu, pour C*A Ô^^> marzka ttu 1 ils, elles, 
eux. ces personnes, ces gens. 

Ce pronom est très-usité en littérature, mais beaucoup 
moins en coirversation: J-Sb £> PjIj JulX^» jT| <£*i ^yjj^ 
merg-lûar-kan belanja cikan marïka-ïtu bârarg yarg dôpat, 
fournir ce qui est nécessaire à leur dépense (litt. : à la 
dépense de ces gens) (M. B.): J^Sj^? j^ hak marzka-ztu, 
leur droit (M. R.). 

IL DES PRONOMS RELATIFS. 

89. g yarg, qui, que, quoi, lequel, lesquels. 

Ex. : £jb £> pjj] àrarg yarg dâtarg, les gens qui sont 
arrivés; <jj^çiyy* harïmaw yarg lâri\ le tigre qui court; 
>yf*i cA^j £> ^jj~$ -pe-sûruh-na yarg ber-kâta demiktan, son 
envoyé qui parle ainsi. 

Ce pronom renferme ordinairement le verbe «être??, 
surtout lorsqu'il est accompagné d'un adjectif. Ex.: g Jj! 
J>>k ânak yarg bmk, enfant qui (est) bon; j~~ j A> a^j rïnnah 
yarg bescir, une maison qui (est) grande. 



90 GRAMMAIRE MALAISE. 

Quelquefois même il remplace le verbe «être??. Ex.: 
rê^^ ka-pada waktu bûlan yarg klhm, lorsque 
la lune était absente. 

D'autres fois il est équivalent à l'article «le, la, lesr 
(§ 56) : ^\y V© £> 3/«^ waAâ kuâsa, le tout-puissant: A> 
wv^ij «j Ob ô^i-> 2/0*27 di-per-tûan dân yarg di-per-liamba, 
le maître et le serviteur. 

90. Les expressions: «celui auquel, duquel, dont, par 
lequel, etc. » , se rendent en malais par deux pronoms, à 
savoir, avant le verbe le pronom relatif fa yarg et, à la fin 
de la phrase, un autre pronom qui doit se rapporter à la 
personne exprimée par fa yarg- 

Ex.: JM-xl ^j^ ^-l> fa 4r^ àkû-lah yarg raja liârap pa- 
dâku, je suis celui auquel le roi a confiance; ,jj£+ &£è\ 
•W *J;U ^1 «j ^^k. oUaiw argkaio-kali mantrï sultan mahmûd 
yœrg la liârap padâ-mu. êtes-vous le ministre du sultan 
Mahmud, auquel il a confiance? u>t.x|p ctft>x* ^-^ fa pj^l aL'I 
mi-lali àrarg yarg liamba sndah kâta deri-padà-na , voici 
riiomme dont j'ai parlé; j~~ j j)Ï/ g Jj Pj^-° ->1 ^\r? ^ 
^'"lc^) dalam benûa kelhg ada sa-ôrarg râja yarg ter-lâla 
besàr ka-rajâ-an-na, dans l'Inde, il y avait un roi dont 
le royaume était très -grand; Jn i^ àJï ix»> *-\j fa pj s \ aL'1 
^3 inz-laJi brarg yarg râja sudali kâsih warg âkan dïa, c est 
l'homme auquel le roi a donné de l'argent; ^uc^lj^ 
^^b «??aÂ- &M yarg kitâb di-ambil-na, l'enfant par lequel 
le livre a été pris; ^^ C^*> J^±>j± fa g>* toanjf ?/ar?7 «V- 
rehin-kan liarta sebàb-ïïa, dette pour laquelle on a 
donné quelque chose en gage; Ji\* JxJbj^-A-j ^ £>. ^j^ r#- 
w?«7* 2/0^7 ?« foewa tirggal dâlam-na, la maison dans laquelle 
il a coutume de demeurer. 

^ raew. Ce pronom a la même valeur que fa ycirg. On 
Le trouve souvent en poésie, quelquefois aussi en prose, 
mais il est très-peu usité dans le langage parlé. 



DU SENS DES MOTS. 91 

Ex.: O^y AJ«Jls {j» ^> beta nen papa ticula ber-harta, 
moi qui suis pauvre et sans richesses (S. Bicl.). 

III. DES PRONOMS POSSESSIFS. 

91. Il n'y a pas, à proprement parler, de pronoms 
possessifs en malais. 

«Mien, le mien, le tien, le sien, le leur??, se rendent 
ordinairement en répétant deux fois le nom ou le pronom 
de la chose possédée, et faisant suivre la répétition du pro- 
nom personnel. Ex. : ^**> 0/> ^y\ 0^> harta tni liarta hamba. 
ces effets sont les miens: ^^j ^) ^j rwmah ïni rûmali-ùa, 
cette maison est la sienne: Oy Jf»1 ^y\ j£l ^y bûkan-kali 
âncik mi cinak titan, cet enfant n'est-il pas le votre? 

Quelquefois aussi on place e>y puna (appartenant) 
avant le nom ou pronom du possesseur. Ex. : j£.> J^\ <Ujj 
JU ^b «j Çjl rïimali ïtu cl erg an bctrarcj yarg dalam-na 
jiurtci-kU) cette maison et les effets qui sont dedans sont 
miens (v. adjectifs possessifs). 

IV. DES PRONOMS DÉMONSTRATIFS. 

92. Xos pronoms français «celui-ci, celle-ci, celui-là, 
celle-là. ceux-ci, ceux-là, ceci, cela^, se rendent en malais 
par les mêmes mots ^1 nu. S-A ïtù . qui servent à désigner 
les adjectifs démonstratifs (v. § 99 j. 

«Celui-ci, celui-là*, se rendent souvent encore par un 
pronom personnel. Ex. : C^ZXjy» jL CJ\ ^>li ^pj> J*)^> ^1 
^jï ôy ?a ber-kelâhi clergan penâmun ïtu maka manka-'itu 
pwn lccn\ ils se battirent avec les voleurs, et ceux-ci prirent 
la fuite. 

V. DES PRONOMS INTERROGATIFS. 

93. <J\ apa, que? quoi? lequel? ne s'emploie que poul- 
ies choses: SoA <J\ apa Ïtu, qu'est-ce que cela? J^+ ôy ^$\ 



92 GRAMMAIRE MALAISE. 

apa tâan minta, que de mandez- vous? ^> W^o vJI apa di- 
karjâ-kan-na, qu'a-t-il fait? 

»J>I apa, au commencement dune phrase, n'a quelque- 
fois que le sens d'une interrogation: Jol ^* oy ' J>\apa tûan 
mintaïtu, quoi! vous demandez eela? ^\yb ^ J>y*> A|ju7 J>\ 
apa tiadà-kali sukar lèher bcïrgu ïtu, quoi! le (long) cou de 
cette cigogne ne serait -il pas un inconvénient? (Ram.) 
C~t\£\i Jh J^S <-~*viy wl-^ »-*! ap« tiadâ-kah tûan-hamba kenàl 
âkan bârgu ïtu, quoi ! monseigneur ne reconnaît-il pas cette 
cigogne? (Ram.) 

^JLw siapa, qui? lequel? Le même que le précédent 
auquel on a joint la particule ( j^ si, qui se place devant 
les noms propres de personnes et devant les noms de 
dignité (§ 56). Ainsi «JLj siapa ne s'emploie que pour les 
personnes: àl\\ ^y JL siâpa tuhan allah, qu'est-ce que 
Dieu? cJLw j^'l {y\y£\ argkaio ïni ânak siâpa, de qui êtes 
vous l'enfant? CJ\ j$o.x<^ à-x^ ^J\~* siapa sudali men-jadi-kan 
ztUj qui a fait cela? 

VI. DES PRONOMS RÉFLÉCHIS. 

94. Jtji* dlri et iSji^* sendzri ou ^Sy^ kendïri, sont 
employés pour les expressions «moi-même, nous- 
mêmes, toi-même?? etc. La première forme est usitée, 
lorsqu'il est devant un autre pronom, et la seconde, lors- 
qu'il le suit. 

Ex. : J^iji tfèyfy\ J^ bâik aku mem-lïiwary-kan dirv- 
kii. je ferai bien de me bannir; £P ^ vlêh dirï-mu, par 
vous-mêmes; ^.j-> J-Ç> ,j\ ?a pûkul diri-na, il se frappe lui- 
même; >-*+*> iSy? cA*?W^° ^^ 6 hamba men-jàtdi-kan dlri 
hamba, je m'éloignerai moi-même; U j 0*lO> Jt>s J^ aI^I £> 
^i iji J> l*L T/r/TTjr w/?^ sugul deiyan ka-sukci-av duniâ me- 



DU SENS DES MOTS. 93 

lupà-kan diri-ha, qui, emportés par les soins des plaisirs, 
s'oublient eux-mêmes (M. B.) ; J^S jy**> c^i-^ «7*** hamba 
sendïri hendak ypergi, j'irai moi-même; c^i^f^ iSjl^ ^y Jfc^ 
& bâik titan sendïri men-jadi-kan dîa, il est bon que vous 
le fassiez vous-même; $y S^* «^-x^** ,j\ la sendïri minta 
tïdurg , lui-même (en personne) demande du secours; Pj^l 
^jiX*» ->~\j Jio JUjI brarg ttu di-hukum raja sendïri ', cet 
homme a été jugé par le roi même. 

Ainsi on dira: ap J$ â?m& dirï-mu ou ciri-^ ^ ânak- 
mu sendïri, votre propre enfant, c'est-à-dire l'enfant de 
vous-même; ^ >> oU ^p> JUyJ iAwj ^1 za sudah lihat dergan 
mata diri-na, ou ciri-*^ £*l» ^èj J^J a-x^^I m sudah lïliat 
dergan mata sendïri, il a vu de ses propres yeux, c'est-à- 
dire, des yeux de lui-même. 

Quelquefois ce pronom prend un sens qui se rapproche 
de l'adjectif, et peut se traduire par «seul, lui seul?? : çjb ^\ 
^jiS^ la dcttarg sendïri, il est venu seul; et, en effet, dans 
ce cas, il est ordinairement accompagné de fjy-** sa-brarg: 
<_5J ôj% ^jt^ Pj^lo ^-^> 4# biyar-lah hamba sa-brarg diri me- 
lâioan dîa, laissez-moi le combattre seul; \>U jij^f ù>y X& 
&U-* AjlA* vlA* &~>\ baginda pûn ka-lûar deri dàlam astâna 
dergan sa-brarg dirï-na, le prince sortit seul de son palais 
(Sut. Ibr.J. 

D'autres fois ce pronom a le sens de «par lui-même, de 
lui-même?? : ^.j-^ t^yji ùy ^) cJ\jÔ^maka rata itujyûn ber- 
gulirg-lah sendirï-na, alors le char roula de lui-même (Ram.). 

VII. DES PRONOMS INDÉFINIS. 

95. Notre pronom indéfini français «on?? se rend par 
èjj\ brarg, personne: ol^Çj^l brarg kâta, on dit; JS^i pjXS 
aIpj^I genderarg di-pûkul brarg-lah, on battit la caisse ; 
pjj)\ J$Jb hamba di-pûkul brarg, on m'a frappé. 



94 GRAMMAIRE MALAISE. 

ce Quelqu'un, quelque chose» se rendent par l'adjectif 
è)\t bârarg mis devant le pronom indéfini pj^ brarg, ou 
devant «Jl apa; èjji £J* bârarg brarg, quelqu'un: <J\ Pj^ 
bârarg apa, quelque chose; JL j&b >> Ajjl X t^ J^ jikalaw 
bârarg-bârarg brarg deri di-antâra bâla 1 si quelqu'un parmi 
le peuple. 

p;^_w sa-brarg, came personne?? peut aussi quelquefois 
se traduire par ce quelqu'un ?? : JU^ p;^lj J-JI apa-blla sa- 
brarg ber-jâlan, lorsque quelqu'un voyage. 

ce Quiconque, quoi que ce soit?? se rendent par <JL-pAj 
bârarg-siâpa 1 et <J>\ pj\* bârarg-apa , ou y\j~~« £jl bârarg 
sa-suâtu: *+* y& j;^e <JL-p>\j bârarg-siâpa mem-bri kâmu 
mïnum, quiconque vous donnera à boire; cPW- «Jl £^ bârarg 
apa jàdi, quoi que ce soit qui arrive; c>^ g _y! y~* J pj^ 
bârarg sa-suâtu yarg di-katâ-iîa, quelque chose que ce soit 
qu'il raconte. 

ce Chacun?? 9-jy-~>* sa-sa-brarg, V**X> mâsirg-mâsirg : *)J>.xl* 
e>U> J> I ùb j*A £\ Jo L" p^~~ o hendak-lah sa-sa-brarg tâhut 
akan ibu dân âkan bapâ-ïïa, que chacun craigne son père et 
sa mère; ^*jj jJ T^oL JUS ^1 ëa kombâli mâsirg-mâsirg 
pada rùmali-na, chacun retourna dans sa maison. 

ce Aucun, nul, personne?? se rendent par jlJjji^w sa- 
suâtu tiâda, ù\j PjJ^ sa-brarg tiâda: y*lï &} cy fJr*° sa-brarg 
pûn tiâda tahu, personne ne sait. 

V. 

DE L'ADJECTIF. 

I. DES ADJECTIFS DÉTERMINATIFS. 

Parmi les adjectifs déterminatifs nous distinguerons 
les possessifs, les démonstratifs, les interrogatifs, et les 
indéfinis. 



DU SENS DES MOTS. 95 

1° ADJECTIFS POSSESSIFS. 

96. Nos adjectifs possessifs mon, ton, son, etc., se 
rendent en malais par les pronoms personnels placés 
après le nom de la chose possédée, en observant qu'ordi- 
nairement le pronom de la première personne, § \ aka, et 
celui de la seconde personne, y^Jcâmu, s'emploient dans 
leurs contractions jJ ku et * mu, et celui de la troisième 
personne, dans sa forme e> fia', ils se joignent alors au 
nom comme particules suffixes. Ex. : 

JV°jJ rumah-îcu, ma maison. 

*4*jj rïimah-mu, ta maison. 

ert^-J rûmah-na, sa maison. 

»0 à*jj rûmah Jcâmi, notre maison. 

j*\> A-ojj rûmah Jcâmu, votre maison. 

pjy cP **jj rûmah dïa drarg, leur maison. 

On dirait également : ^**> a^j rûmah hamba, ma maison ; 
CS <JL bàjpa kïta , notre père ; ôy <J^ ji I â?2&& Jë/w ^a«, 
vos enfants et votre épouse (§ 73). 

97. La possession s'exprime aussi très-ordinairement 
par le mot &J> pûna, ou c>yU ampûna, «possédant, possé- 
der??, que l'on place après le nom ou pronom qui repré- 
sente le possesseur. 

Ex.: **jj &yj>\ akw pûna rûmah, ma maison; dycy 
-iy» tûan pûfia sûka, votre bon plaisir; ^<^ (jy ùi^ ùf Cs^ 
^ d>y~*\ £> akan kebbn ïni bûkan hamba yarg ampûfîa dïa, 
quant à ce jardin, ce n'est pas à moi qu'il appartient; ùy il 
Cr^ ^d^ ^ J ê^l C;f d>j**\ M ada pûn yarg ampûfîa kebbn ïni 
titan serïf hasan , mais monsieur le chérif Hasan est celui 
auquel appartient ce jardin ; ^A )j>/$* v^yU! A> aI^I jf \&f-> û™-* 
demikïan di-xeritrâ-kan ûleh yarg amplifia xeritrâ ïni, ainsi 



96 GRAMMAIRE MALAISE. 

est raconté par celui dont ceci est l'histoire (par lauteur 
de cette histoire). 

98. Enfin, on exprime encore la possession en faisant 
suivre le nom du possesseur du nom de la chose possédée: 
,1)1* <Ujj rûmah bapâ-ku, la maison de mon père; Jfil <J\* ,j\ 
^A la bàpa ânak ïtu, il est le père de cet enfant. 

Quelquefois les Malais interposent encore la particule 
e> na entre ces deux noms ou pronoms: ^-Ij ^\ ânak-ïïa 
râja, l'enfant du roi: C~>\ ùliaL ^"^J> per-katâ-an-ûa sultan 
ïtu, les paroles du sultan; J^i\ \j\& ^yP *V* *V^ pâtah-lah 
sa-belah pahb-ha per-arâk-an ïtu, un des limons du char 
de triomphe se cassa. 

2° ADJECTIFS DÉMONSTRATIFS. 

99. ^\ ïni, «ce, cet, cette, ces?? (avec ou sans la par- 
ticule adverbiale Kcia): ^1 9j^\ àrarg ïni, cet homme, cette 
personne; ^y\^j rûmah ïni, cette maison-ci; ^ c)y. bûlan 
ïni, ce mois-ci; ^\ ^J^ hâriïni, ce jour-ci, aujourd'hui; -^ 
{y} jllT pada kotïka ïni, à ce moment, à l'instant. 

^ ïni, se joint aussi à des pronoms et à des adverbes : 
tf}j\ àku ïni, moi que voici, moi-même, c'est moi;* ^y^ 
argkaio ïni, toi que voici , toi-même ; e>ly^ ^1 J^kâmi ïni 
samuâ-ûa, nous tous que voici; ^1 ç-JS** sakârarg ïni, à 
l'instant même, à présent. 

J*jI ïtu, « ce, cet, cette, ces?? (avec ou sans la particule 
adverbiale «là??): C~>\ pjj\ àrarg ïtu, ces personnes; JUjI a^j 
rûmah Un, cette maison-là; C*»\ «~u*j scbàb ïtu, pour cette 
raison; sZJ\ Jl£ï -x£ pada tatkâla ïtu, en ce temps-là. 

Ces deux adjectifs, comme on vient de le voir, se pla- 
cent ordinairement après le nom ou autre mot qu'ils 

* Cette particularité se rencontre aussi en latin, comme dans ce vers de Vir- 
gile : Ille ego qui quondam gracili modulatus avenu (En. I. 1). 



DU SENS DES MOTS. 07 

accompagnent. Ils peuvent aussi se placer avant, et cela 
arrive souvent dans le langage parlé; toutefois cette forme 
est beaucoup moins élégante, et se rencontre rarement 
dans la bouche d'un vrai malais. Quelquefois ^\ zni et C*»\ 
ïtu ont la valeur de l'article (§ 56). 

3° ADJECTIFS INTERROGATIFS. 

100. «Jl apa, pronom interrogatif (§ 93), tient lieu 
également des adjectifs de la même classe: &£>] <J| apa 
artï-na, quel sens est-ce? «Jl oJS'kârana apa, quelle raison? 
pour quelle cause? 

Il en est de même de «JL* siâpa, pour les noms de 
personnes, en y ajoutant le mot èj^\ àrarg: CJ\ pjj\ «JL*» 
siâpa àrarg ïtti, quelle personne? quelle est cette personne? 
iLo siâpa, s'emploie aussi avec X nâma, nom, lorsque 



nama- 



celui-ci se rapporte à une personne : X JL sia/pa 

ma, quel est votre nom? Jol j^o ç-jj\ X «JLu siâpa nâma 

àrarg mûda ïtu, quel est le nom de ce jeune liomme? 

Mais si X nâma se rapporte à une chose, on doit 
employer <JI apa: <y\ <jJZ X <J| apa nâma nagrï ïni, quel 
est le nom de ce pays? 

ôU mâna, signifie proprement «où??? mais, d'après l'u- 
sage reçu, il est employé pour «quel, quelle??, etc. : S-A pj^l ôU 
mâna àrarg ïtu, quelle est cette personne? jXy <CJ OU mâna 
tïtah tûan-ku, quels sont les ordres de monseigneur? CSc ôU 
jj ôy mâna tampat tûan pergi, dans quel lieu allez-vous? 

Quelquefois ôU mâna marque seulement une interro- 
gation: C>\ y>l; ôU mâna tâliu ïtu, comment cela serait il 
connu? dji il>U mâna bïdeli, comment se pourrait-il? 

4° ADJECTIFS INDÉFINIS. 

101. «Quelque, quelques, quelle que?? se rendent par 
£>l> bârarg, *J]^ be-brâpa : Pjj! 9j^> bârarg àrarg, quelqu'un, 



98 GRAMMAIRE MALAISE. 

quelque homme; Pj^^Pj\ bârarg-bârarg ôrarg , quelques 

personnes; ?jj>\ ^j^ ^ cida be-brâpa ôrarg, il y a quelques 
personnes; jljI* <J1/j j-> ^.-x<p kamudzan deri be-brâpa hàri : 
après quelques jours. 

«Tout, tous??, jjly— sa-suâtu , ?jj~~*> sa-sa-orarg: j\y~* 
Jjk «j ^ ^y» jL" 4j ^Xû*y sa-suâtu pàlion kUyu y an/ tlâda 
mem-brl bûah yarg bâik, tout arbre qui ne produit pas de 
bons fruits; \y** samuâ, tous. 

« Chaque ?? , J£^ segala : Jfelj ^ Pj^l Jxl segala ôrarg yarg 
bâikj chaque homme de bien. 

IL ADJECTIFS QUALIFICATIFS. 

1° POSITIF. 

102. Ce que nous nommons, dans nos langues euro- 
péennes, adjectifs qualificatifs, c'est-à-dire, mot exprimant 
une qualité, peut-être, en malais, considéré ou comme tel, 
ou bien comme verbe d'état. Ainsi ^—j besàr, qui signifie 
«grand??, signifie aussi «être grand?? ; J^Su sâkit, «malade??, 
signifie aussi «être malade?? (lat. œgrotare). Or l'adjectif 
considéré sous ce second rapport peut être renvoyé à 
l'article des verbes d'état (§ 115). 

Ici nous ne le considérons que sous le premier de ces 
rapports, c'est-à-dire comme exprimant une qualité, et ré- 
pondant ainsi à ce que nous nommons adjectif en français. 

Il y en a en malais de deux sortes. 

1° Ceux qui immédiatement, par eux-mêmes et en 
tant que radicaux, expriment une qualité, commet besàr, 
grand; jtfhâya, riche; Jf-Jcexil, petit; J& papa, pauvre. 

2° Ceux qui n'ont cette fonction qu'à l'aide de la par- 
ticule préfixe^ ber, jointe à un substantif. Ex. : JlSk^» ber- 
jargg ut, barbu , de SS^.^ jarggut, barb e ; j *jj* ber-b v < li, 
sage, de ^y bùdî, sagesse. 



DU SENS DES MOTS. 09 

Les adjectifs ne sont, pas plus que les noms, sujets à 
aucun changement de genre ou de nombre. Leur rapport 
avec le nom s'indique par la position seule, 

Dans la composition simple, ils se placent après le 
substantif : j^ ^j rûmah besàr, une grande maison; J-y 
JSj 'pbkoh tirggi, un arbre élevé; ^y ly kûda pûtih, un 
cheval blanc. 

Cependant, lorsque l'adjectif est pris dans un sens 
emphatique, il peut se placer avant le nom: comme J*\> 
*~*Ô'jk>j\ bâik ôrarg ïtu, bon est cet homme; CJ\ ^j^ 
besàr rûmah ïtu, grande est cette maison. 

2° COMPARATIF. 

103. Le comparatif de supériorité s'exprime par aJ 
lebeh, «plus??, et celui d'infériorité par pj^ kûrarg, «moins??, 
que l'on place devant l'adjectif, et notre «que??, qui le suit 
en français, se rend parj^ deri: ^+bjij^ aJ C>y tûan lebèli 
besàr deri hamba , vous êtes plus grand que moi ; 9jy *-**** 
ôyj^j^i hamba kûrarg besàr deri tûan, je suis moins grand 
que vous. 

Très-souvent aJ lebeh est sous-entendu, et on exprime 
seulement ji deri: ^j^ jtë'ôy tûan kâya deri hamba, 
vous êtes plus riche que moi; j^l d>y ôy jï ^J\y ù>y tûan 
kicâs'a deri tûan pûna âclik, vous êtes plus puissant que 
votre frère cadet. 

104. Pour le comparatif d'égalité, il s'exprime par pL 
setma, et le «que?? par ^so dergan: ^<& ^so ^$XS J^> ôy tûan 
sâma j)andey dergan hamba, vous êtes aussi savant que moi. 



3° SUPERLATIF. 

105. Le superlatif se forme en faisant précéder le 
positif de la particule inséparable J ter: ^yj ter-kuâsa, 

7* 



100 GRAMMAIRE MALAISE. 

très -puissant; j^J ter-besàr, très-grand; J^U^J-jIj^ 
bûdak Itu ter-jâhat, cet enfant est très-méchant. 

106. Ou bien on fait précéder le positif d'un mot 
signifiant «beaucoup, très, fort 77, etc., comme jA> banale, 
JU*I àmat, Jij ter-lâlu, £êL> sârgat; ou on le fait suivre du 
mot Jl^ sa-kâli) «tout à fait 77 : jh jh bànak bàik, bien bon; 
j~* JX*| cunat besàr, très-grand ; \y )ij ter-lalu tua , extrê- 
mement vieux; JlC S^^jâhat sa-kciU, tout à fait mauvais. 
V* mafia, a aussi la même valeur: J^ V° mahà mulia, très- 
glorieux; ^\) V* mahel kuâsa, tout-puissant. 

Souvent, pour rendre ces expressions plus énergiques, 
les Malais emploient plusieurs de ces mots à la fois: ^\i> 
^~o C~*\ ter-lalu âmat besàr, grand outre mesure. 

107. Enfin on donne aussi un sens de superlatif à 
l'adjectif en le doublant: V Jsl kexzl-kexÏÏ, très-petit; tj^j' 
tirggi-tirggi, très-élevé. 

VI. 

DU VERBE. 

108. En malais, comme dans toutes les langues, le 
verbe est un mot qui exprime un état ou une action. 

La langue malaise à cette particularité que ses radi- 
caux ne sont sujets à aucune inflexion ni à aucune dési- 
nence pour désigner les formes que le verbe peut prendre, 
non plus que pour exprimer les temps , les modes et les 
personnes. Les personnes se distinguent par les pronoms: 
les temps et les modes, par des adverbes ou par des auxi- 
liaires; et les formes, au moyen de particules préfixes et 
suffixes. 

I. FORMES DES VERBES. 

Grâce à cette facilité de combinaisons, il arrive qu'un 
mot malais avant un sens verbal peut prendre différentes 



DU SENS DES MOTS. 101 

formes, par lesquelles sa signification première reçoit 
diverses modifications; et il pourrait sous ce rapport être 
comparé au verbe des langues sémitiques. 

109. L'emploi de ces particules, pour désigner les 
formes d'un verbe, est d'une régularité assez constante, 
pour qu'il soit possible de poser en principe les règles 
suivantes. 

l êre règle. Tout radical verbal exprime un état ou 
une manière d'être et, souvent aussi, il indique qu'un sujet 
est mis dans cet état, répondant ainsi à un passif. 

2ème r £o-le. Pour donner à un mot malais le sens de 

o 

verbe d'état, ou de verbe neutre, on se sert du préfixe 
y ber. 

3" me règle. Pour donner à un verbe le sens général 
d'action, on se sert du préfixe p me. 

4 ème règle. Pour indiquer l'action appliquée à quelque 
chose, c'est à dire le «sens transitif??, on se sert du suf- 
fixe c5 i- 

5 ème règle. Pour donner au verbe le «sens causatifV, 
on lui applique le suffixe J> kan. 

6 ème règle. Le verbe redoublé, avec préfixe dans le 
premier membre, a un sens fréquentatif ou d'intensité. 

7 ème règle. Les verbes redoublés, ayant le préfixe 
dans le second membre, ont un sens de réciprocité, ou de 
simultanéité. 

gème r ^gle. Le même sens s'exprime encore en donnant 
au premier membre le préfixe y ber, et au second le suf- 
fixe ô* an. 

Toutes ces règles peuvent être résumées dans le 
tableau suivant, qui donne les différentes formes que peut 
prendre un verbe malais, ainsi que le sens attaché à cha- 
cune d'elles. (àZt bantah, dispute, disputé.) 



102 GRAMMAIRE MALAISE 

FORMES. SENS. 

1'". ou racine ^ \ 

bantah] état et P a ^ sif - 

2ôrao ,•*• . 

ber-bantak] d ' état ou neutre. 

3 ême àZs ) 

mem-hantah] d'action ou actif. 
4 Ame jbLv | 

mem-bantâh-i j transitl *- 

mem-bantah-kan \ causatl l- 

6 ême A^Lf | 

mem-bantah-bantah] fréquentatif on d'intensité. 

bantah-mem-bantah / 

011 ) réciproque ou simultané. 

8 ème u^b^jt 

ber-bantah-bantah-an 

Toutes ces formes ne sont pas en usage pour tous les 
verbes, mais elles pourraient l'être et notre dictionnaire 
contient presque toutes celles qui se rencontrent dans les 
écrits malais (v. note L à la fin de la grammaire). 

Nous allons d'ailleurs, dans les articles suivants, ex- 
poser les divers cas que présente l'explication de nos 
règles. 

l êre FORME, OU RACINE. 

110. Dans cette forme, nous avons à distinguer deux 
classes de verbes: celle des «verbes substantifs r> , qui, 
comme dans nos langues européennes, peuvent être aussi 
employés en qualité «d'auxiliaires»; et celle des verbes 
d'état proprement dits. 



DU SENS DES MOTS. 103 

Verbes substantif*. 

111. Il y a en malais deux verbes, *\ ada et «^A*. jâdi, 
que Ton peut considérer comme verbes substantifs et 
auxiliaires. 

->! ada, considéré sous ce rapport, remplace le verbe 
«être» et le verbe «avoir??. *\ ^**> hamba ada, je suis; ^$1 
Jd^l «« «c/a te&, il est bon; j&*yu ^$1 jI *)iX* hendak-lah 
ada la sûxi, il doit être pur; ^y\ Ob JjU à*Z»u j! ac?a sa-tergah 
mabuk dân ciyun, la moitié était ivre et chancelait. 

L'idée «d'être.» étant généralement contenue dans les 
substantifs et les adjectifs malais , il arrive souvent que *\ 
ada est sous-entendu : jJf^yJ>\ ^ ôjf kârna baliwa âku 
tuhan kâmu , parce que je (suis) votre seigneur; ^L jA> 
banak salah-na, ses crimes (sont) en grand nombre; ^i~ <» tél 
ajpà-kah gajz-na, quels (sont) ses gages? 

On lemploie souvent au mode impersonnel, dans le 
sens de «il y a, il y eut, il y aura» : Pj^l *\ ada brarg, il y 
a quelqu'un; J^ ->\ ada bânak, il y en a beaucoup; a-x~* 
3-b*. 3^ "^ sudah ada bânak bûdak, il y avait beaucoup d'en- 
fants; <_$V -^ Cr ' â&ara ac?« bahâya, il y aura du danger; 
JiîT j|^l£L jikalaw ada kapàl, s'il y avait un vaisseau. 

->! «cfo, s'emploie comme auxiliaire d'un autre verbe, 
en précisant l'action pour le moment dont on parle, soit 
le présent, soit le passé: ^«xU ù\ ^$ù dïa ada mandi, il se 

baigne (il est se baignant) ; c)^^. ^ k>^ & c ^ a orarg ada 
ber-jâlan, ils se promènent (ils sont se promenant); J-il 
^U ù\ (J\ «Jb l^+*> apa-Lïla hamba dàtarg ta ada mâkan, 
lorsque je suis arrivé, il mangeait (il était mangeant); 
Al* ù\ 1j bclùm ada menânam, (ils) n'ont pas encore semé. 
112. Quand .>! ada remplace le verbe «avoir», il doit 
être accompagné d'une des prépositions Jfc bacp, Jn akan, 



104 GRAMMAIfiE MALAISE. 

^ pâda, etc. : Oy^J> £jy^ Jf»l ■>! ^r^d^^ bahwa bagï hamla 
ada ànak sa-brarg perampûan, car j'ai une fille (à moi est 
une fille); ù<^r*S J^ ■>' Àip cf\j^- jikalaw dkan sa-ôrarg 
ada bânak pergatahû-an , si quelqu'un a beaucoup de con- 
naissances: ^^^^f^cj^ùj^kârna sa-kalï-an ka-bijîk- 
an ada padâ-na, car elle avait toutes les qualités. 

113. ^\c^jâdf\ wfa.it, devenu, produit, être, exister»: 
\y lS-^ ^) Pj^ àrarg ïtu jâdi tua, cet homme est vieux 
(devenu vieux) ; CJ\ ij^\ jJ jj'l dbj^jadz-lah ânakpada àrary 
ïtu, un enfant est (provenu) à cet homme; ^-Ij J-ol ^^- aI^I 
a&J ^C 11 j itû-lah jâdi osai raja dàlam nagrl axeh , ce fut 
là l'origine des rois du pays d'Achem; ^.xlT-xap lPW- A 1 . <**k 
^j -y ^^ binâtarg yarg jâdi deri-pada kaldey dergan Icûda 
betïna, un animal étant (provenant) d'un âne et dune 

jument; j~&* <5j& ^ ?rb c£->V c$' g o*^" ^l^ ^ J dâlam be- 
brâpa tâhun yarg za jâdi raja dâlam nagrï mesir, pendant 
les années qu'il fut roi en Egypte. 

Le sens de ces deux verbes se rapproche tellement, 
qu'ils s'emploient indifféremment l'un pour l'autre dans 
plusieurs de leurs dérivés; ainsi J>\j£* mergadâ-kan , ou 
^j>Jf^ men-jadt-kan, créer, produire quelque chose; ô'I-xli 
ka-adâ-an, ou ô",j *è- ka-jadï-an, production, existence. 

Verbes d'état. 

114. Dans leur première forme les verbes malais peu- 
vent être considérés comme exprimant quelquefois un état 
et quelquefois un passif. Sous ce second rapport, nous en 
parlerons en indiquant les diverses manières de rendre 
le passif dans les verbes. Ici nous les considérerons 
comme exprimant un état, sens qu'ils partagent, du reste, 
avec un grand nombre d'autres radicaux. Ainsi, p. ex., JoL 
sâkitj «malade», signifie aussi «être malade» (équivalent au 
lat. œgroto) ; ^gauturg, «pendu», signifie aussi «être pendu» 



DU SENS DES MOTS. 105 

(franc, pendre) ; JS getàr, ce tremblant, être tremblant?; 
(franc, trembler); pj\> bârirg, «couché } étendu??, signifie 
aussi ce être couché, être étendu?? (lat. jaceo). 

On pourrait même dire que tous les mots malais, ren- 
fermant dans leur état radical une signification qui com- 
prend le verbe ce être??, et signifiant ce être quelque chose??, 
peuvent être considérés comme verbes d'état (§ 53). C'est 
pourquoi, pour particulariser leur sens verbal, et indiquer 
les modifications diverses que cette idée peut subir, on a 
dû recourir à l'emploi des particules que nous avons indi- 
quées dans nos règles générales et dont nous allons don- 
ner le développement. 

gème FORME: VERBES D'ÉTAT OU NEUTRES. 

115. Régulièrement, un radical verbal malais prend le 
sens de verbe d'état, au moyen de la particule préfixe^ ber. 
Ex.: £ySy ber-ganturg^ «pendre, dépendre de??, c'est-à-dire, 
ce être pendant, être dépendant de??; «—o^ ber-âdab, ce être 
affable, être courtois??; ^^yber-ïïâman, ccêtre en bonne santé, 
se bien porter?? ; Pj^ ber-bârirg, ccêtre couché, se reposer??. 

On voit donc qu'en malais ces verbes ne diffèrent pas 
des adjectifs, ni pour le sens ni pour la forme (§ 102). 

Et comme nos participes français sont de véritables 
adjectifs, on pourra les traduire dans notre langue quelque- 
fois par un participe, quelquefois par un adjectif, et d'au- 
tres fois même indifféremment par l'un ou par l'autre. Ex. : 
u-ol^ ber-àdabj ccêtre affable??, pourra se traduire par ?? cour- 
tois??; y/^j\ ber-anjur, ccêtre en saillie??, par ce saillant ?? ; 
jjlc^> ber-jâga, ccêtre de garde??, par ce veillant?? ; { j^\^ > ber-tsi, 
ccêtre plein??, par ce plein??, ou par «rempli?? \J\j\ ber-âtur, par 
ce réglé??, ou par ce régulier??. 

Mais comme nous n'avons pas toujours en français un 
adjectif exprimant l'état indiqué par le verbe malais, et 



106 GRAMMAIRE MALAISE. 

que, d'un autre côté, un adjectif en composition ne peut 
pas être sans un sujet considéré dans l'état, ou avant la qua- 
lité qu'il exprime, dans ces cas on traduira par «étant, 
dans tel état??, ou «qui a telle qualité??. C'est ce que nous 
avons souvent fait dans notre dictionnaire. 

Ex.: ^^«j* bcr-mïsey, ayant, ou qui a des moustaches, 
de i j^> mïsey, moustaches; ^l^ ber-amàs, étant d'or, ou 
qui est d'or, de ^-o! amas, or; ^>^\y> ber-ïbu bâpa, ayant, 
ou qui a père et mère. 

116. Si le verbe d'état est précédé d'un nom ou d'un 
pronom, il pourra mémo se traduire par un substantif ou 
par un adjectif pris substantivement. Ex. : ^e^ ?jj\ orarg 
ber-jàga, un gardien; -pry^pj^ orarg be-lcarja, un travail- 
leur; Jj^yi 9 -jj\ orarg ber-jûal, un vendeur, un marchand; 
<-*l* y->\ji &5 h yarg tiâda ber-ïbu bâpa : un orphelin; Oy^/> 
ur°j^ perampûan ber-dôsa, une pécheresse. 

Un certain nombre de ces verbes pourront se traduire 
en français par un verbe neutre, et quelquefois même 
par un verbe actif, comme. k-Syber-kembarg, s'ouvrir; c5j^ 
ber-làr?) courir; ^^ ber-mâm, jouer; ^^ ber-kelâld, se 
disputer; j'Aj* ber-ânak, engendrer; J^j^ ber-pûkul, frap- 
per; Cjjyy ber-tûrut } suivre ] jjy^ ber-bûru, chasser. 

117. Mais il faut bien observer qu'en malais, ce sont 
tous des verbes d'état, qui ne doivent pas avoir de régime, 
parce que ces sortes de verbes sont considérés par rapport 
à leur sujet et non par rapport à un régime. Et dans le 
cas d'un régime il faudrait se servir du verbe d'action 
(§§ 127, 128). Ainsi on ne pourrait pas dire gfd j£& ber- 
pûkul anjirg, mais gf^l j£f memûkul anjirg, frapper un 
chien; non 9j 3 \ Cjj^ ber-tûrut orarg, mais jhj ^Jr* me ' 
nûrut ôrarg, suivre quelqu'un; non u ^j ^jy^ ber-bûru 
rusa, mais ^j ^yt mem-bûru rusa, chasser un cerf. C'est 



DU SENS DES MOTS. 107 

ainsi qu'on dira: jX-*^ $yji cP j*y+ ôy ^y ^^ jikalaw bû- 
leli tûan menulurg dm ber-tûlurg sa-dïkit, si vous pouvez 
l'aider, aidez un peu. 

118. On trouve cependant dans quelques auteurs cer- 
tains de ces verbes d'état aA^ec un régime, comme Pjjl 
a^_j ; 6^ àrarg ber-bûat rûmah, quelqu'un qui construit 
une maison; ÔjLS ^\y g yarg ber-ûleh fca-besâr-an , qui 
arrive aux grandeurs : J^^ ?~>J-* tî*!/î <-£^ ^" ^*#w putrï 
ber-ànak sa-àrarg laki-laki, la princesse mit au monde un 
fils. Mais il faut considérer ces cas comme des exceptions 
à la règle générale. On pourrait aussi prendre le verbe 
comme indiquant un état plutôt qu'un acte , et traduire 
<Ujj Cjyy pj^\ àrarg ber-bûat rûmah par ce un constructeur 
de maisons, un architecte??. 

119. Ces verbes sont très -nombreux en malais, et 
remplacent les verbes d'action dont les Malais se servent 
peu ; mais alors, s'ils doivent avoir un régime, c'est par le 
moyen d'une préposition. Ex.: <_5.> Jï! ^-^vj ji\ la ber-xûxa 
akan dïa, il le méprise 5 ^Sïj&ZMj <J\ ta be-zkut ka-padâ- 
na, il le suit. 

Pour particulariser d'avantage le sens de ces verbes, 
et savoir par quel mot ils peuvent être traduits en fran- 
çais, il faut bien remarquer le sens du radical dont le 
verbe d'état a été formé. 

Verbes venant de noms. 

120. Si le verbe d'état est formé d'un radical qui est 
un nom ou substantif, il signifiera avoir, posséder ou 
obtenir la chose exprimée par le substantif. Ex. : De ^> 
bini, épouse, on fait ^j> ber-bmi, avoir une épouse, 
être marié, être mari; <J^ Pjj\ àrarg ber-bïni, un homme 
qui est marié, qui se marie. De ji laki, mari, on fait 



108 GRAMMAIRE MALAISE. 

jiy ber-làki, avoir un mari , j iy ^y-zï per-ampûan ber- 
làki, une femme qui est mariée ou qui se marie; de f>^ 
bâju, habit, on fait f^j* ber-bâju, avoir un habit, un 
bâju, être en bâju, se servir d'un bâju: de c$^ xahâya^ 
éclat, on fait <_5V*v? ber-xahâya, avoir de l'éclat, être 
lumineux, reluire; de *_$ laida, cheval, s§j ber-kûda, 
avoir un cheval, être à cheval, aller à cheval; de JL1 
cisap, fumée, ^JiAy ber-âsap, avoir de la fumée, être fu- 
mant, fumer; de ^ kebbn, plantation, ^yfy ber-kebbn^ 
avoir une plantation, posséder une plantation; de Aj 
pûloh, dixaine, ^J>y ber-pûloh, être par dixaines, for- 
mer des dixaines ; de l ^j1j râtus , centaine , ^y^jjt ber- 
râtus, être par centaines, former des centaines. 

121. Il en sera de même des verbes d'état venant de 
noms dérivés au moyen du suffixe t> an ou du préfixe J>per. 
Ex.: Du rad. A^l ûsurg, on fait ^y*\ n<sûry-an, chaise 
à porteurs, et J^^y ber-umrg-an, avoir une chaise à 
porteurs, être porté en chaise à porteurs; de «J^U hâdap, 
on fait ^!-x* hadàp-an, présence, et ^/\->^y t ber-hadâp-an, 
être en présence, qui se présente; de^i^ lûlir, Oy^ liiltr- 
an, courant, descente d'une rivière, et ôj^y ber-hitir-an, 
qui descend une rivière, couler, descendre; de &~* gan- 
turg, J^y^ fjantûrg-an, gibet, et ^£r*vi ber - gantûnj - an. 
qui est au gibet, être pendu; de P-xls pandarg, ^U*5 pan- 
devrg-an, contemplation, et c^^hi ber - pandàrg - an , être 
en contemplation, contempler; de a^^I ùsali, *~>^J> per- 
ûsah, œuvre, construction, et ^]^ be-per-ûsali, édifier, con- 
struire; de wX^ xinta, ô^^J» per-xintà-an , chagrin, et 
ô'I^^aj bc-per-xfntâ-an , éprouver du chagrin , être triste. 

Lorsque le verbe d'état vient d'un nom formé au 
moyen des deux particules, le préfixe -J ha et le suffixe O" an, 
il pourra souvent se traduire par un adjectif, comme 



DU SENS DES MOTS. 109 

û^T*v? ber-ka-putûs-an , destructible, de ^y^ ka-putm- 
an, destruction, du rad. ^j> jpûtus] cJ^j\ ber-ka-lihât-an, 
visible, de ^^ka-liliât-an, la chose vue, du rad. S^\ Uhat. 

Verbes venant d'adjectifs. 

122. Si le radical est un adjectif, le verbe indiquera 
que le sujet est dans l'état ou possède la qualité exprimés 
par l'adjectif. Ex.: ^^^ bcr-bâgus, être beau, de ^^ 
bâgus, beau; ?j^j> ber-htram, être bigarré, de rj^lûram, 
bigarré; J^> ber-kakal, être durable, de J& kakal, du- 
rable. 

On remarquera que ces verbes sont peu nombreux, 
et on pourrait même les considérer comme faisant double 
emploi, puisque les adjectifs ayant toujours le verbe être 
sous entendu, sont de véritables verbes d'état. 

Verbes venant de radicaux qui ont un se7is verbal et pouvant 
devenir verbe d'action par la particule préfixe p me. 

123. Les verbes d'état formés de ces radicaux pourront 
généralement se rendre en français par un participe pré- 
sent. Ex.: de CSJ\ zkut, ^Ay ber-ikut, qui suit ou suivant; 
dejJutl ïdar^j^Aji ber-îdar, qui tourne ou tournant; de J^y 
pûkul, JÏjIï ber-jpûkulj frappant; de J5I îdit, ^5^ ber- 
ulit, berçant; de *y> huma, >>y^> ber-hûma, moissonnant; de 
jè-kejar, ^yi ber-kejhr, poursuivant; àe h-*$ kembarg , £-^$j> 
ber-kembarg ', qui s'ouvre ou s'ouvrant. û/^JL^JAj^ 
^^juburg prtsey-na sepertikôta ber-jalan, le toit fermé par 
leurs boucliers ressemblait à un fort ambulant, marchant. 

yXc^jâmu, signifiant «un étranger, convive??, et aussi 
«être invité, être traité??, d'où le verbe d'action y^*£* men- 
jâmu, y\&^ ber-jdmu, signifiera «être étranger, être con- 
vive??, et aussi «invitant, traitant??, comme en français le 
mot hôte qui a les deux sens actif et passif. 



110 GRAMMAIRE MALAISE. 

t>& gâdoh, ayant le sens de «bruit, trouble??, et aussi 
de «troublé», d'où le verbe d'action a^lfcàï merg-gâdoh , ^%\ 
ber-gàdoh, signifiera «avoir du bruit, être en troublé», et 
aussi « troublant v . 

124. On trouve aussi des verbes d'état dans la forme 
des verbes transitifs et causatifs. 

Ex.: ^j\ ber-kenâl-i, connaître quelque chose, avoir 
connaissance de, ou connaissant, qui connaît quelque 
chose, du rad. J-3 Jcenàl. 

(j-^Wv? bvr-jalân-i\ marchant, ou qui marche dans un 
endroit, visitant une place, du rad. ^)\t>. jdlan. 

cf^}ji her-ïrgat-kan, faisant ressouvenir, qui fait 
ressouvenir, du rad. J-*jI ïrgat. 

J>bl^ ber-adà-kan, produisant, ou qui produit quelque 
chose, du rad. ->! ada. 

c£„ji ber-kïlat-kan, faisant briller, ou qui fait briller, 
du rad. CJS hzlat. 

cf^]Ai be-per-ïdeh-kan, faisant obtenir, qui fait obtenir, 
de 4?' uleh. 

^C&opL be-per-unturg-kan, rendant heureux, déclarant 
ou qui déclare heureux, du rad. ^\ unturg. 

125. Aux verbes de la seconde forme nous devons 
en joindre un certain nombre d'autres qui viennent du 
javanais, en conservant leur sens, et qui sont formés d'après 
les règles de cette langue, au moyen de la particule inter- 
fixe wn , qu'ils ont conservée aussi en malais , comme 
jS gumetar, être tremblant, trembler, àajSgctàr; ôjy 
tumûrwi, être descendant, descendre, de ôjy tûruni &jjS 
gitmûmh, résonner, de &jj> gùridi. Souvent aussi la voyelle 
u est remplacée par la voyelle e, comme &S gcmïlarg, être 
reluisant, reluire, -de ^fgUarg; C\$ kemelht, soupirer, de 
Aflcelhh (§ 40). 



DU SENS DES MOTS. 111 

126. Quelques autres venant de radicaux dont la 
lettre initiale est une voyelle, prennent aussi une forme 
javanaise, c'est-à-dire s'adjoignent seulement une nasale, 
comme py^ mïriry, être sur le côté, pencher, de 9jA zriry; 
iJ\& rgàpa, être important, importer, de sJI a/pa; pH* malary, 
être misérable, avoir du malheur, de £ll alarg] ^*»L mâsin, 
être salé, de ^\ âsin, salé; ^U mâsam, être aigre, de ssJ\ 



asam 



aigre. 



FORME: VERBES D'ACTION. 



127. Cette forme s'obtient en joignant au radical la 
particule préfixe * me, qui, le plus souvent, s'adjoint une 
nasale selon les règles que nous avons données en parlant 
de l'application de cette particule (§§ 46, 47). 

Il faut remarquer cependant que quelquefois, lorsque 
le radical commence par une voyelle ou par a h, la nasale 
est supprimée. Ex.: ajU màrqh, diriger vers, pour a;U* 
merg-ârali, de i>\ ârali] à+* mïnum, boire, du javanais J*A 
ïnuin] SS^A« marykat, partir, de c£è\ argkat: ^Jf mam/pus, 
détruire, de ^l* hâpus. 

128. Plusieurs verbes javanais dans la formation des- 
quels la lettre initiale du radical a disparu (étant une forte, 
§ 46) par l'apposition de la nasale préfixe, ont conservé 
cette forme en malais , comme ^U mâkan, manger, de >y^> 
pakan, nourriture; ^* minta , demander, de C£> pinta, 
demande; <jL màti, mourir, de <jtè pâti, la mort. Dans 
cette forme ces verbes sont souvent pris comme verbes 
d'action. 

Cependant, si on voulait leur donner un régime, il fau- 
drait leur préposer la particule » me, comme (jjj J>V me- 
màkan rôti, manger du pain;^ ^.f me-mïnun âyer, boire 
de l'eau; { yu\ J^ me -minta ampun, demander pardon; 
9j^\ o^r^ wie-matï-kan ôrarg, faire mourir quelqu'un. 



112 GRAMMAIRE MALAISE. 

129. Nous nommons ces verbes «verbes d'actions ; mais 
il ne faut pas les confondre avec ce que nous nommons 
en français «verbes actifs». Ceux-ci expriment un acte qui 
retombe sur un objet que nous nommons régime ou com- 
plément du verbe, lequel est autre que le sujet; et c'est 
par rapport à ce complément, que nous considérons nos 
verbes actifs; de sorte que, si un verbe ne peut pas avoir 
de complément, comme p. ex. « marcher n , nous disons 
que le verbe n'est pas actif, mais bien neutre. 

Les verbes d'action malais au contraire, étant sur- 
tout considérés par rapport au sujet, peuvent avoir un 
régime, mais ils n'en ont pas besoin. Beaucoup de ces 
verbes répondent à ce que nous nommons en français «ver- 
bes neutres?? ; toutefois ils n'expriment pas seulement un état 
ou une manière d'être, comme ceux dont nous avons parlé 
dans l'article précédent, mais bien un acte produit par le 
sujet, et émanant de la volonté ou de la nature du sujet. 

Ainsi, de J>\&- jàlan, voie, route, on fait le verbe d'état 
^IU^j ber-jâlan, étant en route, voyageant, qui voyage, et 
le verbe d'action j^-^ men-jalan, marcher, voyager, faire 
l'action de marcher. 

De (Jjt^ dïrij soi, soi-même, on fait le verbe d'état iSji^Jt 
ber-dïri, être debout, étant droit, et le verbe d'action 
fjjiX^ men-dïri, se tenir debout, se dresser. 

De 3^. jâga, veille, garde, on fera le verbe d'état 
jJV^j bei'-jâcfa, être de garde, veillant, et le verbe d'action 
jJU~> men-jâga, veiller, garder, faire l'action de veiller. 

De Jli ûâla, flamme, on fera le verbe d'état JI^j ber- 
ûâla, être en flammes, avoir des flammes, et le verbe 
d'action JLo me-nala, flamber: J^* J>î àpime-nâla, un feu 
qui flambe, qui s'agite. 

130. Il y a cependant en malais un certain nombre 
de mots qui, dans leur état de radicaux, et sans la parti- 



DU SENS DES MOTS. 113 

cule p ??ie, expriment une action, et répondent à quelques- 
uns de nos verbes neutres. Ex. : J^S peïgi, aller, partir; 
C**Jterbit) apparaître, s'élever; jXï tldo?; dormir; ^*mâu, 
vouloir. 

Pour fixer d'une manière plus particulière le sens des 
verbes d'action, il faut voir la première idée exprimée 
par le radical. 

131. 1° Si le radical renferme l'idée d'une chose faite, 
répondant à nos participes passés, le verbe d'action ex- 
primera l'acte par lequel cette chose est faite. Ex. ; jfkïra, 
pensé, cru, calculé, fait j&« mergïra, penser, croire, cal- 
culer; £jy iûlurg, aidé, secouru, ^U mcnûlwy, aider, se- 
courir; )jif letbaS) secoué, agité, ^rt^ menfibas, secouer, 
agiter; { j^\ zs?) rempli, ^^ merg-ïsi, remplir; Jtykôi/ak, 
déchiré, Jfej** meryôyak, déchirer. 

132. 2° Si le radical est un nom d'instrument, le 
verbe exprimera l'action que l'on peut faire en se servant 
de cet instrument. Ex.: C*y jpûkat^ filet, fait Cày memûkat^ 
pêcher au filet; J-wJb hasta, coudée, J^Â* merg-liasta ) me- 
surer à la coudée: Pjtë pârarg, .couperet, éjlf memârarg, 
couper avec un couperet; J^X kâil , ligne pour pêcher, 
JjHo mergàil , pêcher à la ligne; JjU- xabuk, fouet, J^-f^ 
men-xâbuk, fouetter, se servir d'un fouet; aîfâ pânak, arc, 
àjV memânak, se servir d'un arc, tirer des flèches. 

133. 3° Si le radical est un nom d'office, de profession, 
le verbe exprimera l'action de remplir cet office. Ex.: 
JUT gombâla, pâtre, JUA* mergombala, faire paître. 

134. 4° Enfin, si le radical est un adverbe, le verbe 
exprimera une action ayant rapport au sens de l'adverbe. 
Ex. : éj^** sabrarg, au-delà, fait 9y^ mefiabràrg ', aller au-delà ; 
*&i Untarg, de travers, à travers, &lL me-lintanj, traverser; 
^\ âtas, dessus, u ~ïl«* mergâtas, aller au-dessus, s'élever; 
j£> dekàtj près, <S$X*> men-dekàt, s'approcher. 



114 GRAMMAIRE MALAISE. 

4èmc FORME: VERBES TRANSITIFS. 

135. Pour avoir cette forme, on joint au verbe la par- 
ticule suffixe <_$ i. Si le radical a déjà pris la particule 
préfixe p me, il aura un sens actif; dans le cas contraire, 
il sera considéré comme étant au passif. Ex.: ^3jJ-±tj>\ 
aku mem-bazk-i rûmah, je répare une maison; ^JCù^j^ ,j\ 
za mem-bazk-i kitab, il corrige un livre; V Jy^^f*» *jy sûruh 
bazk-i bâik-bâik, ordonnez qu'il soit bien réparé. 

Sens. 

136. Quant au sens, ces verbes sont employés par 
les Malais, quand ils veulent donner au verbe pour régime 
un objet qui n'est pas celui sur lequel retombe directement 
et premièrement l'action. 

Il ne faut donc pas confondre ces verbes transitifs 
avec nos verbes transitifs français; car nous nommons en 
français «verbes transitifs?? ceux dont l'action retombe ou 
est supposée retomber directement sur un objet que nous 
nommons pour cette raison «régime direct», ou «complé- 
ment direct», tandis qu'en malais, l'objet sur lequel re- 
tombe directement l'action, peut devenir régime d'un verbe 
d'action, ou d'un verbe causatif, comme nous verrons dans 
la suite, mais non d'un verbe transitif. 

Pour donner un exemple * du sens de ces sortes de 
verbes en malais, prenons le mot ^j karunza, qui, dans 
son état de radical, signifie «don, faveur, grâce». ^"Lj^â-o 
menjaruniâ-i signifiera «accorder à quelqu'un une faveur, 
faire à quelqu'un un don ou une grâce», et se traduira 
en français par «favoriser quelqu'un, douer quelqu'un» 
c'est-à-dire que nous faisons «quelqu'un» régime direct 
du verbe. Mais les Malais considèrent que celui qui 
donne à quelqu'un quelque chose, a dû agir d'abord 



DU SENS DES MOTS. 115 

et premièrement sur cette chose, pour la prendre et 
en faire un don à quelqu'un ou pour quelqu'un; pour 
eux cette chose deviendra donc complément d'un verbe 
d'action ou d'un verbe causatif , et la personne à laquelle 
le présent a été fait, à laquelle la chose a passé, sera 
régime du verbe transitif, formé par la particule ^ i- 
Ainsi on dira jJZ by^ ^J\ 0*1=^) <_£-> ^L^â* *.|j raja merga- 
runiâ-i dza ka-rajâ-an âtas sa-bûah nagr?, «le roi lui donne 
le gouvernement d'une ville??, ou «a favorisé lui du gou- 
vernement d'une ville??, faisant de «lui» le régime du verbe. 
Mais si on voulait faire ô 1 '^^ ka-rajâ-an, «gouvernement», 
régime du verbe, il faudrait prendre le verbe causatif et 
dire ^ $\ ^sj^ ty*> û"Wry Cr V!/** ?rb ràja mergaruniâ-kan 
ka-rajâ-an sa-bûah nagrz âkan dza, «le roi a accordé le 
gouvernement d'une ville à lui??, ou «pour lui??. Dans 
ce cas <_$-> dza, «lui??, n'étant plus régime du verbe, doit 
être précédé de quelque préposition, comme J>l âkan, 
*& pada, etc. On trouve bien quelquefois le régime du 
verbe transitif malais précédé d'une préposition, mais elle 
n'est pas nécessaire. 

Ces verbes répondent donc, en français : 
1° A nos verbes considérés par rapport à leur régime 
indirect, marqué par «à?? ou «de». Ex.: jJZ J-\sX* men- 
datârg-i nagrz , arriver à la ville ; ^aL pj^\ <jtAo merg-obât-i 
ôrarg sâkit, donner des remèdes à un malade; ^Jy^ 
^v^» men -xer itéra -i hamba, raconter à moi; ùy ^i^»» 
merg-hampzr-i kôta, approcher du fort; kj^J-^* menulûrg-i 
ôrarg, porter secours à quelqu'un. 

2° A certains verbes auxquels nous donnons pour 
régime direct la personne ou la chose sur laquelle l'ac- 
tion ne retombe pas immédiatement, comme quand nous 
disons «pleurer quelqu'un», pour «pleurer sur quelqu'un» ; 



116 GRAMMAIRE MALAISE. 

«monter une montagne??, pour «monter sur une monta- 
gne??; «planter un jardin??, pour «planter dans un jardin??; 
«monter un cheval??, pour «monter sur un cheval?? ; «suivre 
un chemin??, pour «marcher par un chemin??, etc. Ex.: 
^jjul ^.-JsLo £> -xIj bunda yarg menargïs-i ânak-na, une mère 
qui pleure son enfant; Aj^T^ol* £\ âku me-naïk-i gïtnurg, 
je monte sur une montagne, je gravis une montagne; 
jS j\iu j;\ la menanàm-i kebbn, il plante un jardin; J-x^> 
*§ S**** hendak me-naïle-i kïida, voulant monter un cheval; 
à? ij>^* men-jalân-i kebbn, marcher dans une plantation, 
visiter une plantation. 

137. Si le mot d'où le verbe transitif est formé est 
un nom, le verbe exprimera l'action d'appliquer au ré- 
gime l'objet désigné par le nom. Ex. : de u ~-*\ amas, or, 
on fait ^j-Xàa merg-amâs-i , appliquer de l'or à quelque 
chose, dorer; de X ncima, nom, on fait «^U* me-namâ-i, 
donner un nom à quelque chose; nommer; de JÏ^ pâgar, 
palissade, ^Sj^i memagâr-i, mettre une palissade à une 
place, enclore; de >j& kefan, linceul, ,jlÀiL mergefân-i, 
mettre un linceul à un corps mort, ensevelir. 

138. Si le verbe transitif vient d'un verbe d'action, 
il indiquera que cette action est faite «pour?? ou «vers?? ou 
«en faveur?? de la personne ou de la chose exprimées par 
le régime. Ex. : j& *-++*> <j*\£> bukâ-i hamba pintu, ouvrez 
moi la porte, de ^yC mem-buka ouvrir; 9j^\ Jîj^f 5 * merg- 
ajâr-i brarg, enseigner à quelqu'un, corriger quelqu'un, 
de ^^ merg-ajar, enseigner; Pjj-^^y?^* merg-anjurg-i 
sa-àrarg, faire une visite à une personne, visiter quel- 
qu un. de £^ x * merg-anjurg, visiter; uoi^ ju oy fUjr* 
^jù J~j^* sa-brarg pûn tiâda ber-xâkajj me-na?k-i dïa, per- 
sonne n'osait monter vers lui (S. Mal. 176). 



DU SENS DES MOTS. 117 

5èm e FORME: VERBES CAUSATIFS. 

139. Ces verbes se forment au moyen de la particule 
suffixe J> kan. Si le verbe avait déjà pris le préfixe » me, 
il aura un sens actif; dans le cas contraire, il sera consi- 
déré comme étant au passif: J>tl«* margatâ-kan, de O^" 
hâta) Cri^f^* men-jadt-kan de ^s^e^ jâdi: ^jy^ menûrun- 
kan, de Ojy tûrun: j^^-o menamjpey-kan , de ^JU^ samjpey. 

La particule n'est autre qu'une contraction de Jh âkan, 
qui signifie wà, vers, pour, touchant, concernant, en vu 
de» (§ 220). Elle est même quelquefois employée clans 
l'une ou l'autre forme ; ainsi on trouve ^j^ Cjj^- ^ tiâda 
kabar-kan dirï-na, et ^j^ $\ y^ ÀJ tiâda kabar âkan 
dirî-na, n'avoir plus ses sens ; ^j-> o&*^ ïrgat-kan dirz-ua, 
et ^ij-> Jm *-^%l zrgat akan diri-na, revenir à sa connais- 
sance, recouvrer ses sens; JU- J> LS^* memreksa-kan liai, 
et JU- ^1 ^r^X memreksa âkan liai, examiner quelque 
chose; ^ji J^-~ <£ mem-besâr-kan diri-na, et ^j± Jm j~~£ 
mem-besàr âkan dirï-na, s'enorgueillir. 

Sens. 

140. Ces verbes indiquent faction du sujet vers un 
objet sur lequel il agit directement; c'est à dire que le 
régime subit, quelquefois passivement et quelquefois ac- 
tivement, l'action faite par le sujet: nous disons quelque- 
fois activement, parceque, dans ce cas, le sujet fait faire au 
régime l'action exprimée par le verbe. Ceci se comprendra 
par ce que nous allons dire en parlant des différentes sortes 
de mots avec lesquels ces verbes peuvent être formés. 

1° Venant de substantifs. 

141. Les verbes causatifs, dérivés de substantifs, indi- 
quent l'action que l'être exprimé par ce substantif peut 



118 GRAMMAIRE MALAISE. 

faire sur un objet ou régime. Ex. : de JUT gombâla, 
pâtre, pasteur, on fait JOUSL, merg - gombalâ-kan , faire 
paître , soigner des animaux : C*A *JL Cj^** JOLJjL pj^l ^ 
clûa àrarg merg - gombalâ - kan sa - kalz - an binâtarg ïtu , 
deux personnes avaient soin de tous ces animaux (H. 
Ab. 74). 

De JUj kapala, tête, chef, on fait JOU.** merg-apalâ- 
kan, conduire : d^j JOU«* k> cj^l ôrarg yarg mergapalâ-kan 
ratà-na, l'homme qui conduisait son char (R. 92). 

D'autrefois il exprime l'action que l'on peut faire en 
se servant de l'objet indiqué par le substantif, comme 
jV^ memânah-kan , tirer des flèches avec un arc, de àj'U 
pânah, arc : jx5 ^'S^iji ^U jj| ^oj^K* di-ka-lûar-kan-na 
ânak pânah-na lalu di-pânali-kan-na ka-udara, il sortit 
une flèche et la lança dans l'air {R. 44). J\J>\*~ mergâpur- 
kan , enduire de chaux, plâtrer, de J& kâpur, chaux, 
plâtre : J*j1 a^ oS^^ ^ m di-kâpur-kan sïrili ztu, il mit 
de la chaux au bétel (pour en former une chique) (Harg. 
T. 100). 

Mais le plus souvent le verbe signifie faire qu'une 
chose devienne ce qu'exprime le nom ou substantif dont 
il est formé, comme jQli^ merg - galali -kan , faire une 
gaffe de quelque chose , de ^ galah , gaffe : &£** t^^ 
^ijyiSo jL 4>b sa -àrarg meminjam dâyurg moka di-gâlali- 
kan-na, un homme emprunte une rame et en fait une gaffe, 
s'en sert comme de gaffe (Cod. Mal. 431). ^Sjk^ mem- 
bergkis-kan, faire de quelque chose un présent, de ^r^ 
bergkis, présent: ^SSj^^> ôy Jol A-Jj belzyurg ztu pûn di- 
bergkis-kan-na, de cette doloire il fît un présent (S. Mal. 
90). ^A.âjyo^j'1 ^,^53^0 S^\ ç-jj\ jfil ânak ôrarg ztu di-jtial- 
kan-ûa citaio di-liïitarg-kan-na, il fait vendre les enfants de 
cet homme, ou bien, il en fait une dette (il les met en gage 
pour une dette) {H. Ab. 379). 



DU SENS DES MOTS. 119 

2° Venant d'adjectifs ou de verbes d'état. 

142. Le sujet clu verbe fait que l'objet sur lequel il 
agit devient ce qu'exprime l'adjectif, ou bien, il le fait entrer 
dans l'état exprimé par le verbe, comme ^y bè* mergayâ- 
kan, enrichir, de j^kâya, riche : t>^J> | jf ll\^$lp| {J^ c£^° 
^ JT Le* supâya jàrgan argkaw katà-kan aku sudàli mergayâ- 
kan dza, afin que vous ne disiez pas: je l'ai enrichi 
(B. 19). 

J^r~^ mem-besàr-kan , agrandir, rendre grand, de^-~ j 
besàr, grand r^lTjT^f 4> jj^. a11| allah jûga yarg mem-besàr- 
kan kàmu, c'est Dieu qui vous a rendu grand (M. B. 61). 

^\lyx^ merg-liinci-kan , avilir, rendre vil, de <j& lima, 
vil. <y^*iy> me-rïrgan-kan, rendre léger, mépriser, de j*ij 
rïrgan, léger, peu important: jTl^j Ob j£*jj^ ^JL Ji^ ^1 
ideh segala mânusm di-rzrgan-kan dm dt-hinâ-kan, méprisé 
et avili par tout le monde (M. B. 169). 

^ài^L menerbarg-kan, faire voler, emporter en volant, 
de ç-*J terbarg, voler, volant: j & s ^S£>jîï Ob ^jta Ji lalu 
di-târik-iîa dan di-terbarg-kan-na ka-udara, il la tira et 
l'emporta en volant dans les airs (B. 97). 

(jX^jh me-larï-kan, faire courir, de ^ji lâri, courir: 
v^Ijo ^j^L OllaLi vl>b dan sultan me-larl-kan kudà-na, et le 
sultan fit courir son cheval. 

^j£*Lo menirggal-kan , faire demeurer, laisser, aban- 
donner, de Jfej* tirggal, demeurer, rester: jÙJC^U jiiul àL£U. 
-xIj jârgan-lah ânak-ku menirggal-kan blinda, gardez-vous 
bien, mon enfant, d'abandonner votre mère (B. 50). 

3° Venant de verbes d'action. 

143. Le sujet de ces verbes fait faire par le régime 
sur lequel il agit , l'acte exprimé par le verbe d'action, 



120 GRAMMAIRE MALAISE. 

comme jT^** merg -hampir -kan, faire approcher, de ^^4* 
merg-hampir, approcher, s'approcher, du radical {i/ J^ ham- 
pir, près, proche : J& Pj^\ J& -iJUS j£*<^ Jz-i dergan merg- 
hampir-kan padâ-hu segala brarg bâik, en faisant approcher 
de moi les hommes de bien (il/. B. 87). 

j£c*s^ mon - xïum - kan , faire flairer , faire respirer 
quelque chose, de *s£* men-xïum, flairer, respirer, du 
radical ^ xïum: ^^c^%^ Jf~u~^y)y* suâtu pelïs kexïl 
di-xïum-kan-na ka-hïdurg-ûa , il lui fit respirer une petite 
fiole (H. Ab. 231). 

jfjllAo merg - alir - kan , faire couler, de J\*<* merg-alir, 
couler, du radical ^11 alir: p->Vs a*j js ^A J9^° £> &>j> gûnurg 
yarg merg -alir -kan âyer-na jpada tergah pâdarg, des mon- 
tagnes qui font couler leurs eaux jusqu'au milieu de la 
plaine (R. 118). 

J^L*A*mergombali-kan, faire retourner, rendre, de JUA* 
mergombâli, retourner, du radical Jw kombali: ->lJ ^l^lÇ- 
^^ ifj^\ J>^y*»J<« jikalaiv ïa tiâda mâu merg ombalï- kan 
istrï hamba, s'il ne veut pas me rendre mon épouse (i?. 146). 

jCu^âo mcrg-lientï-kan , faire arrêter, faire stationner, 
de J^iA* menj-hentt\ stationner, du radical Jp* liniti: J~J fclî 
^j| ^U^« tânali liât merg-licntï-kan âyer, le terre argileuse 
fait stationner (arrête) l'eau (JV. Phil. 57). 

144. Très-souvent la particule suffixe J> kan indique 
que l'action du verbe est faite sur un objet ou pour un 
objet, et ne sert qu'à distinguer ainsi le verbe causatif du 
verbe d'action simple, comme c^)y^ men-jawâb-kan, 
répondre à une question, de ^jf^ men-jawâb, répondre, 
du radical ^J\j^ jaioctb. 

J>]x^*° men-xeritrâ-kan, raconter quelque chose, de 
ÎX/f^ 9 men-xeritrâ, raconter, du radical \£/>* xeritrâ: y*ï» 
<_$.> ^[tïs^^jJâtut la men-xeritrâ-kan dia } il est convenable 
qu'il le raconte (Dict.). 



DU SENS DES MOTS. 121 

jC4>yLo mergûrurg -kan, enfermer, prendre quelque 
chose, de Pjj** mergûrurg, clore, enfermer, du radical 9j§ 
kûrurg : ^\ J>\~£y \y* &&z-j§± à*« moka di- kûrurg - kan - fia 
suâtu ka-banâk-an tkan, ils prirent une grande quantité 
de poissons (dans leur filet) (N~. 100). 

jxiJjJ^ merg-hendak-kan, vouloir quelque chose, de 
jjJ^Ao merg-hendak, vouloir, du radical J-^ hendak : <S~A *jsL 
jXsXib^l bajû-mu ïtu âku liendak-kan, je veux votre habit 
(Sul Ab. 99). 

145. Quelquefois le verbe causatif a pour régime 
l'instrument dont se sert le sujet du verbe pour faire une 
chose, et même aussi une chose animée par laquelle 
on ferait faire l'action, comme on peut le voir par ce 
passage du S. Mal., pag. 19 : &tr?^ Cr^j^Jl ^K^. M &>^ ^ 1 

^j3 J^&j F^hi g J^ &*? cf^^lï ôfJi segala ôrarg yarg 
ber-gàjah ber-jûioarg-kan gâjah-ûa, dân segala yarg ber- 
kûda ber-gigit-kan kudà-na, segala yarg ber-lambirg ber- 
tïkam-kan lambirg-fia, segala yarg ber-tumbak be-râdak-kan 
tumbak-na, segala yarg ber-pedàrg ber-tetàk-kan pedàrg-fia; 
ceux qui étaient sur des éléphants faisaient combattre leurs 
éléphants, ceux qui étaient sur des chevaux faisaient mordre 
leurs chevaux, ceux qui avaient des lances perçaient avec 
leurs lances (litt. : faisant percer leurs lances) ; ceux qui 
avaient des piques, piquaient avec leurs piques (litt.: fai- 
sant piquer leurs piques) ; ceux qui avaient des glaives, cou- 
paient avec leurs glaives (litt.: faisant couper leurs glaives). 
On trouve quelquefois le verbe dans cette forme suivi 
de deux régimes, comme ô*le^£i Pj^l J^ J^.?-^> ^ by* J^** 
po \ sambil menûruh ta merg-àjar-kan segala orarg ype-karjâ- 
an igâma, en lui ordonnant d'enseigner aux hommes les 
pratiques religieuses (M. B. 47). 



122 GRAMMAIRE MALAISE. 

Dans ces cas, on pourrait le comparer au verbe latin 
docere, gouvernant deux accusatifs, comme doeere ali- 
quem litteras, apprendre à lire à quelqu'un. 

146. D'autres fois le verbe causatif a le sens de faire 
un acte en faveur de, ou auprès de, comme cf**r*-» meïïem- 
bahyarg -kan , faire des prières pour, ou auprès de, de 
£;vf* vieïïemhaliyarg, prier, faire des prières, de A^r^ sem- 
bahyarg, prière: C~* cf&zç** menembahyarg-kan mayet, faire 
les prières, les cérémonies religieuses que l'on fait ordi- 
nairement auprès d'un corps mort. 

On verra la différence du sens de ces verbes et celui 
des verbes de la forme précédente par les exemples sui- 
vants: 9j^\ lS^jI^ men-xeritrà-i àrarg, raconter à quel- 
qu'un; aA£>- vlr!^f^* men-xeritrâ-kan hikâyat, raconter une 
histoire. 9j^\ <j^**/> me-ramjpâs-i àrarg, voler quelqu'un (à 
quelqu'un); tijl ^J^/>me-rampas-kan bârarg-bârary, voler 
des effets. 9j 3 \ (jj&* me-lutâr-i brarg, lapider quelqu'un 
(jeter contre quelqu'un); y\t $j^* me-lïitar-kan bâtu, 
jeter, lancer des pierres. 

147. Bien que le verbe d'action et le verbe causatif ex- 
priment un même acte, on remarquera qu'il y a cependant 
entre eux une différence. Le premier indique plus ordi- 
nairement un acte, abstraction faite du régime (comme 
nous avons dit, il peut avoir un complément, mais il peut 
aussi n'en pas avoir), et sous ce rapport il peut être com- 
paré à notre infinitif français, tandis que le verbe causatif 
est principalement considéré par rapport à son régime. 
Les exemples suivants feront voir cette différence. 

De J-)^> Jiendak, on fait J-^-^-o merg-hendak, vouloir, et 
jSojJLjAo merg-hendak-kan, vouloir une chose : J-^4* iJL-P)L 
jJj^ 1b j-jU bârarg-siâpa merg-hendak mâsuk dâlam suarga, 
quiconque veut entrer daus le ciel [M. R. 197); J>\ J&> 



DU SENS DES MOTS. 123 

jiy^ l^w ^xiXib 4> ^.j^j segala ànak raja-râja yarg hendak- 
kan sïta dëwi, les jeunes princes qui voulaient Sita Déwi 
(pour épouse) (E.J. 

De^l ampli, on fait y-*** merg-ampu, gouverner, avoir 
la puissance en main, et J^**** merg-ampû-kan, gouverner 
quelqu'un: ^yi £jU> J.C ^yL<£* sZJS*^> J^U baik marzka-ïtu 
merg-ampû-kan segala binâtarg di-bûmi, qu'ils commandent 
aux bêtes de la terre (B.). 

Plusieurs verbes causatifs paraissent avoir un sens qui 
ne diffère pas de celui du verbe d'action. Ex. : h { }^^- 
T** (v/f^ 9 J-*** ^£* jikcdaw duli yarg di-per-tûan hendah 
men-xerxa hamba, si Votre Majesté veut me réprimander 
(S. Mal. 122), sens qui est a peu près le même que celui 
c ^ e Cr^>^ xerxà-kan, qui se trouve à la même page. Il 
en est de même de pjj\ y\.f£* men-jâmu ôrarg, et 9j^\ Jyf^* 
men-jamû-kan ôrarg, fêter quelqu'un. 

4° Venant d'adverbes. 

149. On forme aussi des verbes causatifs avec des 
adverbes, et le sens de ces verbes a toujours de l'analogie 
avec le radical d'où il a été tiré. Exemples: 

jXè^A* mergûrarg-kan, amoindrir, diminuer, de 9>§ 
kûrarg, moins. 

vjVyl» me-lebèh-kan, augmenter, rendre plus, de *J 
lebèhj plus. 

^yiU* mem-bânak-kan, multiplier, rendre nombreux, de 
JjIj bânak, beaucoup. 

^fSiXtà» mergamudmn-kan , mettre après, de ^xS ka- 
mudïan, après, dernier. 

150. Lorsqu'un verbe a deux régimes, l'un direct et 
l'autre indirect, comme dans ces phrases françaises: «je 
lui enseigne la grammaire??, «le roi lui donne quatre mille 
drachmes??, on le rendra en malais par un verbe causatif 



124 GRAMMAIRE MALAISE. 

ou par un verbe transitif, suivant qu'on le considérera par 
rapport à son régime direct ou par rapport à son régime 
indirect. Ainsi, si dans cette phrase «je lui enseigne la 
grammaire??, je veux considérer l'action par rapport à la 
chose enseignée, je dirai: cP Jhj^ is jf^U* ^** hamba 
merg-âjar-han ilmu nehû âkan dm, «j'enseigne la gram- 
maire à lui??. Mais si c'est sur la personne à laquelle j'en- 
seigne la grammaire que je veux attirer l'attention, je 
dirai : j*£ i^ ^p cSjW 5 * ^^ hamba merg-ajâr-i cita ilmu nehû, 
«j'enseigne lui sur la grammaire??. 

C'est ainsi que l'auteur du makbta râja, page 224, par- 
lant des peuples que Dieu favorise, dit J^lC^ Jh ^Lj^ j\ 
ta mergarania~-i âkan marïka-ltu, il les favorise. Puis, 
voulant indiquer la chose dont il les favorise, il ajoute: 
e>bJ 9~\j o^° C^A»^ ^A> dergan merg-anugrah-kan demi- 
kzan raja padâ-na, en leur accordant un tel roi. 

DE LA PARTICULE PRÉFIXE J> per* DANS LA FORMATION DES 

VERBES. 

151. Cette particule paraît former les verbes dérivés, 
en leur laissant toujours un sens passif, à moins qu'elle 
ne soit précédée du préfixe p me (§ iïiï). 

Très-souvent elle ne change rien au sens du verbe ; on 
dirait alors qu'elle n'est employée que pour arrondir le 
mot. Toutefois, il n'est pas probable que ce soit là le seul 
usage auquel les Malais veulent l'appliquer. Et bien des 
fois, surtout dans les verbes causatifs, elle indique assez 
clairement que le sujet du verbe ne fait pas par lui-même 
l'action exprimée par celui-ci, mais qu'il la fait faire par 
un autre: jkjlSo Jiljn jTUi^ *j^ aJJl allait, mdah per-lupâ- 
kan àlcu srgala ka-sukâr-an-ku , Dieu m'a fait oublier tous 
mes maux (B. 68). 

* Venant ; probablement du Sanscrit V<V ra ; Qr. npô, Lat. pro, français pour. 






DU SENS DES MOTS. 125 

152. Elle est surtout employée dans la formation des 
verbes eausatifs qui avaient déjà pris la particule^ ber, 
comme verbes d'état. Ex.: De JjI dnak, enfant, on fait 
Jj'^ ber-ànak, avoir des enfants, engendrer, et ^f^^C 
mem-per-ânak-kan, faire avoir des enfants, faire engendrer: 
^ ^fjô\M J^^l àku hendak mem-pcr-ânak-kan dm, je le 
ferai engendrer, je le ferai avoir des enfants (B. 22). 

De ijsL** himpun, rassemblé, on fait {J^S. àer-himpun, 
se rassemblant, se rassembler, et J^j^fc m&m-per-liim- 
pun-kan, faire que des personnes ou des choses se ras- 
semblent : S^ac y \y* ji3 jxJLc^3j> JUjI y\ âyer ïtu di-per-him- 
pun-kan ka-pada suâtu tampat, que les eaux se rassem- 
blent dans un seul lieu {B. 1). 

De y temû, rencontre, on fait y/ ber-temû, se ren- 
contrer, et ^yy^ mem-per-temû-kan, faire que des choses 
ou des personnes se rencontrent: pU> &)} *JI ^^cj> jlifcy 
cP cè-* tuhan-ku per-temû-kan-lah apa kirâ-na liambâ-mu 
dergan dm, faites, seigneur, que votre serviteur le rencontre 
(B. 100). 

De c~z>~ xinta, anxiété, on fait vJX^j ber-xinta, éprou- 
ver de l'anxiété, et JTL^JU» mem-per-xintâ-kan, faire que 
quelqu'un éprouve de l'anxiété: fc Jj-> jTll^b g Aol J^Js 
ôyj>i padûka adlnda yarg di-per-xintâ-kan dïdi yarg di-per- 
tûan, votre épouse auguste à laquelle le roi fait éprouver 
de l'anxiété (B. 130). 

153. Quelquefois ces verbes signifient qu'une chose 
arrive parla vertu d'une autre, ou servent à appliquer à une 
cliose le mérite d'une autre. Ainsi de J^tâpa, pénitence, on 
fait ^J\ïj> ber-tâpa, être pénitent, faire pénitence, et ^^y^C 
mem-per-tapâ-kan, appliquer à quelque chose le mérite 
de la pénitence, ou obtenir quelque chose par la vertu de 
la pénitence: ^)\&J> fs\ ^ e>^f^ J& segala senjatâ-na yarg 
argkaw per-tapâ-kan, les armes auxquelles votre pénitence 



126 GRAMMAIRE MALAISE. 

à attaché une vertu (R. 65); cf^b* <i Jk * ib ^r+ry jfi *-*' a P a 
lâgi tûan-hamba hendak per-tapâ-kan, quelle chose voulez- 
vous encore obtenir par la pénitence (B. 75). 

154. Jointe à un verbe transitif, la particule J> per 
paraît avoir aussi quelquefois le sens de faire faire, 
comme ^jj (/ V mem-per-baïk-i, faire réparer; Jy^zM 
mem-per-xelbp-i, faire tremper dans quelque chose. 

155. Dans les verbes d'action, elle paraît être appelée 
à les distinguer du verbe d'état, comme J^J per-ânak, 
passif de J^** merg-clnak^ qui n'est pas usité: aUJ^ £*\?) 
jUc^ Ibrahim per-ânak-lah isaliak ) par Abraham fut engen- 
dré Isaak (N. 1). 

Gème FORME: VERBES FRÉQUENTATIFS. 

156. Ces verbes indiquent une répétition d'actes ou 
une continuité d'action, ou bien encore ils sont une marque 
d'intensité, et répondent à nos verbes français «voltiger, 
trépigner, clignoter, tournoyer, sautiller r, ou à nos 
verbes accompagnés de «beaucoup, toujours, continu- 
ellement??. 

157. Ces verbes se forment en répétant le radical 
simple dans le second membre, en ayant soin de placer le 
verbe dérivé avec la particule préfixe dans le premier. * 

Ex. : Du radical ^t lâyarg , on fait le verbe &%> me- 
làyarg, voler, et le verbe rédoublé ^h^ me-lâyarg-lâyarg, 
voltiger. 

De JjA ïrik, on fait Jj^** merg-ïrik, mettre le pied sur 
quelque chose, et ^J^** merg-irik-ïrik, trépigner. 

De ^J&kellp, on fait cil** meryeûp, cligner, et ïJ*&a 
meryelïp-rgeùp, clignoter. 

De ^UaI lumpat, on fait C^\~* me-lumpat, sauter et 
V JJiiwo me-lumpat-lumpat , sautiller. 

* Voyez les règles d'orthographe pour la réduplication du radical § 51. 



DU SENS DES MOTS. 127 

De ^^pûsirg, on fait £~>J>j ber-pûsirg, tournant, qui 
tourne, tourner, et XA^yy ber-pûsirg-pûsirg, tournoyer, 
tournoyant continuellement. 

De J^B pûkul, on fait J^j ber-pûkul : frappant, et 
* ' y^S. ber-pukul-pukul, frappant continuellement. 

De ^jji lâri, on fait ^j^ ber-lâri, courant, courir, et 
<SJ\)j ber-lari-làri, courir très-fort. 

De Jf*l âmokj on fait J*U* merg-âmok, attaquer, et 
Vj^U* merg-âmok-âmok, attaquer furieusement. 

158. Si le verbe est transitif ou causatif, la particule 
suffixe se place après le second membre: 

De Jv»l âmatj on fait JXoU* merg-âmat, fixer, observer, 

et JjL-lol»* merg-âmat-amât-i, observer quelque chose avec 
attention: CJ\ ^jjj JjLluU* cj^l àjy sûruli ôvarg merg-âmat- 
amât-i nagrï ïtu : commandez du monde pour aller obser- 
ver la ville (M. B.). 

De Stâ kïlat, on fait «— ïSy ber-kïlat, brillant, et jTv JULf^ 
ber-kzlat-kïlat-kan, faisant briller avec continuité : ^J &j\ 
*^i (jJr* Cx*^~S. ^y âyer-na ter-lâlu pûtih ber-kïlat-kïlat- 
kan mata-hâri ttn , l'eau en était très-pure et réfléchissai 
avec continuité les rayons du soleil (Sul. Ibr. 3). 

159. On trouve cependant des verbes avec un sens fré- 
quentatif ou de continuité, ayant la partie dérivée dans le 
second membre, comme Oj^> ôjy tûrun menûrun, descendre 
continuellement, descendre de génération en génération. 

pj\à» pjf kârarg-mergâranj) arranger des choses en- 
semble, faire des compositions. 

«Ljf *LT gzlarg-gemïlarg, briller continuellement. 

7ème FORME: VERBES RÉCIPROQUES. 

160. Cette forme est , comme la précédente , une ré- 
duplication du radical, mais la partie dérivée se trouve 
dans le second membre. 



128 GRAMMAIRE MALAISE. 

Les verbes malais dans cette forme indiquent une 
réciprocité de l'action exprimée par le verbe simple, et 
répondent à nos verbes français dans la composition des- 
quels entrent le pronom «se n et la préposition « entre », 
comme «s'entr'aider??. 

Ex. : j5^JSy pûkul-memûkul, se frapper réciproquement, 
ou s'entrefrapper, du radical J$ pûkul. 

«I^âly tûlunj-menûlury , s'aider mutuellement, ou s'en- 
tr'aider, du radical £by tûlurg. 

Aj'U^té pânah-memânah , se lancer réciproquement des 
flèches, du radical &* pânah. 

jy»Jy tûthr-menûtur, parler ensemble, controverser, 
du radical^y tûtur. 

gème forme. 

161. Cette forme qui consiste à doubler le verbe, en 
joignant le préfixe^ ber au premier membre, et le suffixe 
ù* an au second, indique, comme la précédente, récipro- 
cité d'action.* 

Ex.: ^çS^JS^j ber-kâsih-kasih-an , s'aimer réciproque- 
ment, ou s'entr'aimer, du radical *Jo kâsih. 

cAt^Z^vi ber-hormat-kormàt-an , se faire des hon- 
neurs, des civilités réciproques, de à*^*. hormat. 

^jtXX^l,^ ber-bantah-bantâh-an, se disputer ensemble, 
de &> bantah. 

J> U^H^j ber-àjak-ajâk-an, se provoquer mutuellement, 
de JjaJ àjak. 

j^S^iS^iy ber-tavgkis-tavgkîs-an^ parer de part et 

d'autre, de ^^-^ targkis. 

Cette forme indique aussi quelquefois continuité d'ac- 
tion, comme ^il^iJ^ ber-lïlih-lilïh-an, continuer à couler. 

* Voyez les règles d'orthographe pour la réduplication du radical § 51. 



DU SENS DES MOTS. 129 

162. Cette huitième forme a aussi la propriété d'in- 
diquer la simultanéité de l'acte exprimé par le verbe. Ex.: 

CriJJj* her-laîri-lari-an , courir ensemble , courir à qui 
mieux mieux, de j^ lârl. 

^sXlxply ber-arggap-mggœp-an , s'amuser ensemble. 

de cJfê-l arggap. 

C>jy*?)s ber-âtur-atûr-cui, être arrangés tous ensemble, 
chacun à sa place, deyl âtar. 

^ll£l)^ ber-gali-galt-an, creuser ensemble, de Jv gàli. 

II. DU PASSIF DANS LES VERBES. 

163. Les Malais se servent beaucoup plus de la forme 
passive des verbes que de la forme active, soit dans lé 
langage parlé, soit dans le style écrit. 

Beaucoup d'étrangers, après avoir appris le malais 
par l'usage, parlent au passif, sans s'en apercevoir. 

Ils croiront par exemple rendre littéralement Juy ,j\ 
^ m tûtup pintu, par «il ferme la porte??, tandis que la 
traduction littérale est: «par lui est la porte fermée??; de 
même que J»y &x*£S jv'ntu sudah tûtup devra se traduire 
littéralement: «la porte est fermée??, <Juy tîttup signifiant 
«fermé, être fermé??, et non «fermer??. 

L'usage du passif en malais est si général qu'il con- 
vient d'entrer ici dans des détails un peu étendu sur ce 
sujet. Nous allons donc en indiquer les différentes formes, 
ainsi que la manière de les employer, et, pour être mieux 
compris, nous citerons un grand nombre d'exemples. 

1° PASSIF RADICAL. 

164. Tout radical ayant un sens verbal et pouvant 
devenir verbe actif au moyen de la particule préfixe * 
me, doit être considéré comme étant au passif. Ex.: ^J^l 

9 



130 GRAMMAIRE MALAISE 

ûtus, envoyé, député, être envoyé ; c£s?\ argkat, levé, pris, 
être Levé, être prisai* hàkao, chassé, être chassé; J-*»hĕla, 
tiré, traîné, être tiré;y^*> hantar, porté, conduit, être con- 
duit; U ~*J*> hampas, jeté, lancé, être jeté; J-^ hambat, 
poursuivi, être poursuivi; JJj kenàl, connu, être connu; 
£*j kepùrg, entouré, assiégé, être assiégé; <~>j** xuba, 
éprouvé, tenté, être éprouvé; ^j^ xa/tàn\ cherché, être 
cherché (§ 53). 

165. Pour se servir des radicaux dans ce sens, il 
suffit de placer avant le verbe le nom ou le pronom qui 
en est le sujet. >s££\ ^+& liamba argkat, q*\ par moi levé; 
J-Ay-£l arykaw hêla, est par toi tiré;^*^! la hantcu\ est 
par lui conduit. Tels sont les exemples suivants; 

e>^ ^^1 pada suâtu kadèy m mem-belï dâgiry mem-bubuk 
ztu dcilam kàrorg itu yarg m argkat dân mïtat citas bahû-na, 
à une boutique il acheta de la viande, il la mit dans le 
sac qui par lui fut pris et chargé sur son épaule (M. B. 85). 

jj^ ^j^ ^ t^U^** - sa-nùxâya bêta xûba j'ûfjci. cer- 
tainement par moi sera essayé (M.). 

^jl^ cS & j^T xinxin yarg kïta xahàri 1 l'anneau qui 
est par nous cherché. 

jjfj\jùj^j^.\y^\ arykaw ajak sûdarâ-mu ka-lûar, par 
vous sera provoqué votre frère à sortir (R. 1 L4). 

166. On peut aussi faire suivre le radical <lc àI^I //A.//, 
et du nom ou du pronom; ^\ àJl&I ïrgat-lali ûleh-mu. soit 
pensé par vous; Jol^L ^\ dïxè\ argkat-lah ûleh-mu bâban 
itiij soit enlevé par vous ce fardeau ; j*»Aj\ ailyJ Uhat-lah 
iïléh kâmUj soit vu par vous; e>Uu aJ^I aIL^.9 preksâ-lah ûteh 
bapà-na, qu'il soit examiné par son père. 

Les verbes dans leur quatrième et cinquième forme, 
c'est à dire transitive et causative, qui n'ont pas la par- 
ticule préfixe p me, doivent également être pris au passif: 



DU .SENS DES MOTS. 13] 

rj^b £*> bjy* mruk bazk-i bdik-bâik, ordonnez quelle soit 
bien reparée (Lett Mai). 

JolciL*> JUi Jji^Jtj kenâl-i ûleh-mu kapâla siâ/pa îtu, 

soit par toi reconnu de qui est cette tête (M.). 

^Vj^ t ^ ^^ ^ILj jj^s oy JX.f ±& i\ >b ^J! apa yarg ado 
ka-pada ha-hendak tïïan pulrz supdt/a hamba xaharï-kan : 
afin que soit par moi cherché ce qui est dans les désirs 
de la princesse (B. 6$). 

Jol o,* Jil -v^l ^> l<^ belanjâ-kan ûleh-mu segala harta 
ïtu, soient dépensés par vous tous ces trésors (il/. B. 215). 

167* Avec ces sortes de passifs, les Malais (à l'exemple 
des Javanais) emploient souvent les pronoms de la pre- 
mière et de la seconde personne dans leur contraction, 
c'est-à-dire jJ ha pourri àku, etj kaw pour y<s\ arghaw 
(§§83,85): 

j^AJkJiTyLo JUSIjù jL" J^Uj <S>^p> C~AL$^3 ^^-jikalaw dergan 
kemheïï ïtu ku-tûtup kapalà-ku tiàda ku-dœpat menûtup kaJcï- 
ku, si avec ce morceau d'étoffe grossière je me couvre la 
tête, je ne puis arriver à me couvrir les pieds (il/. B. 55). 

^y£è ^j-xi j«Jli UJ ismâ ycitim ku-jadï-kan parghûlu, 
Isma Yatim sera par moi fait (Parghulu) chef. 

j£pjJ> jJb j>Ij xCf Jn^f Job j>L" xSSkakanda tiàda dœpat 
ku-tarà-kan kakanda tiàda dàpat ka-bandirg-kan. mon ami 
ne peut pas par moi être égalé, mon ami ne peut pas par 
moi être comparé (il n'y a personne que je puisse placer au 
niveau de mon ami ou que je puisse lui comparer) (B. 157). 

JiS£ &\x3 tiadà-kah kaw-kenal, n'est-il pas par toi connu? 

jÛ^s^jLoL" A" J& segala tânam-tanâm-an-ku kaw-jûal- 
ka/ij vendez mes plantations (M B. bti). 

168. À l'impératif le pronom est souvent sous-entendu. 
Ex.: Jol AJll jXp! aigkat pànah ïtu, levez cet arc, soit cet 
arc levé (par vous) (B. 31): JUjI Pjj! àJu*^ hambat-lah orarg 
ïtu. soit cet homme poursuivi (par vous); J> I j^ji* aL^ 



132 GRAMMAIRE MALAISE. 

Jôl«>lo xaharï-lah maha kcimu akan men-dâpat, soit (par 
vous) cherché et vous trouverez (N. 10). 

2° préfixe j di. 

169. Pour bien comprendre ce que nous avons à dire 
sur cette sorte de passif malais, rappelons-nous que dans 
tout verbe exprimant une action, cette action peut être 
considérée par rapport à celui qui la fait, qui est le sujet 
du verbe, si celui-ci est actif; ou par rapport à celui sur 
lequel elle retombe, qui est régime ou complément. 

De même dans un verbe passif, l'action faite peut 
être considérée par rapport à celui qui reçoit cette action 
et que nous nommons alors sujet du verbe; ou par rap- 
port à celui par qui elle est faite et qui en est l'agent. 

Ainsi quand je dis: rcje suis frappé??, je considère 
l'action faite par rapport à je, qui est sujet du verbe pas- 
sif «être frappé??; mais si je dis «est par moi frappé??, 
je considère de même l'action faite, par rapport h je, non 
plus sujet, mais devenu agent. 

Or, les Malais rendent ces deux expressions par une 
même forme du verbe, à savoir en lui adjoignant la par- 
ticule préfixe -> di; mais avec cette différence, que, dans 
le premier cas, c'est-à-dire avec le verbe passif considéré 
par rapport à son sujet, le nom ou le pronom qui repré- 
sente ce sujet se place avant le verbe; tandis que dans le 
second cas, c'est-à-dire avec le verbe considéré par rap- 
port à l'agent de l'action, le nom ou le pronom qui repré- 
sente cet agent se place immédiatement après le verbe. 
Vjx.: JÇi ^**> hamba di-pûkul, je suis frappé; ^-~+*> Jy-s 
(li-pûhid hamba, est frappé par moi (je frappe). 

Exemples du passif (par rapport au sujet): 

J~ota £> 0^> haria yarg di-ambil, des objets enlevés. 



DU SENS DES MOTS. lS3 

bjysi j^y\ Pjj-^ sa-àrarg utûs-an di-mruh , un messager 
fut envoyé. 

c>!jJojIo v-X* ^«i> hamba minta di-bâwa ka-padâ-ua 1 je 
demande à être conduit à lui. 

^Jjufc <jKâo 3L7 Jo| 4^> lâjarg ïiu tiâda di-targkap liidup. 
ces daims ne peuvent pas être pris vivants (R. 95). 

J^b Ob J£5j^1£L jikalaw di-gertàlc dân di-pûkul, s'il 
est menacé et frappé (H. Ab. 21). 

/W**** J- 5 ^ *"-*"-♦*•* ^^~ bagimàna hamba hendak di-xerxa, 
comment pourrais-je être réprimandé? (S. Mal. 12*2.) 

J'^Jjà'j^ c£^~*° l$\ ïà di-hantâr-i sampey ka-lûar pâ- 
gar : elle fut accompagnée jusqu'en dehors de la clôture 
(S. Bid. 28). 

$ \s*/ï g {j^)J> per-usali-an yarg di-karjâ-kan, l'œuvre 
qui a été faite. 

j*\ytë> i\-» JxLuU^jJ 4j***j O^U seperti sa-bïiali Izmaiv di- 
mâsuk-kan ka-dâlam pàsu âye?\ comme un limon mis dans 
un vase d'eau (N. PhiL 15). 

170. Lorsque le verbe d'état a été formé avec le pré- 
fixe y ber, le verbe passif prend souvent la particule J> 
per (§ 152). Exemples: 

JjjJ^o di-per-ànak. être enfanté, de Jj'I^ ber-ânak 1 avoir 
des enfants, enfanter. 

^il^ di-per-bâpa , être reconnu pour père, de <->^ 
ber-bâpa, avoir un père. 

«^♦fcjb di-per-hamba , être devenu serviteur, de ^<>/ 
ber-hamba, avoir un serviteur. 

ô^j/3 di-per-tïian , être fait maître , de Oy^j ber-tûan. 
avoir un maître. 

Exemples du passif (par rapport à l'agent) : 

^<> J*X£b di-arghat hamba , pris par moi. 

ey^-> di-hantar-na , conduit par lui. 



134 GRAMMAIRE MALAISE. 

àIpj^I jSs\y jè>)jjt> J& segala hidârg-an di-arcjkat ôrarg- 
lah, les mets furent portés par les gens, on servit les mets, 

dllj^jWsi çjs £>y£ genderàrg peranj di- pâlit ôrarg-lah, 
le tambour de guerre fut battu par les gens, On battit la 
caisse. 

àIpj^I^A^o ôj> *j\"> sâuh pûn di-borghar ôrdrg-lah, on 
leva l'ancre (S. Mal 83). 

Q^fti^* -ï^J^jîkcLlcMO bapâ-ku di-xerxa àrarg\ si 
on insulte mon père (S. Mal. 319). 

9-\j j Ultfc «j aL'I ^v^ JIa3 kapcda hamba im-lah yarg di- 
ka-hendak-i raja , c'est ma tête qui est désirée par le roi. 

^SJS^Ai^ ^Mo^) ha - raja - an - na di - iirgal - kan-na , son 
royaume fut abandonné par lui. 

e^Wv J ^ g e^*4^ 0^~A** ÔJ -° A ^ ail ah -sud ah merg- 
habis-kan per-usah-an-na yarg telàh di-karjci-kan-ha 1 Dieu 
acheva l'œuvre qui avait été faite par lui (B. 2). 

171. On peut aussi faire précéder le nom ou le pronom 
qui exprime l'agent du verbe par a)^| ûleh, «par?? et on le 
place avant ou après le verbe: 

ôU-i) ^± Jljp &**' t/^&Stiï Jj ^**i aI^I jL moka ûleh srz 
rama di-tirggal-kan sïta dëwi dergan laksamâna , or par Sri 
Rama Sita Déwi fut laissée avec Laksamâna (S.). 

«jljj ^lo J^JX^ aI^I J^Jj> jL moka dl-lihat ûleh marika- 
ztu sa-ïkor binâtarg, or fut vu par eux un animal (S. Mal. 50). 

S^y* ^ c*j** j;jL-x-j bïdasâri di-dûkurg ûleh mclàgar. 
Bidasari fut portée par le marchand (S. Bid. 28). 

-^4^ sA^ ^f^ ^ Hàda jûga di-dergar ûleh baginda^ 
et ne fut pas écouté par le prince (S. Mcd. 83). 

Jol Jiy aIjI <jUta <JL cj^l J^l bânak àrarg mciti di-lumpât-i 
ûleh tûdak ztu , beaucoup de personnes moururent, les 
espadons ayant sauté sur elles (S. Mal. 90). 

172. Un trouve môme quelquefois le nom ou le pro- 
nom qui représente .l'agent précédé de aJ^I ûleh, et le pro- 



DU SENS DES MOTS. 135 

nom placé encore après le verbe; surtout quand ce pro- 
nom est celui de la troisième personne e> ha. J~«> ^> aI^I Ju 
^iU^jli^jLib JUjI JU^-i maka ïtleli marah sïlu semùt ïtu di- 
ambil-na lalu di-mâkan-na, or cette fourmi fut par Marah 
Silu prise (par lui) et mangée (par lui) (S. Mal. 71). 

3- préfixer ter. 

173. Le passif formé au moyen du préfixe J ter, n'a 
souvent de rapport avec aucune action (abstraction faite 
de toute action), et répond assez bien à nos participes 
passés. Ainsi du radical Oj^w sûrat, on fait le verbe 
d'action Ojj : « menûrat, écrire, et Oj^y ter-sûrat, écrit. 

De £-f*T xenxarg, on fait £-f^* men-xenxarg, couper, 
mettre en pièces, et ^^rj ter-xenxarg, coupé, mis en 
pièces. 

De J^S geràk, J^A** merg-gerah, mouvoir et jJ>J 
ter-geràk, mu. 

De ^JL* hamjyar. ^X**^ merg-harwpar, étendre, et ^+^J 
ter-hampar, étendu. 

De JjA ïrik : J^** merg-ïrïk, fouler aux pieds, et Jy}j 
tèr-zrik : foulé aux pieds. Ex.: J3U ^Co C>jj^J> ter-sûrat di- 
nagrï malctha . écrit dans la ville de Malacca {Lett. Mal.). 

174. Il arrive cependant très -souvent que le verbe 
substantif ->! ada, «être??, est sous-entendu, et alors cette 
forme perd le sens de participe, pour prendre celui d'un 
verbe passif: 

e>UL| jip jj\f Jx& ff^l^ ^^ 2 ^ ù*-ty AiTjucy jX* maka ter- 
sebàt-lah per-katâ-an sutyân ibrahhn liendak ka-lûar deri- 
pada astanâ-na, est racontée l'histoire du Sultan Ibraliim 
voulant sortir de son palais (Sid. Jbr. 3). 

!jj*w.>^xA! £-.\j ô"^)J> A"^J jL maka ter-sebùt-lah per- 
katâ-an râja el-mansur di- sa?nadrci : maintenant est ra- 
contée l'histoire du roi el-Mansur à Samudra (S. Mal. 83). 



136 GRAMMAIRE MALAISE. 

J\kc JAc j3y\ J^ji' Sic ^ y\ âyer pada teimpat ter-henti 
âtaw pada tampat merg-aLir, de l'eau dans un endroit où 
elle est arrêtée, ou dans un endroit où elle eoule (M.). 

175. C est pourquoi dans ces cas on trouve quelque- 
fois un agent du verbe; il doit alors être précédé de la 
préposition a)j! ûleh, «par» ; comme {jc\ aI^I Ju^jZj jL> maka 
pintu ter-tûtup ûléh ĕtnjin. et la porte fermée, ou avait été 
fermée, par le vent. 

^yJÙ \j* aI^I Oj^'Jn ôJS'kârna âku ter-tàwan vieil haicâ 
nefoû-lcu, car j'ai été dominé par ma concupiscence 
(S. Mal 84). 

176. Souvent cette forme indique qu'un sujet est mis 
dans un état, et a à peu près le sens des verbes formés 
avec le préfixe^ ber. 

x*~jj ter-sinniim, souriant, sourire; &J ter-kenàrg. se 
rappelant, se ressouvenir; ^JïJ ter-târi, dansant, danser; 
rjJ^J ter-lumpat-lumpat , sautiller; V JJ^ ter -nanti -nanti. 
attendant, attendre; $ZJ ter-tâwa, rire; ^4-J ter-kejht, se 
réveiller en sursaut; i£j>J>J> ter-diri, se tenir. Ex.: jj^td* 
sS^Aiy t^Lr-* (5^ ; ^y fb moka srï râmapvn ter-sinhum serâya 
ber-bargh't. alors Sri Eama se mit à rire et se leva (/?. 90). 

SAj-X jp ^ Jn r JoLiy Oy Oljj d» maka rawcina pïin ter- 
nanti-nanti âkan gâgah nâsar ïïu, or Rawana attendait 
l'aigle (fi. 95). 

jCl &% jj js^l^^J AL» aI^U. yâ^wA - ZoA ka-dalam âyer 
ter-xelâpak pada belakarg ikan, étant tombé dans l'eau, 
il se trouvait à califourchon sur le dos d'un poisson 
(S. Mal. 110). 

«J^s^ w^l J>! p-xJy o^w serfo ter-pandarg api itii men- 
jûlary, en considérant les flammes s'agiter (7/. Ab. 331). 

Cette forme se confond tellement avec la forme du 
verbe d'état 'que, dans Les auteurs malais, on les trouve 
employées L'une pour l'autre. C'est ainsi que dans une 



DU SENS DES MOTS. 137 

copie du Ramayana on trouve cette phrase : Oy ù\jj /r^v° 
^yb Ibj {Jjf^* wiahar-ràja rawàna pûn ter-sambïtni di-dâlam 
liûtan, Malia Raja Rawana se trouvait caché dans la foret: 
tandis que dans l'édition de Bréda on trouve: o\^j prj^° 
jljb lbj> ^yf^ji ^ niciJia-râja rawâna pûn ber-sambûni di- 
dâlam hûtan. Et dans la même édition de Bréda, on a page 94 : 

lah Icâmu ha-Jiadâp-an sri râma argkaïc ter-târi-târi dcln 
ter-lumpat-hnnpat di-hadâp-an sri râma, allez en présence 
de Sri Rama et dansez et sautez devant lui: tandis qu'à 
la page 95 la même phrase est rendue par: V^^ j-»^lf jU 
p[> £j~> ^l-^-> ^^-a1>> C>b maka kâmu ka-dtta ber -tari- tari 
dân ber-lumpat-lumpat di-hadàp-an sri rama. 

177. Quelquefois ces Acerbes passifs sont suivis d'un 
régime direct, et alors (comme le remarque Schleier- 
macher* ils ressemblent à nos verbes déponents latins. 
Comme dans ces exemples : ^'1 &&J CsL> ^$\ Ojf kârna la 
sârgat ter-kenàrg ânak-na 1 «nain valde recordatus est 
filium suum, de filio suor: car son fils lui revint forte- 
ment à l'esprit. 

e>UL Xy] Cr*~S C^V Pf^* -1 ^<*"l^ &\~* jd àyer mata -ha 
ber-linarg-lina.rg sa-panjarg jàlan ter-kenàrg-kan ayahnda 
bundâ-na. «lacrima? ejus continue manarunt per tôt um 
iter, recordata pâtre m matremque», ses larmes coulaient 
continuellement pendant tout le voyage, sa pensée n'é- 
tant occupée que de son père et de sa mère. 

C*>\ ^y yi ààSy aIUj ÔJ> tj\ ta pûn tiadâ-lah ter-lërgah 
lâku tûan-na itu, il n'oubliait pas d'observer la conduite 
de sa maîtresse, «non oblitus est considerare modum 
agendi dominée ejus». 

178. D'autres fois, cette forme indique seulement la 
possibilité ou l'opportunité de faire subir à un objet 1 ac- 

* A. A. E. Sclileiermacher. Grammaire malade p. 120. 



138 GRAMMAIRE MALAISE. 

fion exprimée par le verbe, et peut se traduire par un 
adjectif. 

Ex.: De^L=^ hùâb, calcul, on fait ^Lsé* Tn&rg-hisab- 
kan, calculer quelque chose, et^\~»yïter-hisàb-kan, qui peut 
être calculé, calculable: ^Ij ^L&^ jlj ticida ter-hisab-kan 
bànak-na, leur nombre était incalculable (hm. Yat 90). 

De J^*> harga, prix, on fait J>^A° merg-hargcl-kcm. 
mettre quelque chose à prix, apprécier une chose; et 
Cr Vy ter-hargct-kârij qui peut être apprécié, appréciable: 
J> IS^; 3L" g JJL mânikam yarg ticida ter-licirgâ-han, des 
bijoux inappréciables (Ifos. lia). 62). Autres exemples: 

A^ jfiiSy" 3-^J ^jA" c5 J c^V 3 di-xârïk-na dza seperti 
ter-xârik sa-ïkor anak kambirg, il le déchira (le lion) 
comme aurait pu être déchiré un chevreau (B. 403). 

e^ L$*\*y*> *\? M o|/^ tantarâ-ûa yarg tlâda te-per- 
manâ-i bânak-na, ses armées qui sont innombrables. 

4° PRÉFIXE jJ ka, ET SUFFIXE & an, OU PARTICIPE PASSÉ PRIS 
SUBSTANTIVEMENT. 

179. Nous avons vu, en parlant du nom, qu'on peut 
former certain noms verbaux au moyen des particules 
préfixe -J ka, et suffixe 0* an (§ G7), comme C>jI£jû ka- 
dergâr-an, audition, de^idcTyar; tfkà ka-datârg-an, arri- 
vée, de *ol.> clâtarg. Or ces noms ont, comme nous l'avons 
fait remarquer, un sens passif, et indiquent l'action faite 
par l'agent du verbe, et, par rapport au verbe, répondent 
à peu près à nos participes passés pris substantivement. 

Quand nous disons ce l'accusant?? et «l'accusé», Je 
ce poursuivant » et le «poursuivi», «l'accusant» et le «pour- 
suivant» sont dos participes présents pris substantivement, 
ils ont un sens actif, c'est-à-dire qu'ils indiquent L'agenl 
qui fait l'action exprimée par Le verbe; «l'accusé» cl Le 
«poursuivi» sont des participes passés pris substantive- 



DU SENS DES MOTS. 139 

ment avec un sens passif, c'est-à-dire qu'ils incliquent l'ob- 
jet sur lequel retombe l'action exprimée par le verbe. Or, 
c'est à ces participes passés près substantivement que 
répondent les noms verbaux malais formés au moyen des 
particules préfixe jJ ka, et suffixe ô" an- ainsi: 

Du radical Jzs dergar, on a le verbe d'action J^±** 
men-dergar, entendre, écouter, et Oj^-w ka-dergâr-an, l'au- 
dition ou la chose entendue. 

De ^J lïhatj le verbe S^Xa me-lihat, voir, regarder, 
et ^y^ ka-lïhât-an , la -chose vue. 

De jè-s dergki, le verbe S&X* men-dergki, haïr, et 
Cr&à ka-dergki-an , la chose haïe. 

De v-Usb dapat, le verbe J-iUl* men-dâpat, obtenir, 
trouver, et ^lsJ^ ka-dapat-an , la chose trouvée. 

ôjè£ ka-dergâr-an, ou ôjè£ fayarg ka-dergâr-an, ^yV> 
ka-lihat-an , J{Ss>£ ka-dergkï-an , (jfo& ka-dapUUan , pour- 
ront donc se traduire par, 1'« entendu??, le «vu??, le «haï??, 
le «trouvé??. 

Ces exemples ne présentent aucune difficulté, parce 
que les quatre verbes que nous venons de citer gouver- 
nent le même cas en malais qu'en français; il en serait 
autrement, si le cas gouverné par le verbe malais n'était 
pas le même que le cas gouverné par le verbe français. 
Pour bien comprendre ceci, rappelons-nous que chaque 
langue a son génie et ses idiotismes. Ainsi nous disons 
en français: «n'insultez pas les malheureux??, tandis que 
les latins disaient: ne insultes miseris, «n'insultez pas aux 
malheureux ?? . 

Toutefois remarquez bien que dans les deux langues 
«malheureux?? est toujours l'objet sur lequel retombe l'ac- 
tion exprimée par le verbe. 

De même les Malais disent: Pjj\ J$\-+ menâlak orarg, 
aboyer quelqu'un, du radical J^L sàlak, aboyé, tandis qu'en 



140 GRAMMAIRE MALAISE. 

français, le verbe «aboyer?? ne gouvernant pas l'accusa- 
tif, nous devons dire «aboyer après quelqu'un??: mais on 
comprend que dans la tournure française, comme dans la 
tournure malaise, «quelqu'un?? est toujours l'objet sur 
lequel retombe l'action exprimée par le verbe aboyer; 
J0o ka-salâk-an signifiera donc «l'aboyé??, mais que 
nous traduisons en français par «celui contre lequel est 
aboyé??. 

De même encore du radical £J'U dâtarg , on fait le 
verbe £jIX* men-dâtary, arriver, et ^^* men-datârg-î, arri- 
ver à quelqu'un, attaquer quelqu'un: Jzk£ Ica-datâry-an, 
celui auquel quelque chose arrive, celui qui est attaqué 
(en malais) l'arrivé, l'attaqué. 

Voici quelques exemples qui serviront à faire com- 
prendre ce qui vient d'être dit: 

Ô;Ipjù «j «J»| aÎIjlJ tiadà-lah apa yary Ica-deryâr-an , on 
n'entendait rien, il n'y avait rien qui fut entendu (M.). 

«y JUlo pj^l d>\jy ^}\ Jy Ojl£-» jX* maha ka-deryàr-an pûla 
alcan marâ-ïïa bran/ minta tulury, or fut entendue de nou- 
veau la A T oix de quelqu'un qui demandait du secours (R. 9 G). 

Oi^ £. cfy. uAA>* j* cA^e/^-^ <2 C/y?- ^*- ■>' d^ ânak 
ada seperti xerwrin yary di-liadâp-au-ua ka-lihât-an jûa 
deri-padâ-na bukan yary lâin, un enfant est comme un 
miroir, seulement ce qui est devant lui est vu de lui (il ne 
reproduit que ce qui est devant lui) (M. B. 162). 

e>!j-w -^ p$ljl jfoy-' <-^»l cs^ M o~^ ù\* dàn amas yary ha- 
dappt-anttu seràh-kàn ûleh-mu pada ka-duâ-na, et que for 
qui a été trouvé (qui est la cliose trouvée, la trouvaille) 
soit donné par vous à eux deux [M. R. 98). 

J£L> Jvol *j Cy^e^3J\yt jtli'jù^l â&w ka-datâry-an suâJbu 
pe-karjâ-an yary âmat rnéshil^ je suis celui auquel est arrivé 
une mauvaise affaire (S. Mal. 84). 



DU SENS DES MOTS. 141 

teJs o\jj~o ^\j jX-jlj ôj> i\ ada pûn ka-nmk-au raja sûràn 
gâjah, or l'animal monté (la monture) par le roi Suran 
était un éléphant (S. Mal. 19). 

xSj X. r \ j\Ji5jL 0*^) 4^° Jf- T^ J ^^ ^° ma ^ a baginda 
râja kextl besàr-lah ka-rajci-an merg-gantï-kan ayalinda ba- 
ginda,) et le prince Raja Kexil besar fut fait roi, pour 
remplacer le prince son père (S. Mal. 96). 

180. Ces sortes de passifs, ou noms avec un sens 
passif, peuvent être formés même avec des mots qui ne 
sont pas verbes , comme 0*lÛ< ka-xelakâ-an , frappé par 
l'infortune, devenu malheureux, de -iW^ xelâka, infortune, 
malheur; J>\^3? ka-hujân-an, touché parla pluie, mouillé, 
arrosé par la pluie, de j^j*> hûjan, pluie; ô*Ua£ ka-papâ- 
an, frappé par la pauvreté, devenu pauvre, de «Jtè papa, 
pauvreté. 

181. Ces participes étant de véritables noms (§ 67), 
pourront régir un autre nom. Ainsi je puis dire: y\ 
*~*Ô FJ^ t)x** âku ka-pukûl-an ôranj ïtu , je suis le frappé 
de cet homme, j'ai été frappé par cet homme. 

182. Souvent cette forme pourrait aussi se traduire 
en français par un adjectif verbal (§-68), comme aU^U- <^ 
^A^lfjlj JJ jlle^j oUwil sa-telah jâuh-lah laksamâna Ler-jalan 
ïtu tiâda ka-lilmt-an . Laksamâna s'étant éloigné et n'étant 
plus visible (B. 97). 

OjlèjS jAj ôyJ^C ju£l> &jj>j\SL* jikalaw gûruh di-làrgit 
sa-kâli pûn tiâda ka-d&rgâr-an, quand même le tonnerre 
du ciel eut grondé, il n'aurait pas été auditile [S. Mal. 19). 

I»bl o*v ^ jL maka natà-lah ka-hinà-an adâ-mu, or il 
est évident que vous êtes méprisable (M. B. 169). 

Iïï. MODES ET TEMPS DES VERBES. 

183. Comme le malais n'a pas à proprement parler 
de conjugaisons, nous ne parlons ici de modes et de temps 



142 GRAMMAIRE MALAISE. 

que pour indiquer ce qui correspond en malais au sens 
de ces mots dans d'autres classes de langues. 

1° DES MODES. 

On peut distinguer en malais: 1° L'indicatif, 2° lim- 

pératif, 3° le subjonctif, 4° l'optatif, 5° le vétatif et 6° l'in- 

terrogatif. 

1° Indicatif. 

184. Un verbe se trouve à l'indicatif, toutes les fois 
qu'il n'est accompagné d'aucun mot qui indique un autre 
mode. Ex.: l/ JL* <-*«& kamba hampir , je suis proche; ^^ 
^a^*x> Jiamba mery -hampir, j'approche, je m'approche; ^**> 
j,Jk.> ijjJUyÀ* liamba merg-hampzr-i nagrï, je m'approche de 
la ville; j>Jk<^*.» ^+& kamba merg - hampir - kan , je fais 
approcher. 

ûi' l^" &j**\ M Pj_^ 4?^ ûr bi^° di-xeritrâ-kan ûleh ôrarg 
yanj ampûna xeritrâ ïm\ est raconté par la personne qui a 
l'ait cette histoire. 

S*\ p-lj C^> J*JL J^U ^jl^ jL" Cy ^jj^ ^» màka sa-àrarg 
pûn tiâda berâni mâsuk merg-ambil harta raja ïtu, or 
personne n'osait entrer pour enlever les effets du roi 
(S. Mal. 184). 

àIp^.** Ob ybp J^U <_$! aIjûIj' jio j^afez nâik-lah la mâsuk 
prahu dan menabràrg-lah, il monta dans la barque et passa 
de l'autre côté de l'eau (iV. 13). 

2° Impératif. 

185. L'impératif renferme le sens d'un ordre, d'uu 
commandement; c'est La parole de quelqu'un qui exige 
l'obéissance. Or, la langue malaise par un excès de poli- 
tesse, n'emploie pas ces expressions impérieuses dont nous 
nous servons dans nos langues européennes, comme quand 



DU SENS DES MOTS. 143 

nous disons: «faites ceci, demandez cela??. Les Malais 

croient prendre des tournures plus douces, en se servant 
du passif, et ils disent: «que ceci soit fait par vous, que 
cela soit demandé par vous??. 

186. L'impératif se distingue donc en malais par l'ab- 
sence de la particule préfixe * me. 

Les vérités à l'impératif prennent souvent la particule 
suffixe ù la\ mais il est à remarquer qu'elle nest pas 
absolument nécessaire. 

De jotè pâdam^ on a j£olf memàdam-kan, éteindre, et 
AXols pàdam-kan-lahj éteignez, litt. : soit éteint (sous- 
entendu: par vous). 

Dé jj^ka-lûar, on fait jjl«* mergalûar, sortir, et Ajjà 
Jca-lûar-lah j sortez (sous-entendu: vous), et àtâj^f ka-lùar- 
kan-lah) faites sortir, mettez à la porte, litt. : soit mis à la 
porte (sous-entendu: par vous). 

Lorsque le sujet est exprimé, il se place quelquefois 
avant le verbe . mais plus ordinairement après : 

^*ib jj| jj w^k ^J aLj lo oy iûan katâ - Jean - lai/ jyasàn 
hamba pada cinak hamba , faites connaître mes ordres à 
mes enfants. 

J*j1 ails cSsA ^j^. d\Sj> JloI ^ Jtèy adinda percjï-lali xûba 
argkat pànah ïtu : ô mon frère, allez, essayez de lever cet 
arc (S. 31). 

ytfù&y tûbat-lah kctmu , laites pénitence (N. 55). 

J\^ ytf aIjIjJ^ sedlâ-kan-lali kârnujcdan, préparez le 
chemin (P. M.). 

JUj\ 4s£| £s\ alby pûkul-lah argkaw anjirg Un, frappe le 
chien. 

187. Toutefois, si le pronom yè\ argkaw était employé 
dans sa contraction jT kaw , il devrait se placer devant 
le verbe et s'unir à lui pour ne plus faire qu'un mot 
(§§85,167): 



144 GRAMMAIRE MALAISE. 

^Ô &^*£* ^WjAr kaio-karjci-kan-lalt pekarjâ-an Ita. 
laites cette besogne. 

^ù j> \ ASjXJJ> ^L maka kaio-tïdor-kan-lah ctkau dm, et 
laites -le dormir. 

û f^j J^>^" xlï Jil aecjala fctnam tanâut - an-ku Jcaw- 
jùal-kan, vendez mes plantations (il/. 7?. 5 G). 

188. Si le sujet du verbe est à la troisième personne, 
il se place après: 

l$1 A£J> pergl-lah ?a, qu'il ailje. 

iî>W aILa^U di-ûbah-kan-nà-lah namà-na, qu'il change 
son nom (R.). 

189. Quand le sujet e^t après le verbe, ou le fait 
quelquefois précéder de aI^I ùleh, par: 

r^ ^^) wgat-lah ûleh-mu, rappelle-toi (litt. : soit par 

toi rappelé). 

^*o aI^I ^yP ka-tahû-î uleh kà~mu, sachez (litt.: soit par 

vous su). 

3° Subjonctif. 

190. Les Malais ont plusieurs expressions qui répon- 
dent à peu près à nos subjonctifs français: ils emploient 
à cet effet certains mots auxiliaires, tels que à&X* hendak- 
lah, \j<tM> hârus, àlL\j bàik-lah , j* bnjar, à^ htyar-lah^ vJUSU; 
->lj ta- dâj xit tiât la . Ex.: 

<0i.xJb hendak-lah, veuille, il faut; c5^^ JX1 <df>j.;Jb 
xù jta i_o! ^co Jj^j CJ\ ^.\j hendak-lah segala pegâwi raja 
lia dûduk derrjan àdab dân diam, que les officiers du roi 
se tiennent avec respect et. gardent le silence (il/. 7?. 155): 

batâra majapâhit hendak meùerànj sirgàpùra hendak-lah 
sigràh dâtarg , si le Batara de Majapâhit veut s'em- 
parer de Singapore, qu'il vienne de suite (S. Mal. 92). 
^ Jf t^T àliaiib hendak-lah kaw-katâ-kan benàr, il faut que 
vous disiez la vérité. 



DU SENS DES MOTS. 145 

^l* liants . il convient, il est à propos, il faut que, il 
est nécessaire: {y\ ±Jtâ $\lt ç-j^\ ^J^ liârus brarg me-muliâ- 
kan kitâb nu\ il est convenable que Ton apprécie ce livre 
(If. B. 226): a11] J^ jjp jtfï w~l£^ J£l ^> fcârws se#a/a 
martka-ttu tâkut deri-pada murka allalu il faut qu'ils crai- 
gnent tous la colère de Dieu (J/. i?. 224). 

àIaA bâik-lali . il est bien que. il faut que: ^£*j^1£^ 
JT£ J^£ Ah\i \ jikalaw demikâan bâik-lah kïta pergi^ puisqu'il 
en est ainsi, il est bien que nous partions: <_p Cs^iï^y^ a1Ju\j 
bâik-lah aku per-dàyâ-kan dut . il faut que je le trompe 
(i?. 99). 

y? b?yai\ 4^ bïî/ar-lakj qu'il veuille, qu'il soit octroyé: 
J^U ^j> à\^j biyar-lali dm mâsuk, qu'il entre: ^~jL jI^'^j 
i y<i^^ ,j\ <-*! ->|>.> «-Zol btyar tïlik mâriusïa itu deri-pada apa 
ïa di-jadï-kan , que l'homme considère bien d'où il a été 
tiré (M. 7?. 10). 

As J*s\£i ta-dâpat tiâda. ou ^l*î Job *lï tâ-dâpat tiâda. 
il ne peut pas ne pas être, il est nécessaire, il faut que: 
j,]* S^ 3 V "-^^ ta-dâpat tiâda ïa pergi . il faut qu'il 
parte; -J^ a^ jIj JiU; ta-dâpat tiâda fitnah juga. il ne se 
peut qu'il n'arrive quelque séduction (S. Mal. 83). 

4° Optatif. 

191. L'optatif s'exprime par les mots auxiliaires sui- 
vants: £j\ bârarg, alla] apâ-lah . is>p kirâ-na, CjJ^o ou jJ^X 
muga-mûga, signifiant: donc, puisse-t-il être. Dieu veuille, 
plaise à Dieu. Ex.: 

àDI ^yJU-o PjIj ^! Ojy" sîZra2 zm bârarg di-sampey -kan 
allah , Dieu veuille faire arriver cette lettre (Xe#. Mal.). 

»js£ AU> a)\I1 aI^J ,i)\ju ^ /z^ bapâ-ku lïhat-lah apâ-lah 
di-dâlam nujïtm, ô mon père, regardez, je vous en prie, 
dans votre livre d'astrologie (Z?. 7 |. 

10 



146 GRAMMAIRE MALAISE. 

JbJ d>y j>j>**\ ampûn-i kirà-fia padà-ku : de grâce qu'il 

me soit pardonné. 

j& j$f\ JU. ôjlsCf^jX ^ ù^ ^ ^ #« a#«A bàlas-kan 
ûleh-mu kirà-fia ka-sukàr-an kàl âhu pada omar. ô Dieu, 
rendez, je vous en prie, la peine de mon état à Omar 
(M. R. 85). 

c>p aS15\ aUI ^JU^ cjL jL maka bàrarg di-sampey-kan 
allait apà-lah kirà-fia , que Dieu veuille bien la faire arri- 
ver, je l'en prie (Lett. Jlal.J. 

ol^-o Jj'I ô&a?2 bàrarg-siàpa mâkan nàsi ïtu muga-mûga ber- 
ûleh ânak perampûan akan jâdi istrt ânak da.sarâta . quant 
à celui qui mangera ee riz. puisse-t-il devenir père d'une 
fille qui deviendra l'épouse du fils de Dasarata (/?. 6). 

5° Vétatif. 

192. Pour défendre ou dissuader, les Malais emploient 
un mot d'un usage fréquent dans leur langue. j&\~*- jcuxjan, 
lequel renferme un sens de défense, de prohibition, et 
pourrait se traduire par wne, ne pas, ne pas faire, se 
garder de- : 

^ j>\ J^jtXc^. «j Uo Jf I^ojXpI js-^j'ârr/a/i argkaw mergaià- 
kan doâ yarg jâhat akan omar^ gardez-vous de souhaiter 
de mauvaises choses à Omar (M. R. 86). 

^y\ w-at jjp ^WJ^S aLp^jXp! argkaw jârgan-lah pergi 
jâuh deri-pada tampat ha\ ne vous éloignez pas de ce lieu 
M. 11. 153). 

CJtS b y. O -° «-^* o^W^ \y~& J^ lS^ supàga segala morga- 
satwâ jàrgan dâpat mâkan bûah ïni, afin que les animaux 
sauvages ue puissent pas manger ces fruits (//. 132). 

OUJ j3 jj\f jëXc*. ^-\j aIsjù*. hendak-lali ràj a jàrgan ka- 
lûar deri astâna^ que le roi veuille bien ne pas sortir du 
palais {M. II. 06). 



DO SENS DES MOTS. 14* 

193. La politesse de la langue malaise demande 

vent que les phrases qui expriment un impératif ou un 
subjonctif soient adoucies par quelques mots signifient 

a prier, inviter-, comme C*l« .rata, J~- sUa: jj^ùy ~- 
mtnta titan ~ .". " os îtes priés le venir: J^j- J J j r 
s'ila tûan dûduk . - is ïtes invité à v > isse 
équivaut à nos expressions: -venez, je vous prie; - 
vous, s'il vous pl-iit-. 

_ lerrogatif. 

194. Dans la forme interrogative . le pronom per- 
sonnel précède quelquefois le verbe, d'autres : is il le 
suit: jL^VJ"j>! apa kâmu mil. que votil: : C*Z* j~ J 
apa dm rninta. que demande-t-il? Jl* ôy *J\y brapa tûan 
màu 7 combien en voulez-vous? jj JX* j~ l>U m :■ dla 
hendak pergi^ où veut-il aller? ^A^O^JI apa &â£a &â 
que dites vous? jy ^ii J! apa jlkrr tûan. qu'en ] insez- 
vous? j^v^ mànaper " . : ù va-t-il? 

195. Mais le plus souvent l'interrogation se marque 

au moyen des particules suffixes » kah ou aï £oA, qui s - 
placent quelque! îs ivant le g aj :-- ît I ver! . I rsque 

ceux-ci se trouvent pr uelqu'autre mot. d'à 

fois après le verbe et. quelquefois, à la fin de la phi ise: 
jj J-^ S ] ®^ ka-manâ-kah ïa hendak j veut -il 

aller ? y\ L $ l ypy&\ jùIjlJ tîadâ-kah arr/kaw ka-tahû-i âku . n^ 
me connaissez -vous pas? Jgk <£!->! adâ-kah bànak . y en 
a-t-il beaucoup? OW jJuAâib *j~j ^5! za sudah dâtarg-kah 
ka-pada astcina. s ont -ils arrivés au palais ? y) ^y^ Oy-' 
£\»JL>\y\ iù\jjùj^t ada-pûn perampûan ïni sud a :.- ta- kah 
âtaïc si -".â-kah. mais cette femme est-ell sa :. 

est -elle son épouse ? I. 57). ^»jj r^ J J^ <*£«~uU Ai! ^J x* 3* 
axJ^Ic^^I maka sabda nabi allai* mâsuk-kan âku d.dlar 

: 



148 GRAMMAIRE MALAISE. 

âtaw jârgan-kah, alors le prophète de Dieu dit: dois-je 

entrer dans la maison, ou ne le dois-je pas? (A/. B. 55). 

2° DES TEMPS. 

196. Les temps des verbes se marquent au moyen de 
mots particuliers qui expriment le présent, le passé ou le 
futur, et non en changeant la forme du verbe, comme cela 
a lieu dans les langues inflexionnelles. 

1° Présent. 

197. Lorsque le verbe n'est modifié par aucune dé- 
signation particulière de temps, il doit ordinairement s'en- 
tendre du présent. Ex. : 

&f*yy~* ^} ^"^y ^ ^ ^ At ^ ^ cfr-y J^ scgala pïcji 
bagi allait yarg tiâda ada dâlam ka-rajâ-an-na ïtu sa-kûtu 
bagï-na, toutes louanges à Dieu, qui dans son royaume 
est seul et unique (M. B. 1). 

^&y S*** ,j\ ^ij^ J^** <-iL~p;lj bârarg - siâpa mergenàl 
dirz-na la mergenàl tïdian-na, quiconque se connaît, connaît 
aussi son seigneur (il/. B. 9). 

198. Lorsque l'on veut marquer le temps présent 
avec plus de précision, on ajoute au verbe quelque mot 
qui marque expressément le temps présent, comme pjlC 
sakârarg, ±j\ pjlC sakârarg mi, Jfi làgi, ^iy^ jûga, ou 
simplement le verbe i\ ada , être: pjlC JT U <_$! m mâkan 
sakârarg, ou JTU ù>\ j>\ m ada mâkan, il mange maintenant, 
il est mangeant; j,^ f^ C>\$ p.j£* sakârarg ka-mâna arçjkaio 
pergi, maintenant, où allez vous ? j^fjfi c$' £ «*-* ty y\ J^ 
jikalaw aku bûnuh sedàrg ïa lâgl fidor, si je le tue pendant 
qu'il dort, pendant qu'il est encore dormant (B. 27). 

2° Passé. 

199. Le passé se marque ordinairement par des mots 
auxiliaires qui précèdent le verbe dans la construction. 



DU SENS DES MOTS. 149 

Ceux dont on se sert principalement sont: aJj telcdt 1 a-x^ 
sudak, ^^ liàbis, Ji lalu. Ex.: 

«j'b à\j j-^Kl p^j^j J>\ ânak raja-râja sa-kalï-an telah 
dàtarg, tous les jeunes princes sont arrivés (B. 20). 

Ajjij* ôy£A ^y\ cJL&l aJj /e/c>A largkajj utils -an Itu-jpûn 
ber-làyar-lah, lorsque tout fut préparé, l'envoyé mit à la 
voile (S. Mal. 174). 

^«pU aLjU Ôj&) ^-lU jL maha mâligey ztu-pûn habis-lak 
hârcjus, et le palais fat complètement brûlé (S. Mal. 185). 

J U> j-VJ^o^j ^1S ôy ^1 J^> maka ta pûn lalu ber-mû- 
hun-kan kombàli . et il prit congé pour s'en retourner 
[B. 19). 

200. Quelquefois la particule suffixe d lali seule est 
employée pour marquer le passé, mais alors on la place 
immédiatement après le verbe, ou bien à la fin de la 
phrase. Ex.: 

<$J£ ùy Ssà £-!j àliTj jL> moka pergï-lali râja ka-pada 
tûan pidrï, et le roi se rendit près de la princesse. 

<dp;^l J\Èù ^>-jlju J& J^> moka segala buni-bunï-an di-palu 
ôrarg-lali, et on battit sur tous les instruments de musique 
(i?. 3). 

201. Lorsque dans la phrase il va quelque mot ou 
quelque circonstance qui indique le passé, on peut se 
dispenser de se servir des mots indiqués ci-dessus. Ex. : 

«Jb «~^*> ôJ^S kelamcirin liamba dâtarg, je suis arrivé hier. 

,jL J9I J)\yj J^ ^jU «,1^5 .xi pada portâma hâri bûlan 
saioal m màti, il mourut le premier jour du dixième mois. 

VaJul «j ^jI$3 JiC^ jJp SV ôy -x^j J^ ,3i^ Aj J^j -X^ J^* maha 
pada kofika yarg bcnk moka baginda pûn meviâkey deri- 
pada segala pakey- an yarg indali-indah , or lorsque le 
moment favorable fut A^enu. le prince se revêtit d'habit? 
précieux (B. 3). 



15b GEAMMAIRE MALAISE. 



3° Futur 



202. Les auxiliaires les plus ordinaires pour le futur 
sont: y*L mahu, JP^* hendak, JJôi nanti, ^}\akan. Ex.: 

p_5j JIj ,jJo jjA> ^«^ a|^o jL maka mahû-lah hamba nâïk 

ka-âtas baley rïiarg. alors jo monterai à la salle d'audience 
(i?. 10). 

jjU J-xlib àjII Jo L ,3] la sakit payait hendak matt ', il est 
gravement malade et va mourir. 

^3 J.^i-0 Jf^> Jfïtè jjuJ wêmfo' pàtek pergi merg-ambil dîa, 
j'irai le prendre (2?. 132). 

cpV- Cr ^ ^ J j Ji^ «-^ <_5^- j Àta dalam nagrî ïtu bânak 
wall allah âkan jàdi, et beaucoup de gens dans ce pays 
deviendront des amis de Dieu [S. Mal. 71). 

jfîlî Jo^l ^co <u^ ^| jL" Jo| Jo U penâkit îtu tiâda âkan 
sumbuh dercjan ôbat pcdek, mes médecines ne guériront pas 
cette maladie (S. Mal. 174). 

On marque aussi quelquefois le futur par ***. jemàh, 
par la suite: et aussi par le mot javanais J^ bakàl. 

203. Lorsque dans la phrase il se rencontre quelque 
mot où quelque circonstance qui indique le futur, on peut 
se dispenser de se servir des auxiliaires ordinaires. Ex.: 

r'.s/^/; //r7y/ &zfa ber-prarg pïila di-sanâ-lah argkaw Wtat âkan 
ka-saktz-an segala senjatâ-ku, demain je combattrai de 
nouveau et là vous verrez la force do mes armes (lî.). 

Jol pada âkir zemân kalak ada sa-bûah nagrî samudrà 
namâ-na maka apa-bïla kâmu dergar kabar-na nagrî ?tu, 
dans les temps à venir, il y aura un pays nommé Samu- 
drà, or lorsque vous entendrez parler de ce pays (S. 
Mal. 7 1 ). 



DU SENS DES MOTS. 151 

204. Les autres temps des verbes s'expriment par 
des tournures particulières qui s'apprennent par l'usage, 
mais dont voici quelques exemples: 

4° Imparfait. 

^^eJ Ata.>>xJ ^ i ôy> -iX C*A JlCr; tatkâla ttu nâga pïin lâgi 
ttdor di-dâlam lïarg-na, dans ce moment le dragon dormait 
dans son trou (II. 28). 

^pLol ^*& «i'b Ojj J~5l apa-btla tïian dâtarg hamba ada 
mâkan, quand vous êtes arrivé, je mangeais. 

A*b <Jn <_$-> £/*?** ^~jL ^1C Ob ôLj ^a^ <_$] JlSJj tathcda 
la hampir di-sâna dan sa-kalt-an mânusta rne-nantï-kan dm 
âJcan dâtarg, lorsqu'il approchait, et que tout le monde 
attendait son arrivée [M. R. 44). 

5° Plus-que-parfait. 

^} Oj^w ^\j ^U ô-Xvj <^<>à> 4ib ^$\ J-Jl apa-bïla ta dâtarg 
hamba sadali liâbis bâxà sûrat ttu , lorsqu'il est arrivé, 
j'avais lu la lettre. 

Ji âAvo JjIj «j jll) j^5 J_xlib ^1 JlsCi'i* tatkâla ta hendah 
pergi JcotïJca yarg bâik sudah lâlu, lorsqu'il voulut y aller, 
l'occasion favorable était passée. 

6° Conditionnel. 

jj^Ul ZS e$bo ^«j ôy j^ cJo «Joy ^>* w ^V- ,/*&# seperti 
bukit kâf sa-kâli pïin besàr dosâ-fia ktta ampwi-?\ quand 
son péché serait aussi gros que les monts Kaf, je le lui 
pardonnerai (S. Mal. 177). 

Ojy tf\ y\ ô\£> bagimâna âku âkan tûrut, comment 

s ui vrai s -je? 

7° Conditionnel passé. 

jikalaw suâra kânan seidt sâhut nisxâya ummat seidt sa- 



152 GRAMMAIRE MALAISE. 

kalz-an men-jâdi nasrânî, si monseigneur avait répondu à 
la voix (qui se faisait entendre) à droite, certainement, 
tous ses disciples seraient devenus chrétiens [Mir. Moh. 19). 

8° Varticipe présent. 

205. Très-souvent les verbes d'état formés au moyen 
de la particule préfixe y ber peuvent se rendre par un 
participe présent (§§ 115, 123). ^JJ&y ber-hârap, espérant: 
c)oy ber-kâta, parlant:^— Sy ber-kzsar^ tournant: Oj^ ber- 

tûrutj suivant; ^Jk J&j*. j>?^y. ber-janjiber-ta/m/par târgan, 
faisant une convention en frappant dans la main. 

206. Les mots ^£o dergan, C^j^ séria, J~c~> sambiL 
^\j^j seràya, signifiant «avec, pendant», joints à un verbe, 
forment des participes présents, ou des gérondifs. Ex.: 

Cj$j> Cjj^j ai*jta ^\ ïa dcltarg-lah serta ber-kàta, il arriva 
en disant. 

e>llo^j!yL> ^\j^> <w* <j\ ïa meûembah serâya meûâpu 
âyer màïà-na, il s'inclina en essuyant en même temps ses 
larmes. 

^ 3-Jy. J***^ <£*$ ^y ^ J-b J ^ m( tka bïidak ztu pûn làri 
sambil ber-trïak-trïak, alors l'enfant s'enfuit en criant {R. 9). 

VIL 

DES ADVERBES. 

207. 1" Il y a des mots simples qui sont adverbes et 
n'appartiennent à aucune autre partie du discours, comme 
Jv,l àmat, beaucoup, très: j,\bàgey, comme, de même: b 
belum, pas encore: oL .sâ??a 7 là: y?* smf \ l{ ' 1 '' Hf pernah, 
jamais; Jy pûla , de même, de nouveau: a^C> sigràh, 
promptement. 

208. 2° Il y a des mots simples qui appartiennent 
à d'autres parties du discours, et sont employés comme 



DU SENS DES MOTS. 153 

adverbes, sans subir de changement dans leur forme. 
Tels sont u ~>\ âtas (prép. et adv.), sur, dessus, en haut, 
au-dessus; Jjtj bâik (adj. et adv.), bon, bien; J»\> bâïïah 
(adj. et adv.), beaucoup, nombreux, très; ^jV bahâru, 
nouveau, nouvellement; ^J tertts (prép., adv., adj. et 
aussi verbe), par, à travers, entièrement, pénétrant, être 
pénétré. 

209. 3° Il y a des mots rendus adverbes par la ré- 
duplication. Ex.: X jp cjardi- -ganti, alternativement, de jp 
ganti] changé; j^j^^. xuri-xûri, furtivement, de >Jjjf- 
xûri, volé; t^^ hàbis -hâbis , à l'extrémité, finalement, 
de ^r^ hàbis, fini: \j?J kira-kira, si, peut-être, de^ kira, 
pensé, cru; X^^. xûmali - xûmali , gratuitement, de ^j^. 
xûmah; ^^^ tiba-tiba, inopinément, de ^^ tzba, arriver; 
XçJi» màsirg-mâsinj, séparément. 

210. 4° Un grand nombre d'adverbes sont formés de 
mots appartenant à d'autres parties du discours joints au 
préfixe u -> sa. Tels sont^w* sa-benàr, certainement, vrai- 
ment, de^j benàr, vrai; JLÎ1 sa-genàp, complètement, de 
cJo genàp, complet; y,^ sa-lâin, autrement, de yi lâin. 
autre, différent; y3L sa-lâku, ainsi, de cette manière, de 
ji lâku, action; <^CL~o sa-sïirgguh, certainement, de &■*<* 
surgguhj certain. 

Souvent les adverbes formés avec le préfixe u * sa, 
prennent encore le suffixe e> na, comme &/*~j sa-benar-na, 
véritablement; ^aIC sa-genàjp-na, complètement; ^Xo 
sa-lciin-ha, autrement; &J>^ sa-lakû-na, ainsi; ^^x**^ sa- 
surgguli-na, certainement. 

211. 5° Quelquefois ils se forment avec le préfixe 
^ sa et la répétition, comme ^y^ sa-kira-Mra^ si, peut- 
être; y^Clvo sa-laku-lâku , de même que, comme; ?%~j sa- 
lama-lâma , longtemps, toujours; ôU^ sa-mana-mâna, 



154 GRAMMAIRE MALAISE. 



partout, de OU maria, où; CçJXu sa-kunnurg-kunnurg, 

subitement. 

212. 6° D'autres fois ils se forment par tous ces 
moyens à la fois, c'est-à-dire par la réduplication, le 
préfixe ^ et le suffixe e> na 1 comme e>lU-o sa-lama-lamâ- 
fia, toujours; e>t ày^i sa-buleh-bûleh-na, possiblement, autant 
que possible, de ^ lûleli. pouvoir; i*>V,w sa-benàr-benàr- 
na, véritablement, en vérité. 

213. 7° Enfin on peut former des locutions adver- 
biales à volonté, par le moyen du mot ^co derejan, avec. 
que l'on place devant un nom, un adjectif, un verbe ('te 
Par exemple: olf^j dergan hâta, verbalement, avec des 
paroles; olC ^j dergan sa-kàta, unanimement, de C^L-âf(/, 
parole; ^xy Ct^ dergan keràs, fortement, durement, de ^*} 
keràsj fort, dur; ,jji ^so dergan lâr?\ couramment, en cou- 
rant; Pjj cf-* dergan kûrarg, moins, en moins, de 9j>§ 
kûrarg, moins, moindre. 

214-. On trouve dans certaines grammaires l'énu- 
mération de tous les adverbes usités dans les langues 
dont elles traitent; mais un pareil détail serait tout 
à fait impossible dans une grammaire de la langue 
malaise, la facilité avec laquelle le génie de cette 
langue permet de former des adverbes, en rendant 
le nombre presque illimité. Nous croyons cependant 
utile d'indiquer ici les plus usités, dans les diverses 
classes, de temps, de lieu, de manières, etc. 

1" ADVEKBES DE TEMPS. 

cjlC sa-kârarg maintenant. 

^l^ tahâdi ou ^pl* tadi . tout h L'heure. 
jij^ sa-bentar lâgi .... actuellement. 



DU SENS DES MOTS. 155 



aJwj siidali) 
. 7V7 déjà. 



, encore. 



Ao belwn pas en( 

ji-w kamudzan ensuite 

JTS lâgi maintenant 

tjJJZ* sanantiâsa toujours. 

*l$ pernah toujours, jamais. 

çolT kâdarg quelquefois. 

J>*i] apa-hîla 



. lorsque. 
Jl5o] apa-kala) 

^^ kâpan , . quand, lorsque. 

jO demi depuis, aussitôt. 

9X* sedàrg ......... pendant, puisque. 

^lyo daliïdu . auparavant, autrefois. 

ÛV* harïni ) * . 

> aujourdnui. 

Crf' <-5j^ hari mi ) 

Ù>J& kelamârin. hier. 

^lyo ôj$ kelamârin dahûlu . . avant-hier. 

J~J ësuk demain. 

^J lûsa après-demain. 

^J&> Jll pâgi hâri au matin. 

jijljbg jyetarg hâri au soir. 

S^y tïàat ou Jy tula . . dans trois jours , le jour 

après le surlendemain. 

Jl5Sw sadakala toujours, sans cesse. 

JlC sa-kali en même temps, une foi?, 

2° ADVERBES DE LIEU. 

C>U mâna où. 

[ y^j sïni ici. 



156 GKAMMAIHE MALAISE. 

<^ sâna là. 

A' 3 dâlam dedans. 

jy lïiar dehors. 

^H' àtas dessus. 

*yî bâwah dessous, en bas. 

^-> dekàt près, auprès. 

& J>- jàuli au loin. 

^JLc^ samjpey jusqu'à. 

£f^ A ^ sa-panjarg au long, le long. 

ç^xw sabrarg au delà, de l'autre côté (de 

l'eau). 
&j\ ârah à, vers, du côté de. 



3° ADVERBES DE QUANTITÉ. 

±3\jï berâpa, brâpa . . . combien. 

JUèL sârgat ) 

\ beaucoup, très. 

JjIj banak ) 

aJ lebeli plus. 

9jj> kûrarg moins. 

u^Cjuu sa-dïkit un peu. 

^ kzan autant, autant de fois. 



L 



i^ 



4° ADVERBES D'AFFIRMATION. 



OUI, 



^ZIT tantu assurément. 

^U^ nisxàya certainement. 

J^ behkan ......... oui, certes. 

J>§ kûnun assurément, en effet. 



DU SENS DES MOTS. 157 

5° ADVERBES DE NÉGATION. 

J-^" tïdak non. 

yj t bûkan non, non pas. 

->Lï tiâda non, ne, ne pas. 

6° ADVERBES DE MANIÈRE. 

^-f* bagïtu de cette manière-là. 

^yf* baglni de cette manière-ci. 

,j^o demikmn ainsi, de cette sorte. 

OlX bagimàna comment, de quelle manière. 

-iW> belâka entièrement. 

ô^\ Uu-pïm sur cela, ainsi. 

J \> bâgey comme, de même que. 

«->& betàpa comment? 

j^o sa-târa comme, comme si. 

O^a^ s&perti comme, de même que, touchant. 

3>%> sa-lâku de la manière que. 

<£. Uw semâja seulement, au moins. 

C^V* perlalian doucement. 

Jy pida de nouveau, encore. 

J>L makin . d'autant plus, à plus forte raison. 

^Ub hubâya absolument. 

jS+j\ istimëwa ........ spécialement. 

^jl^t serâi/a avec, ensemble. 

Cjj^ serta avec, ensemble, en. 

p-V" sahâja seulement, simplement. 

^ij^ jûga aussi, comme, de même. 

j^jûwa aussi, de même. 



153 GRAMMAIRE MALAISE. 

VIII, 

DES PRÉPOSITIONS. 

215. Les prépositions sont des mots employés pour 
indiquer les rapports qui existent entre deux noms ou 
entre un nom et un verbe. 

On les nomme prépositions, parée qu'ils se placent 
avant le mot auquel ils se rapportent et que l'on nomme 
leur régime. 

Voici les principales prépositions de la langue 
malaise. 

216. ^ d/\ ce à, en, dans??, est une préposition de lieu 
sans mouvement. Ex.: e$,Cb di-nagrï, à la ville; <^jj-> di- 
rùmah, à la maison; j^-* di-hûtan, dans la foret; Ojl> ï\ 
ada di-lâutj il est en mer; ^V-* ^ ***)/£ A ^ sa-telah be- 
brâjia lamâ-ûa dl-jâlan, après avoir été quelque temps en 
chemin. 

Elle se joint à d'autres prépositions et à des adverbes, 
pour en faire de nouvelles prépositions. Ex.: AU> di- 
dâlam 1 dans, dedans; j^b di-lûar , dehors; ^~jb di-âtas, 
dessus, en haut, au-dessus; a^lo di-bâioali, sous, dessous, 
on bas : ^\ a^lo j^C* JJÏ1 segala nagrï di-bâioali ârgin, les 
pays qui sont sous le vent; C*A ù& ibj ibLc ^J.ji <-^ ^* 
maka m ber-bûat ibàdet di-dâlam kebbn ïtu, ils faisaient 
leurs dévotions dans ce jardin (Sul. Ibr. 4) ; ^^ j>\ ^x^ J-il 
JUjuo apa-bïla sudah la sampey di-sïtu, lorsqu'il fut arrivé 
là {M. IL 85). 

217. J ka, ce à, vers??, préposition de lieu avec mouve- 
ment physique ou moral vers un endroit. Ex.: Ji^ jj> 
pergi ha-hûtan, aller à la foret; O^T^T^'b ^J>\ apa-bïla 
dàtarg-lah ka-pintu kola, lorsqu'il arriva à la porte du fort 



DU SENS DES MOTS. 159 

(B. 26); j-^-j dA &\jj aIjI ^fjbjù J*i loin di-terbarg-kan ïdelt 
ratâ-ha ïtu ka-udara, il fut emporté par son char dans les 
airs (B. 60). 

Comme la précédente, cette préposition se joint à 
d'autres prépositions ou adverbes: ^X^ka-âtas^ en haut, 
au-dessus, à^\S ka-bâwah, en bas, vers le bas, etc. Ex.: 
c>Ijj u ~*\^> àIâjU ôf c$l ji* moka ïa pûn nctik-lali ka-âtas rata- 
fia , et il monta sur son char (2?. 60); J*^U Cy &fj J^ *&* 
Oy 11 Jo moka segala rayât pûn mâsak ka-dalam kota, alors 
tout le peuple entra dans le fort (S. Mal. 20). 

218. ji deri, «de, depuis??, préposition de lieu avec 
mouvement physique ou moral pour venir de, s'éloigner 
de. Ex.: <Ujjjj>^J'b dàtarg deri rûmah, venant de la mai- 
son; ^yj^j^ deri liittan, de la forêt; aIj x* j j> j^^J> ^ za 
pergi ka-lûar deri medïnali, il sortit de la ville de Médine 

(M. B. 85); e>^l Ibj^jj^fôJ xSj^« maka baginda pûn 
ka-lûar deri dalam astanâ-na, alors le prince quitta son 
palais (Sut. Ibr. 3). 

219. Ji pada, c-à, vers, pour??, avec mouvement 
physique ou moral vers quelque chose. Ex.: ^yf ^\ 
c>|jJ *3L m mem-brï salàm padâ-na, il lui donna le salut 
(J/. B. 85). 

Elle signifie aussi: «en, pendant??. Ex.: AL J3 iS\f>^ ji\ 
T«Jil$\^jL ïa ber-xahâya pada mâlam seperti keùp-keûp, re- 
luisant pendant la nuit comme des lucioles [H. Ab. 146); 
CJ\ jL:Sj.9 pada kotzka ïtu, en ce temps-là; a*L> JL>^ -à pada 
liârikiâmat, au jour du jugement [M. B. 86); &y w j£J^o 
A\\ ^+& jXl J^^V jJ^Cp] j^-ff J^ r'-^ di-bâlas-kan allah 
kirâ-na pada- mu segala ka-bijïk-an argkaw pada meme- 
liharâ-kan segala liamba allait, que Dieu vous rende les 
bienfaits que vous faites pour secourir ses serviteurs (M. 
B. 86). 



ItiO GRAMMAIRE MALAISE. 

Cette préposition se joint très-ordinairement aux deux 
précédentes, sans changer la signification de celles-ci. 

-Xaj ka-pada, à, vers, pour; Sèji deri-pada, de, venant 
de, d'après; C**} 0^**i *&> \jj> J>\ */** &« moka sigràh ïapergi 
ka-pada perampûan ztu, aussitôt il se dirigea vers cette 
femme (il/. B. 85); csf~* J^° ^ ^^ wXol ,j\ la âmat 
mergâsih Jca-pada segala meskbi. il avait beaucoup d'affec- 
tion pour les pauvres (Sut. Ibr. 1); CJu\ -xâj Jol e>^> aLa^ 
p*P tx^l; sampey-lali hargâ-iïa ïtu Jca-pada ampat râtus der- 
ham, et son prix s'éleva jusqu'à quatre cents drachmes; Jn 
*jb âjW g JU& jip âZ^ deri-pada tampat yarg jâuh dâtarg, 
je viens d'un endroit éloigné (il/. B. 85); ^i ^ j5j^ ^«1*^1 
âfc^ menergar deri-pada sabda nabi, j'ai appris d'après les 
paroles du prophète (il/. B. 86); Jh -x^P jJj=^ J> Uo di-tanà- 
kanjûga deri-pada âku, on demandera de moi (on me 
demandera compte) (il/. B. 88) ; «J^l -x^p ùi<**$ kamudïan 
deri-pada ïtic, ensuite de cela. 

Jap deri-pada se place aussi devant les noms 
indiquant la matière dont une chose est faite, ou ce qui a 
servi à la faire : J~*l Jap C>^t>- xâioan deri-pada amas, une 
coupe d'or; VajJl ^ ^jfâ J9jj ^J \$yf J>\ ^ mem-brz karunïa 
deri-pada pakey- an yarg indah-indali , il fit des présents 
d'habits très-précieux (Sul. lbr. 2). 

-X9 pada et -XaÎ> ka-pada sont, dans beaucoup de cas, 
employés l'un pour l'autre, même par les bons auteurs. 
Il en est de même dcji deri et -x5p deri-pada. Ex.: J>*l 
^^x^o yf«i jJu ^-A** JU*1 ôb^iJj jXw jk5 ^^U* â?wa£ mergâsih- 
ïïa pada segeda loezïr dan âmat mergâsih -na ka-pada 
segala meskîn, il avait beaucoup d'affection par ses 
ministres et il en avait aussi beaucoup pour les pauvres 
{Sul. Ibr. 1). 

On dit également J*A ^juojj> deri sebàb ïtu, et «-^ -X»p 
«J^>l deri-pada sebàb ïtu, pour cela, pour ce motif. 



DU SENS DES MOTS. 161 

220. Jn akan, ce à, vers, pour, dans l'intention de??, 
indique le régime d'un verbe. Ex.: ^\ Jn ^SIjo di- 
dâkap-fia akan ânak-ha, il embrassa son fils (Sul. Ibr. 14); 
cP Cr ' e>^*° ci c$y~-° mantrl yarg di-harap-ï-na akan dm, le 
ministre auquel il avait confiance (Sul. Ibr. 3) ; *)j\ J^-^çS 
jfi'c) I kasïli-an-kan ïdeh-mu akan kâmi, ayez de la com- 
passion pour nous (il/, i?. 87) ; ^»1 L>b jTl jJ-^ J S ->lo" tiâda 
lâgi ber - ka - liendak akan dunià mi 1 ne désirant plus les 
choses de ce monde (Sut. Ibr. 19). 

akan a aussi le sens de ce quant à, touchant??. Ex.: *y y\ 
Jj=- ^«*> i\f C*j\ j<Jj akan bïiali daltma Itu tiâda liamba jâal, 
quant à cette grenade, je ne la vends pas (Sid. Ibr. 9) ; 
^°J J^Cr ' âkan liai ztu, touchant cette affaire; abl^b Jn 
*J\i i^X) akan dâku adâ-kah bagz-ku bâpa, quant à ce qui 
me regarde, ai-je un père? (Sut. Ibr. 12). 

Quelquefois il indique simplement le futur (§ 202). 
Ex.: ÀJb Jn fj\ la akan dâtarg , il viendra; J>| As jA Lo 
JXir dunià ini tiâda akan kakal, ce monde ne sera pas 
éternel. 

221. pL 5«ma signifie proprement «semblable, égal, 
de même??; mais il est habituellement employé dans le 
sens de «à, vers, pour??. 

On dit: & *b» idfkâsih sâma dza, donne-lui; X* £J>b ^1 
^m»^ za dàtarg sâma liamba, il vint à moi; Jol 4$£l *L J5y> 
pukul sâma anjirg ztu, frappe ce chien. 

222. aIjI uleh, ce par??, indique la cause d'un acte, et se 
place ordinairement avant l'agent d'un verbe (§§ 166, 171, 
175). Ex. : ^ **ts~> Cr ' ^-oy ^ g pJ^ J^ **!>' ^ pâlu ûleli- 
mu seejala àrarg yarg tiâda tûrut akan sériât nabi, soient 
frappés par vous ceux qui ne suivent pas la loi du pro- 
phète (M. R. 7 6); jûÎ7a!j| ^^o ^Xo sigrah di-sahut-z-ùa ïdeli 
baginda, aussitôt il lui fut répondu par le prince (Sul. 

il 



162 GRAMMAIRE MALAISE. 

Ibr. 8) ; o^* 4?^ ^ bdaah ûleh hiijan, mouillé par la pluie ; 
^» a!j! ûleh sebàbj Oj»Àj\ ûleh kârna, par la raison que, 
parce que. 

223. j^ dergan, «avec, en». Ex.: ^ jio ôy^ ?jJ-~° 
ç^bjj sa-ôrarg perampûan dergan tïga bûdak-iïa, une femme 
avec ses trois enfants (il/. B. 85); &f*jj $f &j*c£* <j\ * a 
dergan gamar-na pïdarg ha-rûmah-na , et il retourna chez 
lui avec joie (M. B. 169); c\f>> ^jJk* jio ,j\ m dergan 
menârgù ber-kâta, elle dit en pleurant. 

J&* dergan a quelquefois le sens de «par» : ^IW ^-> Ob 
j-^^j-ty JU5l-Xl* JUjI dan dergan jalan ïtu men-dâpat ka- 
hidùp-an kahal, et par (avec) ce moyen obtenir la vie 
éternelle (P. M.)] Ob J->W &* &"\*£\\* A& C>\ 3 ^y Jtâ 
«JLail tatkâla nûsirwân tetàp-lah dctlam ha-rajâ-an-na dergan 
âdil clan insâf, lorsque Nushirwan se trouvait affermi dans 
son royaume par la justice et l'équité (il/. B. 96); ^£0 
ÀWy^jH dergan talcdïr allah 1 par l'ordre de Dieu. 

^co dergan, s'emploie encore dans différentes locutions, 
comme jllS-*» ^êo dergan sa-kottka, à l'instant; *Ul Ojtf'^o 

dergan kârna allah, pour l'amour de Dieu; e)^^ cA* 
dergan sa-bideh-bûleh-na, de toutes ses forces. 

Cette préposition sert enfin à former des espèces de 
participes présents ou gérondifs (§ 206), ainsi que des 
locutions adverbiales (§ 213). 

224. pJ> demi, ce par?? : <0J! J^> o àW «o (/rw/ aSaA tfeww 
rasûl allait, par Dieu, par le prophète de Dieu (^Tl/.y . 

(O tfem signifie aussi «dès, aussitôt que?? ; -^ ^ J^ta o 
eZewa di-lihat ûleh baginda, dès qu'il eut été aperçu par le 
prince (M.J; ^Jl*~o <j\ >i demi la xampey, dès qu'il fut arrivé. 

225. £j'b dâtarg^ JUw sampey, <^**> liirgga, «jusqu'à??: 
^3yS AJl-> c>^ jjir>y> A y ?r / ter-mashûr namà-ua dâtarg ha- 
benûa wolanda, dont le nom est très-connu jusqu'en Hol- 



DU SENS DES MOTS. 163 

lande (B. 183); p>IC> ^JU^ sampey sa-kârarg, jusqu'à pré- 
sent; J^y \£x& <_p â^ff meîiuxz-han dm hirgga sûxi, le 
laver jusqu'à ce qu'il soit propre; (jU jlâib hirgga mâti, 
jusqu'à la mort; JJ^' ^ <^«* hirgga ini nâik, dorénavant. 

226. ôjvkârana, kârna, <^^ sebàb, ce cause, raison, motif, 
à cause, pour la raison, par le motif?? : Jt^M ^côjà' kârna 
namâ-na yarg bâik, à cause de la bonne réputation dont il 
jouit; ^ v Ii^sL^jua> sebàbka-xintâ-an-na, à cause de sa tristesse. 

227. jW antâra, «entre, parmi?? : ^ Ob JUpSjUîI antâra 
lârgit dân bûmi , entre le ciel et la terre ; j-^jtîl dy -xlÇ jL 
-JU- ^êo maka baginda j)ûn antâra tidor dergan jâga , alors 
le prince était entre le sommeil et la veille (B. 10). 

228. J^ bediky «derrière, par derrière, au delà?? ; ^ jllo 
di-bâlik pintu, derrière la porte; &j> Jtâ ka-bâlik gûnurg, 
au delà des monts. 

A A 

229. J^ bagi, «à, pour, vers?? ; $\&j>~£ pûji bagi allah, 
louange à Dieu; ^tj^ <^ J~*«* merg-ambil bagi dirz-na, 
prendre pour soi. 

230. £iï tentarg, «concernant, touchant??; S»A JS^ &iï 
tentarg porkâra ïïu, touchant cette chose; C^A 0*W^£ A2u 
tentarg pe-karjâ-an ïtu 7 concernant cette affaire. 

.231. Nos prépositions «voici, voilà??, se rendent par 
^y„\jir bahtoa mi, ^Aj^ bahwa ïtu, ^yj\. yâ-ïni, ^i^i yâ-ïtu. 
aLI ini-lah , d\y\ itû-lah ; J^» ^-~**> g J^i'l itû-lah yarg hamba 
minta, voilà ce que je demande; Job ^1 âj aSyl itû-lah yarg 
m tâkut, voilà ce qu'il craint. 

IX. 

DES CONJONCTIONS. 

232. Les conjonctions sont ainsi nommées parce 
qu'elles servent à lier des mots d'une phrase qui, sans cela, 

il* 



164 GRAMMAIRE MALAISE. 

n'auraient pas de rapport entre eux, ainsi qu'à joindre les 
membres d'une phrase ou dune période. 

Les principales conjonctions de Ja langue malaise sont : 

233. ôb dân, «et?? : J^y ob ^J^u mata-hâri dân bûlan, 
le soleil et la lune; Ojb ôb Cj^i lâut dân dârat, mer et terre; 
Jjs£* Ota ^ty^^S^ jikalaw kâmu mem-belï dân men-jûal, 
si vous achetez et vendez. 

Lorsque plusieurs noms ou adjectifs se suivent, Ob 
dân se place ordinairement après chacun d'eux: Jj^ ^$\ 
À5J ôb ^j~> ôb jjl-x c>b Jyà ôb u ~«\ îa jûal cernât dân përaîç 
dân tembâga dân besi dân ûmali, il vent de l'or et de l'ar- 
gent et du cuivre et du fer et de l'étain; ô^^ ùb oLiU£ 4, 
cijW^I^Jôb ù^-Xj Ob yarg bijakmna dân satlâwan dân badz- 
mân dân ter-lâlu ârifj qui est prudent et fidèle et sage et 
très-intelligent. 

Cependant Ob dân ne se place pas ordinairement 
entre deux noms, deux adjectifs, ou deux verbes qui sont 
employés par opposition : Jp^> ^ A^> A-^ siarg mâlant tiâda 
ber-henti, jour (et) nuit, sans cesser; JsL^—j Lc-j J& segala 
rayât besàr kcxM, tous les gens du peuple, grands (et) 
petits; Jj^j jsXi Jii ^\ la lâlu bârgan dûduîc, puis il se leva 
(et) s'assit; Jb jj* pergi bâlik, aller (et) revenir. 

234. y\ âtaWj «ou» et quelquefois «ni» dans une pré- 
position négative; j^f^y] jft kâya âtaw meskïn, riche ou 
pauvre; £-+$ y\ jA y\ y } J^U ^is^ jikalaw mâsuk karbaw 
âtaio lembu âtaw kambirg, s'il entre des buffles ou des bœufs 
ou des chèvres; ^>y I ?j ^ tiâda toanj âtaw harta, il n'y a 
pas d'argent ni d'effets. 

Très-souvent les Malais omettent cette conjonction: 
^tli" jLj^j dûa tïga tâhun, deux (ou) trois ans; pjy ^ lebèh 
kûrarg, plus (ou) moins; J>\* y*>\y j^> bLi* tiâda kâmi ber-'iba 
bâjja, nous n'avons pas de mère (ni) de père. 



DU SENS DES MOTS. 165 

235. Oj^knrna. jçparce que. puisque, car, afin de?? : Ojk 
j&~« 9>j\ ^$\ hârna ïa ôrarg meslân. parce qu'il est pauvre: 
J^AOj^kârna ïtu^ à cause de cela; &\Sù C£\ï ùjf kârna 
dâpat ka-kaijn-an. afin d'obtenir des richesses. 

236. i-*a*u sebàb , a à peu près le même sens que ùjà 
hârna. -parce que. à cause de. afin de» : JjU ,j\ *-~^ .sebàb m 
mâbuk, parce qu'il était ivre: ^& lï JUpL» jjp «_*i*j sebàb deri- 
pada sârgat tâhut-na, à cause de son excessive frayeur; 
w^*o C>j» hârna sebàb^ par la raison : JUjI ^uo ôjl^j^ r/<?r/ hârna 
sebàb ïtu, à cause de cela. 

237. JJV ftàjro^ et Jii fo^a/, ce à cause de» : J^»l J?lï fàaaZ 
to, à cause de cela; iJy^j ^1 JX»I Jflî tf/gw/ gta ?a ber-sûha, 
à cause de cela il se réjouit. 

238. J^j/ka.jft^'jikalcno. rcsi, pourvu que, puisque, 
en cas que, quand même» : j;\y»Ji J-^* Oy ji^ jikalaw tûan 
hendak ber-suâmi. si vous voulez prendre un mari: jl£=- 
O™-* Cfy jikalaio garârg-an demikmn* pourvu qu'il en 
soit ainsi, puisse-t-il en être ainsi; jj> j>\f Ah^ yf^i ^&^ 
jikalaw demikïan baïk-lah kâmi pergi, puisqu'il en est ainsi, 
nous ferons bien de partir: àII-XJ^I j>J> JlC^Jl Ct^iù ji£^ 
JjJj^l; jikalaw di-lâut âpi sa-hâli pûn âhu tiadâ-lah talent 
padâ-m u. même dans la mer de feu je ne vous craindrais pas. 

239. j&» supâya, -que. afin que, pour que»?; ôy j>\*»> 
3*k sapâya tîtan tâlni. afin que vous sachiez; ^UL àIJj lo 
xs&ïjpkatà-kan-lah supâya kârni dergar, dites-le, afin que 
nous l'entendions: j£^ L $& J supâya jargon, afin de ne pas, 
pour empêcher de. 

240. l/ T I âgar, «afin que, pour que» : &ry* J>\ âgar di- 
bïuniïi-îia . afin qu'il soit tué par lui, afin de le tuer; J>\ 
^Uw âgar supâya. pour, afin que. 

241. Je; tetâpi, «ruais '• : à)jj ->Lj Jd jj JXJ* j;\ ïa hendak 
pergi tetâpi tiâda bUleli, il veut aller: mais il ne le peut pas. 



166 GRAMMAIRE MALAISE. 

242. cA*> hâ/la J «mais, excepte, sauf, à moins que, 
toutefois n : J> r -° ^r^ Crt ^V 6 ^^ .P^yV^ A\jJ jL maka 
tiadârlali sa-suâtu xandor mata liahn-lali hàin liâlus sa- 
halèy, je n'ai aucun petit présent (à offrir) excepté une 
pièce de toile fine; ^s^ -^ A> £y &\*> -iJU* iLï Oy^j'j^w szjâ&j 
jrâw tiâda padâ-ku hàûa lûrga yarg jpada târgan-ku, je n'ai 
absolument rien, sauf cette fleur qui est dans ma main. 
J,\j> 9-jj\ ->1 jJj=- c>^ hâna jtiga ada ôrarg lerâni, à moins qu'il 
n'y ait des gens assez intrépides. 

243. ^i ganï, «à savoir, c'est-à-dire?? ; J^jI^A^ J^^l 

segala laskar ïtu dûa blàs ôrarg "parglmlu nukebâ namâ-fia 
yani di-âtas sa-suâtu panji adâ-lah sa-àrary nekib , (il éta- 
blit) sur tous ces combattants douze chefs, c'est-à-dire un 
chef sur chaque corps (M. B. 51); &y$ ka-tahû-i, a aussi 
quelquefois le même sens. 

244. j^i^ me-lâin-kan, cernais bien, excepté, sinon, 
hormis, si ce n'est, à moins que, néanmoins, afin que, 
comme, savoir, attendu que, ne soit que??. Ce mot marque 
aussi une antithèse : *ï)j*. àUI jiVj^- 5 à .-^ T** J-^^ cA> cS? 
bukan dergan sa-ka-hendak liamba me-lâin-kan dergan ka-lien- 
dak allahjûga, ce n'est pas selon ma volonté, mais bien selon 
la volonté de Dieu seulement; J>^>%> tf^y* ^3^ -PJj^O' ù^^~ 
^oj^ 0->l ^ïjàrgan m ka-lûar deri rûmali mamï-îia me-lâin- 
kan dergan izin suamz-na, qu'elle ne sorte pas de la maison 
de son mari, excepté avec sa permission; c£e\j>y& Jàc*- 
çj^lo O^^ï J>^%jârgan kâmu ber-argkat me-lâin-kan dergan 
kâwansa-ôrarg, ne vous mettez pas en route, si ce n'est avec 
un compagnon de voyage; MS^y]^ o*° ^ etfr- Cr*i^° me ~ 
lâin-kan matï-na Itu dergan suâtu hukum al/ ah, à moins 
qu'il ne meure par suite d'un jugement de Dieu; jSLo^U 
jlLL> jJo ^\ jjAâ* me-lâin-kan merg-âdu la ka-pada sultan. 
qu'il se plaigne au sultan: ^x^»^ cjls J|^ j^U y>J^5 j)s^ 



DU SENS DES MOTS. 167 

&\J^ & ^\*$ jika jprâhu mâsuk kuala pâdarg me-lâin-kan 
kompâni yarg memreksâ-na . quand un navire entre dans 
la rivière de Padang. il n'y a que la compagnie qui a droit 
de visite: ^y*>-> ^j^ \^ M^ 4jUl , ~ s * ib 0- ~-^° ^ J^ û^*" 

Oy tentârcj-an lia 1 Uu me-lâin-kan hamba sudah bilarg dâlam 
sûratdahulu me-lâin-kan tûan tîdak merg-arti bixâra liamla, 
me-lâin-kan hamba pûn tulak pûla merg-arti bixâra tûan^ 

quant à cette affaire, ainsi que je vous lai fait observer 
dans ma lettre précédente, si vous ne comprenez pas mes 
sentiments, je ne comprends pas non plus les vôtres. 

245. J~ol asalj «pourvu que. parce quer : jh vjy ôUo jL 
^^ J~ol 4^ Tnaka bagimâna pûn bâik bïyar-lah asal htdup, 
tout leur semblait bon. pourvu que leur enfant vécût: J-ol 
J^L <_$! asal m sâkit^ parce qu'il était malade. 

246. Il y a dans la langue malaise écrite, et quelque- 
fois aussi, quoique beaucoup plus rarement, dans la langue 
parlée, certains mots employés pour commencer des pé- 
riodes ou des phrases, ou simplement comme marques de 
ponctuation: nous les plaçons parmi les conjonctions, parce 
que plusieurs d'entr'eux servent à lier des parties de 
phrase, ou des phrases ensemble, et même quelquefois les 
parties d'un discours. 

247. jXc maka ou \£à* margka. Ce mot. comme le 1 
hébraïque n'a pas en lui-même de sens bien déterminé. 

Souvent il se place au commencement d'une pnrase, 
et peut se traduire par --or. alors-: *ilL ô/ ^sJ^ J^ maka 
hâri pûn malam-lahj or on était à la nuit: ySjt^J, Pj^ ^» 
maka brarg ber-dïvK alors on se leva. 

D'autrefois il indique simplement le commencement 
d'une phrase, comme pour recommander 1 attention: c\« 
Jvil \j[/>~ <ày^\ 4> £jj\ aL\ ^j>\jy^i maka di-xeriterâ-kan uleh 



168 GRAMMAIRE MALAISE. 

ôrarg yarg amplifia xeriterâ ïtu, il est raconté par l'auteur 
de cette histoire: ^LL^ *j pj^ jjIj^ -^P J* -^l J^° £j^ ^* 
maka sa-kârarg dergar-kan uleh-mu lagi deri-pada pcr- 
buât-an ôrarg yarg salih, maintenant, écoutez ce qui est 
dit de la conduite des hommes justes [M. B. 58). 

Souvent aussi il sert à lier deux idées ou deux mem- 
bres de phrase et peut se traduire par «alors, lorsque, 
donc, que, pour que? : j->y Cy -MX* jL Â^r** *-***> aJ£* sa-telàh 
sudah sembahyarg maka baginda. pûn duduk, lorsque la 
prière fut achevée, alors le prince s'assied; ^tfjl* AU&o 
^Ifjljuf jXs^CL j^j merg-apâ-kah maka kâmu sa-kall-an 
merg-grak-kan kapala kâmu, pourquoi donc secouez-vous 
tous la tête ; gta Pjjl ^i jh $y i\ L PjJ^ sa-ôrarg belîtm 
ada pularg maka loin ôrarg dâtarg , l'un est à peine parti, 
qu'un autre arrive; ^\ Çy^ J*^ '*ïé\ù jU £*1 ôU Pj^l ôrarc/ 
mâna mi maka dâpat sampey ka-gûnurg mi, quel est cet 
homme, pour qu'il puisse escalader cette montagne? 

jL maka, se place aussi après d'autres conjonctions, 
sans en changer la signification, comme c\« j&j\ arlâan 
maka; jL jj^ ^a£a maka : jlo C>\\t, sahadân maka, etc. Ex. : 
?jj\ $\?^* £* ù&>\ arkïan maka di-xeritrâ-kan ôrarg, de 
plus, on raconte; J-U àLjU Oy Ajb Jiu* jL J^=- Aata maka se- 
gala dàyarrj pûn hâbis-lah màsuk, or les femmes de ser- 
vice étant entrées. 

248. JJ^ Aata, a à peu près le même sens que le 
précédent, mais on s'en sert beaucoup plus sobrement, et 
il ne se place qu'au commencement d'une période: J^- 
aUI^j jJiï £,&» hâta dergan takdîr allah, or d'après la volonté 
de Dieu; J^^-y J>\ oU >J\y J^=- hâta bràpa lamâ-na la ter- 
jâlan, lorsqu'ils eurent été quelque temps en route; J^=- 
J*j| £H$/ JlTà=^' a1*j jL* hâta maka, genàp-lah tûjidi kali b<r- 
kulllirg ïtu, après avoir accompli sept fois le tour. 



DU SENS DES MOTS. 169 

249« j r bahuwaj bahwa. 1° Se place au commence- 
ment d'un discours, d'une lettre etc., comme simple début, 
ou comme pour demander l'attention: ^Aj Pjj-*» ^j r bahwa 
acla sa-àrarg rcija, il y avait un roi; && ^-^ j|p Oj^w tAJAj r 
baliioa inï-lah sûrat deri-j)ada liamba temoiygunj, cette lettre 
vient de moi Temongung. 

On pourrait dans ces cas le traduire par ce voici??; il s'ad- 
joint aussi la particule préfixe ^ sa: jAï û^ Ojjw ^^ir*» 
V jAi sa-bahwa ïni sûrat serta tàbek bâûak-bâûak, voici une 
lettre accompagnée de beaucoup de salutations. 

2° jr bahwa. peut aussi se traduire par eccar, que, vu 
que, certes, mais, comme», surtout lorsqu'il se trouve dans 
le corps d'un discours , d'un écrit, etc. : e»bl J£X>L" ^A Lo 
J^e O^lo ^j| \fijr duniâ ïni tiàda kakal adâ-Tia bahwa du- 
niâ ïni seperti mimpi, ce monde n'est pas éternel , car ce 
monde (passe) comme un songe; ^A tjj* Jfêyr Cr !x/"r J di- 
xeritrâ-kan bahwa pargûlu nagrï ïtu, on raconte que le chef 
du pays ; C~A J jb 4j ^Aj pjjl*» S^jr C^ ^** -^tP ^J «-*' a pa 
ter-lebeh deri-pada yargkat ïni bahwa amal sa-àrarg raja 
yarg âdil ïtu, il n'y a rien au dessus de cette dignité, vu 
que les œuvres méritoires d'un roi, etc. (M. R. 6 G). 

250. ôy pûn. Cette particule employée seule est gé- 
néralement considérée comme purement explétive; mais 
le plus souvent elle donne de la force à la phrase, et peut 
se traduire par ce même, aussi, absolument??. Ainsi ^Uï^ïL 
sâtu tiàda se traduira par ce il n'y en a pas un??, tandis que 
jlj ùyyLi sâtu pûn tiàda , aura le sens de ce il n'y en a pas 
même un seul??. .il lu ^U*o ôy <JI*Jm jA*^ sa-hirgga aku mâti 
pûn di-liadâp-anbapâ-kv , quand même je* devrais mourir en 
présence de mon père ; ^U c'y ^**> liamba pûn mâu, moi 
aussi je veux; e>Lo_^o ÔJ> Jld^ils cSy ^/^ «^V* jika seperti 
bûkit kâf sa-kâli pûn besàr dosâ-na, quand même son péché 
serait aussi gros que les monts Kaf (S. Mal. 177). 



1T0 GRAMMAIRE MALAISE. 

Selon Schleiermacher, ôy pïm serait le signe distinc- 
tif du nominatif, toutes les fois qu'il se trouve place après 
un nom commun, un pronom ou un nom propre; il ser- 
virait à distinguer le sujet, à introduire dans la phrase 
un nouveau sujet, ou à ramener le discours à un sujet 
dont auparavant il était question. 

Les exemples suivants feront connaître l'emploi de 
cette particule beaucoup mieux que ne le feraient des 
explications plus étendues: Jol solk a^U* ôy ajta dârah 
pûn merg-âlir-lah di-pâdanj ïtu, le sang coula sur le champ 
(de bataille) ; J^jy* ùy J^fj rayat-na pûn ter-lâlu bânak, 
ses sujets étaient extrêmement nombreux; ^U jUJl jL"^i5^ 
ôy -XaS «JIj ^y ôy -X^l Ob Xy] -X& Jfil Ôy J>y X T \ CÏS'Ctj^* 
jikalaw tiâda ânak-ku mâu menûrùt hâta ayahnda bûkan 
titan ânak ka-pada ayahnda dan ayahnda pûn bûkan bâpa 
ka-pada tûan, si (vous), mon fils, ne voulez pas suivre les 
paroles de votre père, vous ne serez plus le fils de votre père. 
et votre père ne sera plus un père pour vous; ôy c$jV-° ^* 
ç,J> yiji ôy e)S»- ^-A \jX\ { y^)y-<> Pjy { *i/* Mj m1*J* ôy ^yy J^» àIjuuL 
maka maia-hâri pûn mâsuk-lah maka bûlan pan terbit-lah 
seperti ôrarg menûluh-kan indrâ ttu xahayâ-na pûn ter-lâlu 
teràrg, or le soleil se coucha et la lune se leva, comme pour 
servir de flambeau à Tndra; sa splendeur était extrêmement 
claire ; J^*« J^£L ôy ^+& OU ôj* kârna mata, hamba pûn 
sârgat merg-antuk, car mes yeux étaient accablés de sommeil. 

ôy pûn, se place quelquefois après un verbe, Lorsque 
celui-ci est employé substantivement, comme sujet: ôyj^ 
^U jU ôy y U ày jL" tzdor pûn tiâda, bûleh mâkan pûn tiâda 
mâu, dormir, ne pouvoir pas, manger, ne vouloir pas; 
ôfy ji J*ï ôy J~~° menesàl pûn tiâda lâgi ber-gûnà^ se 
repentir, était désormais (chose) inutile. 

ôy pûn, se joint aussi à certains mots pour former des 
conjonctions ou des adverbes, comme: 



DU SENS DES MOTS. 171 

251. ô/^\ ada-pûn , qui se place au commencement 
d'une pièce, comme début et, souvent aussi, commence 
une période dans le cours d'un discours, on peut ordinaire- 
ment le traduire par ce vu que, quant à, maintenant, toute- 
fois, donc, alors??: ^-!>> jlî j^ J> \ ôyi\ ada-pûn âkan sr? 
nâra di-râja, quant à Sri Nara Diraja; JUaASjjlo JT^B ôy->\ 
fî" F~)^ ada-pûn pergi di-bâtu pâhat brarg sïam, les gens 
de Siam qui étaient allés à Batu Pahat. 

252. ÔjaQ lâgi-pûn, «aussi, plus, de plus, en outre??: 
^J\j^jKjt> ôy JUlo w_^> ùy&i lâgi-pûn hamba mini a tûan hantar 
jawàb, de plus je vous prie de vouloir bien m' envoyer votre 
réponse. 

253. j?j\ arkïan, «or, ensuite, de plus, d'ailleurs, en 
outre??: Pj^l jfl^O jL <y$J\ arkïan maka dl-xeritrâ-kan 
brarg, or on raconte ; jh £■> jL3 jJ *l*Jb àkL* ^Sj\ arkïan sa- 
telali dâtarg-lah pada koûka yarg bâik, ensuite, lorsque le 
temps favorable fut arrivé. 

254-. jTS JL sa-bâgey lâg?\ Jy JU sa-bâgey pûla, 
JyJfS lâgi pula, «en outre, encore, de plus-?: ^-Xs J|ï jf^ 
^SLoy^j ùUaL j^^o sa-bâgey lâgi padûka srï sultan ber- 
malûm-kan, en outre, le bien-aimé et glorieux Sultan fait 
savoir (Lett. Mal,): ^y Jvl« ^sjt> J^S J Lo sa-bâgey pûla hamba 
minta tÙlarg, de plus, je viens pour demander du secours. 

255. J^~> sa-ber-mûla, «d'abord, en premier lieu, 
d'ailleurs??; il s'emploie ordinairement comme transition 
subite d'un sujet à un autre, ou en reprenant le fil du dis- 
cours: ^1 1/^ c^a-oI £j Pjj! aIjI Crl^^ J^*^ sa-ber-mûla 
di-xeritrâ-kan ûleli brarg yarg ampûna xeritrâ ïni, or, en 
premier lieu, l'auteur de cette histoire rapporte. 

OlLL* aIjI ^pj^^P ^' ^| J^u* sa-ber-mûla âkan tun 
omar di-kasïh-i uleli sultan, d'ailleurs, quant à Tun Omar, 
il était aimé par le Sultan. 



172 GRAMMAIRE MALAISE. 

256. j*\f tamhcdi-an, p-cle plus, d'ailleurs, en outre»: 
Jj> j*\f tambàh-an pûla } en outre de cela, de plus encore. 

^ è Cri^J&y^* ^ «-^ ù*^f tambàh-an pula ada suàtu por- 
kâra làin yarg bràt, de plus, il y avait encore une autre 
affaire grave. 

257. ôU^ sahadàn, ce de plus, en outre, là dessus », 
s'emploie souvent comme marque de ponctuation, est équi- 
valant à un point, ou annonce un commencement d'alinéa. 
^} -MP CS--^ ôy->l Ol-V^ sahadàn ada-pmi kamudlan deri- 
pada ïtUj de plus, il est arrive ensuite que; ^>\ J^p Ol-x^i 
sahadàn deri-pada itu, ensuite de cola. OlkLo JlC jL ôl-V^ 
h-yf j,J> J-*** sahadàn maka sa-'kàli sultan hendak pergi 
sembahyarg , en outre de cela, un jour, le Sultan voulant 
aller à la prière. 

258. -x«jj wabad ou *-x*j^ wabaduh, cet puis, d'ailleurs, 
ensuite»: ^>x$ ^^wabadk-amudîan, ensuite,en conséquence. 

Ce mot est très-usité en style épistolaire, où il marque 
la transition du préambule au sujet principal: <y„±S a-v»^ 
j^JS ôy -v«j c>p «-âj^ pj^ ^J -4p wabaduh kamudian deri- 
pada ttu bârarg tarif kirà-na lca-pada tûan kapztan, ensuite 
de cela, nous désirons faire connaître à monsieur le 
capitaine. 

259. ^Ûj walakin (Ar. de^ et jÛ), cernais, néanmoins, 
toutefois, quoique, cependant?:. 

260. g y ar g-) pronom relatif (§ 89), qui aussi rem- 
place l'aiticle (§ 56), est aussi quelquefois employé pour 
notre ce que?? conjonction : £-lj a^~i ,j\ £> Pj^l ^ J :> ° C^V ^-^ 
J^»l hevdak-la.il jàrgan di-kenal ïdeli brarg yarg ta pe-sûruh 
raja ïïu, qu'il ne soit connu de personne qu'il est l'en- 
voyé (1 u roi ; ^+jj j£lL«^> ô«x*u Jïï Jip J\ *> dtâ ^U- ^t«* <jl 
?a mergatà-kan hàl-fia katâ-ua yarg m deri-pada lâpar 
sudah menirggal-kan rûmah-na, il fit connaître son état. 
disant qu à cause de la faim il avait quitté sa maison. 



DU SENS DES MOTS. 173 

261. ^L mâsa, et jSL* masâ-kan. Ce mot qui a un 
sens vague et souvent interrogatif, pourra se traduire 
selon les circonstances par «quoique, bien que, soit que, 
supposé que, qu'il soit ainsi; croyez-vous? pensez-vous? se 
pourrait-il ?» J~C jTL* masâ-kan bagztn, que ce soit ainsi; 

^y. &J? 5"^ u^~* wiâsa tïdak di-brz-na hûka, ne permet- 
trait-il pas qu'on ouvrit? jj> «-*>♦* aI^j ^U mâsa bideh 
hamba pergi ', pourrais-je bien m'en aller? jfël Ja ^L* 
jwls çjjl ^so J^b çjjl ^xâL^L masâ-kan lâgi argkaw merg- 
hîlarg-kan brarg adll dergan brarg fâsik, pourriez-vous 
perdre le juste avec l'impie? 

X. 

INTERJECTIONS. 

262. Les interjections sont des mots qui expriment 
quelque mouvement subit, et qui sont ordinairement isolés 
dans le discours. Les principales interjections de la langue 
malaise sont: 

\yà, ô! (invocation). 
^ hey, hélas! holà! (affliction). 

Ces deux mots sont aussi souvent pris pour indiquer 
un simple vocatif, comme: 

jJU, lj yâ bapâ-ku, ô mon père. 

J^y V. yâ tûan-ku, ô mon seigneur. 

S&\ ^ Jiey ânak-ku, ô mon enfant. 

y\ âyo, ah! ô! Quelquefois il s'emploie avec J> liey : 
-X-bl^^l âyo liey admda : ô ma jeune sœur (mon épouse) 
[Sut Ab. 37). " 

^\ âlio, holà! holà ho ! (en appelant quelqu'un). 

alj wak) exclamation d'affliction, d'étonnement: ô! 
hélas ! 



174 GRAMMAIEE MALAISE. 

^ loctyi, hélas! 

m\ âduh et j^ù\ adûhij ah! hélas! malheur! 

^- xih, fi! û donc! 

ào ïïah et ài r nah-lah, hors d'ici! retirez-vous! 

rj^kâram, malheur! calamité! 

Jilj 6â&, bravo ! bien ! 

£>L sâyarg, pitié! hélas! quel dommage! 

^j~& p alias, loin de moi! à Dieu ne plaise! 

263. Quelques interjections sont des mots dérivés. 
^jv-S kaszh-an, hélas! (juel dommage! 

^xlèW jàrgan-kan, loin d'ici! gardez-vous! à Dieu ne 
plaise! 

d>y kirâ-iïa, plaise à Dieu! 
aIUI apâ-lah, Dieu veuille! 

264. D'autres interjections sont composées de plu- 
sieurs mots. 

*lHl£JI insâ-allak) s'il plaît à Dieu! par la bénédiction 
de Dieu! 

A\\ jijtù di-brï allait, Dieu veuille! 
a1!| o demi allah, par Dieu! 



SYNTAXE. 175 



TROISIEME PARTIE. 

DE LA SYNTAXE. 

265. La langue malaise étant, comme nous l'avons 
vu, d'une extrême simplicité clans la formation cle ses 
mots, est également très-simple clans l'agencement de ces 
mots pour la construction des phrases, c'est-à-dire dans la 
Syntaxe. Aussi, en exposant clans la seconde partie de la 
grammaire la nature clés diverses espèces cle mots ou 
parties du discours, nous avons eu occasion de donner la 
plupart des règles cle la syntaxe malaise. Il serait clone 
à peu près inutile d'entrer ici dans de grands détails. 
Toutefois il ne nous paraît pas mauvais de réunir dans 
cette partie, sous un seul point de vue, les règles géné- 
rales relatives à la construction des phrases, en les 
accompagnant cle quelques exemples qui , en grammaire 
surtout, sont plus clairs que toutes les définitions. Nous 
y ajouterons aussi un certain nombre cle règles qui n'ont 
pas trouvé leur place dans ce qui a été dit jusqu'à présent. 

I. SYNTAXE DES NOMS. 

266. l ère Eègle. Accord cle deux noms, ou d'un 
nom et d'un pronom. — Lorsque deux noms désignent une 
même personne ou une même chose, c'est-à-dire que l'un est 
le complément qualificatif de l'autre, ils se placent à la suite. 

Exemples: -^b^' nabi clâud, le prophète David; y/p^j* 
■pûlaw tïmur, l'île Timor; ^$J^ ôy tûan mantrl , monsieur 
le ministre; 9j^J^hâmi oraiy, nous, nous autres. 



176 GRAMMAIRE MALAISE. 

Il en est de même, à plus forte raison, d'un nom et 
d'un autre mot qui a le sens d'un véritable adjectif, comme 
J>l£jjta^ sûdâra laki-lâki, frère; ôy-yï p^-lj râja peram- 
pûan, reine. 

Lorsqu'aux deux mots se trouve joint un pronom per- 
sonnel, faisant fonction d'adjectif possessif, ce dernier doit 
se placer après le premier des deux mots: j$& iiLpj* 
sûdam-ku laki-lâki, mon frère (le frère de moi); y^-r^j 
ôj**J> râja kcwiu pe?-amj)uan 7 votre reine. 

2 ème Ilègle. Noms employés comme complément déter- 
minatif. — Si les deux substantifs ont une signification 
différente, et que le second soit complément déterminatif 
du premier, sens dans lequel les latins mettraient un génitif, 
ils se placent le plus souvent à la suite sans préposition. 

Exemples : ^\j l&J astâna râja, le palais du roi ; )^& Jûj 
Lwnda parglndu, la mère du chef; ^ ^ kcikl (jânurg , 1 
pied de la montagne; jy ( j^\ j^}^ u^r bahâsa sa-kalï-a 
ïsi bûmij les langues des habitants de la terre ; ô*%J> ^=- 
J^ii. J.Lj j->±4- liikâyat per-mulâ-an ka-jadz-an segala maklûk, 
histoire du commencement de la formation des créatures. 

Quelquefois on place entre les deux noms un pronom 
personnel: <^o S** ^*^> ^^ aI^C jL moka sigrah-lah 
di-pegàrg-na târgan-na sïta demi, et aussitôt il prit la main 
de Sita Déwi. 

3 r ' mc Ilègle. Noms de matière. — Quand un nom ex- 
prime la matière dont une chose est faite, on le place souvent 
aussi après celui de la chose sans préposition: ^r^lOy©* 
.vâioan amas, une coupe d'or. 

Exemples:^ <^j rûmah bâtu, une maison en pierres; 
jy*> Oi^ pak&y-an sûtra, un habit de soie. 

Quelquefois les deux noms sont joints par la prépo- 
sition j-> deri, ou ->ip deri-pada: Jj^5 -4p ^bV xâwan deri- 
pada përakj une coupe d'argent; y l> -xSp <u^j rûmah deri- 



e 

an 



SYNTAXE. 177 

pada bâtit, une maison de pierres; fi-xil g ,yy «xîp^lî tabir 
deri-pada kâin yarg indah-indah, des tentures d'étoffes 
précieuses; çolT Ob ^.If .xsp cj^l ^jiJ** h J^V berhctla yarg 
di-per-bûat ôrarg deri-pada hâxa dan gâdirg, des idoles que 
les hommes ont faites avec du verre et de l'ivoire. 

■±* mL ' Règle. Noms d'instrument. — Lorsque un nom 
indique l'instrument ou le moyen dont on s'est servi pour 
faire un acte, on le fait précéder de j&± dergan. 

Exemples : ^ Jb~° g *-*^ u ^\i £^ j&^ ^^> { j^\^ h ^JLo 
ôj\ {£1 siâpa yarg merg-hiâs-i lârgit dergan bintarg dan siâpa 
yarg menutûp-idïa dergan âioan, qui a orné le firmament d'é- 
toiles, et qui l'a couvert de nuages? ^£1» ^fi^J^ AV ^b^)£L 
.cjX^j tf\j Jz>$ ^ 4cX? jJf^Jjb ^Li jL ^yi *j cjjl jikalaw dâpat 
memegarg ular dergan târgan ôrarg yarg lâin moka tiâda liârns 
kâmu memegarg dm dergan târgan sendirz-mu, si vous pouvez 
prendre un serpent avec la main d'un autre, il n'est pas 
nécessaire que vous le preniez avec la votre propre. 

5 ème Règle. Noms de prix. — Les circonstances de 
prix ayant beaucoup de rapport avec celles d'instrument 
et de moyen, les noms exprimant le prix dont une chose 
est achetée sont aussi précédés de ^-> dergan. 

Exemples : sSjj ^J jti d*A ^J^Jj a-x* «3I la sudali belî dïa 
itu dergan lima rirggit, il l'a acheté cinq piastres; fs\ JT,5 
****} ^Pj\ J^ **> ù^° u~j~^l JGr 9i argkaw ka-pâsar belï-kan 
dergan tergali tâhil bârarg-bârarg ïtu, allez au marché, et 
achetez ces objets pour un demi taél; ^êo ^\j ôjfjj aj^ ^<& 
JUj! cA^j> J>C jJj^ J^ j*tj o^b 3^ hamba sudah belï kârna 
râja dergan dûa râtus rzbu tâhil deri-pada segala permâia 
ïtu, j'ai acheté pour le compte du roi, pour deux cent 
mille taéls de ces pierres précieuses. 

gème Règle. Noms de temps. — Les noms indiquant 
le temps où une chose s'est passée, est assez ordinairement 
précédé de ^ pada. 

12 



178 GRAMMAIRE MALAISE. 

Exemples: C*f~* £>*** £ ^ <-S->^ ï l? w ■** pada suât a hâri 
dàtarg sa-brarg medâu, à un certain jour arriva une per- 
sonne pauvre; 1^ fcta »-!j 4> ^-^^ JL;^* -^ ^y -^ adapwn 
pada harir-hâri hïrûdis yarg râja di-tânah yehûda , or dans 
les jours où Hérode était roi dans le pays de Juda; S^ 
J& 2^- "^ moka pada kotïka yarg bà~îk, or à un moment 
favorable; ^)j>* C+A ^jl* -Xju jL maka ka-pada hâri ïtujiuja, 
or à ce jour-là même; AU jJ J^U* JjJb ^1 ta hendàk mergcl- 
id al pada mâlam, il voulait veiller pendant la nuit. 

Nous avons dit ordinairement, car on trouve, même 
dans les bons auteurs, la préposition y> pada omise: jU 
^p cJjA^k* j,J^a jXl jfjV 1 wiaka sa-hâri segala mantrl merg- 
hâdap dm, or, un certain jour, les ministres se trouvaient 
en sa présence (il/. B. 99). 

7 ème Règle. Noms de lieu. — Les noms de lieu, indiquant 
l'origine, se placent après le nom de la chose, sans préposition . 

Exemples : jj**y Fjj\ ^** hamba brarg sirgapùra, je 
suis de Singapour; ^^j*} ï Pj\ J^ ^^ be-brâpa banale bâ- 
rarg-bàrarg îrûpa, beaucoup d'objets venant d'Europe. 

On peut aussi faire précéder le nom de lieu de j^ dert, 
ou -Xsp derl-pada: l}% >> Pjjl ^$\ la brarg derl malâka, c'est 
un homme originaire de Malacca ; ^jy ±i>± ïx>%> malâikat 
deri-pada suwarga, un ange du ciel. 

IL SYNTAXE DES PRONOMS. 

l êre Règle. Pronom relatif sujet. — «Qui» relatif, 
sujet d'un verbe (nominatif), se rend en malais par M yarg 
et se place avant le verbe. 

Exemples: ^-lj <CJ ^*** «j aIL] iâ-lah yarg menampey- 
kan tïtah râja, c'est lui qui fait parvenir les ordres du 
roi; -JUli aI^I Jffc& «j^jIT^ aL'1 hû-lah bttah kâyu yarg di- 
katâ-kan ideli bundâ-ku 7 c'est là le fruit qui a été mon- 



SYNTAXE. 179 

tionné par ma mère; ^y^ ^ g <^U^ hambâ-lak yary ber- 
rmma hanwman, c'est moi qui me nomme Hanuman. 

2 Cmo Règle. Pronom relatif complément. — Le pro- 
nom relatif, à tout autre cas que le nominatif, c'est- à dire, 
«que, de qui (dont), à qui, auquel, de qui ou duquel??, se 
rend ordinairement en malais par h yary, qui se place 
avant le verbe, et par un pronom personnel qui se place 
à la fin de la phrase. 

Exemples : <_p J-^i â-X*** ^^ g p>j! àrary yary hamba sudah 
lïhat dm, la personne que j'ai vue ; Jîl $&» a-x* ^\j A lSjj^ 5 k>^ 
iji ôrary pen-xûriyary raja sudah hukum âkan dm, le voleur 
que le roi a condamné ; e>bs Cjyyjji^fi* JX& ^+ry ci l$S*** ôy 
tûan manti'i yary tûan -hamba hendah mery-hantar sûrat 
padà-na, le ministre auquel monseigneur veut faire par- 
venir une lettre; e>l->4p £/&* Jj a-x-*» ^o^ A> S-A «Tb ijji ôrary 
dâyary itu yary hamba sudah belz dayciry-an deri-padâ-na, 
le marchand duquel j'ai acheté des marchandises. 

III. SYNTAXE DES ADJECTIFS. 

268, l ère Règle. Adjectifs démonstratifs. — Les 
adjectifs démonstratifs peuvent précéder le nom; mais, 
plus ordinairement et plus élégamment, ils le suivent. 

Exemples : CJ\ £j 3 \ ->J cX kcvta padà ôrary ïtu, dites à 
cet homme; ^A <jj^> ^Jj^^^l la di-sambût-i m.antrz ïtu, il 
fut reçu par le ministre ; jA jj^ jJ *Jb J>\ ,j\ ïa âkan dâtary 
pada hâri ïni, il doit arriver aujourd'hui. 

Cette règle se pratique plus généralement encore 
après les pronoms personnels. Ex.: Jôbl* JX& jjJ ^^ 
hamba ïni hendah men-dâpat, c'est moi qui veux l'obtenir; 
jAy^\ jjï peryi arykaw ïni, portez, vous; ^A^ la ïtu, 
celui-là ; yA ,j\ ïa ml, celui-ci. 

Quelquefois C*A ïtu, \y\ mi, se placent à la fin de la 
phrase: ^A JL Jfîl ^Jè ôy £»lf jL moka kâta tûan putrï 

12* 



180 GRAMMAIRE MALAISE. 

ânak siâpa ïni, alors la princesse demanda: de qui est cet 
enfant? dA a^W jù *jb & {J&* j&> vi ^ij $ jU maha di-belï-na 
segala dageirg-an yarg dâtarg derijâuh ïtu, et il acheta ces 
marchandises qui venaient des pays étrangers. 

2 èrae Règle. Adjectif qualificatif. — L'adjectif quali- 
ficatif se place ordinairement après le substantif auquel 
il se rapporte. 

Exemples: ^ pj^l brarg kâya, une personne riche; 
j~~i a-ojj rûmah besàr, une grande maison;. £** ?*y gûnurg 
tîrggL une haute montagne. 

Souvent le nom et l'adjectif sont joints par le pronom 
& yarg: dans ce cas le verbe substantif est sous-entendu, 
comme j~»* £> ^\j râja yarg besàr, un grand roi (litt. : un 
roi qui (est) grand) ;^ A> A^ bincitarg yarg lïyar, un animal 
féroce; JjJj £> Jfîl ânak yarg bâih 1 un bon enfant. 

Quand l'adjectif est pris d'une manière emphatique, 
c'est à dire quand on veut appeler l'attention sur la qualité 
plutôt que sur le sujet môme, on le place avant le substantif. 
Ex.: p^j ô"\-^Sj^ i besàr ka-muliâ-an rajâ-mu, grande est la 
gloire de votre roi ; J^A Oy tâ tegàh kota ïtu, solide est ce fort. 

On donne aussi quelquefois la môme force à l'adjectif, 
en lui joignant la particule <J lah. Ex. 4r~? ^^j rûmah-na 
besàr-lah, sa maison est véritablement grande ; aL-x^ S^\ pjj\ 
àrarg ztu pandey-lah, cet homme est très-savant. 

269. 3 ùmc llègle. Complément de l'adjectif qualifi- 
catif. — Un substantif régi par un adjectif se place après 
ce dernier, ordinairement avec une préposition, comme 
Jh akan, -^ pada, j-> deri, J&j* deri-pada, j&i dergan, etc. 

Exemples :^-~ j Pj^I Jh CJ& pâtut ôkan àraig besàr, con- 
venable aux grands personnages; ^ Se ^U Jiârus pada 
dîa, nécessaire à lui ; ^^ >> ^y* sûxi deri dosa, exempt de 
péché; iy\£* jJp £S kennarg deri-pada makân-an, rassasié 
de nourriture. 



SYNTAXE. 181 

4_ème ^ègle. Lorsque un adjectif exprime une qualité 
qui n'appartient qu'a une partie du sujet, ou au sujet 
considéré sous un certain rapport, comme quand nous 
disons : beau de figure, noir de la tête, estropié de la main, 
noble d'extraction, doux de cœur, d'une conduite basse, 
d'un caractère élevé , etc. , on rend ces expressions en 
malais en plaçant un pronom personnel après le nom qui 
indique le rapport sous lequel le sujet est considéré. 

Exemples : &**Jô jU Jij J-^ &?"* ^\?. ^y c$' * a pûn 
ber-ânak-lah sa-ôrarg laki-laki ter-lcdu elok paras-fta , elle 
mit au monde un fils d'un bel extérieur; dtëj JjIj fa*y* Pjj\ 
ôrarg mûda yarg baik rupâ-na, un jeune homme d'une belle 
physionomie ; c>L*j ^.àj jA> g p^l ôrarg yarg bâfiak tirggî 
bargsâ-na, une personne d'une très-haute extraction; A> pj^l 
^Up JXs ôrarg yarg pendek akal-na, quelqu'un d'une intelli- 
gence bornée; «^-1 j**> *j ^Cèl arghaw yarg liïna lahû-mu, 
tu es d'une conduite basse; J^ a-Xjj ôl-> Jl^ ->lyl aku 
ada jmak dan rendah liatt-ka, je suis doux et humble 
de cœur. 

5 ême Règle. Les adjectifs qui indiquent une quantité, 
une étendue, soit de lieu, soit de temps, même dans un 
sens figuré, prennent, par la jonction d'un pronom, la 
signification de noms. 

Exemples: ^\> u ~i\j CJJ\ ampat râtiisbânak-na, ils 
étaient au nombre de quatre cents (litt.: quatre cents le 
nombre d'eux) ; J-~*> ^J ^«--s^ 9 panjarg-na lima hasta, long 
de cinq coudées (litt. : la longueur de lui cinq coudées) ; 
e>U pVj-> tS*-* ?j\ 4^ e^r" 3 ^° ^aka di- nanti -fia uleh berma 
sakti dïia jâm lama -fia, or Berma Sakti attendit deux 
heures de temps ; ^^*j jX*5 às^y JJ>L> y\^ suâtu maligey 
tûjuh pargkat tirggï-fîa, un palais d'une hauteur de sept 
étages ; ^b Jïi jL" C~A J*y> sûrgey ïtu tïga depa dàlam-na, 
cette rivière avait une profondeur de trois brasses. 



182 GRAMMAIEE MALAISE. 



IV. SYNTAXE DES VERBES. 



270o V Te Eègle. Dans la construction ordinaire, le 
sujet précède le verbe: et le régime, avec ou sans prépo- 



sition, le suit. 



Exemples: ^^jL^y »^^ kamba memulmn-kan ampun, 
je demande pardon; ^Tb J~e ^\ *5b Jjs^ ?j*\ ôUj ^jT^I^ jo 
9-Jfy\y> Ab CJ\ aj^° pr^7/7 s^âfa kadey di-mâna brarcj men- 
jûal dâgirg m mem-belz dàgirg mem-bûbuh ztu dâlam suâtu 
kâronj) à une boutique où 1 on vendait de la viande , il 
aclieta cette viande et la mit dans un sac; j\ ^Lr ^i^ 
j«^*> jxijL^â^ jikalaw tiâda la merg-hïdv/p-kan hanûman, 
s'il ne ressuscite pas Hanuman. 

On trouve cependant aussi quelquefois le verbe avant 
le sujet; mais dans ces cas le verbe a ordinairement la 
forme passive, comme ^Sj^ ^i^ J~*X*> jL maka sahut per- 
dàna mantrz. alors répondit le premier ministre (litt. : 
alors fut répondu par le premier ministre) ; ^^y ^b &S 
A> ci^^ ^j^ tiâda dâpat tûan-hamba mem-bûnuh sri râma. 
monseigneur ne pourra pas tuer Sri Rama; *& ^\ 4>b jA,o 
JU^j Ji^ maka dâtarg ta ka-pada seg'ala be?-hâla, or, il 
arriva vers les idoles. 

La même cliose arrive encore lorsque le verbe e si 
suivi de la particule suffixe d lah, qui paraît alors donner 
plus de force à la phrase. Ex.: fè\ ^\ §\ àj^ tahû-lah 
âku âkan argkaio, je vous connais bien; J-ol 9j^\ ^\j à1*>j^ 
mruh-lah râja oranj ïtu, c'est le roi qui envoie cet homme. 

2 ême Règle. Lorsqu'un verbe est précédé de son sujet 
et de son régime, le sujet est le plus près du verbe. 

Exemples: JSy> ôjuo ,_$_> w^*> kamba dïa sudak pûkul, il 
m'a frappé: S^\ ik t>y ^-^ £j f\ fs\ J&~> supàya aiykaw 
âku hrï szsa bûah mampelàm ïtu, afin que je vous donne 
quelque reste 1 de ces mangues. 



SYNTAXE. 183 

3 ême Règle. Lorsque le passif est formé au moyen 
de la particule préfixe * di, l'agent de l'action exprimée 
par le verbe se place immédiatement après le verbe, avec 
ou sans préposition; ou bien il prend la préposition 
*y ïdeli, et peut se placer avant ou après le verbe. 

Exemples : ^^JUp ^«*> o^*> Ota ^j>* ^^ liamba di-pûkul- 
na dân liarla hamba di-rampas-na, il m'a frappé et a enlevé 
mes biens : cA*o ^J^»» fjj-^ ^;^-^-* ^ Ji^ >-^) •-*** -^ ^r^ ^° 
malca di-lïhat baginda tampat ïtu bâikmcdmdi-tirggal-kan-na 
sa-brarg mantrï di-sâna, or le prince vit que ce lieu était 
beau et il y laissa un ministre ; ^A Jiy 4?' <3^ <J^° £-^ à^. 
bâïïak brarg mciti di-lumpât-i ïdeli tbdak ïtu, .beaucoup de 
gens moururent, étant assaillis par ces scies (poissons). 

On trouve quelquefois ce passif avec le pronom sui- 
vant le verbe et. de plus, le sujet et la préposition Aj\ 
ïdeli avant le verbe : J^l Jj£ ^^Jo ^Cj j^I à^ jL maka ïdeli 
âioi dïxu di-isï-na petï ïtu , et ces caisses furent remplies 
par Awi Dixu. 

4 tW Règle. Lorsque le passif est exprimé au moyen 
du préfixe J ter, et qu'il y a un agent, celui-ci se place 
avant ou après le verbe, mais toujours avec une pré- 
position. 

Exemples: ,j£l aIj! «Jujj/^iI pintu ter-tûtup ïdeli ârgin, la 
porte avait été fermée par le vent; &&** Ajijiïj *j t yL^r^ / $ 
per-jcunjî-an yarg ter-tantu ïdeli sumpah, une convention 
affermie par un serment. 

5 ême Règle. Lorsque l'on interroge, le sujet peut 
également se placer avant ou après le verbe. 

Exemples : y&c\+> JXj* ôb jI ^I^^OU Pj^I e>^j jL maka 
katâ-na brarg mâna Jcâmu mi ada dân liendak ka-mâna 
kâmu, elle dit: qui êtes-vous et où voulez-vous aller? ôy 
«Jl ^L ^ tûan hamba meut apa, ou *-v*a> ôy ^U «Jl apa mâu 
tûan hamba, que voulez-vous, monsieur? 



184 GRAMMAIRE MALAISE. 

6 ème Kègle. A l'impératif, le sujet .suit presque tou- 
jours le verbe. 

Exemples: ^IaLT^ pergï-lak arr/kenv, va, toi; ^1 aLSU 
JoJ ^ mâkan-lali ta bûak /fit. qu'il mange ce fruit. 

Souvent le sujet est précédé de 4^ w/r-/?: ^oITaI^! aIz^I 
Izhat-lah ûlekkâmu, voyez (litt.: soit vu par vous); -4^1 ^,ëo 
dergar ûleh-mu, entendez; ^Lï g i>^l Jil -^l^U Jul *j-> ^co 
(j° ^^ ^j^ dergan deràh ïtu pâlit ûleh-mu segala brarg 
ijarg ticida tïtvut sériât nabi, avec* cette verge frappez tous 
ceux qui ne suivent pas la loi du prophète. 

Souvent aussi le pronom qui représente le sujet est 
sous -entendu, jj^ Jxl àllx*? ^\j ol^jL malca hâta râja 
parggil-lali segala mantrï, alors le roi dit: appelez les 
ministres (litt. : soient les ministres appelés — sous-en- 
tendu, par vous) ; ùt**° f^ J^ ^J^ târuh-lah tcipalc târgan- 
mu di-sïni, apposez ici votre signature. 

271. 7 èmc Règle. Emploi du verbe dans sa forme 
active. — On a pu remarquer dans le cours de cette 
grammaire que les Malais emploient beaucoup plus Les 
verbes au passif qu'à l'actif et, à la première lecture 
des auteurs malais, on est frappé du nombre de cas re- 
lativement restreint, où le verbe se trouve dans sa forme 
active. 

Les Malais ne paraissent pas avoir jamais donné de 
règles bien précises à ce sujet. Cependant, en lisant les 
livres de la littérature malaise, on remarque, que le verbe 
s'emploie assez ordinairement dans sa forme active, lors 
qu'il est précédé dune préposition qui marque un mouve- 
ment, une tendance à l'action qu'il exprime; ou bien lors- 
qu'il est précédé d'un premier verbe qui indique une dis- 
position, une intention, une volonté de faire l'action ex- 
primée par le second. Cette tendance, cette disposition ou 



SYNTAXE. 185 

intention peuvent être représentées par les expressions 
«à, pour, afin de?>, etc. 

Exemples : ^JU J& cf^tM -^ -*^T J->tp adil baginda 
pada memeliharâ-kan segala mânusza, fidèle était le prince 
à prendre soin de tout le monde; Cr^^f^ Cr^ ^3 ^Ir** ^ 
^j^ «rf« suâtu wàktu âkan men-jàuh-kan derî-na, il y a 
un temps de s'éloigner, ou pour s'éloigner; JX*£j'b^l 
■** . Jh^ x * àku dàtarg hendak merg-anjûrg-i bapà-ku, je 
suis venu pour visiter mon père; ôljj Tri'V* ^x^ 3^ ^V**^ 
bàrarg-siàpa hendak mem-bûnuh maharaja rawàna, qui- 
conque voudra tuer Maharaja Eawana; Ils J£u aLI*^ jl* 
^»- tii^i J— o ^XsL^o ^G maka ber-himpun-lali segala 
àlim nagrï menembahyarg-kan mayet serïf hasàn , tous les 
sages du pays se réunirent pour faire les prières auprès 
du corps du cliérif Hasàn; e ^-> jV £jta ôy Jt^ *^J rayât 
sa-kaU-an pûn dàtarg memelitk kaki-na, tout le peuple vint 
pour lui baiser les pieds ; P?j J^ ^l^â* Ob^^XJ &V àj^-o j$\ 
ta menùmih mem-bentarg tïkar dcin merg-hicis-i bàley rïiwarg, 
il ordonna d'étendre les nattes et d'orner la salle d'au- 
dience ; p\j ^Sj^ Sà\X..* d\J> j*\e (j\ ^i jL moka làlu m me- 
màxu kudâ-na men-dàpat srz ràma, alors il piqua son 
cheval, afin d'atteindre Sri Rama ; C*A 9j$\ à'jyf ^-lj &jy>i ^<^ 
hamba di-sûruh raja mem-bûnuh ôrarg ïtu, je suis envoyé 
par le roi pour tuer cet homme. 

gème j>5g} e# Verbe pris substantivement. — Lorsque 
un verbe exprime un acte qui peut être considéré comme 
un objet, comme une chose, les Malais le prennent comme 
substantif, tout en lui conservant la forme de verbe avec 
le préfixe ? me ou y ber. 

Exemple: <j^«* ey *-*+*> g ôj> i\ ada pûn yarg hamba 
pûïïa merg-artt\ or, à mon sens (litt. : or, à mon comprendre). 

gême R e g] e< ]J n verbe à l'infinitif, précédé d'un subs- 
tantif, prend aussi la nature du nom et est supposé 



1<^> GRAMMAIRE MALAISE. 

précédé de «de » (répond aux participes latins en dus, <ht. 
dum, précédé d'un nom de chose inanimée). 

Exemples : ^j! Oj^w £**% JS ta gai me-lâyarg-han sûrat 
mi, la raison (d'envoyer) de l'envoi de cette lettre (ratio 
mittendi); ^V fj« wjbal^ sa-telàh dàtarg mûsimmem-bâyat : 
lorsque la saison de semer le riz fut venu. 

10 omo Règle. Le verbe prend encore la nature du nom, 
lorsqu'il est suivi des pronoms personnels J ku, p mu, o fia. 

Exemples: jioU mâkan-Jcu, le manger de moi, ou le 
être mangé par moi; J*j"1> J** JJJu* ^1 la me-nanti sampey 
dâtarg-mU) il a attendu jusqu'à l'arriver de vous; aII-xj 
&?J* ù*j$si tiadâ-lah ber-ha-tàhû-an pergt-na, on ne sait où 
il est allé (l'aller de lui est inconnu). 

ll/' mo Eègle. Quelquefois les Malais laissent sous- 
entendu un verbe qui devrait être répété. 

Exemples : J£>* -iSlj-^ aIj! Ojjô ils JOI o™° ^*W^ f -^ 
Jïa «Jj^o^-o xj ô"^^» sedàrg pe-karjà-an sa-bagïm lagi tiçbda 
di-tûrut ûleh sûdarâ-ku ji/calaw pe-lcarjâ-an yarg besàr be- 
brâpa lagi, puisque pour une affaire comme celle-ci (peu 
importante) mon frère refuse, pour une grande combien 
plus (refusera-t-il) ? 3^ j/i e> 3 \ j£*oy ^l ^C* ë^l <_$! JJ! 
Jy aJ ^If^jl©* apa-bïla ta orarg meskïn ïa mc-mûdah-han 
brarg làin jikajàdi Jcâya lebeh pûla , lorsqu'il est pauvre, 
il méprise les gens, s'il devenait riche, bien plus encore 
(il les mépriserait). 

272. 12 ême Eègle. Verbes réfléchis. - Les verbes 
pronominaux ou réfléchis se rendent en malais par le 
verbe ordinaire, suivi de ^o dïri et d'un pronom per- 
sonnel. Ainsi tout verbe dont le sens permet que Faction 
qu'il exprime soit exercée par le sujet sur lui-même peut 
s'employer comme verbe réfléchi. 

Exemples: &>j* c/h^ih menilmrap-kan diri-na, se pros- 
terner ; csV" ^Sj*? ^CjLx^ ^l^ ajuo sud ah sahâya sembunz-lcan 



SYNTAXE. 187 

dïri saliâya, je me suis caché; ^iji ^CtaU«x> ,j\ JX& çjuo 
sedàrg liendak m merg-âdil-kan dirï-na, comme il voulait 
se justifier; ^ \ji f^> ^y I S3^ j>I ada waktu ctkan ber-dmm 
dert-na, il y a temps de se taire ; Ajlo ^j^Jjs^j^iJ^JiLo 
û*tf} sor-thor ïdar besàr men-jûlur dirz-na di-bâwaJi ayïm-an, 
un grand serpent se glissa sous le berceau. 

273c 13 ômc Règle. Verbes impersonnels. — Les prin- 
cipales formules repondant à nos verbes impersonnels sont: 
A ada, être, il y a: JUîll pdtat 1 juste, il est juste, il convient; 
jjJb kendakj il importe, il faut; ^J^ hârusj nécessaire, il 
est nécessaire, il convient; ^-=?4? wâjib, il est du devoir; i\ 
£j\ ada unturg, il y a du profit; xîb <_$! aU'-xI*» J~j! ësuk hen- 
dak-lah ta dâtarg, demain il faut qu'il vienne ; ,j\ aLjU 
^rt J^ cr ]^ hâ?'us-lah ïa memeliliarâ-kan ànak birii-ria, il 
convient qu'il soigne sa femme et ses enfants ; a ~u ^-^j 
e>U^ Awlâ* Lsj Jil wâjib âtas segala rayât mergâsih rajà-na, 
il est du devoir des sujets d'aimer leur roi. . 

V. SYNTAXE DES ADVERBES. 

274. 1° Les adverbes modifiant l'action d'un verbe 
suivent ordinairement ce verbe. 

Exemples: a ~Q ^$jl ^«*> liamba lâri lekàs, je cours 
vite; jA> oÇj ytf Icàmu ber-kâta bâik , vous parlez bien; 
^0*iM «JlA*c$' ^« mari perlahan-perlahan, il vient tout dou- 
cement; jA> J> U jjl 2« makan bâïïak, il mange beaucoup. 

2° Lorsque deux verbes ayant le même nominatif ou 
sujet sont précédés d'un adverbe de temps, ou de «si?? con- 
ditionnel, on place ordinairement en malais ^ maka, 
entre ces deux verbes. 

Exemples: ^*\j** <}\ e> ~^-> ^ e^l/ J J^ apa-bila 
di-per-ïileh-na moka di-brl-kan-na akan fakir itu, lorsqu'il 
l'eut obtenu , alors il le donna au fakir ; <w ^-^» J>\ ^ 



188 GRAMMAIRE MALAISE. 

&iJ-> fit ôjp ^$\ J^o o^° ^ ijV U*»' sa-telak ta men-dergar 
sembah indrâ jcLti ztu demikzan maka la pan ber-dïam dirï- 
na, après avoir entendu ces paroles de Indra Jati, alors 
il se tut: jj&^ &*** ^ eAl «JI^j JWvf <-^ ^ ^ te ^ /,1/n 
m ber-jâlan be-brâpa làmâ-na maka sampey-lah la ka-nagrz, 
lorsqu'il eut marché un certain temps, alors il arriva à la 
ville; ^^ÀloU^yjL^I J^> ^\xjffà^- jika kaw-kahen- 
dàk-i mulza argkaw maka kaw-karjâ-kan-lah kabijzkan, si 
vous voulez être loué, alors pratiquez la vertu. 

VI. SYNTAXE DES PRÉPOSITIONS. 

275. Règle. Les prépositions se placent le plus 
ordinairement entre le verbe et le substantif qui en est le 
régime, ou, si c'est un verbe qui est régi par un autre 
verbe, la préposition se place entre les deux. 

Exemples: &$«$} ^y ?£> j-> A^'b C>yZ*\ csf~* k>^ ^ 
maka orarg meskzn ztu-pûn dâtarg-lali deri huma pidaiy-lah 
ka-rûmah-na, or ces pauvres gens revenaient des champs 
et retournaient à leur maison ; y\ J^Âo x j ^ kâmi dïam 
di-tainpat ïni, nous demeurons dans ce lieu; e>^ <y\ O^Jj ^$\ 
ta ber-kata âkan bapâ-na, il parlait à son père ; j-> £Jb ^j\ 
^£L ïa dâtàrg deri mâkan, il vient de manger; Jsjï dr^ 
±**yk>^ ber-tanâ-kan deri-pada ôrarg ïtu, informez vous de 
cet homme; C~A ^Sj^ Pj^ Çà\SU Jn ^Jiy J\ m ber-làri 
âkan meri-dâpat ôrarg pen-xûri ztu , il courut pour attrap- 
per le voleur; -Aj «Jjl^ Jn y+fy 9j$\ J-^ segala àvanj ber- 
himpun âkan merg-hâdap raja, les gens se rassemblèrent 
pour se présenter au roi. 

VII. SYNTAXE DES CONJONCTIONS. 

276. Tiègle. 1° On a vu plus haut, que ^ bahwa 
est quelquefois rendu par «que n conjonction : or cela arrive 



SYNTAXE. 189 

ordinairement, lorsqu'il est précédé d'un verbe ayant un 
sens comme «savoir, connaître, apprendre, entendre, pen- 
ser, sentir, observer, informer, dire, montrer??, etc. 

Exemples: cS L i\ ôyji Mjrj^^ l$*jP ka-tahû-i ïïleh 
kâmu baliwa yarg dî-per-tûan ada sctklt 1 soit su par vous que 
le souverain est malade : ^1)L j;j£j j r ^sj^ JJu* -x» djjt* jL 
j~jjy> moka masùr-lali pada segala nagri bahwa nagrt 
malàka ter-lalu besàr , et il fut connu par tous pays que 
Malacca était devenu une grande ville. 

Quelquefois JM âkan paraît avoir la même valeur : 
JoL^iy j,J3 ôy <Jh y»k" ^+^y &\xj tiadâ-kah tûan-hamba 
tâlm âkan titan putri ter-lalu sâkit, monseigneur ne sait-il 
pas que la princesse est très-malade ? 

2° Cependant il arrive souvent que^ bahwa ou (j\ âkan 
sont omis, bien qu'en français le «que?? doive être exprimé. 

Exemples: 0>y ^i j-jb j;y OUI^ ^ ^j^ Cr^ di- 
katâ-kan sa-hâri nabi solïmân dïtduk di-àtas geta ka-rajet- 
an : on raconte (que) un jour le prophète Salomon était 
sur son trône; ,j^j ^yV ^r^" ^*^> ôy «W adà-kah titan 
menergar tikits me-màkan besï , avez-vous entendu dire 
(que) des rats ont mangé du fer? ->! $&\j>\ 0U2L aIj! ^v^ ^ 
yXo^ maka di-llhat-na uleh sultan ibraliïm ada sa-pôhon 
kâyu, le Sultan Ibrahim vit (qu')il y avait un arbre: 
( jj[l jiL> y\ JhSjL* ^l VJj.y ^lLo sujpâya Imdak-budak ïni 
rïienargkâ-kan aku menetnak nâsi, afin que ces enfants 
s'imaginent (que) je fais cuire du riz. 

C'est la règle latine du «que 75 retranché. 

3° Lorsque nous avons en français plusieurs verbes 
ayant un seul sujet, nous joignons ordinairement ces ver- 
bes par une conjonction. Ainsi, nous disons: il acheta 
du vin et le but; il prit l'argent et l'emporta. Or, dans la 
langue malaise on ne joint les deux verbes par aucune 
conjonction, et la phrase malaise équivaut à nos phrases 



190 GRAMMAIRE MALAISE. 

françaises exprimées par un participe présent et un autre 
temps, comme s'il y avait: achetant du vin, il le but; pre- 
nant l'argent, il l'emporta: ayant reçu du pain, il le mangea. 

Exemples: 'i^y\^ ita JUjI ^y? w J~e ^\ la mem-beU 
tepùrg mem-bubuh ïtu dâlam suâtu kâroiy, achetant de la 
viande, il la mit dans un saejjlS CJ\ £1$ Jy^ g ^\ Jii jy ^\ 
u»l>9-Jo|^*i. \y\A/fr* m P er 9Î ka-pada orarg yarg men-jûal 
kampury ïtu ledit men-xeriterà-kcm kabar Itu padâ-na, 
allant trouver l'homme qui avait vendu le terrain, il lui 
raconta cette nouvelle. 

1° Nos expressions françaises dans lesquelles se trouve 
«soit?? répété, comme, ce soit grand, soit petit??, se rendent en 
malais par J^ bâik, ^> mâu ouy\ âtaw, répété: J^Pj^ Jj^ 
O™* F ->^ J*\ bàik ôrary kàya bâik ôrarg meskln. soit les 
riches, soit les pauvres; J><. jL^~j ^U mâu besàr mâu kexil, 
soit grand, soit petit; £j b ^lJ ^1 y \ Aj b ji\ y \ âtaw la dâtarg 
âtaw la tiâda dâtarg, soit qu'il vienne, soit qu'il ne vienne pas. 

Quelquefois on emploie J^ bâik avec y \ âtaio ou ^ 
mâu\ ->lj y \ Ai'b ji\ jAj bâik la dâtarg âtaw tiâda, soit qu'il 
vienne ou non. 

On rend notre «plus ?? répété ou ce d'autant plus ?? , par J>L 
mâkin, répété: JU*W ^y U ^50 \j\ ^U mâkin la kàya mâkin 
jahat, plus il devient riche, plus il est méchant: A J>U 
à^tyt ^L mâkin lama mâkin sûsah, il y aura d'autant plus 
de difficultés que l'on attendra plus longtemps. 

Nos expressions françaises ce c'est moi, c'est toi, c'est 
lui??, etc. se rendent en ajoutant a! lah ou ôy pïtn au pro- 
nom. Ex. : jy J>! A aSU* lutmbâ-lali yarg âkan pergi, c'est 
moi qui irai; JXà £> ôy ^m> Jiamba pûn yarg hendak, c est 
moi qui le veux; à\^Xj bagitù-lah, c'est ainsi qu'il en est. 

Nos expressions françaises «donnez-moi», pour «don- 
nez à moi'?, «je vous dis??, pour «je dis à vous??, se ren- 
contrent aussi en malais. Ex. : J^»l ,W &y ^^ ,Jy y\ y£\ ^U^ 



SYNTAXE. 191 

sv/pàya arykaw âhu brï sïsa huait manvpelàm ïtu, afin que je 

vous donne quelque reste de ces mangues: J& ^^+& aLÛaX 
â*p> kumpul-kan-lah hamba segala rayai \ rassemblez-moi tout 
le peuple. 

VIII. DES PARTICULES. 

Les particules jouent un grand rôle dans la langue 
malaise et forment une des parties les plus importantes 
de sa Syntaxe. Mais comme nous avons déjà eu souvent 
occasion de parler de leur nature et de leur emploi, nous 
ne ferons que renvoyer à ce que nous avons dit précé- 
demment. 

1° PRÉFIXES. 

277. 1° p me et ses variétés £* mery, &* meû, ^ men 
et f mem. 

Application de cette particule (§§ 46, 47). Elle est 
employée dans la formation des verbes, avec un sens 
actif (§ 127). 

2° <J> pe et ses variétés £pery, ^pen, J> peu et J pem. 

Application de cette particule (§§ 46, 47). Elle entre 
dans la formation des noms verbaux qui expriment ordi- 
nairement l'agent ou l'instrument par lequel est produite 
l'action exprimée par le verbe (§§ 58 — 61). 

3° J> per. Application de cette particule (§ 48). Elle 
forme les nombres fractionnaires (§ 80). J> per est aussi 
employé dans la formation des verbes (§§ 151 — 155). 

4°^ ber. Application de cette particule (§ 48). Elle 
forme les noms de nombres collectifs (§ 82). Elle forme 
les adjectifs dérivés (§ 102). Elle sert à former les verbes 
d'état (§115). 

Lorsque dans la première syllabe du mot se trouve 
une liquide , j ber devient ordinairement ^ be. Ex. : de 
Jv^ per-sàlah-kan, on fera Jv^^ be-per-salah-kan , de 
u-j]; râtus, ^r ^ be-râtus. 



192 GRAMMAIRE MALAISE. 

5° J 'ter. Application de cette particule (§48). Elle 
l'orme le superlatif dans les adjectifs (§ 105). Elle forme 
le passif dans les verbes (§§ 173 — 175). Elle donne aussi 
quelquefois le sens de verbe neutre (§ 17G). Quelquefois 
elle exprime la possibilité de l'acte (§ 178). 

Si la première syllabe du mot auquel se joint J ter, a 
déjà une liquide, IV se supprime. Ex.: de cfQ.j* ber-bâ- 
nak-kan on fait ^Shjô te-per-bânak-kan. 

6° .l) ka. Application de cette particule (§18). Elle sert 
à former les noms de nombres ordinaux (§§ 78, 79). Elle 
est employée dans la formation des nombres collectifs (§ 82). 

7° 3 dl. Application de cette particule (§ 18). Elle 
forme le passif dans les verbes (§§ 1G9 — 172). 

-> di est aussi préposition delieu sans mouvement (§ 216). 

8° ^ sa. Application de cette particule (§ 18). Elle 
est une contraction de^^ sâtii (§ 76), et s'emploie dans 
la formation des adverbes (§§ 210, 211). 

9° ^ si ou ^ 67, remplace quelquefois l'article (§ 56). 

10° -J ku etj>kaw, contractions dejn àku ety-^arghaw, 
comme sujet d'un verbe, se joignent comme particules in- 
séparables (§§ 83, 85). 

2° SUFFIXES. 

278. 1° O* an. Application de cette particule (§ 49). 
Elle forme des substantifs verbaux qui indiquent la chose 
faite (§ 62), des noms abstraits (§ 63), des noms avec un 
sens collectif ou générique (§ 61). 

2° c5 i. Application de cette particule (§ 19). Elle esl 
employée dans la quatrième forme des verbes, auxquels 
elle donne un sens de verbes transitifs (§ 135). 

3" $ kan. Application de cette particule (§ 50). Elle 
est employée dans la sixième l'orme des verbes, auxquels 
elle donne un sens de verbes causatifs (§ 139). 



SYNTAXE. 193 

-1 J ku (§ 50 . Contraction de }\ âhi (§ 83 . On 
l'emploie comme adjectif possessif (§ 96). 

5° p mu (§ 50i. Contraction de y& kâmu (§ 86). Il 

s'emploie comme adjectif possessif (§ 96). 

6° c) /7r/ i§ 50). Pour Jl sm^a (§ 87). On l'emploie 
comme adjectif possessif (§ 96 , Il sert à former des ad- 
verbes (§ 210 . 

7 : « kah et aj fo# (§ 50). Particules interrogatives 
(§ 195). 

8 a! foA (§ 50). Son emploi à l'impératif (§ 186). Au 
subjonctif (§ 190). Quelquefois il marque le passé ou pré- 
térit dans les verbes (§ 200 . D'autres fois cette particule 
est simplement explétive ou emphatique. 

9° -*■>' nda. Cette particule se joint à des noms de parenté. 
lesquels, avec quelques changements , peuvent la prendre 
presque tous. Elle est employée dans le style de cour et en 
parlant de personnes qui appartiennent aux familles de 
princes au d'autres gens de distinction. Ex.: X^\ ayahnda. 
père de fc1 oyah\ x5j| anakanda ou aî»*I anakda. de Jj m 
ânakj enfant: Aî^l adhida. de Ji\ âch'k. frère plus jeune: 
jS\£kakanda : de Jpo&âfcafc, frère aîné; -^^f^T xuxwnda. de 
j^.j^. xûxu. petit -fil s; -x*^ nurvda. de A^J ma^r, nourrice. 

10° ôfjjfrn. est ordinairement rangé parmi les affixes: 
mais c'est à tort, comme le remarque Schleiermaeher. 
puisque la quantité du mot auquel il est joint n'en n'est 
jamais affectée: aussi le trouve-t-on dans les auteurs malais. 
quelquefois joint au mot. et quelquefois écrit seul. Selon 
Schleiermaeher cette particule semble marquer le nominatif 
toutes les fois qu'elle se trouve placée après un nom com- 
mun, un pronom ou un nom propre, ailleurs elle n'est 
employée qu'à la formation de quelques adverbes. 1 ''' 

* A. A. E. Schleiermaeher. Grammaire malade p. 53. 

13 



194 GRAMMAIRE MALAISE. 

Toutefois il nous paraît certain que Les Malais em- 
ploient souvent cette particule pour donner plus de l'orée 
à la phrase (§ 250). 

3° EMPLOI DE DEUX PARTICULES. 

279. 1° Les particules préf. *J pe et suf. v> an, sont 
employées clans la formation des noms verbaux ayant un 
sens actif (§ 65). 

2° Le préf. J? pe?' et le suf. o> an forment des noms 
verbaux ayant un sens passif. Ils forment aussi des noms 
de lieu (§ 66). 

3° Le préf. jJ ha, avec le suf. ô* an, forment des 
substantifs abstraits, des noms de manière d'être et des 
substantifs verbaux ayant un sens passif (§§ 67 — 70). Ils 
forment aussi des participes passés pris substantivement 
(§§ 179—182). 

4° Le préf. y ber avec le suf. O* an sont employés 
dans la huitième forme des verbes et leur donnent un sens 
de réciprocité (§ 161). 

4° INTERFIXES. 

280. Les Malais augmentent quelquefois les mots 
radicaux d'une syllabe par l'interposition d'une liquide 
j r, J /, et d'une voyelle, formant ainsi une syllabe ou 
particule interfixe ou intercalaire (§ 39). 

Ils ajoutent aussi une nouvelle syllabe à un mot par 
l'interposition de la lettre »m précédée d une voyelle, entre 
la première consonne du mot et sa voyelle (§§ 10, 125). 



POÉSIE. 195 



APPENDICE. 



DE LA POESIE MALAISE. 

Les Malais aiment la poésie. On pourrait même, jus- 
qu'à un certain point, dire qu'ils ont le génie poétique. 
Beaucoup de leurs ouvrages présentent la hardiesse du 
style, la vivacité et l'originalité des pensées, aussi bien 
que la grâce des images , que l'on rencontre clans nos 
poètes européens, et qui constituent le fond de ce que 
l'on peut appeler proprement la poésie. On en trouve de 
nombreux exemples dans le Ramayana, le Sejarat malayii 
et autres ouvrages, bien qu'ils soient écrits en prose. 

Les Malais ont d'ailleurs un grand nombre de livres 
écrits en vers, et leur langue se prête singulièrement à 
ces sortes de compositions. Cependant leur langue ne 
présente aucun mot pour désigner la poésie: on se sert 
bien de 9^ 'kârarg, À>^° mergârarg, qui signifie arranger, 
composer; mais ces expressions s'entendent aussi bien 
d'ouvrages en prose, ou d'écrits quelconques que de com- 
positions en vers. 

Les Malais ont emprunté aux Arabes tous les mots et 
toutes les expressions qui appartiennent à la poésie, si 
l'on excepte toutefois le mot jUS jpantun , dont nous par- 
lerons plus loin. Ils nomment ^*à srar (qu'ils écrivent et 
prononcent aussi^*à salr) un poème, une pièce de poésie, 
des vers ; et ^Zj 1p ilmu siar, la poésie, ou l'art de faire des 
vers. Toutefois cet art, chez eux. est encore bien impar- 
fait, et paraît se réduire à la connaissance et à l'appli- 

13* 



196 GRAMMAIRE MALAISE. 

cation de la mesure et de la rime qu'ils nomment ^j^ 
Ls\ô il>b arûdl dân kàfiat, comme on le voit par un passage 
d'un des principaux ouvrages de la littérature malaise 
qui a pour titre j^)LS\ »-lî tàju es-selâtïn ou -^l^-j J^ Oj£> 
makôta segala raja-râja, la Couronne des souverains 
(page 145). lils Ob J^>^^ C^JL y^ \& J& «3^«* ^$\ à^-X^ 
liendak-lah la mergatalm-i segala ilmu siqr seperti arûdl dân 
kâfiat «il (le lettré) doit connaître tout ce qui a rapport à 
la poésie, comme la mesure et la rimer. 

I. DE LA MESURE. 

Les Malais paraissent placer la mesure dans le 
nombre des syllabes, ainsi que cela a lieu dans la plu- 
part de nos langues européennes modernes, abstraction 
faite des longues et des brèves. On ne trouve donc pas, 
dans les vers malais, ce que nous nommons pied dans les 
vers grecs et latins. 

Le nombre des syllabes ne constitue même pas tou- 
jours une règle rigoureuse; ce que les Malais cherchent 
avant tout dans leurs vers, c'est une certaine cadence 
agréable à leur oreille. Werndly et Marsden, qui ont 
voulu découvrir autre chose dans la versification malaise, 
ne se sont pas trouvé d'accord, et on ne voit pas qu'aucun 
d'eux soit arrivé à un résultat bien satisfaisant. 

Les vers malais n'ont pas ordinairement moins de 
huit syllabes et dépassent rarement le nombre de douze; 
le vers est partagé en doux hémistiches par une césure 
qui no paraît pas astreinte à des règles bien fixes. 

II. DE LA RIME. 

Les Malais désignent aussi la rime par le mot arabe 
*sz*> seja\ nom qui convient aussi au vers, la rime étant 



POÉSIE. 197 

pour eux chose essentielle et intégrante du vers, qu'ils ne 
comprennent que rimé. 

Pour satisfaire une oreille malaise, il suffit qu'il y ait 
uniformité cle son dans la prononciation de la dernière 
syllabe des vers, sans avoir égard aux syllabes longues 
ou accentuées qui la précèdent. 

Pour les syllabes ouvertes, la rime est dans le son de 
la dernière voyelle seulement. Ainsi C^kâta rime avec 
oU mata] <jU mât?' avec ,jj£ putrz ; j*k tâliu avec^U màlu; 
j\» bâu avec $j^ serti. 

Pour les syllabes fermées, la rime doit être formée 
avec la voyelle et la consonne finale qui doivent être iden- 
tiques. Ainsi J>U mâkan rime avec J^\ intan; jLt bïlik 
avec JjL* mïlik : J>j«j sûkar avec J>^> pâgar ; èjy kûrurg avec 
fy gûnurg. On trouve cependant quelques rimes qui sor- 
tent de cette règle. Ex.: cSj\ ïkut avec ùyf* mabûd; *+*> 
hïtam avec j*»l intan, mais il faut considérer ces cas comme 
des exceptions ou comme des licences. 

De même encore il n'est pas nécessaire que les syl- 
labes finales des vers qui doivent rimer ensemble aient 
absolument le même son ; il suffit qu'elles aient le même 
signe vocal. Ainsi JijSl arggrek rime avec J>}* bâyik, la 
syllabe finale de l'un et de l'autre ayant le signe vocal 
kesrah ou bâris di-bâwah; z-Jfkârorg rimera avec fyi tulurg, 
les deux syllabes finales ayant le signe vocal dlammah ou 
bâris di-hadâjp-an. Une syllabe finale terminée par a /?, 
rimera avec une autre terminée par une voyelle, Yh étant 
très-peu sensible. Ainsi \JS putrâ avec à^ sigràh; :y mûda 
avec &x*> sudah. 

On trouve aussi des rimes qui se ressemblent plus par 
la forme de l'écriture que par le son conventionnellement 
adopté, c'est-à-dire qui riment plus à l'œil qu'à l'oreille. 
Ex. : ^VJ nagrî rimera avec ^JU-o sampey. 



198 GRAMMAIRE MALAISE. 

Dans les hymnes, ou traduction des psaumes en vers, 
publiée à Amsterdam en 1735, et à laquelle Werndly a dû 
travailler, les rimes sont beaucoup plus correctes, et le 
nombre des syllabes est très-régulier. La syllabe finale 
qui forme la rime est ordinairement précédée d'une syl- 
labe longue ou accentuée, à moins qu'elle ne soit elle- 
même longue, ou qu'elle ait l'accent, et les deux rimes 
qui vont ensemble ont toujours le même caractère; mais 
c'est là une régularité que l'on ne trouve pas dans les 
auteurs malais. 

Les poèmes réguliers sont composés de distiques dont 
les deux vers sont placés sur la même ligne avec un signe 
pour marquer la séparation, de sorte que la page repré- 
sente une double colonne. Dans les ouvrages d'une cer- 
taine étendue, la même rime s'étend ordinairement à deux 
distiques. Exemple (S. Bid. 104): 

^ Çj>r^ )&t àjfl # djZ J& j*>\J jlbj 

TRANSCRIPTION. 

ter-sebvt pTda suâtu kissal/ râja Icambâyat raja perkâsa 

di-âlah-lcan garuda avggas aiy- undur-lak baginda ka-lâùi dësa 

Jcâsa 

ka-indra-pûra meiu-bâica dïri ka-pada waktû-lah dmihâri 

di-dâlom prâhu <b'-j)<ijU( j ij nagrl lalû-lah ber-putrâ sa-ôrarg dïri 



POÉSIE. 199 

sa-telali baginda kombali ha- tïap-tïap liciri dûduk ber-xïnta 

taJcta 

sambil menapït - luh ayer-na tïâda tampat ber - taûd - han 

mata warta 

âduh bûah hâti ânak-ku tuwan di-mâna garœrgan tûwan ter- 

tâwan 

mcbtihlduj) tïâda ber-Jca-tahû-an ayahnda sàvgat ka-jpilu-pz'lû~-a?i. 

TRADUCTION. 

On revient de nouveau à l'histoire 

du roi de Kambayat, roi très-puissant, 

qui avait été vaincu par un garuda, oiseau du ciel. 

Obligé de se retirer dans un autre pays, 

il s'était dirigé vers Indra-pura. 

Or, un jour au crépuscule du matin, 

se trouvant dans un bateau près du rivage, 

son épouse mit au monde une princesse. 

Plus tard, le prince, rétabli sur son trône, 

passait ses jours dans la plus grande tristesse, 

et ne cessait d'essuyer les larmes qui coulaient de ses yeux, 

parce qu'il ne pouvait avoir des nouvelles de son enfant. 

(s'écriait-il) ô mon enfant, le fruit de mon cœur, 

où es-tu? De qui es-tu devenu l'esclave? 

Es-tu morte ou vivante? Ton père l'ignore; 

aussi est-il plongé dans la plus profonde affliction. 

On trouve quelquefois des pièces de vers à rimes croi- 
sées. Exemple: 

jol oi ôb ils ^Cjf^* £> 

Jouo ^^J ç>j o Ob ils 

TRANSCRIPTION. 

Tçâlïk el-halh ïtu tïthan yavg asa 

yanj men-jadï-han âlam dân itdum ïtu 



200 GRAMMAIRE MALAISE. 

jika dûa tûkan adâ-na binâsa 
âlam dân hârarg isl-na di-situ. 

TRADUCTION. 

Unique est le créateur de toutes choses; 

lui seul a créé la terre et le monde entier. 

s'il y avait deux seigneurs, se trouveraient détruits 

le monde et tout ce qu'il contient. [M. R. 30.) 

III. LE PANTUN. 

Le J^> pantun est un genre de poésie malaise que; l'on 
pourrait appeler national. Il est composé de quatre vers en 
rimes croisées. Les deux premiers vers sont supposés être 
symboliques, et contiennent une ou deux images déta- 
chées, tandis que les deux autres qui renferment un sens 
moral ou sentimental, sont supposés devoir servir d'ap- 
plication à la partie symbolique. 

Il paraît cependant que souvent les deux premiers 
vers n'ont pas de sens, et ne servent qu'à donner la 
mesure et la rime pour les deux suivants; c'est même ce 
que dit Abdullali (v. Ab. page 135, édition de Singapour 
1838). $± ^b 4>^L~o e>b!yi~~o JJLI J^oly^U ,jXlS jXl ^yW ôy> ù\ 

aJJ| àjlo JL~* j-> jk* p^V** eA°^ c5- > ^f i "° ^î^t O --^ cr^ ^ ^ ***$ 
e>tal <j j\j> ->l £> ada pûn jâlan segala pantun malâyu ïtu 
amput mester adâ-na mester yarg di-âtas dûa ïtu tiàda ada 
arti-na me-lâin-han iâ-ïtu men-jàdi pâsarg-na sahâja malca 
dûa me* ter di-bâwali itû-làh yarg ada ber-arti adâ-na, «tout 
«pantun malais est composé de quatre vers; les deux pre- 
rcmiers vers n'ont pas de sens, et ne servent qu'à poser (la 
ce rime et la mesure), mais les deux autres ont un sens??. 

Le l) r Leyden paraît avoir vu des malais qui préten- 
dent, au contraire, que les deux derniers vers du pantun 
renferment toujours une application juste de l'image ou 



POÉSIE. 201 

du symbole exprimé par les deux premiers. C'est peut- 
être ce qui a eu lieu dans l'origine, et ce qui fait le fond 
du pantun littéraire; mais il y a eu la même dégéné- 
rescence que Ton trouve chez nous entre les odes pinda- 
riques et les chansons populaires. 

Aujourd'hui le pantun semble avoir cessé d'être une 
poésie sérieuse ; il est plutôt une matière d'amusement et 
d'improvisation, à l'instar de nos bouts-rimés : une per- 
sonne pose les deux premiers vers, sur lesquels une autre 
personne compose les deux suivants; et ces assauts depan- 
tuns alternatifs, dont le précédent fournit la réplique à 
celui qui doit suivre, durent quelquefois plusieurs heures, 
jusqu'à ce que l'un des deux combattants s'avoue vaincu. 

Voici un pantun cité dans la grammaire malaise de 
Marsden. 

j^U^jI ( j-^[^ ^lr^ ■& 4?f ^ JJ> ^y 

TRANSCRIPTION. 

kerergga di-dâlam bïïluh seràki ber-ïsi âyer mâwar 

sampey meserrat di-dâlam tubuh titan sa-ôrarg jàdi penâwar. 

TRADUCTION. 

De grosses fourmis clans la tige du bambou. Un bassin rempli d'eau 

de rose. 

Si la passion de l'amour s'empare de moi, c'est de vous seul que 

j'attends ma guérison. 

Autre pantun, extrait du Hikayat Abdallah, p. 267. 
e>L; Jy J^. ail ■$ ^ptè Ab ^jy &j> 

cjL^ e5->^J ^-> C>j~> ■£ ^J^ J~o«* &Â*> ^$Xi5 



202 



GRAMMAIRE MALAISE. 
c^.J J CjP* jF^3<s^ # cA^j Jy J^ ùi 

&hi £>-?' ûV ^ * etf-^ cA>j>^j>^ 



TRANSCRIPTION. 



bûrurg balïbis dz'-âtas lantey bûah rambey dâ2am pàdi 

tûan raflis ôrarg yarg pandey tâhu surgguh merg-ambil I/ûii 

bûah rambey dâlam pâdi lezat xita pula rasâ-na 
pandey surgguh meixj-ambil Itàti serta dergan bûdi bahasâ-na 

lezat xita pûla rasâ-na jerûju dergan durï-na 

serta dergan bûdi bahasâ-na sa-twju pûla dergan istrl-na 

jerûju dergan durï-na di-tepï jâlan ôrarg ber-lâri 

sa-tûju pîila dergan istrl-na seperti bulan dergan mata-hâri. 



TRADUCTION. 



Le canard sauvage se place sur le fruit du rambey se trouve 

l'auvent; parmi le riz. 

M. Rafflcs, homme savant, sait certainement gagner les 



cœurs. 



Le fruit du rambey se trouve agréable est son goût. 

parmi le riz;i 
Il sait certainement gagner les par sa sagesse et sa douceur. 

cœurs 
Agréable est son'goût. Le chardon avec ses épines, 

Par sa sagesse et sa douceur, en parfait accord avec son 

épouse, 
Le chardon avec ses épines, au bord du chemin les gens cou- 

rent. 
En parfait accord avec son épouse, comme la lune avec le soleil. 

Les Malais connaissent certains autres morceaux de 
poésie, dont les noms et la composition sont empruntés 
aux Arabes; ce sont: 



POÉSIE. 203 



IV. AUTRES PIECES DE POÉSIE. 

1° le ^y^ mesnaivi, ou PoÉsrE laudative. 

Pièce de vers de dix à treize syllabes. Les vers ri- 
ment deux à deux avec la même lettre. Exemple: 

AU j£_*w i5 ~«J «J A) Ul 



TRANSCRIPTION. 

omar ?/«^ âefo? deiyan prï-na 
ïïatà-lah jpÛ7i âdil sâma sendirï-na 
détail àdil ïtu ânak-na di-bûnuli 
inl-lah adâlet yaoy benar dân swyguh 
deïyan bëda antâra ïsi àlam 
ià-lah yaiy besar pada sïary mâlam 
làgt pïïn yaiy men-jâuh-kan segala serr 
z'mâm el-hak di-dâlam pâdaty mahser 
bârany yaty hak taala katâ-kan ïtu 
maka katâ-na sa-benar-na bagïtu. 



204 GRAMMAIRE MALAISE. 



TRADUCTION. 



Omar était naturellement juste. 

Sa justice se manifesta par des actes 

et, comme juste , il n'hésita pas à mettre son fils à mort, 

prouvant ainsi que sa justice était véritable. 

Il se distingua parmi les habitants de In terre, 

et jour et nuit, toujours, il fut grand. 

De plus, il éloigna tous les méchants. 

Au jour du jugement il aura la gloire du prêtre. 

Ce que le Dieu très-haut a fait connaître par la parole sainte, 

il nous l'a répété avec fidélité. 

2° LE cIjj rilbâi, QUATRAIN; ESPÈCE D'ÉPIGRAMME. 

Le nombre des syllabes du rubâz est très indéterminé; 
les vers riment deux à deux, et quelquefois les quatre 
vers ont la même rime. Exemple: 

TRANSCRIPTION. 

yo/Kf raja ïtu gombâla mânusïa namâ-ua. 
dân mânusïa Un bûkan ada gombalâ-Tm 
gombâla domba itû-lah hârna domba-dombâ-na 
domba ïtu bûkan hârna gombâla adâ-na. 

TRADUCTION. 

Les rois sont appelés les pasteurs des peuples, 
et les peuples ne sont pas leurs pasteurs. 
Le pasteur est pour le troupeau, 
et non le troupeau pour le pasteur. 



POÉSIE. 205 

3° le Jjc- gazel. 

C'est une poésie galante, erotique ou bachique, chan- 
tant l'amour ou le vin. Cette sorte de poésie ne contient 
pas plus de huit lignes, ni moins de cinq. Chaque ligne 
doit finir, non seulement par la même rime, mais par le 
même mot. Exemple: 

jjj^. jj^u ^5-Xw ^co ^JLà Jol ^ jj jk. e>U 

^l)j,^ ^uj ») J^X-^j IxJ (JUjJ 0^9 (£>U*s*. ^JksL^x* ûb 
J^ cT**^ Ù 1 ^ d***&> ^***-« £■) ^H JA^AilX-) 

TRANSCRIPTION. 

ka-kâsih-ku seperti ïïàwa pûn adà-lah ter-Jcâsih dân mulïa jûga 
dan naioâ-ku pûn màna deri-pada nâwa ïtu jâuh la jûga, 
ji'ka sa-rïbu tâhun lamâ-na pûn hïdup ada sia-sïa jûga 
hâna jika pada nâwa ïtu hampir deigan sadïa sïika jûga 
nâwa ïtu ya r rg meiy -hïdup -Jean santiàsa nâwa mânusïa jûga 
dan meiy-hllaiy-kan xintâ-na pûn ïtu ka-kâsih yarg satïa jûga 
ka-kâsih-ku ïtu yaig meiy-enak hatï-ku dergan rahasïa jûga 
bukâri yaig ada serta nâwa ïtu iâ-lah ber-bahagïa jûga. 

TRADUCTION. 

Ma bien-aimée est aimée comme mon âme, et est pour moi 

précieuse; 

et comment mon âme pourrait-elle vivre éloignée de cette âme 

aimée? 



20G GRAMMAIRE MALAISE. 

Une vie de mille années serait inutile, 

si elle n'était passée près de cette âme où est le bonheur. 

C'est cette âme qui entretient la vie de l'homme; 

c'est ma bien-aiméc qui fait oublier les peines; 

c'est ma bien-aimée qui réjouit mon cœur avec ravissement. 

Bukari qui est avec cette âme peut se dire heureux. (M. 72.118.) 

4° le A*y> kitat. 

kitat signifie stance, strophe. On en trouve plusieurs 
exemples dans le Makôta segala raja-raja (p. 1 7). Exemple: 

e>bl jC'L Jt\j Ailll 

TRANSCRIPTION. 

màniJcam deri-jpada xahayâ-ïïa mulïa jûga 
jihalaw xahâya tiâda padâ-ua 
apâ-tah garârg-an mânikam adà-na 
ada îtu penâka bâtit tjarg sia-sla jûga. 

TRADUCTION. 

C'est à son brillant que l'on connaît un rubis. 

S'il n'est pas brillant, 

il n'est donc pas un rubis; 

il n'est alors qu'une pierre inutile. 

5° LE JAf taJdïl, HYMNE. 

On nomme généralement ainsi toute pièce de poésie 
à' la louange de Dieu. On pourrait donner ce nom à h 
traduction des Psaumes en malais, (pie nous avons men 
tionnée plus haut. Les missionnaires ont nommé talilll 



a 



POESIE. 



207 



les hymnes de l'église catholique, traduits en malais. Bu- 
kari de Johor nous a aussi laisse sous ce nom une pièce 
de vers à la louange de Dieu dans le Malwta segcda raja- 
râja (page 228). Exemple: 



jby ,jy^ ^^çO' Ob Cj;u fy 

^jAy* Jil ôb ajJ Ob ,jl* ^so # ^U ^Kl yb ^JJi^ 



jlîi jllcL j^y £\ 



TRANSCRIPTION. 



tahlil pada tuhan 
di-manâ-tah dàpat ôraiy bulpâri memujï-han tïlhan ïtu jawhart 



siapâ-tah tabïr-han siâpa men- 

xahàri 
jiha ter-himpun sègala suâra 
cikan memïiji kàlak nagâra 
Jcârna hihmat-na tiàda samà-na 
deri kalâi'k iâ-lah adâ-na 

pujï-lah tûhan yairj àmat Jcuâsa 
tahlil-kan hïïwa sa-kalï-an mctsa 



tubir ilmu-na yaty arif bestari 

bârat dân tïmur selâtan utâra 
sia-siâ-lah ïtu suâra 
lâfgit dân bûmi ïtu rupà-ua 
ijcinj àmat hâdar dân tiâda 

fenâ-na 
iâ-lah Jçudus kakal dân âsa 
devgan hâti dân lïdah dân sè- 
gala bahâsa. 



TRADUCTION. 

Comment Bukari pourrait-il arriver 

à louer dignement le Seigneur qui est infini en sagesse. 

Qui pourrait expliquer, qui pourrait sonder 

la profondeur de sa science qui est pénétrante et parfaite? 



208 GRAMMAIRE MALAISE. 

Quand on rassemblerait toutes les voix 

de l'Ouest , de l'Est, du Midi et du Nord, 

pour louer le créateur du monde, 

toutes ces voix réunies seraient insuffisantes, 

car sa sagesse est sans égale. 

Le ciel et la terre nous le font connaître. 

11 est au dessus de toutes les choses créées. 

Permanent, il n'est sujet à aucun changement. 

Loue soit donc le Seigneur tout-puissant. 

Il est saint, éternel et unique. 

Que le Seigneur soit loué dans tous les temps, 

du cœur, de la bouche et dans toutes les langues. 



NOTES. 209 



NOTES. 



A, 

MOTS RÉPÉTÉS (§§ 33, 51). 

Werndly et Marsden donnent la règle générale sui- 
vante : 

ce Quand le mot répété est suivi d'une particule qui 
-c change la syllabe longue du radical, cette longue doit 
«se conserver dans le premier membre.?? 

Exemples : 
jj jtfir le*, jâ la n -ja lân - i. 
^j^IxJXj^j ber-ldlat-kilât-an. 

i*>U*©.)L> sa-lâma-lamâ-na. 
^ uSjOjj ber-Jcâta-katâ-kan. 
^Lj-X^j^ dôsa-dosà-na. 

W. Robinson, qui paraît avoir travaillé cette partie 
de la grammaire malaise d'une manière plus approfondie, 
et dans un temps où l'on avait plus de données sur cette 
langue, fait une distinction entre les mots redoublés dont 
le radical se termine par une consonne, et ceux dont le 
radical se termine par une voyelle; ou, autrement dit, 
entre les radicaux dont la syllabe finale est fermée , et 
ceux qui ont cette syllabe ouverte. 

Dans le premier de ces deux cas, la règle de Werndly 
et de Marsden est parfaitement applicable, tandis qu'elle 
ne l'est pas dans le second, qui est beaucoup moins fré- 

14 



210 GRAMMAIRE MALAISE. 

quent à la vérité. Ainsi, dans les six exemples c^dessus, 
les trois premiers doivent suivre la règle, et non les trois 
suivants. 

Pour bien comprendre la raison de cette différence, 
voyons d'abord un des cas qui suivent la règle, p. ex., 
^pU^U- jâlan-jalân-i, et prenons le radical isolé et répété, 
nous aurons ^W^U». jalon- j al an. Or comme la particule 
suffixe «3 i ajoutée doit, d'après la règle générale, changer 
la syllabe longue du second membre, celui-ci devient £%>* 
jalàn-i) et se prononcera ja-lâ-ni: mais on comprend qu'elle 
ne peut avoir aucune influence sur le premier membre qui 
a été fermé après la seconde syllabe, et qui doit rester ^1W 
jalon; le redoublement donnera donc ^%?\^jâlan-jalân-i. 

Mais il en serait tout autrement, si nous prenions un des 
exemples qui se trouvent hors de la règle, p. ex., eAU^L 
sa-làma-lamâ-na, et qui doit correctement s'écrire e>U4~> sa- 
lama-lamâ-na. Pour comprendre cette différence, écrivons le 
radical isolé et répété, et nous aurons ^ lama-lâma, même 
d'après Marsden, et aussi d'après Werndly qui, à la page GO 
de sa grammaire, admet que l'on peut écrire les deux 
membres ensemble, comme ne formant qu'un seul mot et 
devant se prononcer de même: l'un et l'autre donnent pour 
exemples les mots répétés ?r^j raja-ràja et j ^3 làki- 
laki. Or puisque A lama répété fait ^A lama-lâma, et que 
le changement prosaïque qui se fait dans le second mem- 
bre ne peut avoir aucune influence sur le premier, nous 
devons écrire e>U4-o sa-lama-lamâ-ûa. Et effectivement, 
l'addition d'une particule suffixe peut bien produire un 
changement dans la dernière et l'avant-dernière syllabe 
d'un mot, mais non dans les syllabes qui les précèdent: 
or »% lama-lâma ne fait qu'un mot, ayant la syllabe 
pénultième ouverte et longue, l'addition d'une particule 
rendra cette pénultième brève, et la longue se reportera 



NOTES. 211 

sur la finale du radical qui devient pénultième, et le mot 
p^Uo sa-lama-lâma deviendra e>UA^ sa-lavia-lamâ-na. De 
même, cX^kàta deviendra £jtâ£y> ber-kata-kàta et jTlil'S^ 
ber-kata-katà-kan, et ^^ dosa fera ^^-x^o dosa-dàsa et 
c>lvoAwj dosa-do set- na. 

Il est vrai que les auteurs malais n'ont pas toujours 
su faire cette distinction ; cependant on la retrouve dans 
certains bons auteurs. Ainsi, dans le Ramayana, p. 183. 
on a: j^S^^t Ob Ô^^S^j ber-siika-sukâ-an dân ber-kâsih- 
kaszh-an, de liy sïika et de àJfkdsih, phrase dont le pre- 
mier mot a perdu la longue dans le premier membre, 
tandis que le second l'a conservée. On trouve encore dans 
le même auteur, page 160, et dans le sejârat malâyu 
page 100: c>U4^ sa-lama-lamâ-na, etc. 

De ce que nous venons de dire, il suit que l'on ne 
devrait indiquer la répétition d'un mot par le signe X 
argka, que quand les deux membres ont la même ortho- 
graphe et par conséquent la même prononciation : et que 
dans les autres cas le mot répété devrait être écrit en 
entier. 

Toutefois les Malais sont loin d'avoir adopté cette 
règle, au moins d'une manière générale: dans leurs écrits, 
ils indiquent presque toujours la répétition par le signe X . 
Ainsi, ils écrivent aussi bien X cté ' kata-kâta 1 X ji laki-lâki 
que Vgb dàyavg-dâyarg et X'ijS gïrvrg-gïriry, laissant au lec- 
teur le soin de prononcer le mot d'après l'usage ou les 
règles de la grammaire. 

Lorsque le hamzali doit précéder une des particules 
<_$ i ou 0> an, les Malais le placent après le signe X : ô*XcXÏ 
kata-katà-an. 

Dans la répétition des radicaux terminés par une syl- 
labe fermée et suivis de i ou an, on trouve souvent la der- 
nière consonne répétée après le signe t, comme dans <J^W- 

14* 



212 GRAMMAIRE MALAISE. 

jâlan-jalàn-i] ^VJUîfê pâtut-patût-an: j^^^J per-bwiuh- 
bunuh-an. Les Malais veulent sans doute indiquer par là 
que, dans la prononciation, la dernière lettre du radical 
doit s'en détacher pour former une syllabe avec la par- 
ticule ajoutée; mais cette manière d'écrire un mot répété 
n'en est pas moins défectueuse. 

La règle qui fixe l'orthographe des mots répétées 
s'applique également aux mots composés de deux radi- 
caux, p. ex., ijj^ mata-hâri, où la première partie JX. 
mata a perdu la syllabe longue du radical qui s'écrit oL 
mâta\ ^f^ snka-xita, de liy sûka et C*>* xita. 

11 en serait autrement, si l'on écrivait séparément les 
deux radicaux; car alors la longue devrait rester dans le 
premier. Ainsi on trouve eSV^ mara-bahâya ou c$Vj^ 
màra bahâya^J^ bala-tantâra etj&" J^ bâla tantâra. 

Les Malais sont si enclins à faire disparaître la syllabe 
longue dans la première partie de la composition, que 
souvent ils le font même lorsqu'elle se termine par une 
syllabe fermée. Ainsi on trouve: cJLJ^j bararg-siâpa pour 
«JLJ^lj bârarg-siàpa , composé de 9j\ bârarg et de <J^ 
stâpa; Pjj^ balèy-rûwarg pour ^j^\ bâley-rûwarg , de J^ 
baley et de 9^j rûwarg-, mais cette orthographe est défec- 
tueuse et devrait être évitée. 



NASALE QUE S'ADJOIGNENT LES PARTICULES PREFIXES » me 

ET <J pe (§§ 46, 47). 

D'après W. Ilobinson,* c'est une règle générale que 
toute particule préfixe forme une syllabe distincte. Ainsi 
Le verbe d'action formé du radical Jjj! arti devra s'écrire 

:i: Mdleische Spélling uil het engelsch vertaald door E. Netscher, p. 123. 



NOTES. 213 

^J^ mergarti) ou, selon son orthographe, O^iLo } et se 
prononcer merg-ar-ti. 

Les traducteurs de la Bible ont adopté le même système 
d'orthographe et paraissent avoir suivi la même règle: mais 
ces auteurs sont allés trop loin dans l'application trop 
absolue qu'ils ont voulu faire à la langue malaise d'un 
système d'orthographe qui ne lui convient pas entièrement. 
1° En effet cette nasale ajoutée aux particules pré- 
fixes* |» me et <^ pe. n'a pas d'autre but que de faire la liai- 
son: or comment la ferait-elle, si elle ne sonnait sur la 
voyelle suivante? Il est évident que cette nasale a été 
ajoutée pour éviter l'hiatus et adoucir la prononciation. 
Si donc la particule avec sa nasale doit faire une syllabe 
à part sans se lier au radical, la prononciation n'en sera 
que plus difficile et l'hiatus sera augmenté, car il est plus 
facile de prononcer me-arti que merg-arti ', celui-ci devant 
se prononcer comme s'il était écrit merg-harti. 

2° Une règle généralement admise par les grammai- 
riens et par les auteurs malais est que dans les cas où le 
radical commence par une lettre forte, h. x, t, p, s\ cette 
lettre se supprime et est remplacée par la nasale du pré- 
fixe, comme dans oU* menjâta de cJ&kâta, ^j^ menûxi 
de ^j^ sûxi, â>Le menâriih de $ târuk : J^f memukul de 
jff pûkul, S~u»menebùtde ^^ sébùt etc. Or cette substitu- 
tion de la nasale à la forte n'a lieu que pour joindre cette 
nasale à la première voyelle du radical, comme l'était la 
forte. D'après W. Robinson, il faudrait prononcer comme 
si ces dérivés étaient écrits merg-hâta, men-hïlxi, men- 
hàruh, etc.: c'est réellement une altération par trop forte 
du radical et, de plus c'est contraire au système de pro- 
nonciation des Malais. 

3° Lorsque le radical se trouve répété après avoir 
pris une particule préfixe à laquelle s'est adjointe une 



214 GRAMMAIRE MALAISE. 

nasale, il arrive que dans certains cas la nasale se répète 
dans le second membre (§ 51), comme oUA«9 peryapa- 
^cupa^jfytA mergira -nfira. Or, pourquoi cette répétition 
de la nasale, si ce n'est parce qu'elle ne fait plus qu'une 
syllabe avec la voyelle qui commence le radical? 

W. Robinson admet que dans le second membre P 
ne forme plus qu'une syllabe avec la première lettre du 
mot primitif;* il donne pour exemple un mot dérivé du 
radical J\ àlir et qu'il écrit J&JC** merg-cdir-rgàlir :** il est 
vrai qu'il donne cette réunion de la nasale à la voyelle 
dans le second membre comme une exception à la règle 
générale. Mais pour nous, nous pensons qu'elle est une 
conséquence de la règle , et que ce £ répété dans le se- 
cond membre indique clairement qu'il doit se joindre à 
l'I dans le premier. 

Un second exemple donné par le même auteur 
semble prouver plus clairement encore la règle que nous 
défendons. C'est un dérivé de ^f pùji, qu'il écrit g-j*?** 

et qu'il veut que Ton prononce memm-uji-mïiji, prononcia- 
tion qui paraîtra certainement étonnante à un Malais, 
lequel prononcera toujours me-muji-mûji , remplaçant par 
m le p du radical. 

4° Le malais appartient à une famille de langues 
qui ont généralement les mêmes principes de pronon- 
ciation. Or il est facile de voir ce qui se passe dans les 
autres langues de cette famille et ce qui se passe égale- 
ment en malais, lorsqu'on l'écrit avec les alphabets de ces 
autres langues. 

En javanais, on forme les verbes d'action en ajoutant 
au radical la particule préfixe <un\ a ou ha qui, par euplionie 

:;: Maleische Spelling, etc., p. 124. 
:;::;: Maleische Spelling, etc., p. 10-1. 



NOTES. 215 

s'adjoint une nasale, comme en malais, et en suivant à 
peu près les mêmes règles. Or, en javanais, cette nasale 
se joint au radical et ne forme plus qu'une syllabe avec 
la lettre initiale de celui-ci; ainsi de £kù\ kepurg, «siège??, 
au fait (unvn(vj\ argepurg, «assiéger??, et ««^ pargepurg, «ac- 
tion d'assiéger?'. De «inism ïturg, «compte??, on fait <unêi«in\ 
argiturg, «compter??. Et nous ferons même remarquer 
qu'ordinairement l'a se supprime et qu'il ne reste que la 
nasale, laquelle ne pourrait avoir de prononciation, si on 
ne la joignait à la voyelle du radical, pour ne faire avec 
elle qu'une syllabe. Ainsi on trouve dans les auteurs ja- 
vanais 3ù^ rgepurg et (âasn\ rgiturg. 

La même opération se fait en sunda, où de m™^ adu, 
dispute, on fait i&m\ rgadu, disputer; de umêncm^ Icatiga, la 
saison sèche, on fait om»w rgatiga, semer dans la saison 
sèche (la troisième saison). 

C'est aussi ce que l'on trouve en macassar; ainsi r~^~ 
érarg fait ~?M^ argérarg ou M»^ njérarg, «conduire??. 

En batak, ^.-to^s ïkut fait «c<o7955\ margikut, «suivre?? . 

En dayak, ajar fait majar, «enseigner??, et kapelerg 
ou kumpul, fait margapelerg et margurnpul, «rassembler??. 

En tagal, tabos fait menubos, «racheter??, et pokot, «filet 
à pêcher??, fait mamohot, «pêcher avec un filet??. 

W. Marsden* paraît avoir compris cette règle comme 
nous la comprenons, car il dit que, «lorsque le mot pri- 
«mitif commence par \ ou a suivi d'une lettre en repos, 
«ou de ce que nous appelons une voyelle longue, on 
«supprime ces lettres, et la particule s'unit à la voyelle 
«longue??. Ex.: CM ïhat, sSLà* mergïkat] et si l'on emploie 
le hamzah, comme dans a ~jl!** mùrgôbis, ce n'est que pour 
indiquer l'élision (^ÛU pour ^l^) et non pour pro- 

* W. Marsden, Grammaire de la langue Malaie, traduite de l'anglais par 
C. P. J. Elout, p. 93. 



216 GKAMMAIKE MALAISE 

duire un effet sur la prononciation. C'est absolument 
comme nous employons en français l'apostrophe, lorsque 
nous écrivons l'abord, d 'abord, l'ennui, d'ennui, que nous 
prononçons labord, dabord, lennui, dennui. 

Marsden paraît avoir étudié cette partie de la gram- 
maire dans le rapport qu'elle a avec la langue malaise, 
et avoir abandonné un système d'orthographe qui a peut- 
être son mérite, étant apliqué à une autre classe de langues ; 
tandis que W. Robinson a voulu appliquer ce système 
dans son entier au malais , au risque de faire perdre à 
celui-ci son caractère et d'altérer sa véritable pronon- 
ciation. 

D'ailleurs, ce qui a lieu par l'application de ces par- 
ticules préfixes se rencontre également, lorsqu'une par- 
ticule suffixe commençant par un son voyel se joint à un 
radical dont la syllabe finale est fermée; car alors la der- 
nière consonne se détache du radical pour se porter sur 
la particule ajoutée, avec laquelle elle ne fait plus qu'une 
syllabe. 

Ainsi, de CS l; takut, on fait <jf^ , que l'on prononce 
ka-takït-tan, crainte; et de j*J& pâsorg, J^y-s pasô-ryan, en- 
traves ; de ^*-** hampir, ji^JL^jL menj-hampî-ri, approcher de. 

c. 

DES LETTRES ^ ET j (§ 16 J- 

Ces lettres employées comme finales peuvent être 
considérées seulement comme indicatives du son du signe 
vocal qui devrait se trouver sur la lettre précédente, et 
qui est ordinairement omis. 

Selon W. Robinson, cela ne devrait jamais avoir lieu: 
niais le signe vocal devrait être écrit et la lettre finale 
omise. 



NOTES. 217 

Cet auteur a raison, et son système serait parfait, si 
Ion ne devait pas aussi admettre que les langues sont 
des faits, et que leurs règles sont faites et fixées par 
l'usage. 

Or, il n'existe pas de livre malais où cette règle soit 
généralement suivie. Dans les anciens auteurs malais, 
l'usage d'employer le ,j et le ^, comme lettres finales 
indicatives du son, ne paraît s'appiiquer qu'à un certain 
nombre de mots très-restreint; mais les auteurs modernes 
en ont fait une règle presque générale. 

Les traducteurs de la Bible, si sobres dans l'emploi 
de ces lettres, s'en étaient déjà servis dans la syllabe finale 
d'un bon nombre de mots; et Abdullah, un des plus 
savants malais modernes, l'a appliqué à un bien plus 
grand nombre de mots encore. 

Nous en avons fait une règle générale dans cette 
grammaire, et nous l'a\^ons suivie dans notre dictionnaire, 
à l'exception d'un bien petit nombre de cas; afin de 
mettre les étudiants à même d'y trouver plus facilement 
les mots. 

D'ailleurs, nous ne voyons à cette pratique aucun 
inconvénient, si ce n'est celui d'écrire une lettre de plus, 
laquelle du reste remplace le signe vocal que l'on 
n'écrit pas. 

D'un autre côté, la présence de cette lettre ne peut 
pas induire en erreur pour la prononciation du mot, puisque 
la règle de l'accent est claire et qu'elle ne devient lettre 
de prolongation du son que quand l'accent tombe dessus. 

Le D r J. Pijnappel a aussi adopté cette règle dans 
son dictionnaire malais-hollandais. * 

* J. Pijnappel, Maleisch-nederduilsch tcoordenboeh. Haarlem, Joh. En- 
schedé. 1863. 



218 GRAMMAIRE MALAISE. 

D. 

NOMS DE NOMBRE (§ 7G). 

La forme de y \j~> suwàtu ou^'L sâtu paraît avoir une 
origine sanscrite: H sa ouTPT.sa???, «avec» (Or. juv, h'dt.cum). 
37sT >"//a, «semence, graine», sa-ri/a. «avec une graine». 

Les Javanais disent tnn ,>,,>, ^ sa-turggal, «avec unique, 
avec unité», ou oji,uhk\ sa-wiji, -avec une graine», «un», 
et par contraction x>2n siji. 

Les habitants des iles de la Soude ont conservé le 
même mot, et disent &<&> siji ou ouia$»«it> sa-MjL 

Les Malais ont pris la même expression, mais en 
changeant le mot biji sanscrit en un mot de leur langue 
y\ bâtu, «pierre»; seulement ils l'ont pris tel que le pro- 
noncent les Javanais et les Sondanais: xnasn\ wata (il est à 
remarquer cependant que chez ces derniers watu signifie 
aussi la «graine de sésame», que les Malais nomment jszj. 
bïjan, mot formé de ^js^. b?ji, «graine», et du suffixe ô* an). 
Les Malais ont donc dit^ly sa-wâtu, et, la voyelle qui pré- 
cède le w se changeant en u, comme cela arrive souvent 
dans cette langue, ils prononcent su-wâtu, et par con- 
traction sâtu, qu'ils écrivent yL . 

^ dtnoa, dûa 1 «deux», est le sansc, î% dwi, le gr. ôuo, 
le lat. duo, l'allem. zwei. 

C'est de tous les noms de nombre celui que l'on 
retrouve dans un plus grand nombre de langues, et peut- 
être celui dont la prononciation a été le moins altérée. 
Des langues ariennes il a passé dans presque toutes les 
langues européennes. 

En persan il est devenu y du, et peut-être le recon- 
naîtrait-on dans l'arabe ^j\ ezwaj, «à deux, couple», ou 
encore dans itsnani, et l'hébreux schenaim, deux. 

Les langues de l'archipel Indien et de TOcéanie l'ont 
adopté pour la plupart. En javanais, il prend la forme de 



NOTES. 21 ( J 

ro, roro et loro. En kawi, il devient, duwi: en sunda, en 
batak et bugis, duica: en madura et bali. tfoa; en lam- 
pung, ghua] en tagal, duïawa: en bisaya, duha; en mal- 
gache et maori, rua: en sandwich, lua. 

On le retrouve jusque dans les langues de l'Afrique 
centrale: en wandala bua. et en hausa biu** 

cfe tïga, et trois n. est le même mot en javanais, dans le 
langage cérémoniel. et son corrélatif dans le langage vul- 
gaire est telu. et dans plusieurs langues océaniennes teru. 
S'il vient de ce dernier, il pourrait être le sanscrit i% tri. 
le grec rpetç, le latin très et l'allemand drei, et se trou- 
verait dans un grand nombre des langues de l'archipel 
Indien et de TOcéanie; mais toujours avec l au lieu de r. 
excepté en kawi tri. 

Le mot tiko. «très??, de la langue sandwich se rapproche 
du tri sanscrit pour le sens, et du tiga malais par 1 euphonie. 

SJu\ ampat, rcquatre». Se trouve aussi dans la plupart 
des langues de la même famille, avec plus ou moins d'al- 
tération dans la prononciation: en javanais, papat: en 
sunda et batak, opat: en madura. papah: en bali. ampat: 
en lampung, pa; en bugis, àpak; en kissa, fiak et ahka; 
en malgache, efatsh; en macassar, appa] en maori, wa; 
en sandwich, ha : aha et fa. On le retrouve même aussi 
dans les langues de l'Afrique centrale, en wandala, ùfadi 
et en hausa, fadû. ** 

Or, comme le remarque AV. de Humboldt, dans plusieurs 
de ces langues, notamment en malgache, en macassar, etc., 
il signifie: fini, terminé: ce qui induit à croire qu'il tire 
son origine d'un système quaternaire de calcul.*** 

* H. Barth, SammJung und Bearbeitung central-afrihanischer Yoeabularien. 
2° partie, page CCLII. 

** Sammlung und BearbpÀtung. etc. *2° partie, p. CCLII. 
*:•:■--=: \^ T v Humboldt, Ueber die Kawi-Sprache. Tome second, p. 4G4. 



220 GRAMMAIRE MALAISE. 

Il n'est pas moins à remarquer que le mot javanais 
qui signifie quatre dans la langue cérémoniel sakaioan, a 
aussi le sens de «un ensemble, un tout??; et en malais ka- 
wan, «une compagnie, une troupe » , sens que se trouve 
.aussi avoir le mot sandwich àha, * ce qui semble encore 
confirmer l'opinion do W. de Humboldt. 

Alima, «cinq??. Sans changement dans la prononciation, 
si ce n'est que quelquefois / est changé en r. Se retrouve 
presque sans exception dans toutes les langues de l'ar- 
chipel Indien et de l'Océanie. 

Or, dans plusieurs de ces langues, comme dans celle 
des îles Marquises et des Sandwich, en macassar, bugis, 
bali et autres, il signifie «main, les cinq doigts??, et accuse 
ainsi clairement l'existence antérieure d'un système qui- 
naire de numération. 

H. Barth nous apprend que plusieurs des langues de 
l'Afrique centrale présentent la même particularité. :i:::: 

x\ anam, «six??; est le javanais nem et enem. Il s'est 
étendu à presque tous les membres de la même famille. 
et avec peu d'altération dans la prononciation. Il faut en 
excepter la langue sunda, dans laquelle «six?? s'exprime 
par genàp, mot qui dans la plupart des autres langues de 
l'archipel Indien, telles que le javanais, le malais, le 
batak, le tagal, etc. signifie «complet??, d'où on conciliera 
que dans les pays des environs du détroit de la Sonde a 
dû exister un système de numération allant jusqu'à six, 
qui signifie «un tout, un compte??. 

àe>*y tùjuh, «sept??; a un caractère local, il ne se 
trouve qu'en malais et en sunda: on peut donc le con- 
sidérer comme purement malais. 

* L'abbé B. Mosblech, Vocabulaire océanien- français, p. -1. 

Sun mlung und Bea/rbeitung central-afrihanischer Vocabularien. ~2' partie 
page CXVI. 



NOTES. 221 

jsïb delâpan ou J*^ dûlâpan «huit» pour Jjftj* dûa 
lâpan, «deux plies ou fermés?? (du sunda lepan, plié ou 
fermé). Les naturels de l'archipel Indien ayant en effet 
l'habitude de compter sur leurs doigts, quand, sur les dix, 
deux sont fermés il reste huit. En sunda on trouve une 
expression semblable pour «neuf»: sa-lâpan, «un étant 
fermé». On rencontre aussi J>%* sa-lâpan dans les écrits 
malais, mais alors il est équivalent à ^>^-> dûlâpan, huit. 

l ^~*" sambzlan, «neuf», a une origine analogue à dûlâ- 
pan et salâpan: il est formé de ^ sa, de J~ol ambil, «en- 
levé», et du suffixe ô" an, et signifie: «un étant enlevé 
(de dix)», c'est-à-dire «neuf». 

Aj*»> sa-p)ûloJi, «dix», est composé de ^ sa, «un», et de 
dj> pûloh, qui primitivement paraît avor signifié «entier, 
un ensemble (les dix doigts ensemble)»; on le retrouve 
encore en sunda avec ce sens, dans la forme ^y pûlurg. 

^Jl^ sa-râtus, «cent» ; composé de ^ sa, «un», et de 
yj~Aj râtus. Il est à remarquer que, dans son origine, ce 
mot ne devait pas avoir IV : dans beaucoup des langues de 
l'archipel Indien et de l'Océanie, notamment en javanais, 
madura et bali , il est âius ou âtos ; dans d'autres , comme 
le lampung et le bisaya , IV est remplace par g : gatus 
ou gatos. 

Selon J. Rigg, * atus ou tus serait pour tutus, nom 
d'une corde de bambou, dont les indigènes se servent 
encore aujourd'hui pour compter, et sur laquelle ils font 
des marques: ils indiquent chaque dizaine par un inter- 
valle; dix de ces intervalles complètent le nombre cent 
et remplissent le bambou, et font par conséquent un tutus, 
qui, avec sa, fait sa-tutus, et par contraction satus. 

j*ij rïbu, «mille», paraît venir des langues sémitiques, 
telles que l'hébreux lan ribo; l'arabe *>j ribet. 

* A dictionary ofthe- Sunda language, page 433 et 515. 



222 GRAMMAIRE MALAISE. 

u ~d laksa, dix mille, du sanscrit r^T^T luxa. 

jp ketï, cent mille , du sanscrit <*\i\\ Icoti. 

O^ jûta, million, du sanscrit ?PJcT ayuta, ou M^ci 

niyuta. 

Il est à remarquer que pour les noms de nombre 
élevés que les Malais ont pris des langues étrangères, ils 
en ont généralement changé la signification. Ainsi, ^.j 
rïbu, mille, en hébreux ribo , et arabe ribet, signifie dix 
mille: laksa, dix mille, en sanscrit luxa cent mille; keti 
cent mille, en sanscrit koti dix millions; juta, million, en 
sanscrit ayuta, dix mille et niyuta, dix millions. 

E. 

SUR LA PRONONCIATION DES PALATALES ^ X, ^ j \ d> Û (§ G). 

De tous les auteurs qui ont écrit sur le malais, Marsden 
est celui qui semble avoir indiqué le son de ces lettres avec 
le plus d'exactitude, au moins pour les deux premières. 

Selon lui le ^- doit être prononcé comme ch dans les 
mots anglais chance, church, torcli: le ^- comme/ dans les 
mots anglais jury, juclge, major. Si la véritable pronon- 
ciation n'est pas tout à fait celle indiquée par cet auteur, 
il faut dire qu'elle en approche beaucoup. Mais Marsden 
n'a pas été aussi heureux dans le son qu'il attribue au 
e> qu'il représente par ni. et qu'il veut que l'on prononce 
comme dans les mots anglais maniac, lenient, union. Selon 
John Walker,* en effet on doit prononcer ces mots me-ne-ak, 
lc-nc-ent, yu-ne-un, ou, avec la valeur des lettres en fran- 
çais mé-ni-ac, li-ni-cnt, ioii-ni-eiin, formes dans lesquelles ni 
est loin de représenter la prononciation du e> malais. On 
fera sans doute observer que ce ni doit se joindre à la 
voyelle suivante pour ne faire qu'une syllabe; mais même 

'■'■ < ,'ritical pronouuciiig dictionury of the english laiiguriye. 



NOTES. 223 

dans ce cas. nia et nié formeront bien des diphthongues, 
mais toujours avec la lettre n, qui n'indiquera jamais 
qu'une dentale, et non une palatale. Or le e> malais est 
une véritable palatale. 

Werndly * dans sa grammaire malaise veut que Ion 
prononce le ^ comme tj dans les mots hollandais tjanken, 
tjilpen, stoeltje: nous ne ferons pas d'observation sur ces 
données, qui peuvent être exactes. Mais quant à ce qu'il 
dit du -^. qu'il compare au g français dans courage, ménage, 
il nous paraît manquer d'exactitude. , 

Elout, traducteur de Marsden** semble s'éloigner 
plus encore de la véritable prononciation de ces lettres. 
Il pense que la valeur du ^ est mieux rendue en français 
par ti (en conservant au t le son qui lui est naturel) suivi 
d'une voyelle avec laquelle il forme une diphthongue : et 
que le ^- a exactement le son de di suivi d'une voyelle 
avec laquelle il forme aussi une diphthongue. Ainsi, selon 
cet auteur, le 77 , dans les mots ^Sjy^ xwri (tiouri) dérober, 
-ç&kctxa (katia) du verre, Jf^T xexak (tietiak) un lézard, 
doit se prononcer comme les lettres ti dans les mots fran- 
çais tiare, tien, tierce', et ^ , dans les mots malais ^V 
jàdi, fait, p-lj raja, roi, ^r^ janji, promesse, comme di 
dans les mots français diamant, diable, diurne. 

Il suffit d'avoir entendu une fois les lettres ^- et ^ 
prononcées par un Malais pour reconnaître que leur 
valeur est loin d'être celle du ti et di dans les mots fran- 
çais cités. *** 

* Maleische SjpraaTchunst uit de eige Schriften der Maleiers opgemaakt. p. 18 
et 22. 

** AV. Marsden, Grammaire de la langue malaie, traduite par C. P. J. Elout 
Haarlein 1824. 

*** Toutefois Elout peut avoir raison, s'il considère la prononciation vulgaire 
et ancienne on de celle de certaines provinces de France, où l'on dit quien pour 
tien, guiable pour diable. — C'est pour réagir contre cette tendance, que certains 
beaux parleurs de Paris (concierges et autres) disent cintième pour cinquième, etc. 



224 GRAMMAIRE MALAISE. 

Nous avons en français des sons qui approchent 
beaucoup plus des palatales malaises, que tous ceux que 
les auteurs cites ci-dessus ont indiquées. 

Par exemple, la valeur de qu dans notre qui (pronom 
relatif) approche de très-près de cette du p- malais, si 
toutefois il n'est pas tout à fait identique à ce dernier. 

Maintenant, si on change la voyelle i en a et en o, on 
aura qua, quo, et si pour produire ces sons au fait l'ex- 
plosion avec l'organe de la voix disposée comme pour 
prononcer qui, on aura qua, qui, quo, répondant à peu 
près au malais ^, ^, £. 

La valeur de gu dans nos mots français gué, guide 
approche aussi beaucoup cette du ^ malais, et en chan- 
geant la dernière voyelle on a gua, gui, guo, qui répond 
à peu près à ^ , >-, jf malais 

Lepsius exprime ces sons par h et g prononcés en 
pressant la large partie du milieu de la langue contre le 
palais.* Autrement, ce sont presque le ch et j anglais, 
sans le sifflement, que Elout dit n'avoir jamais remarqué 
dans la prononciation de ces lettres par les peuples de 
l'archipel Indien ; mais le p- nous semble encore mieux 
représenté, par le ch espagnol dans muchacho. 

Il faut cependant remarquer que l'explosion qui pro- 
duit les sons représentés par ces lettres n'a pas lieu tout à 
fait au milieu du palais , mais entre cette partie et les 
dents; ce qui fait dire à Lepsius que le point du palais 
où se fait l'explosion s'étend quelquefois jusqu'aux gen- 
cives des dents supérieures. Cela a lieu pour le ^ et le j- 
malais, surtout à Singapour, à Malacca et à Pulo-pinang, 
où le malais est parlé par un grand nombre d'étrangers, 
et c'est alors que ce son se rapproche plus encore du ch 

* Standart alphabet, seconde édition. Berlin 186.H, p 70. 



NOTES. 225 

et du j anglais ; parce qu'alors, se formant plus près des 
dents, on a cru y apercevoir les sons du t et du d, d'où 
on les a souvent rendu par tch et dj , comme nous Pa- 
vons indiqué dans notre dictionnaire. 

De là est venu aussi l'usage (dans la formation des 
mots dérivés) de joindre le plus souvent à * me et ^J jje, la- 
nasale n : de la classe des dentales quand le r adical com- 
mence par une des lettres ^ et ^, et d'écrire tjjjsp* men- 
xûfij J^fir* men-xùxuk, ^U^* men-jàdî, ^sf* men-janji, 
au lieu de <Jjx? menûri, J*^* menûxuk, ,j&s£* men-jàdi, 
^&* wien-janji. 

Dans la partie de l'archipel Indien qui se trouve sous 
la protection de la Hollande, la prononciation de ces 
lettres se rapproche-t-elle encore plus de celle du t et du 
df c'est ce que nous ne pourrions dire. 

Quant au e> , il a conservé dans toute son intégrité le 
caractère palatal: l'explosion qui l'exprime se produit 
tout à fait au centre du palais; il nous paraît être parfaite- 
ment identique à notre gn dans agneau, cognac, et peut 
se représenter très-correctement par le n espagnol. 

F. 

SUR LES DEUX SONS DES SIGNES VOYELLES (§§ 20 — 23). 

Les Malais ne paraissent pas s'être jamais servi d'au- 
cun signe pour distinguer le second son e du ^s^ 5 fathah 
ou a ~Jb ^Jj bâris di-âtas) du premier son a. 

Plusieurs grammairiens européens ont voulu établir 
des règles à ce sujet; mais aucun ne paraît être arrivé, 
jusqu'à présent à un résultat satisfaisant, non qu'ils aient 
manqué de connaissance dans la langue, mais parce 
que les Malais eux-mêmes n'ont jamais fixé celle de ces 
deux prononciations qui devait s'attacher à chaque syllabe 
affectée de ce signe. 

15 



226 GRAMMAIRE MALAISE. 

AV. Robinson propose de mettre le signe sur la syl- 
labe, si elle doit avoir le son a. et de l'omettre, lorsqu'elle 
doit avoir le son e. Le système est ingénieux ; mais la 
difficulté reste toujours la même, puisque ce n'est pas sur 
le signe propre à représenter le son qu'elle porte, mais 
sur la prononciation même, comme nous le verrons tout à 
l'heure. 

Schleiermacher dit qu'on pourrait peut-être poser la 
règle suivante: 

ce Le fatliah est e clans la plupart des syllabes brèves 
ce et ouvertes, où il ne renferme pas un a primitif, et où 
ce par sa position il n'est pas sujet à être changé en â 
ce long, ri * 

Cette règle ne paraît pas plus que la précédente 
lever la difficulté: car, il y a certainement beaucoup de 
mots dans lesquels se trouve une syllabe ouverte qui ne 
peut jamais devenir longue, et qui cependant se pro- 
nonce a; comme la première de *j> tartma, J^xakra, ^ 
kadey, u ~*\ amas. Et dans un grand nombre d'autres, les 
Malais 'ont si peu fixé leur prononciation, que dans leurs 
écrits on trouve 9j> perhrg et ïjù pârarg la guerre: iy 
teràrg et ïj^ târarg la lumière: ^^ sebùt et JUjU sabut, 
prononcé; Ji2 tagàl et Jit tâgal motif; ^-J pasàn et jJ& 
pâsan, ordre, etc. 

Pour les syllabes fermées, la difficulté serait encore 
plus grande, et Schleirmacher avoue que, pour cette caté- 
gorie de mots, il ne peut y avoir d'autre règle que 



usage. '"'•' 



Quant au double son du ^^hesrah ou ^lo ^j^ bâris 
di-bâwah, et du <uô dlammùh ou ^>U*o u ^ bâris di-ha- 
dâp-an, W. Robinson parle d'un signe nommé jUc xw« mîm- 



::: Schleiermacher, Grammaire Malaise, p. 25. 

** i.l. 



NOTES. 227 

imâla, qu'il a trouvé employé dans quelques écrits du fort 
Marlborough. '"'' et qui consiste en un petit » placé au 
dessus du signe vocal hesrah et dlammah, pour indiquer 
que ce signe a le second son, c'est-à-dire, pour le kesrah 
le son e, et pour le dlammah, le son o, en cette manière : 

r f £î f , 

|J «jo rfesa, ^l^p déioâta, ^J> pbhon, ^^ dosa. ** 

Or comme le remarque Robinson ce système peut- 
avoir une très -grande utilité, surtout dans certains mots 
dont l'orthographe est la même, bien que la prononciation 
et le sens soient différents, comme par exemple: P->o*-> din- 

dirg, «mur», et suô denderg, «tranches de viande séchées au 

.'. 9 9 * f i 

soleil??; pjjj bïtrurg «oiseau»" et Pjy bbrorg^ «vendu en 



gros». 



Mais outre l'embarras que ce signe apporte dans 
l'écriture et qui le rend presque impraticable, il reste à 
remarquer que son emploi n'en laisse pas moins subsister 
une difficulté très -grande , puisque les Malais ne sont pas 
d'accord sur le véritable son qu'il faut donner à une syl- 
labe ayant le hesrah ou le diminuait: certains, en effet, pro- 
noncent e ou o, tandis que d'autres prononcent i ou u, et 
c'est là la raison pour laquelle les dictionnaires qui ont 
été faits dans différentes parties de l'archipel Indien sont 
si divergents sur ce point. 

Il faut donc dire qu'il est impossible de donner des 
règles générales pour indiquer dans quels cas les signes 
voyelles doivent avoir le premier son et dans quels cas ils 
doivent avoir le second. 

Ainsi, tant que les Malais eux-mêmes ne seront pas 
parvenus à fixer la prononciation de tous les mots de leur 

* Place située sur la côte ouest de Sumatra. 

** W. Robinson, Proeve tôt ophéldering van de gronden der Maleische Spel- 
ling uit het engelsch vertaald door E. Netscher. Batavia 1855. p. 72, 99 et suiv. 

15* 



228 GRAMMAIRE MALAISE 

langue, il no sera pas possible de faire accorder entre elles 
les diverses transcriptions de l'écriture arabico-malaisc. 

A moins que les malaïsants ne s'entendent pour 
prendre comme base de la prononciation celle qui serait 
le plus en usage dans une contrée malaise déterminée, ce 
qui assurément demanderait de grands travaux et ne 
pourrait être entrepris que par quelque gouvernement y 
ayant un grand intérêt, comme pourraient être ceux 
d'Angleterre ou de Hollande. 

G. 

LETTRES RÉDOUBLÉES, EMPLOI DU JoAli' tcëdul (§ 30). 

Dans son ouvrage sur l'orthographe de la langue 
malaise, W. Robinson* veut que les mots malais de deux 
lettres aient toujours le tesdïd sur la seconde, p. ex.: 31, 
J3, 5s , «J! ? jfc, qui doivent alors se transcrire par adda, 
derri, padda, appa, rnakka. * 

Il n'est pas nécessaire d'avoir beaucoup entendu par- 
ler malais, pour voir au premier abord que cette trans- 
cription est tout à fait contraire à la prononciation de ces 
mots par les Malais même. Aussi Marsden, le professeur 
Pijnappel, Klinkert, etc. n'ont jamais transcrit ces mots 
avec une double lettre. 

Kobinson et les transcripteurs de la Bible qui ont 
suivi la .même règle ** se basent sur ce que la langue 
malaise n'a pas de mot de deux syllabes ouvertes brèves. 

Mais on peut leur répondre qu'ils sont en erreur sur 
ce point: les mots malais cités et beaucoup d'autres sont 
un exemple du contraire. 

:i: W. Robinson, Proeve tôt opheldering van de grondai der Maleiscfte Spel- 
ling, uit het engelscli vertaald do or E. Netscher, pages 187 el L88. 

** Voyez lu transcription de l'ancien testament imprimé h Uaarlcm 
MDCCCLVIII. 



NOTES. 229 

La seule raison qui pourrait faire doubler une 
lettre lorsque la prononciation ne le demande pas, serait 
de rappeler Fétymologie, comme p. ex. : nous écrivons en 
français commode avec deux m, bien que Ton prononce 
comocle. parce que ce mot nous vient du latin commodics. 
Or, cette raison n'a pas lieu pour les mots malais cités, 
qui sont originaire de la langue, et sur la prononciation 
desquels le tesdîd ne pourrait qu'embarrasser et donner 
une fausse idée. 

Le même auteur* et les transcripteurs de la bible 
veulent encore que lorsqu'une lettre se trouve supprimée 
par syncope, le tesdîd se place sur la lettre suivante, p. ex. : 

< Jotlo mennanti, J£tù> jpebbintârgan, O^f^Xi pekkcwjâan, 
pour J^* me -nanti, C$»ùJ> jper-bintârgan , ô^jj per- 
harjâan. Eobinson se base sur ce que cette règle est 
propre à l'arabe et à l'hébreu. 

Il n'est pas nécessaire ici d'examiner, jusqu'à quel 
point cette règle est en usage en arabe et en hébreux, 
et quel effet produit le redoublement d'une lettre dans ces 
langues. Mais ce que nous devons considérer, ici c'est que 
l'écriture arabe a été appliquée à la langue malaise, non 
pour en changer la prononciation, mais bien pour la repré- 
senter, autant que pouvaient le permettre des lettres ren- 
fermant des éléments si étrangers au malais, cela est si vrai 
qu'on a du faire perdre à certaines de ces lettres leur 
valeur, en l'altérant lorsque cela est nécessaire, comme 
cela se pratique lorsque Ton veut appliquer l'écriture 
d'une langue à une autre langue pour laquelle primitive- 
ment elle n'avait pas été faite. Nous en avons des exemples 
dans nos langues modernes d'Europe, qui ont pris leurs écri- 
tures du grec et du latin, mais sans s'astreindre à suivre 

; = : Même ouvrage, page 81. 



230 GRAMMAIRE MALAISE. 

toujours les règles de prononciation ou d'orthographe de 
ces langues. Et. comme le remarque très-judicieusement 
A. B. Cohen Stuart,* rcla prononciation des mots malais 
est indépendante de la grammaire arabe w. 

Du reste, Bobinson lui-même reconnaît que souvent la 
prononciation du tesdïd dans ces cas n'est pas bien distincte : 
certain personnage, dit-il très versé dans les langues. ma- 
laise et arabe, lui a assuré que dans cette dernière langue, 
cette règle avait toujours lieu: mais il avoue toutefois 
qu'il est souvent difficile de rappliquer au malais, et il 
cite pour exemple le mot ^.-^ paj-judï-an, du radical 
^5->f^jûd/\ dont la prononciation avec le tesdïd serait, à 
son avis, non seulement très-dure et très-désagréable à 
l'oreille d'un aborigène, mais encore très - difficile à arti- 
culer. ** : 

Notons ici qu'il s'agit d'appliquer cette règle à une 
langue qui est considérée comme une des plus douces du 
monde. C'est le génie de cette langue de chercher tou- 
jours à adoucir la prononciation, et quand une lettre est 
retranchée, cette syncope a pour but l'adoucissement de 
l'articulation du mot. Nous dirons donc que l'emploi du 
tesdïd, dans les cas ci-dessus, non seulement n'est pas 
reconnu par les Malais, mais encore est absolument contre 
le génie et le caractère de leur langue. 

C'est pour ces raisons que dans cette grammaire eî 
dans notre dictionnaire malais-français nous avons tou- 
jours fait emploi d'une lettre simple, et nous n'avons con- 
servé la transcription de la lettre doublée que pour les 
mots arabes (seulement pour rappeler l'étymologie), ayant 
soin de faire observer qu'ordinairement les Malais les 

aenige opmerkingen en bed&nhing n naar anvl '■' Tiv / à <• proeve tôt ephel 
dering van gronden der maleische spelling, dôor W. Robinson, p. 7. 
::::;: Le même ouvrage, j». *2ô7, *2f>s. 



NOTES. 231 

prononcent comme s'il n'y avait qu'une lettre simple, 
même dans le cas du redoublement. 

H. 

SUR LE SIGNE ORTHOGRAPHIQUE &X* meddoh (§ 29). 

D'après W. Robinson,* I e meddah peut se placer sur 
chacune des lettres faibles, qui dans ce cas se nomment 
x* sJ^ hûruf med, dont la définition en Malais est x» <J^ 

e>lf -Xo «J^. aI^jI e>jl*o &• pjl hûruf med artt-na hûruf yarg lan- 
jut ià-ltu alif dan yà dan wau yarg mâti yarg sa-jerùs bag?- 
ûa baris Lcirarg yarg dahulû-na itû-lâh hûruf med namâ-na, 
vdiuruf med signifie lettres longues, qui sont àlif\ yà et 
■avait, munies à\\n jazam; lorsque ces lettres sont précédées 
••d'une voyelle homogènee, elles se nomment hûruf med jj. 
On a vu dans la grammaire (§ 29) que les Malais ne se 
servent du meddah que pour Y alif. 

Il arrive quelquefois qu'une des lettres nommées 
hûruf med, se trouve entre deux consonnes, dans une 
même syHabe, comme dans »i lcim 1 ** mïm, ôy nûn; alors 
le med est appelé iSj$j-*> ■** med dlarûrl ou »ji x* med lâztm. ** 
C'est-à-dire med nécessaire, ce qu'en Malais on exprime 
par la définition suivante : &>U!j o^> J&ù^* 4> x* ±J^yj> J.*il 

ôJS'pji ±* (j^ 9^J ôb & jCx<^ àLJÏ ob ^Sj^y^ x* S^ï ^° 

^ j£f^* *Lji jL ^ ^Sjjj^ x* *U ^b ^-o 6b ,J^WI Ob ^.W 
apa-bïla ber-temû hûruf med yarg ber-idam seperti el-hnk- 
katu moka di-namâ-i med, dlarûri dân lâzim-lah me-lanjut- 
kan cita, dan ter-kâdarg di-namâ-i med lâzim kârna lâztm 

* W. Robinson, Proeve tôt ophéldering van de gronden der Maleische Spelling, 
uit het engelsch vertaald, door E. Netscher. Batavia 1855. p. 70. 
** Prceve tôt opheldering, etc. p. 77. 



^32 GRAMMAIRE MALAISE. 

me-lanjut-kan dïa itû-làh med dlarûri kârna ka-sakzt-au 
iant ka-sukâr-an mem-bàwa dia seperti hâjjqhu dân atuhâj- 
jûni dân min dâbbatin inï-làh med dlarùri namâ-na maka 
Idzim-lah me-lanjut-kan d?a. -lorsque une lettre hûrufmed 
•*se rencontre entre deux Lettres dans la même syllabe, 
-comme \ dans asUSJ eïhâkkatu] on la nomme med dlarûri, 
^c'est-à-dire med nécessaire, et la syllabe dans laquelle elle 
Kse trouve doit être prolongée. Quelquefois on la nomme 
winedlâzim, eVst-à-diro med indispensable, pour prolonger 
cela syllabe dans laquelle elle se trouve. Un la nomme med 
"dJurûri. à cause de la difficulté qui raccompagne*, comme 
;;dans ts>*\t>* hâjja/iu. J^W atuhâjjûnz et ^b^* min dâb- 
xbatin. Voilà ce que l'on nomme lettre med dlarwrï, 
«laquelle alonge la voyelle de la syllabe dans laquelle elle 
ce se trouve??. 

On comprend que nous n'avons pas voulu embar- 
rasser la grammaire de telles explications et définitions 
qui en malais sont à peu près inutiles: le meddali n'est en 
effet, presque jamais employé par les Malais avec ^ et^. 
et le cas du med dlârûri ne se rencontre en malais que 
dans quelques cas très-rares et exceptionnels, comme dans 
Ob dân et ùj>pùn, vu que la règle générale de cette langue 
est que toute syllabe fermée doit être brève. 

I. 

sur le aIo^ weslali (§ ai). 

Il est à remarquer que, l'inflexion que Ton fait subir 
aux mots ne doit s'appliquer 'qu'aux mots arabes: c'est 
à dire quand tous les mots qui forment l'expression sont 
arabes. 

Et dans ce cas même W. Uohinson remarque que 
l'expression est encore mauvais arabe. Car un arabe 



NOTES. 233 

n'écrirait pas ^\^té kitabu nncibï, *li \ ôyj rasûlu llah, 
mais ^1 <jfé kitâbu nnabiyi, àW J^j rasûlu llaki, avec un 
kesrab sur la dernière syllabe pour indiquer le génitif. 

Du reste, il y a des malais qui ne marquent pas l'in- 
flexion et qui pour le génitif se contentent de suivre la 
règle de leur langue; c'est la pratique qui a été générale- 
ment suivie dans les livres cbrétiens écrits en caractères 
européens; où Ton trouve: rasul allalu l'envoyé de Dieu: 
kuubat allait, le temple de Dieu: ser el-darqjat, le sacre- 
ment de l'ordre. Comme le remarque Robinson, ces expres- 
sions sont du mauvais arabe, et peuvent être néanmoins 
du bon malais.* 

K. 

I alif AU COMMENCEMEMT D'UN MOT. 

W. Marsden dit que : «l'alif au commencement d'un 
mot est bref, à moins qu'il ne soit affecté du signe ortho- 
graphique i meddah, qui marque extension et donne au 
son de la voyelle une longueur double de celle quelle 



l o 



aurait autrement».** 



Cette règle est d'autant moins claire que le même 
auteur dans son dictionnaire ne place le meddali que sur 
un très-petit nombre de mots : or, dans la transcription de 
ces mots, tels que ^\ akir, J\ âpi.J\ âyer , Marsden rend 
Y\ marqué du meddah par ô", pour le distinguer de l'a 
bref qu'il rend par a. 

Mais il rend aussi par â long 11 d'un grand nombre 
de mots , dans lesquels il n'est pas affecté du meddali, 
comme dans cXI àtap, j=J âji. J*l âmok. 

* W. Robinson. Proeve tôt ophel.dering der malaische SjpelHng, vertaald 
door E. Netscher, p. 98. 

** W. Marsden, Grammaire de la langue Malaie, traduite de l'anglais par 
C. G. J. Elout, p. 10, 



234 GRAMMAIRE MALAISE. 

Les traducteurs et transcripteurs de la Bible ne sont 
pas plus clairs: ils écrivent et transcrivent J\ ayer, J\ api, 
Jj'I ânak , ^\ ânjln. Pourquoi cette différence de a et â 
voudrait-elle indiquer deux sortes d'à long? Cela est 
peu probable. 

Mais ni Marsden, ni les traducteurs de la Bible ne 
nous disent dans quels cas alif commençant un mot doit 
être marqué d'un meddali, ni dans quels cas il doit être long. 

Comme les Malais ne se servent presque pas du ived- 
clahj leurs écrits sont à peu près nuls pour établir une 
règle sur ce point. 

Nous croyons cependant qu'on pourrait en établir 
une ou moins pour la généralité des cas. 

Nous ferons d'abord remarquer qu'il ne s'agit que de \'\ 
formant seul une syllabe. Car pour les autres cas, comme 
dans jX-£| argkat, J~»l amhil , etc., la première syllabe 
étant formée par l'I et une consonne est fermée et par 
conséquent brève. 

Or, au commencement d'un mot, l'I formant seul une 
syllabe est généralement long; les seules exceptions sont: 

1° Pour les mots dans lesquels ï\ a été ajouté au radi- 
cal qui était primitivement d'une syllabe, comme dans ^~*l 
amas, x\ anhm\ 

2° Pour les mots formés de deux lettres, parce que Ton 
peut supposer que la seconde est doublée, comme ada 
pour adda, apa pour appa, etc. 

C'est la règle que nous avons suivie dans notre dic- 
tionnaire. Et, dans la pratique, les transcripteurs de la 
Bible ne paraissent pas s'en être beaucoup éloignés, bien 
que dans le texte en caractères arabes ils n'aient placé le 
meddah que sur un très petit nombre de mots. 



NOTES. 235 

L. 

SUR LES FORMES DES VERBES (§ 109). 

Il ne faut pas croire que les formes des verbes que 
l'on rencontre dans les ouvrages de la littérature malaise 
soient les seules usitées, et dont on puisse se servir. Dans 
la conversation et dans la correspondance écrite, on pour- 
rait en former d'autres sans craindre de n'être pas compris. 
C'est, du reste, ce que font les Malais eux-mêmes. Pourvu 
que le dérivé soit formé selon les règles de la grammaire, 
il aura toujours un sens clair. 

Il nous semble que, si les traducteurs de la Bible 
avaient suivi cette pratique, leur traduction y aurait gagné, 
et aurait été plus facilement comprise par les populations 
en faveur desquelles elle a été faite. Car ces auteurs 
n'auraient pas été dans l'obligation de rendre une foule 
d'expressions par cette quantité de mots arabes dont leur 
traduction est farcie, et qui en rendent certains passages 
presque inintelligibles pour la plupart des Malais. 

M. 

SUR LA PARTICULE PRÉFIXE l di\ FORMANT LE PASSIF DANS LES 

VERBES (§§ 169 — 172). 

Cette particule paraît être la contraction de <_$-> dm. 
pour <j\ m. 

On a vu dans le cours de la grammaire (§§ SB, 85, 
167), que iJ ku et £ kaw, contraction dej>l âku et de J^\ 
wykaw , se trouvant sujet d'un verbe, s'unissent comme 
particules préfixes au verbe qui, dans ce cas, doit avoir 
la forme passive. 

^ di préfixé joue donc pour la troisième personne le 
rôle de ^J hu et $ kaw . pour la première et pour la 
seconde personnes. 



236 GRAMMAIRE MALAISE. 

Tl répond à notre pronom indéfini on ou quelqu'un. 
cA$j> di-kâta -se traduira donc correctement par «est dit, 
est dit par quelqu'un, on dit??: J^U^^Cl ïkan di-makan, se 
traduira par «le poisson est mangé par quelqu'un, par 
on-n, si nous considérons Je verbe par rapport au régime, 
comme le font ordinairement les .Malais; et se traduira 
par «on mange le poisson, quelqu'un mange le poisson-. 
si nous considérons le verbe par rapport à son sujet, 
comme cela a ordinairement lieu dans nos langues et dans 
nos idées européennes. 

N. 
sur le mot x> yary. 

H y an Ji j oue en même temps le rôle d article (§ 56) 
et de pronom relatif (§§89. 260). Ce double pôle se trouve 
en liébreu pour le pronom lew asher. rrnK idk rrna ou, je 
suis qui suis, pour dire je suis l'être (par excellence). 

En latin on traduit par ego sum qui sum : parce que la 
langue a bien plus de flexions; mais dans la phrase qui 
pater est nuptiœ dewonstrant, «qui?? semble être un véritable 
article, le père est prouvé par le mariage. C'est «Jl* £> yary 
ùajja, qui veut dire aussi bien le père que celui qui est 
père. 



TABLE DES MATIERES. 



Page 

Préface I 

Introduction V 

1° Du mot malayu (malais) VI 

2° Du mot Jaici VIII 

Ancienneté de la langue malaise X 

Caractères de la langue XIII 

Des différentes sortes de styles XIV 

Des dialectes XVI 

Affinités entre le malais et l'hébreu XVIII 

Des langues polynésiennes XXI 



GRAMMAIRE. 



PREMIERE PARTIE. 

DES SONS ET DES ÉLÉMENTS DE L'ÉCRITURE. 



CHAPITRE PREMIER. 

DES SONS 2 

I. Des voyelles 3 

II. \)e l'aspirée 4 

III. Des semi-vo3*elles id. 

I V . Des consonnes 5 

CHAPITRE SECOND. 

DES ÉLÉMENTS DE I/ÉCRITURE. 

I. Alphabet arabico-malais 7 

Eléments malais 10 

Éléments étrangers 13 



238 TABLE DES MATIÈRES. 

Tage 

II. Division et emploi des lettres 17 

III. Des voyelles 20 

IV 7 . Des signes orthographiques 24 

Du ij^jazam ici. 

Du A.X© vieddah 2f) 

Du -Xj-X-Ij lesdïd i,l. 

Du à)-oj weslah 27 

Du &jo& hamzah 28 

Du Ja£] aujka. ;}fl 

V. Des syllabes 3 1 

VI. De l'accent 34 



SECONDE PARTIE. 

DES MOTS. 

CHAPITRE PREMIER. 

DE LA FORME DES MOTS. 

I. Des radicaux ;;<; 

II. Des mots dérivés 11 

I. Application des particules id. 

1° Particules préfixes id. 

2" Particules suffixes I ('. 

IL Réduplication du radical 50 

1" Radical isolé 51 

2° Radical avec une particule préfixe id. 

3" Radical avec une particule suffixe 52 

III. Réunion de deux mots 54 

CHAPITRE SECOND, 

DU SENS DES MOTS (PARTIES DU DISCOURS). 

I. Sens des radicaux 55 

II. De l'article 58 

III. Du nom :>«> 

I. Des noms simples id. 

IL Des noms dérivés 00 

t. 

1" Noms formés au moyen de la particule préfixe ^J pe id. 

2" Noms formés avec la particule suffixe Oc an G2 



TABLE DES MATIÈRES. 239 

rage 

oms venant de verbes d'action 62 

Noms venant d'adjectifs ou verbes d'état 63 

Noms venant d'autres noms id. 

3° Noms formés avec les particules préfixe *~J pe et suffixe ô«- an . . . 6-1- 

Noms venant de verbes d'action id. 

4° Noms formés avec la particule préfixe JJ ha et le suffixe ô r " an . 66 

Noms venant de verbes d'action id. 

Noms venant de verbes transitifs id. 

Noms venant d'adjectifs ou de verbes d'état 68 

Noms venant de noms ou d'adverbes id. 

III. Du genre -. id. 

IV. Du nombre 69 

V. Des cas 70 

VI. Des numéraux ou numératifs 71 

VII. Des noms de nombre 74 

1° Nombres cardinaux 75 

2° Nombres ordinaux , 77 

3° Noms de nombre fractionnaires 78 

4° Nombres multiples 79 

5° Noms de nombre collectifs 81 

IV. Du pronom 82 

I. Pronoms personnels 83 

1ère Personne id. 

2 ème personne 85 

oème Personne 88 

II. Des pronoms relatifs 89 

III. Des pronoms possessifs ....'. 91 

IV. Des pronoms démonstratifs id. 

V. Des pronoms interrogatifs id. 

VI. Des pronoms réfléchis 92 

VII. Des pronoms indéfinis 93 

V. De l'adjectif 94 

I. Des adjectifs déterminatifs 94 

1° Adjectifs possessifs 95 

2° Adjectifs démonstratifs > 96 

3° Adjectifs interrogatifs 97 

4° Adjectifs indéfinis id. 

II. Adjectifs qualificatifs 98 

1° Positif - id. 

2° Comparatif ... 99 

3° Superlatif , id. 

VI. Du verbe 100 

I. Formes des verbes , id. 

l ère Forme, ou racine 102 



240 TABLE DES MATIÈRES. 

Page 

Verbes substantifs 103 

Verbes d'état 104 

2<-mr p orme: Verbes d'état ou neutres 105 

Verbes venant de noms 107 

Verbes venant d'adjectifs 109 

Verbes venant de radicaux qui ont un sens verbal et pouvant 

devenir verbe d'action par la particule préfixe p me id. 

3 ème Forme : Verbes d'action 111 

T "" Forme: Verbes transitifs 114 

5« nie Forme : Verbes causatifs 117 

1° Venant de substantifs id. 

2° Venant d'adjectifs ou de verbes d'état 119 

3° Venant de verbes d'action id. 

4° Venant d'adverbes 123 

De la particule préfixe .^ per, dans la formation des verbes 124 

(jèmo Forme : Verbes fréquentatifs 12$ 

7 ème Forme: Verbes réciproques 127 

gÈme p orme 12 8 

II. Du passif dans les verbes 129 

1° Passif radical id. 

2° Préfixe ï di 132 

3° Préfixe^" ter 135 

4° Préfixe ^J ka, et suffixe ô*- an, ou participe passé pris substan- 
tivement 138 

III. Modes et temps des verbes 141 

1° Des modes 142 

1° Indicatif id. 

2° Impératif id. 

3° Subjonctif 144 

4° Optatif 145 

5° Vétatif U6 

6° Interro<ratif 147 

2° Des temps 148 

1° Présent . id. 

2° Passé id. 

3" Futur 150 

4° Imparfait 151 

5° Plus-que-parfait id. 

0° Conditionnel id- 

7° Conditionnel passé id- 

8" Participe présent 152 

VII. Des adverbes M. 

1° Adverbes de temps 154 

2° Adverbes de lieu 155 



TABLE DES MATIÈRES. 241 

Page 

3° Adverbes de quantité 156 

4° Adverbes d'affirmation id. 

5° Adverbes de négation 157 

6° Adverbes de manière . id. 

VIII. Des prépositions 158 

IX. Des conjonctions 163 

X. Des interjections 173 



TROISIEME PARTIE. 

DE LA SYNTAXE 175 

I. Syntaxe des noms id. 

IL Syntaxe des pronoms 178 

III. Syntaxe des adjectifs 179 

IV. Syntaxe des verbes 182 

V. Syntaxe des adverbes 187 

VI. Syntaxe des prépositions 188 

VIL Syntaxe des conjonctions id. 

VIII. Des particules 191 

1° Préfixes id. 

2° Suffixes 192 

3° Emploi de deux particules 194 

4° Interfixes id. 



APPENDICE. 



DE LA POESIE MALAISE 195 

I. De la mesure 196 

II. De la rime id. 

III. Le pantun 200 

IV. Autres espèces de poésies 203 

1° Le tSy** mesnawi, ou poésie laudative .... id. 

2° Le pvj rubâi, quatrain; espèce d'épigramme 204 

3° Le Jj£ gazél 205 

4° Le ixkû Jcitat 206 

5° Le Jh^ tahUJ. hymne id. 



16 



242 TABLE DES MATIÈRES. 

NOTES. 

Page 

A. Mots répétés 209 

B. Nasale que s'adjoignent les parricules préfixes » me et c-? pe 212 

C. Des lettres ^ et j 216 

D. Sur les noms de nombre 218 

E. Sur la prononciation des palatales p^ xa, p- ja et e> va . . . 222 

F. Sur les deux sons des signes voyelles 225 

G. Lettres rédoublées, emploi du JuJJtJ /esdïd 228 

H. Sur le signe orthographique ôJu> meddah 231 

I. Sur le àLoj weslah .' 232 

K. 1 alif ou commencement d'un mot 233 

L. Sur les formes des verbes 235 

M. Sur la particule J di id. 

N. Sur 9& yairj article et pronom relatif 230 



FIN DE LA TABLE DES MATIERES. 



( 



^^ 



LT 



^-jiL« ^Lj^ ^j 



GRAMMAIRE 

DE LA 

LANGUE MALAISE 



PAR 



L'ABBÉ P. FAVRE, 

MISSIONNAIRE APOSTOLIQUE, 

ANCIEN MEMBRE DE LA CONGREGATION DES M. E. EN MALAISIE. 

PROFESSEUR DE MALAIS ET DE JAVANAIS 

À L'ÉCOLE SPÉCIALE DES LANGUES ORIENTALES VIVANTE?. 

CHEVALIER DE LA LÉGION D'HONNEUR, 

OFFICIER D'ACADÉMIE, ETC. 




^X3 ^jJ à1$X*> 



*j 



Que sa langue soil éloquente 
E> qu'il soit rempli de sagesse. 
(.IL R. 145.) 



VIENNE. 

IMPRIMERIE IMPÉRIALE ET ROYALE. 
MDCCCLXXVI. 



PAKIS, MAISOîWEUVE ET CIE, QUAI VOLTAIRE 25. 



L'ABlit 

P. FAVRE. 



>>> 

GRAMMAIRE 

DE LA 

LANGUE MALAISE. 



Prix : 

15 Francs. 



1876. 



3> > > > 

>-> v > y 



» î ) > 



> ■> > > ï» 

*> > > . > > 3 

'••> - > • »>" 



> 3 ;x>. )>> 



«^P*> 



>2* "S> 



.> >S>) ^ 






;> os» > 



:> ^3 >ïx 






^?^ 



>>)> SbY^W^i^ 



> > 



> > >> 



1>) o 

> - « > 

) ) /> 
> > 



> > > 

> >» ) & 

>» » > >, 

» >') i 



> l> > 3>» . 

i ~> 3> 3ï>> .b 

> >> 3K»1S> 3 y 

> •> > >>-» ,5a» .. ":>-> : 

303> >^>^ 3 > 

) > > >•>>» 3> 



33g> -3333 3 

^ 3V> 3 

31E> ZX3»I> 



3$>3 

p»31>3 

3033 3 

■j > ■ ;■> .. T> > . 



-*'?J> 


>2» 3 > 


; 33>^ 

~& > > 


^ 33 : 


■jfc' 


L>» 3> 


d^v> ) 


:?X>* :>> 




^ SS 


32I>> 




-■■ > 




33D> 


o^Si 3J> 


> *> > 


> r> 


3» 


")jfJ30^ • D» 


3>Ê>: 


»M> 3 


38»>^ 


332E> > 


>»,:>. 


Dgjfê> 3> 


>>.■ E> :- 


i 7^» 


">1S>^ 


3SE£> r% 


»j j>0 


3m> p 


g§S>3) 


03B£> - ?» 


>,-. 3 ;> 


^^B 4 


"^D' 


)iœ) f 


.»3> 


g 3 > 


LIÏSÎ>> "3>j 


>7361Pfcr> 3 


O 


»3«[>. g 


>^>>/-; 


»ongr> 



> 33<i>> ^ 

• 33i» 

— :> >>» — - 

7s^>> '•— 
3^E»> ^ 

I>31>3 

3^3 

3Q»3 

3>3 3~3> 

3>-3>s>~r- 



>> 3 ^S> ^> 



>>3v-: 

> » 3» 

3>S>3 zr 

> 13» - 

> >5> 3 > 

3)3)33 



3J8K> 



»>rai5) 



ï93> : 3; 



33 3> ^> D 

^»X> 3 > 

3>^> 3^> 

33 3> 3^> 



>3JOii 

> >W5 



3:3» 

i>^3> 



3 Z> 



L>3 



P> 3 3 &> -=2 



»>l>33 > > 
3Ȕ>^ ^ 



3^3>â>> :: 

: 3«p^L> _ 

3K^> 3>Ç> 
3*MO> 33 3 



»"^5>jTi 3*2> ■ -^ 



)) JP33»> 
) ~^3> O 
33 33 

»3"»r>^ >!g>, 

3 33 D)£) ^ 3SL^ 



3> 3311 

3> 3 

3£> 2> >S7 



s 


> :-> 


» D 


') 


3 


» D 


)'J 


3> 


J>J) o. 




_7> - 


^»^ o 




O 


3E3 B> 




> 


30 ^ 


• 


3 


>7> ^ 




> 3 


►> ^> 




3 


3> 3> 




■> . : 


»e ~* 




3 


33> />> 




> 


^»^> rs 


> : - 


3 


3> 3 


> 


> 


^»3> W 


2> ■ 


3 


33 31 



sl^^>3» 3>^> 

32>;333 
^3^ -^> 



^>^ 33 3 

>^ 33 y 



33 33,:3>IT> ^> > 



3^i553^Bffii 



.3>^)3