Skip to main content

Full text of "Le roman de Flamenca; publié d'après le manuscrit unique de Carcassonne"

See other formats


; 



■ 



<^fc 









*& 

&* «* 









T* ' **'"' 






.•.:■:•.••-■ 


•■>r t cvj 



U\'Ov>0 



LE ROMAN 



FLAMENCA 



TOME PREMIER 



LE ROMAN 



DE 



FLAMENCA 



D APRES LE MANUSCRIT UNIQUE DE CARCASSONNE 
TRADUIT ET ACCOMPAGNÉ D'UN VOCABULAIRE 

Deuxième édition entièrement refondue 

PAR 

Paul MEYER 



MEMBRE DE L INSTITUT 



TOME PREMIER 




3 






PARIS 
LIBRAIRIE EMILE BOUILLON, ÉDITEUR 

67, RUE DE RICHELIEU, AU PREMIER 
I9OI 



AVANT-PROPOS 



La première édition du Roman de Flamenca parut 
en i86j. A cette époque, les études provençales, fort 
délaissées cbe\ nous depuis Raynouard, étaient loin du 
degré d'avancement qu'elles atteignent aujourd'hui. Une 
grande partie de la littérature était inédite ou ne pou- 
vait être étudiée que dans des éditions partielles et 
incorrectes ; les seuls secours pour l'interprétation des 
textes étaient le Lexique Roman de Raynouard, bien 
incomplet comme on sait, et quelques publications de 
Bartsch. La première édition d'un poème publié d'après 
un manuscrit unique et souvent corrompu devait néces- 
sairement se ressentir de ces conditions défavorables. 
Mais il y a plus : cette édition n'avait pas été conduite 
au point de perfection relative que comportait le temps 
où elle parut. Par suite de circonstances qu'il importe 
peu défaire connaître, je n'avais eu, au mois d'octobre 
1862, qu'un temps fort limité pour faire la copie du 
manuscrit, et c'est seulement l'année suivante, Vimpres- 
sion déjà avancée, qu'il m'avait été possible de retourner 
à Carcassonne pour collationner les feuilles tirées et la 
copie non encore imprimée avec le manuscrit dont la 
communication à Paris m'avait été refusée. Malgré 
une révision attentive, dont les résultats sont consignés 



II AVANT-PROPOS 

dans un trop long errata, il resta dans ma première 
édition un nombre considérable d'incorrections (Jautes 
de lecture ou de ponctuation, fautes du manuscrit non 
corrigées ou mal corrigées, etc.), qui nuisent singulière- 
ment à l'intelligence du poème. Toutefois, le Roman 
de Flamenca reçut un accueil favorable. Des critiques 
autorisés l'examinèrent avec une scrupuleuse attention 
et proposèrent au texte nombre de corrections, dont 
beaucoup ont été confirmées par un nouvel examen du 
manuscrit l . Le livre finit par s'épuiser, et la librairie 
qui avait fait les frais de la première édition voulut 
bien se charger d'en publier une seconde, fe m'estime 
heureux d'avoir pu, après trente-cinq ans, refaire 
l'œuvre principale de ma jeunesse, et j'ai l'espoir que 
la seconde édition, publiée dans de meilleures conditions 
que la première, sera plus digne d'un poème que je 
regarde comme l'un des joyaux de la littérature du 
moyen âge. 

Cette seconde édition n'est pas seulement revue et cor- 
rigée, elle est entièrement refaite. Matériellement elle 
se distingue de la précédente en ce qu'elle formera deux 
volumes. Le premier, aujourd'hui publié, contient le 
texte et le vocabulaire, le second renfermera l'introduc- 
tion, la traduction et une table des noms propres. Plus 
heureux qu'en 1863, j'ai pu obtenir le prêt du manu- 



1. Bartsch, dans le Jahrbuch f. rom. u. cngl. Literatur, VII, 
{1866), 18S-205 ;Mussafia, ibid., VIII (1867) 113-119; Tobler, 
Gôttingische gelehrte Anzeigen, 1866, pp. 1767-1790 ; Cbabaneau, 
Revue des langues romanes, 2' série, 1(1876), 24-)$. 



AVANT-PROPOS 111 

scrit pendant la correction des épreuves, et il n'est 
aucune page qui riait été collât ionnée à plusieurs 
reprises. Toutes celles des particularités graphiques 
qui ne pouvaient être conservées dans le texte ont été 
indiquées en note ; toutes les difficultés de lecture ont 
été signalées. Il reste encore des passages douteux ou 
même manifestement corrompus : je les ai relevés soit 
dans les notes, soit au glossaire, mais je crois avoir fait 
rendre au manuscrit tout ce qu'on en pouvait tirer. Je 
m'en suis tenu, sauf en des cas assez rares, à la leçon 
de ce manuscrit, et n'ai point tenté de régulariser la 
graphie. Je montrerai, dans l'introduction, que toute 
tentative en ce sens aboutirait à des résultats arbitraires, 
l'auteur ne se faisant pas scrupule d'employer — ses 
rimes le montrent — des formes divergentes ; et d'autre 
part la graphie du copiste est en elle-même intéressante 
et méritait d'être conservée. 

Le vocabulaire, qui n'était cependant pas la partie la 
plus défectueuse de la première édition, a été entière- 
ment récrit. Il ne comprend plus seulement les mots 
omis ou insuffisamment expliqués par Raynouard : dis- 
posant cette fois de plus d'espace, j'ai voulu dresser le 
dictionnaire de la langue du poème. Naturellement 
tous les mots n'y sont pas, et je n'ai pas non plus jugé 
utile de relever tous les passages où chaque mot figure, 
mais je ne pense pas avoir rien omis d'essentiel. Ce 
vocabulaire occupe pi-us du quart du volume. Il eût été 
abusif de le faire plus long. 

Obligé de faire tenir le texte et la traduction en un 
volume, j'avais dû jadis écourter notablement la ira- 



IV AVANT-PROPOS 

duction, surtout vers la fin. Cette fois on aura la tra- 
duction complète. 

La partie la meilleure de la première édition est le 
commentaire joint à la traduction. On ne m'accusera 
pas d'outrecuidance si je dis que ce commentaire dépas- 
sait sur beaucoup de points Vétat des connaissances 
acquises à V époque où il a paru : après plus d'un tiers de 
siècle, je me sens très capable de juger mon premier 
travail avec une entière impartialité. On retrouvera, 
dans le second volume, ce commentaire augmenté en 
certaines parties, car j'avais laissé sans note plusieurs 
passages intéressants, notamment dans V ènumération des 
contes et poèmes récités aux noces d'Archambaut, mais 
abrégé en d'autres, car beaucoup de notions que j'avais 
dû, en i86j, exposer avec détail, sont maintenant 
entrées dans le domaine commun de la science, et 
peuvent être résumées brièvement. 

Flamenca est un roman de mœurs auquel rien 
ne peut être comparé dans l'immense littérature roma- 
nesque du moyen âge. C'est l'œuvre d'un homme d'in- 
finiment d'esprit et d'un esprit très supérieur à son 
temps. Il se peut que cette supériorité même ait nui 
au succès du roman, dont les qualités de fine observa- 
tion et de narration élégante ne pouvaient être appré- 
ciées que du petit nombre. Personne, au moyen âge, 
n'en a parlé, et on n'en connaît qu'un seul manuscrit. 
Peut-être la présente édition contribuera-t-elle à lui 
valoir la place éminente qu'il mérite d'occuper dans l'his- 
toire littéraire. Son principal défaut est de nous être par- 
venu très mutilé, puisque le manuscrit de Carcassonne a 



AVANT-PROPOS V 

perdu plusieurs feuillets, notamment les premiers et les 
derniers. Je souhaite, sans beaucoup l'espérer, qu'un 
futur éditeur réussisse à en trouver un manuscrit com- 
plet ». 

Novembre iŷoo. 



I. Pour qu'il ne manque à cette nouvelle édition rien de ce que 
renferme la première, je joins ici la dédicace par laquelle, en 1865 , 
j'offrais à mon ancien maître Fr. Guessard (•{• 1882) l'hommage de 
mon travail. 

Al valent et onrat. En F. Guessart, de part Paul Meyer, lo 
sieu discipol, salutz corals et en totas res obezir. 

Bel senher maestre, pos de la vostra onor m'avetz tal fieu 
donat qu'ieu melhor non quier, so es la conoissensa del parlar 
proensal, ben es dreitz e razos qu'ieu vos en renda las merces eus 
en fassa bon servizi, si com hom deu far a son leial senhor. Eper 
so car plus cortes message nous poiria mandar, vos ai tramesa Na 
Flamenca, que ben es tais que gen vos sabra proferre lo mieu 
homenage. Araus prec, bel senher, quel vulhatz grazir e la mes- 
satgeira aculhir, per amor celui que vos es toz aclis. 

Fâcha a Paris el mes de mai MDCCCLXV. 



Si 



S 



9 



I- 



LÉ 




mu 

A HP. 

fc 1 * - e 




.e t 



*\ 



ÎSilî 

<} s 2 £ <~ c 

l'B* S si 



"** 



LE ROMAN 

DE FLAMENCA 



(*) 

« Poissas lur di[s] tôt en apert : (fol. 2) 

« Vostre cor nom tengas cubert, 

« Mais digas mi : si Dieus mi dona 

4 « Un'aventura que m'es bona, 
« Non sabra bon a totz ensems? 
« Ieu ai désirât moût lonc temps 
« Cap N'Archimbaut agues paria, 

8 « Ar son vengutz d'en lai al dia 
« Ques el la quer e la demanda : 
« Per son anel dominim manda 
« Que Flamenca penra sim voil. 
12 « Moût i faria gran ergueil 
« S'ieu d'aizo dizia de no. 

(*). Du premier feuillet il ne reste que le coin supérieur engagé 
dans la reliure. Sur ce débris on lit ces débuts de vers : 

Sa colors 

Ane d 

Nat 

Ab 

C 

i. tôt, ms. ton, corrigé en tôt, le second jambage de l'a étant 
exponctué. — 2. nom, ms. nô. — 10. dominî. 

T. I 1 



2 LE ROMAN 

« D'autra part le reis mi somo 

« Que, sim plaz, ma fillapenra, 
té « Per autra non la laissara ; 

« Mais aissom par causa trop brava 

« Si Flamencha deven esclava : 

« Mais voil que sia castellana 
20 « E qu'ieu la veja la semana, 

« Ol mes o l'an, una vegada, 

« Que fos reïna coronada 

« Per tal que non la vis jamais. 
24 « Ane paires tan gran mal [non] trais 

s Per sa filla con ieu trairia 

« S'en aisi tostems la perdia. 

« Pero vostre sen m'en digas. 
28 — Sener », fan s'il, « mais tan vos plaz, 

« A N'Archimbaut nous deves fener ; 

« Meller cavalliers nom pot cener (v°) 

« Espaza tan quan durai monz ; 
32 « De totz mais aips es sos cors monz. 

« Lo cors nos o dis et amors 

« Mais vos faria de socors 

« En Archimbautz, s'ops vos avia, 
36 « Quel reis Esclaus nil reis d'Ongria. 

« Pero a madonan parllaz 

« Et a Flamenca o demandaz, 

« Quar ben es tais qu'e son talen 
40 « Sap esgardar razon e sen ; 

« E tut nos autr'issir nos n'em ; 

27. Mais pero. — 50. cener, ms. sener. — 33. nos, le ms. 
porte plutôt uos. — 34. vos, ms. nos. 



DE FLAMENCA 3 

« Fors el palaiz vos attendrem. » 

Le coms fes sa mollier venir, 
44 Flamenca non i vole giquir ; 

Dedins la cambra son vengudas, 

Dejosta lui son assegudas. 

« Domna », fai s'el, « mestier avem 
48 « De penre conseil si podem. 

« Vos avez [ben], som eug, auzit 

« Quel rei pot aver per marit 

« Ma bella filla qu'es aici ; 
52 <c Gran honor nos fai, sous afi, 

« Car per mollier penre la deinna. 

— Sener », fai s'il, « glazis m'esteinna 

« S'ieu ja o voil ni o voirai! 
56 « Car m'o dizes trop m'en esglai ; 

« Yolrias donc qu'ieu tramezes 

« La ren del mon c'al cor plus m'es? 

Lacune d'un feuillet. 

Ben valc una rica ciutat. (fol. 3) 

60 Hanc mais un jorn non repauseron 

Tro a Borbo ; aqui troberon 

N'Archimbaut a cui moût pezava 

De Robert car tan demorava. 
64 Et quant lo vi fort s'alegret, 

Del comte Gui e demandet 

49.som,w!i.son. — 51. aisi. — 56. esclai. — 65. comtes Guis. 



+ LE ROMAN 

E de Flamenca atressi. 
Cascuns dels cavalliers plevi 

68 Que Robert [z] non diz lo cente 
De la beutat qu'il a en se. 

Quant an comtat tôt quant an fah 
« Certas », fai s'el, « si a bon plag ; 
y 2 « Tôt l'atendrai, ren non er meinz. 
« Robert, ben par que no t'iest feinz, 
« El cavallier n'auran bon grat 
« Car tan ben t'i an ajudat ; 

E, part lo grat, si Deus bem do, 
« N'auran, s'ieu pose, bon guizardo. 
« Mais le ternies mi par ben prop ; 
« Jes non a ops que i ponhem trop 
80 « En querre so quens a mestier. 

« Dimenegue movam [de] prum[i jer ; 
« Cent cavallier serem, ses plus, 
■ Qu.itr'escudiers aura chascuns; 
84 « Nos tuit portarem un seinal, 
«ET escudier seran eeaJ 
« E de vestirs e de joven, 
« De bons aips e d'e"n]senhamen. 
« Armas de fer et entresein >], froS 

« Sellas et escutz de nou teinz, 
« D'un semblan e d'una color, 
« Portarem tut, e l'auriflor. » 
9- Zo en sa captai senhera 

76. bem, m. ben. _ So. querra. _ 85. Eh escudiers. _ 

i. armatz. 



88 



DE FLAMENCA 



Qu'aïs torncis anava premiers. 
« .L. saumicrs nos an ops, 
« E ja negus non sia clops. 
96 « Non vol negus troticrs i an.., 



Quant ac son affar establit 

Robert[zJ no mes ges en oblit 

Al comte nos n'an us messages. 
100 Ben saup las vias els passages, 

Tro a Nemurs non s'es tarzatz; 

Savis fon et enrasonatz, 

Al comte dis so que dir dec ; 
104 El coms per autre non s'en plcc, 

Qu'el eis o comtet a son fill, 

E diz : « Bels fils, bem meravill 

« S'ar nons coven faire gran cort ; 
108 « Termen avem petit e cort, 

« Qu'En Archimbautz dis que venra ; 

« Ja .xv. jorns non tarzara. » 

El filz respon : « Nous esmagues, 
112 « Bel sener paire, pro aures; 

« Assaz podes donar e mètre ; 

« Ja nulla ren nous cal prometre : 

« Assaz aves argent et aur. 
116 « Eu vi l'autre jorn lo thesaur : 

« De .v. anz en sa es cregutz (fol. 4) 

« Tant que ja non er despendutz. 



96. Il manque au moins un vers après celui-ci. — 104. coms, ms. 
comtes. — 108. Il y a bien Tcrmcn avem et «on Terme navem. — 
m. Els f. 



6 LE ROMAN 

« Si co[m] ma sors es la belaire 
120 « Del mon, e la plus de bell'àire, 
« Aisi coven tal cort fassam 
« Que non fos tais de sai Adam. 
« Trastotz vostres amix mandatz 
124 « Es als enemix perdonatz. 
« Non sai d'aici en Alamainna 
« Negun baron que ja i remainna, 
« Qu'a cesta cort non venga tost 
128 « Plus volontiers non fari'en ost. 

— Bels filz, per Dieu, not sia pena, 
« Tu o fai tôt e tu o mena ; 

« Eu vol que sias pros e lares : 
132 « Quit quer .c. sols dona .x. marcs, 
« Qui t'en quer .v. dona l'en .x. ; 
« Aisi poiras montar en près. 

— Sener, letras fassam e breus, 
136 « Messages mandem bons e leus, 

« Qu'a cesta cort vengan ades 

« Cil que son de luein e de près. » 

Abtan mandan .v. messagiers : 
140 Salamon ac nom le prumiers, 

L'autre Guiot, l'autre Robi, 

L'autre Girat, l'autre Coli. 

Cist an en .vu. jorns tant anat 
144 Qu'en tôt Flandris non an laissât 

Negun baro, ni duc ni comte, 

131. Aici. — 125. aisi. — 128 Suppr. non ? — 131. que ajouté 
en interligne. — 135. Grands capitale à revers. — 140. prumeirs. 



DE FLAMENCA 7 

Non l'aian fag razon e comte (v°) 

Consi a venir s'aparella 

148 Tais cortz ques anc non ac parella. 
Sos amix mandai coms e prega, 
Als enemix fai paz e trega 
Per so que neguns non reteinna 

152 Que cascuns a sa cort non veinna. 

Anc Archimbautz ges non retenc : 

Très jorns avant lo terme venc ; 

Gen fon acullitz et onratz 
156 E per tôt.'? « bels sener » clamatz. 

Moût i a gran honor conquista, 

Mais, pois quez ac Flamenca vista 

Quel cor el cors l'a enflamat 
iéo D'un foc amoros, arosat 

D'una douzor aitan suau, 

Que tôt lo fuec el cors l'enclau, 

Que nuilz semblanz non par defors 
164 De la calor que sufr'el cors, 

Qu'el art dedinz e defors trembla ; 

E per so ges nom par ni sembla 

Que de calor sia sos mais ; 
168 E pero si fora mortals 

S'aitan tost non agues mescina ; 

Mais el la trobet bon'e fina, 

Cal penre non fon ges amara, 

147. s'apparellon. — 151. non, ms. nons, Vs expotutuce. — 
153. Ans. — 159. duel, corr. Lo ? — 160. amorosos. — 163. non 
ounom, ms. nô. — 164. sufril. — 166. ges.wi. ques. — 169. aques. 
— 171. penre ms. prenre, la première r exponctuce. 



S LE ROMAN 

172 Anz si fon si douza c si clara 

Qu'el mon non es nuilz homs tan sans 

Que non degues voler quels mans 

Els pes agues totz amortitz (fol. 5) 

176 Tostems, sol un jorn fos garitz 
Per medicina tan veraia. 
Enz Archimbautz forment s'esmaia, 
Sil destreinh l'amoros consires ; 

180 Granz pénal fon e granz martires 
De l'esperar tro al dimenegue. 
Ben volgr'aver abbat o clergue 
Que lail des lo venres ol sapte : 

184 Si per compra ni per acapte 
Pogues trobar tal indulgenza, 
Del pagar non volgra crezensa. 

L'endeman de [la] Pantecosta 
188 Dreg a Nemurs li cortz s'ajosta 

Bêla e rica e pleniera. 

Ane [mais] negus hom non vi fiera, 

Ni a Liniec ni a Proïs, 
192 Que i agues tant e var e gris 

E drap de seda e de lana. 

Tut li rie home, per ufana, 

De .viij. jornadas enviro 
196 I vengron cascuns per tenzo. 

Tant i ac comtes e comtors 



172. On pourrait supprimer le premier si. — 175. aques tostz. 
- 190. negus ws,. nuils. — 192. vars. 



DE FLAMENCA 9 

[E] dominis e vavassors 

E d'autres barons rix e pros, 
200 Que cascuns [es] de près coitos, 

Qu'en la vila non lur aùnda. 

De torn en tom, a la redunda, 

Per miei la bêla pradaria 
204 Cascus perpren albergaria. (v°) 

Assaz i ac tendas e traps 

Et alcubas de divers draps 

E paballos de manta guiza 
208 Que non temon pluja ni biza ; 

De cruecs, de blancs e de vermeilz 

N'i ac plus de .v. cens pareils ; 

Las aiglas son els poms dauratz, 
212 E cant es le soleilz levatz 

Flameja li ribeira tota. 

De juglars i ac tan gran rota 1 

Que, si fosson tan rie de cor 
216 Con las paraulas son defor, 

Cavalgar pogran a Domas. 

Ane en la villa non remas 

Bona rauba que lai non fos ; 
220 E qui la vole aver en dos 

Aver la poc, sol disses tan : 

« Daus part lo comte la deman. » 

Trop fo li cortz ben establida ; 
224 Per ries si ten qui plus envida 

198. valvassors. — 205. traps, ms. draps. — 216. pauraulas. 



10 LE ROMAN 

E qui plus conducha ni gasta; 

Cascuns s'esforsa e s'azasta 

De dar a celz que penre volo. 
228 Genz non son cortz aitals com solo ; 

Breumen s'en passa hom aora, 

Per que vai Près a mala ora. 

Non es meravilla neguna, 
232 Car totz le monz trai a la una. 

Sabez cals una es aquil ? (fol 6) 

Malvestatz c'a mes en essil 

Valor e so qu'a leis s'atain ; 
236 Près es mortz e Jois sos compain. 

— E Deus ! per que ? — Deu ! car Vergo[i]na 

Mor cascun jorn. — E non la poina 

Donchas de garir Conoissensa? 
240 — Per Dieu ! non ges, car benvolenza 

Non es oi res mais fins baratz, 

Car, si conseil neis demandatz, 

Non trobares qui jal vos don 
244 Si non i conois lo sieu pron, 

01 pron ques es de son amie 

Ol dan qu'es de son enemic; 

Per son fail qui joven capte. 
248 No m'o cal dir, cascus o ve 

C'Amors deebai e tel cap morn ; 

Pero a mas novas vos torn. 

Al dimenegue, lo ben mati, 
252 En Archimbautz, que non dormi 

22$. easta. — 228. com, ms. cô. — 234. ecil. — 236. com- 
pains (cf. v. 872). 



DE FLAMENCA II 

Très sers avia ja passatz, 
Si fon vestitz ja e causatz, 
Quan le coms a la cambr'intret ; 

256 De part Flamenca saludet, 

Et el respon : « Bel sener, Deus 
« Vos don tal gauh con es le mieus 
« Quan vos Flamenca mentaves. 

260 — Levas d'aqui, si la venes 

« Doncas vezer dedinz sa cambra ; 

« Assas lai a musquet et ambra (v°) 

« Et autras joias queus pot dar. 

264 — Sener, si lam voles menar, 
« Ane tan volontiers non anei 
« E negun luec, pos mi nasquei. » 

Le coms lo près per miei la ma, 

268 Ab lui vas la cambra s'en va 
Et a Flamenca lo présenta. 
Non fes semblan que fos dolenta, 
Mas un pauc estet vergonosa. 

272 Le coms di[s] : « Veci vostr'esposa, 

« N'Ar[c]himbaut, sius plas, prendes la. 

— Sener, si en leis non rema, 

« Ane ren tan volontiers non pris. » 

276 Adoncs li piucella somris, 

E dis : « Sener, ben faitz parer 
« Quem tengas en vostre poder, 
« Qu'aissim donas leugeramen ; 

269. afflamenca. — 272. ve si. — 274. si, ms. seîi, ou sesi, 
le dernier jambage est exponctuè. — 275. non, en abrège, est ajouté 
en interligne. 



12 LE ROMAN 

280 « Mais, pos vos plas, ieu i consen. » 
D'aicest « consen » tan gran joi ac 
En Archimbautz, e tan li plac, 
Nos poc tener que noil preses 

284 La ma e non la l'estreisses. 

Abtan se parton ambedui ; 

En Archimbautz sab ben a cui 

Laissa son cor que ges non porta. 
288 Regardan s'en vai a la porta ; 

De lai pren comjat ab los o[i]lz. 

A Flamenca non tolc ergueilz 

Que noil fez[es] un bel semblan ; (fol. 7) 
292 Soau dis : « A Dieu vos coman. » 

Cinc evesque e .x. abbat 

Foron vestit et adobat 

Quels atendon dins lo mostier ; 
296 A N'Archimbaut fes destorbier 

Car l'en fan aitan longa festa. 

Ben fon passada ora sexta 

Avan que l'agues esposada. 
300 Per rie si tenc quan l'ac baisada. 

Tantost con fon dicha la messa 

Tuit van jugar a taula messa; 

Et anc negus ren no i perdet, 
304 Car ben aparellat trobet 

Tôt so que fon obs al manjar. 

280. consen, il semble que le copiste ait d'abord écrit conseil- 
— 283. poc, mu. pot. — 293. Sine. — 299. que la pogues e. 



DE FLAMENCA 13 

D'aiso non voil gaire comtar 

Car semblaria levadura, 
308 Car hanc homs n[on] i hac fraitura 

De ren que saupes cor pensar, 

Que boca déjà desirar. 

En Archimbaut[z] el coms serviron ; 
312 Mais l'ueil d'En Archimbaut si viron 

Soen e lai on sos cors era. 

Per so vol cascun[s] se lèvera, 

Avan mieg manjar, de la taula. 
316 Li juglar comensan lur faula, 

Son estrumen mena e toca 

L'us, e l'autres canta de boca. 

E tôt aiso fon grans enueig 
320 A N'Archimbaut, e si la nueg (v°) 

D'aquest dan noil feses emenda, 

Ja per poiso ni per bevenda 

Non euh que jamais revengues. 
324 Emenda n'ac; el eis la près, 

Car la nueg jac ab la puncela 

E si la fes domna noella, 

Car d'aquo era ben maïstre ; 
328 Nulla dona de si mal istre 

Non fo que, si el la pregues, 

Endesen no l'endomengues. 

Leu pot doncas adomesgar 
332 Flamenca que nos saup tornar 

Ni per forsa ni per engien. 

310. Que, le sens serait p.-è. meilleur si on substituait Ni. — 
313. sos, ms. son. — 332. nos, ms. non si. 



14 LE ROMAN 

Suau la baiza e l'estrein 

E gardet si al plus que poc 
336 Noil fassa mal on que la toc; 

Consi que fos, aquella ves 

An[c] non s'en plais ni clam non fes. 

Plus d'ueg jorns dureron las nossas ; 
340 Li bisbe, l'abat ab lur crossas, 

I an be .ix. jornz demorat, 

Et al dezen prendon comjat 

E van s'en tut alegramen. 
344 En Archimbautz al cor jauzen, 

Car tôt ha cant vol ni désira ; 

De nulla ren mais non consira 

Mais com pogues en grat servir 
348 Leis cui vol onrar e blandir. 

Si nol fos vergonha trop granda (fol. 8) 

El eis li dera sa garlanda 

E sa penche e so mirail. 
352 Mais, quan [el] vi que li cort[z] fail 

E vi ben que mal estaria 

Si el aqui plus remania, 

Al comte parlet a cosseil : 
356 « Sener, obs m'a que m'apareil 

« De faire cort, e so breumen ; 

« Coman vos a Dieu e vauc m'en, 

« E vostra fillam trametes 
360 « Al terme que mes i aves. » 

Bons e breus fon aquest comjatz; 

.337- q u e ajouté en interligne. — 350. carlanda. — 352. M. q. 
vi ben q. 



DE FLAMENCA 15 

Dreg a Borbon s'en es tornatz ; 

De sa cort far a pessamen, 
364 Car faire la vol ricamen, 

Que ja sol non sia parlât 

D'aiso qu'a l'autra fon donat. 

Messages mand'al rei de Franza, 
368 E pregal fort queil faza onranza 

Ques a sa cort venga dese 

E la reïna i ame ; 

E sil plazia ques ânes 
372 Dreg perNemurs, et amenés 

Flamencha, bon grat l'en sabria, 

Per tostemps gazanat l'auria. 

En tôt Peitau ni en Beiriu 
376 Non ha baro cui non enviu 

Messages, letras e sagelz, 

Neis en la marcha de Bordelz (v°) 

Ni de Baiona ni de Blaia 
380 Non fon pros hom letras non aia. 

Tut son mandat, tut i venran, 

Que ja per re non remanran. 

Entretant fai ben adobar 
384 La vila et encortinar 

De bancals e de bels tapitz, 

De bels palis, de bel[s] samitz. 

Aur et argen, deneir[s] e drap[s] 
388 Copas e cullier[s] et enap[s], 

386. De bels ampalis e de, ks lettres ara sont exponctuèes. — 
387. Aurs et argens. Cf. Wace, Rou, v. 229 : Or e argent, dras 
e deniers. 



l6 LE ROMAN 

E totas res c'om pot menar 

Vol sia dat sens demandar 

A celz que penre deinharan. 
392 Aisi con li borz es estan 

Fai cascuns adobar las ruas ; 

Austardas e cignes e gruas, 

Perdizes, anetz e capos, 
396 Aucas, gallinas e paons, 

Conilz, lebres, cabrols e cers, 

Senglars et orses granz e fers 

I ac tan que ja plus non calgra, 
400 Ni l'autra carn ja mens non valgra. 

Ben a fag los ostàls garnir, 

Que per re no i posca fallir 

Legumis, civada ni cera ; 
404 De tôt aizo non quis espéra 

Per ren queil n'avengues soisebre. 

Espic, encens, canella e pebre, 

Girofle, macis, citoar (fol. 9) 

408 I ac aitan fag apportar 

Ques en cascun dels antreforcs, 

En aisi con s'esten le bores, 

Ne tes cremar un plen pairol. 
412 Quant [hom] i passa, tan bon ol 

Que res non [fai] a Monpeslier, 

Lai on bâton l[ij especier, 

Entorn calendor, las pimentas. 

392. Aici. — 394. signes. — 400. Noil a. — 403. sivada. — 
410. aici. — 415. Entorn 1 c. 



DE FLAMENCA 17 

416 .V. cens pareilz de vestimentas 

Totas de polpr'ab aur batut, 

E mil lanzas e mil escut, 

Mil espazas e mil ausberc, 
420 Êstan lut près en un alberc, 

E mil destreir tut sojornat. 

Tôt aiso vol sia donat 

Als cavalliers c'armas penran 
424 D'En Archimbaut, quan si volran. 

Quant ac son afar adobat, 

Le reis venc ab son gran barnat 

Et ab se Flamenca menet. 
428 Plus de .vj. legas o de .vij. 

Duret li rota mouta spessa, 

E davan totz, un'esdemessa, 

Le filz del comte vai poinent, 
432 Car esser vole prumierament 

A N'Archimbaut, ques fo eisitz 

A l'encontre moût ben garnitz. 

Ben ac mil cavalliers valens 
436 E mil borzes e mil servens, (v°) 

C'unsquex envida et acueil 

Lo rei e diz : « Eu ai rie brueil 

« E bon ostal e bon vergier. 
440 « Sener, sius plaz, un don vos quier : 

« Qu'e mon ostal vos albergues. 

— Per nïen m'en envidares », 

417. polpras aur. — 433. ques fo, tns. que fos. — 436. El 
mil. — 438. reis. 

T. I 2 



l8 LE ROMAN 

Diz le reis, « c'ap Flamenca son ; 
444 « Ab vos albergon cist baron. 
— Sener, tut seran albergat 
« E ben auran trastot lur at. » 

Sens bruit albergo e ses nauza, 
448 Ane hom non i tenc porta clausa; 
Moût ac bon ostal li reïna, 
Flamencal fon bona vezina. 

De tais n'i ac que moût si dolgron, 
452 De las dompnas, e ges non volgron 

C'om las vengues trop cortejar ; 

Lassas foron del cavalgar 

E de la calor c'an ahuda. 
456 Garida fon e revenguda 

Cascuna can si fon pausada. 

Tantost con fo nona sonada 

Tut van manjar et aco pro. 
460 De mantas guisas an peisso 

E tôt zo que tain a dejun, 

Am fruche ques hom trob en jun, 

Aquo som peras e cereias. 
464 Un presen de doas aceias 

Le reis a Flamenca trames ; 

Ben l'en saup rendre las merces, (fol. 10 

Apres manjar, aisi con tais. 

451. doilgron, Fi exponctué. — 461. zo ajouté en interligne, p.- 
i. par une main postérieure. — 462. Am, ms. Ane, qui pourrait 
être conservé à condition de supposer une lacune après ce vers. — 463. 
cereiras — 467. aici c. tains. 



DE FLAMENCA 19 

468 Ane a la cort res no sofrais 

Mais paubre[s] a cui hom dones 
So que i sobret, que nos perdes. 

L'endeman fo la Sanz Joans, 
472 Una festa rica e grans, 

Es anc per el non s'amermet. 

L'evesques de Clarmon chantet 

Aquel jorn la messa major; 
476 Sermo fes de Nostre Senor 

Comen san Joan tan amet 

Que plus que prophetal clamet. 

Poissas vedet de part lo rei 
480 Qu'aisi con cascus cre sa lei 

De .xv. jornz homs nos partis 

De la cort, per ren ques auzis, 

Quel reis vol qu'aitan dureil cortz ; 
484 So dis a folz, non dis a sortz, 

Car negus hom non hac talan 

Que s'en partis, negeus d'un an. 

Sil reis i volgues tant estar 
488 Ben lo feiran el cais gelar. 

Cant agron tuit la mess'auzida 

Le reis a Flamenca causida, 

Et eis s'en ab leis del mostier. 
492 Apres lui van ben très miller 

De cavalliers que domnas menon. 

Tut ensems al palai[s] s'en venon (v°) 

On le manjars fon adobatz. 

473 . el, corr. ren ? — 484. assortz. 



20 LE ROMAN 

496 Le palais fo e granz e latz : 

.X. milleir la pogran caber 

De cavalliers, e lare sezer, 

Part las donas e las donzellas 
500 E l'autra gen ques era ab ellas, 

Part los donzelz els servidors 

Que degron servir los seinors, 

E part los juglars eissamen 
504 Qu'eran plus de mil e .v.c. 

Quant an lavât tut son asis : 

Hanc no i ac banc mais de coissis 

Qu'eran tut cubert de diaspres ; 
508 E nous penses neguns fos aspres 

Dels mandils on ensugolz mans, 

Ans fon ben cascuns belz e plans. 

Quan las donas foron asisas, 
512 Venon manjar e moutas guisas ; 

Mais ja non cal ques aiso digua : 

Nulla res nos pot far d'espiga 

Ni de razis ni de rasim 
516 Ni de frucha ni de noirim, 

Ni de so qu[e] aers suffris 

Ni terra ni mars ni abis, 

Ques om manjar posca ni déjà, 
520 Que jan degues porta enveja 

Aquel que menor part n'avia 

A cel que plus rie lai vezia. 

511. acisas. — 512. Grande capitale à ce vers. — 519. Le 
copiste a écrit Q. o. p. ni d. m., mais l'ordre correct a été rétabli 
par des signes de renvoi. 



DE FLAMENCA 21 

Ben son servit a lur talen[z] ; (fol. n) 
524 Mais ben i ac plus de .v. cenz 

Que cascuns esgarda e mira 

Flamenca, e can plus cossira 

Sa faiso ni sa captenenza 
528 E sa beutat c'ades agenza, 

Sos oilz ne pais a l'esgardar 

E fai la boca jejunar; 

E pergal Deus si grat l'en sap ! 
532 Mai[s], si pogues traire a cap 

Que sol un mot ab lei parles, 

Noil calgra si pois dejunes. 

Moût s'en levon boca dejuna; 
536 Mais anc no i ac domna neisuna 

Non volgues Flamenca semblar ; 

Qu'aissi con es soleils ses par 

Per beutat et per resplandor, 
540 Tais es Flamenca antre lur, 

Quar tant es fresca sa colors, 

Siei esgart douz e plen d'amors, 

Siei dig plazent e saboros, 
544 Que la bellazers el plus pros 

E que plus sol esser jugosa 

Estet quais muda et antosa. 

Noil fon vejaire que ren valla, 
548 Anz dis per nïen si trebailla 

Tot'autra domna d'esser bella 

Lai on es cesta damaisella. 

530. bocca. — 531. P.-c. E perga [e]l Deu? cf. v. 924 et 
1032. — 536. no i, vis. non i. — 539. beutaut. 



22 LE ROMAN 

L'autrui beutat tein es effaza 
552 Li viva colors de sa fassa (v°) 

C'ades enlumena e creis. 

Ane de nulla ren non si feis 

Deus cant la formet [aijtan genta ; 
556 Ades plaz mais et atalenta 

A celz que la vezo ni l'auzon. 

Quan las domnas sa beutat lauzon 

Ben podes saber bêla es, 
560 Qu'en tôt lo mon non n'a gés très 

En que las autras s'acordesson 

Que del tôt lur beutat lauzesson, 

Ans dizon : « Mielz conoissem nos 
564 « Beutat de dona non fahz vos : 

« Vos autreus tenes per pagat 

cf Si domna es de bon agrat, 

« E queus sone gent eus acuilla ; 
568 « Mais qui la ve quan si despueilla, 

« Quan si colca o quan si leva, 

« Ja non dira pois tanta rêva, 

« Si savis es, a la[s] serventas. « 
572 Aissi so malas e dolentas 

E volon baizar es estreiner 

Lo ben que a dat Nostre Sener 

A cella que plus vol ni ama. 
576 Ges d'aizo Flamenca nos clama 

Ni non s'en deu per ren clamar, 

Que leis non volon ges blasmar, 

568. ve, ms. ven. 



DE FLAMENCA 23 

Quar non i trobon lo perque ; 
580 E non so laisson per mai[s] re, 

Car, si tan niquan n'i trobesson, (fol. 12) 
Ja nous pensetz que s'en laissesson. 

Quant an manjat autra ves lavon, 
584 Mais tôt atressi con s'estâvon 

Remanon tut e prendon vi, 

Car vezat era en aisi ; 

Pois[sas] levet hom las toallas ; 
588 Bels conseillers ab granz ventaillas 

Aportet hom davan cascu, 

Ques anc us non failli ad u ; 

Aquis poc, quis vol, acoutrar. 
592 Apres si levon li juglar ; 

Cascus se vole faire auzir. 

Adonc auziras retentir 

Cordas de manta tempradura. 
596 Qui saup novella violadura, 

Ni canzo ni descort ni lais, 

Al plus que poc avan si trais. 

L'uns violal[l] lais del Cabrefoil, 
600 E l'autre cel de Tintagoil ; 

L'us cantet cel dels Fins Amanz, 

E l'autre cel que fes Ivans. 

L'us menet arpa, l'autre viula ; 
604 L'us flatitella, l'autre siula; 

L'us mena giga, l'autre rota; 

601. cels. — 602. Ivans, vis. uians. 



24 LE ROMAN 

L'us diz los motz e l'autrels nota ; 

L'us estiva, l'autre flestella ; 
608 L'us musa, l'autre caramella ; 

L'us mandura e l'autr'acorda 

Lo sauteri ab manicorda ; (v°) 

L'us fai lo juec dels bavastelz, 
612 L'autre jugava de coutelz; 

L'us vai per sol e l'autre tomba, 

L'autre balet ab sa retomba ; 

L'us passet cercle, l'autre sail ; 
616 Neguns a son mestier non fail. 

Qui vole ausir diverses comtes 

De reis, de marques e de comtes, 

Auzir ne poc tan can si vole ; 
620 Ane null' aurella non lai dolc, 

Quar l'us comtet de Priamus, 

E l'autre diz de Piramus ; 

L'us comtet de la belP Elena 
624 Com Paris l'enquer, pois lan mena ; 

L'autres comtava d'Ulixes, 

L'autre d'Ector e d'Acbilles ; 

L'autre comtava d'Eneas 
[ 628 E de Dido consi remas 

Per lui dolenta e mesquina ; 

L'autre comtava de Lavina 

Con fes lo breu el cairel traire 



606. nota, ms. tota, corrigé en nota. — 609. lautra corda. — 
610. ab, corr. al? — 611. banastelz. — 615. cercle, ms. sercle, 
qui parait avoir été écrit d'abord serche. — 620. dolc, vis. colc. 



DE FLAMENCA 2$ 

632 A la gaita de l'auzor caire ; 

L'us comtet de Pollonices, 

De Tideu e d'Etïocles ; 

L'autres comtavà d'Apolloine 
636 Consi retenc Tyr e Sidoine; 

L'us comtet de rei Alexandri, 

L'autre d'Ero e de Leandri ; 

L'us diz de Catmus can fugi (fol. 13) 

640 E de Tëbas con las basti, 

L'autre comtava de Jason 

E del dragon que non hac son ; 

L'us comte[t] d'Alcide sa forsa, 
644 L'autre com tornet en se forsa 

Phillis per amor Demophon ; 

L'us dis com neguet en la fon 

Lo belz Narcis quan s'i miret ; 
648 L'us diz de Pluto con emblet 

Sa bella mollier ad Orpheu ; 

L'autre comtet del Philisteu 

Golias, consi fon aucis 
652 Ab très peiras quel trais Davis ; 

L'us diz de Samson con dormi, 

Quan Dalilan liet la cri ; 

L'autre comtet de Machabeu 
656 Comen si combatet per Dieu ; 

L'us comtet de Juli César 

633. dapollonices. On pourrait corriger Polinices. — 634.de- 
tidiocles. — 636. e, vis. de. — 644. se, nu. sa. — 648. A L'us 
diz, il y aurait p. -'e. lieu de substituer L'autre, pour le parallélisme 
— 650. L'a. del Ph. c, sans signe de transposition. — 652. David. 
— 653. Samfon. — 654. Dalidan. 



2 6 LE ROMAN 

Com passet tôt solet la mar, 

E no i preguet Nostre Senor, 
660 Que nous cujes agues paor. 

L'us diz de la TaulaRedonda, 

Que no i venc homs que noil responda 

Le reis segon sa conoissensa ; 
664 Ane nuil jorn no i failli valensa ; 

L'autre comtava de Galvain 

E del leo que fon compain 

Del cavallier qu'estors Luneta ; 
668 L'us diz de la piucella breta (v°) 

Con tenc Lancelot en preiso 

Cant de s'amor li dis de no ; 

L'autre comtet de Persaval 
672 Co venc a la cort a caval ; 

L'us comtet d'Erec e d'Enida, 

L'autre d'Ugonet de Perida ; 

L'us comtava de Governail 
676 Com per Tristan ac grieu trebail, 

L'autre comtava de Feniza 

Con transir la fes sa noirissa ; 

L'us dis del Bel Desconogut 
680 E l'autre del vermeil escut 

Que l'yras trobet a l'uisset ; 

L' autres comtava de Guiflet. 

L'us comtet de Calobrenan, 
684 L'autre dis con retenc un an 

Dins «a preison Quec senescal 

662. homs ajouté en interligne. — 673. de rec e de nida. — 
674. ou Parida (p barré). — 682. P. -t. Gurflet ? 



DE FLAMENCA 27 

Lo Déliez car li dis mal, 

L'autre comtava de Mordrct. 
688 L'us retrais lo comte d'Ivet 

Con fo per los Ventres faiditz 

E per Rei Pescador grazitz ; 

L'us comtet l'astre d'Ermeli, 
692 L'autre dis con fan l'Ancessi 

Per gein lo Veil de la Montaina ; 

L'us retrais con tenc Alamaina 

Karles Maines tro la parti. 
696 De Clodoveu e de Pipi 

Comtava l'us tota l'estoria, (fol. 14) 

L'autre diz con cazec de gloria 

Donz Lucifers per son ergoil ; 
700 L'us diz del vailet de Nantoil, 

L'autre d'Oliveir de Verdu ; 

L'us diz lo vers de Marcabru, 

L'autre comtet con Dedalus 
704 Saup ben volar, e d'Icarus 

Co[n] neguet per sa leujaria. 

Cascus dis lo mieil[z] que sabia. 

Per la rumor dels viuladors 
708 E per brug d'aitans comtadors 

Hac gran murmuri per la sala. 

Le reis a dih a totz em bala : 

« Senor », fai s'el, « vos cavallier, 
712 « Quan auran manjat l'escudier 

688. d'Ivet est incertain ; on peut lire iu, in, ui, m, pour les trois 
jambages qui suivent le d. — 689. Ventres, corr.. Vendre»? — 691. 
d'Ermeli, corr. de Merli? — 708. per, corr. pel? — 711. Sener. 



28 LE ROMAN 

« Faitz vostres cavals ensellar, 

« Que pois irem tut biurdar. 

« Mais antre[tant] voil que comens 
716 « La reïna, e nos bistenz, 

« Una danza per cortesia 

« Ab Flamenca, ma douz'amia ; 

« Et eu meteis i anarai. 
720 « Levas tut sus ; tragon s'en lai 

« Aquist juglar per miei los des. » 

Tantost si son per las mas près 

Cavallier, domnas e piucellas, 
724 De quein avia moût de bêlas. 

Ane en Bretaina ni en Franza 

Non basti mais tan rica danza ; (v°) 

.ce. juglar, bon viulador, 
728 S'i son acordat antre lor, 

Que, dui e dui, de luein esteron 

Pels bancs, e la danza violeron, 

Ques anc de point non i failliron. 
732 Las domnas soen si remiron 

E fan lur amorosas feinchas. 

Condia las ha si atenchas 

C'a penas si deinhon suffrir ; 
736 L'esgart o monstran el sospir; 

E contra cel genos vezat 

Amors lur a tal joi donat 

Ques a cascus fon ben a vis 
740 Que totz vius fos em Paradis; 

716. nos ms. nous- — 723. Cavalliers. — 726. Non, corr. Nos? 
— 730. Pels, ms. Bels — 731. failloron. 737. — sel. — 738. join. 



DE FLAMENCA 29 

Et eus die ben, ses mentizo, 

Que unquas mais, pos Amors fo, 

Non hac tam bella gent ensems. 
744 Qui agues tout Paris e Rems 

Adoncs al rei e l'o disses, 

Non euh de la danzà mogues 

Ni feira semblan fos iratz. 
748 Jois e Jovens als balz levatz 

Ab lur cosina Na Proesa. 

Cel jorn si cujet Avolesa 

Ella mezeisma soterrar 
752 Mais Cobezesal venc comtar : 

« Domna, que fas ? vezes los be 

« Ballar e danzar antre se : 

« Oi ! oi ! tôt caira lur burbans ; (fol. 15) 
756 « Ges quec jorn non er Sanz Johans. 

« Sadol so e trepon aora : 

« So qu'il despendon autre plora ; 

« Mais tais n'i a quens amaran 
760 « Enan d'u mes, e planeran 

« Sos ques aun ara despendut. » 

Avoleza fes un sanglut 

E diz : « Vos sias benvenguda, 
764 « Vos m'aves la vida renduda, 

« Domna Cobezesa, per Dieu ! 

« Eu voil sian franc vostre fieu ; 

« Ueimais sias dona per vos, 
768 « Et aiaz comtes e baros 

744. tout, /'u est ajouté. — 766. f. tut v. 



30 LE ROMAN 

« E reis e dux, clers e marques, 

« Cavalliers, vilans e borzes ; 

« Mais de las domnas non cove 
772 « Qu'ieu las vo do, qu'ieu no i ai re, 

« Et eu nous voil tal causa dar 

« Que non puescas en dreg portar. 

« Pero, si neguna volia 
776 « Esser de vostra compania, 

« Ja nous pesses a mi enuig. » 

Escudier plus de .xxx.viii. 

Agron jais cavals esselatz 
780 E cubertz et antresenhatz 

De senals e de cascavels. 

Ja fo en la cort le cembelz ; 

La dansa part, mais non er vista 
784 Tam bella, e cascuns atista 

Son escudier que l'aport tost (v°) 

Sas armas, e ges a rescost 

Non si son las donas partidas. 
788 Gaias e pros es eissernidas 

Eran totas, e van sezer 

Als fenestrals per miels vezer 

Los cavalliers ques armas porton, 
792 Que per lur amor si deporton. 

En Archimbautz non s'oblidet 
Quar nou cenz e .lxxxxvii. 
Cavaliers fes ans ques pauses. 

782. sembelz. — 795. pauset corrige en pauses. 



DE FLAMENCA 31 

796 Al palais vengron tut de pes, 

En caussas de pâli rodât, 

Et al rei si son présentât ; 

El reis donet lur per estrena 
800 Qu'en amor fos lur majer pena, 

E li reïna comfermet 

Lo dig del rei, als non lur det. 

Cel jorn portet armas le reis, 
804 E die vos ben non foron treis 

Que mieilz las portesson de lui ; 

Una marcha de non sai cui 

Ac lassât el som de la lanza ; 
808 Li reïna nos fes semblanza 

Que mal li fos, pero ben sap 

Que la manega no[n] i es gap, 

Car senhals es de drudaria. 
812 Suavet dis que s'il sabia 

Don l'avia le reis aùda 

Caramen séria venduda (fol. 16) 

A tota dona, d'una en fors. 
816 De Flamenca li di[s] sos cors 

Qu'il l'agues la manega donada ; 

Nos pesset ver cella vegada 

Li reïna, pero si manda 
820 A N' Archimbaut qu'il lo demanda. 

Ens Archimbautz es tost vengutz, 
Non fo meinz lanza ni escutz, 

796. Avant vengron, le copiste avait écrit s'en, qui a été gratté. 
— 797. cauzas. — 800. fos, ms. fus. — 816. sos, ms. se. 



32 LE ROMAN 

Neis antreseinz que portar deia 
824 Cavallier[s] que per joc torneia ; 

E quan fon davan la reïna 

Dessendettost, e pois l'aclina. 

Saludet la cortezamen 
828 Et il lui, e per la mal pren 

E fai seser al fenestral ; 

Si dis : « N'Archimbaut, bem sap mal, 

« E, si vos nom n'acossellatz, 
832 « Greujara mi cest mais assatz. » 

El respon : « Domna, Deus vos gart ! 

Non agas mal en nulla part. » 

Ella nos tenc e nulla guisa 
836 Que Flamenca, que fon assiza 

De josta liei a la fenestra, 

Non adeses de sa man destra 

Et noil disses : « Eu parlarai 
840 Ab N'Archimbaut, dona, sius plai. » 

Ela respont ben e viaz : 

« Eu o vol, dona, pos vos plaz. » 

Al fenestral qu'era de lonc (v°) 

844 Cubert de palma e de jonc 

Fon li comtessa de Nivers, 

E non ac ges los cabels pers, 

An[s] son plus blon que non es aurs, 
848 Mais so fon sos meillors thesaurs ; 

Aqui s'en es a leis venguda 

823. Neis, corr. Ni? — 828. la ajouté en interligms. — 830. 
bem, ms. bê. — 831. nom, nu. nô. — 835 .' Grande capitale à ce 
vers. — 837. De jostal rei. — 841. Grande capitale à ce vers. 



DE FLAMENCA 33 

Flamenca, e no fon ges muda, 
Anz hac solaz e bon e bel ; 
852 Si fes coissi de son mantel, 
Et acoitret si de desus 
E garet los cavalliers jus. 

Jes li reïna non s'oblida, 

856 Anz fon dolenta e marrida 

E dis : « N'Archimbaut, bels amix, 
« Non fai le reis moût ques enix 
« Quan, vesen mi, porta seinal 

860 « De drudaria? trop ifail 

« Vaus mi e vaus vos eissamen. 
« Ver vos en die, mon issien. » 

En Archimbautz enten dese 
864 Qu'il d'aiso Flamenca mescre 

Qu'ai rei agues manega tramessa ; 
Al[s] motz conois so qu'ellas pessa, 
Et al respondre non demora : 
868 « Dona, per cel ques hom adora, 
Non eug queus fassa deissonor 
Le reis sis sen joios d'amor, 
Quar miels ne fai so queil atain. 
872 « Esser ne volgra sos compain, (fol. 17) 
Que per deveras pogue[s] far 
So qu'el fai per joia mostrar, 
Qu'aires non es mais plas deportz. 

5 851. Ane. — 852. Si, vis. Li. — 853. si ajoute en interligtie. 
— 871. queil lataiii. — 872. compainz (cf. v. 236). 

T. I. 



5 . LE ROMAN 

g 7 é — Don Archimbaut, aquest conortz 
« Cueig eu ben que sobre vos torn 
« Anz que siu passât .xv. jorn. 

— No i niovas, domna, gelosia, 
880 « Que ja per ren non o séria. » 

Adonc ela son cap secos : 
« Dizes que non seres gelos? 
« A la fe Deu ! vos si seres, 
884 « E ben leu razon vos n'aures. 

— Dona, e per que o dizes? 

« Non m'essenes, fe quem deves, 
« Qu'ieu conosc ben d'aitals affars. » 
888 Abtan fo vengutz us juglars 

E dis a N'Archimbaut : « Bel sener, 
« Lo reis vol ja l'espasa cener 
« A Tibaut lo comte de Bleis. 
892 « Tibaut[z] sam trames el meseis, 
« Sener, sius plas, que lai ânes ; 
« Endreh s'amor non o hisses. >> 
En Archimbaut[z] lo comjat pren 
896 Plus iratz que non fes parven, 
Mais li bella res non sap ren. 
Ai ! quai peccat, qu'a mala fe ! 
Quar li reïna tan percaza 
900 Que ja mais non donna ni jaza 

Dons Archimbautz en sana pausa. 
Gran dolor l'a el cor enclausa 
Don non cug que ja mais reveinha 

879. Grande capitale à ce vers. — 881. som. — 882. 
copiste avait d'abord écrit Dices. — 890. sener. 



DE FLAMENCA 35 

904 Si Amors garir non l'en deinha, 
Mais per contrari l'en garra 
Quan le cujars s'averara. 

Quan fon al rei defors tornatz 
908 Le coms Tibautz fon adobatz, 
Et ab lui plus de .iiij. cent 
Que tut son cosin e parent. 

De la reïna s'es partitz 
912 En Archimbautz tristz e marritz 

Car trop l'ac dih mala novella ; 

Pero un escudier appella 

E dis li : « Fai vcspras sonar, 
916 « Quar ben er ora de sopar 

« Quant las aura le reis auzidas. » 

Mas las domnas qu'eron issidas 

Als fenestrals, ques esgardavon 
920 Los cavalliers que biordavon, 

Quant auzon ques hom vespras sona, 

Dison : « Non es ancara nona, 

« Et hom sona las vespras ja ! 
924 « So marit perda qui la va 

« Quandis cavalliers i biort! 

« Ja per vespras nom perdam cort ! » 

Abtant le reis s'en es intratz; 
928 Coma savis es essenhatz, 

Venc a Flamenca el palais 

Et ab si de laïns la trais; (fol. 18) 

Li baro trastut lo segueron 
932 El cavallier ques ameneron 



36 LE ROMAN 

Las domnas ques a vespras van 

Alegramen e domnejan. 

Vespras cantet hom aut e bas. 
936 Quan dichas foron, tôt de pas 

Le reis s'en eis, e men'ap se 

Flamenc', el ten la man el se, 

Cais per vesadura privadá. 
940 Li reïna fon moût irada 

E N'Archimbautz ben atretan, 

Mais nocan fes autre semblan. 

Tut van sopar e ben e gent ; 
944 Assaz an neulas e pimen 

E raust e fruchas e boinetas, 

Rosas frescbas e violetas, 

E glaz e neu per refretzir 
948 Lo vi, que non tolla dormir. 

[D]el joi ques an lo jorn menât 

Eron totas e tut lassât, 

E van jazer tro l'endema. 
952 Al jorn, si per vos non renia, 

Cil que son de nou adobat 

Si foron ja antresenhat, 

E van pongen per las carreiras 
956 Absonalz de mantas manieras. 

Adonc si levai remestiris. 

A N'Archimbaut creis le consiris. 

Et a tal dol ins en son cor (v") 

960 Qu'a pena si ten que non mor ; 

Daus l'autra part vol far conor[t] 

953. SU. 



DE FLAMENCA 37 

E la reïna blasma fort 

Car anc li mes en sospieizo 
964 Flamenca per nul' occaiso. 

Plus gen que poc so mal cubri, 

Tôt son tesaur gent adubri 

E largamen don' e despen, 
968 E saup li bon qui del sieu pren. 

.xvii. jorns duret e plus 

Li cort[z], et anc non saup negus 

A quais dels jorns mieil[z] li estet, 
972 Car totz jorn[z] li cortz mclluret 

Per conduh e per mession. 

Tut li rie homen el baron 

Si meravillan don es près 
976 So qu'Ens Archimbautz a despes. 

Al vinten jorn s'en départi 

Le reis e l'autre atressi ; 

Li reïna non volgra jes 
980 Li cortz dures ancar u mes, 

Car bes cuja certanamen 

Le reis am Flamencha per sen ; 

Mas el non l'ama per amor, 
984 Anz cujet far moût gran amor 

A N'Archimbaut quan l'abrassava 

Vezen sos ueils, e la baisava, 

Car negun mal el no i enten. 
988 Cha[s]cuns s'en vai fort ben dizent (fol. 19) 

E[s] tenent tut per ben pagat 

980. dures, ms. duret, le t corrigé en s. — 984. amor, déjà au 
v. précédait, pourrait être corrige en onor. 



38 LE ROMAN 

D'En Archimbaut, car el a dat 
Alz juglars tan quel plus mendix, 
992 Sol non o joc, pot esse[r] ries. 

En Archimbautz totz los esdreissa, 

Mais al cor ha una destreissa 

Per que s'en torna moût dolentz. 
996 Aisil destrein us mais cozentz 

Ques om appella gelosia ; 

Soven lo geta de la via 

El fai pensar tan que non sap 
1000 De som pessat venir a cap. 

Quan tornatz fon a sa maiso 

De lui si partol compainho, 

E cujon ben non sia sas. 
1004 Per gran malesa torz las mans, 

E pauc n'es meins ades non plora; 

Ane non cujet esser abhora 

Dins sa cambra ques atrobes 
1008 Sa mollier e que la bâtes ; 

Mas ges non l'a sola trobada, 

Anz fo moût ben acompanada, 

Car de las domnas del castel 
1012 Avi' ab si un gran tropel. 

El ne fon dolenz et iratz 

Et es si malamen giratz 

Tutz estendutz al cap d'un banc, 
1016 E plais co s'agues mal de flanc. 

Sa vida ten en gran despieh (v c ) 

IO0I. sa, tns. fa. — 1014. giratz, corr. gitatz ? 



DE FLAMENCA 39 

E ja non lèvera del lieg 

Si non temses blasmes e critz; 
1020 Sols estai et adolentitz, 

E diz soen : « Laz ! quem pensiei 

« Quan pris mollier ? Deu ! estraguiei. 

« E no m'estava ben e gent ? 
1024 « Oi ! lo mal aion miei parent 

« Quem cosselleron qu'ieu preses 

« Zo don ad home non venc bes ! 

« Ar[as]avem mollier, mollier! 
1028 » Lasset ! moût mi pot esser fer 

« Que gelosia mi destreina ; 

« Non sai de quai guisam capteina. 

« E tôt zom fai cesta barnessa, 
1032 « E perga Dieu si ren s'en pensa! 

« Mais eu l'en farai ben pensar. 

« Deus! Deus! con o poirai eu far? » 

Ben es intratz e mala brega, 
1036 Ren non acaba ni eissega; 

Soen vai dins, soen defora ; 

Deforas art, dedins acora ; 

Ben es gelos qui aisi bêla : 
1040 Quant cuja cantar et el bêla, 

Quant cuja sospirar bondis ; 

Neguna ren non eissernis ; 

Lo pater noster diz soen 
1044 Del simi, que res non l'enten ; 

1018. lèvera, vis. levais. l'a du milieu corrigé en e. — 1019. 
nom, le dernier jambage de /'m exponctuè. — 1027. Ms. Arauem, 
Ara est écrit sur grattage, la première leçon parait avoir été Auem. 
— 1036. agaba. — 1039. aisi, ms. aci. 



40 LE ROMAN 

Tôt jorn maleja e rëgana, 

E fail gran dol li genz estraina : (fol. 20) 

Quant hom cstrainz era intratz 
1048 El si fes moût afazendatz, 

E siblet per captenemen, 

Suau diz : « A penas m'en tein 

« Que nous get fors en decazeig ! » 
1052 El det torneja son correig 

E vai chantan tullurutau 

E vai danza[n] vasdoi vaidau ; 

Levalz cilz et a si donz guinha, 
1056 Daus l'autra part al[s] sirvent[z] signa 

Aporton aiga per lavar, 

Car el si volria disnar ; 

So ditz per tal que hom s'en esca. 
1060 Assaz ordis, cora que tesca, 

Quar ades vai de sai, de lai, 

E quant non o pot suffrir mai 

Si diz : « Bel sener, disnas vos, 
1064 « Que ben es tems, sius platz, ab nos ? 

« Fort bom sabra s'o voles far, 

« Pron avenres a domnejar. » 

Adoncas fai un joc cani, 
1068 Que las dens monstra e non ri. 

Per son vol homen non veiria ; 
Vejaire l'es de cui que sia 
Que sa mollier vol et enquer, 

iojo. La rime serait meilleure si on lisait tein m'en. — 1065. 
bom, ms. bon. 



DE FLAMENCA 4I 

1072 Maldiga Dieus aital don er! 

Vejaire l'es, qui pari' ap leis 

Que far l'o deu aqui meseis. 

« Bastit avem aisi domnei : (v*) 

1076 « Per tems o comenset le reis ; 

« Avan que de Nemur[s] issis 

« Mi euh eu be que la sentis ; 

« Asaborada la savia, 
1080 « Per so tam privatz s'en fazia. 

« Mais de lui en re no m'o tengra : 

« Ben lail gardera quan sa vengra; 

« Mais ara ve quis vol e vai, 
1084 « E per son grat venrion mai. 

« Non veses quai semblan lur mostra? 

« Ben fai parer que non es nostra.' 

« Deu ! menar l'an en tôt malastre ! 
1088 « Eu non voil esser plus lur pastre : 

« Malvaz pastor ha en aital 

« Qu'a sos obs noz, ad autres val. 

« Leu es a dire del menar! 
1092 « Non euh c'o pogues acabar 

« Le reis que s'en fai tam privatz. 

« Las ! caitiu ! c'a mala fui natz ! 

1 Si nom pose guardar una domna 
1096 « Mal le varia la coronna 

« Qu'es de lonc Sant Peire de Roma, 

« E mal derocharia doma 



1074. Le monologue qui suit n'est pas annoncé. P.-'e. manque- 
t-il ici quelques vers. — 1084. g. ja v. — 1087. menar, tns. me- 
non. — 1096. Corr. colonna ? 



42 LE ROMAN 

« Si non puesc venzer una thosa. 
iioo « Bem fora mielz estes d'esposa, 

« Car per leis pert enseinament 

« E tôt zo qu'atain a joven. 

« Per Dieu ! malvaz cambis ai faitz ; 
1104 « Per fol consseil sui ara traitz. 

« Li reïna ben o sabia (fol. 21) 

« Quan mi dis que gelos séria ; 

« Maldiga Deus aital divina 
1108 « Car no m'en fes sivals mecina ! 

« Car veramenz sui eu gelos 

» Plus de null orne ques anc fos ; 

« Los autres n'ai eu vencutz totz, 
11 12 « E per bon dreg serai cogotz. 

« Mais ja nom cal dire : serai, 

« Qu'ades o sui, que ben o sai ! » 

A si meseis fortmen s'irais, 
11 16 Tiras los pels, pelas lo cais, 

Manjas la boca, las dens lima, 

Frémis e frezis, art e rima, 

E fai trop mais oils a Flamenca. 
11 20 A penas si ten que noil trenca 

Sas bêlas crins luzens e claras ; 

E dis : « Na falsa, quem ten aras 

« Que nous aucise e nous affolle 
1124 « E vostra penchura non toile ! 

« E geus aves levât coaza, 

1104. ara, premièrement aras dont l's est grattée. — mi. ven- 
gutz. — 1113. dire ms. diere. — 1123-24. Il serait plus correct de 
lire aucis ...affol ....toi. 



DE FLAMENCA 43 

« A l'autr' an euh qu'en fares massa 

« En sospeisso que laus arabe ; 
1128 « E ja non eug queus sia sabe 

« Quan laus farai ab forfes tondre; 

« Greu laus veiria hom rescondre, 

« Quan venon ist cortejador 
1132 « Per so que digan antre lor : 

* Dieus ! qui vi mais tam bellas cris ! 

« Plus bella[s] son non es aurs fis. (v°) 

« Eu conosc ben los guins el[s] sinz, 
1136 « Els mas estrinz el pes causins. 

« Cui pessat[z] vos aver trobat ? 

« Aitan sai con vos de barat, 

« Pero d'aitan m'en affollatz, 
1140 « Quiem trebail e vos repausaz; 

« E non ai hos, nervi ni polpa 

« Non traga mal per vostra culpa ; 

« Mais, trop m'er greu s'aisin passatz 
1144 « Que vostra part ben non n'aias. » 

Il respon : « Sener ques avez ? 

— E con! » fai s'el, « vos respondez ! 

« Per Crist ! per Crist ! malaus balli ! 
1148 « Eu mur, e vos esquarnes mi ! 

« Aisom fan ist donnejador; 

« Mai[s], fe que dei Nostre Senor, 

« Non sai trobarau huis ubert; 

1127. En sospeisso, ms. Enso menso, le copiste a visiblement 
répète les syllabes en so. La correction proposée est fort douteuse. — 
1128. sabes. — 1130. Greus. — 1141. E ms. z. — ii43:aisin, 
une s a été grattée entre Vi et l's. — 1145. Entre Sener et ques il 
y avait e qui a été gratté. — 1147. bailli, ms. failli. 



44 LE ROMAN 

1152 « Qui domna garda tan s'i pert 

« Si non la met en tal preiso 

« Que non la veja s'aquel no 

« Que la deu gardar et aver ; 
11 56 « Aisi ben leu la pot tener. 

« Alas ! caitiu malaùrat, 
« Engilosit, engratonat, 
« Ar iest tu fols gelos affriz, 

1160 « Ro[i]nos, barbutz, espelofitz, 
« Tiei pel son fer et irissat 
« Que semblon Flamencha espinat 
« E coa d'esquirol salvage. (fol. 22) 

11 64 « Aunit has tu e ton linage, 

« Mais no m'en cal : mais voil morir 
« Qu'eser aunitz per trop sufrir; 
« Mais voil esser gelos proatz 

11 68 « Qu'eser suffrens escogossatz ; 
« Mais voil esser gelos sauputz 
« Qu'eser suffrens cogos cornutz. » 

Ja sabon tut per lo pais 
1172 Qu'En Archimbautz es gelos fins; 
Per tôt' Alverg[n]' en fan cansos 

1154. aquil, mais voir la note suivante. — 1155. S'aquel no que 
la deu gardar et aver. Les trois derniers mots ont été légèrement 
grattés par un lecteur qui a bien vu que le vers était trop long, mais 
qui ne s'était pas aperçu que la suppression devait porter sur les pre- 
miers mots qui répètent la fin du vers précèdent avec la variante 
aquel préférable à aquil. — 1161. irissatz. — 1162. espinat, ms. 
espirat. — 1165. morir, prem. leçon niarir. — 1166, 1168, 1170. 
Que ser. — 1167. esser, ms. eer surmonte d'un signe d'abréviation. 
— 11 73. Ou corriger Alvcrgnan f. 



DE FLAMENCA 4$ 

E serventes, coblas e sos, 
O estribot o rctroencha 
1176 D'En Archimbaut con ten Flamencha; 
Et on plus hom a lui o chanta 
Nous cujes sos mais cors s'eschanta. 

S'alcus sos amix l'en blasmes 
1180 Nous penses que plus l'en âmes, 

Ans li respon iradamen : 

« Sener, ben aug e beus enten; 

« E qui m'o deu tener a mal 
1184 « S'ieu sui gilos, si Deus mi sal? 

« Ben pauc ne sai gelos non fosson. 

« Tal m'en escarnisson en tosson 

« Que foron plus gilos de me 
1188 « Si totjorn visson davan se 

« Tarn bella ren con ieu i vei. 

« Non sai emperador ni rei 

« A cui port de mollier enveja; 
1192 « E conosc ben que nom folleja (v°) 

« Si bem vauc de leis rancuran ; 

« Mais gardar si deu hom avan, 

« Quan savis es, quel venga dans. 
1196 « E que faria s'us truanz, 

« Ques fenera d'amor cortes 

« E non sabra d'amor ques es, 

« L'avia messa en follia ? 
1200 « No m'en crezatz s'ieus o dizia, 

1178. s' vis. Y. — 1179. en, vis. an. — 1185. fossan. — 1193- 
bem, vis. ben. — 1195. Une lettre grattée (i?) après quel. — 1198. 
sabra, corr. saupra î — Ibid. que ses. 



46 LE ROMAN 

« E nomperquan si m'o dirai : 

« Non o vol ges, per tôt quant ai. 

« E que diria de vergonha ? 
1204 « En fol i metria ma poina 

« A leis gardar et a servir. 

« Quis vol sai poira ben venir 

« Mais ja, per Dieu ! non la veira, 
1208 « En tan aut poig nos levara 

« Pero qu'ab leis parle ses me, 

« Non, s'i venia, per ma fe ! 

« Le coms sos paires o sa maire, 
12 12 « Sa sor o Jauselis sos fraire ! » 

Quan s'es partit de cel amie 

De cui non ama son castic, 

A si meseis s'en [vai] parlan, 
12 16 « E diz : « Aquest quem vai blasman 

« [D'Jaiso quem degra mieilz lauzar 

« Petit sap fors de castiar ; 

« Moût cuja ben aver parlât 
1220 « Quar sol m'a gelos appellat; 

« Moût parlet ab gran sotileza, (fol. 23) 

« Mais am [mais] la mieua folleza 

« Non fas lo sieu sen tan prion. 
1224 « Apres a Bolonha, o hon? 

« Aquest ries hom, de plagesia? 

« Folz es car mais hoi mi castia, 

« Mieilz degra dir : « Bels sener car[s], 

1205. asservir. — 1212. Prcm. leçon fraires, Vs exponctuèc. — 
121 3: Duan {erreur du rubricateur qui a fait les initiales peintes). 
— 1216. diz d'aquest. — 1217. Aisom. — 1218. fort: — 1220. 
sol ajouté en interligne. — 1225. risc. 



DE FLAMENCA 47 

1228 • Gardas vos ben que vostra pars, 
Aiso es ma dona Flamenca, 
Ja per sas lauzengas nous venca 
Per tal que fassa son talan. » 
1232 « Pro m'agra dihab sol aitan. 
D'aiso non dis ni buf ni baf, 
Aisi con folz parlet en daf, 
E dis mi pur [que] gelos era ; 
1236 « Ava! so trobet en espéra; 
Pero, pero, qui m'o sabria 
Folz es, et eu folz sil cresia. 
A la fe Deu ! pauc sap de plag. 
1240 « Ara ja ben leu m'a hom fag 

Dedins ma cambra tal esquern 
Don non guerra[i] d'aiscest ivern. » 
Ab aquest mot si lev' en trot 
1244 E vai ades al plus que pot, 

E vol sos pels d'amon d'aval, 
Auza sos pans e fai lo bal 
De la pagesa hon plus cor; 
1248 De moût gran ast venc a la tor, 
Troba Flamenca que sezia, 
Et ac moût bella compainia (v°) 

De domnas qu'estavon ab ella; 
1252 Per pauc le gilos non s'esfella 

E diz : « Prop es qui mal ne mier. » 

1237. Le second pero paraît tenir la place d'un verbe p.-c. de 
blasmar. — 1242. guerrai ou p.-ê. garrai. — 1245 . vol, corr. 
volv? — Ibid. sas, ms. sos. — Ibid. Le copiste avait d'abord écrit 
damors. Il faudrait p. -ë. supprimer le à (amon d'aval). — 1247-8. 
corre, torre. — 1248. De mon g. cist venc. 



48 LE ROMAN 

Poissas s'en eis el escalier 

Et es cachutz trastotz evers 
1256 Sus els escalos a travers, 

Et ap pauc non s'es degollatz. 

Le malastrucs malaiiratz 

Grata l[o] suc; grata la cota, 
1260 Levai braier, tira la bota; 

Poissas si dreissa, pois s'aseta, 

Pois s'esterilla, poissas geta 

Un gran badail e pois si seina : 
1264 « Nomine Domil quai enseina 

« Es aiso de bon' aventura ! » 

Pois intra querre sa centura 

E fai una contracelada 
1268 Ves sa mollier qu'es fort irada; 

Pois dis : « Auras sui et estrac ; 

« Ane mais honi tal mollier non hac ! 

« E tu dizes que ges non saps 
1272 « Con la tenguas ni en cals caps? 

« Non saps ? — Si fas. — E quo ? — Bat la ! 

« El batres que m'enanzara ? 

« Deu ! er en plus douza e miellers ? 
1276 « Ans n'er plus amara e piegers : 

« Car tostemps o ai ausit dire 

« Que batres non toi fol consire, 

« Ans, qui castia ni repren (fol. 24) 

1280 « Fol cor, adoncas plus l'espren ; 

« E non ten pro forsa ni tors 

« A cor, pos lo destrein amors, 

1266. sentura. — 1267. contraselada. — 1279. gastia. — 128c. 
cors. 



DE FLAMENCA 49 

t Que non fassa, o tost o tait, 
1284 « Sa volontat ; quis vol lo gart ! 

« Mais eu segrai aquest cossell : 

« De trop freg e de trop soleil 

« La gardarai ben, e de fam. 
1288 « Mal aia mos cors, pos tan l'am, 

« Si de totz autres non la garda ! 

« Ja no i métrai nuiP autra garda 

« Mai mi meteis, car plus fizel 
1292 « Non trobaria, neis en cel. 

« Nulla ren als non ai a far : 

« Pron ai a beur' es a manjar 

« E de cavalgar sui totz las ; 
1296 « Repausar m'ai per esser gras, 

« Car repausar si deu homs veils ; 

« Mais autramens pausera mielz, 

« Car veils hom nom pot repausar 
1 300 « Can l'aven toset' a gardar. 

« Mais eu, si puesc, la gardarai, 

« Engien e forsa i métrai, 

« En zo sera totz mos aturs. 
1304 « La tors es grans e fortz le murs; 

« Laïns la tenrai ensarrada 

« Ab una donzella privada 

« O doas, que non estiu sola ; 
1308 « E sia pendutz per la gola (v°) 

« Si n'eis ses mi, neis al mostier 

« Per ausir messa ni mestier, 

« Et adonc que sia granz festa ! » 
13 12 Ges nom [fai] demora ni resta, 

T. I 4 



50 LE ROMAN 

Ans s'en vai tôt dreih a la tor, 

Et ac ab si un murador, 

E fes li faire aital pertus 
1316 Con hom sol faire a reclus ; 

Aquel respos en la cosina. 

El non dorm ni pausa ni fina, 

Anz poinet en far so que vole. 
1320 Lo cor el cors el sen li tolc 

La gelosia que l'afolla ; 

E nom penses ques el las tolla, 

Anz la creis a totz jorns e dobla, 
1324 Et on mais pot el s'en encobla. 

Nos lavet cap nis ras la barba ; 

D'aquella semblet una garba 

De civada quan es mal fâcha ; 
1328 Pelada l'ac per luecs e tracha 

E mes los pels totz en la bocha. 

Quan la fort gelosial tocha 

El estraga si coma cans. 
1332 Qui es gelos non est ben sans. 

Tut Pescriva que son a Mes 

Non escriran los motz nil[s] vers 

Ni las captenensas que fes 
1336 En Archimbautz cascuna ves, 

Ans die ques eissa Gilosia (fol. 25) 

Non sap aitan con el fasia 

1315: aital, les deux premières lettres grattées. — 1319- so 
ajouté en interligne. — 1328. luesc. — 1330. gelosial, la prem. 
leçon semble avoir été genosal. — 1334. escriurian. — Ibid. los 
parait avoir été gratté, probablement pour rendre au. vers sa mesure ; 
mais c'est sur escriurian qu'aurait du porter la correction. 



DE FLAMENCA 51 

D'esser gilpsa, per c'uimais 
1340 Lo sobreplus als gelos lais, 

Quar moût ne fan de feras merras, 
De tais n'i a, e follas erras. 

Li bona res non sap ques fassa ; 
1344 Moût ergueil e mouta menassa 

L'aven del gilos a suffrir ; 

Sos viures val meins de morir. 

Sil jorn a mal, pietz ha la nug 
1348 Car ren no i te mas sol enug ; 

E sa pezansa, e sa mort, 

Non troba ren que la conort. 

Doas puncellas ac moût gentas, 
1352 Mais atresi eron dolentas, 

Car son presas et essarradas. 

Cortesas son et esse[nha]das ; 

Aisi com podon la confortan, 
135e E, per la bon' amor queil portan, 

De lur pena non lur sove. 

Le gelos vai soen e ve 

E ten ades las claus el ma. 
Í3 60 Ges gaire non estet em pla, 

Anz vai entorn sa tor garan 

Et apinzant e remiran. 

Las doas piucellas servion 
1364 Quant il manjavon ni beviu, 
Car al fenestral de la tor, 

1349. E, ms. t. — 1361. essarradas, ms. enessarradas. 



<- 2 LE ROMAN 

Atressi con en [re]freitor, ( v °) 

Avia fag avan pausar 
1368 Tôt zo qu'era obs al manjar. 
Apres disnar el s'en issia 
Quais per deportar tota via ; 
Mais nous penses ques lonhes trop, 
1372 Ans remania ben de prop, 
Car en la cosinas n'intrava 
É de laïnz el esgarava 
De sa moiller quos captenia, 
1376 E moutas vez el la vesia 

Qu'il eissa de la carn tallava 
E del pa, e pois en donava 
A sas punzelas bellamen, 
1380 [D]el vin e [de] l'aiga eissamen. 
Et el avia ben empres 
Ab lo coc que non parles ges 
Qu[e] el las agaites d'aqui. 
1384 Uns jorns s'avenc que vis faih 
A las puncellas que manjavon ; 
C'om las gaites non s'en garavon : 
L'una puncella levet sus 
1388 E près del vin qu' er' al pertus, 
E conoc ben qu'En Archirabautz 
Estet en la cosin' enclauz, 
Car, vesent ela, s'en anet, 
1392 Et il a si dons o comtet. 

ZI90. Quais, ms. Quar. - i 3 73- la, Copiste avait écrit las, 
avant bris sans doute cosinas pour un pluriel. L s a ete grattée. - 
7 37 6. la, ms. ks. - 1387" Deux lettres ont été grattées entre 
levet et sus. — I39 2 - assi - 



DE FLAMENCA 53 

L'una puncell' ac nom Alis, 
Li meillers res ques hanc hom vis ; 
L'autr' apellet hom Margarida, (fol. 26) 
139e Que de totz bons aips fon complida ; 
Cascuna fes a som poder 
A si dons honor e plazer. 

Moût trais Flamenca greu trebail, 
1400 Car moût sospir et moût badail, 

Moût angoiss[a] e moût sospir 

L'aven[c] per son marit suffrir, 

E mouta lagrem' a beguda. 
1404 Dolenta es et irascuda ; 

Mais d'aisol fes Dieus honor gran 

Car non amet ni hac enfan, 

Car s'il âmes e non agues 
1408 Ab que s'amor paisser pogues, 

Ieu cug ben que pieitz l'en estera. 

Ja negun tems il non amera 

Si Amors, per son jausimen, 
14 12 Noil o mostres privadamen, 

Mais il l'ensenet de son joc 

Quan conoc la sazon nil luec, 

Mais lonc tems plais es tenc per morta. 
14 16 Negun jorn non passet la porta 

Si non es festa o dimergues, 

1394. vis, première leçon vit, corrigée en vis. — 1395- Lautre- 
pellet. — 1397- a ssom. — 1398. Assidons. — 1400. badail, tns. 
trebail, comme au v. précèdent. — 1401. angoisse moût ; entre ces 
deux mots, une lettre grattée. — Ibid., sospir (déjà au vers précé- 
dent), corr. martir? — 1406. non, la prem. leçon parait avoir été 
nom. — 141 1. son ajouté en interligne. 



54 LE ROMAN 

E non es cavallier[s] ni clergues 

Adonc pogues ab leis parlar, 
1420 Car, el mostier, la fes estar 

En un angle qu'es moût escurs : 

Daus doas partz estaval murs, 

E de davan el' el ac messa 
1424 Una post auta et espessa (v°) 

Ques ateis ben tro al me[n]to, 

Hon i sezia, de viro. 

Laïns caup ill e sas donzellas 
1428 El gelos, sis volgues, ab ellas, 

Mais defors sec ad una part 

A guisa d'ors e de laupart ; 

Ben semblet home entreceli. 
1432 Quant hom dizia l'avangeli, 

Sel tems fos clars et estes près, 

La i pogra vezer, se i gardes. 

Il non anava ges ufrir, 
1436 An[z] li fasia lai venir 

Enz Archimbautz lo capella. 

Nous penses queil baizes la ma 

Si non l'agues moût ben cuberta ; 
1440 II non donava ges l'uferta, 

Mais Enz Archimbautz, que la gara, 

Noil laisset descubrir la cara 

Ni traire sos gans de las mans ', 
1444 Ane non la vi le cappellans 

142?. el' m. es; — 1425. ateins. — 1426. On peut lire Hon 
i ou Hom; P.-ê. devrait-on corriger [Lai] hon sezia? — I4 2 7* 
cap, avec u ajouté en interligne. On pourrait proposer eaupr'. — 
1429. sas ms. sau. — 143 1. entreceli parait corrompu. 



DE FLAMENCA 55 

A Paschas ni a Roasos. 

Pas li dona[va] us clersos ; 

Aquel la pogra ben vezer 
1448 Si n'agues engien ni saber. 

Apres missa est s'en issia 

Enz Archimbautz, que ges mieidia 

No[n] i aten ni hora nona ; 
1452 Mantenen las donzelas sona : 

« Venes voî ne, venes vos ne, (fol. 27) 

« Qu'ieu m'anarai disnar dese, 

« No m'i fassas, sius plas, estar. » 
1456 Non las giquia gens orar. 

Aisi lur estet ben dos ans ; 

A totz jorns doblet lur afans, 

Lur enueg[s] e lur desplazer[s], 
1460 E non era matis ni sers 

Qu'Enz Archimbautz non maleges 

A si meteis e non laines. 

A Borbo avia ries bains ; 
1464 Quis vole, fos privatz o estrains, 

S'i pot moût ricamen bainar. 

En cascun bain progras trobar 

Escrih a que avia obs ; 
1468 E no i venia rancs ni clops 

Que totz gueritz no s'en tornes 

Si lo perque i demores ; 

E bainar s'i pot quan si voila : 

1445. Roaios, Z'a ajouté en interligne. — 1458. doblet, première 
leçvn doilet. — 1463. ries, ms. risc. 



$6 LE ROMAN 

1472 Non trobara qui li o tolla, 

Pos n'aura fag plag ni coven, 

Ab l'oste quelz loga nilz ven. 

Et en cascun delz bains naisia 
1476 Aiga tan cauda que bollia; 

Daus l'autra part nais aigua freja 

Ab que li cauda si refreja. 

Contra totz mais i a bains certz ; 
1480 E cascus era ben cubertz 

E claus de murs si co[m] maisos ; 

Cambras i ac en luec rescos (v°) 

On hom poc pausar e jazer 
1484 E refrezir a son plazer. 

Uns n'i ac plus belz e plus rix; 

Cel de cui ero fo amix 

D'En Archimbaut e fort privatz ; 
1488 Moutas ves s'i era bainatz 

Car eran prop de sa maiso. 

L'ostes ac nom Peire Guizo, 

E tenc sos bains moût ben garnitz 
1492 E ben escobat[z] e politz ; 

Non s'i bainet si rix hom no. 

Tôt sene[s] près et em perdo 

En Archimbautz aquis bainava, 
1496 E sa mollier i amenava 

Can li volia far pidanza 

D'alcu solas o d'amistanza ; 

Mai[s] moût petitet li durava 

1472. li o, prem. leçon lo, fi ajouté. — 1483- P ot • — 1486- Cels. 



57 



(fol. 28) 



DE FLAMENCA 
1500 Cil amistatz fera e brava, 

Car tôt avan que dels bains esca, 
Ni [l]eis si descaus nis [dejvesca 
Garava ben los angles totz, 
1504 Poissas s'en vai, si coma goz 
C'om geta de cort jangolan, 
Ques vai per los osses trian. 
L'uis dels bainz serret tota via 
1 508 Ab una fort clau que ténia, 
Pois si vai demoran defors. 
Et quant a leis venia cors 
Que n' issis et il fai sonar 
15 12 A sas puncellas e tocar 

Un' esquilleta que pendia 
Dedins los bains ; adoncs venia 
En Archimbaut[z] per l'ui[s] ubrir, 
15 16 E non podia pas giquir 

Que non disses ab fer semblan : 
« E cossi n'isses mais ugan ? 
« Donar vos cuidei de bon vi 
1520 « Que m'a trames En Peire Gui, 
« Mas tôt per iras m'en laissei : 
« Eu eis a maison l'en portei. 
« Ar vejas s'aves ren estât ! 
1524 « Aranz degram esser disnat ; 

« Non laus bainares mais d'un an, 
« Aiso[u]s convenc, si estaz tan 
« A l'autra ves con fezes ara. » 

1502. Nieis si d. ni si vesta ; api es Nieis, deux lettres (si ou si) 
grattées. On pourrait aussi proposer Ni elas d. — 1507. uis, mis. 
uins. — 1 518. Con. Cossi non i.? — 1523. estar. 



58 LE ROMAN 

1528 Ades vas los bains si regara 

Per vezer si homs n'issiria, 

Car ges sos oilz ben [non] cresia 

Non lai agues home agut 
1532 En un dels angles rescondut. 

Adonc li respon Margarida 

E diz : « Sener, ben fora issida 

« Ma dona, mais per nos estet; 
1536 « Nos li servim quan si bainet, 

« Et en aprop nos sins bainem ; 

« E per aiso tan demorem, 

« E nos avem la colp' el tort. 
1540 — Pas ai », fai s'el, las mas e mort; (v°) 

« Mais voles bain que non fan aucas, 

« Aitan ben sas grans com sas pauchas ; 

« Mais de vos non es meravilla. » 
1544 Alis respon, et arodilla 

Si dons, pueis dis : « Sener, e vos, 

« Geus bainas plus soven que nos 

« E lai estatz plus longamen. » 
1548 Poissas ne ri, car sap que men, 

Quar unquas, pueis que mollier près, 

Nos bainet neil venc neis em pes, 

Nis resonet ungla ni pel ; 
1552 Pron ac fag car estet en cel 

De sa mollier a son vejaire. 

Ges nos fera los guinnos raire 

Per nulla ren c'om li disses. 



1530. oilz, nu. cilz. — 1540. Corr. Passatz? — 1550. Nos, ms. 
Nons ou Nous. — 1552. sel. 



DE FLAMENCA 59 

1556 Grifon semblet o Esclau près. 

E tôt o fes digastendons : 

« Major pavor aura mi donz 

« Sim ve barbât e guinhonut ; 
1560 « Il non fara ges tan leu drut. » 

El termini qu'Ens Archimbaus. 

Era gelos e fers e braus, 

Un cavallier ac em Bergoina 
1564 En cui natura mes sa poina 

En faisonar et e nuirir, 

E saup i trop ben avenir. 

Be i ac salva sa noiridura 
1568 E son estuzi e sa cura, 

Car non fo mais si bella res (fol. 29) 

Ni a cui tan plagues totz bens. 

Tan fon savis e belz e pros 
1572 Ques Absalon e Salamos, 

Sil dui fossan us solamenz, 

Encontra lui foran nïenz. 

Paris, Hector et Ulixes, 
1576 Qui totz très en un ajostes, 

Quant a lui non foran presat 

Per sen, per valor, per beutat, 

Car tan fon bella sa faissos 
1580 C'om es al dire sofraitos ; 

Pero un petit ne dirai 

De sa faiso si con sabrai. 

Lo pel ac blon, cresp et undat, 
1559. ve, ins. vez. 



60 LE ROMAN 

1584 Lo fron ac blanc, aut, plan e lat, 

Los cilz ac niers et arzonatz, 

Lonc[s] et espes, lare devisatz, 

Oils ac grosses, vars e risenz, 
1588 Le naz fon belz et avinenz, 

Loncs e dreitz e ben alinatz, 

A lei d'un bel arbreir format[z] ; 

La cara plena e colrada : 
1592 Rosa de mai lo jorn qu'es nada 

Non es tam bella ni tan clara 

Quo fon li colors de sa cara, 

Lai on si tain, mesclada ab blanc; 
1596 Plus bella colors non fon anc. 

Ben foron faitas sas aureillas, 

Grandas e duras e vermeillas ; (v°) 

Li bocca bella e ginnosa 
1600 Et en tôt quan dis amorosa; 

Las dens esteron per garan 

Plus blancas que d'un orifan ; 

Le mentos fon ben faissonatz, 
1604 Per mieils estar un pauc forcatz ; 

Lo col ac dreg e gran e gros, 

Que non i par nervis ni os ; 

Amples fo moût per las espatlas 
1608 E ac las aisi fortz con Atlas, 

Muscles redons e fortz brasons, 

E brazes tais con vole razons ; 

Las mans ac grans e fortz e duras, 

1585. Los scilz. — 1595. tains; on pourrait aussi mettre leprèterit 
tais. — Ibid. mesclat. — 1607. espallas. — 1608. Atlas, ms. aclas. 



DE FLAMENCA 6l 

1612 Los detz loncs e planas junturas, 

Pie[i]tz hac espes -e sotils flancs ; 

De las ancas non fon ges rancs 

Ans las ac grossas e cairadas, 
iéi6 Coissas redundas e dins ladas, 

Los genoils plans, las cambas sanas, 

Longas e dreitas e ben planas ; 

Pes ac voutis, caus e nerveinz, 
1620 Ane per home non fon ateinz. 

D'aita[l] faison, d'aital semblanza 

Fo noiris a Paris e Franza ; 

Lai après tan de las .vu. artz 
1624 Que pogra ben en totas partz 

Tener escolas, sis volgues. 

Legir e cantar, sil plagues, [fol. 30 

En glies[a] saup mieilz d'autre clergue. 
1628 Sos maïstre ac nom Domergue ; 

Cel l'ensenet tan d'escrimir 

Que nulz hom nos poc si cobrir 

Ques el nol fier en descubert. 
1632 Tarn bell, tam pros ni tan apert 

Non vi hom anc, al mieu semblan, 

Ni que fos aisi de bon gran. 

.vu. pes ac d'aut, et atteis ben 
1636 Dos pes ab lo pe sobre se 

Quan hom li mes en la paret 

Una candela o un muquet. 

161 5. carradas. — 1624. Un grattage (une lettre ou deux) après 
pogra. — 1627. Englies saup. — 163 1. nol, ms. non. 



62 LE ROMAN 

Quant fon cavalliers, non avia 
1640 Mas .xvii. ans et .1. dia. 

Le ducs sos oncles l'adobet, 

.M. e .dcc. liuras li det, 

Et autras .m. det l'en le reis, 
1644 Et autras .m. le coms de Bleis; 

.M. e .ccc. l'en det sos fraires. 

.M. marcs li done[t] l'emperaires. 

Le reis engles fo sos cosins 
1648 E detli .m. marcs d'esterlins; 

Tôt aiso fon de rend' assisa 

Que nos poc perdr'e nulla guiza. 

Fraire fon del comte Raols 
1652 De Nivers, e no fon ges sols 

Quant fon ab lui, so[u]s puesc ben dir. 

En segre cort et en servir 

Mes tôt son percaz e sa renda. 
1656 Sos dons non hac sabor de venda, (v°) 

Car si dons non sec to[s]t promessa 

Non es mais angoisa de pessa, 

E qui trop fai son don attendre 
1660 Non sap donar ni doina vendre, 

E si dos promes es tost datz 

Si meseis dobla e sos gratz ; 

E pos tan si meillura dons 
1664 Per tost donar c'uns ne val dos, 

1639. Le ms. ne marque pas ici d'alinéa. — 1649. renda cisa. — 
165 1. On pourrait proposer, pour mettre d'accord la grammaire et la 
rime, Sos fraire fon le coms R. — 1657. si, ms. sos. — 1660. 
doima ou donia ; corr. deina (denha) ? On préférerait quelque chose 
comme N, s. d., non es mas v. 



DE FLAMENCA 63 

El tost penre fai oblidar 

L'afan c'om trai al demandai - , 

Ben dec aver bona sabor 
1668 So que det Guillems per s'onor, 

Car am donar avanzal querre. 

Gen saup presentar e proferre ; 

De tôt quant fes saup aver grat. 
1672 De lui si tengron per paguat 

Comte e rei, marques e duc ; 

E tencses ben per malastruc 

Tôt home que lui non âmes, 
1676 Ja nol vis, neis ni re nol des, 

Mais que n'ausis lo ver comtar. 

Ges hom de lui nom po[c] gabar, 

Car li vertatz sobraval dih. 
1680 En un an non agran escrig 

So que fasia en un jorn. 

En gran deleit, en gran sojorn 

Eron las domnas que parlavon 
1684 Ab lui d'amor, quan lo miravon. 

Astrucs fon de cavallaria, (fol. 31) 

Car als torneis on el venia 
Menet ab se bella compaina ; 
1688 Cavalliers pren, cavals gazaina, 



1667. Ben, ms. Per. On pourrait aussi penser à Per [so] dec, 
mais levers serait trop long. — 1668. Guillems, ms. W. — 1669. 
avanzal, ms. avancil. Cf. Seneque, de Beneficiis, II, 11 : « Opti- 
mum est antecedere desiderium cujusque... illud melius occupare 
antequam rogemur. » — 1673. reis. — 1680. an écrit en interligne. 
— Ibid. agrán, corr. agr' om? — 1687. compainia. 



<>4 le roman 

E tôt o gasta e o dona. 
E quant a jostar s'abandona 
Nuls homs en sella non rema, 

1692 E cel que pren ab una ma 
Mantenen de la sellai trai 
E, si cos vol, ab lui s'en vai. 
Nom portet massa ni basto, 

1696 Car qui qu'en feris a bando 

Non saupra mot tro l'agra mort, 
Tant ac lo bras pesant e fort ! 

Moût amet torneis e cembelz, 
1700 Domnas e joc, canz et aucelz 
E cavalz, déport e solaz 
E tôt so qu'a pros home plaz ; 
Tan fo bons nom po[c] mellurar. 
1704 Vilelme si fes appellar 

El sobrenom fon de Nivers. 
Chansons e lais, descortz e vers, 
Serventes et autres cantars 
1708 Sabia plus que nuls joglars, 
Neis Daniel que saup ganren 
Nos pogr' ab lui penre per ren. 

Sei hoste tut de lui si lauson : 
171 2 Tant nol sobrecomtan ni bauson 
Mais non lur don al départir ; 
E per zo, quan l'auson venir, 



1696. qui, ms. cui. — 1699. sembelz. — 1701. c. ide port. — 
1704. Vilelme en toutes lettres. — 171 3. non ajouté en interligne. 



DE FLAMENCA 65 

Lur hostal paron e garnisson ; 
1716 Moût home ab lui si formisson. 

Negus joglars, lai on el fos, 

No fo marritz, avols ni bos ; 

Bels garet de fam e de freg ; 
1720 Per so si l'aman tut a dreig 

Car totz los vest els encavalga. 

Ben feir' [ait]al le seners d'Alga 

Si tan ben faire o pogues, 
1724 E pero, si dreitz corregues, 

Atertan li degra valer, 

Car volontier fa som poder 

En passa poder ben soven, 
1728 Quar eu sai ben ques el despen 

En l'an cen ves en un jorn tan 

Com a de renda en tôt l'an. 

Del sieu ben dir no m'antremet, 
1732 Mais, si non fos pen Bernardet, 

De quem sap mal quar plus non l'ama, 

E nonperquan ges non s'en clama, 

Ben pogra dir, senes mentir, 
1736 Que lausan lui nom puesc fallir. 

De Guillem de Nivers vos die 
Qu'el amet Dieu e son amie, 
Et amet elergue e gen laiga. 
1740 Ges nom promes sol pan et aiga, 

1721. v. et els. — 1725. degran. — 1732. fos, première leçoi 
iossa, les deux dernières lettres grattées. — 1737. die ms dir 

t. 1 ; 



66 LE ROMAN 

Aisi con fan a l'ospital, 

Als compainos de son ostal, 

Ans esteron em bels arnes, (fol. 32) 

1744 En rix cavals ab bos conres, 

E pogron far gran messio 

Dar e jugar quan bel lur fo, 

E sojornar .11. mes o .111., 
1748 Que ja de ren qu'aion despes 

Ja sol Postes non parlara, 

Quar ben sap que pagat sera 

Quora que venga en la terra, 
1752 Per tornejamen o per guerra, 

Guillem[s] de Nivers lo cortes 

Qu'era tan de totz bons aips pies 

Que mil cavallier n'agran pro 
1756 En fora cascuns tengutz pro. 

Tant ac lo cor franc e gentil 

Et en ben apenre sotil 

Que non fon res el mon tan grieus 
1760 A lui nom paregues trop leus. 

Ancar d'amor no s'entremes 
Per so que lo ver en saupes ; 
Per dir saup ben que fon amors, 
1764 Cant legit ac totz los auctors 

Que d'amor parlon e si feinon, 
Consi amador si capteinon. 
Car ben conoc que longamen 

1744. bos, vis. bon. — 1746. Dau. — 1752. O p. t. — 1755. 
agron. — 1756. t. per p. — 1757- cors. — 1760. lui, ms. leis. 
— 1762. lo, ms. per. 



DE FLAMENCA 67 

1768 Nom po[c] estar segon joven 

Ques el d'amor non s'entrameta, 
Per so pessa que son cor meta 
En tal amor don bens li venga 
1772 E que a mal hom non l'o tengua. (v°) 

En aiso ac som pessamen. 
Per moutas gens au et enten 
Com ténia Flamenca presa 
1776 Cel que la cuj' aver devesa, 
Et au dir per vera novella 
Quel miellers es e li plus bella 
El plus cortesa qu'el mon sia. 
1780 En cor li venc que l'amaria 
S'ora pogues ab ella parlar. 
Mentre qu'estai en cest pensar 
Amors ben près de lui s'acointa 
1784 E fes si moût gaia e cointa ; 
Fort li promet et assegura 
Qu'il li dara tal aventura 
Que moût sera valent e bona. 
1788 Fort lo presica el sarmona 
E mostra li es ben artos 
E sobre totz homes ginos : 
« Saps pron d'agur e pron de sort ; 
1792 « Ancar non saps lo rie déport 
« Qu'eu t'ai en una tor servat ; 
« A ton obs lo ten hom serrât. 
« Us fols gelos clau e rescon 

1788. salmona. — 1793. servat, ms. serrât, la seconde r exponc- 
Uièe et remplacée par u. — 1795. Le ms. marque ici un alinéa. Le 
rubricateur a peint un A au lieu d'un V. 



68 LE ROMAN 

1796 « La plus bella dona del mon 

« E la meillor ad ops d'amar ; 

« E tu sols deus la desliurar, 

« Car tu es cavalliers e clercs, 

1800 « Per zo t'a obs ades encercs 



Cella nug jac ad un repaire (fol. 33) 

Près de Borbo de .xv. legas. 

Amors nol tenc ni pas ni tregas 
1804 Que daus totaz partz non l'assaila : 

Veilant e dormen lo trebaila ; 

A lui non cal sis dorm o veilla, 

Ades l'es Amors a l'aureilla, 
1808 Et es li vejaire quel diga 

Ques levé sus, car trop si triga. 

Ben fa parer l'aia trobat 

Solet quant tan fort lo combat. 
181 2 Si fos en un tornei armatz 

On agues mil colps près e datz 

Ja, fe queus dei, tant noil sovengra 

D'amor ni al cor non la tengra, 
181 6 Qu'ausit ai dir, e sai qu'es vers, 

Que trop aizes e trop lezers 

Adus amor mais c'autra res ; 

E qui dopta qu'aissi non es 
1820 Per Egisteu o pot saber, 

Quar cel ne saup, so diso, -1 ver. 

1799. cliercs. — 1800. encerscs. Après ce vers il tnanqtie deux 

feuillets, qui formaient le centre d'un cahier. 



DE FLAMENCA 69 

Quis toi repaus amor si toi ; 

Per so tenc ben cellui per fol 
1824 Que vol repausar e jasser 

E sojornar a som plazer 

Si d'amor si cuja défendre ; 

Mais qui la vol aucir o pendre 
1828 O tener captiva enclausa 

Tolla de se aisin' e pausa ; 

Proverbis es : qui trop s'azaisa (v°) 

Greu er si per amor nos laiza. 

1832 Moût es Guillems en greu torment, 

Amors lo pais de bel nient, 

Plaser li fai so qu'anc non vi. 

Ben volgr'aver un bon devi 
1836 Quel disses so que l'avenra; 

De l'autra part non o vol ja : 

Mais vol estar ad aventura, 

Car esperansa trop segura 
1840 Non a tan de bona sabor 

Con cil ques mescla ab paor. 

Lo matinet, quan l'alba par, 
Guillem[s] nos fes gaire sonar, 
1844 Ans si levet per si meteis ; 

Ges le jorns el lieg non l'ateis. 
Siei donzel si foron levât, 
Ensellat agron e trossat 

1827. ausir. — 1830. Perverbis (p barre). — 1852. Le rubri- 
cateur a peint un O au lieu d'une M. — Ibid. Guillems, ms. W. 
— 1841 cil, ms. sil. 



70 LE ROMAN 

1848 E no i hac ren mais de l'anar. 

Guillems vai al mosticr orar, 

E diz soven en s'orason : 

« Bels sener [Deus], voilas mom pro ; 
1852 « Garas mi de mal e d'enug, 

« E das mi bon alber[g] anug. » 

A l'ostal torna comjat penre, 

Vin trobet e raust e pan tenre 
1856 De ques disnavan sieu donzel. 

Sos hostes er' anatz ab el 

E preguet lo fort que manjes 

Sol un petit ans ques ânes. (fol. 34) 

1860 « Hostes », fai s'el, « nom vol disnar, 

« Car trop poiria demorar, 

« Mas aquist donzel son toset 

« E devon manjar matinet, 
1864 « Que non es vergoina ni onta. » 

Son hoste saluda, pois monta 

E met s'en la via primiers. 

L'ostes ajudals escudiers 
1868 Entro que tut foron montât ; 

Lur senor segon abrivat 

Entro que foron près de lui. 

Ancara non troban a cui 
1872 Demandon via ni semdier, 

Car il eran tut li primier 

Que de la vila donc ission, 

Pero la via ben sabion 

1848. hac, rh est ajoute en interligne. — 1874. dont. 



DE FLAMENCA 71 

1876 Car passât n'eron autra ves. 

Guillems vai pensant, e bel les, 

Car negus hom mot no li sona. 

A Borbo venc ad ora nona, 
1880 E quis tôt lo meillor ostal 

El plus pros hom el plus leial ; 

Et hom li dis qu'En Peire Gui, 

Si cons pessavon sieu vezi, 
1884 Eral plus pros hom de la vila ; 

Sa moller ac nom Bellapila. 

Ben fon quil mostret la maison. 

A la porta, laz un peiron, 
1888 Sec le pros oms, e quant el vi (v°) 

Guillem venir, em pes salli ; 

Gen lo saluda e l'acoil : 

« Sener », fai s' el, « albergar voil 
1892 « Ab vos, sius plas ni vos es bel, 

« Quar hom m'a dig qu'en cest castel 

« Non a nul home tan valen, 

« Cavallier, borzes ni serven. 
1896 — Sener, hom vos dis som voler, 

« Mais aitan vos fas ieu saber 

« Que ja daus mi nous vengfY] afans 

« Si albergavatz neis .x. ans ; 
1900 « E veus ostals e las maisons 

« Al vostre plazer em perdons ; 

« Pro i a estables e soliers 

« E cambras a cent cavalliers. 

1877. c bel les, tns. abeilles. — 1880. E, «f. A. 



72 LE ROMAN 

1904 — Sener, merces » ; ab tan s'alberga. 
S'osta non semblet ges Ramberga, 
Ans fon bella domna de teira, 
Eissirnida e presenteira, 
1908 E saup ben parlar bergono, 
Frances c tïes e breto. 
E quan vi Guillem aitan gent, 
Tan bel, tan gran, tan covinent, 
19 12 Penset si ben que fos ries hom ; 
Desempre demandet so nom, 
E dis, ausen, sos donzellos : 
« Domna, Guillems ha nom lo pros. 
1916 — Sener, vos sias ben vengutz. [fol. 35 

« Em pauc de tems est fort cregutz ; 
« Ane hom non vi, mon eicient, 
« Homen tan gran de tal jovent ; * 
1920 « Ben aial maire queus portet 
« E queus noiri nius alajet ! 
« Vos non es ges ancar disnat, 
« E sains es tôt adobat. 
1924 « De fora venc vostr' ostes ara, 

« Per que non em disnat ancara ; 
« Pro i aura per vos e per nos, 
« S'avias neis mais compainos. 
1928 « Totz pros hom que sains deissent 
« Estai ab nos per covinent 
« A tôt lo meins lo prumier dia, 



1904. Grande capitale à ce vers. — 1906. de teira, corr. enteiraî 
— 1912. bem. — 1915- Ou Guillems, ms. Guill'. 



DE FLAMENCA 73 

« Pois tota hora, sil plazia. 
1932 — Ben segrai vostra volontat 
« E so qu'aves acostumat », 
So dis Guillems, « mais tan vos plas. 
— Sener, merces, donquas lavatz. » 

1936 Li donzell agron establat 

E tut lur arnes estujat, 

Et il meteis porton la clau. 

[B]e son albergat e suau ; 
1940 Pron an a manjar et a beure 

Et hoste on si pogron pleure. 

Oimais pense quis vol d'amors ! 

Que près es de Guillem li tors 
1944 On es le cors qu'en son cor ha ; 

Mais de lonc tems non o sabra 

Cil qu'es enclausa, et enclau (v°) 

Lo cor de cel que moût s'esgau 
1948 Quan pot vezer ni remirar, 

De lai on s'assis al manjar, 

La tor on es so que tant ama. 

On plus manja e plus afama 
1952 De venir lai on sos cors es. 

Ja cil non er sadols ni pies, 

Car plus ques abis non a fons ; 

Aiso sap totz homs desirons, 
1 956 E majoraient cel que désira 

1932. Domnaben. Il se pourrait que domna fût le commencement 
d'un vers dont le reste aurait été omis ainsi que le vers correspondant. 
— 1937. estiuat. — 1952. venir, ms. vezer. — 1953. cil, corr. cel? 



74 LE ROMAN 

Joia d'amor quant trop li tira. 

Apres manjar Guillem[s] lavet. 

Los bains e las cambras cerquet 
i960 Ab son oste que tôt l'o mostra, 

E dis li : « Sener, cist er vostra, 

« O aquist, si meils vos plazia. » 

Guillems ren als non atendia 
1964 Mais [que] trobes unas fenestras 

Dorvpogues remirar las estras 

E la tor on Flamench' estava. 

Trobat a so que demandava, 
1968 E dis a l'oste : « Cist m'asauta, 

« Car es majer e plus adauta. » 

L'ostes respon : « A bon aùr ! 

« Sains estares ben segur ; 
1972 « Ben poires far vostre plazer. 

« Le coms Raols i sol jasser 

« Cora que vengues a Borbo, 

« Mais loncs tems a que non sai fo (fol. 36) 
1976 « Car mon sener es fort camjatz 

« Que sol esser moût esseinatz ; 

« Mas unquas, pois que près mollier, 

« Non lasset clm ni vesti fer, 
1980 « Ni tenc en ren segle ni près; 

« E ben sai qu'ausit o aves. 

— Ostes, ben o ai ausit dire, 

« Mas d'autra caus' ai plus consire, 
1984 « Quar un mal ai que mi destrein; 

1983. Apres autra, le copiste avait écrit part, qu'il a exponctui. 



DE FLAMENCA 75 

« E si per aquest non revein, 

« Non sai ren quem diga nim fassa. 

— Sener, tôt aures quant vos plassa », 
1988 Dis l'ostes, « e joi e santat 

« Doneus Deus per sa pietat. 

« E d'aisous fas ieu ben certa 

« Que ja nuls hom non sa venra 
1992 « Tan destreitz non garisqu' els bainz, 

« Ab sol que lo perque s'i bain. » 

Li cambra fon bella e polida 

E de totas res ben garnida ; 
1996 Non fon meins lieitz ni fugairos 

Ni nulla res ques obs i fos. 

Guillems ac fah laïns mudar 

Tôt son arnei et estujar. 
2000 E quan l'ostes s'en fon issitz, 

Coma savis et eissernitz, 

Sos donzels prega e castia 

Ques gardon fort de vilania. 
2004 Ben lur mostra e lur enseina (v°) 

Per ren non digon nuil' enseina 

De lui, mas per una rason 

Digon qu'el es de Bezanson. 
2008 Ja negus nos fassa mandar 

De nulla ren que déjà far, 

E largamen menon vianda ; 

So fara l'us que l'autre manda ; 
2012 Tut siu senor e servidor, 

1986. rem. — 2001. eissarnitz. 



76 LE ROMAN 

E porte Pus a l'autr'onor, 

Car totz jorns manjaran ab l'oste ; 

E ja non gardon quant lur costc, 
2016 Sol pro n'i aia e bon sia. 

Quascus pense de cortesia 

E de servir a som poder, 

Car servisis ab bon saber 
2020 Adus amix e guisardo, 

E val n'om mais tota sazo : 

« Pensas de vos, pensas de me. 

— Sener », fan s'il, « fait sera be. » 

2024 So fol sapte de Pascha clusa, 

El tems quel rossinols accusa 

Tot[z] cels que d'amor non an cura. 

Us auriols per aventura 
2028 Lo matinet cantet el bruil 

Justa Guillem que non claus l'uil 

Cella nug, ni far nol podia, 

E nomperquant el si avia 
2032 Lo leg net [e] mol, lare e blanc. 

Mais, cora ques tengues per franc, (fol. 37) 

Ar si ten per près e per ser, 

E dis : « Amor, domna, com er ? 
2036 « Que fares d'aicest cavallier? 

« E jam promesest vos l'autrier 

« A bona fem cossellasses ; 



2021. val nô. — 2022. Corr. Pense (à la I" pers. du sing.) ? — 
2023. S. fait cil. — 2024. Le ins. ne marque pas d'alinéa à ce vers. 
— 2026. sels. 



DE FLAMENCA JJ 

Non auri'obs m'o tardasses, 
2040 « Qu'ieu ai fah vostre mandament : 
Partitz soi de tota ma gent 
E vengutz sai en est pais 
Aisi con estrainz pellegris, 
2044 « Que negus hom no m'i conois. 
Tôt jorn sospire es angois 
Per un désir que mi destrein. 
Vers es que malautes mi fein, 
2048 « Mais a longas nom calra feiner 
Sin aissim deu gaire destreiner 
Le mais quem sent, que mais non es 
Ans mi plas mais que nulla res. 
2052 « Ane mais ses mal ta[l] mal non aie, 
« Mais un proverbi disol laie 
« Qu'ieu ai proat aras en me : 
« Adura ben, aquel ti ve, 
2056 « Adura mal, fai atertal. 

« De vos mi plain e ren nom val, 
« Car neis nom deinaz escoutar. 
« Bem degraz sol u mot sonar 
2060 « Quem feses alcun bon conort. 
« Mais vos aves dreg et eu tort 
« Car mi desconfort aisi leu ; (v°) 

« Ancar nom deu esser trop greu, 
2064 « Ancara non sai [que] vinc querre. 
« Amans deu portar cor de ferre, 
« E per lo nom bem proarai 



2053. proverbi, ms. perverbi (p barre). 
— 2064. sain ms. sam. 



•2058. nom, ms. non. 



78 LE ROMAN 

« Que totz amanz am cor verai 
2068 « Deu esser plus ferms qu'azimans : 
« Car cel es compoz, et « amans » 
« Es totz simples, que non a partz, 
« Pero es plus ferms, so dis artz ; 
2072 « E per so duron l'élément 

« Car simple son, e plus leument 

« So qu'il compono si corromp, 

« Car us contraris autre romp ; 
2076 « Mais amors es cais elemens 

« Simples e purs, clars e luzens, 

« E fai soen de dos cors u, 

« Quar si met égal en cascu : 
2080 « Us es dedins e dui defors, 

« Et ab un cor lia dos cors ; 

« Mas si non s'i met engalmen 

« Ges no i po[t] durar longamen, 
2084 « Car cel cors en que meins n'aura 

« Autres contraris recebra, 

« Quar mestier ha que sia pies ; 

« Per so l'amors no i dura res 
2088 « Quar pauc n'i a e par non dura, 

« Car d'amors es tais sa natura 

« Que non vol compainon en cor : 

« Qui l'i met l'un o l'autre, mor ; (fol. 38) 
2092 « Tôt un cor vol aver per se, 

« Et en aisi dura jase. 

« Amors non fai ges coma falsa, 

2079. gascu. — 2083. no i, mu. nom ; cf. v. 2087. — 2088. 
O. par n'i a e pauc n. d. — 2094. falsa, corr. salsa ? 



DE FLAMENCA 79 

E s'o fai tengas la per falsa ; 
2096 « Per so l'apel simpla e pura 

Car non recep nulla mestura. 
E l'azimans, sitôt s'es durs, 
Non es tan simples ni tan purs, 
2100 « Car si d'adiman ostas di 
Aures aman, et en lati 
Le premiers cas es adamas 
E compo si à'ad e d'amas, 
2104 « Mas lo [vul]gar a tan mermat 
Cel ha que l'a en i tornat ; 
Mas tan con a val mais ques i 
Tan valon mais eu sai ben qui 
2108 « Ad obs d'amor que cil non fan 
Ques van d'amor tôt jorn gaban 
E d'amor un mot non entendon ; 
Re non sabon ni non aprendon. 
21 12 « Non dirai plus quar non son digne 
De comparar plus qu'ad u cigne 
Una chavesc'o un nozol ; 
Entenda o chascus sis vol ! 
21 16 « Levar m'ai doncs, que ben es jorns, 
El jassers no m'es pas sojorns. » 
Adonc si leva e seina si ; 
San Blaze pregu'e sant Marti 
2120 E san Jorgi e san Geneis, (v°) 

E d'autres sains ben .v. o .vi. 
Que foron cavallier cortes, 



2108. sil. — 2112. Nom. — 2113. signe. — 2114. chaues cos 
in (ou ui) nozol ; une lettre grattée après cos. 



80 LE ROMAN 

Ques ab Dieu l'acapton mcrces ; 
2124 Mais, abans que vestitz si fos, 

Ubrils fenestrals ambedos 

E vi la tor on cil estet 

Per ques el plais e sospiret, 
2128 E sopleguet li de bon cor : 

« Na Tor », foi s'el, « bell'est defor, 

« Ben cug dedins est pur' e clara ; 

« Plaguess' a Dieu qu'ieu lai fos ara 
2132 « Si qu'Ens Archimbautz no lam vis, 

« Ni Margarida ni Alis ! » 

A cest mot laisalz bras cazcr 

E nos poc em pes sostener ; 
2136 La color pert, le cors li fail. 

Abtan us de sos donzels sail 

E cujet si qu'el si blesmes ; 

E sis feira si nos coches, 
2140 Ques ab sos braz lo cap li cein 

E tan quant pot vas si l'estrein, 

Et en son lieg l'en a tornat. 

Ane non vist home tan cochât 
2144 En tan pauc d'ora per amor. 

Le donzelletz hac gran paor 

Quant noil troba ni pois ni vena. 

Fin'Amors l'esperit l'en mena 
2148 Lai en la tor on si jasia 

Flamenca, que pas non sabia (fol. 39) 

2131. lai, ms. lam. — 2159. Une lettre grattée après nos. — 
2140. sein. 



DE FLAMENCA 8l 

Qu'om fos per leis enamoratz. 

Guillems la ten entre sos bratz, 
2152 Gen la blandis e la merceja 

E tan suavet la maneja 

Que ges sentir non o podia. 

S'ela saupes qui la ténia 
2156 Tan douzaipen en visio, 

El gelos fos en pasmaso 

Tal don jamais non revengues, 

Non es noms que dire pogues 
2160 Lo deleig ni la benanansa 

Ques dera per bon'esperansa. 

Si pogues esser cominals 

Aitals plazers esperitals, 
2164 Ben cug valgues unas daveras, 

Que désir e falsas espéras 

E pensar d'aiso que non fo 

Ni ja non er nulla sazo 
2168 Adus calc'umbra de plazer. 

Quant Amors ac fag som plazer 
De l'esperit, a[b] lui s'en torna 
Dreg a Guillem, el cors n'ajorna 

2172 Quar tôt avans quels oils ubris 
Tota la cara el fronz li ris ; 
So fon alba, e quant ubri 
Sos oilz, adoncas s'esclarsi 

2176 Le soleilz que fon ja levatz. 

2153. meneja. 

T. I 6 



82 LE ROMAN 

Guillems es bels e ben colratz, 
Ben fai parer aia estât (v°) 

En luec don si ten a pagat, 
2180 Car plus alegres ne tornet 

E plus bels que non lai anet. 

Le donzelletz ac tan plorat 

Ques a Guillem a tôt mollat 
2184 Lo mento e la cara el fron, 

E dis li : « Sener, ben gran son 

« Aves aùt, et eu gran dol. » 

Sos ueils ensug'ab un lensol, 
2188 E Guillems dis : « Amix, so auh, 

« Tu as agut dol del mieu gauh. » 

Per so fon dih ben a rason 

[Que l'Jautrui dol badallas son. 

2192 Em braias fon et en camisa; 

Un mantel vert ap pena grisa 

A mes sot si a la fenestra. 

Li tor estai a la man destra. 
2196 Tant cant si poinet a caussar 

Nol poc ges hom la tor emblar. 

Tôt bellamen si vest es caussa, 

E non ac sabbata ni caus[s]a 
2200 Mais us bels estivals biais 

Que foron fag ins a Doais ; 

Caussas de saia non caussera 



2187. Il y avait ensuga, Z'a a été gratté. — 2191. badallas, mm. 
albadallas. 



DE FLAMENCA 83 

Si ben hom tant non la tirera. 

2204 Soen sospira de preon 

Et a cascun sospir respon : 

« A gran peccat la tenon presa ; 

« Ai! bella res, dous' e cortesa, (fol. 40) 
2208 « Franca, de totz bos aips complida, 

« Non voillas qu'ieu perda ma vida 

« Tro de mos oils vos aia vista ! » 

Adoncs a sa gonella quista, 
2212 El donzelletz tost l'apareilla 

Qu'era plus savis ques abeilla, 

Plus alegres e plus formitz 

Non es mostela ni formitz, 
2216 Be l'aiga porta en un bassi ; 

Guillems lava, pois si cusi 

Las margas moût cortesamen 

Ab un' agulleta d'argent. 
2220 Una capa de negra saia 

Ben faita vest, e pois assaia 

Com ira encapaironatz 

Aisi com homs cant es banhatz. 

2224 Abtant lai venc En Peire Gui 

E dis : « Bels sener, bon mati 

« Vos don uei Dieus et autras oras. 

« E con est levatz tan aboras ! 
2228 « Gratis ora er abans ques diga 

« Ancui la messa, c'om la triga 

2216. On pourrait lire Bel' ou supprimer Be. — 2224. lai, tns. 
lo. — 2226. uei, pu. ieu. — 1229. c'om la, prem. leçon comtra? 



84 LE ROMAN 

« Per mi dons que la vol auzir. » 
Guillems fes adoncs un sòspir 
2232 E dis : « Bels hostes, pur anem 
« Dreg a la glieza et orem ; 
« Pois irem foras deportar 
« Entro aujam lo sein sonar. » 
2236 L'ostes respon : « Bel sener cars, (v°) 

« Ja d'aiso nous serai avars 
« Ni de ren que plazer vos déjà. » 
Guillems ac una gran correja 
2240 En la maleta tota fresca 

Ab fivella d'obra francescha ; 
Be i ac d'argen tro ad u marc, 
E c'om la pezes neis ben lare, 
2244 Car bella fon, rica e genta; 
Guillems a Poste la présenta. 
L'ostes Penclina bellamen, 
E dis li : « Sener, rie presen 
2248 « Ha en aquest, si m'ajut Deus; 
« Le pessamens es ara mieus 
« Consius en renda guisardo. 
« Trop m'aves fag ara rie do. 
2252 « Ben pot hom dir d'aital estrena 
« Que bona es e tota plena, 
« Car li fivella qu'es tan grans 
« El cuers, qu'es ben dels vers yrlans, 
2256 « Val en cest pais un tesaur; 



2231. adoncas. — 2236, 2246. Grandes capitales à ces vers. — 
2243. la, tns. lo. — 2245. la ajouté en interligne. 



DE FLAMENCA 85 

« Assas l'am plus que s'era d'aur. » 

L'ostes fo moût de bona fe, 
E per mollier nom perdet re ; 
2260 Noil quai pensar de son alberc 
Per negun home que i alberc. 

Amdui s'en van dreg al mostier, 

Mais non son ges d'un consirier, 
2264 Quar Guillems a som pensamen 

Tôt en amor, qu'aïs non enten, (fol. 41) 

E l'ostes pensa de gazain 

E conssi appareil som bain, 
2268 Car bes pensa que l'endema 

Sos ostes aquis bainhara. 

El mostier es Guillem[s] intratz, 

E, quan si fon agenollatz 
2272 Davan l'autar de san Clemen, 

Deu a pregat devotamen 

E ma domna sancta Maria, 

San Michel e sa compania 
2276 E totz sans, c'usquecs li valgues ; 

Dos paters nosters diis o très, 

Et una orason petita, 

Que l'ensenet us san[z] hermita, 
2280 Qu'es dels .lxxii. noms Deu 

Si con om los dis en ebreu 

Et en latin et en grezesc ; 

Cist orazon ten omen fresc 

2275. Deux lettres ont été grattées après sa. — 2277. nostrers. 



86 LE ROMAN 

2284 A Dieu amar e corajos, 

Consi fassa tôt jorn que pros ; 

Ab Dom[n]ideu troba merce 

Totz hom que la dis e la cre, 
2288 E ja non fara mala fi 

Nuls homs que de bon cor s'i fi 

O sobre si la port escricha. 

Quant Guillems ac l'orazon dicha 
2292 Un sautier pren e ubri lo ; 

Un vers trobet de quel saup bo : 

Zo fon Dilexi quoniam ; 

« Ben sap ar Dieus que voliam, » 
2296 Ha dih soau, el libre serra. 

Ades tenc los oils clis vas terra, 

Pero, avan que s'en issis, 

Garet ben on li domna sis, 
2300 Quora que laïnz fos venguda, 

Mais nos penssava ques e muda 

La tengues hom dedins la gliesa. 

Abtan sos ostes li dis : « Eia ! 
2304 « Sener, ben moût sabes orar. 

« Moût avem saïnz rie autar 

« E moût gloriosa vertut ; 

« Vos [o] aves ben conogut, 
2308 « Que de letras sabes assas. 

— Ostes, ben sai, mais no m'en fas 

« Ges ara trop gais ni trop leri, 

« Si ben sai legir mon sauteri 
2312 « E cantar en un responsier 

2295. sap, dis. saup. — 2304. Gratuit capitale à ce vers. 



DE FLAMENCA 87 

« E dir leisson en legendier. 

— Sener, ben moût ne vales mais. 

« Si fos mon sener aitan gais 
2316 « Con esser sol, beus acullira 

« Et onrera sempre queus vira ; 

« Mais gelosia lonz a tout. 

« E nos conoissem tut de sout 
2320 « Qu'el es gilos non sab per que, 

« Car la plus de bon'aire re, 

« La gensor e la mais plazen, 

« De bon adaut a tota gen, (fol. 42) 

2324 « Ha per mollier c'om aver déjà ; 

« Mais el languis e mor d'enveja, 

« E fai l'estar neis a rescost, 

« Cant es saïnz, tras cella post. » 
2328 Guillems respon : « Non sap ques fa, 

« E ja ben leu non li valra ; 

« Mais no m'en cal, ques vol s'en fassa ! » 

Abtan s'en passon per la plaza 
2332 E van s'en fors en un gardi 

On le roncinols s'esbaudi 

Pel dous tems e per la verdura. 

Guillems se get' en la frescura 
2336 Desotz un bel pomier florit. 

L'ostes lo vi escolorit 

E cujet si quel malautia 

De quel parlet a l'autre dia 

2328. Grande capitale à ce vers. — 2331. Le rs. 11e marque 
point d'alinéa ici. — 2334. Pel, ms. Per. 



88 LE ROMAN 

2340 L'agues en aissi descolrat ; 

Fort prega Deu quel don santat 

El lais complir tôt zo qu'el vol. 

Guillems entent al rossinol 
2344 E non au ren que l'ostes prega. 

Vers [es] qu'Amors homen encega 

E l'auzir el parlar li toi, 

El fai tener adonc per fol 
2348 Cant aver cuja plus de sen. 

Guillems non au ni ve ni sen, 

Nils oils non mou, ni ma ni boca; 

Una douzor al cor lo tocha 
2352 Quel cantz del rossinol l'adus, (v°) 

Per qu'estai cecs e sortz e mutz, 

Et aisil clau tota l'aurella 

Cil douzors qu'el cor li reveilla 
2356 Ques autra res no i pot intrar, 

Ans coven que per joi menar 

Cascus dels sens al cor repaire ; 

Car le cors es seners e paire, 
2360 E per so, cant ha mal ni be, 

Cascus dels sens a lui s'en ve 

Per saber tost sa volontat ; 

E, quan son laïns ajostat, 
2364 Om es defors totz escurzitz 

Et estai quais esbalauzitz ; 

E pos mais o bes dins los fai 

Tornar, meravilla non ai 

2549. aus ni ves. — 2352. rossinols. — 2366. bes, ms. ben. 



DE FLAMEMCA 89. 

2368 Si jois d'amors, cant es corals 

E mescladamens bes e mais, 

Los fai tornar ad espero 

A lur senor, sil[s] en somon. 
2372 E tut li sen an tal usage 

Que, se Tus formis so message, 

L'autre de re non s'entremeta, 

Mais tota s'ententio meta 
2376 A lui ajudar e servir, 

Si que tut aion un consir ; 

E per cesta rason s'ave 

Qui pessa fort que meinz ne ve, 
2380 Men[s] sen e men[s] parla et au, 

E ja nol toc hom trop suau (fol. 43) 

Cel colp non sentira negeis ; 

Zo ve chascus per si meteis. 

2384 Le rossinol[s] sa voz abaissa 
E de chantar del tôt si laissa 
Sempre quel sein auzi sonar. 
« Sener, ben es ora d'anar, » 

2388 Dis l'ostes, « oimais a la messa. » 

Guillems enten, car plus non pensa, 
E diz : « Hostes, aisi cous plaz, 
« Qu'ieu la voil esser plus viatz 

2392 « Que sia la messa moguda 



2372. Une lettre imparfaitement grattée avant tal. — 2376. et 
asservir. On pourrait conserver cette leçon et remplacer ajudar par 
aidar. — 2381. nol toc, corr. sil toc'? — 2387, 2389. Grandes, 
capitales à ces vers. — 2391. Vers écrit sur grattage. 



90 LE ROMAN 

« Ni gaire de la gent venguda. 

— Sener, abora lai serem ; 
« Eu e vos el cor intrarem, 

2396 « Car ieu sai lc-gir e cantar 

« Quesacomet, mais non ges clar. 

— A ! bels ostes, que ben aiatz ! 
« Per que so vos rai celavatz ? 

2400 « Per vostr' amor eu cantarai 

« Ab vos, que de cantar pron sai. » 

Al mostier s'en van ambedui ; 

Non troban cella ni cellui 
2404 Qae non lur diga : « Deus vos sai ! » 

Usages es del tems pascal 

due volontier totz hom salut. 

Quant al monestier son vengut, 
2408 Amdui s'en intreron el cor ; 

Per un pertus poc vezer for [v° 

Guillems, ques homs non s'en près garda. 

Ades apinsa et agarda 
2412 De Flamenca cor' intraria ; 

E cujas ben, si la vesia, 

Que desempre la conogues ; 

E sis feira s'il non tengues 
2416 Davan sa cara ges de benda. • 

Non la veira, en als entenda, 

Si non o fai tota cuberta ; 

Mais s'il fos per nulla ren certa 

2394. Grande capitale à ce vers. — Uni., laisferem. 



DE FLAMENCA 91 

2420 Qu'el mostier agues tal amie, 

Non laissera per l'enemic 

Que ben non trobes uccaiso 

Comen li mostres lo mento ; 
2424 Al meins baissera lo nasil, 

O feira parer c'ostes fil 

O calque ren davan sos oilz. 

Noil tolgra paors ni ergoilz 
2428 Quant intrera que non cènes 

Ab lo man nuz, e non gares 

Tan sai e lai entro que vis 

Cel que d'amor per leis languis. 

2432 En gran baticor estai ara 

Guillems per si dons ques agara. 

Vejaire l'es de cascun' umbra 

Quel portai de la glieis' enumbra 
2436 Qu'En Archimbaut[z] sia que venga. 

Li gens per lo mostier s'arenga. 

Quan fon venguda et intrada 

E la tersa mouta sonada, (fol. 44) 

2440 Adoncs venc le fers aversiers 

Per digastendonz totz derriers. 

Egaiatz fon e mal aceutz ; 

Ane non fon mens mas sol l'espeutz 
2444 Que non semblés tal espaventa 

Con vila fan ab vestimenta 

Contra senglar en la mo[n]taina. 

2428. nom senes. — 2429. man e nuz, Te expotictuê. — 2437- 
gent corrigé en gens. — 2442. Corr. Esglaiatz ? 



9 2 LE ROMAN 

Josta lui fo, e sa compaina, 
2448 Tal con fo, li bella Flamenca ; 
Et al meinz que pot s'aprobenca 
De so marit, que dol li fa. 
Sus el portai un pauc rema 
452 E sopleguet moût humilmen ; 
Adonc la vi prumieramen 
Guillems de Nivers si com poc ; 
Los cieilz nils oils de leis non moc, 
2456 Mais langui, plais, fol desplazer 
Car del tôt non la poc vezer. 
Amors li dis : « Zo es aquil 
En cui desliurar m'assotil, 
2460 « E voil que ben t'i assotilles ; 
Pero ges tan no l'arodilles 
Que nuls homs s'en posca percebre. 
Ben t' enseinarai a decebre 
2464 « Lo malastruc, fol, envejos 
A cui fora mieilz si non fos, 
E de la bendat venjarai. » 
Adoncs Guillems sos oilz retrai, 
2468 Car si dons en la cambr'intret (v°) 

E desempre s'agenollet. 
Le preires dis : Asperges me, 
Guillem[s] si près al Domine 
2472 E dis lo vers tôt per ent[i]er. 

An[c non] cug mais qu'e cel mostier 
Fos tam ben dig ; el preire issi 

2449. P oc - — 2457. pot. 



DE FLAMENCA 93 

Fora del cor, e portet li 
2476 Us vilas l'aiga beneseita, 

Vas N' Archimbaut, [a] la ma dreita, 

Per zo que l'aigal don'avanz. 

A Guillem renias totz le canz 
2480 Et a son oste que l'ajuda ; 

Mais soen gara vaus la muda, 

Que del pertus los ueils non mou. 

Le cappellas ab l'isop plou, 
2484 Lo sal espars per miei lo cap 

A Flamenca lo miels que sap,- 

Et ill a fag un obertura 

Dreit per mei la pelpartidura 
2488 Per zo que meilz lo pogues penre. 

Lo cuer ac blanc e prim e tenre 

El cris fon bell' e resplendens. 

Le soleils fes moût qu'avinens, 
2492 Car tôt drei[t] sus, per mei aqui, 

Ab un de sos rais la feri. 

Quan Guillems vi la bell'ensena 

Del rie tesaur qu'Amor[s] l'ensenna, 
2496 Le cors li ri totz e l'agensa, 

E signum salutis comensa. (fol. 45) 

Le sieus cantars plac moût a totz, 

Car moût âvia clara voz 
2500 E cantet ben e volontiers. 

Qui saupes qu'el fos cavalliers 

2477. [a], ou, avec un autre sens, [ab]. On pourrait aussi, en un 
troisième sens, ne rien suppléer et lire [Ë]n au lieu de N'. — 2492. 
mei ajouté en interligne. 



94 LE ROMAN 

Ben amer' orri plus [son] cantar. 

Le preire fon davan l'autar, 
2504 E dis confiteor suau 

Ab un son clergue Nicolau 

Que poc aver ben .xim. ans. 

El cor non ac mais .11. enfans, 
2508 Guillem e l'oste que saupesson 

Cantar, ni que s'entramezeson. 

Guillems dis ben la soa part, 

E non s'oblida que non gart 
2512 Vaus la muda soen menut. 

Quant ac l'avangeli mogut 

Le capellas, li domnas dreissa ; 

A Guillem feira gran destreisa 
2516 Uns borzes ques dreisset em pes 

Mas Deus o vole ques ostet si ; 

Adonc garet Guillems e vi 

Si dons que[s] fon em pes dreisada, 
2520 Et ab la ma ques fon seinada 

Ac baissât un pauc lo musel ; 

Los afHibles de son mantel 

Ten[c] ab lo pouzer davan se. 
2524 Guillem[s] volgra ben que jasse 

Aquel avangelis dures, 

Sol a Flamenca non grèves, (v°) 

Mais tam petitet l'a durât 
2528 Que cel d'an nou l'a ressemblât. 



2516. dreisses. Le vers qui manque devait être à peu près E fo de 
Flamenca tôt près. — 2518. Vers entièrement écrit sur grattage. — 
2522. Une lettre grattée après Los. — 2526. grèves, ms. graves. 



DE FLAMENCA 95 

Quan fon dig, la domnas seinet; 

Guillem[s] la ma nuda miret, 

E fol vejaire que[l] toques 
2532 Lo cor et am si l'en portes. 

Aisi l'a pung d'un douz esglai 

Qu'a penas si ten que non chai, 

Quar atressi con aiga freja, 
2536 Quan hom de primas s'i refreja, 

Tro sus al pietz fai parven leu 

Ad omel cor el feg'el leu, 

E diz oi ! oi ! que ges un mot 
2540 Non pot formar adoncs del tôt, 

A[i]ssi estet Guillems adonc. 

Davan si atrobet un tronc 

On si poc ben aginollar ; 
2544 Aquis gitet cais per orar. 

Nuls hom d'aisso nos percebia 

Car son capion non tollia. 

Ben fes parer quel cap li dolc, 
2548 Car a l'avangeli nol tolc. 

Sobrel soco[n] ades estet, 

Que vaus part nos moc nis menet 

Tro Nicholaus li donet paz ; 
2552 A son hoste quel fon delaz 

Ne donet [el], et alpertus, 

Quant una croz a fag desus, 

Nicholaus pren un breviari (fol. 46) 

2556 On ac sauteri et imnari, 

2535. freja, ms. refreja, les deux premières lettres exponctuèes. 



9 6 LE ROMAN 

Evangelis et orazos, 

Respos e versetz e lissons ; 

Ab aquel libre pas donet 
2560 A Flamenca : quan lo baizet, 

Guillems ha vist, dal pertuset 

Que fora pies del menor det, 

Sa bella boqueta vermeilla. 
-2564 Adoncs fin'Amors li conseilla 

Mais per ren no[n] s[i] desconort : 

Aribatz es a trop bon port ; 

Ges nos pensava que d'un an 
2568 Pogues aver de si don tan, 

Quar siei oil son alques pagat 

Del vezer, el cor del pensât. 

Quant Nicolaus fon repausatz 
2572 El cor, Guillem[s] s'es apensatz 

Consi pogues [lo] libre aver, 

E per ucaison del tener 

Ha dig suau : « Ha i comtier, 
2576 ce Amies, aqui ni calendier? 

« Quar saber voil, per quan sim costa, 

« Quant es dins jun la Pantecosta ? 

— Seiner, oilo », cl librel dona. 
2580 Guillems non vol ques hom l'espona 

Com te de luna ni d'epacta ; 

Las cartas una et una tracta 

E volgra las totas baisar 

2563. Le copiste avait écrit vermeilleta, les lettres et ont été 
grattées. — 2573. Con sil p. — 2576. ni calendier aqui, sans signe 
de transposition. 



DE FLAMENCA 97 

2584 Per sol una, s'o pogues far (v°) 

Cubertamen que non o vis 

S[os] ostes que josta lui sis, 

Mais trobat ha un asaut ge[i]n : 
2588 « Bon es », fai s'el, « ques ieu ensein 

« Per zo que sia enseinatz. » 

Pueis [dis] : « Clergues, et on donatz 

« Vos paz ? quar donar la devetz 
2592 « Ab lo sauteri, si podes. 

— Seiner, sim fas, e neis aisi 

« La donei ar, » e mostret li 

Lo foil el luec ; ab tan n'ac pro 
2596 Guillems, e met s'en orason, 

E plus de mil ves lo foil baisa ; 

Vejaire l'es tôt lo mon aia 

E mai res noil posca fallir ; 
2600 E si pogues los ueils partir 

Si quel pertus gares l'us oilz 

E l'autre gares sai los foils 

Ben Testera, e ben l'estet. 
2604 E n ce l pensât tan demoret, 

E tan si pac de cel consir 

Que non saup mot tro ausi dir 

lie missa est al preveire, 
2608 Fort li pezet, so pot hom creire. 

En Archimbautz desempre n'eis, 
Car nom vol que nuls hom s'enpreis 

2588. faissel. — 2610. s'enpreis, vis. l'enpreis. 
T. I 7 



98 LE ROMAN 

Apres lui ; non an pas lezer 
2612 Que poscon orar ni sezer 

Flamencha e sas piuzelletas (fol. 47) 

Qu'eran bellas e ginosetas 
E tais que degron marit penre, 
2616 Quar plus de .xv. ans ac li menre. 
Elias s'en van ; Guillems rema 
Et atendet lo cappella 
Ques ac comensat so mieidia, 
2620 E quan vi que plus non disia, 
Vaus lui si trai, gen lo saluda 
E dis : « Sener, per benvenguda 
« Voirai que vos mi des un do : 
2624 « Queus disnes ancui a maiso, 
« Et aitan quan s[a]i estarai 
« Sias ab nos ades, sius plai. » 
[E] l'ostes dis : « Sener, faitz o ; 
2628 « Aver i poires fort gran pro. » 
Le cappellas fon conoissens 
E plac li moût alegramens 
De pro home, s'aver lo poc, 
2632 Et en après li a dig d'oc. 

Guillems l'en ren merces trop gen 
El preir'a lui tôt eissamen. 
Abtan son a l'ostal tornat 
2636 E trobol disnar adobat, 

Mais d'aiso ja nous dirai re : 
A manjar han assaz e be. 

2616. Il y a un p qu'on a oublié iï ex ponctuer entre de et .xv. — 
2630. Une lettre grattée après moût. — 2636. disnart. 



DE FLAMENCA 99 

Quan las taulas foron levadas, 
2640 Non hac parlât doas vegadas 

Guillems, car en al res enten. 

D'aqui leva et intra s'en (v°) 

En sa cambra per repausar 
2644 E per la tor mielz remirar. 

Son lieg trobet apparellat, 

E quant hac assaz remirat 

La tor e la cambr'e la sala, 
2648 El leg si mes, un pauc travala 

Et en dormen ac recordat 

So qu'el jorn ac vist e pensât. 

Bass'ora fon quant s'esveillet. 
2652 L'ostes al capella mandet 

Et a Nicholau atressi ; 

Le capellan[s] ac nom Justi 

Et entendet s'i leialmens. 
2656 Guillems li dis moût bellamens : 

« Bel sener, nous fassas mandar 

« Mais hui quant er tems de manjar : 

« Per mai ogan est envidatz. 
2660 — Fait er, sener, aisi cous plaz. » 

El pais fon acostumat 
Qu'el pascor, quant hom a sopat, 
Tota li gens balla e tresca, 
2664 E, segon lotems, si refresca. 
Cella nuh las maias giteron 

2647. lassala. — 2660. aici. 



100 LE ROMAN 

E per so plus si deporteron. 

Guillems e l'ostes s'en issiron 
2668 En un vergier, d'aqui auziron 

Devas la vila las cansons 

E déferas los ausellons 

Que canton desot[z] la vert foilla. (fol. 48) 
2672 Tôt cor que per amor si doilla 

Tengas per dur si ben noil passa 

E noil trafora e noil cassa 

Cis mescla, tan quel rescaliu 
2676 Las plagas d'amor tro el viu. 

La gens si clau quan fon grans nuh ; 

L'ostes fo moût savis e dug 

De tôt ben, e dis : « Ora es 
2680 « Quens n'intrem, sener, e nous pes 

« Quar nous es bona li serena. » 

Guillem[s] s'en intr'a qualque pena ; 

E quan fon en son lieg tornatz 
2684 On s'era lo jorn repausatz 

E siei donzel foron colgat, 

A si meteis fort si combat 

E dis soen : « Amors, Amors ! 
2688 « S'em breu nom faitz vostre socors 

« Nom poires [a] longas socorre. 

« Mon cor ai lai en cella torre , 

« E sil cors vos non lai metes 
2692 « Sapias que perdut m'avcs. 

« Ses cor nom pot hom gaire viure, 

« E.per sous die tôt a desliure : 



2696 



2700 



2704 



2708 



2712 



2716 



2720 



DE FLAMENCA 

Si ades nom pensatz de me 

D'un autr' aimador faitz conre, 

Qu'ieu m'en irai ; e on ? non sai, 

Mais lai on tota li gens vai, 

En l'autre segle, per saber 

Si lai aves tan de poder ; 

E nous cujes que ja saus torn, 

Per quan sam dones bon sojorn, 

Ans euh que malaus conogues. 

E vos, quem fa[it]z, domna Merces ? 

Ja soles vos venir a poinh ; 

Non vezes donc consi m'a poinh 

Amors, e ferit de son dart 

Que tôt lo cor mi crem'e m'ait ? 

Eu eug que fos entoissegatz ; 

Per doaz partz mi sen nafratz, 

Car per l'aurella e per l'uil 

Ai près lo colp don tan mi doil. 

Ane hom non vi tam prim arquier 

Con es Amors, qu'aisi dreg fier : 

Per on que toc, al cor s'en va 

Sos cairels, et aqui rema, 

El plaia [es] defors sobresana 

Et es desempre bella e plana, 

E nom par que res i toques 

Ni dart ni sagetan passes. 

Per so nom pens'aver dolor 



loi 



(vo) 



2704, 2713. Grandes capitales à ces vers. 
que? 



2704. quem, corr. 



102 LE ROMAN 

Le nafratz quan pert la vigor, 
Lo manjar él beur'el dormir ; 

2724 « E per mai re nom pot garir 
S'ab lo cairel c'al cor li jai 
Endreh s'amor Amors non fai 
Autre colb, e s'es tan pleners 

2728 « Le segons con fon le primers. 
Per dreg covinent si guerran 
Cil dui nafrat quant luec n'auran, (fol. 49) 
Car l'us nafratz po[t] garir l'autre ; 

2732 « Totz cors d'aman es d'aiso autre 
Que ja non er fort ben garitz 
« S'autre non es per lui feritz. 



2736 



2740 



2744 



2748 



« De quai guisa guerrai eu donquas, 
Cant cil cui am non mi vi unquas 
Ni sap quim so ni sap quem fa ? 
Conssi Amors la poinera 
Ab lo dart ques ieu ai al cor 
S'ella nom ve dins o defor ? 
Car s'il m'auzis o sim parles, 
O sim vezes o sim toques, 
Adonc la pogra ben combatre 
Fin'Amors per un d'aquestz quatre, 
E per mi guérir la ferira, 
Car non fora, quan [il] mi vira 
Morir d'angoissa davan se, 
Que non n'agues calque merce. 



2730. Sil. — 2740. Sel la non ve. — 2742. vezes, tns. auzis. 



DE FLAMENCA 

« E pogra esser que non agra, 
Car ben ve hom domna tan agra, 
So dison cil c'o an proat, 
Ques es sens tota pietat 
Et escondis so qu'a promes, 
Quant ha suffert dos ans o très 
Domnei'e prec, solas e vista; 
E quan l'a cavallier[s] conquista, 
Sos amix hanc plus luein non fo, 
E coven li querre perdo 
Car hanc creset nil venc em pes 
Qu'il nul tems amar lo degues. 
Per son part lo cors el cor laissa, 
Car cel non vol ben segre [en] laissa, 
E[l] cors pensa que l'esteisses, 
Sel forsava que s'en mogues 
Entro que lo n' aia gitat 
Cil on ha tan lonc tems musat ; 
Mais cant ha conogut e vist 
Qjus autre ha cel hos conquist 
Don el a trah si long' endura, 
Non ha poissas de s'amor cura 
Ni désira plus sa paria 
Ni la yoI neis trobar en via. 

« E pos cil ca[i]tiu suffron tan, 
Car son pagut de fais semblan 
.vi. ans o .vu. o .vin. o .vmi., 



103 



(VO) 



2750. ve, tns. ves. — 2761. son (=so ne), tns. som. — 2765. lo 
n', tns. los. — 2766. SU. — 2768. hos, corr. cor ou ben ? 



104 LE ROMAX 

2776 « Ques atent eu c'ades no mou 

« Ans que plus fos d'amor nafratz ? 

« Feira que savis e nembratz 

« Si penses de mi desliurar 

2780 « An[s] que plus mi laisses forsar; 

« Mais tart mi sui reconogutz, 

« Quar abans que sai fos vengutz 

« M'o degr'aver eu ben penssat ; 

2784 « Mas, pos aitant ai enansat 

« Qu'oimais nom pos[c] d'amor défendre, 

« No i ha conseil mais de l'atendre 

« E del sofrir si com poirai, 

2788 « Car ab estar o venserai, (fol. 50) 

« E caitius es qui trop s'esmaia. 

« Dema sera kalenda maia 

« E po[t] mi dar tam bon loguier 

2792 « Fin'amors, sis vol, con fes ier, 

« Quar festa er rica en als 

« De .11. apostols cardinals, 

« E dui apostol devon ben 

2796 « Un cavallier aver ab se ; 

« Quar ben m'er festa si eu vei 

« La ren el mon qu'ieu plus envei, 

« A cui m'autrei, a cui mi do. » 

2800 A cest mot adormitz si fo, 

E ges los oils non hac ben claus 
C'Amors lo mes en bon repaus, 
Car, dorment, si donz li mostret. 

2788. Pretn. leçon vensarai. — 279?. en als, corr. e riais? 



DE FLAMENCA 105 

2804 Davan lieis de ginoils estet 

E preguet li : « Sius plas, merce 

Aias, donna, sius plas, de me. 

Vostra lausor fin'e veraja 
2808 « Que luz per tôt lo mon e raja, 

Vostre près e vostra valors, 

Vostri beutatz, vostri ricors, 

Vostre sens, vostra cortesia, 
2812 « Vostre solaz, vostri paria 

E totz bens c'om de vos au dir 

M'an fag a vos aici venir 

Per esser vostre, s'a vos plaz ; 
2816 « E si vos aitan mi donaz 

Que per vostre penrem deines (v°) 

Ja non voil que plus mi dones, 

Car pro aurai si eu sui vostre. 
2820 « E car si to[s]t mon cor vos monstre, 

Nous o tengas, sius plas, a mal, 

Car destreitz sui d'amor coral 

Quem fai ades merce clamar ; 
2824 « Mas s'ieu pogues ab vos parlar, 

O sius pogues veser soen, 

D'aisso non dissera nient, 

Car del veser o del solatz 
2828 « Mi tengra per pagatz assatz ; 
« E per so dei mais enansar 

En una ves de vos pregar 



2805. Sius plas doit être une répétition fautive, ici ou au v. suivant. 
— 2814. aisi. 



106 LE ROMAN 

« Car non sai coraus m'i ve[i]rai 
2832 « Se de cor no ; et aisom fai 

« Parlar aisi ardidamen 

« Quar de paor prenc ardimen ; 

« E quar sai en vos conoissensa 
2836 « S'enardis aisi ma temensa 

« Qu'ieus diga ben ma volontat. » 

Quan Guillems hac assas pregat 

Ella respon : « Sener, qui es 
2840 « Vos qu[e] aitan gen m'enqueres ? 

« E nous enug sius o deman 

« Car hanc mais hom non mi dis tan, 

« Ni tan ni re mais non ausi 
2844 « Qu'om mi parles d'amor aisi. 

— Domna, vostr'oms e vostre sers ; 

« Eu ai nom Guillem de Nivers (fol. 51) 

« E sui vengutz aici a vos 
2848 « Merce clamar de ginollos, 

« Quem mostres alcun' ucaiso 

« De parlar ab vos pauc o pro, 

« Car mortz sui si nom conseillatz. 
2852 — Bel sener, vos eis o vejatz 

« Cal consseil vos puesc eu donar. 

« Ara sia queus voill' amar, 

« Vos nous poires de mi aizir 
2856 « Ni eu de vos nulz tems gausir. 

2839. S. vos q. — 2843. Corr. Ni anc î — 2847. aisi. — 
2852. Grande capitale à ce vers. — 2856. gausir, première leçon 
garir. 



DE FLAMENCA 10 J 

« E si de mius est amoratz 

« Et eu plaser ni ben nou[s] faz, 

« Si far o puesc e far non voil, 

2860 « Deu m'esser tengut ad erguil ; 
« Mais si o voil e far non podia, 
« Non deu esser li colpa rnia ; 
« E ben vesetz lo mieu poder, 

2864 « Consi que sia del voler. 

« Per sous prec que nous amores 
« De mi, car ja pro no i aures, 
« Quar a mi non s'atain Amors ; 

2868 « E so es li majers honors 

« Quem fai Deus en cesta preiso 
« Car Amors de ren nom somo. 
— Ai ! dousa res, eu que farai 

2872 « Si de vos bon conseil non ai 
« Cui am e voil, désir e blan, 
« E tôt lo mon nom près un gan 
« Encontra vos ? Quil mi dara (v°) 

2876 « Sapias que devi[s] sera, 

« Car ges mon cor eu non diria 
« A nulla re mais qu'el mon sia 
« Mas sol a vos, ma douza res, 

2880 « Que m'aves si liât e près 

« Que vos est mos entendemens 
« E mos jois e mos pensamens. 
« E si pero m'en refudas, 

2884 « Qu'ades per home nom prendas, 

2861. si odoit être prononce s'o. — 2863. vesetz, ms. veser. — 
2871, 2889. Grandes capitales à ces vers. — 2883. en, ms. em. 



108 LE ROMAN 

« Non deg presar ma vida moût, 

« Car eu sai mon cor tan estout 

« C'uimais viure non deinaria 
2888 « Si de vos vida non ténia. 

— Sener, gen vos humilias, 

« E bem par en cor o aias, 

« Si.com dises, de mi onrar; 
2892 « E sius pogues bon conseil dar 

« Moût volontiera lous donera, 

« Car eu non ai ges cor de fera 

« Ni sui de ferre ni d'assier. 
2896 « Non voil pas d'aital cavallier 

« Moira per me, sil puesc estorser ; 

« E tan dous pregar deu ben torser 

« Tôt bon cor et adomescár, 
2900 « Quius [pot] tan ni quant escoutar ; 

« Quar ferre freg deuria fendre 

« Dousor de prec, quil vol entendre. 

« Trop es domna de mala guisa 
2904 « Si dousors de prec non l'aguisa; (fol. 52) 

« E trop es cela causa dura 

« Cui douzors de prec non madura. 

« Trop es cel cors durs e gilatz 
2908 « Et en si meseis aturatz, 

« Quan douzors de prec i deisent, 

« Si non desgela mantenent ; 

« Quar cil douzors es calorosa 
2912 « Plena d'amor e piatosa ; 

2889. Grande capitale à ce vers. — 2902. quil, corr. qui iî — 
2986, 2909. precs. 



DE FLAMENCA IO9 

« E lai on ve, si gaire i dura, 

« Non es ges de farina pura 

« So que nom pot del tôt ableisser 
2916 « E, segon si, mermar e creisser. 

« Dousors de prec Deu e sanz venz 

« E la mar apaga els venz. 

« E, mas pregars a tan de forsa, 
2920 « Non tenc a mal si precs mi forsa, 

« E majormens quan de lai ve 

« On jois e près e sens rêve 

« E pren totz bens melluramen. 
2924 « Per sous conseillarai breumen 

« D'aiso que vos mi demandas. 

« Bel sener, cel quem dona pas 

« Al mostier, si far o sabia, 
2928 « Cug eu que parlar mi poiria 

« Ben sol un mot a l'una ves ; 

« Quar ben sai que de plus no i les ; 

« Et a l'autra ves atendes, 
2932 « Que ja sol motet nom parles 

« Entro ques ieu l'agues respost. (v°) 

« Ar vos ai lo parlar espost ; 

« Et els bains de Peire Guizo, 
2936 « On mi bain alcuna sazo, 

« Hom poiria far un pertus 

« Sotz terra, que nol vis negus, 

c Qu'en una cambra resposes ; 
2940 « Per aqui mos amix vengues 

2917. precs. — 2923. totz, ms. tost. 



IIO LE ROMAN 

« Els bains a mi, quan lam sabria. 
Ar vos ai mostrada la via ; 
E so queus die cominalmen 
2944 « En vos entendes solamen, 

Car non voil autres n'entremeta 
De re ni que sa poina i meta, 
Car de bon cor a vos m'autrei 
2948 « E per vos ad Amor soplei. 

E per so que [mielz] m'en cresaz 
Faitz vos aici antre mos bras 
E baisar vos ai, bels amies ; 
2952 « Car vos est tam pros e tan ries 
E tan cortes e tan valens 
Que tota donna en totz sens 
Vos deu onrar et acullir 
2956 « E segre per vostre désir. » 
Adonc lo baiza e l'abrassa, 
E non es jois qu'ela noil fassa 
Per diz, per faitz e per semblans. 

2960 Quant Guillems ac vist pantaisan 

Tôt so que si dons li conseilla 

Eis' Amors de joi lo reveilla (fol. 53) 

E diz : « Guillem[s], que cujas far ? 
2964 « Faras oimais re mas somnar ? » 

Guillems respon e sospiran : 

« Assas n'avia sol d'aitan. 

« Amors, fait aves gran peccat 



2950. aici, ms. aisa ; on pourrait aussi proposer en sai. — 2960. 
paitaisan. Le ms. ne marque point d'alinéa ici. 



DE FLAMENCA III 

2968 « Car m'aves si tost réveillât. 
« La gran merce qu'avias faita 
« Quan m'adormist m'aves estraita 
« Quar aisi tost mi reveilles. 

2972 « Amors, per Dieu ! ar m'adormes 
« Ancaras, sius plas, un petit ! 
« Mais non fassas, pron ai dormit, 
« Quar ben er jorns quan tôt aurai 

2976 « Recordat so que somnat ai. » 
Lo somni recorda soen, 
A si meseis jura risen : 
« Jamais non voil manjar de pera 

2980 « S'aquest somnis ben non s'avéra ; 
« Et ancar, si Deu plas, sabra 
« Cest conseil qui donat lo m'a. » 

A[i]si a cella nuit passada 
2984 E del jorn una matinada 

Entro que rajet lo soleilz 

Dins e la cambra tot[z] vermeilz ; 

Adonc si levet somnillos, 
2988 Mais non fon ges si nuiàllos 

Non ânes la fenestr'ubrir 

Ans ques volgues del tôt vestir ; 

E qui vis adonc sa color (v°) 

2992 Ben semblet que fos d'àimador, 

Car pâlies fon els oils ac blaus 

De tôt entorn, els polses caus 

2988. fon et si sont ajoutés en interligne. — 2993. oils, ms. cils, 
cf. v. 1530. 



112 LE ROMAN 

Un pauc, tan fon esmaigriatz. 
299e E ges non es d'amors nafratz 

Quis meravilla don s'ave, 

Qu'om del mal d'amor non rêve 

Tan tost con hom fai d'autre mal 
3000 Que sec alcun point natural ; 

Quar mais d'amors es tan esquius 

Que pieitz ne fai us rescalius 

En un jorn o en una nug 
3004 Ques autre mais en .xvm. 

E dirai vos rason per que : 

Amors es mais ques al cor te 

E ten l'arma presa e clausa, 
3008 Que nom pot aver nulla pausa ; 

E, quan que pense sai ni lai, 

Ades en un luec si retrai, 

Et ades engalmen tormenta, 
3012 E non es ora c'om nol senta ; 

Et autre mal an qualques ora[s] 

De repausar, tart o abora[s] ; 

E la natura qu'es maïstra 
3016 Del cor, e son obs li ministra, 

Es al guérir fort entendiva, 

Mas per amor si ten caitiva 

Car nuil conseil donar no i sap ; 
3020 Per so met cel cor a mescap, (fol. 54) 

E dis a l'arma : « Plus sabes, 

« Domna, ques eu, e, sius voles, 

3009. pense, corr. passe? — 3016. e, ms. en. 



DE FLAMENCA II3 

« Al vostre mal queretz mecina, 
3024 « Mais non ges erba ni résina, 
« Ni nulla re en qu'ieu obs àia, 
« Car nos coven a vostra plaia. » 

Amors es plaia d'esperit, 
3028 En ques deleiton li ferit 

Tan que de garir non an cura, 

Per que nos n'entramet natura. 

E qui d'amor es ben feritz 
3032 Moût deu esser escoloritz, 

Maigres e teinz e flacs e vans, 

Et en als sia fort ben sans ; 

Quan tant es l'esperitz vesis 
3036 Del cor que, si nul mal suffris, 

Nom pot esser que non s'en senta 

Et el cors los mais li présenta, 

Quar sil cors pena non traisses 
3040 Amors non fora mais mais bes ; 

Mas, quar lo cor[s] n'a greu trebail, 

L'apell'om mal, e ges non fail ; 

Car ben es mais durs e cozens 
3044 E no i ten pro nuls ho[i]nemens ; 

Car si res i pogues valer 

Phebus o degra ben saber, 

Que fon meges meravillos 
3048 E totz le prumers ques anc fos ; 

3023. querer, cf. un cas analogue v. 2863. — 3035. Q.uan, corr. 
Car ? — 3036. cor, la première leçon était cors ; fs a été grattée. — 
3038. Il faut probablement corriger Le cors, e 1. 

T. I 8 



114 LE ROMAN 

De las artz dis, per mal d'amor, (v°) 

A totz valon mas al seinor. 

En aquest mot ben confesset 
3052 Ques anc mecina non trobet 

Que contr'amor valer pogues. 

Per so nom meravil eu ges 

Si Guillems era fort laisatz. 
3056 Tantost con ac los mas lavatz 

Sos hostes venc vas lui aclis, 

E dis : « Le reis de paradis 

« Vos salve, bel sener, eus gart ! 
3060 — Hostes, Deus vos don bona part 

« D'aiso que vos m'aves orat. 

« A om ancar lo sein sonat 

« A la messa, o anarem 
3064 « Deportar for con er fesem? 

— Seiner, cous plaz, mas eu volria,. 
« Que begses un pauc, sius plazia, 

« De bon aluisne, car oimai 
3068 « Lo deu hom beur'el tems de mai. 

— Hostes, hoc ben, fais l'aportar. 

— Sener, vel vos si bel e clar. » 
Guillems ha fait sa copa traire ; 

3072 Ben pogra beure l'emperaire 

Tan fon bella, grans e ben faitá, 

Ad obra de nïel pertraita ; 

.V. marcs d'argen tenc em pesan 

3076 E l'obra val ben atertan. 

3055. laizatz, corr. lassatz? — 3068. Première leçon mais, Z's 
grattée. — 3070. si, ms. ci ; p. -e devrait-on préférer e. 



DE FLAMENCA 115 

Guillems ne bec prumieramen 

E pois a son oste l'esten, (fol. 55) 

E dis : « Aisi beves oimais, 
3080 « Car l'aluisnes ne valra mais, 

« E moût mi plas que vostra sia 

« Aicist copa ques era mia. » 

L'ostes non sap aire que dire, 
3084 Mas de joi comenset a rire 

Et a gran pena l'en creset ; 

Pero Guillems tan l'en preguet 

Que presa l'a, per tal coven 
3088 Que mais nom bev'ab autr'argen 

Tant quant aicist li durara, 

E ja nul tems non la vendra 

Ni la camjara per meillor 
3092 Ni perminor ni per major. 

A sa moller l'a comandada, 

Et il l'a moût ben estuiada 

È tornada en son copier. 

3096 Del manjar penson l'escudier, 

E Guillems e l'ostes s'en van 

Al mostier, Domideu pregan ; 

Mais ges lur prec non foron fraire, 
3100 Sitôt si tornon ad un paire, 

De nulla ren non si tainion 

Mais [sol] nom cominal avion. 



5081. moût, corr. mais, et au v. suiv. que s' î — 5085. penas . 

— 3092. minor, nu. maior. — 3094. l'a est ajouté eu interligne. 

— 3096. L alinéa ri est pas marqué dans le ms. 



Il6 LE ROMAN 

Guillems non s'es ges oblidatz 
3104 Car en eis luec s'en es tornatz 

On ac a l'autre jorn estât. 

Ges non hac fort ben saludat 

Lo capella qu'el si giret (v°) 

3108 Per vezer cella don intret. 

Ans que fos tercia complida 

Venc [E]n Archimbautz, fera guida 

Que bella domna menar déjà. 
3 112 Guillems vaus lo pertus colleja 

Si con fai austors a perdiz ; 

Pauc s'atent ad aiso que dis, 

Mais pero anc nom perdet vers 
3 1 1 6 De salm per gardar a travers. 

E grans bon'aventura[l] fo 

Que ges no i garet em perdo, 

Car sus el portai, cella ves, 
3120 Plus longamen que mais non fes 

Flamenca per orar rema ; 

Son gan trais de la destra ma, 

E per ucaison d'escupir 
3124 Baissai muzel, tan que gausir 

Poe ben Guillems tota la boca. 

Ab los oilz la baisa e tocha 

E l'esdreissa tro al pertus. 
3128 Anc non hac mais tan bon dilus 

Guillems, segon lo sieu vejaire. 

3108. cella don, corr. si la don'? — 3113. con ajouté en inter- 
ligne. — 3124. Baissai, l'une des s ajoutée en interligne. — 3129. 
vejaire, le second i ajouté. 



DE FLAMENCA II7 

Le soleilz non demoret gaire 

C'un rai aqui non trames[es] 
3132 On l'autre soleilz s'era mes 

Qu'en orason vaus Dieu s'aclina; 

Mais, si non fos li neolina 

Que l'enu[j]osa benda fai, 
3136 Ja no i covengra negun rai (fol. 56) 

D'autre soleil aqui venir 

Per far ben l'angle resplandir 

Mais cel que de sa cara issira 
3140 De Flamenca, que non conssira 

De tôt aiso neguna re. 

Guillems lo breviari te 

E sap moût de tornar al foil 
3144 La bocha, et al pertus l'oil, 

Quar aqui a tota [sa] pensa ; 

E ben volgra que total messa 

Fos evangelis o Agnus, 
3148 Quar adonc si dreissava sus 

Flamenca per cui el la era. 

Per son vol ganre l[i] coûtera 

Que cil postz fos ad una part 
3152 Que sos oils de sa dona part, 

El benda fos en autre loc 

O arsa neis en un gran foc. 

Quan Nicolaus dec pas donar 
3156 Guillems li vole ben esseinar 

En quai dels salms el la dones, 

3149. la ajouté en interligne. — 3155. Nicolaus, ms. Guill'. 



Il8 LE ROMAN 

Per zo que mielz cel loc trobes, 

E dis : « Amix,- eus mostr[ar]ai 
3160 « On dones pas quan m'en irai, 

« Quar per mi deves mellurar ; 

« E tot'ora la deves dar 

« En fiât pax in virtute ! 
3164 « E non voil que movas lo pe 

« Entro queus diga la raso : (v°) 

« David o dis a Salamo, 

« Quan hac fait lo sauteri tôt, 
3168 « Que cascun jorn baises cel mot; 

« E tan quan Salamos reinet 

« Sos règnes en gran pas estet. » 

Nicolaus dis : « Beus en creirai, 
3172 « Sener, e tos tems la i darai. » 

Guillems dis : « Lo librem tornas, 

« Amix, consi ques o fassas : 

« Orasons i a trop ades, 
3176 « Qu'eu voil apenre, sius voles. » 

Quan Nicolaus ac pas donada 

En la carta que li ac monstrada 

Guillems, c'al pertus s'atendet, 
3180 En la man lo librel tornet. 

Quan Guillems lo sauteri tenc 

Totz le cors de joi li revenc ; 

En son capion si rescont 
3184 Et ab lo libre tochal front, 

Los uilz el mento e la cara, 

3168. jorn ajouté en interligne. — 3173. Hbfen. 



DE FLAMENCA 119 

E vas lo pertuset agara 

Per saber si ja o veiria 
3188 Cil per cui el aiso fasia ; 

Quar moutas ves es ben a vis 

Ad amador sia devis 

Uns autre cors d'aisso qu'el vol, 
3192 E ques doilla quant el si dol; 

E si fos Amors dreituriera 

Tut cor foran d'una maniera, (fol. 57) 

Mas so es d'Amor sa dreitura 
3196 Que ja non gart dreit ni mesura. 

Guillems ha ben vist e notât 

S'om pogr'aver un mot parlât, 

En tan quan Nicholaus poinet 
3200 A dar pas nil libre baiset 

Flamencha, que moût humilmen 

Contrai libre son cap esten 

E de sa bella bocal baia ; 
3204 Et, avan quel libre retraia 

Nicolaus, segon son arbire, 

Li pogra hom ben un mot dire. 

Abtan fon li messa cantada ; 
3208 En Archimbautz, testa levada, 

S'en eis prumers, et après lui 

Vai s'en Flamenca, senes brui 

De juglars e d'autra mainada, 
3212 For cella qu'es acostumada 

De leis segre e de servir 

Al descaussar et al vestir, 

3194. maniera, fi ajouté. — 3202. som. 



120 LE ROMAN 

So fon Alis e Margarida ; 
3216 E neguna ren non oblida 

De quant ques a faire conveina 
Ni si dons comandar lur deina. 

Can las gens s'en foron issidas 
3220 Guillems ac sas horas ausidas, 

E pois a dig a Nicolau 

Ins en l'aureilla tôt suau : 

« Venes vos en quan sera hora, (v°) 

3224 « Que disnar si deu om abora. 

— Sener, hoc ben », dis Nicholaus. 

Guillems hac ja son libre claus 

E pauset lo en un taulier, 
3228 Et après issi del mostier 

E sos hostes ab lui ades 

Que volontiers anet après. 

Las tosetas agron ja trachas 
3232 Las maias quel seras son fâchas 

E lur devinolâs canteron ; 

Tôt dreit davan Guillem passeron 

Cantan una kalenda maia 
3236 Que dis : « Cella domna ben aia 

« Que non fai languir son amie, 

« Ni non tem gilos ni castic 

« Qu'il non an a son cavallier 



3220. horas, ms. orazos. — 3231. Le ms. ne marque pas ici 
d'alinéa. — 3232. quel, corr. qu'er? — 3238. nonajoutêen inter- 
ligne. 



DE FLAMENCA 121 

3240 « Em bosc, era prat o en vergier, 
« E dins sa cambra non l'amené 
« Per so que meilz ab lui s'abene, 
« El gilos jassa daus l'esponda ; 

3244 « E, si parla, qu'il li responda : 

« Nom sones mot, faitz vos en lai, 
« Qu'entre mos bras mos amic[s] jai. 
« Kalenda maia. E vai s'en. » 

3248 Guillem[s]sospiracoralmen, 
E prega Dieu tôt suavet 
Qu'en lui avère cest verset 
Que las tosetas han cantat. 

3252 Abtan son en l'ostal intrat; (fol. 58) 

L'ostes hâ dig : « Voles vezer, 
« Sener, con fis los bains, arser, 
« On vos bâinasses, adobar? » 

3256 Guillems dis : « Oi nom vol bainar, 
« Car trop es sus en la kalenda, 
« E bon es ques eu m'en atenda ; 
« El luna sera derna nona, 

3260 « E bainar m'ai en hora bona. » 
L'ostes respont moût bonamen : 
« Sener, al vostre mandamen. » 
Abtant venc En P. Justis ; 

3264 Guillems fes ben parer quel vis, 
Car gen l'abrassa e l'acoil, 
E dis : « Sener, sius plas, e[u] voil 
« Ab vos parlar privadamen. » 

3246. mon a. 



122 LE ROMAN 

3268 Ad un donzel a dih corrent : 

« Ubri la cambra, non t'assetes, 
« E garât mais sains non getes 
« Sobre mi cobertor ni pel, 

3272 « E majormen quan fara bel, 
« Si eu meseis non t'o disia. » 
Le capellans gran joi avia 
Car entent sa dousa paraula 



3276 



E diz : « Bel sener capellas, 

« Sitôt non sui ara ben sas 

« Pro sui rix hom, la merce Dieu ! 
3280 « E voil que vos aias del mieu, 

« Uns vestirs blans totz nous e fres 

« Ab pena d'esquirols mores ; (v°) 

« E Nicolaus qu'es bos e francs 
3284 « Auran autres ab anheilz blancs 

« Qu'avia fah us mieus donzelz; 

« Fais lo venir, an s'en ab elz. » 

Le capellas respon : « Merces ; 
3288 « Cujas vos, sener, qu'eu preses 

« Aras aisi la vostra rauba ? 

« Zo non séria res mais rauba 

« S'eu en aisi ar la prendia 
3292 « Si tôt avan non la servia. 

— Sener, sius plas, vos la penres, 

«E ja del servir nom penses, 

3270. m. des. — 3272. Une lettre grattée entre quan et fara. 
— 3276. Vers omis. On pourrait le rétablir ainsi : Guillems a don 
Justi (ou al capela) paraula. — 3287. r. sener m. — 3290. Prem. 
leçon raubas, r s grattée. 



DE FLAMENCA 123 

« Quar ben la m'aves ja servida. » 
3296 Guillems del penre tan l'envida 

Quel preire noil poc contrastar 

E fai ne la rauba portar. 

Apres manjar Guillems intret 
3300 En sa cambra, lai si pauset, 

Si pausar pot hom appellar 

Tremblar d'angoissa ni sudar, 

Estendillar e trassallir, 
3204 E badaillar e sanglotir, 

Planer, sospirar e plorar, 

Estavanir et ablesmar. 

Guillems estet en aital pausa, 
3308 En la cambra, tro a nug clausa ; 

Adonc anet, aisi con sol, 

El bruil auzir lo rossinol, 

E ges sos mals^non li mellura, (fol. 59) 
3312 An[s] s'en recrusa e pejura ; 

Mas adonc plus s'abonesis 

Mais d'amor quan s'adolentis, 

E per meinz mal fai pieitz suffrir, 
3316 Per qu'om nos pot de leis partir 

Plus ques al joc [on cel] s'espert 

Que per menz perdre lo mais pert. 

Quan l'ostes o vole s'en intreron ; 
3320 Per amor de Justi soperon, 

Pois intret Guillems en son lieg, 
E no i ac ges trop gran delieg ; 
Soen levet al fenestral, 



124 LE ROMAN 

3324 E dis : x Lasset! quan petit val 

« Encontr'amor negus avers, 

« Ni gen ni forsa ni sabers, 

« Ardimens ni cavallaria, 
3328 « Enseinamens ni cortesia, 

« Beutatz e sens e gentilesa, 

« Parent et amie e proesa ! 

« Qu'eiss'Amors non val ad amor ; 
3332 « E per som fai mais de paor, 

« Quar, s'Amor[s] ad amor valgues, 

« Eu am lo mais que nulla res, 

« E degram ben valer Amors 
3336 « E contr'amor faire socors ; 

« Car amors es le mais c'om a, 

« Et Amors es zo quel mal fa, 

« E l'us a l'autre pro non te 
3340 « Per so quar l'us de l'autre ve. (v°) 

« Mais i val astres que parages, 

« Quar d'Amor es sos folz usages, 

« Que non venga lai on deuria 
3344 « Ni tenga pron lai on poiria; 

« Car cil cui am autr'amara, 

« E cel un' autra prejara, 

« Et aisi eu leis non aurai 
3 348 « Niz il cel, ni cel leis de lai ; 

« Aissi Amors si desacorda 

« Et en desacordan s'acorda, 

« Quar tut ensems égal tiram, 
3352 « Desacordan nos acordam. 

3324. qu.im. 



DE FLAMENCA 125 

« Donc Amors [a] vera justicia, 

« Que tôt lo mon vens e justizia, 

« Quar s'ieu am e non sui amatz, 
335e « De mi donz non serai venjatz 

« Si il de tal non s'enamora 

« Que noil près s'amor una mora. 

« Mais ancar non la puesc reptar 
3360 « Ad autra part déjà tirar, 

« Car eu nom puesc parlar ab ella, 

« E non ai donzel ni donzella 

« Per cui li mande mon coraje. 
3364 « De carta nom pose far messaje, 

« Car en la tor non ha torrer 

« Que volgues penremon loguier, 

« Car En Archimbaut[z] n'es torriers, 
3368 « Seners e gaita e portiers. 

« Si eu meseis no m'o cosseil (fol. 60) 

« Non trobarai quim don cosseil ; 

« Mais, segon zo ques eu sompniei 
3372 « Hoi vas lo jorn, quan m'esveillei, 

« Ques huncas poissas non dormi, 

« M'acordarai ab don Justi, 

« E serai sos cliers mai ugan. 
3376 « De Nicolau voirai ques an 

« Dreit a Paris, car es tam pros, 

« Per apenre doas sazons ; 

« E mon hoste farai mudar, 
3380 « E laissar m'a tôt son estar. 

3355. On ne peut pas distinguer s'il y a sui ou siu (qui serait le 
subj.) — 3363. coraiae. — 3370. Nom. 



126 . LE ROMAN 

« Pois mandarai a mos baillos 

« Quem trameton .un. mansos 

« Per trencar peira ben isnelz, 
3384 « Ques aporton pics e martelz ; 

« A mon ostal de nuh venran, 

« Ab la candela obraran, 

« E far m'an una bella estrada, 
3388 « Als caps ben claus'e sagellada, 

« De la cambra entro als bainz ; 

« E juraran mi sobre sanz, 

« A nul home non ho diran. 
3392 « Quant o auran fag s'en iran, 

« Et eu feinerai mi garit 

« E cornortar m'ai un petit ; 

« E farai mon oste tornar, 
3396 « E ja non sabra devinar 

« Per qu'ieu l'avia fait issir 

« De sa maison ni départir, (v°) 

« Mais quem pogues meilz adaizar 
3400 « A ma guisa e sojornar* 

« E part aco eisorbar l'ai 

« Ab mon aver, tan l'en darai. 

« A ma hosta Na Bellapila, 
3404 « Quar non teis ren, ni cos ni fila, 

« Et es fortproset eissernida, 

« Darai una polpr'enrodida 

« Ab bellas esteletas d'aur ; 
3408 « A lonc tems i aura tesaur 

3383. peire. — 3388. essagellada. — 3396. ja, mi. sa. — 
3400. Le nu. répète adaizar au commencement de ce vers. — 3405. 
eissarnida. 



DE FLAMENCA 12 J 

« Can n'aura faita vestimenta 

« Ab penas vairas, bella e genta, 

« Quel donarai bonas e bellas, 
3412 « Totas fresquetas e novellas. 

« Mais, s'Amors vol quem sia bes 

« Nulla ren d'aisso c'ar mi pes, 

« Fassa mi calque demonstransa ! » 
3416 A cest mot en son lieg si lansa, 

Sos draps remena e torneja ; 

Amors feramens lo guerreja 

Et ab mans désirs l'agullona ; 
3420 Veja[i]re l'es ades li sona 

E quel diga en repropjan, 

Cais per enug e menassan : 

« Car entre ti e ton cor metz, 
3424 « Ad icient, doas paretz, 

« Non fas ges a lei d'amador. » 

Adonc a la fenestra cor, 

Garda la to*r entro al som, (fol. éi) 

3428 Tôt atressi com per so nom 

L'agues quiacom appellat. 

Ben fes erras d'enamorat 

C'ar si colga et ar si leva ; 
3432 E, quan ve que sonz trop l'agreva, 

El dis : « Amors, si m'adormes, 

« Faitz mi somnar si com soles ; 

« Mostras mi, sevals pantaisan, 
3436 « So que veser non puesc veillan ; 

« De vos, ma domna, o voil dir ; 

3428. atressi, ms. adreissi.. — 3432. ve, ms. ves. 



128 LE ROMAN 

« E sim puesc en vos adormir 

« Ades m'en venra bes e pros. 
3440 « Per so dirai ades : vos, vos, 

« Vos, dona, domna, vos dirai 

« Ades, aitan quan veillarai. 

« Si miei [oil] s'adormo defors 
3444 « Eu voil ab vos veille mos cors ; 

« Oc, ab vos, domna, oc, ab vo ! » 

Non pot dir s, qu'endormitz fo 

E vi si dons a son talen, 
3448 Que nulla res non lail defen. 

E ben sol aisso avenir 

Qu'on somne segon son désir 

Quan s'adorm sus el pensamen ; 
3452 A Guillem esdevenc soven. 

Entro al jorn nos reveillet, 

Mas adoncas tost si levet 

Per tal que puesca mess' auzir, 
3456 Quar ben sap ques hom la vol dir, (v°) 

Quar non es festa, matinet. 

Apres la mess'els bains si met 

E fon ben tersa quan n'issi ; 
3460 Los bains cerquet ben e causi 

On i poiria far sa via 

En aisi con pessat s'avia. 

Le sols dels bains era de tiure 

3445. vo, ms. vos. — 3446. en dormir. — 3448. denfen. — 
3455. mess', ms. meils. — 3458. bains, prem. leçon baine, /'e cor- 
rigé, en s. — 3462. En. ms. z. 



DE FLAMENCA 129 

3464 Tarn molz ques hom i pogra escriure 

E tallar tôt ab un coutel, 

Que ja non i calgra martel. 

Un angle lai ac plus escur, 
3468 E cel fon dreit escontral mur 

De la cambra on el jasia; 

Aquis pessa que la faria. 

Dels bains es eissitz flacs e vas ; 
3472 Davan lui venc le capellas 

E sos hostes, En Peire Gui, 

El clers Nicolau[s] atressi, 

Et en la cambra es venguda 
3476 Sa osta que gent lo saluda ; 

Per s'amor mangeron laïns 

Aquist quatre, et el fon quins. 

Apres manjar Guillems fes querre 
3480 Cella polpra que vole ofterre 

A la domna per acontansa ; 

Us donzels, senes demoransa, 

L'anet traire tost de la mala. 
3484 Ane a Tebas ni a Tessala 

Non n'ac tam bella ni tam bona; (fol. 62) 

Guillems a sa hosta la dona. 

« Donna, » fai s'el, « mantel d'estiu 
3488 « Et un blisaut que beus estiu 

« Yoil que fassas d'aquest bel drap ; 

« E si Dieus vol ques eu escap 

3487. laissel. — 5490. E, vis. z. 

T. I. q 



130 LE ROMAN 

« De la dolor qu'ai cor mi sen, 
3492 « Quad'ans n'aures un veramen. » 
Puis li det bellas pennas vairas 
Que l'ac donat le prebost d'Airas , 
E foron faitas a Cambrais ; 
3496 Quatre marcs costeron e mais. 
Poissas li dis una lauzenga, 
Si con cel ques a mel en lenga : 
Non voil aiso per don prendas, 
3500 « Mais per arras, que sapias 
Que beus ai encor a donar. 
- Seiner, » fai s'il, « si Dieus mi gar, 
Cestas arras valon ben do ; 
3504 « E Dieu prec que poder mi do 
Et a mon seiner qu'es aici 
Queus poscam servir en aisi 
Quel servizis a vos ben sia. 
3508 « Cascuns de nos fort o volria, 
E seguramens demandas, 
Bel seners cars, so queus voillas 

3512 « Si vos fasem nauza ni brug, 

Car nos avem autras maisos 

E moutz estars bels aici jos, 

E, s'a vos plaz, mudar lanz em ; (v°) 

3516 « Quant o volres sa tornarem. 
— Donna, merces, ben o dizes, 

3498. cel, ms. sel. — 3502. faissil. — 3505. aissi. — 3506. 
poscam, la prem. leçon parait avoir été poscat. — 3 5 11, Le vers 
omis pouvait être ainsi conçu : Ar nos digas, e nous enug. — 35 1 4- 
aisi. — 35I7- Grande capitale à ce vers. 



DE FLAMENCA 13 I 

« E ben vei que vos conçusses 
« Tôt so que malautes désira. 
3520 « Bem plai, s'a mon oste non tira ; 
« Mais ans voil desaize suffrir 
« Qu'eu fassa ren ques a lui tir. » 

L'ostes respon : « Si pog[ues]ses. 
3524 « Sener, faillir, aquesta ves 

« Agraz faillit, car hanc parlez 

« D'aisso, [e] quan anc neis doptes 

« Que nulla res mi desplagues 
3528 « Qu'a vostre cors plazer pogues. 

« Lai nos mudarem volontier, 

« E voil que deman al prumier, 

« Per tal que Dieus vos don salut, 
3532 « Nostra mainada lai si mut, 

« Pare las cambras et adobe, 

« Los sotols els soliers escobe ; 

« A l'autre jorn, e nom de Dieu, 
3536 « Mais vos plaz, mudar la m'ai eu. 

— Ostes, aisi con vos volres. 

« Pauc, si Dieu plas, lai estares, 

« Car eu serai tost melluratz 
3540 « E d'aicest mal leu espassatz, 

« E poissas tornares vos ne. 

« Mas del mal c'aoras mi te 

« No m'ause plainer per vergoina, 
3544 « E moutas ves voirai que m'oina (fol. 63) 

« Laïns al foc privadamens, 

5522. eu, ms. en. — 4528. plager. — 3537- Grande capitale à 
ce vers. 



I32 LE ROMAN 

« Que non feira se i agues gens. 
« E prec mon sener don Justi 

3548 « Ques ades mi tolla sa cri 

« E quem fassa granda clerguada, 
« Quar aùt n'ai autra vegada, 
« E sai que peccat i fazia 

3552 « Quar aitan creisser mi giquia 
« Los pels ques ai en la corona. 
« Eu fui canorgues de Peirona 
« Et ancar i vo[i]l retornar ; 

3556 « Per so dei gran corona far. 

« E, merce Dieu ! mon orde sai 

« E tôt jorn lo recordarai 

« Ab lui, per so quel sapcha mielz ; 

3560 « Apenre pose, non sui tan veillz ! > 

Le capellas nom poc respondre 
De gruneza car si vol tondre 
Sos cabeillz, ques eron plus saur 

3564 Ques una bella fuilla d'aur, 
De cel c'a Monpeslier si bat, 
On plus hom lo troba colrat. 
Ens Peire Gui nom poc laissar 

3568 Que non l'avengues a plorar. 
Li domna fon de ginollos ; 
Ben fes parer que mal li fos, 
. Car per los ueils l'aigal descent, 

3572 De que li cara fort l'escent ; 



3 
vers 



549. quem, prem. leçon quam. — 3 5S7- Grande capitale à ce 
r» — 3571. V, ms. d'. 



DE FLAMENCA I 3 3 

E Nicolaus tenc lo basci ; (v°) 

Chascus si coin poc li servi. 
Li donzel s'oston d'avan lui, 
3 576 Cascus ad una part s'enfui, 

E ploron fortmen e gaimento, 
Et a si meseis si tormento. 

Ab unas forfes ben tallanz, 
3580 Que ges non ero massa gratis, 

Le capellans sa crin li toi ; 

Los pois li botoisa el col 

E fail corona gran e larga. 
3584 Nous cujes ges que las crins arga 

Na Bellapila, ans las met 

En un bel cendat blanc et net, 

Et obrar n'a un bel fresel 
3588 Per far afflibles de mantel, 

E per joia lo donara 

A Flamencha quan fag sera ; 

E car seran mil ves baisât 
3592 Cil cabeil ans que siu usât ! 

Un bel enap daurat ses pe 

De .1111. marcs que trop ben se 

Guillems al capellan estent, 
3596 E diz li moût cortesament : 

« Sener, tenes vostre loguier, 

« Que pagar deu hom son barbier. » 

Le preire dis que nol penra : 

3575. Grande capitule à ce vers. — 5 574- pot. — 3>78. assi. — 
3585. los. — 3592. Cilz. — 3599- preire, prem. leçon paire. 



134 LE ROMAN 

3600 « Mal vos sap car res vo rema, 
« Sener, per Crist, so faitz parer. 

— Vos lo penres, sener, en ver, » (fol. 64) 
So dis Guillems, « car mon solaz, 

3604 « Si nol prendes, ne perdriaz. 

— Sener, ja per so nol perdrai, 

« Mas tan vos plas que bel penrai. » 

L'ostes e l'osta son issit 
3608 De la cambra, moût esbaït, 

Car de lur hoste son dolen 

Car si dol si con fai parven. 

Non agron oste mais tan bo 
3612 Don aguesson tal guisardo, 

Car plus de .xxx. marcs valia 

So qu'en .111. jorns dat lur avia. 

Le capellans remas ab el, 

3616 E Nicolaus e sieu donzel; 

Aicels a faitz Guillems venir 

E fes lor del plorar giquir, 

Car el lur [dis] : « Oimais ploras ! 

3620 « Ben par mom pro non volrias. » 

Le capellans Guillem conjura : 
« Si Deus vos don bon'aventura, 
« Sener, e so que plus amatz 
3624 « Vos lais veser, vos mi digatz 

» Que puesc eu far ques a vos plassa? 
« Quar non es res ques eu non fassa, 

3605. perdrai, ms. penrai. — 3621. Guillem, m. W- 



DE FLAMENCA 1 3 5 

« Sol m'o comandes, trop gausenz. 
3628 9 E mi non es rasos ni sens 

« Ni aibs per que dar mi dejaz, 

« Sener, aitan com mi donaz ; 

« Mais, aitant sapchas qu'eu ai ben, (v°) 
3632 « Per vos faria tota ren. 

— Sener, merces, e tan fares 

« Que per vostre clerc mi tenres ; 

« E conseil vos que Nicolaus, 
3636 « De quem sap bo car es suaus, 

< S'en ane a Paris per apenre. 

« Ancaras ha lo cor ben tenre, 

« Et aura en dos ans après 
3640 « Mais que non agra fag en très. 

« Quatre marcs d'aur li donarai, 

« E cascun an lo vestirai. 

« E que nous cujes queus en menta, 
3644 « Veus l'aur, e per la vestimenta 

« Veus aici .xn. marcs d'argen, 

« E pot s'en vestir ben e gen. » 

Le capellans ha tan gran joi 
3648 Que ren nom pot dire mas : « Oi ! » 

Mas pois, quan si fon apensatz, 

Dis : « Bel sener benaùratz, 

« Cel jorns que primas fom essems 
3652 « Sia benezectes totz tems ! 

« Car de mais re tan nom dolia 

« Mas car mos neps aici perdia 

3640. non a fagra fag. — ■ 2643. que, première leçon no; Va 
est corrigée en q surmonté d'une barre et l'o exponctué. — 3645. 
aisi. — 3650. Dis quiei bel. — 3651. Celz, le z exponctué. 



1.3.6 LE ROMAN 

« De son apenre tal sazon. ' 

3656 « Aicil vos ret, aicil vos don, 

« Que tos tems sia vostre sers. 

« For[t] ben sap far letras e vers, 

« E quan après aura dos ans 
3660 « El ne sabra faire dos tanz. (fol. 65) 

« E d'aiso que vos mi pregas, 

« Sener, que mos clergues sias, 

« Sener es, e sener seres, 
3664 « Et, eu farai so queus volres. • 

Guillems respont : « Non m'o digas 

« Aissi, ans vo[i]l quem prometas 

« C'aissim menés con un clerson, 
3668 « D'autramen no séria bon, 

« Qu'ieu voil servir moût humilmen 

« A vos et a Dieu eissamen ; 

■<■ E sol mon orde pose' ausir, 
3672 « No m'estalbies de servir. 

<■< Sim portavas major honor 

* Ques ad un autre servidor, 

« Cil honors mi séria dans 
3676 « Et a vos, bel sener, afans. 

« Fais mi tallar capa redonda, 

« Granda e larga e prionda, 

« De saia negr'o d'esimbru, 
3680 « De nacliu o de galabru, 

« Quem cobri tôt d'oris en oris ; 

« Non segrai plus los torris loris 

5662. mos, ms. vos. — 3674. ad un ajouté en interligne. — 
3677. Grande capitale à ce vers. 



DE FLAMENCA 137 

« De las cortz, que non es mais trufa 
3684 v Tôt quant i a, e joc de bufa, 
« E cel que plus i cuj'aver 
« I troba meins, quan ve al ser. » 

Aissi presica N'Aengris, 
3688 Mais, sil capellas fos devis, 

Ben pogra dir si con Rainartz : (v°) 

Gart si Belis daus totas partz. 

El bore s'en van per far la capa ; 
3692 Li donzel dison : « Si escapa, 

« Monsener bem bos hom sera ; 

« Jamais en cort non estara. 

« Ben semblara morgues novels 
3696 « De Chardossa o de Cistels 

« S'agues los draps ara vestiz. » 

Guillems remas totz escaritz 

Et a fag una gran partida, 
3700 D'aiso que vole ; e sonz l'envida 

De repausar un petitet 

Apres los bains, el bon vinet 

Don sos hostes Tac fag pitansa. 
3704 Amors en pauc d'ora l'enansa, 

E pot li ben ara gabar 

Qu'il a fah un clerc ordenar, 

Mais per una de colum 
3708 De secundum apostolum 

L'estorseria en jasse, 

5690. Gart, vis. Car. — 3696. Sistels. — 3707. Corrompu. 



I38 LE ROMAN 

Car son titol sabia be 

Ans que[s] feses corona raire. 
3712 S'om pogues ren en mal retraire 

Que fin' Amors manda ni voilla, 

Ben pogr'om dir que trop s'erguolla 

Quan fai home dissimular. 
3716 Amors non a seinor ni par, 

E per so pot far a sa guisa ; 

Aissi cos vol home déguisa. (fol. 66) 

Lo digous l'ostes si mudet, 

3720 Et eis lo jorn Guillems mandet 
A Castillon querrels obriers ; 
Uns vilans ne fon messagiers 
Que ges Guillem non conoissia ; 

3724 Non lur saup dir quils i queria 



En roca e peira trenchar, 

E ben e gen los pagara 
3728 Si que cascus l'en lausara; 

E per so que meilz l'en cresesson 

Det lur pois, ans que [s'e]n anesson 

.X. marcs d'argent ques a portatz, 
3732 Don ad un mes los ac logatz. 

Le vilas era da Molis, 

E Guillems fon ben de lui fis 

Ques a nul home nom parles 

3717. assa. — 3719. Le ms. ne marque pas d'alinéa à ce vers. — 
3724. quil si. — 3725. Le vers omis pourrait être restitué ainsi ; 
Mas que de nug deuran obrar. — 3727. los, ms. len. — 3730. 
On pourrait encore proposer q. lai a. 



DE FLAMENCA 1 3 9. 

3736 E de nug a lui retornes. 

Lo dissapte s'en es anatz 

Le clers Nicholaus, bem pagatz, 

Quar d'aur e d'argen es totz pies ; 
3740 Apenre pot, si fols non es. 

Guillems es a vespras vengutz, 

Fort botoizatz et aut tondutz, 

Et ab sa capa ques ac fâcha, 
3744 Qu'es de primas un pauc retracha, 

Car ades cujals braz gitar 

Als ladriers aisi con sol far ; 

Pero tant era enseinatz 
3748 Et a servir endoctrinatz 

C'us gausz era qui lui vesia. (v°) 

Ges en [la] gliesa non sesia, 

Al capellan ades enten 
3752 Per saber si dira nïen. 

Le capellas cuja s'ades 

Que per Sant Esperit parles 

E Dieus l'agues enluminât, 
3756 Quar hanc tan gran humilitat 

Non ac mais homs tan jovenselz ; 

On plus lo ve mais li par belz, 

Quar l'esgart hac simple e piu ; 
3760 Un angel semblava tôt viu 

Ques ades aportes salutz. 

Ben es Justis totz ereubutz 

3746. aisi, les deux p rem. lettres ajoutées en interligne. — 3753- 
cujas sades. — 3762. Justis, prem. leçon Justiz. 



I4O LE ROMAN 

Quar Dieus l'a tal clergue donat 
3764 Quel vest el pais el fai son at, 
El servis aissi volontiers 
Con s'era us penedensiers. 
Apres vespras el recordet 
3768 Las leissos els respos cantet 

Que dec hom dire a matinas ; 
Non l'en cal batre las esquinas 
Ni premer onglas per las mans 
3772 Car mais en sap quel capellans. 
Quant ac pro legit e cantat 
Van a l'ostal et an sopat 
Ab jorn, e pueissas s'en tornet 
3776 Le capellans ; el l'enviet. 

E quan son al mostier tornat 
Moût simplamen ha demandât : (fol. 67) 
« Sener, » fai s'el, « jairai eu sai ? 
3780 — Amix, vos non, qu'eu sonarai 
« Per vos matinas, e venez 
« Al prumier sein, si non dormez 
« Tan fort que ausir nol poscas ; 
3784 « Mais al ters clas pur sai sias. 

— Bels seners cars, quius servira 
« Donquas ni quius descaussara ? 

— Bels douz amix, us nostre tos, 
3788 « Que per servent estai ab nos, 

« Nos servira ; sol al mostier 
« M'ajudes a dir lo mestier ; 

3775. Ab jorn, corr. Amdoi ? - 3790. mestier, il y a plutôt 
mestrer. 



DE FLAMENCA I4I 

« D'autre servisi nom penses, 
3792 « Quar ab aitant pro fag aures. » 

Guillems vai per la vila sols, 

Nos gara de fane ni de pois 

Nis leva d'autr'ome vergoina ; 
3796 Quar de Franssa e de Bergoina 

E de Flandris e de Campaina, 

De Normandia e de Bretaina 

I ac assas homes estrains 
3800 Que i eron vengut per los bains. 

Ane de cella nug non dormi ; 

Lo prumier toc del sein ausi, 

Tost levet sus et apellet 
3804 Un donzel qu'après lui serret 

L'us de la cambra e la porta. 

Amors lo men', Amors [lo] porta, 

Amors li fai tôt son affaire, (v°) 

3808 Amors l'a fag tondre e raire, 

Amors l'a fag mudar sos draps. 

Aï ! Amors, Amors ! quant saps ! 

E quis pessera ques tondes 
3812 Guillems per tal que dompnejes ? 

Cant autr'amador s'acomptisson 

Es genson e s'afiffollisson 

E pesson de bels garnimens, 
3816 De cavals e de vestimens, 

Fraire Guillems s'apataris, 

E per si dons a Dieu servis. 

3795. Nés. —3827. Guillems, tns. W. 



I4 2 LE ROMAN 

Ben es fols gilos que s'esforsa 
3820 De guardar moillier; quar, se forsa 

Non laill toi, ben lai tolra geinz 

Que non val, som cug, gaire meinz. 

De Guillem nos garet negus 
3824 Egal que feira d'un reclus. 

Al mostier s'en ven abrivatz, 

E, tantost con si fon seinatz, 

A don Justi, lo capellan, 
3828 A tracha l'esquilla del man. 

Ane mais esquilla non sonet, 

Pero de re non si penset, 

Ans sonet clas e avan clas, 
3832 E quant venc a sonar lo clas 

Fes lo tam ben qu'eis le cloquiers 

S'en meravilla el mostiers. 

Apres matinas, don Justis 
3836 Dis a Guillem c'un pauc dormis; (fol. 68) 

Et al mes en una cambreta 

Jostal cloquier, moût asauteta, 

En que sol jasser Nicolaus ; 
3840 Cuberta fon de jon-- ab raus. 

Guillems no i poc gaire dormir ; 

Trobat ha un novel consir, 

Et a pessamen que dira 
3844 A si dons quan paz li dara, 

E dis : « Amors, que faitz, on es? 

« Que dirai eu ? car nom venes 

3830. nom. — 3845. es, ms. ses. 



DE FLAMENCA I 43 

« Esseinar so que deurai dire ? 
3848 « Ben pauc vos cal de mon consire. 

« Vos es sorda o adormida, 

« Esperduda o amudida, 

« O erguillosa tan qu'en re 
3852 « Non tenes ar autre ni me. 

« Cujas o far si con fes Dieus 

« Quan trames los apostols sieus 

« E dis lur : « Baron, quan venres 
3856 » Davan los reis, ja non penses 

» Queus digas, que beus avenra 

» Aqui eis so c'obs vos sera » ? 

« Ane apostols tan gran paor 
3860 « Non ac davan emperador 

« Con eu ai ancui de faillir 

« Davan cella cui tan désir. 

« E nonperquant tôt proarai 
3864 « Vostre sen, et assajarai 

« Si m'aures ben apparellat (v°) 

« Que sapcha dir bon mot cochât, 

« Quar ben a obs que sia leu 
3868 « So que dirai, e bon e breu, 

« E tal com posca leu entendre 

« Cella quem fai lo cor encendre. 

« Mas ren non sai qu'ieu déjà dir, 
3872 « Et on plus fort eu m'o albir 

« On meins atrop mot que li faza. 

« Mas folz semble ques ara jassa. » 

3869. com, corr. c'o ou qu'o î 



144 LE ROMAN 

Abtan s'en eis e son uis chu, 
3876 Sobrel luntar torna la clau ; 

Domenz que don Justis l'a presa, 

Aqui la mes, quar ben l'adesa. 

Al serven ques ac nom Vidal 
3880 Fes aportar aiga e sal 

Per aiga benezeita far ; 

E quan n'ac près al[s] mas lavar 

Fon reveillatz le capellas ; 
3884 De l'aigal donet a las mas 

E an lur prima comensada ; 

E quant agron tersa cantada 

E lur clas ricamen sonat, 
3888 Aisi con fo acostumat, 

Tota li gens venc a la messa. 

Apres la preissa plus espessa 

Ens Archimbautz, aisi com sol, 
3892 Venc totz derrers, e per son vol 

Non fora dimergues ni festa. 

Diabol semblet de la testa (fol. 69) 

De cels ques hom irissatz pein. 
3896 Ges non a tort si noquas fein 

Flamenca per s'amor joiosa, 

Quar moût pot esser angoissosa 

Domna quan tal diabol ve. 
3900 Empero après lui s'en ve 

Et intra s'en en son estug. 

Guillems o hac ben vist, som cug, 

3885. comensada, vis. cantada, comme au v. suiv. — 3887. 
clars. — 3891. Ems. — 3899. quant diabol, le copiste a ajouté al en 
interligne. — 3902. som, ms. son. 



DE FLAMENCA I45 

Car en re mais non atendia. 
3904 Qui d'aicest cujar nom cresia 

Eu non creiria lui fort ben, 

Si m'en plevia neis sa fe. 

Guillems saup moût ben sa fasenda, 
3908 L'ofizi saup ben e Fuffrenda 

De cor, e la comunio. 

Le capellas non fes sermo 

Ni mandet festa la semana. 
3912 Guillems hac vos clara e sana 

E canta ben apertamen, 

A VAgnus Dei, et el pren 

Pas, en aisi con far dévia, 
3916 Et a son oste, que sezia 

El cor, desempre n'a donat. 

L'ostes non ho a ges celât, 

Si ben s'era laïns el cor, 
3920 Quar als borzes en dona for, 

El pas pel monasteir s'esten. 

Guillems vai son libre queren, 

E per aiso demora tan (v°) 

3924 Qu'En Archimbaut[z] ne pren davan 

Qu'el sia lai defor vengutz 

On estai sos jois escundutz. 

Per nulla ren [non] vol baisar 
3928 N'Archimbaut, neisa pas donar ; 

Abtan s'en eis, e Dieus l'ajut! 

Car hanc mais per tan esperdut 

3907. saup, corr. fes? — 3909. cominio. — 3927. Per ajouté en 
marge. 

T. I. 10 



I46 LE ROMAN 

Nos tenc per ren con el fai ara. 
3932 Non levet sos oilz ni sa cara 

Per so que sai ni lai gardes. 

Vaus Flamenca s'en vai ades, 

E cuja ben certanamen 
3936 Ab si dons aia parlamen 

El pusca dir sivals u mot, 

Mas sobr'Amor o laissa tôt 

E dis : « S'Amors hui non m'aduz 
3940 « De mon désir a qualque luz, 

« Jamais en leis nom fisarai ; 

« Mas, si Dieu plaz, be i avenrai. 

«. Amors non fail ges a la cocha, 
3944 « Mas a mi par que trop i locha 

« Pel gran désir quel cor m'afflama. » 

Et aitals es totz hom ques ama. 

Guillems davan si donz estet ; 
3948 Quan il lo sauteri baiset, 

El li dis suavet : « Hai las ! » 

Pero ges non o dis tam bas 

Ques il fort be non o ausis. 
3952 Guillems s'en vai humils e clis (fol. 70) 

E cuj'aver moût enansat. 

S'el agues ara dérochât 

En un tornei .c. cavalliers 
3956 E gasainatz .v.c. destriers, 

Non agra joia tan perfecha, 

3932. levés. — 3947- Le ms. ne marque pas £ alinéa à ce vers. — 
3949. Hai, ms. hui. — 3951- be ajouté en interligne. — 3957. 
agra, ms. aia. 



DE FLAMENCA I47 

Car res el mon tan non delecha 
Tôt fin aman con cel jois fa 
3960 Que ven de lai on son cor ha. 

Le capellans nos bi[s]tenset, 

Apres la messa comenset 

So mieijorn, aisi con solia. 
3964 Guillems lo sauteri ténia 

E fes parer los salms i vis, 

Mais avan que d'el si partis 

Al fueil plus de .c. ves baisât, 
3968 E cel mot ai las recordat. 

En Archimbautz s'en eis dese 

E menan sa moiller ab se, 

Que ges non la vol oblidar. 
3972 Aitant com la poc endreissar 

Guillems ab oils de cor l'endreisa ; 

Lo vestir plega e l'adreissa, 

Lo calici e la patena 
3976 Met en lue salv, e pois ne mena 

Son hoste e son capella. 

Apres disnar l'ostes s'en va 

Ab don Justi per compaino, 
3980 E Guillems reman a maiso. 

Quan mangeron li servidor 

El intret en son dormidor, (v°) 

So es li cambra en que jai. 
3984 Ben poc far camba sai e lai 

Car ben l'es près a son vejaire : 

3958. deleiga. — 3966. si ajouté en interligne. 



I48 . LE ROMAN 

Gran joi agra sil dures gaire, 

Mais aqui eis si desconorta, 
3988 Car aitan pauc estai a porta 

Gauhz entiers de ver aimador 

Con fai ad uis de jugador, 

Et e menz d'oral camja cor. 
3992 Zo dis Guiilems : « Las ! con no mor? 

« Amors ! ben pauc enansat m'as : 

« .vi. cujei far et ai fait as! 

« Car hanc mi dons nom poc ausir 
3996 « Zo qu'ieu ai dig ab un sospir, 

« C'a pauc lo cors nom trasanet ; 

« E quan mi dons so cap levet 

« Un pauquet sivals m'esgardera, 
4000 « E ja si tost non s'escondera 

« Si tant ni quan m'agues ausit. 

« Li benda sai que m'a trait 

« Quel tenc las aurellas serradas. 
4004 « Bendas, mal fosses hanc obradas ! 

« Pendutz fos qui bendas fes primas, 

« Quar hom non las poc far tam primas 

« La vista d'orne non affollon, 
4008 « Et ad home l'ausir non tollon ! 

« Lasset ! caitiu ! que dem farai 

« Ni quai consseil ara penrai ? 

« Non sai qui donc, Amors, quet val? (fol. 71) 
4012 « Qu'il non s'entremet d'autrui mal. 

3991-2. cors-mors. — 4004. mal, ms. mala. — 4011. Il faut 
p.-ê. corriger et ponctuer Non sabs ? — Qui (ou quai ?) donc î — 
[D'JAmors. — Quem val ? // se peut aussi quil manque une couple de 
vers entre 4010 et 401 1. 



DE FLAMENCA I49 

— Tort has. — Per que ? — Si fai. — Cossi ? 

— Deu ! fez ti parlar hui ab si. 

— Vers es ab ma dona parliei, 

4016 « Mas quai pro i hai, ni qu'enanciei ? 

— Tu si fesist; digas mi quan 
« Tu eriansiest sivals aitan ? 

« Qu'enanz que li domna baises 
4020 « Lo sauteri nis re[s]condes 
« Poguist vezer desliuramen 
« Sa bella boqueta risen. 

— Tôt so es vers, e ben confes 
4024 « Que de ma dona fui tan près 

« Qu'ambedui un libre tenguem ; 

« E s'acordat nos o acssem, 

« E nonz o destorbes paors, 
4028 « E no i acsem aitans auctors, 

« Bem pogram dir don melz nos fora. 

« Mais hom dis que Tantalus plora 

« Car mor de fam e mor de set, 
4032 « E per so, ins en l'aigas met 

« Que l'atein entro al mento ; 

a Bellas pomas a enviro ; 

« Quan cuja beure l'aigal fug, 
4036 « Atertal l'esdeve del frug; 

« Zol fon per gran pena donat 

« Car un conseil non tenc celât. 

« Doncas no fo ren als mas pena, 
4040 « Car fui tan près de la serena (v°) 

4021. Poguist, prem. leçon poguest. — 4026. Essacordat. 



150 LE ROMAN 

« Que vaus sim trais ab la douzor 

« De som près e de sa valor, 

« De que fag m'a aital reclam 

4044 « Que de set m'auci e de fam, 

« E tal talens, dejosta leis. 

« Se i faiz follor beu la m'eu eis 

« Car ben es dreitz qu'eu ei[s] la beva 

4048 « E ja per autre no m'en pleva, 

« Quar soletz vo[i]l lo mal sufrir, 

« Sol que siam dui al garir ; 

« Quar de mi dons non gausiria 

4052 « Si del mieu gaug il non gausia ; 

« Quar aissim pren bona sabor 

« Lo bon saber c'om ha d'amor : 

« Quan Fus de l'autre si gausis 

4056 « Le bon saber assaboris ; 

« Car s'eu am fort, aissi con fas, 

« E tenc mi dons antre mos bras, 

« Bais et acol e fas quem voil, 

4060 « Sem pes qu'il s'o teng'as ergoil, 

« O sim euh qu'en ren non s'o te, 

« Mas suffris o non sai per que, 

« N'o m'a sabor mos bos sabers. 

4064 « Doncas m'a obs le sieu plazers 

« Que mon bon saber adousisca 

« E l'us per l'autre saborisca. 

« E qui non sap aiso saber 

4068 « Non sap gaire de bon saber ; 

4045. Sic, corr. E del talen, ou Tal talen n'ai? — 4053. sabor, 
ms. sabona. — 4054. Corr. Del b ? — 4062. suffri so. 



DE FLAMENCA I 5 I 

« E qui aiso leu non entent (fol. 72) 

« Ane non ausi, mon eisient, 

« Lo proverbi : d'aital grat n'aia 
4072 « Cel qu'en dormen sa donna baia. 

« Mais eu non sai per que m'azire 

« Ni per quem vo[i]l aisi aussire ; 

« Car so hon l'ave a doptar 
4076 « E meillor part deu om tornar ; 

« E ben cre que mi donz ausi 

« So qu'eu li dis, mas sufiris si, 

« Quar donna es cuberta res, 
4080 « Zo dison, e sai que vers es, 

« E non vol far negun semblan 

« Tro s'o agues pensât avant. 

« Bem conoc per homen estrang, 
4084 « E dis ben leu : « D'aicest clergang 

» Quem dis ai las ! eu enten so 

» Que cuja dir, mas s'alcun pro 

» De mi aver el nos pesses 
4088 » Non eug qu'en tal lue mi parles, 

» E son dig voil eu ben entendre, 

» Mas car ve c'om mi vol défendre 

» E tener presa et enclausa, 
4092 » Que negus hom parlar non m'ausa 

» Nim pot, em pla ni en carriera, 

» El a trobat cesta maniera 

1 De parlar am mi si com pot, 

4071. perverbi (p barré). — Ibid. Suppr. à' î. — 4072. Cel, ms. 
Eel. — 4075. 1', ms. m'. — 4076. deu om, ms. de uom. — 4085. 
enten, ms. enquen. — 4086. cuja dir, la prem. leçon paratt avoir 
■éié cuiauer (eu j 'aver). — 4094. Ella. 



152 LE ROMAN 

4096 » Cais per descug e per desnot. » 

« Ar qu'en vail meinz car mi conort ? 

v Ans mi val mais, qu'en desconoit 

x Aconsec hom assas per tems. (v°) 

4100 « Hom dis : Si ben amas, ben tems ; 
« E per so car ben am ben tem, 
« E ja non aurai gaug massem 
« Si davaus mi donz gaub nom ve 

4104 « Quem pot de gaug d'u mot far pie, 
« E nom pot fallir penssamens, 
« Conort, désir ni marrimens. 
« Et aitals es totz fis amaire 

4108 « Que per un ben vol .c. mais traire. » 

Moût es Guillems en greu pantais : 

Leu s'alegra e leu s'irais, 

Leu ha conort, leu ha esmai. 
41 12 Flamenca, que près li estai, 

Quan de la gliesa fon venguda, 

E son cor ha ben retenguda 

La paraula ques ac ausida. 
41 16 Quesacomet ne fo marrida, 

Pero bellamens s'en cubri 

Aitan con sos maritz o vi. 

Quant En Archimbautz fon disnatz, 
4120 Aisi com era costumatz 
Ieis de la tor et intra s'en 

4098. mais ajouté en interligne. — Ibid., qu'en, corr. que? — 
4101. bem am. — 4104. de, ms. mot. — 4115- pauraula. — 4120. 
Aici. Ce vers est écrit sur grattage. — 4121. intrassen. 



DE FLAMENCA I 53 

El palais on manjol sirven. 

Flamenca remas consirosa ; 
4124 Moût si clamet malaùrosa, 

Moût si doloira es gaimenta, 

Trista s'apella e dolenta ; 

Ab l'aiga del cor sos oils moilla ; 
4128 Ben fai parer que trop si doilla. (fol. 73) 

Ane mais per caitiva nos tenc ; 

Del mot de Guillem li sovenc 

E dis : « Eu dei ben dir : Ai lassa ! 
4132 « Mas cel que dis ai las! nons lassa 

« E non es malautes ni près, 

« Ans [es] bels e gra[n]s, mais cortes 

« Nos es ges trop quar m'esquarni. 
4136 « Peccat i fes, e pesa mi, 

« Car nol pesa del mieu enfern. 

« Ja non degra dir ver esquern, 

« Quar esquerns vers enuja plus, 
4140 « E ja non sia neis mais us, 

« Que non farion .c. messongier. 

« Dieu ! e que dis ? que vol ? quem quer ? 

« Non sui assaz lassa, ca[i]tiva! 
4144 « Non estauc per mal traire viva? 

« Bel sener Dieus ! que l'ai forfag 

« Qu'en tal lue m'aia mes agag ? 

« En estrang loc m'a donat saut. 
4148 « Pero bes garet que tan aut 

« Nom parlet ques hom lo pogues 

4128. parer, ms. paret. — 4132. oi las. 



(v°) 



T54 LE ROMAN 

Auzir, et avan ques mogues 
Mi fo veja[i]re que mudes 
4152 « Color, et un pauc sospires, 
Aisi com cel ques a paor 
E pois vergoina e calor. 
Non sai donc que dire m'en déjà. 
4156 « Auria donc de mi eveja? 

Volriam ges aissi enquerre ? 
Autr'amor li cove aquerre : 
Li mi' amors non es amors, 
4160 « Ans es angoissa e dolors, 
Plena d'enui e de trebaill. 
Sanglot e sospir e badaill, 
Caitivers, destrechas e plors, 
4164 « Tristors de cor et amarors 
So mei vezi e mei privât, 
E N'Archimbautz, c'ap mis combat, 
«r Non sap per que, la nug el dia, 
4168 « E per mon vol morta m'auria. 
« Bem fora melz esclava fos 
« Ab Erminis o ab Grifos, 
« En Corsega o en Sardeina, 
4172 « E que tires peira o leina, 

« Car per ren pejurar nom pogra, 
« S'agues neis rival a e sogra. » 
E so qu'il dis ausi Elis, 
4176 Mas non sap per que si marris 
Si dons, que Margarid 'apella : 

4153. Aici. — 4155. donc est p.-é. répété d'après le v. précèdent; 
corr. el ? — 4169. melz ajouté en interligne. — 4170. o ab, l'a en 
interligne. — 4173- ren, ms. rem. 



DE FLAMENCA I55 

« Sa[i] vines, ma douza piuzella, 
« E vos Alis, aujas mon dol : 

4180 « Morta séria per mon vol, 

« Quar al cor ai tan gran destrecha 
« Cap pauc non case morta freja, 
« Quar us vassalz, non sai qui s'es, 

4184 « Ni mais nol vi quel conogues 
« M'a hui laiamen escarnida. 

— Donna, qui fo ? « dis Margarida, (fol. 74) 

— Amiga, cel quem donet pas. 
4188 « Dejosta mi vos estavas 

« Et empero non entendes 

« So qu'el mi dis, fe quem deves. 

— Donna, sius plas, digas nos o. 
4192 — Amiga, nom fai si mal no, 

« Quan m'en soven, e nomperquant 

« Dirai vos o, conssi quem n'an : 

« Per mal de mi e per despieh, 

4196 « E car sap qu'ieu non ai deleig, 

« Solaz ni joi ni benanansa, 

« Mais dol et ira e pesansa, 

« Mi dis : Ai las ! con si el fos 

4200 « Moût fort, et eu non, consiros. 

« Hanc non ho dis mais per menbrar 

« Quem dei tôt jorn lassa clamar. » 

Adon Margarida respos : 
4204 « Douza donna, fe que dei vos, 

4183. quisses. — 4192. nom fai, ;«s. nô faitz. — Ibid. si mal, ms. 
si al, un jambage gratté entre les deux mots ; Fm est écrite en marge. — 
4195. Grande capitale à ce ver s. — 4198. pensansa. — 4199. el, ms. eu. 



I56 LE ROMAN 

« Non cug que per mal o disses, 
« Quar ges nom par ta mal après 
« Ques a vos disses vilania. 

4208 « Ges aquest patz dar non solia, 

« Car cest es plus bels e plus grans 
« E mielz legens e meilz cantans, 
« E fort ben gentil home sembla ; 

4212 « Son cor li toi, som cug, et embla 
« Vostra beutatz, mais quar parlar 
« Nous pot d'autramen ni pre[g]ar, 
« El si mes en gran aventura (v°) 

4216 « Consius pogues dir s'aventura. » 

Alis ha dig : « Si Deus m'ajut, 
« Mas vos [o] aves conegut, 
« Aici es vers ; mas quai semblan, 
4220 « Domna, vos fes quan fon davan? 

— Alis, non garet, ges dretz oilz. 

— Ha ! ha ! don non fon ges ergulz 
« Ni malesa ni vilanesa 

4224 « So queus dis, mas vera temensa. 

— Amiga, un pauc sospiret, 

« Quant m'o dis, e vermeilz tornet. 

— Nous o quai dir; per qu'en doptas ? 
4228 « Eu vos enten, so sapias. 

« Eu nol conosc ni sai qui sia, 
« Mais vos fares gran cortesia 
« S'adrejamen li respondes. 

4211. sempla. — 4212. son cug. — 4215. Essi. — 4219. 
Aici, corr. Aissoî — 4222. elgulz. — 4223. vilalesa. 



DE FLAMENCA I 57 

4232 — Amiga, ben leu o dises, 

« Ans [nos] coven, so sai, trobar 
« Tal mot que puescam acordar 
• A so quem dis prumierament ; 

4236 « Quar ges fort ben adreitament 

« Noil puesc en escofet respondre ; 
« E donna deu son cor rescondre, 
« Sivals de primas, tant o quant, 

4240 « C om non conosca son talan ; 
« E deu motz dir d'aital egansa 
« Que non adugon esperansa 
« Ni non fasson dese[s]perar. 

4244 — Donna, mais sabes de jugar (fol. 75) 

« Ques eu non fas, mas, per ma fe, 
« Ja nol dires, per mon grat, re 
« Que nol fassal cor ben gausen. 

4248 « Dieus lo[u]s trames propriamen 
« Per vos desliurar de preiso : 
« Si vos meseisa vostre pro 
« Vos toiles, quius [en] planera ? 

4252 « Ja hom planer nous en deura. 
— Amiga, quan sabrai del tôt 
« Son cor, quem dira mot e mot, 
« (E d'aici a dos mes sabrem 

4256 « Tôt som pensât, s'aitan vivem), 

« S'ieu conosc qu'amors lo destreina 
« Eil serai donna bon' e fina 
« E ja mon cor noil celarai, 

4238. rescondre, prem. leçon respondre. — 4249. preiso, pretn. le- 
çon preison, l'a grattée. — 42 54. Som. — 42 5 5 . aissi. — 4250. viven. 



I58 LE ROMAN 

4260 « Mais tant cant el voira voirai. 

« E moût pot leu domna percebre 
« Qui l'ama o la vol decebre, 
« E mais conois que sens bausia 

4264 « Es amada, e pois forvia, 
« S'amors es falsa e truanda 
« Et es folz qui ja la demanda. 

« Amors non vol ges domna vaira, 

4268 « Non es domna pos son cor vaira 
« E non atent aisso que dis. 
« E ques es donc? Dieu! truphairitz 
« Que fai languir ab totz destrics 

4272 « Aicel que l'es corals amies 
« E tôt jorn la ser e la blan. 
« Diabols es fers, [s']a cap d'an 
« Merces non l'a d'aitan forsada 

4276 « Qu'a son amie, una vegada 
« Savais, que no fassa plazer 
« Tal que de leis non desesper. 
« E, pos l'aura un plazer fag, 

4280 « Si pois li met s'amor em plag 
« Que noil fassa tôt quan voira, 
« Segon que tems e luecs sera, 
« Ben pot saber quel jois prumiers 

4284 « Era falses e messongiers, 

« E ges de bon cor non venia, 



4263. conois ajouté en interligne. — 4266. ja ajouté en inter- 
ligne. — 4268. pos, ms. pose. — 4273. jorn ajouté en interligne. 
— 4276. asson. — 4281. q. far v. 



DE FLAMENCA I59 

« Mais car enganar lo volia 

« E far musar tro l'agues mort. 
4288 « Si pois s'en part cel non a tort, 

« Ans deu cel loc pois esquivar 

« On il estai ni deu estar. 

« El mon non a drago ni vibra, 
4292 « Ors ni leon ni lop ni sibra, 

« Qu'om nol pusca adomeschar 

« Ab gent tener, siei vol poinar. 

« Doncs es piegers ques autra res 
4296 « Cil domna cui non venz merces, 

« Car Amors vens los venzedors, 

« E lai on ren non val Amors, 

« Dreg ni rasos ni cartenensa, 
4300 « Si merces i fai capten[en]sa 

« Acabat es senes fallida. 

« E mais vostre conseilz m'envida (fol. 76) 

« De respondre, que respondrai ? 
4304 « E[l] dis ai las! e que dirai? 

— Donna, per Crist, si .fos en me, 
« So dis Alis, eu sa[u]pra ben 

« De quai guisa li respondera, 
4308 9 E ja, som cug, no m'i pecquera : 
« El dis ai las! ara diguas 
« Ai las ! que plans ni demandatz ? 

— Ai las! que plans? certas, fa si; 
4312 « Ben aia qui cest mot chausi ! 

4286. encanar. — 4287. musar, prem. leçon mudar. — 4290. 
On estai ela. — 4295. Grande capitale à ce vers. — 4306. Alis 
ajouté en interligne. — 4310. ni que d. — 4311. fassi. 



l60 LE ROMAN 

« Ai las! que plans? trop ben si fa. » 

A Dieus ! aital con obs i a 

Mais de mil vez aun ajostat 
4316 Ai las ! que plans ? e recordat 

La semana enans que venc 

Al dimenegue ; adonc nos tenc 

Guillems de servir a la messa. 
4320 En gran pess[i]er avia messa 

Flamenca, ques ades l'aten 

Qu[e]il porte pas e gauzimen. 

Quan luecs fo, nos fes a mandar 
4324 De penre pas ni de portar 

Guillems, si poc ; mais ben garet 

Qu'a N'Archimbaut ges non donet, 

Quâr fora del cor non issia 
4328 Entro que d'autre près n'avia. 

Vas Flamenca venc simplamen, 

E Margarida gardas pren, 

Et Alis, de sa contenensa. (v°) 

4332 Cascuna jura sa cresensa, 

Tôt suavet, c'om non l'ausi, 

Ane mais tam bel clergue non vi. 

Res non es Amors non ensein : 

4336 Flamenca fes un cortes gein. 
Quant el' ac lo sauteri près, 
Devaus destre, on s'era mes 
En Archimbautz que près l'estet, 

4340 Quais per escrima plus l'ausset 

4323. luecs, le c ajouté en interligne. 



DE FLAMENCA l6l 

E l'autra part fes biaissar, 

E quant vole la carta baisar 

Tôt planamenz e senes gap 
4344 A dig : « Que plains ? » pois dreissal cap 

Et esgaret ben la semblansa 

De son amie e la mudansa 

De sa color, e ben conois 
4348 Que savis es e tries e mois, 

E canta ben et a bels pels. 

E si daus ella nos pert cels, 

Ja per lui non sera sauput 
4352 Res qu'il diga ni conogut. 

Non sai quai plus ar desires 

Qu'a maiso fos e recordes 

Zo que l'us a de l'autre vist ; 
4356 Moût cuj'aver cascus conquist, 

Mais Guillems es plus gauzions 

Tan quan plus era desirons. 

Can fon ve[n]gutz a son hostal 
4360 En dir : que plans ? hac son jornal (fol. 77) 

Pero non voil ques entendas 

A vespras non vengues vivas, 

Ans ausi ben totas sas horas, 
4364 Nom pert una, tart ni aboras, 

E non giquis el salm un vers. 

Si fos vaus Dieu aisi convers 

Con vas Amor e vas si dons, 
4368 De paradis fora totz dons. 

4342. baisar, ms. laissar. — 4350, z si dans. 
T. I. 11 



IÓ2 LE ROMAN 

Quan la nug adormir si cuja 
S'agues los uils totz plens de suja 
Nol dissera[n] ja meilz de no : 

4372 « Adormir! Pron dormirem, pro, » 
So dison l'uil ; « sovenga ti 
« De so quet mostrem oi mati. 
« Non o vist donc consi levet 

4376 « Lo sauteri quan lo baiset. 
« E fes biaissar l'autra part 
« Li bella cui Deus salv e gart ? 
« Domnas aurellas, tort n'aves 

4380 « Car ades sivals non bondes, 

« E non dises : [Ai las !] que planz? 
« Ane non fon mais si rix gasanz 
« Con vos aves hoi conquistat. 

4384 « Per tostems deu aver comprat 
« Amors e sol hui mon senor, 
« Quar li fes oi tan gran honor. 
« Cascuna deu esser curosa 

4388 « D'aicella vos bonaùrosa 

« Que tôt cor reven et adousa : 
« Manna de cel non es tan douza 
« Que cai plus suau que rosada. 

4392 « Parlât nos a una vegada 

« Amors ; hoimais es sobre nos 
« De respondre, quar davan vos 
« Nos a tornada la pilota 

4396 « Aicil que ben garda e nota 

4389. revens. — 4392. nos. ms. nô. — 439^- Aicel. 



DE FLAMENCA 1 63 

« Et entent so ques hom li dis, 

« De tôt ben es emperairis. » 

Le cors dis : « Hoc, sol que non falla 
4400 « Merces. » Aqui eis la batailla. 

Li boca dis iradamen, 

E fes un estrain sacramen : 

« Per Crist, don cors, fols es quius poina. 
4404 « A tôt home faratz vergoina 

« Que per vostre sen vos segues 
« Ni vostre fol désir crezes. 

« Cors caitius, e per quet rancuras? 
4408 — Deus ajuda ! domna, que juras? 

— Sitôt mi jur ja not ferrai, 

« Mas trop grans meravillas ai 
« Quar de ren non t'es apagatz, 
4412 « E tôt jorn parlas com iratz. 

« E no i ac donc trop gran merce 
« Car nos deinet dir nulla ren ? 

— Donna, ben fon, som eug, us rams. 
4416 — E dont ven doncas aquest clams? 

— Dieu ! soven mi del cavallier 

« Qu'ab mon senor anet l'autrier (fol. 78) 
« Quel det lo falcon montarzi 
4420 « Lo jorn que fun de Montardi ; 
« Si te membra, el nos disia 
« Que moût lonc tems amat avia 
« Una dona bella e plazen, 

4397. entent, ms. en tôt. — 4400. la, /'1 ajoutée en interligne. 
— 4403. foils. — 4415. Donna, ms. Bonna. — 4416. donc. — 
4420. Corr. fum a M. ou qu'issim ? 



164 LE ROMAN 

4424 « Joveneta e covinen, 

« De bon adaut en tota ren ; 

« E tôt avan que renl disses 

« L'ac amada plus de doz anz. 
4428 « Un jorn lo forset sos talanz, 

« Son cor li dis ; ella respos : 

» Ja mais non sias consiros 

» De mi amar, sener, sius plaz, 
4432 » Car ja per ren pro no i auratz. 

— Dises o, donna, de jamai? 

— Sener, de ja ben leu non sai. » 

« Quar dis : « Ben leu non sai de ja, » 
4436 « Amors li dis : « Ben t'amara ; 

» Non t'esperdas, prega, blandis, 

» Solassa, domneja, servis, 

» Esforsa ti e fai que sols ; 
4440 » Eu t'en farai aver quet vols. » 

« Tan lonc temps aissi lo menet 

« Quel meilz de son tems i gastet, 

« E non ac plus que fass' a dire 
4444 « Quel primer jorn. Per so m'albire 

« Que trop que nescis i faria 

« Si, per que pauzas, m'esbaudia. 

« Mais vos, oilz, aureillas e boca, (v°) 

4448 « Pausas tal ora que mi toca 

« Gran angoissa e grans martires 

« Quar a vos non s'atain cossires ; 

« E domnas parlon volontieras 

4425. rens. — 1426. ren ldisses. — 444 1 - 1°> ms - el - — 4444- 
preson abbire. — 4446. pauzas, ms. plauzar, /'1 exponctuèc. — 
Ibid., nesbaudia. — 4449. Grans angoissas. 



DE FLAMENCA 165 

4452 « E volon esser plasentieras : 

« Si Flamenca non respondes 

« Cujera si c'om la tengues 

« Per sorda o per erguillosa ; 
4456 « Ges per tan non es amorosa. 

« Se dis que plans a ton ai las, 

« Ja per aiso nom proaras 

« Que t'ame ni quet voill'amar ; 
4460 « D'al re ti coven a pensar. » 

Aissis combat, aissis tensona 

Guillems, que moût pensier si dona. 

Flamenca es en gran doptansa ; 
4464 A si meseissa pren esmansa 

Se poc auzir so qu'il a dig 

Cel qu'en son cor o a escrig. 

« Alis, », dis il, « vostr'ensenat 
4468 « Ai hoi retrag e comandat ; 

« Ausist o tu, bell' amigueta? 

— Eu non. — E tu, Margarideta? 

— Domna, eu non, con o dises ? 
4472 « Digas nos o un' autra ves; 

« Adonc sabrem s'ausir o poc. 
« Voles o vos, domna ? — Nos, hoc. 
« Vai sus, Alis, e contrafai 
4476 « Quem dones pas si con il fai ; (fol. 79) 
« Pren lo romanz de Blancaflor. » 
Alis si leva tost, e cor 

44SS- esguillosa. — 4457. Ses d. ge p. aitô ai las. —4465. 
pot. — 4464. Assi. — 4665. pot. — 4466. Sel. — 4468. coman- 
dat, corr. demandât? — 4472. autre. 



l66 LE ROMAN 

Vas una taula on estava 
4480 Cel romans ab qu'ella mandava 

Qu'il dones pas, e pois s'en ven 
( A si dons, c'a penas si ten 

De rire quan vi ques Alis 
4484 A contrafar ap pauc non ris. 

Lo romanz ausa davaus destre 

E fal biaissar a senestre, 

E quan fes parer quel baises 
4488 II dis : « Que plans? » et en après 

A demandât : « Et ausist o ? 

— Hoc, dona, ben, s'en aquest to 

« O dissest oi, ben o auzi 
4492 « Cel quem fai parlar cest lati. » 

Cesta lisson ben recorderon 

La semana, tro que aneron 

Al mostier on Guillems esta 
4496 Ben apensatz que respondra. 

Quan fon sazos nos demoret 

De penre pas, ans la portet 

Pel mostier a tota la gent. 
4500 Vas si dons venc prumeirament 

Que non s'estreis tan de la benda 

Con sol, per so que mielz l'entenda. 

Quant il pren pas, el dis : « Mor mi », 
4504 Et aitan tost part si d'aqui. 

Non fes parer motz n'i agues; (v°) 

4486. assenestre. — 4489. et en après est répété au commence- 
ment de ce vers. — 4503. el, ms. il. 



DE FLAMENCA l6j 

S'o aguesson totz teins empres 

L'us l'autre melz non entendera. 
4508 Quils vis amdos ja nos cujera 

Que l'us agues de l'autre soin. 

Amors tan sotilmens los join 

Que, vezent N'Archimbaut, domneja 
4512 Guillems, e sa moiller autreja 

Tan que respon, et es li tart 

Que puesca dir la soa part. 

De Mon Musart es dons e sener 
4516 Gilos qui vol domna destreiner 

De far tôt so quel plazera, 

Quar ja per lui non remanra. 

Quan fon en sa cambra tornada 
4520 Flamenca, el lieg s'es colgada; 



Ques disne si to[s]t non l'asauta, 

Ans dis a N'Archimbaut ques n'an 
4524 Deportar deforas avan. 

iratz s'en eis fort e regaina. 

Flamenca dis : « Aitan.gasa[i]na 

« Qui es gilos ni envejos 
4528 « E malastrucs aisi com vos. » 

Quan fon defors ab cor dolent, 

Il levet sus e dis risen : 

« Sai vines, sa[i] vines, puncellas, 
4532 « Voles ausir bonas novellas ? 

4506. aquesson tostz. — 4510. sotilzmens. — 4521. On pour- 
rait rétablir ainsi le vers manquant : Per estar solas fein malauta. 
— 4527. envejos, nu, envior, corrigé en envios.. 



l68 LE ROMAN 

— E ! donna, per Dieu ! digas las. 
« Mon sener s'en eis totz auras 

« Quar nos disna, e tornara, (fol. 80) 

4536 « Que ja gaire non estara. 

— Aujas cal lison ai apresa, 

« Non vist tan leu ni tan cortesa : 
« Mur mi. » Alis respont adonc : 

4540 « Si m'ajut Dieu, cochatz es donc ! 
« Domna, fort vos deves penedre 
« E vaus Amors colpavol rendre 
« Quar hanc pensest qu' el si penses 

4544 « Causa que a vos enujes. » 
Margarida nos pot tener 
Non dig' un pauc de son plazer : 

— Domna, » fai s'il, « ben puesc jurar 
4548 « Seguramen, ses perjurar, 

« Qu[e] ieu non vis aisi bel clerc ; 

« Et on plus sas faissos encerc 

« Plus belz mi par e plus complitz. 
4552 « Si es segon faissos aibitz, 

« Non sai nul home tant asaut ; 

« Bel deuri' om amar de saut ; 

« E Dieus voila quel sieu saber, 
4556 « Domna, sius plas, voillas saber. 

« E d'aisso nous meravillez 

« Si nos volem que vos ametz, 

« Quar moût val mais d'amie parlar 
4560 « Que de mark que fai plorar 

4540. co:hatz, ms. coiatz. — 4542. colpavols. — 4547- faisel, 
l'c est partiellement corrigé en i. — Ibid., puces. — 4549- a ' c '' 



DE FLAMENCA I 69 



« Del respondre vos apensatz, 

« Quar ben es obs al mieu vejaire ; 

4564 « Mon sener non estara gaire. 

« E nonperquant tost er pessat (v°) 

« Qu'ieu ai, som cug, bon mot trobat ; 
« Mas avan dires vos lo vostre, 

4568 « Et Alis lo sieu, qu'ieu lo mostre. 

— Amiga, per que i pessar[i]am 
« Si de vos [.j.] bon mot aviam. 

— Voles, domna, doncas qu'ieil diga ? 
4572 — - S'o voil ! ans vos o prec, amiga. 

— Ar augas donc se i ave : 

« Ai las ! — Que plans ? — Muer mi. — De q ue ? 
« De que? Deu ! hoc, domna, bos es ? 
4576 ■ — Margarida, tro ben t'es près 
« E ja iest bona trobairis. 

— O eu, domna, mellor non vist, 
« Daus vos e daus Alis en fora. » 

4580 En Archimbautz plus non demora, 
Ans venc mugent coma taurelz, 
De malesa coma sos pelz 
E dis : « Qu'en faitz ? ses mellurada ? 

4584 « Ben garretz quant seres disnada. 

— Sener, • so respon Margarida, 

« Ben agra obs mieilz [fos] garida ; » 

4569. pessaran. — 4570. vos, ms. nof, écrit d'abord mot, le 
premier jambage de V m étant exponctué et le t corrigé en f. — Ibid., 
avian. On pourrait encore proposer pessarem-avem — 4577- e ' st- — 
4580. Le ms. ne marque pas ici d'alinéa. — 4582. c. sas plez. — 
4583. ses pour est ou etz. 



170 LE ROMAN 

E fail de la lenga bossi. 
4588 Cascuna en som poin s'en ri. 

Guillems non [a] pausa ni fina, 

Tôt jorn recorda e déclina 

E despon sos motz e dériva; 
4592 Al plus que pot solas esquiva, 

Car sols si ten per solassatz, 

Et ab solatz per asolatz, (fol. 81) 

E per meins sols adonc si te 
4596 On mais ha de solatz ab se. 

« Mur mi », fai s'el, « hoc veramen ; 

« Car soletz am mur solamen, 

« Totz soletz mur car soletz am. 
4600 « Amors e mos cors n'aura clam, 

« Cascus la mort donada m'a 

« Per occaiso, non ges per ma. 

« Qui a fol met coutel em poin, 
4604 « S'el s'en auci, non es ges loin 

« Del forfag quil det lo coutel. 

« Si eu homicidam apel 

« Mon cor et Amors, es rasos, 
4608 « Qu'il mi son de mort occaisos : 

« Eneas aucis en aisi 

« Dido, ques hanc non la feri. 

« Bel sener Dieus ! si ja m'aura 
4612 « Merce, ni ja s'o pensara 



4587. bossi, ms. bofi. — 4S92. poc. — 4597- faissel. —4600. 
e mon cor. — 4604. s'en, nu. sel. — 4606. homicida mapel. 



DE FLAMENCA I7I 

« Cil quem pogra del tôt garir ? 

« A la fe non ; ben pose morir. 

« E con sembla que dolor n'aia 

4616 « Si de ma dolor non esaia ? 

« Qui mal non sen non a merce. 

« Mas s'il la demandes a me 

« Eu l'agra neis aparellada 

4620 « Avan qu'il l'agues demandada, 

« Car eu sai ques es mais e bes 

« E conosc don si ven merces. 

« Autrui mais et autrui miseria (v°) 

4624 « Es de merce caps e materia : 

« Si per dolor ques autre sen 

« Pietatz e mon cor descen, 

« Que debonairitat y mena 

4628 « Per una sotileta vena, 

« So es de merce la radis. 

« Si poissas mi fai tan nim dis 

« Cil pietatz que bom saupes 

4632 « Sos guerrers, s'aver lo pogues, 

« Aisso es de merce la flors. 

« Pois s'en mou tant qu'il fai secors 

« Senes fenchas e senes cuitz, 

4636 « Aisso es de merce sos fruitz; 

« Et es florida e granada 

« Et em bona rasis fe[r]mada, 

« Car ab si mena caritat 

4613. tôt, ms. tort. — 4620. quilla neis, mais neis est expotictué 
et remplacé en marge par gués. — 4628. sotileta, ti ajouté en inter- 
ligne, — 4631. SU. — 4632. guerrers, corr. garirs? — Ibid., aver, 
prem. leçon aves. — 4634. s'en, corr. sis? 



I 7 2 LE ROMAN 

4640 « Per cui tut ben son coronat ; 

« E quan val cesta sotillanza, 

« Qu'ieu vei per eissa ma proansa 

« Que merces non val ses amor. 

4644 « D'amor ha hom cella douzor 

« Ques dol per la do[lo]r d'autrui. 

« Ane mais tan piatos non fui 

« Nim duelc per las autrui dolors. 

4648 « E tôt aiso m'a fag Amors, 

« Qu'ieu ai de mi donz pietat 

« Quar estai presa mal son grat, 

« E non es mais qu'ieu non volgues 

4652 « Avanz aver ques il l'agues, (fol. 82) 

« E per tôt ben plus mi plairia 

« Ques il l'agues que s'ieu l'avia, 

« E de so mal sui eu dolenz ; 

4656 « So es amors e chausimentz. 

« D'amor ven merces e comensa, 

« D'amor pren merces la creissensa 

« Qui la fai esser tan humana, 

4660 « E ses amors merces non grana. 

« Ben tart aurai eu doncas broilla 
« Si atent que mi donz si doilla 
« De mas dolors tan que descenda 
4664 « Merces en leis, tan qu'ieu entenda 
« Qu'il mi fassa qualque parvensa 
« Quem port alcuna benvolensa, 

4641. Ce vers se rattache mal à ce qui précède ; lacune? — 4650. 
son, ms. mon. — 4653. E p. totz bel p. mi plazeria. — 4665. mi 
ajouté en interligne. 



DE FLAMENCA 

El benvolensa tan mi dure 
Que totas mas dolors mi cure. 
Amors ! Amors ! trop m'o alongas, 
Que la[s] setmanas son trop longas 
El mot trop breu el mal cochos ; 
Ades seran autras meissos 
Et eu ai tan pauc semenat ! 
Cujas aver tant enansat 
Quar sol ai .11. mugz semenatz ? 
Tardius sera, som cug, mos blatz ; 
Ges non es madurs al voïbre 
Ans atenda lo glas el gibre. 
Et om dis que vens ni gelada 
Non toi frucha endestinada ! 
Non sai per que tal aissam mené, 
Car, segon so ques eu semene, 
La merce Dieu! naisso mieu broil. 
Ane mais set jornz non fon e moil 
Ai las, et a l'uchen b[r]uillet; 
E poiniei [i] pois autre[s] set 
E sol mur mi a semenar, 
Et el deu ben aitan poinar 
Avan que bruille ni paresca, 
Don Deus per sa merce l'acresca 
El fassa naisser al mieu gaug ! 
Car nulla ren non veg ni aug 
Don espère que bes m'en veina 
Si non de lai on totz bes reina. 



17? 



(V) 



4678. Corr. atend[r]a? — 4684. set, ms. cestz. — 4688. el, 
corr. i? — 4689. bruillae. — 4694. totz bes, ms. tostben. 



174 LE ROMAN 

Ane non vi malaute leumen 
4696 « D'aiga de riu agues talen, 

Ans vei que tut son desiron 

De cella que nais en la fon ; 

E pauc val flor d'aguilensier 
4700 « Escontra cella del rosier : 

Ma domna es e fons e rosa 

Que tôt ben daura et arosa, 

E son de leis tant envejos 
4704 « Quel pensars m'en es saboros ; 

Et on mais pens mai voil pensar 

Que no m' en puesc neis abenar. 

Ara vejas doncs que faria 
4708 « S'entre mos brasses la ténia 

Que la sentis e la baises 

Et a ma guisa la menés ! 

Mais trop ai dig senes comjat (fol. 83) 
4712 « Quar de son tener ai parlât, 

Quar non s'atain aisi la tenga; 

Non voil que per orat m'avenga 

Si non avia son autrei. 
4716 « Per dreg sobredesir follei 

Quem fai esser outracujat, 

Mais per Amor o ai vesat 

Quem fai tener mi don soven 
4720 « Tôt a ma guisa en dormen. 

Mais ges aiso fort nom trigava 

Quo disses ses Amors mi dava 

4695. nom. — 4705. pens mai ajouté en interligne. — 4721. 
nom ou non, ms. nô. — 4722. ses. corr. ques? 



DE FLAMENCA I75 

« Negun ben, dormen ni veillan : 

4724 « Celar*lan dei a mon semblan. 

« S'Amor mi fai nulla lauzenga 

« Eu dei ben castiar ma lenga, 

« Que ja per ren non la mentava 

4728 « Si eiss' Amors non lam mandava, 

« Car ieu sui totz en sa comanda 

« E non dei far mais so qu'il manda. » 

Cel dimenegue siei obrier vengron ; 
4732 A gra[n] meravilla so tengron 

De[l] sacramen que lur enquis 

Avan que ren lur descubris 

De l'obra que volia far ; 
4736 Ben son maïstre de l'obrar 

E de far so ques el volia. 

En cambras esteron lo dia 

E la nug obron ab lumniera ; 
4740 Bes gara cascus que non fera (v°) 

Tal colp que fassa gap ni b[r]uis, 

Non reten fers ni fustz no i cruis. 

Dedins .vu. jorns agron complida 
4744 Tota lur obra, e polida 

Tan ben als caps que no i pareis 

Qu'anc i toques ; Guillems meseis 

Que [i] fon ades es o sabia 
4748 A grans penas o conoissia. 

Per cella via soen treva, 

4736. son, ms. sui ou sin. — 4741. gap, ms. cap. — 4742. 
iers, prem. leçon fert. — 4743. jorns, ms. mes. 



I76 LE ROMAN 

Ginosamen las peiras leva, 
E tôt o fai per esproar 
4752 S'om re i pogra mellurar. 

A l'uchen jorn s'en van l'obrier, 

E Guillems tenc vas lo mostier, 

Que de servir non s'anuialla ; 
4756 Bes garda que per ren non falla 

A penre paz quant es sasos, 

Quâr aqui es s'ententios ; 

Quan si tain la dona e la pren, 
4760 Que d'als pens'e non fai parvent. 

Flamenca : « De que? » li demanda, 

Et el nota ben e garanda 

Lo mot e met en cor prion, 
4764 Et abtan la donnas rescon 

E torna e sa camb[r]iola 

On Amor[s] la ten ad escola 

E dis li que nol sia greu 
4768 De sufrir un pauc, car plus leu 

Que nos cuja l'estorsera (fol. 84) 

De la greu pena on esta. 

Alis e Margarida gardon 
4772 Guillem, et on plus fort l'esgardon 
Plus i troban ad esgardar, 
Car de beutat noil trobon par. 

Quant a maiso foron anadas, 

4760. parvent. l'r ajoutée en interligne. — 4763. El mot e mot. 
— 4767. nol, ms. non li. 



DE FLAMENCA 177 

4776 En la cambra s'en son intradas, 

E N'Archimbautz s'en eis defors. 

« Margarideta, bel la sors, 

Dis Flamenca, « vostre motet 
4780 « Que m'e[n]senest tan asautet 

« Ai eu dig [oi] tôt a rescost. » 

Dese Margarid'a respost : 

« Domna, Deus en sia grazitz, 
4784 « Sol que sia per lui ausitz 

« Queus fai lo sieu tam ben entendre. 

— Amiga, nous en quai encendre 

« Ni batre le cor de paor, 
4788 « Car, fe que dei la vostr'amor, 

« Sitôt davan mi tost si tolc 

« Fort ben o poc ausir sis vole, 

« E ja d'aiso nous cal temer. 
4792 « Pero dijous en sabrem ver, 

» Qu'es festa de l'Assension. » 

Aîis a dig : « Ben pauc ne son, 

« Domna, de festas vas que solon. 
4796 « Certas, eu eug que mal nos volon 

« L'an el mei an, can pron non tenon. 

« Van tôt jorn las festas e venon ; (v°) 

« Consi n' es tam pauc en estât! 
4800 « .V. semanas n'avem estât 

« Que no i ac festas mas dimenegues, 

« Mais celz nos mellura le clergues ; 

« E fort bon son ara dimergue 

4780. me senest. — 4784. Zol. — 4793- Qu'es, vis. Quel. — 
4797. Corr. non[s] ? 

T. I. 12 



i 7 8 
4804 



4808 



4812 



4816 



4820 



4824 



4828 



LE ROMAN 

La merce [Deu] e del bel clergue r 
Que ben aia qui l'ensenet 
Ni hanc primas letral mostret ! 
Quar ben conosc que pa ni sal 
Negus hom ses letras non val, 
E trop ne val meins totz rix hom 
Si non sap letras queacom, 
E dona es trop melz aibida 
S'es de letras un pauc garnida. 
Ara digas, fe quem deves, 
Si non saupses tan con sabes 
Ques agras fag ar a dos anz 
Qu'aves durât aquestz afanz? 
Morta foras e cruciada ! 
Mais non seres ja tan irada, 
Quan leges, que Tira nos fonda. » 
Nos pot tenir que noil responda 
Flamenca, e dau[s] si l'acolla : 
Amiga, vos non es ges folla, 
E be m'acort d'aitant ab vos 
Que negus repaus non es bos 
Ad home si letras non sap, 
Ans es vizis e quais mort sap ; 
E ja tant non encercares 
Que negun home atrobes, 
Si letras sap, que non volgues 
Ancara mais ^ver après ; 
E cel que non sap molt volria 






(fol. 85) 



4818. Les trois derniers mots écrits sur grattage. — 4826. vizis, 
ms. utizis. — 4831. molt, ms. ni. 



4832 



4 8 3 6 



DE FLAMENCA I79 

Ancar apenre si podia. 

E quil saber pogues comprar, 

Ane non vist home tan avar 

Que sivals un pauc non compres, 

Sol que a vendre n'atrobes. 

Ja hom que letras non saupes 

D'aiso nos fora entrâmes. » 



Daus l'autra part Guillems recorda 
4840 Sos motz, e l'un ab l'autr' acorda : 

« De que •» fai s'el, « m'a demandât 

« Cil que cel de que m'a donat ; 

« Pero, moût li fai a grasir 
4844 « Car hanc mi vole neis tan ausir 

« Que de quem deines demandar. 

« Ja nom calra gaire poinar 

« Al respondre, qu'eu ben o sai 
4848 « Que d'amor es le mais qu'eu ai, 

« E cel' amors de leis mi ten 

« Que m'a demandât sol de que. 

« En dreg amor de lei mi lau. 
4852 « Car ren noil puesc dir tan suau 

« Ques a lei fort be non sovenga. 

« Tan grans bon' aventurai venga 

« Com pot voler ni desirar, 
4856 « Ni eu sai a sos obs orar ! (v°) 

« Quar beil mou de gran gentilesa 

« Qu'il ja pense tal sotilesa 

4833. comprar pogues. — 4836. atrobas, corrigé en atrobes. — 
4839. Vers écrit sur grattage. — 4841. faicel. — 4846. nom ou 
non, ms. nô. — Ibid. calgra. — 4856. sos, ms. nios. 



l80 LE ROMAN 

« Que sos motz ab los mieus acort. 
4860 « On plus los pessi nil[s] recort 

s Melz los trop juns et aresatz 

« Que s'ieu eis los [agues] trobatz. 

« Poiria esser ja per ren 
4864 « Ques el mi volgues negun ben? 

« Quar mi respon si a rason 

« Semblera que volgues mon pron. 

« Si nom volgues ben nom pensera, 
4868 « Si nom pesses ja non parlera, 

« E per so fas tal argumen : 

« Cesta m'a donc a pessamen. 

« Estru sabra so que m'auci 
4872 « Ni per quel dis l'autrer mur m. » 

Le jous de Roasos a tersa 
Guillems fort ben sa paz a tersa ; 
Non vol per ren sa pas ad esme, 
4876 Ans garet ben lo poin el terme ; 
Et a si dons que ben l'enten 
A dig : « D'amor » ; pois torna s'en. 

En Arcbimbautz non s'adormi, 
4880 Totz primiers del mostier issi ; 

E nous pesses après disnar 

Issis de cambra per jugar ; 

Mais Deus vole c'us messages venc 
4884 Que tôt jorn deforas lo tenc. 

4860. Un. — 4866. volres. — 4870. Cest ama. — 4871. ausi. 
— 4873. Lo dijous. — 4875. vol, corr. volv? cf. v. 1245. — 
Ibid. ren, coït, renjes]? — 4877. assi. 



DE FLAMENCA l8l 

Flamenca fon un pauc doptosa (fol. 86) 

Plus que non sol e consirosa, 

E jac en so lieg cais marrida. 
4888 Davan leis estet Margarida 

E dis li : « Domna, con estatz ? 

« Ja dises ques hui sabriatz 

« Del mot qu'ieu dis si l'e[n]tendet 
4892 « Cel que l'autrier ab vos parlet. 

— Ai ! bella dous' amiga mia, 

« Non sabratz s'ieu nous o disia ! 

« Tôt es al re que nous pessatz : 
4896 « D'amor ha dig ques es nafratz, 

« E d'amor mor e d'amor plain ; 

« Et anc non vi homen estrain 

« Que tan leu d'amor si plaisses 
4900 « A domna que non conogues. » 

Abtan Elis s'es embatuda 
En las novas, e ges non muda 
Que tôt non diga son talan : 
4904 « Domna », dis el', « e de cal dan 

Pensavas ques vengues clamar? 

Ja nous vengra sai rancurar, 

Qui l'agues ferit ni raubat. 
4908 « Desel tin[c] per enamorat, 

Pos saup ques a vos si plania; 

Beus o dis, sius en sovenia ; 

E que vos non am non doptes, 

4889. li ajouté en interligne. — 4893- Grande capitale à ce vers. 
— 4897. mor ajouté en interligne. — 491 1. 110:1;. 



l82 LE ROMAN 

4912 « Mas pensas vos que respondres. 
— Amiga, non m'i quai pensar, 
« Car per cui li vol demandar ; (v°) 

« E quan serai certa per lui, 

4916 « Aissi con sui de que, per cui, 
« Adonc aurai major mestier 
« De bon conseil que de prumier. » 

Alis respont : « Ane bos conseilz 
4920 « Lai non falli on tais parelz 

« En una causa vole entendre. 

« Res nous pot tolre ni défendre 

« Que non fassas vostre talen, 
4924 « Sol que trop nous ânes feinen 

« Ni tengas vostre cor enclaus. 

« Sovenga vos conssi es braus 

« Monsener, qu'ades si rancura ; 
4928 « Mas per vostra bon'aventura, 

« E queus plaza mais benanansa 

« Vos dona Dieus tal malanansa ; 

« E per far vostre ben meillor 
4932 « Vos donet Deus aital senor. 

« Ancara, se Dieu plaz, venra 

« Tais sazos que cest mais sera 

« Salsa del ben que vos aures, 
4936 « E ja per so nous esmagues. » 

Al dimergue, quant venc li ora 
De penre pas, ges non demora 
Flamencha que non demandes : 
4940 « Per cui? » ans quel libre toques, 



DE FLAMENCA 183 

E cant Guillems ac entendut 
« Per cui? » tenc si per ereubut; 
E dis soven quan fo soletz : (fol. 87) 

4944 « Bel sener Dieus, es so abetz 
Quan dis : Per cui ? e dopta y 
Qu'eu non l'ami de bon cor fi ? 
Ben pot saber veramen l'ame, 
4948 « E que d'autrui a lui nom clame 
Et a lei sui del tôt rendutz 
E per leis sui aissi vencutz ; 
Mais, pos li plai quem dein sufrir 
4952 « Queil diga del tôt mon désir, 
Leu mi sera del tôt a dire ; 
Quar per lui sufri tal martire 
E per leis Amors mi tormenta 
4956 « Ab un dous mal que m'atalenta; 

Tant mi sap bo, hon plus m'en doil, 
Que ges garitz esser non voil. » 

Flamenca e sas puncelletas, 
4960 Que ges non son follas ni bretas, 
Tenon solatz e parlamen 
Entre lur, quan podon, soven, 
Totz lur motz recordon e dison 
4964 El fuec d'amor ab els atison. 

A Pantacosta, dreit per jorn, 
Guillems det paz, et ans que torn 



4945. cui, ms. qui. — 4948. nom, ms. fi. — 4952. Corr. aici 
vengutz } — 4957- mi sap mi ; au dessus du second mi le copiste a 
•écrit bo. — 4961. salatz. 



184 LE ROMAN 

Al capella, moût temeros 

4968 A dig a sa domna : « Per vos; » 
Et [il] a dig en son corage : 
« Ben a [donc] passât vassallage 
« Aquest rix homs c'aisi m'enquicra ; 

4972 « Eu cug que sia la prumiera 

« Ques anc mais fos aissi enquista ; 
« Ab breu solatz, ab pauc de vista, 
« Es vengutz de l'amor al[s] precs. 

4976 :<■ Ben es monseiner folz e pecs 
« Car mi ten presa ni serrada ! 
« Aras ai trobat, si m'agrada, 
« Qui de sa preisom gitara, 

4980 « Que ja garda pron no i tenra. » 
Tôt aiso dis a sas donzellas 
Quant ella cambra fon ab ellas ; 
Pois demandet quais sospiran : 

4984 « E que dirai eu plus aitan ? 

« Quar deman sai que sera lues ; 

« E si daus mi partia jocs 

« Non cug que m'estes ben ni gen. » 

4988 Margarida respon corren : 

« Domna, si tan faire volses 

« Que vostre cor nos mostrasses, 

« Meilz vos en saupram consseillar ; 

4992 « Mais, qu'en faretz ni queus en par, 
« Non suffrires queus am eus blanda 



(VO) 



4968. assa. — 4970. B. appassat. — 4981. assas. — 4984. di- 
ron - — 49^9- volses, ainsi corrigé, prem. leçon volres. — 4992. 
quen, ms. quan. — 4993. quieus. 



DE FLAMENCA 185 

« Cel rix hom cui Amors vos manda 

« Per vostre cor amor tener. 
4996 « Domna, moût vos degra plazer 

« Tais oms cui Amors vos tramet, 

« Quar si de bon cor s'entremet 

« De vos garir e desliurar. » 
5000 Alis nom poc mais escoutar, 

Ans dis : « Domna, trop alongiers (fol. 88) 

« Esveilla falses lausengiers, 

« E fai tan blandir em perdos 
5004 « Que refréna cor volontos ; 

« Alonguis fa man destorbier. 

« Per zous don'eu per don intier 

« Que vostre cor plus non celez ; 
5008 « Fai[tz] li saber que ben voirez 

« S'amor, som près e sa paria, 

« Quar sener es de cortesia. 

« Tant es savis et enginnos, 
5012 « Si con ieu pes, et amor[o]s, 

« Que ben gardara vos e se, 

« Que ja nulz hom non sabra re 

« Ques el vos ame ni vos lui. 
5016 « E die vos, quan sere[tz] amdui, 

« El mon non aura tal pareil, 

« Negeis la luna nil soleil. 

« El es soleilz e vos soleilla. 
5020 « E pos Amors o apareilla, 

4995. amor, corr. en joi ? — 4997- oms ajouté en interligne. — 
4999. vos, tns. nos. — 5000. pot. — 5001. trob. — 5005. fa 
man, ms. fam mas. — 5007. cor ajouté en interligne. — 5010. Après 
es, le copiste avait écrit gilos qui a été cxpoiicftté. — 5012. Aisi. 



l86 LE ROMAN 

« Per Dieu ! non o tolla mas geins ; 

« Res non séria mas deseins 

« Si tais jocs fallia per vos. 

5024 « Respondet li un mot doptos 

« Quil fassa bon entendement 

« El don amor ab espavent. 

— Bell'amigueta, sius plasia, 
5028 « Sol qu'en pues[c] ? li demandaria, 

« Car cest motz es aissi cubertz 
« Que ja per lui non sera certz 
« Qu'ieu l'ami ni dese[s]peratz. (v°) 

5032 — Per Dieu ! non sia oblidatz, » 
Zo dis Margarida, « cest motz, 
« Car mieller es, dona, de totz. 

— Amiga non l'oblidarai ; 

5036 « Se Dieu plaz, deman lo dirai. » 

Aicest vanat ben attendet, 
Quar l'endeman, que pas li det 
Guillems, li dis : « Qu'en pues ? » suau, 

5040 Mais el o enten ben et au 
Car ben entendre o volia. 
Nos bistenset, ans tenc sa via 
E dis : « Cest motz aitan m'aporta 

5044 « Que daus una part mi conorta 
« E daus l'autra part si m'esglaia, 
« Que non sai cal conort m'en traia 

5022. deseins, ms. defeins. — 5039. Guillems, ms. Flamenca, 
mais la première leçon qui devait être Guill', a été grattée, et Flamenca 
est écrit sur ce grattage par un lecteur de la fin du XIV' siècle qui 
n'a pas compris que que pas li det Guillems est une phrase incidente. 



(fol. 89) 



DE FLAMENCA 187 

En qu'en puesc? non ai dan ni pron ; 
5048 « Ab quen puesci non dis hoc ni non. 

Pero, qui ben [i] vol entendre, 

Ben sembla que mais déjà penre 

Vaus hoc que vaus non tal doptansa. 
5052 « Ben atrobet mot de balansa; 

Veramens es domna reials 

Que motz faitisses naturals 

Atroba dese contrais mieus. 
Í056 « Dirai vos o, bel sener Dieus : 

Del paradis quem deves dar 

Pogras ab mi fort ben passar, 

Passar ! ans i faria gietas, 
5060 « Els apostols e las prophetas 

Vos en daria per fermansa 

Que la renda qu'ieu ai en Fransa 

Dones a gliesas es a ponz 
5064 « Sim laissavas aver mi donz 

Ab son autrei et ab son grat, 

Qu'estiers non voil m'aias donat 

Leis ni tot[a] la re qu'aves, 
5068 « S'avias neis 

O aitant quan ne poiras faire, 

E qu'ieu fos de tôt emperaire. » 

Moût estet ben cella semana ; 
5072 Tôt lo cor li reven el sana 

5047. puesc, f s ajoutée. — 5061. darai. — 5066. Quiestiers. — 
5067. tôt la re ques. — 5068. Pour remplir la fin du vers, laissée 
en blanc, le lecteur mentionné à la note du v. 5039 a écrit dos tans 
ho très, ce qui ne peut rimer avec aves. On pourrait proposer tôt 
quan fezes. 



156 LE ROMAN 

Cel motz qu'en pocs? e fort s'en lausa, 
E ges non l'engana nil bausa 
Qu'e mantas guisas non l'espona. 
5076 A! tanta bona glosai dona! 

Si Dieus mi gart, » fai s'el, « de mal, 
Quan dis : Qu'en pusc ? atertan val, 
Con si disia : Eu en farai 
5080 « Tôt so que ja far en poirai. 
Non fail volontatz ni sabers 
Ab sol quel ters fassa poders. » 

A l'uctava de Pantacosta 
5084 Feiron la fésta, mais pauc costa, 

De l'apostol san Barnabe, 

Quar plus no i gitar[i]al pe 

Flamencha fora de la tor 
5088 Per lui que per .1. confessor 

De cui hom festa non feses (v°) 

S'a dimenegue non avengues, 

Car nom pogra ni [non] ausera 
5092 Ni ja lezer om non l'en dera. 

A cel jorn, tôt per ver'enseina, 

Aissi con fin'Amors l'enseina, 

Quan fo sasons c'o pogues dir, 
5096 Guillems dis a si dons : « Garir. » 

Flamenca pensa e consira 

Et en son cor dis et arbira : 

« Consi puesc far eu garimen 
5100 « Al[s] mais d'amors c'us autre sen? 

5078. pues. — 50S9. festa, mi. feses. ■ — 5096. assi. — 5100. 
amors, vis. autrors. 



DE FLAMENCA 189 

Non sai conssim n'antremeses, 
Et on plus i consir niei pes 
Meins i trop de luec e d'aisina 
5104 « Consi pogues faire mecina 

Als mais que cel suffre per me, 
Aissi con dis, e ben o cre. 
Cest ardimen ques el a fait, 
5108 « Quar anc s'entrames d'aital plait, 
Es argumens fis e verais 
Que per amor es en pantais ; 
E sitôt el non m'o disia 
5 112 « Ben cre que cil amors es mia, 

Quar si d'autr' a[mor] si dolgues 
Non cug ques a mi s'en plaisses. » 
Tôt so qu'el mostier si pesset 
5 116 A sas donzelletas comtet, 
Et ellas pensson eissamen 
E lauson fort cel ardimen ; (fol. 90) 

Mais quant ven[c] a la corta fi 
5120 Conseillon quel deman conssii 
Quar ja ren non sabrion menar 
Que poguesson engien trobar 
Consi pogues far garison 
5124 D'amor a cel que lan somon, 
E dizon : « Mais aitan fag n'a, 
« Alcun bon engien trobara 
« Per vos e per si veramen 
5128 « De que seres amdui gausen. 



5113. autrassi. — 5115 . pesses. — 5116. Assas... comtes. — 
5123. pogues, ms. poguesson. 



190 LE ROMAN 

— E Dieus o don per sa merce ! » 
Dis Flamenca, <• qu'eu non sai re 
« Cos pogues aiso avenir 

5132 « Qu'eu saupes plus [de lui] gausir 
« Ni el de me que fai aora. 

— Em petit d'ora Deus laoni, 
So dis Alis, « e bos esforz 

5136 « Malastre venz. Ses el estors 

« Que mon seiner non o conosca, 

« Tota l'autra gen fara losca ; 

« Losca! el hoc, neis, per Dieu! orba, 

5140 « Car ab cara simpla l'issorba 

« Et ab semblanz cubertz, bonils. 

« E pos en so es tan sotilz 

« Que, vezen totz, am vos paraula, 

5 144 « Ques hom non entent sa paraula 

« Mais vos sola per cui i es, 

« To[s]t aura bon engen après 

« Conssi ab vos posca trobar (v°) 

5148 « Si vos o voles autrejar. » 

Aicest consseil van recordan 
Entro al jorn de san Joan, 
Car lo sapte sa festa fon. 
5152 Ges non donet paz em perdon 
Guillems a si dons aquel dia, 
Car, aissi con empres avia, 
Li dis : « Consi » mot suavet, 



5132. Quen s. — 5145. es ajoute en interligne. — 5147. tro- 
bar, corr. estar? — 515?. assi. 



DE FLAMENCA I9I 

5156 Et ab pauc noil toquet lo dct 

Del sieu quan so sauteri prcs. 

Ben agra fait coma cortes 

Sans Joans s'o agues suffert 
5160 Que tal signe e tan apert 

Guillems agues cel jorn avut; 

Ben amera mais sa vertut ; 

Pero tan petit en falli 
5164 Que ab lo mot lo mielz compli 

Quar si l'ateis ben tro al cor. 

Trop gausens s'en tornet el cor, 

E volgra ben quel capellans 
5168 Agues dig meijorn antremans 

Que ja el non l'agues ausit. 

Quan agron lur mestier fenit 

A l'ostal s'en vai totz joios 
5172 E menet ne sos compainos, 

So fon l'ostes e dan Justis. 

Apres disnar non s'adurmis, 

Mais ben vai el lieg es sojorna 
5176 Et a cascun de sos motz torna ; (fol. 91) 

E cant s'est tornatz a conssi 

De joi canta e dis aissi : 

« Ma dousa domna, ben viatz, 
5180 « Sol que vos creire m'en vullatz, 

« Aurai eu bon engien trobat 

« Per que serem ben desliurat 

« Vos de preison de mal senor 

5164. motz. — 5170, fenit, ms. ausit. — 5 175- es, ms. est. 



T9 2 LE ROMAN 

5184 « Et eu de las dolors d'amor, 

Que per vos tôt jorn mi destrein ; 
Mas, si merces mi fai captein 
E vos a merce connoissetz, 

5 188 « Aissi con faitz e far devetz, 

Ja pois nous sove[n]ra dels mais, 
Tant es nostre bens cominals. 
E per so l'apelle comun, 

^192 « Quar de dos ne farem sol un 

E poirem dir : Tôt cest es nostre, 
Quar totz es mieus e tôt es vostre ; 
E cascun lo tenra per sieu : 

5196 « Eu lo vostre e vos lo mieu, 
Car aissi[s] tain de compainia 
Que so de l'un de l'autre sia. » 

Al dimergue, après la festa 
5200 De san Joan, jes non s'aresta 

Guillems de so mestier a segre ; 

A si dons venc ab cor alegre 

Quan li det pas, mas ges nos fein 
5204 Que nol diga suau : « Per gein. » 

E Flamenca tôt so e mais (v°) 

A sas piuzelletas retrais,. 

E prega las a bona fe 
5208 L'acossellon, que aras ve 

Li sazos qu'il n'a gran beso[i]na. 

Alis respont : « Non m'er vergoina 

5190, es, corr. er? — 5191. l'apelle sol un comun, les mois 
sol un, empruntés au v. suivant, sont exponcluès. — 5199- après, 
ms. enans. — 5201. assegre. — ;,202. Assi. — 5206. Assas. 



DE FLAMENCA I93 

« Qu'ieu nous en diga tôt mon sen 

5212 « Aissi con dis prumieramen; 
« E pos Dieus lous a enviât 
« E[u] pes mi ben qu'el a penssat 
« De vos desliurar bona via ; 

5216 « Per so, sius plaz, li respondria : - 
« Pren li, car s'el eis non lui pren 
« Vos nol penres, mon eissien. » 

Margarida ben o autreja, 
5220 E dis : « Totz homs c'aissi domneja 
« Ben sembla que déjà trobar 
« Tôt so que tain ad ops d'amar, 
« Engieins e voûtas e cubertas ; 

5224 « E d'aissous fas, endreg mi, certas 
« Que, si fossem el temps antic 
« Et eu trobes aital amie, 
« Ben cujera Jupiter fos 

5228 « O alcus dels dieus amoros. 
« E seguramen respondes : 
« Pren li, car ges loc non aves 
« De far lonc domnei si con fan 

5232 « Cellas domnas que legor an, 

« Quar [ab] lur fantaumetas paisson 

« Los fis amans tro qu'il si la[i]sson (fol. 92) 

« De las pregar per plan enueg, 

5236 « Tan son de lur novas esdug; 

$2ii. Quieus n. — 5213. enviât, ms. auiat, awi en en inter- 
ligne. — 5214. el, ms. il. — 5217. s ' e ^> ms - ce '- — Ihid. lui, le 
dernier jambage est surchargé de façon à former un i allongé. — 
5230. û naves. — 5236. esdug, ms. escug. 

T. I. U 



194 LE roma n 

« E pois ellas penedon s'en 

« Quan le pentirs non val nien, 

« Car qui non fes can far poiria 

5240 « Ja non fara quan far volria. » 

Flamenca sospira e muda 

Color, et Alis estornuda 

E dis tantost : « Ben vai Faffars ; 
5244 « Nuls affars non fora plus cars 

« Aora d'aquest estornut. » 

Flamenca respon : « Dieus t'ajut ! 
Alis, c'aitan gen mi conortas ; 
5248 « Daus totas partz solaz m'aportas. 

« E pois vei que aitan vos plaz 

« Et a bona fem cosseillaz, 

« Segrai vostre conseil ades ; 
5252 « Mais tôt apertamen confes 

« En aquest mot qu'ieu voil s'amor ; 

« Non sai si m'i ai deisonor 

« Car en aissi leujaramen 
5256 « Amor d'aital home consen. 

— Domna, ja nous er deisonors, » 

So dis Alis, a s'o vol Amors ; 

« Mais si de cor ben non l'amas 
5260 « E nostre conseill seguias 

« Nous estaria ges trop ben. 

« Mais lai on Amors tirai fren 

« E bos conseilz e volontatz, (v°) 

5239. Il faudrait corriger fes en fai, ou poiria en podia. — $252. 
Mais,^rm. leçon, Mas. — Ibid. tost. — 5255. Corr. leugieramen ? 
— 5257. Grande capitale à ce vers. — 5262. onhamors. 



DE FLAMENCA I95 

5264 « Revens tôt sens una foudatz. 
« Pero sens es e non follors 
« Zo que sens vol, et ai n'auctors 
« Totz los adreitz el[s] gais els pros, 

5268 « E celz cui non amon gilos; 
« E non sai tan fort malanconi 
« Nom portes d'aiso testimoni, 
« Neis mosener, s'a plag tornava 

5272 « Ni las rasons hom li comtava. » 

Al jous après fon passions 

De dos apostols glorios 

Que son major princep del cel 
5276 Aprop monsenor san Michel. 

A cel jorn per bon'aventura 

Flamenca Guillem assegura 

De s'amor quan li descobri 
5280 En l'ora qu'el meseis causi ; 

E fes li un coites presen 

Plen d'amor e de chausimen, 

Quar mostret li plus que non sol 
5284 Los ueilz, la boca el morsol, 

E plus longamen l'esgardet 

Dreitz oilz, entro que s'en ostet, 

Que quan leis dreitz oilz non esgarda, 
5288 Quar hom non pot, de tot[z] si garda 

E majormen de l'aversier 

Que l'estet al destre ladrier. 

Moût es Guillems en gran delieg 

5288. Corr. Q. tan com pot? 



I96 LE ROMAN 

5292 Quar de si dons a gran respieg, (fol. 93) 

E ben ten ara per certan 

Qu'Amors lo vol far sobeira 

De totz aimadors, e ben aia 
5296 Qui aitan gen son cor apaia ! 

Cel jorn a sa osta mandet 

Vengues a lui ; ben l'en creset 

Quar ab seinor et ab mainada 
5300 S'es ab lui ricamen disnada. 

Del retornar lur det comjat, 

Quar bes sen d'aitan meillurat 

Que nol cal estar mai ugan 
5304 Aissi privât con fes avan, 

E non a mestier d'ongemen 

Ni nons vol bainar tan soven. 

Lo prumier jorn que plus parlet 
5 308 Ab sa dona, li respondet : 

« Près Vax », et il si meravilla 

E moût dousamen lo rodilla 

Si qu'ap l'esgart si son baisât 
5312 Lur oil e lur cor embrassât. 

D'aicest bais tais dousor lur ven 

Que caschus per garitz si ten. 

Flamenca dis : « Pot esser vers 
5316 « Qu'el aia pensât en .111. sers 

5293. ten, m. tan. — 5303. non cal estan. — 5304. avan, 
ms. ugan. — 5308. li, m. il. — 5309. et il, ms. et eil. — 5315. 
dis, ms. disca, la dernière syllabe exponctuée. 



DE FLAMENCA I 97 

« Con eu li posca far guirensa? 

« A ! con fui de mala cresensal 

« Pechat y fas, car sol y dopte. 

5320 « Ane non so penset en desopte : 

« A pessat venc com pogues far (v°) 

« Mom plazer, per quem dei garar 

« Qu'en ren noil fassa son enuig. 

5324 « Mas .11. jorn mi semblaran .vin. 

« Entro qu'eu sapja de quai guisa 

« El o engiena ni devisa. 

« E bel promet ci davan Dieu 

5328 « Que, s'el pot enginar et eu, 

« Cossi puscam esser essems, 

« Soa vul esser per to[z] tems ; 

« Quar sol mi vol faire socors 

5332 « Vul que sols aia mas amors; 

« Car sol mi vol de mort garir 

« Voil eu a lui solet servir. 

« Pauc deg amar los cavalliers 

5336 « De mon pais : dos ans entiers 

« Hai estât en greu marrimen, 

«. Et anc negus non fes parven 

« Queil pesés, e cil d'esta terra 

5 340 « Que veson con hom mi soterra 

« Tota viva, em fai languir 

« A gran dolor, a mi yenir 

« Ni auson ni volon ni deinon. 



S 5 28. cel. — 5334. en ajouté en interligne. — 533 S- Grande 
capitale à ce vers. — 5339. Qjiiel pesses. — 5343- volon, ms. 
uolôr, l'r exponctuée. 



I98 LE ROMAN 

5344 « Tort n'auran, si cortes s'en feinon, 

C'aital dompna, paura estraina, 

Laisson mûrir ; mais, sim gasaina 

Aquest qu'en es aisi proatz, 
5348 « Jamais non deu esser camjatz 

Per feinedor fais, d'avol cor, 

Qu'ab la boca dis ades raor, (fol. 94) 

Et el cor pensa traïcion. 
5352 « Malaventura Deus li don 

Qui mais vos amara qu'eu sia ! 

Mais, si Nostre Sener volia 

Que cest fos cavalliers letraz, 
5356 « Tot[z] los auria desliuratz 

De[l] mal qu'ieu lur voil per bon dreg, 

Quar son vas mi tan mal adreg ; 

Mas cest dei amar per rason 
5360 « Car si met per mi a bandon 

En tan certan péril de mort. 

Mais, poisas tan l'a Dieus estort, 

Ancara l'estorcera mai 
5364 « Quar de bon cor l'en pregarai; 

E sai ben qu'el mi ausira 

Car sap ben lo mestier que m'a. » 

Tôt àisso el mostier si pensa. 
5368 A l'ostal van aprop la messa, 
Mais aitant tost con fo issitz 



5348. nom. — 5349- fais, ms. auls. — 5353- Corr. nos a. 

quen(=quinh) s.? — 5362. poisas, ms. posras, l'r exponctitée. 
— 5368. Al mostier. — 5369. fo, ms. fos; cf. v. 433. 



DE FLAMENCA 199 

De la tor le gilos marritz, 
01 maritz, sius voles, gilos 

5372 Flamenca dis : « Vostre sermos, 
« Donzellas, e vostre presics 
« M'a tan fait que ges trop enix 
« Non es mos cors de lui amar, 

5376 « Qu'aitan belz e tan bos mi par; 
« Et am dig hui qu'engien a près, 
« Mais ancara non sai quais es. » 

Alis respon, e no i bistensa : (v°) 

5380 « Domna, mais en nostra plevensa 

« Vos metetz, a Dieu o grazem, 

« Quar, si ben vos ven, nos serem 

« Causa del ben, e s'autramen 
5384 « Vos avenia, eissamen 

« Total colpa nostra séria ; 

« E cascuna de nos volria 

« Avan esser justisiada 
5388 « Que vos fosses de ren blasmada. 

« Mais Dieus, ques es vers perdonaire 

« E conois ben tôt vostre [a]faire, 

« Cossi hom a tort vos malmena 
5 392 « Eus ten quais presa en cadena, 

« Vos er de tôt mal garimenz 

« E de tôt ben avansamenz ; 

« E sol que bona fes nous failla 
5396 « Vaus cel que per vos si trebailla, 

5377. dig, ms'. dis. — 5378. quai ses. — 5380. uostra. — 5383. 
essautramen, Vr ajouté en ititerligtie. — 5391. tort, Z'r ajoutée en 
interligne . 



200 LE ROMAN 

« Mais queil portes amor leial, 

« Vera e fina e coral, 

« Eus covenc, dona, per ma fe 
5400 « Totz le monz er a vostre be. 

« E mais vos dis qu'engen penra 

« Don si e vos estorsera, 

« Demandas li, sius plaz : E quai? 
5404 « Car no i a mais conseil aital, 

« E sius par bona la maniera 

« De son engien, plus voluntiera 

« Deves tôt la re consentir ». 
5408 Margarida nos poc suffrir (fol. 93 

Que non parles, e dis : a Mil tans 

« Deu esser majers le talans 

« De vos, domna, quel sieus non es, 
5412 « Cossi pocses far quel plagues. 

« E, sius voletz, proarai o : 

« El non a mais una preiso, 

« Et aquil es alques joiosa 
5416 « E per vostr' amor saborosa, 

« Mais vos aves doas preisos : 

« L'una es del marit gilos 

« Que tôt jorn tensa e menassa 
5420 « E ja ren nous dira queus plassa ; 

« L'autra es cors e volontatz 
« De faire so que vol beutatz, 
« Honors e jois, precs e jovens, 
5424 « Domnei, solatz e causimens. 

5399. donas. — $405. E sius plas b. l'aventura. On pourrait 
aussi conserver plas et corriger bona en dona. — 54°8- pot* 



DE FLAMENCA 201 

« E car acabar non podes. 

« So queus plaz, per presaus tenes. 

« E per so li preisos es dobla 
5428 « Quar vetz e destreissa la dobla : 

« Le vetz vos toi fors'e poder 

« El destrecha fai vos doler. 

« A lui non sofrain ren mais vos, 
5432 « Totz l'autre nions es a sos pros, 

« E vos est a secle perduda 

« Et el a vos car nous ajuda. 

« E per so provi per rason. 
5436 « Ques en la soa garison 

« Prendes vos plus de garimen (v°) 

« Ques el meteis, quar doblamen 

« Seres guerid', et el gueritz 
5440 « Del mal don es per vos feritz. » 

Flamenca dis : « Qui t'ensenet, 
« Margarida, ni quit mostret, 
a Fe quem deus, tan de dialetica ? 

5444 « S'aguessas legit arismetiga, 
« Astronomia e musica, 
« Non agras meils dig la fesica 
« Dels mais qu'eu ai loncs tems suffertz. 

5448 « Ja mos cors mais non t'er cubertz, 
« Quar tan ben con eu vei quel saps 
« De mon conseill vo[i]l sias caps ; 

5426. queus, ms. queul, /'1 exponctuée. — 5431. lui, ms. lueil, 
dont la seconde 1 est grattée. — 5432. assos. — 5433- assecle. — 
$439. guerid', ms. gueritz. — 5440. Del, ms. Do. — 5445. Entre 
astronomia et e le copiste a écrit e fisica, qu'il a txponctué. 



202 LE ROMAN 

« Eu et Alis no i serem plus, 

5452 « Quar nostre cors son assas us, 

c Mai sol aquil a cui s'atain, 

« En cui ma dolors si refrain 

« Era fai esta semana longa ; 

5456 « Veja[i]re m'es quel[s] jorns alonga. » 

A l'uiten jorn ill demandet : 

« E cal? » poissas après estet 

Autres .vin. jorns; après respos 
5460 Guillems : « Iret\ », mais non espos 

On ni on no, car non podia; 

Per so demandet l'autre dia 

Flamenca, e nol fon ges pena, 
5464 Dreg lo jorn de la Magdalena 

Quan fon sazos ni luecs : « Es on ? » 

E l'endema Guillems respon : (fol. 96) 

« Ah bani », ado[n]cas entendet 
5468 Flamencal luec, e breu creset 

Que per rason esser pogues 

Ques alcun engien fag agues 

Per o[n] vengues a leis el[s] bains. 
5472 Domideu prega e totz sanz 

Que de tal guisa [sia] fait 

Que noil sia en mal retrait. 

Quan so ac dig a sas piucellas 
5476 Cascuna dis : « Bonas novellas, 

_ S45 1 - no i> *ns. non, le dernier jambage exponctui et le premier poin- 
té. — 5453. Corr. aquel... m'atain î — 5467. entendet, prem. leçon 
entendes. — 5468. breu, corr. ben ? — 5473 . Après fait, il y a dans 
le ms. un c qui ne parait pas être de la main du copiste. 



DE FLAMENCA 203 

« Domna, sabes, ades comtar ; 

« Mais corans anarem bainar? 

« Sapias que trop nos demora. 

5480 — Voles donquas quel deman cora ? 

— Hoc, domna, ben, que fort nos triga 

« Pos luec no[n]s fug quel jorn vos diga. 

— En so non cal gaire trigar, 
5484 « Quar dimars o pose demandar, 

« Ques er festa bona e bella 

« De san Jacme de Compostella. » 

A cel jorn « cora? » li demanda, 
5488 Quan luecs e sasos o demanda. 

Ar es Guillems en gran sojorn, 

Quan si donz li demanda jorn ; 

E be saupra dese respondre, 
5492 Mais avan si laissera tondre 

En croz o coire ab fer caut 

Que sol parles am mot en aut, 

O un dels sieus motz demanes (v°) 

5496 Apres cel de si dons disses, 

Ans lo coven quart jorn attendre, 

Et al quinte a fag entendre 

A si dons que « jorn breu e gent », 
5 500 Pueis s'ostet d'avan lui corrent. 

« Ara pose ben, sim voil, causir ». 

So dis Flamenca, « s'eu languir 

« Am mai tostems, o una ves, 

5478. Après corans le copiste avait écrit ades qu'il a exponctuè. — 
5493. o ajouté en interligne. — S494- mot, corr. voz? — 5 S 02 - 
ï'eu, ms. sens. 



204 LE ROMAN 

5504 « Mètre mon cor, pos aissim les, 

« En aventura de guérir. 

« Mais, s'una ves pose avenir 

« Lai on Amors ab Joi m'aten, 

5508 « Nom calra temer pueis tormen, 

« Nim calra doptar de ma vida 

« Pos una ves serai garida. 

« E no i a plus mai quem conselle 

5512 « E del respondre m'aparelle, 

« Car no i a mas deman el mieg, 

« Quant al respondre, mis respieg ; 

« Quar, si con retrais hoi le preire, 

5516 « Dimars er festa de san Peire, 

« Cil qu'es en kalenda [d'] aost, 

« E s'Amors vol aquest ajost 

« Prec la, sil plaz, pensar mi lais 

5520 « Tal mot don sia mos cor gais. » 

Abtan s'en eisson del mostier ; 

Margarida, cant pot, l'enquier 

A sa domna del jorn com es ; 
5524 Et il respon : « Ma dousa res, (fol. 97) 

« Del jorn es a nostre causit, 

« Quar [a] quec jorn es establit ; 

« Mais ara ven tota la forsa, 
5 528 « Car aissi con fum giens amorssa 

« D'um petit lum sa resplandor, 

5506. pose morir avenir, mais morir est expottetué. — 5513. a, 
ms. ai. — 5522. poc. — Ibld. Suppr. 1'? — 5523. Assa. — 552^. 
a ajouté en interligne. — Ibid. nostrse. — 5528-9. Sic ; corr. lums 
leu amorssa | D'un petit fum ? 



DE FLAMENCA 205 

« Aissi m'estein ab s'amaror 

« Us pensamens c'ap mi s'irais 
5532 « Lo joi d'amor qu'el cor mi nais. » 

Alis respons : « Deu[s] sia garda, 

« Que tôt quant es defent e garda, 

« Quel joi d'amor qu'el cor vos raia 
5536 « E negun pensier dan nous aia! 

« Quar fin'amor non val nient 

« Ses paor e ses pensamen. 

« Ab pessamen amors s'esmera, 
5540 « E qui non temses non gardera. 

« Mais una paor y a mala 

« Que joi d'amor destrui e tala, 

« Et autra paor y a bona 
5544 « Per cui joy d'amor s'asazona : 

« L'un'es de ser, autra de fueill. 

« L'un'es de joi, autra de dueill. 

« E per so vei que ben amatz 
5548 « Quar ben ternes e ben pessatz. 

— BelPamiga, veramens ame, 

« E ren non sai a cui mi clame 

« De la dolor ni de l'angoissa ; 
5552 « Quaraissim destrein e m'angoissa 

« Paors et Amors e Vergonha (v°) 

« Vejaire m'es cascunam poina 

« Ab aguillas o ab espinas 
5556 « Per lo pietz e per las esquinas. 

« Paors mi castia em menassa 

$531. Corr. si t[r]ais ? — 5537. val, mi. vol. — 5540. gardera, 
corr. amera? — 5 545. L'us es... autre. — Ibid. ser, corr. florî 
— 5546. autre de fueill. 



206 LE ROMAN 

« E dis mi que ja ren non fassa 
« Que monsegner nos teng'a joc, 
5560 « Car s'o fas, metra m'en un fuec; 

« Vergonam dis quem gart de blasme 
« Don tota gens aprop mi blasme. 
« Daus l'autra part lom dis Amors 
5564 « Ques anc Vergoina ni Paors 
« Nos feiron bon cor ni faran, 
« E non a cor de fin aman 
« Si[l] toi vergoina ni temensa 
5568 « De far tôt so qu'ai cor agensa. 
« E, si con Ovidis déclina, 
« Amors es domna e reïna 
« Que vol de tota gen trahut, 
5572 « Et eu non l'en ai ges rendut. 
« E s'Amors pert en mi sos fieus 
« L'anta er soa el dans mieus 
« Car lo fieus es [en]corregutz 
5576 « S'a tems non es le cens rendutz; 
« Aissi vol esser senoressa. 
« E pos en mi s'es Amors messa 
« Non sai consi lam desalberc, 
5580 « Car per fieu mi demand'alberc 
« Et am trames cortes message 
« Ab cui assagi mon corage (fol. 98) 

« Si i«u l'albergarai o non. 
« E mas aitan gent m'en somon 



5584 



S 560. fas ajouté en interligne. — s S 62. aprop, ms. atrop ; cf. 
v.6155. — S57 1 - àe,'ms. que. — 5573. Essamors. — 5575. lo 
ajouté en interligne. — Ibid. fieus, ms. sieus. — 5578. en, ms. a. 
— Ibid. messa, ms. menssa. 



DE FLAMENCA 207 

« E sai que son dreg vol e quier, 

« Si eu i met nul destorbier 

« Ai paor quem torn sus el cap, 
5588 « Car si fail cel que rason sap 

« Assas fai major failliment 
•« Que cel que rason non entent. 

« Et eu conosc ben que vers es 
5592 « C'amors a en las domnas ces, 

« En totas, que non ges en una ; 

« Aisso deu saber ben cascuna 

« Qu'ai trezen an querrel comensa, 
5596 « E si neguna s'en bistensa 

« Que noil pague tro al setzen, 

« Lo fieu ne pert, si per merce 

« Amors nom pert lo ces avan. 
5600 « E si passa .xxi. an 

« Que non aia sivals pagat 

« Lo ters ol quart o la meitat, 

« Jamais non aura fieu entier, 
5604 « Mas, a lei d'estrain soudadier, 

« Estara pueis ab la mainada ; 

« E deu si tener per pagada 

« Qui mot li sona ni l'acuell. 
5608 « Per sos deu ben garar d'ergueill 

« Tota domna mentre quel les, 

« Car si mescaba una ves 

« En autr'afar pot revenir, (v°) 

5612 « Mais ja tan nos sabra formir, 

5587. quen. — 5 589. majer. — 5598. fieu, ms. sieu. — <; 599. 
ses. — 5004. allei. 



208 LE ROMAN 

« Pos er mescabada per jorn, 

« Que beutatz ni jovens i torn. 

« E per so die c'ariva tôt, 
5616 « Car mi soven, ab sol un mot : 

« O autrejar o escondir. 

« Adoncs la cochon li sospir, 

« Soven sanglotis e badailla, 
5620 « Veja[i]re l'es quel cor li fa[i]lla, 

« Als oils si pren, teunamen plora : 

» Lassa ! » fai s'il, « e mala ora 

» Nasquei, e cric e fui tan grans 
5624 » Que mos viures mi fos affans; 

» E mi non a mas .1. conort, 

» E quai ? Deu ! car venrai a mort 

» Per Amor que m'a si naffrada 
5628 » Que vaus leis non ai plus durada. » 

« Per Deu ! Amors, mal sabes traire 

« Quar mi fagz aissi greu mal traire. 

« Ane mais vostr'arcs tam mal non trais, 
5632 « Neis eu per ren tan mal non trais. 

« Non cujera tam mal traisses 

« Sol per amar neguna res ! 

« Mais, pos vei qu'a suffrir m' ave 
5636 « Vostre colp, qu'aitan suau ve 

« Con pejers es plus douces par, 

« No i a mai ren mai d'albergar, 

« E descendez a votr'ostal ; 

5614. O. ja mais b. — 5616. soven ajouté en interligne. — 
5622. faissil. — 5628. non ai ajouté eu interligne. — 5632. Neis, 
corr. Ni ? — 5638. a, ms. an. 



DE FLAMENCA 209 

5640 « Mais non aguest aitan liai, (fol. 99) 

« Car mos cor, queus er ben corals, 
« Vos sera cambra et ostal, 
« Que ja contrast no i trobares, 

5644 « Quar eu farai tôt quant volres ; 
« Et a cel que de vos demanda 
« So qu'eu tenc de vos en comanda 
« Respondrai plus mi, a desliure, 

5648 « Car ben vei qu'estiers nom puesc viure. » 
A cest mot ablesmada fon, 
Et estet tant en pasmason 
Que N'Archimbautz fon retornatz. 

5652 Alis la ten[c] entre sos bratz 
Et ac paor qu'ai resperir 
Alcuna causa degues dir 
Per que N'Archimbautz perceupes 

5656 Que per amor blesmada s'es ; 
Per so ploret e cridet li : 
« Domna, veus monsenhor aici! » 
Tan cridet : « Veus ci mosenor ! » 

5660 Que la vos entendet el plor, 
E tôt avan que mot sones 
Appesset si que respondes 
Quant En Archimbautz li dira : 

5664 t Domna, que faitz, ni consius va? » 
Le gelos fort si de[s]conorta, 
De l'aiga freida tost aporta 

5640. aquest. — 5646. de, ms. per. — 565 1. due Narchim- 
bautz (et non Quen Archimbautz). — 5656. blasmada. — 5658. 
aissi. — 5659. si. 

T. I. 14 



210 LE ROMAN 

E gieta l'en per mei sa cara. 
5668 El' obrils oilz, sobre cel gara 

E sospiret mot longamen. (v°) 

El li demanda quin mal sen. 

« Sener, al cor ai una gota 
5 672 « Que m'auci e m'afolla tota, 

« E cug que d'aquest[a] morrai 

« Si conseill de mege non ai. 

— Dona, eu cug que prous faria 
5676 « Si manjavas a cascun dia 

« Sol un petit de noz muscada. 

— Bel sener cars, autra vegada 
« D'aquesta gota mi senti, 

5680 « Mas quan mi bainhei ne gari ; 

« E per so bainnar mi volria, 

« Seiner, dimercres, sius plazia, 

« Quel luna es a recontorn ; 
5684 « Mas quan seran passât .ni. jorn 

« E il sera del tôt fermada, 

« Et ieu serai plus mellurada 

« D'aquesta mala Deu mentida 
5688 « Cap pauc nom toll ades la vida. 

— Domna, ieu vueill ben queus baines, 
« E d'aisso nous estalbies 

« Que non annes, seus plas, al[s] bainz; 
5692 « E fassaz candellas a sânz, 
« E non si perda neis li partz 
« De san Peire, ques er dimartz, 
« Ans vueill ques aia un gran cire 

5688. nô, — 5695. sire. 



DE FLAMENCA 211 

569e « Tarn bel que tota gens lo mire. 
— A ! segner, quan ben o dises ! 
« Mais de sains, siusplas, eisses, (fol. 100) 
« E laissas nos un pauc estar 
5700 « E pensas dels bains adobar. » 
El li respon : «Ben o farai. » 
Iratz s'en eis, el plan s'en vai. 
Pero ben ser[r]a l'us e clau 
5704 E met a la cencha la clau, 

Pois s'en va an Peiron Guison, 
Sezen lo trob' a som peiron, 
Dis li : « Fagz vostres bainz lavar, 
5708 « Que nostra donas vol bainar; 
« Dimercres sion assesmat, 
« Car per luna o a laissât. » 
En Peire Gui respon desse : 
5712 « Bel segner cars, fag sera ben. » 

Quan Flamenca fon revenguda 

De passion qu'eF a tenguda, 

E N'Archimbautz s'en fon issitz 
5716 Dolens et iratz e marritz, 

Et il plora, plain e sospira 

Et a si meseissa pren ira, 

E clama si d'Amor soven. 
5720 Pero tro al dimars s'aten 

E dis : « Plas mi », aissi com poc, 

E non saup dire plus gen d'oc, 

5697. Assegner. — 5703. Bero. — 5704. sencha. — S706. 
assom. — 5713. Le ms. ne marque point a alinéa ici. — 5714. Ou 
que l'a? — 5717- essospira. — 5718. assi. — 5719. clamassi. — 
5720. P. d'amor t. — 5721. plas ajouté en interligne. — 5722. nom. 



212 LE ROMAN 

Et un pauc ab lo man senestre 
5724 Toquet a Guillem lo sieu destre 

En dreg d'amor cubertamen, 

Et aqui eis retorna s'en 

Per sezer, car nos poc suffrir, (v°) 

5728 Car mot dec aver gran consir, 

Gran paor e gran marrimen 

Car s'amor en aissi consen, 

E nulla ren non sap a cui. 
5732 Ben o sabra si non s'en fui, 

E ja gaire non tarzara ; 

Al prumier deman o sabra. 

Quant Guillems ac ausit plas mî, 
5736 De fin joi totz le cors li ri 

Et ac lo pie de bon saber. 

E sos hostes, quant venc al ser, 

Ausent el dis a .II, servens : 
5740 « Barons, los bains faitz bels e genz, 

« Lavas los totz ben d'or en or 

« E gitas tota l'aiga for 

a Ques ara i es, pois venga fresca, 
5744 « E gardatz ben mesura cresca, 

« Quar ma domna s'i bainara 

« Al primier jorn que i avenra. » 

Guillems non fes anc sol parer 
5748 Que so ausis, e sap per ver 

Que cest bainars es per lui faitz 

5724. lossieu. — 5741- d'or. prem. leçon tor. — 5744- Vers 
obscur. On obtiendrait un sens satisfaisant en remplaçant ben par a. 



DE FLAMENCA 213 

Et Archimbautz y sera tragz, 
E non trobara qui l'en plaina, 
5752 Car ges non cug c'uimais remaina 
Que noil fassa una passada 
Flamenca, pos s'en es vanada. 

Al dimercres, quan jorns parec, 
5756 Flamencha plais, e far o dec, 

Car la nueit non ac ren dormit. (fol. 101) 

Suau apella so marit 

E dis, plangen ab gran pantais : 
5760 « Ane mais, lassa ! tan mal non trais, 

a Sener, con eu ai fag anueg. 

« Levas d'aici, e nous enueig 

« Quar de mi seres tost desliures ; 
5764 « E plus mi plas murirs que viures, 

« Tan son destrecha e cochada ! 

« E s'un pauc, quant serai bainhada, 

« D'aquesta dolor non revenc 
5768 « Per morta, sapias, mi tenc. 

— Domna, ja d'aisso non morres ; 

« Ab lo bainar estorseres. 

« Nous esmagues e fagz conort 
5772 « E non aias talent de mort. » 

Las donzellas son ja levadas 
E vestidas et adobadas, 
« E dison ben ques ora es 
5776 D'anar aqui on an empres. 

Prendon bassins et ongemens 

5751. nom. — 5759- planegn. — 5762. aissi. 



214 LE ROMAN 

E totz lur apparellamens. 

En Archimbautz em pes si dressa ; 
5780 De la testa semblet cabeissa 

Quar las canas foron fumadas, 

Cortas e per luecs irissadas. 

De la tor eis a calque pena, 
5784 E sa mullier pel poin ne mena 

A son amie ; per mon vejaire, 

Sa gilosia noil val gaire. (v°) 

Los angles dels bainz quer e cerca, 
5788 Mais pauc li val aquela cerca 

Quar tôt égal y conoissia 

Alcun pertus com far solia. 

Pueis s'en issi e Puis serret, 
5792 Et ab si la clau ne portet. 

Las donzellas non s'oblideron, 

Quar aitan tost dins lo fermeron 

Ab una barra gran e ferma 
579e Que de paret em paret ferma. 

D'aisso qu'an fag an meravilla ; 

Cascuna sa par arodilla, 

E dison : « Dona, que farem ? 
5800 « Trop granz meravillas avem 

a Per on intrara ni consi 

« Aicel qu'aicest luec vos chausi. » 

Flamenca dis : « Eu non o sai, 
5804 « Quar eu non vei ni sai ni lai 

« Neguna re plus que far sueill ; 

5781. fumadas, corr. fermadas ? — 578$. persmon, Ts exporte- 
tuée. — 5799. Donas, rsexponctuée. — 5805. re ajouté en interligne. 






DE FLAMENCA 21 5 

k Mais nous penses ques iem despueill, 
« Quar hanc non sa vinc per bainar, 
5808 « Mais que pogues ab lui parlar. » 

Mentre qu'esta[n] en cest agart 

Non sabon mot, quan una part 

Dels bainz auson un pauc de gap ; 
5812 Et adoncas câscuna sap 

Qu'aisso es cel qu'ellas attendon ; 

Non an cor que ja li deffendon, 

Ans a l'una l'autra tocada, (fol. 102) 

5816 E, quant ac la peira levada, 

Guillems broillet e crée viatz. 

E si negus mi demandatz 

Cossi venc ni de cal faisso, 
5820 Non m'er affars, dirai vos o. 

El man portet una candela ; 

Camis'e bragas àc de tela 

De Rens, ben faita e sotil 
5824 E per corduras e per fil ; 

Blisaut portet de cisclaton, 

Ben fait e fronzit per razon 

E tiran per lai on si ten ; 
5828 Et estet li moût avinen 

Li corregeta don s'estrein : 

Tro al som del blisaut atein. 

Caussas hac de pâli am flors 
5832 Obradas de mantas colors, 

S 806. que siem. — 5814. li, ms. lis, /'s exponctuèe. — 5823. 
essotil. — 5827. si ten, ms. satain. 



2l6 LE ROMAN 

Tan ben e tan gen si causseron 

Que disseras c'ab el nasqueron. 

Un capell lini ben cosut 
5836 Ab seda, e moscat menut, 

Ac en son cap, non per celar 

La corona, mais per garar 

Sos pels de la cauz qu'es el trauc. 
5840 Fin' amor l'a donat un pauc 

De son tenc, mas non l'estet mal : 

Tam bes [tain] ab lo natural 

Ques assas plus belz ne semblet. 
5844 Davan si donz s'aginollet (v°) 

E dis li : « Domna, cel queus fes 

« E vole que ja par non accès 

« De beutat ni de cortesia 
5848 « Salv vos e vostra compannia! » 

E sopleguet li tro al[s] pes. 

Flamencha li respont après : 

« Bel sener, cel qu'anc non menti 
5852 « E vol que vos sias aici 

« Vos salv eus gart eus lais complir 

« D'aisso queus plai vostre désir. 

— Doussa domna, totz mos désirs, 
5856 « Mos pessamens e mos consirs 

« Es vos, a cui mi son donatz, 

« E s'aquest don vos m'autrejatz 

« Tut miei désir seran complit. 
5860 — Bel segner, mais Dieus m'a cobit 

5835. dexpotttuè entre capell et lini. — 5852. aissi. — 5858. 
On pourrait supprimer m'. 



DE FLAMENCA 217 

« Qu'ieu si' ab vos, ja non dires 
« Quan de mi vos departires 
« Que perdas ren per mon autrei, 

5864 « Quar tam bell e tan gent vos vei 
« E tan cortes e tan adreg 
« Que per fin'amor e per dreg 
« Aves mon cor lonc tems avut, 

5868 « E veus lo cors aici vengut 
« Per vostre plazer autrejar. » 
Adonc lo prent e val baisar 
E douzamen vau[s] si l'acolla. 

5872 Ara pot far, sis vol, corolla 

En Archimbautz desotz lo fraisse, (fol. 103) 
Qu'ieu non cug que per el si laisse 
Flamencha ques amie non fassa. 

5876 Guillems la baisa e l'abrassa ; 
Et aquil que nostre amix son 
Pregue Dieu qu'aital gauh lur don 
Con il l'ac, tro l'aion major. 

5880 Guillems es ben segurs d'amor 
E dis : « Ma dona, sius plasia, 
« Per una novelleta via 
« Que per mi e per vos es faita, 

5884 « On nous cal temer nulla gaita, 
« Pogram anar ben, sius volcses, 
« E ma cambra, don mantas ves 
« Ai vist la tor on vos estatz. 

5888 — Belz dous amix, aissi cous plaz. 

5868. aissi. — 5870. prenc. — 5885. volcses, le c ajouté en 
interligne. — 5888. aici. 



2l8 LE ROMAN 

« Ieu irai lai on mi dires, 
« Car ben sai qu'aicim tornares, 
« Si podes, salva e segura ; 
5892 « E guidas per bon'aventura. » 

Adoncs si met Guillems prumiers ; 

Ges non fon escurs le semdiers 

Ans i ac candelas cremans. 
5896 En la cambra foron abans 

Vengudas qu'ellas non pesseron. 

Trop ben garnida l'atroberon 

E de tapitz e de bancals, 
5900 E de bels cubertors riais, 

De verdiers e de garnimens, 

Mais nous cal dir los paramens. (v°) 

En ung lieg basset son assis, 
5904 E Margarida et Alis 

Segron el sol en un coissi. 

Guillems moût gent las aculli 

E preguet las fort de som ben ; 
5908 Flamenchâ dis : « Non las coven, 

« Bels dous amies, pregar de vos ; 

« Per lur consseill, per lur somos, 

« Per lur sen ni per lur saber 
5912 « Nom perdres null vostre plaser. » 

Guillems las donzellas merceja ; 

$890. aissim. — 5894. cemdiers. — 5902. dir, ms. dur. — 
5908. Flamenchâ est écrit d'une écriture plus récente sur grattage. 
— 5909. amies, le c ajouté en interligne. — 5910. somos, prem. 
leçon somon. — 5911- saber, ms. parlar. 



DE FLAMENCA 219 

Apres solassa e domneja 

Si donz, e comensa l'a dire : 
5916 « Dousa domna, lo greu martire 

« Qu'ieu ai sufert per vos lonc tems 

« Vos grasisc ar quar em ensems. 

« Vos non sabes de mi quim sia, 
5920 « Mais tan con Amors vos disia 

« Que vostr'oms era verament. 

— Bel segner, ben sai et entent 

« Que vos est rix homs d'aut parage, 
5924 « E conosc o al vassallaje 

« Car esser voles mos amix, 

a Quar si non fosses pros e rix 

« Ja de mi non agras pensât. » 
5928 Adoncs a mot e mot comtat 

Guillems qui es ni consi venc, 

Ni en quai guisa si captenc 

Daus que fo vengutz a Borbo. (fol. 104) 
5932 Quant il saup de Guillem qui fo, 

Tan gran gaug en son cor l'en dona 

Que del tôt a lui s'abandona ; 

Prent s'a son coll, estreg lo baisa, 
5936 De nulla ren mais non s'esmaia 

Mas que lo puesca pron servir 

E de baisar e d'acujllir 

E de far tôt so qu'Amors vol. 
5940 Oilz ni boca [ni] mans non col, 

5915. comensalla. — 5926. rix, vis. risc. — 5928. Adonsc. — 
5930. Vers répété dans le ms. la seconde fois cal. - 593 S- Prent, 
2'r ajoutée en interligne ; pent pourrait convenir au sens. — 5937. 
lo, mm. nôl. 



220 LE ROMAN 

Ans l'us l'autre bais'es estrein ; 

De ren l'us vaus l'autre nos fein, 

Ans es totz cels d'entr'els eissitz, 
5944 Qu'estier non fora j ois complitz. 

Cascus s'esforsa de grazir 

Lo cochos mal el lonc désir 

Que l'us a per l'autre suffert ; 
5948 Neguns per Amor ren no i pert : 

Gen los envida el[s] somon 

De far tôt so que lur sap bon, 

E veramens l'us l'autre ama. 
5952 Amors los enpren elz [a]fiama, 

E dona lur de plasers tanz 

C'oblidat an tot[z] lur affans 

Ques an suffert entro aici. 

5956 Aquist eron amador fi : 

Petit ne son ara d'aitals ; 

Mais non m'en cal, car un sivals 

Ne conosc eu c'aitals séria 
5960 Si trobes bona compainia. (y ) 

Ane Guillems trop non clergueget, 
Quar ren non quis ni demandet 
Mais tant con si dons li présenta, 
5964 Que de far plasers non fon lenta, 
Ans li fes mais honors e bens 
Non saup grasir eissa Merces 
Qu'es, som eug, de grasir maïstra. 

5942. nos, ms. non. — 5952- [a]flama, V\ ajoutée en interligne. 
— 5955. aissi. — S956. Le ms. ne marque pas d'alinéa ici. 



DE FLAMENCA 221 

5968 Amors tans plazers lur ministra 

Quejassers no i es mentagutz, 

Ans los ha ben cel jorn pagutz 

[Sol] de baisar e d'embrassar, 
5972 D'estreiner e de manejar, 

E d'autres jocs qu'Amors aisina 

Lai on conois amistat fina. 

Aitan gran delieg si doneron 
5976 Quan los motz qu'an ditz recorderon, 

Que non es homs pogues notar 

Ni bocca dir ni cors pensar 

La benanansa c'usquex n'a, 
5980 A negus homes meils non va ; 

E quan die meilz non jes tan be, 

Quan die tan be non lo mile. 

Jes las donsellas non oblida 
5984 Guillems, car mot gent las envida 

Que de lui amar las sovenga ; 

Poissas lur donet per lausenga 

Cordas e frontals e frezells, 
5988 Noscas e fermais et anells 

E botonetz plens de musquet (fol. 105) 

Et autras joias qu'ieu no i met 

Qu'eron bellas e covinens. 
5992 Quascuna dis : « Totz mos talens 

« Es, bel[s] sener, de vos onrar 

« E de totz vostres plazers far. » 

5973. ansina. — 5981. meilz, ms. nuilz. — 5987. Eordas. — 
5990. E d'à. 



222 LE ROMAN 

Al départir nos poc tener 
5996 Guillems de plorar, car vezer 

Mais non la[s] cuja, don li es grieu ; 

Mais el las veira ben en brieu, 

Car Flamenca retornara 
6000 Al[s] bains tot'ora quan voira, 

E soven si fara malauta 

Quar tais malautia l'asauta, 

Quel cor li reven tôt eil sana ; 
6004 Al meins .im.ves la semana 

Retornara, si pot, als bains, 

Ans que a glieisa ni a sans. 

Amdui si ploron coralmen, 
6008 E l'aiga que del cor deissen 

Mesclon ensems, e pueis la bevon. 

Un petit fan plus que non devon, 

Mais amoretas son corals 
6012 Don [non] gostan vilan ni fais 

Domnejador outracujat ; 

E pesa mi car n'ai parlât, 

Mais tan n'i a que non puesc mais 
6016 Sin parle, mas abtan m'en lais. 

Quant venc a penre lo comjat 
Estrechamen si son baisât ; 
Soven si baison e s'abrasson ; (v°) 

6020 Nulla ren non sabon ques fasson. 
Tant lur enuejal departirs 

6003. Une n exponduèc est entre cor et li. — Ibid. tôt en inter- 
ligne. 



DE FLAMENCA 223 

Que vengut es als greus sospirs 

Et als badails et als sanglotz 
6024 Tan grans c'a penas n'issi motz. 

Pero Flamenca s'esforset 

Tant c'un petit a dreg parlet 

E dis : « Belz dous amies cortes, 
6028 « Mon aver nous ai donat ges, 

« Sabes per que ? car totaus don 

« Mi meseissa eus abandon. » 

Ges tôt aisso ad un alen 
6032 Nom poc dire, ans la coven 

Pausar soven, tan fort la cocha 

Lo sanglotirs ; tan fort y locha 

Que sos amix ben entendet 
6036 De quai guisa l'o presentet, 

E mercejet lan soplejan, 

Baisan, ploran et abrassan, 

Et a penas leva sa teula. 
6040 Del plorar li dolc fort li leula, 

Mais so mal non pres'una foilla, 

Tal paor a que plus si doilla 

Sa domna ques els bains rema, 
6044 E tan solamens lai esta 

Quel fronz un pauc si remulliet. 

Dese Margarida sonet 

L'esquilleta, el gilos venc 
6048 Tan tost que a penas si tenc (fol. 106) 

E miei la via de caser. 

6027. amisc. — 6036. l'o. ms. la. — 6040. Del, /'1 ajoutée en 
interligne. 



224 LE ROMAN 

L'us obri, e non ac poder 
De parlar, tant a corregut ! 

6052 Flamenca dis : « De gran vertut, 
« Sapchas, sener, bon son li bain ; 
« Garida serai se m'i bain, 
« Que jam sent un pauc mellurada ; 

6056 « Mais ren non val una vegada, 
« So dison letras que lai son, 
« Mais adoncas tenon gran pron 
« Quant om s'i baina per egual 

6060 « Dels jorns ques a sentit lo mal. 
— E donc, domna, bainas vos i, 
« Sius asauta, cascu mati, 
« Qu'eu o met ben en vostr'asaut. » 

6064 Adoncs a dig Alis enn aut : 

« Segner, ben a obs del bainar, 
« Car homs nous poiria comtar, 
« Las espoinchas ni las dolors, 

6068 « Las angoissas ni las suzors 

« Ques a ma dona uei suffertas. 
« Tat ora fon non siam certas 
« De sa vida, mais ar vezem, 

6072 « La merce Dieu ! e conoissem 
« Qu'ab lo bainar estorsera, 
« Oimais ren [als] pron nol tenra. » 
Aisi parlet con eissirnida ; 

6076 Sa part y fes ben Margarida, 
Car en son lieg la fes colgar 

6051. tant, le t final ajouté en interligne. — 6068. lasizors. 



DE FLAMENCA 22 5 

Gais per dormir e repausar, (v°) 

E per miel[z] sufrir, un petit ; 
6080 Mais il non a gaire dormit, 

Quar joia d'amor l'o defen. 

Alis li dis, jugan, risen : 

« Domna, que fagz, disnares vos ? » 
6084 II li respont ab cor joios : 

« Non hai pron manjat e begut 

« Cant mon amie ai hui tengut 

« Entre mos bras, bell' Aelis ? 
6088 « E cujas ti qu'en paradis 

« Aia hom talent de manjar ? 

« Pron mange quan puesc recordar 

« Los dous esgartz e plens d'amor 
6092 « De mon amie, c'una dousor 

« Tan saboros' al cor mi mena 

« Quem replenis mielz e m'abena 

« Que non fes li mana de cel 
6096 « El désert los fils d'Israël. 

« Aissi sui plen'e jausionda 

1 Que ges nions cors ben non m'aonda 

« A tener lo gauh ques ieu ai, 
6100 « An[s] se breveza sai e lai. 

« De neguna ren non ai fam 

« Mas de veser celui cui am. » 

Abtant venc de fors le gilos 
6104 E dis : « Domna, ben es sasons 

6079. sufrir, corr. suzar? — 6084. dis, exponclué, entre respont 
et ab. — 6087. bell.a élis. — 6089. Pran. leçon Ara. 

T. I. r, 



226 LE ROMAN 

« Queus disnes ueimais, s'a vos plas. 

— Bels sener cars, non m'o digas, 

« Ansvosprecbenquenompregues (fol. 107) 
6108 « De manjar; vos, sius plas, manges. » 

A cest mot s'en e[s] fors issitz ; 

L'ora maldisque fon maritz, 

Quar pueis non l'est[et] ben un dia. 
6112 Tôt aissol fai sa gilosia, 

Que si tan fort gilos non fos 

Non fora ges tan angoissos, 

Ni sa mollier non calgra fe[i]ner 
61 16 D'esser malauta, car ateiner 

Pogra ben a tôt so que volgra, 

Et aissi negus d'ans nos dolpra ; 

Mais so ques es a lui dolors 
6120 A leis era jois e dousors. 

Mais hom dis : « Qui non sap non sap. » 

Del gran joi que el cor noil cap 

Es Flamenca tan jausionda 
6124 Que de son lieg non sap l'esponda, 

Ans dorm ades et avallona. 

Vejaire l'es que la somona 

Guillems de baisar e d'estreiner ; 
6128 A mieja bocba dis : « Bel sengner, 

« Veus m'aici ben a vostra guisa 

« Tota nudeta en camisa. » 

Aissi repausa e sojorna 

6110. E maldis l'ora. — 6114. angoissos, vis. ë goissos ; une 
s a été grattée avant le g. — 6115. Nissa. — 6116. Un signe 
d'abréviation (n) sur /'i iV ateiner. — 6117. Pograi. 



DE FLAMENCA 22y 

6132 Entro que n'Archimbautz retorna, 

Mais adonquas tost la reveilla 

Alis, et al dig en l'aureilla : 

« Domna, nom parles ara plus 
6136 « De vostre amie, mais levas sus, (v°) 

« Que mon sener es a la porta 

« Que per vos fort si desconorta. 

— Amiga, vai, e digas li 

6140 « Non sa intre, que pause mi. » 
Alis nos fai gaire pregar 
D'aisso queil manda si dons far ; 
A l'ui[s] s'en vai ans ques intres 

6144 En Archimbautz, e dis ades : 

« Segner, segner, non sa intres, 
« Ma domna dorm, ben tornares 
« Vaus lo vespre quan s'er pausada, 

6148 «. Ques ara es fort trebaillada 

« E non a obs quel fassas nausa, 
« Mais tenes ben la porta clausa. 

— Ben o dises, » so dis le dons 
6152 En Archimbautz; « ben aial sonz 

« Si tan ni quant la revenia. 

— Sener, mais tenes vostra via, 

« Quar eu sai ben que proil tenra, 
6156 « Ja tam petit non dormira, 

« Et aprop ne manjara mieils. 

— Tu as ver dig », so dis le vieils 

6154. aureilla, Pi ajouté en interligne. — 6451. Cf. v. 6160. — 
6152. sonz, ms. donz. — 6155. ben ajouté en interligne. — 6157. 
aprop, ms. atrop ; cf. v. 5562. 



228 LE ROMAN 

Cui Alis fai papiejar 
6160 Tan que da l'uis lo fes tornar, 

E pueis s'en torna en son luec. 

D'aisso qu'an dig ac trop gran juec 

Flamenca, que nos poc tener 
6164 De rire, e fes la sezer 

Un petit plus près davan se : (fol. 108) 

« Alis, digas mi, per ta fe, 

« Que t'es semblant del mieu amie ? 
6168 — Creires m'en, domna, sius o die? 

— Eu hoc, sim voil, tôt em perdons. 

— Domna, die vos qu'es bels e bons 
« E tais con a vos si coven. 

6172 « Ane hom non vi tam bella ren, 

« Tan cortesa ni tan adrecha. » 

Adoncas l'a un pauc destrecha 

Flamencha vau[s] si bellamen : 
6176 « Amiga, beus die veramen 

« Que nullz homs non sap valer tan ; 

« Mais .1. jorns mi tenra un an 

« Entro qu'ieu sia justa lui, 
6 1 80 « Mais gran bem fai quar [ai] a cui 

« Diga de lui tôt mon voler. 

— Douza domna, digas mi ver 



6184 « Tan douzamen vos baiz'eus ten ! 
« E quan plazenmen vos acueill ! 

6162. dig, prem. leçon dis. — Ibid. ac, ms. an. — 6173. Tarn. 

6183. Le vers omis pourrait être ainsi rétabli : De sa faiso (ou 

Quan fon ab vos) sius en soven ; cf. v. 6187. 



DE FLAMENCA 22 9 

« E con son amoros sieu ueill ! 

— Si m'en soven ! per Dieu, oilo ; 
6188 « E die ti ben, nom sap jes bon 

« Quar demandest tan gran follia 

« Ni doptiest si m'en sovenia. 

« E de quem sovenria donc ? 
6192 « Ja per lui nom cal trencar jonc 

« A san Johan per esproar 

« S'ambedui em en amor par. 

« Amdui sem ben en l'aussor poing (v°) 
6196 « D'amor, e d'un dart égal poing. 

« Nos pot mais creisser ni mermar 

« Nostr'amor quant a ben amar, 

« Mais per obra pot ben parer 
6200 « Anca[ras] mielz, per far saber 

« Conssi uns cors amdos nos lia ; 

« Mos amix es et eu s'amia, 

« Que no i a si ni retenguda. 
6204 « Tener mi poira tota nuda 

« Quan li plasera, o vestida, 

« Que ja non li farai ganzida ; 

« Quar baratz es e tricharia 
6208 c Quan corals amies si fadia 

« En so que plus vol ni désira ; 

« Quar d'aqui nais corros et ira 

« E mal cujars e sospeissos 
6212 « El vilans motz, fols, enujos, 

6186. amorosos : cf. v. 160. — 6195. poing, /'i ajouté en inter- 
ligne. — 6196. dart, le t ajouté en interligne. — 6200. saber, sa 
ajouté en interligne. — 6208. amies, le c ajouté en interligne. — 
6211. Le second e ajouté en interligne. — 6212. Els. 



230 LE ROMAN 

Que « non » a nom ; mais antre nos 
Non aura luec, si Dieu plas, « nos, » 
« Car el non vol ni eu non voill, 

6216 « Qu'avols motz es e plens d'orgueill. 
Mas tal[s] n'i a que fan languir 
Lur amador ab lur « non » dir, 
Qua[i]s que digon ques ellas son 

6220 « Castas e puras per dir non. 
Mal aia domna qu'esconditz 
De bocca so ques ab cor ditz ! 
Quel semblans es simples e purs 

6224 « El respos sera braus e durs. (fol. 109) 
Mais sapchas ben, bellas donzellas, 
Que ja non vueil esser d'aquellas, 
Ans vos die ben non m'es veja[i]re 

6228 « Qu'ieu puesca tan de plazer faire 
Ni dir a mon bel cavallier 
Queil renda neis so meg loguier 
De l'afan ques a per mi trag 

6232 « Quar hanc si mes de mi em plag 
Ni penset consim desliures 
D'enuei, et a joi mi Hures. 
Fadeta es et erguillosa 

6236 « Domna ques fai carestiosa 
De son amie mais cor y a 



6213. antre, ms. antres, /s expotictuée. — 6215. Dans les deux 
cas non pourrait être corrigé en nol. — 6223. es ajouté en inter- 
ligne. — 6229. a mon, prem. leçon amor. — 6230. Quiel. — 
6233. penses. — 6238. Vers omis qu'on pourrait rétablir ainsi E 
non li fai tan quan poira. 



231 



DE FLAMENCA 

D'onor, de près ni de plazer, 
Que pauc noil déjà neis parer, 
Quar mot es paucs le bens quel fai 
Quant al mal que sos amix trai ; 
E prega Dieu qui ja la cre, 
Qu'a las oras non volgues ben 
Ques hom la forses de son pron, 
Mais il non saup mudar rason 
Ni dire d'oc per nesciesc. 
Et hom por esser trop cortes, 
A l'autre mot, ver ne digam, 
Pos sera vengutz a reclam, 
S'atent que si donz lo somona ; 
Mais, si luecs et aises o dona, 
Prenga de lui seguramen - 

So qu'il noil dona nil defen, 
Et [en] après plaidej' ab ella 
O per domna o per donzella 
O per amie d'ams cuminal 
Qu'a negun d'ams non vuilla mal. 
Bem meravill on a son cor 
Domna quan ve que per lei mor 
Sos amies, tan la tem e l'ama, 
E per Dieu e per leis si clama ; 
Et il ja parer non fara 
Qu'en ren so tenga, neis la ma 
Non la deigna vas lui estendre. 



6240. neis, prem. leçon neia. — 6249. motz. — 6251. que, 
ms. ques. — 0256. donzella, le z écrit en interligne remplace une 
lettre grattée. — 6257. am i c d'ams, ms. autradan. — 6259. Ben 
meravillon a. 



(v°) 



232 LE ROMAN 

« Certas, hom la deuria pendre 

« Coma lairon per miei lo coll ; 

6268 « Trop a mal cor e dur e foll. 

« Maldiga Dieus aital follesa, 

« Plena d'ergueill e de malesa ! 

« Mala vi dona sa beutat 

6272 « Quan merce pert e pietat 

« E conoissenza e mesura, 

« Car beutatz faill e merces dura. 

« Aissi con Ovidis retrai, 

6276 « Tems sera que cil c'aras fai 

« Parer de son amie nol quilla 

« Jaira sola e freja e veilla ; 

« E cil a cui hom sol portar 

6280 « De nugz la[s] rosas al lumtar 

« Per so qu'ai matin las trobes, 

« Non trobara qui la toques 

« Per nulla ren que puesca dire. (fol. 110) 

6284 « Gare si ben de fol consire 

« Joves domna qu'es tant eniga 

« Que son coral amie destriga, 

« Et el reman corals amix 



6288 



« Car domna es plus leu anada 

« Que non es rosa ni rosada. 

« Peccat y fay e gran fallensa 

6292 c< Domna que son amie bistensa, 

6272, pert, ms. pren. — 6273. e ajouté en interligne. — 6276. cil, 
ins. sel. — 6277. Corr. qu[a]illa? mais la rime? — 6284. Garas sis. 
- 6286. Ce vers est répété dans le manuscrit; la seconde fois Car au lieu 
de Que. — 6288. On pourrait proposer : Que sobre lei tornel destrix. 



DE FLAMENCA 233 

«• E per temensa de mal dir 

« Non tem vaus son amie faillir ; 

« Quar eu sai ben que plus faria 
6296 u Bos amix per sa bon' amia 

« Que tut l'autr'ome qu'el mon son, 

« E tut volguessan neis son pron. 

« Qui aucir ancui mi volia 
6300 « El mieus amix dous si podia 

« Far aucire per mi guérir, 

« Avans volria el morir 

« Ques eu suffris anta ni dan. 
6304 « Ben a doncas fol sen d'enfan 

« Tota dona que, per cridar 

« De lauzengier, laissa d'amar 

« Cel de cui sap que tan seus es, 
6308 « Per liei faria tota res. 

« Contra lauzengier maldizen 

« Domna deu penre ardimen ; 

« Lai[s]sel cridar, fassa son be, 
6312 « Qu'en aisil vencera desse. 

« E qui ben ama lealmen (v°) 

« Ab se deu far cest jugamen 

« Que tôt lo mon a son dan sia, 
63 1 6 « Ab sol ques el puesca un dia 

« Entre sos bras, a som plaser, 

« So quel plaz sentir e tener. 

« Aicest jugamen n'ai eu fag, 
6320 « Tan sai d'amor e de som plag. » 

6296. bona mia. — 6299. ausir. — 6300. Elz. — Ibid. si. ms. 
mi. — 6301. Per mi far aucire guérir. — 6304. donecas ...cen. — 
6307. seus es, ms. seiles. — 6317. Entre. 



234 LE ROMAN 

Aissi ha tôt lo jorn passât 

Que non ha begut ni manjat ; 

Pero lo ser tan lan preguet 
6324 Ens Archimbaut c'un pauc manjet, 

Quar dis li que nos bainaria 

Ja l'endema si non cresia 

Que per s'amor un pauc manjes ; 
6328 E manget per so ques baignes. 

Guillems fon ben en gran delieg ; 

De tôt jorn nos levet del lieg, 

Ni vole ques en sa cambr' intres 
6332 Neguns homs que mot li sones 

Nil partis de son bon pensât ; 

E per son hoste a mandat 

A don Justi lo capellan 
^336 Que nos sentia ges ben san, 

Ans era sos mais tan greujatz 

Que non s'era lo jorn levatz, 

E ben ha ops ueimais encerc, 
6340 Sis pieu per lui, un autre clerc ; 

E ges aisso a mal nos tenga, 

Aissi com sol a totz jorns venga (fol. 1 1 1) 

Manjar e beure a Postal. 
6344 Message lai trames liai, 

Car so qu'il manda formir sap 

6323. ser, prem. leçon sen. — 6326. Si non. prem. leçon simp 
avec une barre sur /'m. Le premier jambage de /'m et le p sont 
exponctuis. On pourrait proposer nol. — 6328. manges. — 6333. 
son bon, ms. sonsabon, la syllabe sa exponctuée, Fs initiale et le b 
écrits en surcharge. — 6345. manda, prem. leçon manja. 



DE FLAMENCA 235 

Et es ne ben vengutz a cap. 

Lo jous matin non s'oblidet 
6348 Flamenca, so mark sonet 

E dis : « Segner, vos qu'en fares ? 

« Anares vos, o remanres ? 

« Qu'ieu nom puescges dels bains suffrîr; 
6352 « Ist gotam vol ades aucir, 

« Et aitan fort per tôt mi doil 

« Ques anc anuit sol non claus l'oil. » 
- Le gilos dis : « Si Dieus m'ajut, 
6356 « Domna, ben o ai conogut, 

« Que mal aves anuig pausat ; 

« Per so manjares, per mon grat, 

« Un petitet ans qu'anasses. 
(3360 — Belz sener cars, no m'en parles, 

« Mal mi faria, ben o sai ; 

« Vaus lo mieijorn mi disnarai 

« Quan serai del bans repairada. 
6364 — Anem donc, pos tan vos agrada. » 

Una samarra fera e trida 

Vest Ens Archimbautz, e pois guida, 

E vai s'en als bains totz descauz ; 
6368 No i conoc ni peira ni cautz 

Ni ren c'om mogut y agues. 

A grans penas mogut s'en es 

E serra Fuis aissi con sol. (v°) 

6372 Flamenca remas en lo sol 

Ab sas donzellas qu'en dese 

6361. sai, nu. fai. — 6370. mogut, corr. anat? 



236 LE ROMAN 

Apres de lui serran l'uis ben ; 

E non an gaire demorat 
6376 Qu'intret Guillems tôt a celât, 

Et ac una polpra vestida 

Ab esteletas d'aur florida ; 

Et estet li tan ben e gent 
6380 Que nuilla re no i si desmen ; 

Caussas ac d'un vermeil samit. 

Ben intret a lei d'issarnit, 

Mais desempre s'umiliet 
6384 Que[l] vi si dons, e l'enclinet 

Ans que el leis, e vaus lui venc 

E dis : « Amix, de cui eu tenc 

« Lo cor el cors e tôt cant ai, 
6388 « Ben sias vengutz ara sai. 

— Dousa donna de cui hom son, 

« Nostre Sener aital gaug don 

« A vos et a vostre solas 
6592 « Que vos queres ni demandatz. ». 

E l'uns vaus l'autrel[s] bras esten 

E sos baisât estrechamen. 

Ges el[s] bains non esteron gaire, 
6396 Ans aneron a lur repaire 

Que lur plas mais et atalenta ; 

So fon li cambra bell'e genta 

On l'autre jorn si repauseron. 
6400 Per lur sendier laïns intreron (fol. 112) 

6384. e l'enclinet, ms. s'umiliet, comme au v. précédait. — 
6400. lur, ms. lui. 



DE FLAMENCA 237 

On non lur faill jois ni deportz, 
Ans es cascus d'enuei estortz. 

Guillems estet un pauc en dopte, 
6_|04 E Flamenca conoc o sopte, 

E dis : « Belz amix, que pensas? 

— Ma dousa donna, s'a vos plas, 

« Cug vos pregar, que nous enug, 
6408 « Aisso qu'ieu m'ai pensât anug. 

— Amix, digas tôt quan volres, 
x Car ja nulla ren non dires 

« A mi enug, queus voillas, sia 

6412 « O bes o mais, sens o follia, 

« Ab sol ques a vos plazer déjà, 

« Quar totz mos bes a vos s'autreja 

« Per vostre plazer consentir, 

6416 « Que de ren nous vueil contradir. 

— Ma dousa res, dui miei cosin, 
« L'us a non Ot, l'autre Clari, 

« Estan ab mi per adobar; 

6420 « Rie home son, [de] gran afar ; 

« E volgra ben, s'a vos plagues, 

« Cascus de vostr'a[zaut] saupes ; 

« Car mos jois ne valria mais. 

6424 « Car mant' angoiss' e man pantais 

« Mant' angoiss[a] e man péril 

6401. Deux lettres grattées entre lur et faill. — 6405. pensas. 
prem. leçon pensât. — 6409. volres, Vr ajoutée en interligne. — 
6422. Entre vostra et saupes, un lecteur, qui avait vu quil man- 
quait un mot, a intercalé en renvoi donzeles. — 6425. Corr. Manta 
dolor ? 



238 LE ROMAN 

« Ai [eu] suffert, que vos ni ill 

« Non saupes ren ; e pos Dieus vol 
6428 « Que m'estiu mielz que far non sol 

« E tôt quant ai es gauhz e bens, (y°) 

« Volgra cascus sa part n'agues. 

« Li miei donzel son jovensell, 
6432 « Cortes, adreit e bon e bell, 

« Et aital[s] son vostras donzellas ; 

« E s'ambedui eron ab ellas 

« Aurion ab cui si deportesson, 
6436 « E s 'avion cor que s'entramesson 

« Amariu mai [e] vos e me. 

— Bels dous amix, ieu o voill ben, 

« Mais tan vos plaz faiz vostr'albir. » 
6440 Abtan Guillems vai Fuis obrir 

E fai los ambedos intrar. 

Quant il viron el lieg estar 

La domna, fort si meravillon, 
6444 E quan las punzellas rodillon 

Ben cujan esser encantat ; 

Pero tost son aginoillat 

Davan la domna bellamen ; 
6448 Cascus dis : « Vostre mandamen 

« Farai eu, domna, volontiers ; 

« Aissi aves .11. escudiers. » 

Flamenca fon moût plasentiera 

6439. Mais, l'i ajoute en interligne. — Ibid. vostr'albir, au lieu 
de ces mots le ms. porte l'uis obrir, comme au vers suivant. Un lec- 
teur qui a remarqué la faute a rayé l'uis obrir, mais n'a rien proposé 
à la place. — 6442. lieg, /'e ajoute en interligne. 



DE FLAMENCA 2}<} 

6452 Et aculli los volontiera 

E cortesamenz lo[s] saluda. 
Cascun a près ab la man nuda 
E fes los de genoils levar, 
6456 Car mot a bon cor del[s] onrar 
Et a présent et a rescost. 
A sas punzellas a dig tost : (fol. 113) 

Sai venes, » fai s'il, « ambedoas ; 
6460 « Aquist son dui e vos est doas, 
E voil quel sieu aia cascuna ; 
Non s'en fassa pregar negunâ, 
Car eus prec eus die eus coman 
6464 « Que fassas tôt so qu'il volran. 
Isses vos en elz bans defors 
On nous fallira ja demors. 
— Penrem o, dona, per l'estrena, » 
6468 So dison, e poissas ne mena 
Cascunal sieu : Ot ac Elis, 
De Margarida fon Claris. 
Van s'en els bains per deportar 
6472 E podon las ben solassar. 
Cambras y a bonas e bellas 
Don ja non cal eissir punzellas 
Oimais Alis ni Margarida, 
6476 Sis volon, car gen las e[n]vida 
Jovens et Amors de son joc. 
E pos n'an aizina ni luec 
Ferai, som eug, ben mal laissar ; 

6458. Assas. — 6459. faissil. — 6477. J. e jois et. — 6478. 
an est répété, la seconde fois exponctué, — 6479. son - 



24O LE ROMAN 

6480 Al meins lo pogr'om ben taular, 

E per aventurai jugueron. 

Conssi que fos, tan gasaneron 

Ques amix han bos e cortes ; 
6484 Et an si plevidas lur fes 

Que tostems sion amie intier, 

E quant il seran cavallier 

Autras domnas non amaran, (v°) 

6488 E quant ellas donnas seran 

Non fassan autres cavalliers ; 

Et aissi er lur gaugz entiers. 

Daus l'autra part Guillems juguet 
6492 Al mielz que saup, e ben trobet, 

Mon essient, qui juec li tenc 

Aissi con a lui si covenc. 

Jugar podon a lur talan ; 
6496 Mas nom quai dir, a mon semblan, 

Los gais envitz que chascus fai, 

Mais aitan sivals ne dirai 

Que non es jocs tan saboros 
6500 Que sapcha nulz cors amoros 

Penssar ni dir ni desirar 

Ques ill nom puescan dir e far, 

E ben del tôt faire non volon. 
6504 Ben pensson conssi mais nos dolon 

Per negun plazer que oblidon ; 

Soven envidon e revidon, 

6480. ben taular, corr. entaular? — 6493. eitient. — 6499. 
jocs, prem. leçon jois. — 6502. puescan, /'s ajoutée en interligne. 



DE FLAMENCA 2/J.I 

Lo jorn, la mostra e la presa. 
6508 Et Amors fai coma cortesa 

Quar non consent que i aia triga, 

Quar tant era corals amiga 

Flamenca que non sap jugar 
6512 Ab son amie mais a joc par, 

E per aisso tôt o gasaina. 

Pero, abanz quel juecs remaina, 

Cascus o a tôt gazainat, 
6516 Et anc non n'escaperon dat, (fol. 114) 

Car negus non s'irais ni jura, 

Fin'Amors tan los assegura 

Qu'ades lur dis que ben soven 
6520 Poiran jugar e longamen ; 

E vol que Flamenca s'en torn, 

Cap son amie plus non sojorn. 

Per so la fai quais sospiran 
6524 Parlar ab lui abans ques n'an : 

« Amix » fai s'il « dous e verais, 

« Ora es qu'eu m'en torn ueimais. 

« Deman, si Dieu plas, tornarai ; 
6528 « Aici a vos matin serai. » 

Guillems nom poc un mot respondre ; 

Veja[i]re l'es qu[e]il déjà fondre 

Le cors d'angoissa e partir 
6532 Quar si vol de lui départir; 

Mais ill lo conorta mot gent 

6507. jors. — 6524. Parlan. — 6525. faissil. — 6528. Aissi. 
T. I. 16 



242 LE ROMAN 

E dis : » Eus promet verament, 

« Amix, qu'eu deman torn a vos, 
6536 « E tôt jorn deportarem nos. » 

Los ueilz li baisa e la cara 

Et aissi dousamen l'esgara, 

Dreitz oilz, que tota la dolor 
6540 Li trais del cor, e tal doussor 

Li don'Amors ab cel es<rart 

Que non sen mal vas nulla part. 

E dec o faire per rason, 
6544 Quar mot dec al cor saber bon 

Aitals dousors que l'uilz aduz : (v°) 

Car tant es granda sa vertutz 

Qu'ensems fai viure dos corages, 
6548 Si que ries cors ni nuillz coratges 



Mas cascuns a l'autre soplia; 

Car cilz dousors tan dousa es 
6552 C'uei non es motz que la pogues 

Far entendre perfiechament ; 

Car a grans penas mais l'entent 

Entendementz, que sol concebre 
6556 Moutas rcs que non sap percebre 

Aureilla, ni lenga parlar ; 

E per so vueil dir e mostrar 

Que cil douzors ques al cor tocha 

6539. Prem. leçon li dolors. — 6547. dosi, Fi exponctuè. — 
6548. risc. // est possible que coratges soit une pure répétition de la 
rime correspondante. — 6549. Vers omis. On pourrait proposer Vas 
l'autre non si cela mia. — 6555. consebre. — 6556. percebre, 
#rem. leçon consebre, comme au v. précédent. 



DE FLAMENCA 24J 

6560 Per oilz val mais que cil de bocha : 

Plus fina [es] e plus entiera ; 

E prec qu'entendas la cariera. 

Cascuns en si meseis consire 
6564 De quai guisa o vueil eu dire, 

Quar, si con ieu die, non es motz 

Que feses entendre a totz, 

Mais per ombra e per semblanza 
6568 Ne dirai qualque demostransa. 

Quan dui aman fin e coral 

Dreigz oilz s'esgaron per égal, 

Endreg amor, mon eissient, 
6572 Tan granz jois al cor lur deissent 

Que li douzor que d'aqui nais 

Lur reven tôt lor cor e pais ; 

E l'ueil, per on treva e passa (fol. 115) 
6576 Cil douzors ques el cor s'amassa, 

Son tan liai que nulla ren 

Negus a sos ops non reten ; 

Mais la boca nos pot tener, 
6580 Quan baisa, que del bon saber 

A sos obs quesacom nom prenga 

Avan que ren al cor ne venga, 

El baisar que sa boca pren 
6584 Es fermansa que cascuns sen 

Lo fin joi ques Amors lur dona. 

6563. en si, ms. aissi. — 6565. non es ajouté en interligne. — 
6566. Que, corr. Qy'o ? — 6571. eitient. — 6572. jois ajouté en 
interligne. — 6575. ueil, mu. uein. — 6578. assos. — 6580. 
baissa. — 6583. sa pour la. 



244 LE ROMAN 

Nom quai que ja plus o espona, 

Quar totz hom ques am finament 
6588 E nom pren autre jausiment 

Mais los e[s]gartz simples e purs, 

Plus douzes e plus saboros 

Qu'eu non sai dir ni hom entendre, 
6592 Si totz tems i dévia entendre, 

Er ab mi d'aicest jugamen, 

S'en aissi con ieu o enten. 

Mai cil autre que baizar podon 
6596 A lur guisas, e puissas rodon 

Ades entorn per las faissolas, 

Non s'asauton d'aitals esgolas ; 

Mais tais n'i a cui non conven 
6600 Le joi d'amors que d'ueilz lur ven 

Neguna sason oblidar, 

Ni per tener ni per baisar, 

Quar ren non sabon neis ques es, 
6604 Mais tan con rasons e merces (v°) 

E consiensa lur ensegna 

Que baisars es vera antressegna 

Del joi que fin'Amors aporta 
6608 Per oilz, per cui ha faita porta 

Clara e pura ê lusen, 

On si ve es mira soven, 

Quan vai ni ve dins ni defora, 
6612 E d'un cor en autre s'encora; 

C589. Les rimes de ce vers et du suivant ne s' accordant pas, il faut 
supposer que Vune des deux est corrompue ou qu'il manque ici deux 
vers. — 6595. cil, m. cel. — 6598. esgolas, la première s ajou- 
tée. — 6599. tals » '' s ° & grattée. 



DE FLAMENCA 245 

E fai cel[s] cors tan encorar 

L'us en l'autre ques acorar 

Pensa cascus quan l'autreil faill 
6616 S'ades nol ve sus el miraill 

On lur désir los fai venir, 

Baisar, abrassar e tenir 

E tan sotilmens esgausir 
6620 Que tôt penssat e tôt consir 

Laisson aitan con aifadura. 

Et anc non hac bon'aventura 

D'amor qui dopta tan ni quan 
6624 Qu'aicist douzors aissi non an. 

Aicist dousor a Guillem plac 

Aitan ques anc poder non ac 

De contradir que non ânes 
6628 Dedins los bainz, e non sones 

Las donzellas els donzellos, 

Pois s'en retorna, moût cochos 

De tornar lai [d]on fon mogutz, 
6632 Mais abanz que lai fos vengutz 

Flamenca fo em pes levada, (fol. 116) 

Antre sos bras la n'a menada 

Tôt dreit elz bains mot suavet. 
6636 Abtant s'en eissol donzellet ; 

Pero, abanz que s'en partisson, 

Lo ben e la honor grasisson 

6617. los, tns. lur, l'x ajoutée en interligne. — 6618. tener. — 
6621. Corr. aisso dura ?— 6624. aissist. — 6627. âmes. — 6653. 
fo, tns. fon, Vn grattée. — 6636. eisson !i. 



24e LE ROMAN 

A Flamenca que fag lur ha. 
6640 II lur dis : « Baron, consi va? 

« Fort beus podes esser bainat. 

« A Dieu sias vos comandat. » 

Guillems pren comjat atressi ; 
6644 E quan las donzelletas vi 

Vau[s] si venir per comjat penre, 

Lur oilz foron del plorar tenre ; 

Fan li merces ben et em pas 
6648 Del rie déport e del solatz 

Ques an avut de sos donzels ; 

Ques anc pueis que foron ab els 

Non agron negun pensament, 
6652 Ira ni dol ni mariment, 

Ni lur sovenc de la preiso 

On las tel gilos em perdon, 

Quar vengutz lur n'es gaugz e bens. 

6656 Aissi lur estet .1111. mes, 

So fon aostz e totz setembres, 
Totz ochovres e totz novembres 
Tro a la festa sant Andrieu ; 

6660 Mas adoncas, la merce Dieu ! 
Flamenca fon si ben estans, 
Gaia e conda e presans (v°) 

Qu'En Archimbaut ren nom preset, 

6642. Dieus. — 6650. anc, le c ajouté en interligne. — 6653. 
presso, les cinq dernières lettres écrites à la fin du XIV' siècle sur 
grattage ; on ne peut démêler quelle était h première leçon. — 6654. 
tel, ras. ten. -— 6556. Le vis. ne. marque point ici d'alinéa. — 
6658. ochovres, Z'h ajouté en interligne. — 6663. Quens. 



DE FLAMENCA 247 

6664 Et anc sol per lui nos levet 
Cora ques armes o vengues ; 
Non fes parer qu'en rel tengues. 
Et el, aissi cass oms con fon, 
6668 Conoc o ben, mais l'ocaiso 
Don so avenc non conoissia ; 
Per so parlet ab lui un dia : 
Donna », fai s'el, « ben m'es veja[i]re . 
6672 « Que nom ternes nim presas gaire. 
Tornadaus est encontra me 
Ergoillosa, no sai per que. » 
Flamenca dis, que no i tarzet : 
6676 « Bel segner cars, qui ajostet 
Mi e vos gran peccat y fes ; 
Quar unquas pois que mi agues 
Yostre près non fes mas caser ; 
6680 « E vos solias tan valer 

Que totz le monz de vos parlava, 
E Dieus e segles vos amava ; 
Mais ar est tornatz tan gilos 
6684 « Que mort aves e mi e vos. 

Mas certas bon plag vos faria : 
Ma fe sobre sanz juraria, 
Vezent mas donçellas, ades, 
6688 « Qu'en aissi tostems mi gardes 
« Co vos m'aves sains garada ; 
« E prendes, sius plas, la palmada 

6664 nos, ms. non. — 6671. Donna, avec un signe d'abréviation 
sur Vo. — Ibid., faissel. — 6678. agues, corr. accès? — 6681. 
le, pretn. leçon lo. — 6686. Mate, ms. Ha ues, un jambage gratté 
entre l'a et Z'u. On pourrait aussi proposer Mânes. 



248 LE ROMAN 

(Lacune d'un feuillet. ) 

6692 « Mais dese a las domnas vegna, (fol. 117) 
« An s'en ab ellas al mostier, 
« E sone clas per cavallier 
« E per borzes lo sein major, 

6696 « Esquilla per laorador -, 

« E pos negus er classejatz 

« Non sia poissas tan ausatz 

• Que d'un an si meta en plassa. 

6700 « Eu vueill que li costumaus plassa, 
« E tut ensems la m'autrejes. » 
Tut ensems cridon una ves : 
« Sia ! sia ! ben la volem 

6704 « E tostems mais la ma[n]tenrem. 

— Ancar », fai s'el, a vos dirai mais : 
« Lai en pascor, quel tems er gais 
« Vueil que tengam aici tornei, 

6708 « Et aurai y, si puesc, lo rei 

« E totz los barons del régnât, 
« Aissi co[n] mars e mars lo bat, 
« Et aissi con Rosers lo part 

6712 « E Garona de l'autra part. 

« E quar m'ai lavada ma testa 

« Vueil que fassam ancuei gran festa, 

« E que mangem ancuei ensems, 

6716 « Car trop n'avem estât lonc tems, 

6700. costumaus, us ajouté en interligne. — 6705. faissel. — 
6707. aissi. — 6710. Une lettre grattée après lo. 



DE FLAMENCA 
« E per las domnas mandarem ; 
« Huei tôt jorn nos deportarem. » 



249 



Moût a cel jorn gran festa fâcha ; 
6720 Flamenca es de preison tracha, 

El cavallier tan s'alegreron (v°) 

Car a présent ab lui parleron 

Et a celât, aissi cos volgron. 
6724 Per lur vol negun tems nos tolgron 

De son conseill, mais per onransa, 

Ne fai l'us a l'autre pitansa. 

Ane Flamenca de tôt cel jorn 
6728 Penre non poc voûta ni torn 

Consi al bains anar pogues, 

Quar non a[c] talen ques mogues 

D'entrels cavalliers on sezia. 
6732 E cascuns al mais que podia 

E[s]forset si, per mais plazer, 

Consi la pogues sol vezer, 

E cel tenc si per ereubut 
6736 A cui il dis un bel salut. 

Mais lo matin, al plus que poc, 

Dreit ves los bains et elas moc. 

En Archimbautz no i anet gens, 
6740 Quar mestier a que d'aire pens, 

E non vol esser plus claviers 

Dels bains ni de la tor portiers ; 

Mais de donas entro a .vu. 

6723. volgrnn. — 6728. voûta, Z'u ajouté en interligne. — 
6735-6. ereubutz-salutz. — 6736. il, prem. leçon el. Apres ce mot 
le copiste a écrit ten qui est exponetné. 



250 LE ROMAN 

6744 Van ab ella, mais non intret 

Dedins los bains ab leis ncguna ; 

Et il ha pregada cascuna 

Que torn al son de Pesquilleta, 
6748 Car issir, ne vol aboreta ; 

E per sa paraula gensar 

Somon las un pauc de bainnar, (fol. 118) 

Mais ellas d'aquo non an soin, 
6752 Ans estan volontieras luein, 

Car li bain flairon de prumier ; 

E qui no n'a trop gran mestier 

Ges trop volontier non s'i bainna. 
6756 Abtan si part cella compaina, 

E las donsellas an serrât 

Desempre Puis, e per lur grat 

No i foran la[s] donas vengudas, 
6760 Car trop las avia[n] tengudas 

Em paraulas et em bis[ten]sa ; 

E d'aisso era lur temensa 

Guillems vengues, e mal estera 



6764 



Ges non o fes ; ben s'en garet ; 
Mais après mot non demoret, 
Ans es vengutz, e siei donzel 
6768 Vengron ensems el[s] bains ab el. 
Saludon si gent e s'acullon, 
Ben fan parer que mal nos vueillon : 

6644. ellas. — 6747. Prem. leçon esglleta, avec i suscrit sur h g 
qui a été corrigé en q. — 6757. Ellas. — Ibid. serrât, la seconde r 
ajoutée. — 6759. foron. — 6764. On pourrait proposer Si ab las 
donas s'encontrcra. 



DE FLAMENCA 25 I 

De baysars y a ac glus de cent 
6772 Preses dese ad un tenent. 

En la cambra s'en son intrat ; 

Desempre [li] a tôt comtat 

Flamenca con es avengut 
6776 De n'Archimbaut ques a perdut 

Sos mais aips e sa vilania 

Et a cobrada cortesia ; 

« E per so, amies, non vueill plus 
6780 « Que vos estes saïns reclus ; (v°) 

« Anas vos en, ques eu o vueil, 

« Car ges aissi con far o sueil 

« Sai a vos venir nom poiria ; 
6784 « Per so vueil tengas vostra via 

« Et en vostra terra tornes, 

« Et al tornei sa tornares ; 

« Et antretan mandares mi 
6788 « Per alcun adreg pellegri, 

« Per message o per juglar, 

« Tôt vostr' esser e vostr' afar. » 

Aras y a gran marrimen, 
6792 Ira e dol e pessamen. 

Las donzellas el donzello 

S'en van als bains ad espero ; 

Laïns ploron aissi tutz .ira. 
6796 Con s'om los degues [aras] batre. 

Comjat prenon en totas guisas ; 

6774. comdat. — 6776. De Narchimbaut. — 6777. Une lettre 
grattée après sa. — 6792. Après dol, un mot de six on sept lettres a 
été gratté. — 6793. elz donzellos. Les syllabes ellas elz sont écrite s 
sur grattage. — 6794. esperos. — 6795. aissi, corr. aieil ? 



252 LE ROMAN 

Desotz lur pellissetas grisas 

Lasson lur mans et entrebescan, 
6800 E sai e lai taston e pescan, 

Baison, abrasson et acollon 

E garos ben que non s'afollon, 

Quar dousamen e senes gap 
6804 Fai cascus so que faire sap 

Eso que fin'Amors l'ensengna. 

Quascus a presa calqu'enseingna 

De l'autre, que déjà portar 
6808 Per s'amor e per recordar 

Los covinens ques an parlât/: (fol. 1 19) 

Et ab mil baisars affinatz 

Et escrig ab lur lagremetas 
6812 Sus els detz, per mieg las ongletas ; 

E so ques escr[i]von defor 

Escriu cascuns ins en son cor ; 

Car ins el cor sevals roman, 
68 16 Cora que s'oste de la mari ; 

[Et] aitals era l'escriptura 

Don cascus som par assegura : 

« Bels amies, sovengaus de me. 
6820 — Si fara[i], domna, per ma fe. 

« No m'oblides, ma doussa res. 

— Amix, tengudaus n'es ma fes. » 

Guillems fon sai tant esmagatz 

6801. et ajouté en interligne. — 6805. essenegap, une s ajoutée 
entre /'e et le g. — 6807. deya, les lettres eya écrites (fin du 
XIV' siècle) sur grattage. — 6808. Le copiste avait écrit sa après 
le second per; ces deux lettres ont été grattées. — 6813-14. defors- 
cors. — 6815. cors. 



DE FLAMENCA 255 

6824 Qu'entrels braz casec ablesmatz 

De Flamenca, sa dous'amiga ; 

Et ill non sap aires quel diga, 

Quar laissar nol vol per amor 
6828 Ni auza cridar de paor, 

Mais ben ac de plorar lezer. 

Tant si ploret, ses remaner, 

Cap l'aigueta que del cor mou 
6832 E per los oilz ades li plou 

Lo fron li moilla el menton 

E la cara tôt environ, 

E dis : « Amix, consi estatz 
6836 « Que vos a mi ar nom parlatz ? 

« Es cortezia ques estetz 

« Que vos ab mi ar nom parles ? » 

Guillems la vos el plor enten, (v°) 

6840 Per pauc le cors d'ira nol fen ; 

Tan gran dol a e tal vergoina 

A[l] revenir mot lonc tems poina, 

Et a grans penas li respon, 
6844 Car li suspir que de preon 

Del cor a la bocha veniun 

La voz el parlar li tollion ; 

Pero si dis : « Cant mi dises 
6848 « Qu'ieu de vos mi parla voles, 

« No i a plus mais quem partisses 

« Lo cor per miei e m'aucisses. » 

6829. lezer, vis. paor. — 6830. Après ploret, deux lettres (de?) 
grattées. — 6833. li, ms. si. — 6838. ar ajouté en interligne . — 
6850. aucisesses. 



254 LE ROMAN 

Flamenca dis : « Beus dous amix, 
6852 « Ja es[t] vos tam pros e tan rix, 

« Tan cortes e tan conoissens, 

« Que ben vezes que totz mos sens 

« Es en vos servir et onrar ; 
6856 « E sius podias neis pensar 

« Qu'ieus pogues far majors honors, 

« A mi séria grans douzors, 

« E volontiera o faria, 
6860 « Que ja per ren non remanria 

« Queus vueillas, fos sens o folleza. 

— Douza domna, vostra proesa 

« E vostre sens es tan complitz 
6864 « Qu'el mon non es homs tan co[m]plitz 

« Que vos conort noil donasses. » 

Adonc si baizon ben mil ves 

E prendon comjat si con tain. 
6868 Neguna res non y sofrain ( (fol. 120) 

Mas un pauc de bon'esperansa 

Que lur fassa qualque fermansa 

Ques puescan vezer si con solon. 
6872 Mentre qu'estan ensems non colon, . 

Ans fan ades tot[z] lur plazers ; 

Et es lur vengutz bos espers 

De la pasca qu'er aboriva, 
6876 Car a l'autr' an fo moût tardiva. 

El[s] bains s'en van, e Guillems tos 

6864. co[m]plitz parait être une répétition fautive de la rime 
précédente. Corr. aibitz? — 6874. venguntz. 



DE FLAMENCA 255 

Un pauc avan que laïns fos, 

Per so quel donzel o ausisson 
6880 E d'els acuillir si garnisson ; 

Ans prendon autre cumiat. 

Assas y ac plang e plorat, 

E dig : « A Dieu sias vos mais. » 
6884 Ben volgran c'aitan [fos] près mais 

De kalendas con es girviers. 

Non sap cal s'en esca prumiers, 

Tan lur enuja e lur pesa, 
6888 Mais Flamenca, coma cortesa, 

Ab son amie dos motz parlet, 

E dis : « Amix », pueis lo baiset, 

« Ab cest baisar mon cor vos liure, 
6892 « E prenc lo vostre quem fai viure. » 

Guillems respon : « Domna, e[u]l prenc 

« Per tal covinent el retenc 

« Ques ieu en luec del mieu lo tenga, 
6896 « E prec vos del mieu vos sovenga. » 

Abtan parton, elas remanon, (v°) 

Lurs crins adoban et aplanon, 
Et an lurs caras ben lavadas. 
6900 Que non paresca sion ploradas. 
E quan fon ben près d'ora nona 
Margarida Pesquilla sona, 
E las .vu. domnas qu[es] estavon 

6883. dig, ms. dis. — 6889. sos amix d. moût p. — 6891. Une 
grattée entre vos el liure. — 6894. El retenc p. t. c. — 
6895. ieu ajouté en interligne. 



256 LE ROMAN 

6904 Sus el plan, que las agaravon, 

' Vengron dese, van s'en ab ella[s] ; 

Mais no i ac domna[s] ni donzella[s] 

A cui Flamenca mot sones 
6908 Ni volgues ques ab lui parles. 

Elias cujeron set agues 

E per so parlar non volgues. 

Trista estet e conssirosa 
6912 E de ren nons fes plus joiosa 

Que faire sol, ans ne plais fort; 

E quan cujava far conort 

Aquel conortz li remembrava 
6916 L'amor de cel qu'ai cor l'estava. 

En Archimbautz cujava si 

Que per s'amor estes aissi, 

E penssa ben certanamens 
6920 Ab lui si port mot lialmens. 

Son affar plega et estrein 

Guillems, e tan garit si sen 

Que près a comjat bon e breu 
6924 D'aicels que dec, e vai s'en leu, 

Quar deniers ni draps ni vaisselz 

Laissa tant de bons e de bels (fol. 121) 

Que tos tems mais s'en gauzira 
6928 Sos hostes ab lo capellan. 

Guillems es vengutz en sa terra, 
Et ausi qu'en Flandris ac guerra ; 

6922. sen, corr. fein ?. — 6924. aissels. — 6925. corr. e d. 
e v . } — 6927. gauziran. 



DE FLAMENCA 257 

Lai en vai ab sos compainnos. 
6932 Trezens cavalliers ac de bons, 

E fes lai tôt so que volia, 

Quar lo près de cavallaria 

Lai conquis abans que tomes ; 
6936 E non cug per als lai ânes. 

Flamenca venc dese veser 

Sos paires, quant saup ben per ver 

Que N'Archimbautz era garitz 
6940 E daveras desgilositz. 

De Guillem de Nivers comtet 

Cornent en Flandris si portet, 

E cant rie près lai a[c] conquist, 
6944. E comen el avia vist 

Qu'en la cort del comte Flamenc 

Pel meillor cavallier lo tenc 

Ques uncas fos de nullas gens, 
6948 Tant es sos cors adautz e gens. 

Ades vol guerras e torneis, 

Et es tan joves c'ades creis. 

En Archimbautz respont adoncs : 
6952 « Al tornei sai quel veirem doncs, 

« E prec, sener, que l'o digas 

« S'abans ques ieu lo veziatz. 

— Ben l'o dirai e be i sera, (v°) 

6956 « Quar endreg mi sai que venra, 

6943. conguist. — 6945. Corr. Que la cortz ? — 9946. Pel, 
ms. Per (p barre). — 6949. vole. — 6950. joves, ms. roues. — 
6951. respont, let ajouté. — 6952. torneis. 

T. I. 17 



258 LE ROMAN 

« Quar moût a gran pari'ab me, 

« E d'aisso creira mi, so cre. 

« E, belz genre, fe que dei vos, 
6960 « Die vos ben que, s'el es daus vos, 

« Daus l'autra part quis voila sia ! 

« Quar tant es grans sa compainnia 

« Ben son mil cavallier jurât. » 
6964 Tant al coms de Guillem parlât 

Que N'Archimbautz dis que Tira 

Yeser tan tost corn luec n'aura, 

E fort vol aver sa paria, 
6968 E pregar l'a daus lui estia 

A son tornei ; e ja nol calgra, 

Qu'en totas guisas eug quel valgra 

S'Ens Archi[m]bautz non l'en pregues, 
6972 Mais honors Ter sivals ades 

Si tam pros hom li quer captein, 

E per la bell'amor queil fein. 

Totz torneis n'es mielz aisinatz 
6976 Quant hom es del marit privatz ; 

E nom pes negus m'en desmenta. 

E qui [s'] alegri ni gau senta 

Mais Flamenca, quant au comtar 
6980 De son amie que non a par 

De proesa ni de beutat ! 

Aissi a tôt cel an passât 
Entro lai ves carerm'antran ; 

6960. e!, ms. il. — 6974. quieil tein. — 6978. alegra, 
— 6979. au ms. aus. — 6982. a ajouté en interligne. — Ibid. 
sel. — Ibid. Le ms. ne marque point ici d'alinéa. 



DE FLAMENCA 259 

6984 Mais adoncs le dux de Braiman (fol. 122) 

A Lovan, en un sieu repaire, 

Fes tornei, mais non duret gaire ; 

Pero be i ac de cavalliers 
6988 Entr'ambas partz .1111. milliers. 

En Archimbautz y fon, le bar, 

Car aqui vole som près cobrar ; 

E venc tan ricamen garnitz 
6992 Que pels meillors y fon grasitz, 

Car .111. cens cavalliers valens 

Ac ab si bels e covinens, 

Ab cubertas et ab sonals ; 
6996 E triet los totz uns seinnals, 

So fon aquel de N'Archimbau 

Ab flors jaunas sus el camp blau. 

Guillem de Nivers lai trobet, 
7000 Ab lui dese s'apareillet. 

Gent lo saup Guillems acullir 

Et en totas res obesir, 

E moût l'onret al plus que poc 
7004 E dis li de tôt quan vole d'oc. 

Ensems cavalgon ambedui ; 

Totz le torneis frémis e brui 

Cant il intran el camp armât ; 
7008 E teneses cel per ben aurat 

Que negun d'ams ânes requerre : 

Coirassa ni laimas de ferre, 



6988. ambas, vis. asbas. — 6991. garnitz, les lettres tz ajoutées 
au dessus de deux autres lettres grattées. — 6995. senals. — 7001. 
acullier. — 7009. negus. 



260 LE ROMAN 

Perpoinz, ausbercs ni garbaisos 
7012 No y ajudava .11. botos 

A cui Guillems som bras estent 

A terra nol port mantenent ; (v°) 

E N'Archimbautz fer y tan gent 
7016 Que cavalliers reten e pren. 

Cavals e cavalliers gazainnan ; 

Mais nous pesses que lur remainnan, 

Ans o donon ses bistensar 
7020 A celz c'o volon demandar. 

Del tornei ac lo près e laus, 

Apres Guillem, En Archimbautz. 

Adoncs fes cridar son tornei 
7024 Al paschor, ab lo dous avrei, 

E Guillem de Nivers somos 

Que a son tornej[amen] fos. 

Guillems respon : « Ben y serai, 
7028 « Et ab vos, seiner, m'i métrai, 

« Car bon cor ai de vos servir 

« S'ieu ren podia far ni dir 

« Clues a vos fos ni bel ni bon, 
7032 « Car sapias vostr'amix son. » 

Ab aitant le torneis partis, 
E N'Archimbautz e Jausehs, 
Sos coignatz, tengron daus Nemurs. 
7036 Ges non lur fo le coms escurs, 
Que bella cort e gran lur fes 



7012. Non. — Ibid. ajudava, les lettres va ajoutées en interligne. 
— 7016. pren e reten. — 7036. fol camis e. 



DE FLAMENCA 26 1 

Quar fait n'avia mantas ves. 

Avant que N'Archimbautz tomes 
7040 A Borbon, cug ben que passes 

De carerma una seizena. 

Quan fon ve[n]gutz gran joia mena ; 

De Guillem de Nivers retrais (fol. 123) 

7044 Las grans proezas els assais, 

Los dons e las cavallarias, 

Los solatz e las cortesias 

Ques al tornei avia faitas. 
7048 Et quant en ac moutas retraitas, 

Non die ges totas, car retraire 

Non las pogra[l] meilliers contaire, 

Alis, la pros e l'issernida, 
7052 Ausent si dons e Margarida, 

De Guillem de Nivers enquis 

Atressi con s'il hanc nol vis : 

« Segner », fai s'il, « es amoros 
7056 « Cel cavalliers qu'es aitam pros ? 

« Car hom dis qu'aital cavallier 

« Non sabon esser plazentier, 

« Quar per lur forsa tan si preson 
7060 « Que donnei e solas mespreson. 

— S'es amoros? o el, per Dieu ! 

« Bell' amigueta, plus ques ieu ; 

7039. Avant, le t ajouté. — 7041. carerma, ms. carreira. — 
Ibid. seizena est écrit xvizena. — 7045. cavall'ias. — 7°47- 
Prem. leçon torneis, l's grattée. — 7053. Guiller. — 705 s. faissil. 
— Ibid. amorosos, cf. v. 6186 et 7061. — 7057. deux lettres 
grattées après Car. — 7060. donneis. — 7061. amorosos. 



262 LE ROMAN 

« E bens deu per rica tener 

7064 « Tota domna qu'el dein voler. 
« E per so que miels m'en cresas 
« Un breu qu'en esta borssam jas, 
« De quel preguei qu'el m'escriusses 

7068 « Per tal que de s'amors saupes, 
« Vos mostrarai ara dese ; 
« E si m[e] logasses fort be 
« 

7072 « E ja non dires, quant aures (v°) 

« Las salutz que i son apresas, 
« Ques hanc n'ausisses plus cortesas. » 
Flamenca dis : « E dis ! bel seiner ; 

7076 « Sembla queus vuillas d'Alis feiner 
« Quar l'aportas cartas e brieus ; 
« Mais est fe[i]ners non m'es ges grieus, 
« Ans vos die que m'es bons e bels 

7080 « Quar hanc pessest que vers novelz, 
« Cobla ni rima ni chanson 
« Nos apor tasses tal sazon. 
« E prec que vezen mi, sius plas, 

7084 « Estas salutz vos eis digas, 

« Car vos la[s] sabres mielz legir 

« E faire los motz avenir, 

« Qu'autra ves las aves legidas ; 

7088 « E s'ellas son aissi polidas 

« Con vos dises, quant las sabrem 
« Voluntieras vos logarem. » 

7071. Vers omis. - 7078. sest. — 7088. s', vis. c'. — Ibid . 
aissi. prem. leçon aisso. — 7090. Deux ou trois lettres grattées niant 
vos. 



DE FLAMENCA 26} 

En Archimbautz fo moût joios, 

7092 E dis : « Dona, fe que dei vos, 
Cel que las salutz mi donet 
Mais de .1111. ves mi preguet 
Non venguesson entr'avols mans, 

7096 « Ni ja non las ausis vilans, 

Car de la bella de Belmont, 
Qu'es li plus bella res del mont, 
« De vos en lai, car o auses 



Lacune de deux feuillets. 

7100 Doas y mages ben formadas (fol. 124) 

I ac faitas tan sotilmen 

Vivas semblavan veramen. 

Cil davan de ginoilz estet 
7104 E dreg vaus l'autra susplejet. 

Una flors l'issi per la boca 

Que totz lo[s] caps dels verses tocha ; 

Et a la fin autra n'avia 
7108 Quel[s] pren atressi totz els lia 

Els men'enssem totz a l'aureilla 

De l'autr'emage, on conssella 

En forma d'angel fin'Amors, 
71 12 Qu'entenda so quel mostral flors. 

Ara nous cal dire, so sai, 

7094. ves, les deux premières lettres écrites sur grattage. — 7096. 
Une lettre grattée après las. — 7097. la ajouté en interligne. — 
7103. Sil. — 7104. susplejet, l'\ ajoutée en interligne. — 7109. 
enssein. — 71 11. Une lettre grattée après angel. 



264 LE ROMAN 

De N'Archimhaut que sia mai 

De sa moiller gilos ni garda ! 
71 16 Flamenca las salutz esgarda 

E conoc Guillem aitan ben 

Consil vis ades davan se, 

E la faisso de si meseissa 
7120 Aitan ben consi fos ill eissa. 

Totas très las salutz ne portcm ; 

Pron an ara ab ques deporton. 

Ben las aprendon e decoron 
7124 E gardan ben non las aforon, 

Ni volon qu'autre las aprenda 

Ni un mot per ellas n'entenda. 

Soven las plegon e desplegon, 
7128 E garon ben tan non las bregon 

Ques en letras ni em penchura (v°) 

Nom paresca effassadura. 

Ab se las colguet quada sers 
7132 Flamenca, e mil baisar[s] vers 

A l'emage de Guillem det, 

Et autres mil quan las pleguet ; 

Quar tota ora quan las plegava 
7136 L'un'ymages l'autra baisava ; 

Tant asautet la[s] saup plegar 

Ambas las fes ades baisar. 

Sobr'en son pietz las mes soven 

7125. apendra. — 7126. ellas, la seconde 1 ajouté. — Ibid. 
entenda, le t écrit en interligne au dessus d'une lettre grattée. — 
7132. baissar. — 7134. autras. — 7135- las, tns, les. — 7136. 
Une lettre grattée(a })après un. — Ibid. autre. — 7137. Une lettre 
grattée après saup. 



7140 



7144 



7152 



7156 



7i6o 



7164 



DE FLAMENCA 265 

E dis : « Amix, vostre cor sen 
« En luec del mieu on es enclaus, 
« E per so tam près de lui paus 
« Estas salutz que las sentis 
« E si con ieu s'en esgauzis. » 

Cascun mati, quan si levet, 

L'emage de Guillem miret 

Et ab Amor parlet suau, 

E dis : « Amors, sitôt m'estau 
De mon amie ara trop luein, 
Ges mon cor de lui non deslu[e]in, 
Qu'el lo ten, si com dis, en gaje. 
E nous penses ques ieil desgaje, 
Mais sil pogues mais engajar 
Per null plazer queil saupes far 
Qu'ieu autra ves fag non agues, 
Ni el ensegnar lom pogues, 
Ancara l'engajera plus. 
Mais anc non fo plazer negus (fol. 125) 
Que domna puesca far ni dir 
A son amie per mielz désir 
De qu'ieu hanc li disses de no. 
E vos meseissa sabes o, 
Et el meseisses si so sap ; 
E no i a plus mais que daus cap 
Comens' ab lui, cora quel veja. 



7147. Amor, mi. honor. — 7154. queil. — 7156. el, mi. ieu. — 
7160. mielz, corr. nul?oi< substituer un infinitif (gauzir?) à désir. 

— 7162. Deux lettres ont été grattées Tune avant V autre après o. 

— 7163. messeisses. 



266 LE ROMAN 

« E car li mostretz la correja 

« Aissi asautet a plegar 
7168 « Qu'el fes a mon sengnor cujar 

« Que cela de Belmon âmes, 

« Don nol venc em pens qu'en pesses, 

« A vos, douz'Amors, o grasis. » 
7172 Ab Marga[ri]da et ab Elis 

Ac solas de lur amadors. 

Moût lur tarzava le pascors, 

Soven ne gronisson en tosson, 
7176 E s'aquestas salutz non fosson, 

Longa lur fora moût carerma. 

Cascun jorn dison que non merma . 

Ges non avion barata presa 
7180 De que li paga fos empresa 

Lo Sapte sans, per sagramen. 

En Archimbautz ac pensamen 

De far son tornei après Pasca. 
7184 D'un serpen, c'om appella drasca 

O cérastes, l'ac enviât 

Le pros marques de Montferrat 

Un margue ad obs de coutell ; (v°) 

7188 Estug ac d'argent ab niell. 

En Archimbautz, aisi con es, 

Al rei de Fransa l'a trames 

En una carta sagellat, 
7192 Et al mot caramen pregat 

7166. mostrei ; cf. anai, v. 7361. — 7169. de ajouté en inter- 
ligne. — 7170. venc, prem. leçon vens. — 7J74- tarzava, les 
lettres za ajoutées en interligne. — 7177- garesma ; cf. v. 6983. — 
7185. creastes. 



DE FLAMENCA l6j 

Ques al tornei ve[n]ga sil plas, 

Car sens lui non auria assas. 

Messages mand" a totas partz 
7196 Que ja, non sia tan coartz, 

Negus cavalliers non remainna. 

De Bordel tro en Alamangna, 

E de Flandris tro a Narbona 
7200 Non hac baron ni gran persona 

Qu'En Archimbautz non somoses 

Ques al tornejamen vengues. 

Apres Pasca, al .xv. jorn, 
7204 Pobles alberga tôt entorn 

De traps, de lotjas e de tendas. 

Li mercadier ab lur grans vendas 

Foron vengut de longas terras ; 
7208 Los pueitz perprendon e las serras. 

Daus totas partz cavallier venon, 

Et es granz la brega que menon, 

E[l] tuis e buis, e l'uc el crit. 
7212 En doas partz si son partit, 

E dirai vos la partison : 

Tut li Flamenc el Borgonon 

E l'Alvernas el Campagnes 
7216 E ben mill cavallier Frances (fol. 126} 

Si son mes davas N'Archimbau. 

De sa foron cil de Pe[i]tau 

7200. Une lettre grattée après baron. — 7204. Bobles. — 7205. 
traps, ms. draps. Une lettre grattée après ce mot. — 7208. perpren- 
don, la seconde r ajoutée en interligne. — 7210. Prem. leçon 
menan. — 7215. Trois lettres grattées après el. — 7217. davah. 
— Il'id. Prem. leçon Archimbaut, le t exponctué. 



268 LE ROMAN 

E Sangomer et Engolmes, 

7220 Breton e Norman e Tornes 
E Beiruier e Lemosin, 
Peirago[r]sin e Cahercin, 
Rosengas e Bedos e Got. 

7224 Nolz puesc dir[e] totz mot e mot, 

Mais beus die que tal mil n'i vengron 
Que ja sol lo pe non la tengron 
Si per Flamenca non lur fos ; 

7228 Mais cascuns era envejos 

De lei vezer, qu'en sol la vista 
Cuj'aver gran honor conquista ; 
Et el si l'avia per ver, 

7232 Quar meillor ren non poc vezer, 
Plus douza ni plus faissonada, 
Plus plasent ni plus adautada, 
Ni que mieilz saupes retener 

7236 Ab son adaut et ab plazer 

Totz celz que l'auson ni la veson ; 
Ades plas mais on plus la veson 
Ni acostumon sa paria, 

7240 Et es le mielliers aips que sia. 

Mais, aissi con dis non sai quais, 
A motas fail fregz cors e fais, 
Tant an de bon asaut petit. 

7244 Ab cellas albergoil marit, 



7219. E Sangomer, vis. Et asangomer, l'a initial exponctuè; 
corr. Santonges? — 7223. Rosengos avec a suscrit au dessus du 
second o. — 7224. Mais n. — Ibid. dir ajouté en interligne. — 
72 }2. poc, ms. puec, et une lettre grattée après ce mot. — 7237. 
iaajoutéen interligne. — 7239. acostuma. — 7241. aici. 



DE FLAMENCA 269 

E dison pueis que bonas son, (v°) 

Mais hom cortes n'a de pauc pron. 
Mais anc [hom] pauc ni pron non ac 

7248 De Flamenca, car aitant plac 

Que totz hom per pagatz s'en ten, 

E ja noil fassa nulla ren, 

E ja homs pron de lui non agra 

7252 En negun tems, aitant li plagra. 

En un portai, davan los pratz 

On s'era le torneis rengatz, 

Fes hom [un] gran escadafals. 
7256 Que vi ben los plans e las vais ; 

Las donas aqui estarau 

El baron qu'armas non tenrau. 

Un jorn avan c'om tornejes, 
7260 Per tal c'om armas y portes, 

Venc le ries Guillems de Nivers, 

E vi per dreg e per travers 

Cum s'alberga valz e montanha. 
7264 Mot ac ab si bella companha 

Quar be i a[c] cavallier[s] tal mil 

Ques anc negus arma ni fil 

Nom portet mas tôt fresc e nou, 
7268 E movon tut lai on el mou. 

Cent trombas ausiras sonar 

E plus de mil grailes cornar 

7248. aitant, le t ajouté en interligne. — 725 -,-6. Corr. escath- 
fal-la val ? — 7260. c'om, corr. que? — 7264. compahna. — 
7265. be, tns. ben. — Ibid tais, Vs ajoutée en interligne. — 7266. 
Une lettre grattée (s?) après arma. — 7267. fresc, /'s ajoutée en in- 
terligne. 



270 LE ROMAN 

Lai on Guillems es albergatz. 
7272 En un camp que fon loncs e latz, 

Jostal portai, tendet son trap, (fol. 127) 

Car ben conois e ve e sap 

Que si dons laissus estaria 
7276 Per los cadafals qu'el vezia. 

En Archimbautz a pron que fassa, 
Car l'un baisa e l'autr'embrassa, 
L'un saluda e l'autre acueil. 

7280 A l'autre dis : « Sener, heu voil 
a Que dins la vilaus [aljbergues, 
« Quar mielz, so cre, lai estares. » 
Al trap de Guillem es vengutz 

7284 Quan Guillems y fo mentagutz ; 
Fort s'onreron et accuilliron 
Ambedui, desempre ques viron. 

Ot e Claris foron aqui ; 
7288 En Archimbautz sempre quel[s] vi 

Dis lur : « Baron, voles ades 

« Cavallier esser o après ? 

— Sener, ades, » cascus respos ; 
7292 « S'a vos plas, non reman e nos. » 

En Archimbautz aqui meseis 

Ad amdos las espazas ceis, 

E per lur amor a quaranta ; 

7274. Une lettre grattée après ve. — 7278-9. un, vis. us. — > 
7278. Prem. leçon baissa ; la première s a été grattée. — Ibid. Une 
lettre grattée (e?) après autre. — 7283. vengutz, vis. tengutz. — 
7290. après, deux ou trois lettres grattées entre a et près. — 7291. 
ades en interligne. — 7293 • Grande capitale à ce vers. — 7294. seis. 



DE FLAMENCA 2J I 

7296 Et ill dui feiron en .l., 

E velz vos cavalliers novelz. 

Cavalz lur donet bos e belz, 

Armas e draps e palafres 
7300 Ab las sellas et ab lo[s] fres 

Tôt avan que d'aqui moguesson ; 

Pueissas lur dis que nos tenguesson 

Ges de lui de tan per pagat (v°) 

7304 Entro que mais lur aia dat. 

A Guillem dis : « Segner, presen 

« Dei far per vos, per covinen, 

« A vostra domna, s'a vos plas ; 
7308 « Per sous prec ques a lui vengas. » 

E palais on Flamencha fon 

Estet le reis e siei baron ; 

E quan Guillems laïns intret, 
7312 Le reis sus em pes si levet 

E tut li baron que lai foron ; 

Moût gent l'acullon e l'onoron. 

E Guillems tost vaus lo rei cor ; 
7316 Dis li moût gent com a seinor : 

« Seigner, merces, tornas sezer ; 

« Ma domna sui vengutz vezer. 

— Segner, » fai s'il, « vostra merce ; 
7320 « Sezes doncas [de]josta me. 

— Fag o, Guillems, » so dis le rei ; 

7297. velz. le z ajouté en interligne. — Ibid. Une lettre grattée 
après cavalliers. — 7302. Deux lettres grattées après lur. — Ibid. 
nos. ms. non. — 7306. On pourrait remplacer le premier per par 
de. — 7319. faissil. 



272 LE ROMAN 

« Mais ill o vol eu [o] autrei ; 
« Quar ben es tais ques a nos dos 
7324 « Aura solas ; vist l'anc mais vos? 

— Segner, be n'ai ausit parlar, 

« Et es i ben, ab mais, som par, 
« Totz le bens que n'ai auzit dire. » 

7328 Le reis a dig : « Senors, nous tire, 
« Nos sai avem ganren estât, 
« E cil que son aras intrat 
« Volran per lur ves domnejar, 

7332 « E laissem los, sius plas, estar. (fol. 128) 

— Hoc, segner, ben, » so dison tut. 
Comjat prendon e fan gran brut. 
Mais quan le reis suau estet 

7336 Flamenca son amie baiset, 

E dis suau antre sas dens : 

« Sempre pesca qui una pren, 

« E talz baisar en cor[t] donatz 
7340 « Val moût d'autres baisars privatz. » 

Le reis a près de lei comjat 

E dis li : « Domna, per mon grat 

« Ja Guillems vengutz non sa fora, 
7344 « Quar ieu sai ben qu'en petit d'ora, 

« Quant vos aures parlât ab lui 

« Aures oblidat qu'ieu sai fui, 

« Tant vos aura cortes solas. 
7348 « E nomperquan a Dieu sias, 

7325. ben ai. Grande capitale à ce vers. — 7327- ai ajouté en 
interligne. — 7531 ves, corr. ops? — 7 335. suau parait avoir été mis 
ici par anticipation sur le v. j)jj ; corr. em pes ? — 7343 . non 
ajouté en interligne. 



DE FLAMENCA 273 

« Car ben vueil ques ab lui parles ; 
« E ben sai que salv o aures, 
« Car als pros et als conoissens, 
7352 « Si fai le vostre parlamens. » 

Le reis s'en va, Guillems rema ; 

Flamenca tenc per mieg la ma 

E mostral ga[n]ren de sa forsa, 
7356 Car amors e désirs l'anforsa. 

Ot e Claris cais vergoinos 

Dizon : « Domna, que farem nos? 

— Aures estrena bon' e bella. » 
7360 Alis e Margarid' apella : 

« Anatz », fai si, « tost a ma caissa, (v 6 ) 

« Et aportas mi cela faissa 

« On son li confanon vermeil ; 
7364 » Cist vueil que n'aian un pareil, 

« E prec vos de vostra mais prendon. » 

Pos qu'il o dis ben o entendon, 

Quar aissi lur det ucaison 
7368 Per que pogron ben a rason 

A lur guisa parlar ab ellas, 

Car jes cavallier ab donzellas 

En cor[t] non parlon ni solasson 
7372 Si troban domnas que lur plasson, 

E laïnz ac ne plus de cent 

Que cascuna em près entent 

7361. Anai; cf. mostrei, v. 7166. — 7366. entendon, les deux 
premières lettres ajoutées en interligne. 

T. I. l8 



274 LE ROMAN 

Et en domnei et en amor. 
7376 Guillems demandet ap paor : 

« Ma douza res, mos cors que fai ? 

— Amix, en luec del mieu estai, 

« E, sol quel mieu ren non movas 
7380 « Del luec del vostre, non cresas 

« Qu'ieu negun tems lo vostre mova. 

ce E cist razons es assas nova 

« E par d'amor o de lauzenga 
7384 « Qu'en luec del mieu vostre cor tenga, 

« E vos lo mieu, per tal maneira 

ce Ques eu en vos lo mieu sofiera, 

c< E vos lo vostre eissamen 
7388 ce Sufras en mi per fin talen; 

ce E de talen faim tal liam 

ce Don nostres cors amdos liam. 

ce E non cal temer que ja rompa, (fol. 129) 
7392 ce Sol qu'autre talenz nol corrompa. » 

Guillem respont : « Domna, si rom[p] 

ce De vos mos talens nis corromp 

ce En alcun temps per negun autre, 
7396 ce Ja nom sia g[u]irens ni autre, 

ce Quant obs mi sera, sanz Miquels ; 

ce E sia Cayms, vos Abels, 

ce S'ieu vueil que sia desliatz 
7400 ce Per tal quem fos totz le monz datz. 

— Bels dous amix, donc respondes : 



7377. res, corrigé, prem. leçon ren. — 7385. mieu, l'i ajouté au 
dessus d'une lettre grattée. — 7392. nolz. — 7396. g[u]irens, ms. 
gitens. 



DE FLAMENCA 275 

« Lai ves Belmon cora an nés 

« Yezer cella qu'es aitan bona 
7404 « Que tôt lo près del mon li don ? » 

Guillems somris e pois respont : 

« Ma douza res, cil de Belmont 

« Tam bona e tam bella es 
7408 « Que de nulla re meins nom pes. 

— Belz dous amix, ben o sabia, 
« Mais per vos proar o disia. 

— Dousa domna, e que farem 
7412 « Si nostr'amor plus non paissem 

« Mais de paraulas solamen 
« E d'un baisar, c'aitan corren 
« Passet c'a penas lo senti ; 
7416 « Sapias que désirs m'auci. 

— Amix, sius plaz, nous esmagues, 
« Ancanug a mi tornares ; 

« E non menés tans compangnos, 

7420 « Ot e Claris vengan ab vos, 

« E poirem mielz que non fam ara, (v°) 

« Quant to ta la gens nos esgara, 

« Faire e dir nostre plazer ; 

7424 « Que N'Archimbautz ira vezer 

« Lo rei els barons als hostals ; 

« E promet vos al meins, sivals, 

« Que[l] baisar, de queus rancuras 

7428 « Quar s'en passet aitan vivas, 

« Vos dobli des ves tôt da pas ; 

7405. Guillems, ms. W. 



276 LE ROMAN 

« E si luecs es non doptes pas 
« Ques ieu volontiera non fassa 
7432 « En dreg d'amor tôt so queus plassa. » 

De moutas res bon solas tenon ; 

Lur ueilz e lur bocas revenon 

D'aitan com podon, e lur nas. 
743e Car plus non feiron non remas 

Per lur vol, mais per non poder, 

Car luec non agron ni lezer ; 

Pero lur affar an empres, 
7440 E cant Guillems ac comjat près 

De las domnas per una et una, 

Ques hanc non n'i laisset neguna, 

Mais, aissi con taing, lo demanda, 
7444 E totas a Dieu las comanda ; 

E tenos de lui per pagadas 

Aitan ben consi mil vegadas 

Agues per se cascuna vista 
7448 E donejada es enquista. 

Ot et Claris feiron merces 

Delz gonfanos e delz orfres (fol. 130] 

Que las donzellas lur an datz. 
7452 Flamenca dis : « Vostr'es le grat/. 

« Quar d'elas penre los deignes. 

t Ancanueh, sius plas, sa venes. » 

En Archimbautz ac esdreissat 

7450. nom — 7438. lezers, l's exponctuée. 



DE FLAMENCA 277 

7456 Lo rei, e vel vos retornat. 

Ab Guillem a son trap s'en vai, 

Et en après et el si trai 

[Lai] on es le dux de Bergoina. 
7460 Al plus que pot s'esforsa e poina 

Delz barons servir et onrar, 

Et hanc homs rnielz non o saup far. 

Apres sopar, quan fon nueitz clausa, 
7464 Guillems non estet ges em pausa, 

Ans penset d'anar vaus si donz, 

Quar non vole pas que nuehz ni sonz 

Aitan gran benanansal tolla ; 
7468 E quant us autre si despuella, 

El a vestit un albergot 

Desotz lo vermeill sobrecot ; 

Un coutel mes a la centura 
7472 Ab prim taill et ap poncha dura ; 

Non vole compagnons plus de .xxx. ; 

Sai e lai feiron gran tormenta 

Homen e caval e carretas ; 
7476 Dansas e viuladura[s] bretas 

Pogras auzir sai e lai tantas 

Qu'esser cujaras inz e Nantas 

[On] hom las troba e las diz. (v°) 

7480 Ab lo senescal de Sanliz 

A l'issir del trap s'encontret ; 

Gen l'acuilli el saludet, 

7458. si trai, ms. s'en vai. — 7460. poc. — 747 1 - sentura — 
7472. poncha dura, en deux mots. — 7476. Danfas. — 7478. e 
Nantas, ms. en antas. 



278 LE ROMAN 

E li dis : « Sener, on annas ? 
7484 — Sener, tro al palais, sius plas. 

— Irai ab vos ? — Sener, vos no, 

« Car vos aves a faire pro 

« Ab mon senhor lo rei, so cre, 
7488 « Et eu ai pro solaz ab me. » 

Nous penses pas ses lum ânes 

Guillems de Nivers, ni de pes, 

Ans foron tut em palafres, 
749 2 E .xx. brandos grans et espi. ■>, 

Aitals com poc us hom portar, 

Fes davan si ades cremar ; 

De .xx. liuras era cascuns 
7496 Et avia y .x. flars o plus, 

Qu'aitals los fai hom en son aiz. 

Quan foron vengut el palais 

Ausirol brut que la meneron 
7500 Juglar e cil que laïnz eron, 

Mais quant ill calon tut si callon, 

Que ren non danson ni non ballon, 

Ans dison : « Ben sia vengutz 
7504 « Le pros el rix el mentagutz, 

« E cel per cui le monz s'alegra ! 

« Quar tos tems es sa car'alegra, 

« Sa mas larga et aondosa 
7508 « Et a ben donar volontosa. (fol. 131) 



7488. pro con solaz. — 7497. aiz, ms. auz. — 7499- Ausiron 
b. — 7501. calon, pretn. leçon callon, la seconde 1 expondtiée. — 
7504. el, ms. elz. — 7507. adondosa, le premier à cxponduè. 



DE FLAMENCA 279 

« Ben aial dona que l'acuell 

« Tan que josta leis si despuell ! » 

Le coms d'Aussurra s'era mes 
75 12 Ab Flamenca per cosines, 

Mais cant el vi Guillem venir, 

« Domna », fai s'el, » ben deu giquir 

« A tan pros cavallier mon luec. » 
751e Km pes levet, e, quais per juec 

El dis : « Sener, en dreg d'amor 

« Vos farai ara gran honor, 

« Quar ma cosinaus laissarai 
7520 « E josta leis vos asseirai, 

« E pregar l'ai, sil plas, de vos. 

— Sener, merces, » Guillems respos, 

Que vau[s] si dons ades s'en venc ; 
7524 Mais ill per pagada s'en tenc 

Quan l'ac près per la man dese, 

Ans lo tiret moût gent vas se 

E tant adaut lo fes baissar 
7528 Que a sa guisal poc baisar. 

E ja nons meravil negus 

S'en tal bruda, com leva l'us, 

L'autres gira e l'autres baissa, 
7532 E l'us son luec a l'autre laissa, 

Tota domna qu'es eissernida, 

Pos Amors e cors l'en envida, 



7510. Les trois derniers mots sont écrits sur grattage ; lui vaudrait 
mieux que leis. — 751 1. daus surra. — 75 14. s'el, ms. cil. — 
"523. s'en, corr. nos? — 7528. assa. — 7529. nous. 



28o LE ROMAN 

Baisa son amie una ves, 
7536 Quar ben o pot far e bel les, 

E domnas an gran majoria (v°) 

En tais affars, car mais poiria 

Una domna faire plazers, 
7540 Cant Amors l'o dis e volers, 

En pauc d'ora, que non faria 

Us cavalliers en tôt un dia. 

E dirai vos don so ave : 
7544 Tota bona dona sab be 

Que ja sos amies nos moura 

Ni sa boca non fugira 

Cora ques ill baisar lo vueilla, 
7548 Mais homs ha paor qu'il si dueilla 

De josta lui, e que fugissa, 

S'el la vol baisar, os gandissa 

Sa boca o [so] teng'a mal. 
7552 E per so plus en tal art val 

Una domna que mil baron ; 

So dis Ovidis qu'en saup pron. 

Ben fol palais enluminatz, 
7556 Quar de las donas venc clardatz 

Que monstreron tota lur cara ; 

Mais la plus bella e la plus clara 

Fon de Flamenca que sezia 
7560 Josta Guillem, e non sabia 

7548. paor est répété après il. — 7759- sezesia. 



DE FLAMENCA 28 1 

De quai guisa d'aquis mogues 

Et en sa cambra l'en meses 

Ab sol Oto et ab Clari. 
7564 E mentre qu'estavon aissi, 

Non saupron motz qu'En Archimbautz (f. 132) 

Intret, e non fon grans l'esclaus, 

Ans s'en intret aissi suau 
7568 Ques intrar hom nol ve ni l'au ; 

E fes o tôt per cortesia, 

Qu'e nulla guisa non volia 

Que tota li cortz si levés 
7572 Cora que vengues o annes. 

Ane negus hom adonc nos moc 

Per lui, ni faire non o poc, 

Mais ben viron quan fon intratz. 
7576 Dreg vas Guillem s'en es anatz, 

E quan Guillems cujet levar 

Sus em pes, el li vai pausar 

Sus el ginoil la destra man ; 
7580 Mais tan suavet e tan plan 

La i pauset, ques hanc non senti 

L'ausbergot que desot tenti. 

Sobrelz [brasses] l'autre pauset 
7584 De Flamenca, e pueis estet 

Aclis vas leis, si con hom fai, 

E dis : « Domna, novas vos sai : 

« Le coms de Bar, vostre cosiz, 

7565. Ce vers est répété dans le ms. — 7575. ben, corr. bel? — 
7583 [brasses], restitution très hasardée. — 7585. leis, ms. el. 



282 LE ROMAN 

7588 « E sos fraires don Raolis 
a Seran cavallier al mati, 
« Et autres .x. vostre cosi ; 
« Ques al mati sai quels veires 



7592 



— Segner », fai s'il, « pron lur puesc dar 
« De joias, mais non sai triar 

« Las quais a quai d'elz si conveina. (v°) 
759e — Dona, per Dieu ! si far o deina, 

« Mos sener Guillems qu'es aici 

« Et Ot e Claris atressi 

« Vos em poiran ben conseillar, 
7600 « Car il sabon tut lur affar. 

— Bel segner, doncas pregas los 

« Qu'en las cambras vengan ab nos. » 

Guillems li dis : « Domna, non quai 
7604 « Corn mi pregue d'aisso ni d'al, 

« Quar per vos e per mon seinor 

« Faria ben affar major 

« Que cest non es, sol conogues 
7608 « Ques a lui et a vos plagues. » 

En la cambra s'en son intrat ; 

En un bel tapit lonc e lat ' 

Flamenca fes avan pausar 
7612 De joias, qu'en puesca donar 

A mil cavalliers, aitan lare 



7 592. Le vers manquant pour ni il être ainsi rétabli : Ar pessatz quais 
dos lor fares. — 7593. faissil. — Ibid. puesc, Vs ajoutée en inter- 
ligne. — 7597- aissi. 



DE FLAMENCA 283 

Que unquec valguesson .1. marc, 

Et aquel fos de bon aur fi. 
7616 E quant En Archimbautz las vi 

El dis : « Domna, massa n'aves ! 

« Engas las aissi cous voles, 

« Qu'ieu m'en vauc a l'ostal del rei. 
7620 « Vos est très et aquist son trei 

« Et entre vos acordas vos 

« Consi partas vostres cordos. » 

A Guillem dis : « Nous o tengatz, 
7624 « Seiner, a mal, car ben viatz (fol. 133) 

« Aici a vos retornarai. » 

Ab aquest mot et el s'en vai. 

Cant de la cambra fon issitz 
7628 Guillems non estet ges marritz 

Quais de las joias degues penre, 

Josta se ac bel cors e tenre : 

Blanc e delgat et escafit, 
7632 Don nol cal temer que ja crit 

Ni contradiga son talan 

Ni vueilla que ja rel deman, 

Mais que so prenda el meseis. 
7636 Tôt bellamen vau[s] si l'estreis 

Et anc d'aqui nos moc nis tolc 

Tro qu'en ac fag tôt zo que vole. 

Amors e désirs feiron garda, 
7640 E Margarida, que Fuis garda 



7614. Que dunquec ; on pourrait corriger Qued unquec. — 
7625. Aissi. 



284 LE ROMAN 

Ab Clari son coral amie 

Qu'en la garda nom pren destric. 

Ans an tut très assas baisât, 
7644 Tengut estreg e manejat ; 

Et al re sis feiron ben leu, 

De qu'ieu a dir cocha non leu ; 

Mais tant y feiron a leur guisa 
7648 Que anc ni blisaut ni camisa 

Non tolc res de lur benanansa. 

Ara vejas can fort enansa 

Amors lai on vol enansar ! 
7652 Mais zo laissem aras estar; 

De la cambra gausent issiron, (v°) 

Cil del palais em pes salliron 

E penssa quex consi Pacueilla. 
7656 Ja mais nos rancure nis doilla 

Per amor negus cavalliers, 

Ni laisse per folz lauzengiers 

Que non sia cortes e pros, 
7660 Et, quant luecs er, ben amoros ! 

Guillems s'en eis, e tut ab el, 
Mais hanc no i ac cella ni cel 
Ques el avan non saludes 
7664 Que l'uis de la sala passes. 
Flamenca remas jausionda ; 



7648-9. Ces deux vers ont été grattés par un lecteur pris d'un scru- 
pule tardif. Il a été possible cependant, à laide d'un réactif, défaire 
revivre quelques traces de l'écriture. La lecture des trois premiers mots 
de chaque vers reste incertaine. — 7656. doille. 



DE FLAMENCA 285 

Vejaire l'es que ben aonda 

A son amie zo qu'ar a fag. 
7668 Ane mais dona tan rie assag 

Non auset empenre, som eug, 

Qu'en plena cort, on ren non fug 

Ad oill, a man ni ad aureilla, 
7672 Ab son amie baisan cosseilla 

E, vezenz totz, lo co[l]g'ab se, 

Que negus homs non conois re. 

Al matin foron adobat 
7676 Cil rie home ques an donat 

A Guillem aitan gran del[i]eg, 

Quar N'Archimbautz lo mes el lieg 

On ab sa domna poc jazer 
7680 Aissi cos fes a som plazer ; 

Mais le caitius non s'en garava 

Car el sacramen si fizava, (fol. 134) 

El sophisme non entendia 
7684 Que Flamenca mes y avia. 

Baboïns es e folz e nescis, 

S'era plus savis que Boecis, 

Maritz que son despendre cuja 
7688 Que mullier ad amie estuja. 

Lo ben mati, quan le soleills 
Quais vergoinos parec vermeilz, 
Apres lo sein de las matinas 



7666. Vejaire prem. leçon venre. — 7673. vezent tostz. — 7679. 
jasser. — 7687. corr. ques ou desfendres c? — 7690. Quar. 



286 LE ROMAN 

7692 Ausiras trombas e bozinas, 

Grailles e corns, cembolz, tabors 

E flaùtz, non ges de pastors 

Mai [de] cels que la mouta sonon 
7696 Delz torneis e volontat donon 

A cavalliers et a cavals 

D'anar de galobs e de sais. 

El trebolocis non fon paux, 
7700 Car l'us fon clars, l'autres fon raux 

Dels sonals quel caval porteron, 

C'ades corregron c passeron 

L'us de galop, l'autre [de] cors. 
7704 Mala s'i vi l'erba el flors ! 

Quar tôt es trissat e baït ; 

E veus lo tornei establit. 

En los cadafals s'en montet 
7708 Le reis el baron plus de .vu. 

E Flamenca e sas donzellas 

E moût d'autras donas ab ellas ; 

El baron que desus esteron (v°) 

7712 Ades dels cavalliers monstreron 

Los seignals e las destriansas 

D'escutz e d'elmes e de lansas. 

Flamenca s'es dese vanada 
7716 Que samarga sera donada 



7796. e, vis. ela l'a. exponctué. — 7698. sais, ms. salstz, les lettres 
i s ècritts en surchage, et tz exponctués. La prem. leçon était sautz. 



DE FLAMENCA 287 

A cel que prumiers jostara 

E cavallier derocara. 

Ges non ac ben lo mot complit 
7720 Que tut ensems levon un crit 

E dison ques ades la parca 

Del braz, quel comte de la Marca 

A Guillems de Nevers ferit 
7724 E dérochât e desconfit, 

Levât del camp e retengut 

Son cavall neis e son escut. 

Quan Guillems ac lo comte près 
7728 Daus totas part[z] vengron borzes 

Quel volon de sa man levar, 

Quar moût i cujon manlevar, 

Mas el lur dis : « Non vueil quem don 
7732 « Le coms neguna resemson, 

« Mas aitant mi fara, sil plai, 

« Quar a cel portai on estai 

« Mi donz, de part mi s'en ira 
7736 « Et â leis per près si rendra. » 

Las armas el caval li ren, 

El coms es montatz mantenen, 

La preissa part e romp e trenca 
7740 E vai s'en tôt dreh vas Flamenca ; 

Davan leis venc da ginollos (fol. 135) 

E man[s] jonchas coma prisos, 



7729. sa, prem. leçon lui, exponctuèet remplacé par sa. — 773 1 
quem, prem. leçon don, surchargé en quem. — 773 5- s ' en i ra > •**■ 
seni ra, une lettre grattée avant /'s et après V\. — 7740. vaisser, 



20ò LE ROMAN 

E dis li : « Domna, sai m'envia 

7744 « Cel qu'es flo[r]s de cavallaria, 

* E vol per près a vos mi renda ; 

« Mais ieu ai gran ces e gran renda, 

« E si voles de mon aver 

7748 « D'aquel poires assaz aver ; 

« E sim solves de ma preison 

« Aures ne, si puesc, guisardon. » 
Flamenca dis : « Sener, bem plaz 

7752 « Que de preison quitis siaz, 

« E cel queus près n'aia bon grat 

« Quar vol[c] qu'ieus aia desliurat ; 

« Mais aitan, sius plas, mi fares 

7756 « Que cesta margal portares, 

<î Per seingnal de bon'aventura, 

« A cel cui fis jois assegura ; 

« Car huei mati, atressi tost 

7760 « Con fui aici sobr'esta post 

« E puec vezer tôt lo tornei, 

« Auzen de mon seinor lo rei, 

« Eu dis que la marga daria 

7764 « A cel que prumiers jostaria 

« Per tal ques autre desroques ; 

« E pos Dieus vole qu'ieu m'en vanes 



7749. Prem. Uçon sim i soles, le second i exponctué et v ajouté en 
interligne. — 7750. puesc, V s ajoutée en interligne. — 7751. ben. 

— 7756. margal, les trois premières lettres (la première était une 1 
ou un b) grattées et remplacées par mar en interligne. On préférerai! 
marga, puisqu'il y a un régime indirect au v. 7758. — 7760. aissi. 

— 7761. tôt lo ajouté en interligne. — 7765. autre, avec signe 
d abréviation (autrem ou autren) sur /'e. 



DE FLAMENCA 289 

« Et ara vol tam prohoms l'aia, 
7768 « Non es mais res que tan mi plaia. 
— Domna, sius plas, vostre message 
« Formirai eu de bon corage ; (v°) 

« E tan vos puesc endreg me dir 
7772 « Que nom lais Deus d'aici partir 
« Ni venir lai on estar sueill 
« S'ieu mais casugz esser non vueill 
« Que s'ieu agues derocat lui, 
7776 « Per so quar tramesses vos fui ! » 

La marga pren, vai s'en ab ella, 
E non es domna ni donzella 
Tant adaut la saupes plegar. 

7780 Ben cuja Guillem alegrar ; 
A lui s'en venc, saluda lo : 
« Sener », fai s'el, « un coites do 
« De part mi donz aicius aport, 

7784 « Ques uei m'a de preison estort. 
« Aicesta margaus a tramessa 
c Cella que ren mais ben non pessa, 
« E manda vos ques huei mati, 

7788 « Dese quel torneis si basti, 
« Ausent del rei ill si vanet, 
« Ques hanc d'orne non s'en garet, 
« Que la dones en dreg d'amor 



7769. Grande capitale à ce vers. — 7772. aissi. — 7777. vaissen. 

— 77^2. faicel. — 7783. aissius, le premier i ajouté en interligne. 

— 7786. mais ren ben. — 7791- la en interligne. 



T. I. 



»9 



29O LE ROMAN 

7792 « A tôt lo prumier jostador 
« Quesautr'auria dérochât. 
« E quar Deus l'a tal plazer dat 
« Que vol sias huei le prumiers 

7796 « Per cui es casutz cavalliers, 
« Ha en son cor gran alegransa 
« Don cesta marga es fermansa. » 

Guillems pren la marga corren, (f. 13e) 
7800 Desplega la cortesamen, 

Dedins l'escut la fes pausar 

Et ab blatons d'argen sesmar 

Ques hanc non parec per defor, 
7804 Mais sol un petit sobre l'or ; 

Per tal o fes que la pogues 

Yezer quai ora ques volgues. 

Bels segner Dieus, ira tan ben 
7808 Jamais ad home? Non o cre. 

Et a cui deu tan ben anar 

Con a cel que nom poc trobar 

Ane ab si don bisten ni failla? 
7812 E res non es ques aitan vailla, 

Quar tota benanansa passa 

Amors de domna que nos lassa 

De far plaser e non bauseja 
7816 Som bon amie, cora quel veja. 

Mais, si com bona domna es 

7795. vol, corr. vos? — Uni. sias est répète après huei. — 
7802. blatons, corr. latons ? — Ibid. sesmar, corr. fermarî — 7810. 
poc, tns. puec. — 7815. plaser, corrigé, prem. leçon plarer. 



DE FLAMENCA 29 I 

De tôt lo mon la meillers [r]es, 

Li plus douza el plus grasida, 
7820 Aissi la mal' el descausida 

Es la piejers el plus amara, 

Plus enujosa e plus avara ; 

E cil que n'an tastat o sabon, 
7824 Quant pauc enanson et acabon ! 

De mala domna sai eu tan 

Que ren non pensa mai engan, 

E tôt jorn troba ucaison 
7828 Consi puesca dire de non. 

Aicist es mala e noada, (v°) 

E per ren non cr aplanada 

Entro ques hom non aia cura 
7832 Del[s] noz ni de l'aplanadura ; 

Quar si non dis hoc de prumier 

Quant hom li demanda nil quier, 

Ja pois sos hocs luec non aura 
7836 Quant hom ren noil demandara; 

E cil qui es joves noieira, 

Ja veilla non sia oquiera, 

Quar de nul la ren non valc mieilz 
7840 De son jovens ni [de] sos vieilz. 

Mais d'aitan sui eu ben devis, 

Si beutatz fos com aurs o vis 

Que cascun an si meillures, 



7818. la, ms. le. — 7819. douza el, ms. douzellel, la dernière 1 
ajoutée en interligne. — 7840. vieilz, on peut lire aussi meilz ;prem. 
leçon mieilz, le premier jambage de Pm a été gratté. 



292 LE ROMAN 

7844 Ja, per afan c'om ne dures, 

Ab domna mercc non trobera, 

Qu'en totas guisas li plus fera 

Vol c'om la serva e la blanda ; 
7848 E qui neguna reil demanda 

Fai s'ergueillosa et esquiva, 

Consi nos pensa, li caitiva, 

Quan petit li dura sos brieus ! 
7852 Jafail plus tost que non fai rieus 

De pluja qu'es plus rabiners 

De cel ques es acostumiers 

De corre que de fon a cap. 
7856 Araus cujares que per gap 

O diga, e die o daveras, 

Que ren non valon tais espéras (fol. 137) 

De domna que fan trop languir, 
7860 E nom pessa mais de « non » dir 

E de mantener cel usage 

Ques a près en son fol corage, 

Car tal malesa com hom vesa 
7864 A granz penas pueis la desvesa ; 

E, si con Oracis retrais, 

Que nom parlet jes per esquais, 

Ges ola leu perdre non deu 
7868 La sabor don primas s'enbeu ; 



7845. mercen. — 7848. reil, est écrit avec une barre sur /'e. 
On pourrait adopter reul, cf. v. 4426. — 7849. Faissergueillosa. 
— 7852. rieus, nts. nieus. — 785 5 . Après corre le copiste avait 
écrit que de cerre qu'il a exponctuè. — 7859. fan peut se rapporter 
à espéras, mais on préférerait fai ou fa, se rapportant à domna. — 
7867. olai, /'i exponctuè. 



DE FLAMENCA 293 

Et en vaissell, qui nol te net, 
Aigrezira, qui ren no i met. 
Ja Guillems non quai esmagar 
7872 Per renqueil déjà si dons far 
Car il li vol dir e far tôt 
Aisso quel plaz al primier mot. 

Ab lo comte de Lovanic 
7876 C'om appellava Gontaric 

Anet jostar le coms Amfos, 

Le miellers coms ques uncas fos ; 

De cel de Tolosa o die. 
7880 Amdui foron cavallier [rie]. 

Tais colps si donon pelz escutz 

Que totz los an fragz e romputz ; 

Trencon senglas, trencon peitral, 
7884 A terra van amdui égal ; 

Al rellevar cavallier brocon, 

Turton e feron e derocon, 

Franhon astas, franhon arson, 
7888 Cason massas, cason baston ; (v°) 

Las espazas ab los elms coton, 

Cellas oscan e cil encloton; 

Hom non vi mais tal avalot. 
7892 Quascus y fer al mais que pot, 

Cascus vol mostrar com es pros ; 

Mais, abanz que partit[z] si fos, 

Guillems de Nivers demostret 



7870. Sitppr. no? — 7875- iouanic. — 7884. amdui, Us 
lettres un écrites en interligne. 



294 LE ROMAN 

7896 De cal guisa l'obras menet, 

Quar .xvi. cavalz de Castella, 

Que non fo meinz ni fres ni sella,. 

I gazanet ab lur segnors 
7900 Ques eran vengut per socors 

Del comte valent de Tholsa, 

Mais il son près et el s'en va. 

Gaufre de Blaia era l'uns 
7904 Ques anc non cavalguet jejus, 

L'autre fon Arnautz de Bovila 

Ques anc non vole manjar d'anguila, 

L'autre fon Uc de Rosina, 
7908 L'autre foron tut castella, 

Rie home e de gran poder. 

Guillems lur dis : « Voles saber, 

« Segnors, consi escapares ? 
7912 — Segner, hoc ben. — Don vos n'ires 

« Dreit a mi donz, a cel portai 

« On vezes la seina reial ; 

« A leis vos rendres de par[t] me 
7916 « Et il solvera vos, so cre. 

— Sener, merces, ben o farem, 

« De part vos a lei nos rendrem. » 

Los cavals lur rent e l'arnes (fol. 138) 

7920 Que non fon meinz neguna res. 
Abtant s'en van dreg a la porta 

7898. cella. — /899. lur, ms. lui. — 7901. Thòlosa, le 
seconda exponctuè. — 7902. el, ms. ill. — 7905. Bovila, ms. 
Boncovila, le premier o corrige en e, et la syllabe co exponctuée. — 
7906. anguilla, la prem. 1 exponctuée. — 79°7- Rosina, corr. 
Lésina? cependant cf. v. 8089. — 7908. t. acastella. — 7921. ala, 
ms. als, /'s ajoutée en interligna. 



DE FLAMENCA 295 

On Flamenca ri e déporta 

Ab lo rei et ab sos barons, 
7924 E dizon quel torneis es bons. 

Quan davan leis foron vengut 

Da part Guillem li son rendut 

E dizon : « Douza domna bona 
7928 « Que de beutat portas corona, 

« Acui près e valors s'aclina 

« Car est de totz bos aips reïna, 

« Guillems de Nivers le cortes, 
7932 « Que totz essems nos a huei près, 

« Nos tramet a vos per presen 

« Per far tôt vostre mandamen. » 

Flamenca ris e dis al rei : 
7936 « Seiner, ben ai salva, so crei 

« La marga qu'ieu del braz parti 

« Per tan baron con vei aici. » 

Apres dis : « Senhor cavallier, 
7940 « Vostra preisons non m'a mestier, 

« Ans vueil que sias tut deslivre ; 

« Et a celui queus près vos livre, 

« Et a lui ne rendes merces, 
7944 « Car el vos solv et el vos près. » 

Abtant prenon de leis comjat 
E van s'en a Guillem el prat. 
Rendunt li de part lui salutz 
7948 Per cui jois e près l'es cregutz. 



7925. Une lettre grattée entre leis et foron. — "926. li corr. si? 
- 7938. aissi. — 7940. preissons, la première s exponctuée. 



296 LE ROMAN 

En Archimbautz vai per cambon (v°) 

E quan poc jostar saup li bon. 

Trobatz s'es ab lo don d'Andusa 
7952 Que sa josta pas non refuza, 

Ans si feron per tal vertut 

Que tre[n]cat foron lur escut 

E lur ausberc fort desmaillat ; 
7956 Mais per tan non son derocat. 

Le coms de San Paul vai per renc, 

E non sap mot tro vaus lui venc, 

Aitan quan sos cavalz randona, 
7960 En Aimerics duc de Narbona ; 

Tal colp si van dese ferir 

Que negus d'ams nom poc sufrir 

Entro a terra non vengues. 
7964 A cascuu sos cavals mortz es 

Car pieg e pieg tan dreg turteron 

C'ambedui los cors si creberon. 

Daus ambas partz cavallier poino 



7968 



Consi puescan tal causa faire 
Corn lur déjà tostems retraire 
En gran laus et en gran proesa. 
7972 Cascuna part los sieus esdreisa; 
Cil cobron cavals e destriers. 
Ane hom non vi tans cavalliers 
Aissi ferir menudamen, 

7965. e pieg en interligne. — 7968. On pourrait proposer : Astas 
baissadas trastut joino. — 7972. esdreisa, corr. adesa? 



DE FLAMENCA 297 

7976 Que us colps autre non aten. 

Quan foron ben revolopit 

Et assaz massât e ferit 

111 si son partit per jostar, (fol. 139) 

7980 Car mielz podon jostan monstrar 

Consi cavalgon ben e dreg 

E con son lur caval adreg. 

Ab En Garin de Reortier 
7984 Jostet Guillems de Monpeslier, 

Mais non saup tan le bergoinos 

Que non vougues totz los arsos, 

Et a terra non l'estendes ; 
7988 Ane non trobet qui l'en levés, 

Mais cascuna part l'escarai, 

Quar majers fon de Costanti, 

E cel que[l] feri era paucs; 
7992 Mais ges non Jon adonc tan raucs 

Que non disses en auta voz : 

« Segner, voles ren mais de soz? » 

Ab lo vescomte de Torena 
7996 Jostet Gautiers le coms de Brena, 

E feiron moût cortesa josta. 

L'us a l'autre l'escut ajosta 

Al bras, el bras join al costat; 
8000 El fer son tost d'outra passât 

Per mieg l'escut e per lo bratz ; 

7976. Une lettre grattée avant aten. — 7979- jostar, ms. 
monstrar. — 7983. Garin, ms. Guillem. — 7984. Guillems, 
ms. Garis. — 7986 los, prem. leçon\as. — 7987. 1' corr. s* ? — 
7995. Une lettre grattée après de. — 7998. a, corr. e? 



298 LE ROMAN 

Mais ja non lur o conogratz 

Car tant eran pros e valent 
8004 Ques hanc negus non fes parvent 

Corn l'agnes ferit ni tochat, 

E sis foron tan fort nafrat 

Que pueissas armas non porteron 
8008 D'u mes, ni plus non tornejeron. (v°) 

Ab lo pros comte de Rodes 

Jostet le coms delz Campagnes. 

Cascus era cavallier[s] bos , 
8012 E deros colps meravillos; 

Régnas, senglas, peitrals e sellas, 

El sobrefais ab grans fivellas, 

E l'estreup, [qu'] eron bon e nou, 
8016 Frais tôt, e negus d'ams nos mou 

D'aqui on s'es, mais en estan 

Vai en terra, e tenc davan 

Lo pieg son escut e sa lansa ; 
8020 E fes tôt atertal semblansa 

Con si volgues a pe jostar. 

Desempre. fes le reis cridar : 

« Baron, baron, non sia plus ! 
8024 « Oimais non i joste negus, 

« Quar ben avem tal josta vista, 

« Que si l'agues hom a poin quista 

« Non la pogra mielz dir ni far. » 
8028 Adoncs viras cavals menar 

8014. sobrefais. les deux dernières lettres exponctuces. — 8017. 
estan, Te en interligne. — 8021. pel, /' 1 exponctuée. — 8027. 
pogran; cf. la même faute v. 1725. 



DE FLAMENCA 299 

E cavalliers près ad ostals. 

Mais a celz n'estet ben, sivals, 

Ques ac près Guillems de Nivers, 
8032 Car hanc non son en ceps n'en fers 

Ni lur cal fermansa donar, 

Ans foron sout per saludar 

Cellâ cui près e valors guida. 
8036 Mant'enseinna e manta crida 

Sonon joglar e cornador. (fol. 140) 

Li baron dison antre lor, 

Apres disnar, davan lo rei, 
8040 Ques anc mais non viron tornei 

On estavan bon feridor, 

« Mais sobre totz porta la flor 

« Cil c'ui matin o comenset 
8044 « A cui mi dons sa marga det. » 

Entorn vespras, quel soleilz baissa, 

Cel cui amors pausar non laissa 

Al palais vai si dons vezer, 
8048 Qu'estiers non poc fin joi aver. 

Gen fon per si donz acuillitz, 

E per lui fon a leis grasitz 

Le dons de la marga polprina. 
8052 L'us de l'autre moût prop s'aizina 

Per far saboroses plazers, 

Si con es baisars e teners 

De mas e d'aire sobre drap ; 
8030. estes. — 8032. son, ms. fon. — 8035. C. per c. — 
8041. bone f. ; il faudrait p. -è. corriger tan f. — 8047. vai, ms. 
van. — 8050. lui, ms. leis. — 8052. prop, ms. trop; cf. v. 6157. 
— 8053. saborosos; cf. w. 6186, 705$, 7061. 



300 LE ROMAN 

8056 Mais so es pro, car cascus sap 
Que Tuas a l'autre ben faria, 
Si luecs era, tôt quan volria. 

Al tornei vengron l'endema ; 
8060 Le reis tenc Flamenca pel ma 

E monton s'en en la bertresca. 

Cil del tornei movon lur tresca 

Per mieg lo prat gran et espessa, 
8064 Picompan ni balz d'abadessa 

Non val unas per soven volver. 

Moût ne viras penre e solver, 

Plus menut c'om nom pot neis dir (v°) 

8068 Caser e levar e ferir. 

Lo vcscomte de Melaù 

Que sec en un gran destrier bru 

Près le sener de Card[a]illac ; 
8072 Et anc negun baron non ac 

Que fort non s'en meravilles, 

Car le vescoms fon ben .11. pes 

Majer que l'autre e plus fortz ; 
8076 Mais aitals es agurs e sortz 

De prodome et aventura 

Ques aitan con l'estrais natura 

E de forsa e de grandesa 
8080 Li rent en sens e em proesa, 

E ja defors non er mendies 

8061. bestresca. — 8062. torneis, /'s exponcluèe. — 8069. Le 
vescomtes. — 8071.I0 senor. — 8076. es en interligne. — 8080. 
sens, prem; leçon sent, le t corrige en s. — 8081. non, corr. tais? 



DE FLAMENCA 301 

Qui de bos aips es dedins rix, 
El repropiers dis : « Sit masautas 
8084 « Non es tôt em pelz ni en gautas ; » 
Quar tais es grans que non es pros, 
E tais es paucs qu'es vigoros. 

Le coms de Flandris vai poinent 

8088 Per mieido camp isnellament ; 
Troban Jaufre de Laisina 
Que vaus lui venc corrent lo pla. 
Tais colps si donon per las targas 

8092 Fessas ne fan longas e largas, 

Trencon perpoinz, ausbercs desmaillon, 
Prop de lur carns lur draps si talion 
E per pauc a terra non venon 



8096 



{Le reste manque) 
8085. Corr. Si m'asautas? Le sens reste olsatr. 



VOCABULAIRE 



A, prèpos.f voy. ad. 

ab passim, ap 7, 443, 937, 
1073, am 4Ó2(?), 1669, avec; 
désigne l'instrument avec lequel 
ou fait une chose, — très peiras 
652. — forfes 1129, — los 
oilz 289 ; désigne un objet qui 
en accompagne un autre, polpr' 
— aur batut 417, étoffe de 
pourpre lamée d'or (en anc. fr. 
a or batu) ; marque la compa- 
raison, — lui 1710, au prix de 
lui. Loc, ab sol que 1993, 
6316, pourvu seulement que. 
Voy. pauc. 

abadessa, balz d' — 8064, sorte 
de danse ; cette locution, qui n'a 
pas été rencontrée ailleurs, 
figure dans un passage fart 
obscur. En prov. tnod. aba- 
desso s'est employé pour dési- 
gner la reine d'un bal, voir le 
dict. de Mistral. 

abandonar, réf., 1690, se livrer 
entièrement [à un acte]. 

.•bans (ou abanz) que 2124, 2228, 
5896; 6524, 7894, avant que. 

-beilla 2213, abeille, employé 
comme terme de comparaison. 



abenar 6094, mettre dans un état 
de béatitude; réf., 3242,4706, 
se plaire, se satisfaire [avec 
qqun], 

abetz 4944, tromperie, fourberie. 

abhora, voy. abora. 

abis 1954, abime, lieu dont on 
ne trouve pas le fond; 518, 
joint à terra et à mar, semble 
désigner un lac très profond. 

ableisser 2915, ex. unique, dé- 
truire, anéantir, aboles- 
cere? 

ablesmar 3306, 5649, 6824, 
s'évanouir, tomber en pâmoison. 

abonesir, réf., 3313, ex. unique, 
s'améliora-, se bonifier. 

abora 2394, 3224, abboraiooó, 
aboras 2227, 3014, 4364, de 
bonne heure. 

aboreta 6748, de bonne heure. 

aboriu, aboriva 6875, qui arrive 

de bonne heure, opposèà tardiva. 

j abrassar 985, 2957, 326s, 5876. 

6019, 6038, 6801, embrasser, 

presser dans ses bras. 

abrivat, p. p. á'abrivar, suj . 
plur. , 1869, en courant en hâte. 

abtan 139, 285, etc., alors. 



304 

acabar 1036, 1092, 4301, 7824, 
achever, mener une chose à fin. 

acaptar 2123, acheter, procurer 
par voie á'acapte. 

acapte 184. acquisition par voie 
d'à capte, distinct de la compra, 
qui désigne un genre d'acquisi- 
tion plus complet. 

aceia 464, bécasse, ex. unique; le 
même mot se retrouve dans le 
surnom Tastaceigas (Cart. de 
S. Vict. de Mars., II, 564). 
II., acceggia, Du Cange, 
accia; Godefroy, acie. M. A. 
Thomas pense qu'il s'agit de la 
vandoise, petit poisson d'eau 
douce, en prov. mod. sejo 
(Mistral), en limousin assiège 
ou ossiedze (Beronie) , mais 
le sens s'accommoderait mal de 
cette explication. Il s'agit d'un 
présent envoyé par le roi à 
Flamenca, et, en vérité, l'envoi 
de deux petits poissons eût été 
bien mesquin. 

aceutz 2442, ex. unique. M. 
Tobler (Gœtt. gel. Anz., 1866, 
p. 1775) pense que ce mot répond 
au lat. acceptus; mal — 
signifierait par suite quelque 
chose comme mal tourné, désa- 
gréable. 

aclinar, ad., 826, saluer; réfl. 
3133, s'incliner [vers qqun] ; 
7929, se diriger [vers], s'asso- 
cier [à]. 



VOCABULAIRE 

aclis, sing. suj., 5057, incline 
dans une attitude respectueuse. 

aco 459, 3401, aquo 46$, cela. 

acointar, réfl., 1783, s'approcher. 

acoitrar, réfl., 85 3, acoutrar 571, 
s'appuyer. Ce mot ne parait pas 
avoir de rapport avec le fr. 
acoustrer, ad consturare 
(cf. G. Paris, Romania, XIX, 
287), passé tardivement en 
prov. sous la forme acotrar 
(Raynonard, Lex. rom., II , 
21) ; c'est plutôt un mot formé 
sur culcitra, couette. On a 
des exemples du fr. acoutrer 
(différents ifaconstrer) en ce 
sens ; voy. A. Tobler, Comptes 
rendus de l'Acad. de Berlin, 
12 die. 18S9, p. 1094. 

acolar 4059, 4821, 5871, prendre 
par lecol ; joint à baisar, comme 
en anc.fr. baisier et acoler. 

acomptir, ind. pr. s'acomptisson 
383, s'orner, se parer, le 
même que le fr. acointir dont 
on a des exemples en ce sens. La 
véritable forme serait acontir 
ou acondir, de l'adj. conte, 
gracieux, d'aspect séduisant (cj. 
conda, v. 6662, et le verbe 
cundir, Rayn., Lex. rom., II, 
466). La graphie acomptir 
doit s'expliquer par un faux 
rapprochement avec h latin 
comptus. 

aconsegre , ind. pr. aconsec 



VOCABULAIRE 



4099, obtenir, attraper [ du 
mal], 
acontansa, per — 3-481, par ami- 
tié, pour faire naître ou pour 
entretenir l'amitié. Rayn., Lex. 

rom., 11,466, ACOINDANSA. 

acorar, neutre, 1038, 6614, se 
sentir le cœur brisé, défaillir. 
Ce verbe est, partout ailleurs 
qu'ici, employé au sens actif, 
comme fane. fr. acorer et Vit. 
accorare. Toutefois il est em- 
ployé aussi comme neutre eu prov. 
mai.: vo\. Mistral, acoura. 

acordar6o9, accorder [un instru- 
ment avec un autre]; 4840, 
4859, joindre, mettre en rap- 
port; 4234, faire concorder; 
réfi., 4723, {accorder [avec 
qqun, tomber d'accord avec lui], 

acostumar 1933, 3888, 7239, v. 
trams., avoir coutume de, être 
habitué à. 

acostumiers 7854, qui a coutume. 

acreisser, subj. pr. s. acresca 
4690, faire croître. 

acullir2955, ind.pr. acueil437, 
aculloa 6769, prêt, acuilli 
7482, subj. pr. acuilla 567, 
cond. p. acuillira23i6,<7fa/i'/7- 
lir, faire bon accueil [à qqun\. 

ad devant un mot commençant par 
une voyelle, a devant un mot 
commençant par une consonne; 
combiné avec l'art. masc.,sing. 
et pi., al als. Marque la 
direction {sens du datif latin ou 
T. I. 



305 

(/'ad avec l'ace us.) : non sabra 
bon a totz 5, a madonan par- 
laz 37, a Flamenca o demandas 
38, Près vai a mala ora 230, 
totz le monz traialauna 232 ; 
cette préposition est générale- 
ment omise devant certains 
pronoms personnels (nos, vos) 
mais a mi 777, a lui 1577, 
1760, a leis 235, a cui 62, 
2o6, 1191 ; le point d'arrivée, 
et, par suite, la localisation : 
non repauseron tro a Borbo 
61, a la cambr' intret 255, 
cavalgar a Domas 217, a Pos- 
tal torna 1854, tornatz a sa 
maiso 1001, a maison l'en 
portei 1522, traire a cap 532, 
venir a cap 1000, a l'ospital 
1741, als fenestrals 919, al 
fenestral 1365, al cor 994, al 
cap 1015, ad una part 1429, 
a Paschas 1445, a Nemurs 
188, a Liniec 191, a Paris 
1622, a la porta 1887, als 
torneis 1686, al manjar 1949, 
a l'aureilla 1807; la détermi- 
nation dans le temps : al jorn 
952, al vinten jorn. 977, a 
quai dels jorns 971, ad ora 
noua 1878, a totz jorns 1323, 
a longas 2048, a loue temps 
3408, al terme 360; le rap- 
port avec une circonstance déter- 
minée : a cest mot 2134, 3416 
(dans la loc. ab aquèst mot, 
1243, ab exprime une nuance 



306 VOCABULAIRE 

un peu différente), al penre 
171, a l'esgardav 529, al res- 
pondre non demora 867, om 
es al dire sofraitos 1580; la 
condition, Vital : ad aventura 
1858; a caval 672, a cosseil 
3 5 5 ; V équivalence : tener a mal 
1183. Ces diverses acceptions 
sont plus ou moins oblitérées 
dans les loc. : a bando 1696, a 
desliure 2694 , a rencontre 
434, ad esme 4875, ad espero 
6794, a la fe Dieu 883, 1239, 
a bona fe 2038. a mal* fe 
898, a guisa 1430, a lei de 
1 590, a mal* (s. eut. ora) 
1094, ad ops 1797, 2108, a 
sos ops 1090, a ton ops 1794, 
a penas 735, 1050, 1120, a 
son poder 1397, al plus que 
poc (pu pot) 335, 598, 1244, 
a la redonda 202, a lur talenz 
523, a travers 1256. a vis 
739. Marque le rapport entre 
nu verbe à un temps personnel 
et un infinitif: aver abeurees a 
manjar 1294, i960, leu es a 
dire 1091, a venir s'aparella 
147, a jostar s'abandona 
1690, metria ma poina a leis 
gardar 1205, can l'aven toset' 
a gardar 1 300, l'aven a siiffrir 
1345 (dans cette loc. a n'est pas 
indispensable, cf. l'avenc per son 
ni.iritsuffriri402),a faire con- 
veina 3217. Avec un inf. pris 
j»/>i/.alrespondre867, al dé- 
partir 1715, acontrafar 4484. 



adaizar 5399, azaisa 1830, réf.. 
se mettre à l'aise. 

adautar. part. p. adautada7234, 
ind. prés, asauta 1968, 4522, 
6002, 6062, plaire; réfl.. 
6598, s'amuser [à une chose, 
s'y plaire]; adautada , 7234, 
plaisante, charmante. 

adautz 6948, adaut 2323, 4425. 
7236, 7779, adauta 1969. 
azaut7243, asaut 2587, 4553 . 
6063 ; adj. 2587, 6948. 
adroit, habile [a une chose], 
approprié à son but; par ex!.. 
1969, commode; 45 5 3 , agréable, 
qui a du charme; prissubst., 
plaisir, ce qui plait, eu o met 
ben en vostre — , 6063, je 
laisse cela à voire gré K discré- 
tioii) : 7236, bon — 2323, 
4425, 7243, charme; pris 
adverb., 7779, adroitement, 
habilement. 

ades 553, 556. 1005. 1061. 
toujours, sans cesse; 137, 2884, 
4672. présentement. 

adesar, adesa 3878, subj. /;/;/>. 

adeses838, toucher. 
adobar 383, 393, 3255, subj. pr. 
adobe 3533 ; préparer \ies 
bains, le manger, etc.]; 6898, 
arranger [ses cheveux]; part. 
p. ,294, vêt 11 [des habits sacerdo- 
taux] ; 953 adoubé chevalier. 
adolentir, réfl., ind. pr. adolen- 
tis 3314, devenir douloureux, 



en parlant d'un mal ; part. p. 
adolentiz 1020, souffrant, qui 
éprouve une douleur. 

adomesgar33i, adomescar2899, 
adomesdiar 4293, apprivoiser. 

adonc 594, 957, adoncs 276, 
745, adoncas 1067, 1280,0/0«. 

adormir 3438, 4369, 4372, 
ind.pr. adorm 3451, prit. s. 
j e p. adormi 4879. adurmis 
5174 (où on pourrait corriger 
adurmi), pi. 2" p. adormist 
2970, impir.pl. 2 e p. adormes 
2972, endormir (act. ou rèfl.). 

adousar 4389 adoucir. 

adousir, subj. adousisca 4065, 
adoucir. 

adreg 6788, adrecha 6173, 
adroit, intelligent ; mal — 
5358, inintelligent , qui ne 
voit pas ce qu'il a à faire. 

adreissar, adreissa 3974, mettre 
en place, serrer. 

adreitament 4236, adrejamen 
4231, adroitement ou intelli- 
gemment. 

adubrir, prêt, adubri 966. ouvrir. 

adurar, imper, adura 2055-6, 
endurer, supporter} Ce mot est 
employé dans un proverbe dont 
le sens est obscur. 

adurmis, voy. adormir. 

aduzer ou adure, ind. pr. aduz 
3939, 6545, adus 1818, 
2020, 2168, subj. pr. adugon 
4242, amener, procurer. 



VOCABULAIRE 307 

aers 517, air, opposé à terre et à 



afamar. afama 1951. fig.. avoir 

faim, désirer. 
afans. sing. suj., 1458, 1898, 

3676, affans 5624, afan 7844. 

pi. rég. afanz 4816, tourment. 

peine. 
afar. voy. affar. 
afazendatz 1048, part. p. sing. 

suj. d'un verbe afazendar qui 

11e se rencontre à aucun autre 

temps, affairé, occupé. 
affans, voy. afans. 
affars, sing . suj., 5243-4, 5820. 

affar, rég., 97, afar 42 5, 6420. 

affaire ; de gran — 6420, de 

haute condition, cf. i?i?yrt.,III, 

263. de paure — , de bas — 
affinar, part. p. pi. rég. affinatz, 

6810. conclure, confirmer [une 

promesse, un accord]. 
afflamar, afflama 3945, affama 

5952, fig., enflammer. 
arflibles de mantel 2522. 3588, 

attaches de manteau. Ou voit 

par le second exemple qu'on 

pouvait les faire en cheveux. 
affollar, afollar 1123, assommer; 

1139. 1321. 5672, mimesens. 

au fig., déprimer, mettre à bas; 

4007, empêcher, intercepter [la 

vue] . 
affriz 11 59. échauffé Q). Le 

Douât provençal enregistre 

v afrithz, afritz, calidusamore » 

(éd. Steugel,p. 53). 



308 VOCABULAIRE 

afiar, ind. pr. ail 52, assurer, 
garantir. 

afiffollir, réjl., ind. pr. afiffol- 
lisson, 3814, séparer. C'est du 
inoins le sens qu'indique le 
contexte. On n'apas d'aulreex. 
de ce mot. Mistral, afinfa. 

aflamar, voy. afflamar. 

aforar, subj. pr. aforon 7124, 
doit être le même qu'aiorar, 
taxer, fixer le prix d'une chose 
(Rayn., III, 362 ; cf. Du Cange, 

AFFORARE, GodeftOy, AFORER). 

Le sens serait donc : « elles 
se gardent bien de les ( les 
saints') taxer », comme on 
taxait le vin, ou telle autre den- 
rée, avant la mise eu vente, 
par ext. « elles se gardent de 
les exposer, comme une mar- 
chandise », de les divulguer. 

agag, mètre — 4146, dresser un 
agait [à qqun], attaquer par 
surprise. 

agaiur, subj. imp. agaitcs 1383, 
guetter. 

agarar, ind. pr. agara 2433, 
3186, imp. agaravon 6904, 
attendre. 

agardar 241 1, être attentif, 
avoir l'œil [à une chose], 

agart 5809, attente, formé 
á'agardar. 

agensar, agenza 528, agensa 
2496, 5568 II 528, s'embellir, 
s'accroître ; 2496 être ou deve- 
nir plaisant, joyeux (ce sens 



pourrait conrenir au v. 528 
si on lisait [l'Jagensa); 5568, 
plaire. 

aginollar, réf., 5844, s'age- 
nouiller. 

agradar, impers., 4978, agréer, 
plaire. 

agrat, bon — 566, bonne grâce, 
caractère aimable. 

agre, agra 2750, fig., aigre, 
désagréable. ■ 

agrevar, agreva 3432, accabler, 
oppresser. On n'a pas d'autre 
ex. de ce verbe, mais le simple 
greva r a été fort usité (Ray- 
nouard, III, 510, le confond 
avec greujar). 

aguilensier 4699, églantier. 

aguillas 5555, aiguilles. 

aguisar, aguisa 2904, disposer 
favorablement , apprivoiser. 

agulleta 2219, petite aiguille. 

agullonar 3419, aiguillonner, ex- 
citer. 

agurs e sortz, saps pron d'agur 
e pron de sort 1791, « /" es 
savant dans l'art de deviner 
l'avenir par les augures et par 
les sorts » (voir sortz) ; mais, au 
v. 8076, agurs e sortz neparait 
pas signifier autre chose que 
« sort, lot ». Ces deux mots, qui 
désignent deux façons de deviner 
l'avenir, sont souvent associés; 
voir un ex. de Bernart de 
Vcntpdour, dans Rayn., V, 
270 b, cf. Gir. de Rouss., ms. 



d'Oxford, v. 5846 (ms 
Paris, v. $093). 

ai ! 898 ; exclamation ; ai las 
3968, 4132, 4199, 4313, 
4316, hai las 3949, bêlas. 

aibitz 4552, aibida 4811, doué, 
pourvu de qualités. 

z\ct\,masc. sing. suj. et règ. , 4272; 
aicels, plur. rég. , 3617 ; aicil, 
fém. sing. suj., 4396; aicella, 
fém. sing.rég. . 4388; celui, celle. 

aicest, masc. sing. régime 281, 
2036, 3904, 5 r49- 63 19, aiscest 
1242, ce cet; fém. suj., aicist 
3082, 3089. 7829; »rg-., aicesta 
7785, cette. 

aici 51, 125 (ms. aisi), ici. 

aicius (ms. aissius), 7783, pour 
aici vos. 

aifadura 662T, mot corrompu. 
J'ai proposé en note lu 
correction de M. Tobler, aiso 
dura (Gcett. gel. Anz., 1866, 
p. 1785), on pourrait aussi 
proposer aisa (on aissa) dura ; 
voir aissa. 

aiga del cor 4127. larmes. 

aiglas 2ii, aigles figurés placés 
au sommet d:s tentes. Voir le 
vocab. de la Chanson delà croi- 
sade albigeoise. 

aigrezir, aigrezira 7870, aigrir 
(neutre). 

aigueta 686r, eau, fiel d'eau (il 
s'agit des larme;). 

aimador, sing. règ., 2696, 2992, 
3990, amoureux. Voir amaire. 



VOCABULAIRE 309 

de aips, sing. suj. 7240, aibs 3629; 
pl.rég. aips 32, 87, 1396. 
1754, 2208. 6777, 7930. 
8082, qualité, bonne ou mau- 
vaise. 

aire, de bell' — 120, de haute 
origine; de bon' — 2321, de 
bonne nature. Cette expression 
est plus fréquente en franc, 
qu'en prov. En fr. aire est le 
plus souvent féminin, mais qq. 
fois aussi masculin (voy. 
Fcerster, note sur le v. 171 
d'Ërec et Ënide; Suchier, 
Arch. f. d. St. d. neueren 
Spr., C, 169; Tobler, ibid.. 
170) ; en prov. il y a des ex. 
certains de ce mot comme mas- 
culin (mon aire, Bartscb. 
Chrest. prov., 52, 29; 
P. Meyer, Rec. d'anc. textes, 
partie, prw. 6, <),fêm. ibid., 
9, 485), mais ici le doublement 
de fl dans bell' aire semble 
indiquer qu'aire était considéré 
comme féminin. 

aises, voy aizes. 

aisi, aissi 121 (ms. aici), 134, 
279, 572, en — 4609, ainsi: 

— con 467, 480, comme ; en 

— con 410, ainsi que, aussi 
loin que. 

aisi, voy. aici. 

aisina, aisinar, voy. aizina, aizi- 

nar. 
aiso, voy. aizo. 
aissa 4681, anxiété, ardeur in- 



310 VOCABULAIRE 

quiète. Diei, I, ansia ; Du I aizinar, aizina8o52, aisina (mi. 
Cange, VII, ainse mol omis] ansina) ^973, aisinatz 6975. 



dons Godefroy, ou toutefois a t'té 
relevé ainsos, aissos, « dan s 

l'anxiété, anxieux ». Mistral, 

AISSO. 

aital 1089, 1107, 1 3 t Ç, 1722, 
tel, de même ; pour la loc. far 
aital, 1722, cf. Escoutte, v. 
5914, 5955, faire autel. 

aitan, adv.. 297, 408, 11 38-9, 
tant, autant; construit avec un 
adj., 297, aussi, si ; aitau quan 
2625, aitan con 41 18, aussi 
longtemps que. 

aitans, adj., 4028, autant, si 
nombreux. 

aiz 7497, résidence, lieu oh l'on 
habite. Du Cange, aizis , 
aizum, aice, sous aiacis, cf. 
AiciuM, les formes les plus 
anciennes étant aiace, agice, 
aice qui apparaissent au IX' 
siècle, voy. A. Thomas, Roma- 
nia, XXI, 509. M. Thomas 
considère aiz (on a aussi aitz) 
comme une forme secondaire 
i/'aize (ibid., 522). 

aizes, sing. su]., 1817, aises 
6252. Il 817, aise, au sens de 
repos, loisir, farniente; 6252, 
commodité, occasion. 

aizina 6478, aisina 1829, 5103. 
1829, ai'itf, repos, loisir; $103, 
6478, associé à luec, comme 
aizes au v. 6252, commotlité, 
occasion. 



5973, 6975, faciliter, procu- 
rer; rèfl., 8052, s'approcher; 
cf. le vocab. du poème de la 
crois, albigeoise. 
aizir, réfl., 2855 , prendre de 
l'aise, du plaisir [avec qqun] ; 
aizir, ad., signifie non pas 
accueillir , comme traduit Rayn. > 
II, 42, mais donner du plaisir, 
d'où le part. p. fém. aisida 
("ibid.), jouissance. Pour 
une autre nuance de sens, 
voy. le vocab. du poème de la 
croisade albigeoise. Mistral, 

EISI. 

aizo, aisso, aiso, 13, 306, 319, 
366, 404, 422, 576, cela. 

ajornar 2171 , poindre, apparaître, 
en parlant du jour. 

ajost 5518, union [de deux per- 
sonnes']. 

ajostar 1576, joindre, mettre 
ensemble ; rèfl., 188, se rassem- 
bler; part. p. pi. suj. 2363, 
réunis, rassemblés. 

ajuda, impér. rf'ajudar, Dieus 
— 1 4408, l'ancienne exclama- 
tion française Deus aiue ! 

ajudar, ajuda 1867; aider; si 
m'ajut Deus ou si Deus 
m'ajut 2248, 4217, 4540, 
6355, est la traduction ou 
l'original de la formule latine 
sic Deus me adjuvet, qui ter- 
mine les serments. 



VOCABULAIRE 



alajar, prêt, alajet 1921, allaiter. 

alberc 420, 2260, alberfg] 1853, 
logement, habitation. 

albergar 444, 447, 1891, 7244, 
loger (neutre), se loger ; réjl. 
441, 1904, se loger; 7263, se 
couvrir de logements (en par- 
lant du terrain) ; part. p. al- 
bergatz, albergat 1939. 7272. 

albergot 7469, ausbergot 7582, 
léger haubert qu'on portait sous 
les vêtements. 

alberjaria 204. logement. 

albir (restitué) 6439 ce qu'on juge 
bon. Cf. arbire. 

albirar, ind. pr. albir 3872, 
albire (mi. abbire, on pourrait 
corriger albir) 4444, arbira 
5098. H Réjl., 3872. 4444, 
penser, être d'avis; 5098, réflé- 
chir. 

alcubas,/»/.. 206, sorte de tente. 

.liegramens 2630, joie, agré- 
ment (résultant d'uiw société 
agréable). 

alegransa 7797, joie, allégresse. 

alegrar 7780, réjouir, rendre 
joyeux; réfl., 64, 4110, 7505. 
se réjouir. 

alegres, sing. suj., 2180, 2214, 
rég., alegre $202, joyeux. 

alen, ab un — 6031, d'une 
haleine, sans interruption. 

alinar, part. p. sing. suj. ali- 
natz (mieux alinfhjatz) 1589, 
droit, bien formé (en parlant 
de la forme du ne{). En anc. fr. 



311 

aligné s'applique au corps en- 
tier ; voir Godefroy, alignier. 

alongar, alongas 4669, allonger, 
tirer en longueur. 

alonguiers,5//(o-. <uj., <^ooi,délai, 
le fait de tirer en longueur. 

alonguis, sing. suj., 5005, 
même sens que le précédent. 

alques 2569, 5415, un peu, 
quelque peu. 

aires 875, 2641, aire 3083, 
autre chose. 

als 802, 2265, 2417, 3034, 
6936, autre chose ; nulla ren 
— 1293, rien autre. Il y a une 
nuance de sens entre aires et 
ren als, te dernier étant plus 
emphatique ; ren als mas 
4039, rien sinon, rien que. 

als 748, pour a los. 

aluisnes, sing. suj., 3080, 
aluisne, rég., 3067. Manque à 
Raynoitard. Lat. aloxinum ; 
gloses de Reichenau : « absin- 
tbio,*aloxino » (Die^, Anc. 
gloss. romans, n° 125, p. 35 
de la traduction). Anc. fr. 
aluine (Godefroy, Complé- 
ment). Le nom ordinaire de 
l'absinthe en prov.est aussentz ; 
c'est ainsi qu'est traduit absyn- 
thium (Apoc. VIII, 11), dans 
la version prov. du N. Test, de 
Lyon ; cf. Mistral, aussent. 

am, voy. ab. 

amaire 4107, amador 1766, 
3425, amoureux. 



312 

amarors 4164, amertume, fig. 

ambedui, snj., 285. 2402,4025, 
6194, 6434, ambedos, rég., 
2125, fèm. ambedoas, tous 
deux, toutes deux. J'oy. amdui. 

ambra 262, ambre. 

a-ndui, snj.. 2262. 2408, 5016, 
5128, 6007, 6195, amdos,7fo-., 
4508 ; tou:deitx. Voy. ambedui. 

amenar 932, subj. pr. s. j c p. 
ame 370, imparf. amenés 372. 
amener. 

amermar, réf.. prêt, amermet 
473, diminuer, s'amoindrir. 

amigueta 5027, 7062, petite', 
amie, terme d'affection. 

amistanza 1498, amitié, affection. 

amon, d' — ■ 1243, à'en haut. 

amorar, réf., 2857. 2865. s'éna- 
mourer. 

amoretas, 601 1, amours ou mar- 
ques d'amour. 

amorssar, 5 5 2 8 , éteindre. La 
correction proposée en note n'est 
pas sûre; on pourrait entendre : 
« car ainsi que la fumée 
éteint ( obscurcit ) prompte - 
ment (fums leu) l'éclat d'une 
petite lumière... » Mistral, 

AMOUSSA. 

amortir, part. p. pi. rég. amor- 
titz 175, frapper de paralysie, 

amples 1607, '"*?*• 

ams 6257 (restitution), 6258, 
7009, 7962, ans 61 18, eux 
deux. Dans tous les ex., sauf 



VOCABULAIRE 

negus (ou negun) d', ce qui 
rend douteuse la correction du 
v. 6257. Ailleurs toutefois 
(Rayn., II, 70) ams se ren- 
contre construit autrement. 

amudir, part. p. fèm. amudida 
3850, rendre muet. Ane. fr. 
amuïr. 

anar, iud. pr. s. i rc p.\auc 358. 
JI 9Î' >° P- va ( cn lime) 268, 
924, 2715, 3978, 5664,5980, 
6640, 7920; vai (id.) 1053, 
1061, 1083, 1694, 2698, 
5702; pi. van 933;/«/. ana- 
rai 719, irem 714; impér. s. 
•2* p. vai 4475 ; subj. pr. 
s. s' P- an 96, 99, 3239, 
3286; imparf. ânes 371; 
aller: — sus 4475,5c lever. 
hoc, avec un gerond. vai 
poinent43i, vai queren 3922; 
vai en terra 818, met pied à 
terre. J'oy. consi, sol. 

anc 218, 265, 468, 473, 590, 
664, liane 506, 2757, 4201, 
onques, toujours employé en 
proposition négative. 

ancanuh 7418, 7454, cette nuit, 
ce soir. Rayn., IV, 318, NOIT. 
Ane. fr. anquenuit, enque- 
nuit. Die^. Etym. Wcert., I, 

ANCHE. 

ancar 980, 1922, 2063, 2981, 
3062, 4832, ancara922, 1871* 
1925, 1994, 3501, ancaras 
2971, encor 3501, encore. 



auv. 6257, ce mot est précédé de | ancas 1614, hanches. 



VOCABULAIRE 

ancuei 6714-5, ancui 2229, 
2624, 3861, aujourd'hui. 

anel domini 10, anneau seigneu- 
rial. Il s'agit ici soit d'une 
lettre scellée de l'anneau du 
seigneur, soit de l'anneau lui- 
même confie à des messagers. 
Voy. Du Cange. annulus re- 

GIUS et ANXULUM TRANSMIT - 
TERE. 

anetz, pi. rêg., 395. canards. 
anforsar, pour enforsar, 7356, 

donner de la force; anc. fr. 

enforcier. 
angle 3467, angle, coin. 
angoisa 1658, angoissa 3302, 

4160, 4449. angoisse. 
angoissar, ind. pr. s. 1" p. 

angois 2045, 3 e p. angoissa 

5552. |j 5552, angoisser, causer 

de l'angoisse; 2045, neutre, 

être dans l'angoisse. 
anguila 7906, anguille. 
anheilz, pi. rêg., 3284, peaux 

d'agneau. 
antos, antosa 546, honteuse. 
antre 540, 1132. entre. 
antreforc 409, carrefour. Ray- 

nouard, III, 363, n'a qu'en- 

treforcar. 
antremans 5168, pour entrenant 

( Rayn., II, 97 , antrenant) ? 

auparavant. 
antremetre, voy. entremetre. 
antreseinz, voy. entreseinz. 
antresenha 6606. signe. 
antresenhar, fart. p. pi. suj. 



antresenhat 954. rêg. antre- 
senhatz 780, munir d'insignes 
distinctifs (armoiries). Voy. 
entreseinz. 

antretan 6787, voy. entretan. 

anueg 5761, anuig 6357, anug 
1853, 6408, anuit 6354, 
cette nuit, soit la nuit passée, 
soit la nuit prochaine. 

anuiallar. réf., anuialla (mieux 
anuailla), 4755, se relâcher 
dans son service, devenir pares- 
seux. Rayn., IV, 345. 

anuig, anuit, voy. anueg. 

anz. ans. 172, 548. 566, 851. 
mois, au contraire ; — que 
795, 878, avant que. 

aondar, aonda 6098, 7666, 
aunda 201. suffire. 

aondos, aondosa 7707. abondant 
[en libéralités]. 

aora 229, 757» S^. 5 2 45> 
maintenant. 

ap, voy. ab. 

apagar. ind. pr. apaga 2918, 
apaia 5296. part. p. apagatz 
441 1, apaiser. 

apareillar, app — 2267, 2645, 
préparer, apprêter; réf., 147. 
356, se prêparei- ; 7000, s'asso- 
cier avec [quelqu'un]. 

apatarir, apataris 3817, réf., 
dez-enir patarin (secte héré- 
tique'). Du Cange, paterinus. 

apenre 1758, 3176, apprendre. 

apensar.rf/7., 2572, 4562. appes- 
sar5662, considérer, rêfêMr. 



3*4 

apert 5160, évident, ï6^2 franc, 
ouvert; en — 1, 1632. 

apertamen 3913, clairement, à 
haute voix; fig., 7252, ouver- 
tement. 

apinsar, apinzar 1362, 2411, 
épier. Ravnouard (III, 181), 
«7« expinctar et espingar, 
qui ont le même sens et sont 
probablement de la même 
famille çîi'apinsar, le préfixe 
étant différent. Espingar se 
continue sous les formes espin- 
cha, espinja, eipincha (Mis- 
tral) ; apinsar parait se con- 
tinuer dans le lyonnais apinchi 
(Puitspehi). Toutefois l'étymo- 
logie ad-spectare, proposée 
par Puitspclu, est douteuse ; on 
attendrait en prov. aspeitar ou 
aspechar. 

aplanadura 7832, partie lisse, 
aplanie, par opposition à la 
partie noueuse [d'un bâton], 

aplanar 7830, aplanir, rendre 
uni {comme avec un rabot ou 
une doloire); 6898, aplanir, 
lisser [ses cheveux], 

apparellamens 5778, objets pré- 
parés en vue d'un acte quel- 
conque, [ci il s'agit d'objets 
que les femmes emportent 
au bain ; on traduirait toiz lur 
apparellamens par « toutes 
leurs affaires. » 

appe ssar, voy. apensar. 



VOCABULAIRE 



après, en — 2632, ensuite; — 
de 6374, après, derrière [qqun]. 

aprobencar, réf., 2449, s'ap- 
procher. 

aprop, en — 1537, ensuite, après 
cela. 

aquel. musc. s. rég., 475, 521, 
5153; aquil, fém. sing. suj., 
233, 2458, celle-ci. 

aquerre (p.-ê. a querre) 4158. 
acquérir ou chercher. 

aquest, masc. sing. suj. et rég., 
371, 876, 1225,1285, 1985. 
aquist, masc. pi. suj. 721, 
1862 ; aquist, fém. sing. suj. 
1962 ; celui-ci, ceux-ci, celle- 
ci. 

aqui 3 54, 591, là; — eis 3987, 
4400, — meseis 1074, la- 
même, sur-le-champ, aussitôt. 

aquist, voy. aquest. 

aquo, voy, aco. 

ar 8, 107, ri59, 1523, 2295, 
2594, maintenant; ar..., ar 
3431, tantôt..., tantôt. 

ara 1104, 1527, 1924, 2131, 
3278; aras 1122, 3289, 
maintenant. 

arabar 1127, arracher. 

aras, voy. ara. 

arbirar, voy. albirar. 

arbire 3204, appréciation, juge- 
ment. 

arbreir 1590, bois ou tige de l'ar- 
balète ; voir Du Cange, arbo- 
reta, et Godefroy, arbrier. 



VOCABULAIRE 

Ici le tte^ est comparé au bois 
d' u ne arbalète, les sourcils re- 
présentant l'arc. 

arder, ind. pr. art 1038, 1118, 
2708; subj. pr. arga 3584 ; 
part. p. arsa 3154; brûler, 
act. et neutre. 
ardidamen 2833, hardkment. 

ardimens 2834, 3327, 5108, 
5 118, hardiesse, action hardie. 

arengar, rèjl., 2437, remettre en 
rangs, prendre sa place. 

aresar, part. p. aresatz 4861, 
disposer, combiner. 

arismetiga, proparoxyton, en 
rime avec dialetica, 5444, 
arithmétique. 

arma 7266, arme, penre armas 
423, recevoir les armes, être 
adoubé chevalier ; portar ar- 
mas, 803, 805, porter les 
armes, combcitîre (dans un 
tournoi). 

arnes, sing. règ., 1937, amei 
1999, harnois, ensemble du. 
vêtement; arnes, règ. pi., 
1743, même sens. 

arodillar, ind. pr. arodilla 
IJ44. 579Z> s '<fy-pr- s. 2' p. 
arodilles 2461, regarder de 
côté, du coin de l'œil ; voir 
rodilhar. 

arosar 4702, arroser. 

arpa 603, harpe. 

arquier 2713, archer. 

arras, 3500, îJOJ, arrhes. 

arser 3254, hier soir. 



315 
arson, pi. suj., 7888, arçons. 
artos, ben — 1789, ingénieux, 
habile. Ce mot, qui manque à 
Raynouard, est cité sans 
exemple par Rochegude. On 
trouve enartos, qui parait 
avoir le même sens, dans Gi- 
rart de Roussillon (ms. de 
Paris, v. 22i, ms. d'Oxford, 
v. 796). Ane. fr. artos (Gode- 
froy). 
artz, sing. suj., 2071, art, trai- 
té, ici traité de grammaire 
(Ars grammatica, Ars Do- 
nati). 
arzonar, part. p. arzonatz 1585, 
arqués, en parlant des sourcils. 
as 3994, as, au jeu de dés. 
asaborar, part. p. fém. asabora- 
da 1079, savoureuse, délec- 
table. 
asaut, voir adautz. 
asautar, voir adautar. 
asautet 4780, 7137, agréable- 
ment, aimablement. 
asazonar, réfl., 5544, mûrir, 
s'épanouir, en parlant de l'a- 
mour. 
asetar, voy. assetar. 
asolar, part. p. asolatz 4594, 
esseulé, qui est seul, privé de 
compagnie. Ane. fr. asseuler 
(Godcfroy). 
aspres 508, âpre, dur, en par- 
lant de serviettes. 
assaborir, ind. pr. assaboris 
4056, devenir savoureux, ga- 



3i6 

gner en saveur. Toutefois, il se 
pourrait çî/'assaboris/»i/ actif, 
ayant pour rég. le (corr. lo ?) 
bon saber ; le sens serait alors 
rendre savoureux. - 

assag 7668, assais, pi. rég., 
7044 , entreprise hardie, ex- 
ploit. 

assaillir, subj. pr. assaila 1804, 
assaillir. 

assajar, assaia 2221, esaia 4616, 
subj. pr. s. 3 e p. assagi 5582, 
essayer, éprouver. 

assegudas, voy. assener. 

assegurar 1785, 6518, assurer, 
garantir [une promesse]. 

assesmar 5709, préparer, mettre 
en ordre. 

assetar, asetar, réfl.. 1261, 3269, 
s'asseoir. 

assezer, fut. asseirai 7520, as- 
seoir, act. ; réf., 1949. s'as- 
seoir ; part, p., asis 505, asi- 
sas 511, assîza 836, assegudas 
46. 

assier 2895, acier. 

assotillar, rr/?., 2459, 2460, s'in- 
génier [à qq. chose]. 

ast (ms. cist) 1248, bâte, cf. 
azastar. 
. astas 7887, hastes, bois de lances. 

astres, astre, 691, 3341, condi- 
tion de la naissance, selon qu'on 
est né sous un astre heureux 
ou malheureux. 
astrucs 1685, oui est né sous une 



VOCABULAIRE 



heureuse étoile, qui a de h 
chance. 
at 446, 3764, ce qui est besoin. 
Ce mot, toujours construit 
avec aver ou avec far, semble 
être le même que le fr. ai te, 
dans cet ex. cité par Go- 
defroy : Je n'ai aite de tel pré- 
sent (Bel inconnu, v. 230). 
atalentar, neutre, 556, 4956, 

plaire. 
atanher 871, 1102, appartenir, 
au sens de convenir, être du 
ressort [de qqun]; réf., 4JI$, 
même sens; 235, 2867, 4450, 
être attaché [à...] dans la dépen- 
dance [de...] 

atendre, att-, act. 1963, viser, 
avoir en vue; 72, 4269, obser- 
ver [une convention, sa parole] ; 
42, attendre; neutre, 3903, 
être attentif; réfl. , 3114, 3 1 79, 
même sens; 5720, attendre. 

atenher, prêt, ateis 1425, 1845, 
5165, atteis 1635; act. et 
neutre 1425, 4033, 5165, 
atteindre. 

atertal 4036, également. 

atertan 1725, 3076, 5078, atre- 
tan 341, autant. 

atisar 4964, atiser. 

atistar 784, presser, hâter. Seul 
ex. connu. 

atressi 584, 2653, aussi. 

atretan, voy. atértan. 

aturar, en si meseis aturatz 



VOCABULAIRE 
2908, renfermé, concentré en 



aturs 1305, application. 

aucas 396, 1541, oies. 

aucir (ms. ausir) 1827, aussire 
4074 (la rime permettrait 
aussir), ind.prés. s.}*p.&uc\ 
4044, 4604, 5672, 7416; 
prêt. s. )* p. aucis 4609; subj. 
pr. s. i" p. aucise 1123, pi. 
q. p. pi. 2° p. aucisses (tns. 
aucisesses) 6850; part. p. 
aucis 651 ; tuer, faire périr. 

auctors, 4028, 5266, témoins. 
Voy. autre. 

aiindar, voy. aondar. 

aunir 1164, 1166, honnir, dés- 
honorer. 

auran, pour aura ne, 3284. 

auras, sing. suj. (pour aurans, 
fém. aurana) 1269, 4534, 
extravagant. 

aurella 4711, 4379, aureillas 
1597, 4447, oreille. 

auriflor9i, oriflamme, anc.fr. 
oriflor (Godefroy). 

auriols, sing. suj., 2027, loriot. 

ausar 4092, oser. 

ausatz 6698, osé, audacieux. 

ausbercs, sing. suj., 701 1, hau- 
bert. 

ausbergot 7469, 7582, hauber- 
geon, petit haubert pouvant se 
porter sous les vêtements. 

ausellos 2670, petits oiseaux. 

ausent, ausir, etc., voy. auzir. 



317 

aussar 4340, ausar 4485, auzar 
1246, hausser, kver. 

aussire, voir aucir. 

aussor 6195, auzor 632, plus 
haut. 

austardas 394, outardes. 

austors 3113, autour. 

aut, pris adverb., 4148, en — 
5494, 6064, à haute voix ; 
cantar — e bas 935. 

aiit, part. p. d'aver. 

autramen, d' — 4214, autre- 
ment, d'autre manière. 

autre 2732, 7396, garant, cau- 
tion; cf. auctors. 

autre, explétif y\2 ; pi. suj., nos 
— 41, vos — 565, nous, vous, 
en parlant de plusieurs per- 
sonnes; cf. levocab. de la Chan- 
son de la crois, alb. et les Leys 
d'amors, II, 88, 90, 214. 

autrei 5065, 5863, octroi, con- 
sentement. 

autrejar 4512, 5869, octroyer, 
accorder ; réfl., 2799. 

autrui 551, 4012, 4623, 4645- 
7, autrui (ce qui appartient à 
autrui). 

auzar, voy. aussar. 

auzir 593, 619, ausir 615, 
3995 ; ind. pr. s. I e p. aug 
1182, 4692, f p. au 1774-7; 
pi., ] c p. au*on, 557, 921; 
prêt. s. 1' p. ausi 2843, 2° p. 
ausist4469, 4489, y p. auzi, 
ausi 4070, 4175, 4363, 6930; 
subj. pr. pi. 2° p. aujas 4179, 



3l8 VOCABULAIRE 

augas 4575; ŷí. q. p. s. ? p. 
ausis 1667, 5951,/)/. j'p. aus- 
sisson 6879 ;cond. pr. auziras 
594; part. pr. ausent 7052; 
ouïr; pris subst., 4008, l'ouïe. 
Loc, — sas horas 4363. 

auzor, voy. aussor. 

ava 1236, exclamation. 

aval, d' — 1245, enbas. 

avallonar 6125, v. n., s'enfon- 
cer [dans le lit], ou p.-è. glis- 
ser ver s le bord {il est dit au v. 
précédent que Flamenca ne sait 
plus où est le bord de son lit). 

avalot 7891, abattis, démolition, 
ex. unique. 

avan (en rime 1 1 94, 45 24) , avanz 
(en rime) 2478, 4652; j 367, 
avant, auparavant ; 2478, 
4524, dorénavant; — que 299, 
1077, 1194, avant que; 4652, 
plutôt que; — clas, voy. clas. 

avangelis, 2513, 2525, 2548, 
evangelis 2557 l'évangile , par- 
lie de la messe. 

avansamenz 5394, avancement, 
ce qui fait progresser. 

avanz, voy. avan. 

avanzar 1669, prévenir, devancer. 

avenir 1066, 1566, arriver, par- 
venir à un but; impers., 405, 
1345, 1836, 5746, arriver, 
advenir; réfl., 1384, 2997, 
même sens; 4573 , convenir, être 
approprié ; faire — 7086, rendre 
avenant, mettre en relief ce qui 
est avantageux. 



aventura 1786, 4216, aventure, 
ce qui arrive, bon' — 4, 3 117, 
4854, 4928, chance heureuse; 
estarad — 1838, être en dan- 
ger ; se mètre en — 4215, se 
risquer, s'exposer à un danger. 

aver 50, 1155 ; ind. pr. s. x" p. 
ai 4468, liai 4016 (ou prété- 
rit}), 2' p. as passim, has 
1164, 3° p. a passim, ha 376, 
994, 1089; pi. 3 e p. an 
passim, han 2638, aun 761, 
4305; pi-ét. s. 3 e p. ac 
passim, hac 485, 642, 709, 
743 ; pi. 2° p. aguest 5640, 
3 e p. agron 732; fut. pi. 2 e 
p. auratz (en rime avec plaz) 
4432; subj. pr. s. 2" p. aias 
1144, agas 834; pi. 3 e p. 
aion 1024; pi. q. p. s. 3 e p. 
agues 817; pi. x" p. acsem 
4028, acssem 4026 ; 2 e p. 
accès 5846; 3 e p. aguesson 
4506 ; coud. p. s. 3 e p. agra 
1232, 1697, pi. x" p. agram 
1680; part. p. avut 5 161, 
5867, 6649, ahuda 455, aùda 
863 ; avoir. Loc, voy. dan, 
dreg, mestier, ops, ren. 

averar 3250, vêiifwr, rendre vé- 
ritable ; réf., 906, 2980, se vé- 
rifier, se réaliser. 

aversiers 2440, 5289, diable, 
être repoussant. 

avinenz 1588, avenant, agréable 
à voir. 

avoleza 762, avolesa 750, bas- 



sesse de sentiments, mesquinerie 

(personnification). 
avols, avol, 1718, 5349, 7095, 

vil, de peu de valeur. 
avrei (en rime avec tornei) 7024, 

avril. 
azaisar, voy. adaizar. 
azastar, réfl., 226, se hâter. 
azimans 2068, 2098, aimant. 
azirar, rèfl., 4075, se faire du 

mauvais sang. 

Baboïns 7685, faible d'esprit, 
nigaud. De même en anc. 
fr. : dans l'ex. de Guill. 
Guiart cite par Du Cangc 
(baboynus) ce mot est joint à 
bec jaune et a fou nais. Dans 
le Dit des xxiii manières de 
vilains, le vilain baboïn est 
celui qui se laisse couper sa 
bourse, tandis qu'il contemple, 
bouche béante, les statues du 
porche de l'église Notre-Dame. 

badail, badaill, 1263, 1400 (ms. 
trebail), 4162, 6023, bâille- 
ment. 

badaillar 3304, 5619, bailler. 

badallas (ms. albadallas), 2191, 
subst. dérivé de badaillar et 
ayant le sens de plaisanteries, 
bagatelles, choses dénuées d'im- 
portance. M. Mussa/ia (Jabrb. 
f. rom. u. engl. Lit., VIII, 
116) a rapproché de ce passage 
ces vers d'Amanieu de Sescas : 
C'ai auzit dir manta sazo [ 
Que l'altrui dol badalha so. 



VOCABULAIRE 319 

baf, vo\. buf. 

baillir, pris. s. i' Q p. bailli (ms. 
failli) 1147. Raynonard (II, 
169) 11'a d'ex, de ce mot qu'au 
sens de « gouverner, traiter ». 
mais en anc. fr. ce verbe signi- 
fie aussi « occuper, entrer eu 
possession » (par ex. dans Guill. 
le Maréchal, v. 161 3), sens 
qui convient ici : nialaus bailli 
signifie : « c'est pour mon mal- 
heur que je vous ai prise [pour 
femme] ». 

baillos, pi. rég., 3381, inten- 
dants, régisseurs, ceux qui 
administrent pour le compti 
d'un seigneur, sens conservé 
dans le prov. mod. baile. Le 
dérivé baillo a survécu en 
Rouergue. sous laformeboylou. 
avec le sens de marguillicr 
(Vayssier, Dict. patois-fran- 
çais de l'Aveyron). 

bais 5313, baiser (subst.). 

baït 7705, parait être le part. p. 
d'un verbe baïr, d'ailleurs in- 
connu, qui, d'après le contexte, 
signifierait « fouler, écraser » . 

baizar, baisar. 300, 334,4342, 
ind. près. s. i r * p. bais 4059. 
3 e p. baia (en rime atw retraia) 
3203 (avec aia) 4071 , baisa 
2597 (en rime avec aia), baiser. 

baizar, pour baissar, 573 ,abaisser. 

bala, en — 710, ensemble, en 
bloc (?), ex. unique. 

balansa, mot de — 5052, pa- 



320 

rôle ambiguë, qui 'peut s'en- 
tendre en plusieurs sens. 

ballar, balar, 614, 754, 2665, 
7502, danser un bal. 

balz, pi. règ., 748, bal, danse; 
— d'abadessa, voy. abadessa. 

bancals 385, 5899, pièces cTétojje 
serrant à recouvrir les bancs. 
Du Cange, bancale, banque- 
rium ; Godefroy, banchier. 

barata 7179, marché, contrat 
commercial. 

baratz 241, affaire commerciale; 
1138, 6207, ruse, tromperie. 

barbât 1559, barbu. 

barbutz, 1160, barbu. 

barnessa 103 1, féminin de baro, 
ici employé en mauvaise part. 

barons, pi. voc, 5740, terme 
appliqué à des personnes de con- 
dition inférieure comme dans la 
Vie de sainte Enimie, éd. 
Sachs, v. 411. 

barra 5795, barre servant à fer- 
mer une porte à l'intérieur. 

bas, bass'ora 2651, heure tar- 
dive. 

basset 5903, un peu bas. 

bassins, pi. règ., 5777, bassins. 

bastir danza 726, organiser un 
bal; — domnei 1075, combi- 
ner une intrigue amoureuse ; 
réf., 7788, se mettre en train, 
commencer (en parlant d'un 
tournoi). 

î>aticor 2432, battement de cœur, 
anxiété; seul ex. relevé par 



VOCABULAIRE 



Raynouard (II, 475). S'est 
conservé dans les patois ; Mis- 
tral, bate-cor (Mistral lui- 
même a employé baticor : 
« Moun baticor fasié de brut 
cou me un reloge », Armana 
prouvençau, 1861, p. 42). 

batre, batres, inf. pris snbst., 
1273, subj. pi. q. p. bâtes 
1008, battre; 417, 3565, 
appliqué au battage de l'or ; 
6710, appliqué à la mer qui 
bat le rivage. 

bausari7i2, 5074, tromper (uti- 
le prix d'une chose vendue). 

bausejar 781$, ex. unique, frau- 
der [qqun, lui faire tort de ce 
qui lui est dû]. 

bausia, sens — 4263, sans dissi- 
mulation ; anc. fr. sans bois- 
die. 

bavastelz, juec dels — 611, jeu 
de marionnettes ; ces marion- 
nettes pouvaient représenter des 
chevaliers, que l'on faisait com- 
battre les uns contre les autres, 
comme le montrent l'un des ex. 
cités par Raynouard (II, 204) 
et un passage de Guill. de la 
Barre (v. 3 171). Ce mot se 
rencontre sous les formes ba- 
vastels, babastels (Guill. de 
la Barre), bagastels; il est 
identique à l'anc. fr. baasteaus 
(que M. Godefroy, sous bas- 
tel, traduit à tort par « go- 
belets »), d'où basteleur,/of<iW 



VOCABULAIRE 

de marionnettes, « a puppet- 
player », Cotgrave. 
be, voy. ben. 

bel, pris adverb., esser — 1746, 
impers., 1892, plaire, sembler 
à propos. 
bel, fourbe li 1877, be lo 3606. 
belaire, compar. de bel, au sens 
du superl. ; la — 119, la plus 
belle. Cf. bellazers. 
belar 1039, parait signifier 
« être très agité » ; le sens 
primitif serait « faire la 
guerre », bella ferre, dans 
le Donat provençal, éd. Sten- 
gel, 28, 40. 
belar 1040, bêler, opposé à « chan- 
ter ». 
bellamen 1 3 79, bellamens 41 1 7 , 

bien, d'une façon appropriée. 
bellazers, la — 544, la plus 

belle, comme belaire . 
bem, pour ben me, 830. 
ben,be, 574, bien; fortbe 3951, 
7070, très bien; moût ben, 
ben moût 2304, 2314, même 
sens; ben leu 1156, 1240, 
2329, 4084, peut-être, sens en- 
core conservé (Mistral, belèu) ; 
au v. 4232, le sens est plutôt 
« bien facilement », ben leu o 
dises signifie : « il est facile 
de le dire, c'est vite dit » ; ben 
avec un adj. ou un adv. dont il 
renforce la valeur, b*en pauc 
1185, ben prop 78, ben très 
miller 492 ; avec un verbe, 
T. I. 



321 

298, entièrement, tout à fait; 

oc ben, voy. oc; si ben 1193, 

2203, 2311, 3919, quoique. 
ben, pour be ne 3072, 4415. 
benanansa 2160, 4197, 5979, 

7467, 7649, 7813, bien-être. 

benda 2416, 2466, 3135, 3153, 
4002, 4004, 4501, sorte de 
bandeau qui couvrait les 
tempes, les oreilles, les joues, le 
menton et, au besoin, la bouche. 
On lit dans la Compilatio 
Chronologica de Riccobaldo de 
Ferrare : « Ornât us capitis non 
pretiosus erat virgini a ut nup- 
tx conjugatx. Latis vittis tem- 
pora et gênas suh mentum li- 
gabant (Muratori, Script., X, 
248). Dans un ms. des Otia 
imperialia de Gervais de Til- 
bury, en regard de ce passage 
(Leibnii, Script, rer. Brunsw. , 
p. 895) : « baient ligaturant 
albam in capite, quasi vittam », 
un lecteur provençal a écrit : 
« id est péplum sive ben- 
dam » (Romania, I, 417, 

• note). On baissait la bande 
pour découvrir la bouche ; on 
lit dans la Vie de Guillem de 
Balaùn qu'une dame « baisset 
sa benda per lui bay^ar » . 

benezectes3Ó52, béni, aiga bene- 
zeita, beneseita 2476, 3881, 
eau bénite. 

benvenguda 2622, bienvenue. 



322 VOCABU 

benvolensa 4666-7, bienveillance, 

disposition favorable. 
bergono {pour bergonho) 1908, 

bourguignon (langage). 
bertresca 8061, brelêcbe, écha- 
faudage en bois; voy. Fr. Mi- 
chel, Hist. de la guerre de 
Navarre, p. 478. 
bes 4148, pour be se. 
beure 1294, 2723, 3068, 4035, 
ind. pr. s. 1" p., beu 4046, 
prêt. s. 3 e p. bec 3077, iwpèr. 
beves 3079, subj. pr. s. 1" ci 
3 e p. beva 3088, 4047, im- 
parf. pi. 2° p. begses 3066, 
part. p. beguda 1403^ boire; 
pour l'expression « boire la folie 
qu'on a faite » 4046-7, cf. Gir. 
de Roussillon, ms. d'Oxford, v. 
1424, Se Caries fes felnie 
ill es la bec (ms. de Paris, 
éd. Hofmann, v. 845, éd. Fr. 
Michel, p. 27, Si Karles fetz 
follia en est loc la bec) ; Ro- 
man de la Rose, éd. Fr. Mi- 
chel, II, 64, S'il fait folie, si 
la boive ; Le Roux de Lincy, 
Livre des prov., II, 189, Qui 
fait la faute si la boive ; cf. 
ibid., 381, 392, et Mistral 
(fauto), Quau a fa la fauto, 
que la bègue, 
beus 1182, 3171, pour be vos. 
bevenda 322, breuvage. 
biais 2200, qui est de biais, de 
forme oblique, p.-é. en pointe ; 
il s'agit de chaussures. On 



LAIRE 

peut comparer Vex. de Trubert 
cité par Godefroy (esti- 
val) : et uns estivaus de 
biais, et cet autre (Supplément, 
biais) : Deux paires de 
chausses en quarreaux de 
bon binais. Dans tous ces 
exemples, le sens est obscur. 
biaissar434i, 4377, 4486 incli- 
ner [tin livre] de biais, oblique- 
ment. 
biordar 920, 925, biurdar 714, 

behourder, jouter. 
bisbe,/>Z. s;/;., 340, évêques. 
bisten, sing. rég., 7811, hésita- 
tion, par ext. délai. 
bis[ten]sa 6761, même sens que 

le précédent. 
bistensar, ad., 6292, retarder, 
faire languir; rèfl., Ji6, 3961, 
5042, 5596, tarder, remettre 
à plus tard; neutre, 5379, 
7019, même sens. 
biurdar, voy. biordar. 
biza 208, bise. 

blandir 348, 5003, ind. pr. s. 
1" p. blan 2873, 3 p. blan 
4273, blandis 2152, impér. 
blandis 4437, subj. pr. s. i ro 
et }• p. blanda 4993, 7847, 
caresser, câliner. 
blasmes, pi. rég., 1019, blâme. 
blatons, pi. rég., 7802, p.-ê. un 
diminutif de blata, conservé 
dans le prov. mod. blato 
(Mistral, bardo). Il s'agirait 
de lamelles d'argent pouvant 



VOCABULAIRE 



servir à fixer une manche à 
l'intérieur d'un ècu. Mais il se 
peut que le mot soit corrompu. 

blau, blaus, 2993, 6998; de 
cou leur foncée, p.-é. bleu. Dans 
le premier ex. blau désigne la 
teinte foncée que prend le tour 
des yeux chez une personne fa- 
tiguée; dans le second, il s'a- 
git de la couleur de Vécu d'Ar- 
chambaut. 

blesmar, réf., 2138, 5656, s'é- 
vanouir. 

blisaut 5488, 5825, 7648, anc. 
fr. bliaut, tunique d'homme 
ou de femme, fait ordinaire- 
ment en linge ou en soie. 

boinetas 945, anc.fr. bugnetes 
(Godefroy), sorte de beignets ; 
Mussafia, Beitrag zur Kunde 
d. Nordital. Mundarten, sous 
bugno; Puitspelu, Dict. du 
pat. Lyonnais, bugni. 

bollir 1476, bouillir. 

bom (ms. bon) 1065, pour bon 
mi. 

bonaurosa 4388, bienheureuse, 
ou plutôt de bon augure, qui 
donne le bonheur. 

bondir, ind. pr. s. 3 e p. bondis, 
1041, prêt. pi. 2° p. bondes 
{pour bondetz) 4380, faire 
entendre un son éclatant ; dans le 
second ex., résonner à la manière 
d'un écho. 

bonils, pi. rég., 5141, dérivé de 
bon, bonasse, d'apparence in- 



323 

nocente, honnête. Ex. unique. 
C'est probablement ce mot qui 
s'est conservé dans le nom de 
famille Bounieu (Mistral). 

boqueta 2563, 4022, petite 
bouche. 

bores, borz, sing. suj., 392, 410, 
bourg. 

borzes 436, 770, bourgeois, ha- 
bitants d'un bourg. 

bossi, fac de la lenga — (en 
rime avec ri) 4587, geste de 
mépris avec la langue, tirer la 
langue ou faire saillir les lèvres 
et la langue. Bossi signifie 
proprement un morceau, une 
hmchèe (Raynouard, II, 231, 
Mistral, boucin) ; cf. ilh vos 
faran de la lengua bossi . 
(Bartsch. Denkmailer, 47, 
28); elh fan de la lengua 
bossi (Breviari d'amor, 
29604). Ces mots de la Fui- 
gate « et despexerunt enm » 
(I Reg. x, 27), sont rendus 
en béarnais par que fasen 
retreyt et lenguabosse de tau 
rey (Récits béarnais, p. p. 
Lespy et Raymond, I, 38). On 
disait aussi far detras boci 
(Folccn, dans /'Arcbiv de 
Herrig, XXXIV, 406 b). 

bota 1260, botte. Ex. unique. Ce 
mot, où Fo est ouvert (il rime 
avec cota) est certainement dis- 
tinct de bota, outre, tonneau, 
qui a l'o fermé. 



324 

botoisar 3582, 3742, raser. Ex. 
uniques. Ce mot ne paraît pas 
s'être conservé dans les patois. 

botonetz, pi. rég., 5989, bou- 
tons, creux, remplis de musc 
ou p.-è. faits d'une matière 
mélangée avec du musc. Voir 
dans le Glossaire des émaux 
du comte L. de Laborde (mu- 
glus et musqué) divers pas- 
sages tirés d'inventaires du 
XIV' siècle et du XV' oh il est 
fait mention de boutons de 
muglias,ííe pommes d'argent 
dorées garnies de muglias, de 
pommes de must ; cf. dans 
Guill. de La Barre (;t. 
1620, 1320) le pom d'aur pic 
de musquetper hodorar. 

bozinas 7692, trompettes, anc. 
fr. buisines. 

braias 2192, bragas 5822, 
braies. 

braier 1260, ceinture. 

brandos, pi. règ., 7492, bran- 
dons. 

brasons, pi. rég., 1609, parties 
charnues du corps (des bras, 
des cuisses, des jambes), voy. 
Godefroy, braon. Ici, les bi- 
ceps. 

braus, brava, 17, 1500, 1562, 
4926, farouche, dur; adj. sou- 
vent joint à fers ou à durs. 

brega 7210, bruit, tumulte, en- 
trar en mala — 1305, entrer 



VOCABULAIRE 

dans une mauvaise passe. Mis- 
tral, BREGO. 

bregar, sue), pr. bregon (rime 
avec desplegon) 7 128, frotter, 
Rayn., III, 3 9 3. Dans les patois, 
brega (Mistral) a conservé ce 
sens à côté de celui de brover. 

bref, breta 668, bretonne, viula- 
duras bretas 7476, mélodies 
bretonnes jouées sur la vielle; 
4960, sot, stupide, par suite 
de la tendance à considérer 
comme stnpides tes gens dont oit 
n'entend pas la langue. 

breto 1909, breton (langage). 

breu. breus, 135, 631, lettre, 
anc. fr. brief. 

breus 361, bref; en breu 2688, 
enbrieu 5998, dans peu, pro- 
chainement. 

brevezar, réf., 6100, être trop 
court. Raynouard, II, 257, a 
le subit, breveza. 

brieus, sing. suj.. 7851 (en rime 
avec rieus), espace de temps, le 
premier sens étant court espace 
de temps. Mistral, brèu. 

brocar 7885, piquer de l'éperon, 
anc. fr. brochier. 

broû, pi. 5«;., 4683, brueil, sing. 
rég., 438, bruil 2028, 3J10, 
jeune bois, bosquet. Du Cangc, 
BROLiUM ; Mistral, bruîi. 

broilla 4661, subst. formé de 
bruillar, germination, poussée 
des plantes. Mistral, brueio. 

broillar, bruillar 4685-9, .fer- 



VOCABULAIRE 



mer, lever, en parlant d'une 
fiante; 5817, fig., apparaître 
comme quelqu'un qui sort de 
terre. Mistral, bruia. 

brada 7530, bruit. 

brueil, voy. broil. 

brug 708, 3 S 12, bruit 447. 
brui 3210 {rime avec lui), 
bruis 4741 (rime avec cruis), 
bruit. B[r]uis, 4741, est une 
correction douteuse. 

brugir, iud. pr. s. 3 e p. brui 
(rime avec ambedui) 7006, 
bruire, faire du bruit. Mis- 
tral, BRUSI. 

bruil, voy. broil. 

buf, non dis ni — ni baf 1233, 
« il ne dit ni buf ni baj », il 
ne dit rien du tout. Buf et baf 
sont dé simples exclamations ; 
l'un et l'autre sont interprétés 
t>ar « vox indignantis » dans 
le Donat provençal (éd. Stengcl, 
40, 32 et 58, 24); cf. Dit de 
Bigorne : « Si je dis nuf, elle 
dit naf; | $i je dis buf, elle 
dit baf » (Montaiglon, Rec. 
de poésies fr., II, 189). Les 
mêmes exclamations ont été 
rencontrées dans les dialectes 
du nord de l'Italie (Die^, dans 
Hòfer, Zeitschr. f. d. Wiss. 
d. Sprache, III, 401 et 403), 
et s'emploient encore en pro- 
vençal (Mistral, baf; cf. Ar- 
maua prouvençau, , 1898, 
*. 43 : « l'un disie bi, Vautre 



325 

disié ba » ; Bugado prouven- 
çalo, réimpression de 1859, 
p. 68 : « Ken voit aver ou de 
bif ou de baf »). 

bufa, joc de — 3684, parait être 
l'équivalent de trufa, avec le- 
quel il rime, chose vaine, fri- 
vole. Bufo, en prov. mod., si- 
gnifie moue, grimace, par exten- 
sion dédain; mais ce sens ne 
saurait convenir ici. 

burbans 755, magnificence, éta- 
lage, désir de paraître; même 
sens que boban, avec lequel il 
est confondu par Raynouard 
(II, 229); doit être bien plu- 
tôt rapproché de Vital, bur- 
banza, burbanzare, etc. Caix 
(Studj di etim. , p. 75) rattache 
ces dernières formes à bom- 
banza, en supposant une dissi- 
milation de la première syl- 
labe; mais il parait bien que 
boban, burban (et burbanza), 
bombanza (fr. bombance) se 
rattachent à trois types étymo- 
logiques distincts. 

Cabeissa 5780 (en rime avec 
dressa), perruque, couvre-chef, 
selon Raynouard (II, 323), 
qui ne cite pas d'autre exemple. 
M. E. Levy (Prov. Suppl. 
Wcert.) remarque justement 
que ce sens, d'ailleurs paiement 
conjectural, convient mal au 
passage; mais le rapprochement 



326 

avec chavesca, chouette, qu'il 
propose dubitativement, est pho- 
nétiquement impossible. Ca- 
beissa ne peut être qu'un déri- 
vé de cap, cf. Vanc. fr. che- 
vece qui désigne une sorte de 
capuchon ou de collet, sens qui 
s'est conservé en Rouerguc 
(Mistral). P.-ê. est-il fait al- 
lusion à l'étoffe grossière et à 
poils raides dont était faite la 
cabeissa. 

caber 497, ind. pr. cap 6122, 
prêt, caup 1427, tenir, être 
contenu. 

cabrols 397, chevreuils. 

cachutz, part. p. de cazer. 

cada, voy. quada. 

cadafals, pi. rég., 7276, 7707, 
échafauds, estrade qu'on dres- 
sait pour les spectateurs d'un 
tournoi. 

caire 632, coin, angle, pierre 
d'angle, voy. Mistral, CAIRE, 
et Du Cange, cadrus. 

cairel 631, carreau, arme de 
trait à lame quadrangulairc. 
Voy. Chanson de la croisade 
alb., au vocab. 

cais 11 16, joue. 

cais, quais (lut. quasi), 488, 
546, comme, pour ainsi dire ; 
construit avec per 939, 1370, 
3422, 4096, 4340, 6078, 
qua[i]s que digon 6219, com- 
me pour dire. 

caissa 7361, caisse, bahut. 



VOCABULAIRE 



caitius 2773, 2789,caitiu (excla- 
mation), 1094, 4009, caitiva 
4129,4143, malheureux, affli- 
gé. 

caitivers 4163, employé comme 
suj. plur., misères, afflictions. 

calar 7501, descendre [de che- 
val}. On confond ordinairement 
calar, qui signifie descendre ou 
faire descendre (Mistral, cala) 
íícalhar, callar, béarnais carar, 
qui veut dire se taire (Die\, I c 
calare; Karting, Lat.-rom, 
Wcert., «°I5I3), mais ce sont 
deuxnwts bien distincts, comme 
sens et comme forme. 

calendier 2576, calendrier. 

calendor 415, temps de Noël, 
forme analogue à pascor. Cf. 
kalenda. 

caler, impers., en proposition né- 
gative, cal, quai, 248, 513, 
ni 3, 1806, 2260, 4227; 
fut. calra 4846 ; coudit. passé, 
calgra 399, 534, 3466; no 
m'en cal 1 165, 2330 ; impor- 
ter, anc. fr. chaloir; en 
quelques cas, être nécessaire, 
falloir. 

calici 3975, calice. 

callar 7501, se taire. 

calorosa 291 1, pleine de chaleur 

.fis- 

camba, far — sai e lai 3984, 
mettre une jambe de çà et une 
jambe de là, pour danser ? 

cambiola (la correction cam- 



b[r]iola doit être rejetée) 4765, 
cage; ici, le réduit où Flamenca 
était enfermée pendant la messe. 
Prov. mod. gabiolo,/r. geôle, 
cambis 1103, plur. rég. au sens 
du sing., échange, ou, en un 
sens plus général, affaire, opé- 
ration financière; le sens du 
vers est « j'ai fait une mau- 
vaise affaire ». 
cambon 7949, champ; ici, champ 

de tournoi. 
cambra 255, 261, 1007, 1903, 
2643, 3241, chambre, et plus 
particulièrement chambre pri- 
vée, chambre à coucher ; désigne, 
2468, le petit réduit construit 
dans l'église de Bourbon pour 
Flamenca. 
cambreta 3837, chambrette, petite 

chambre. 
camb[r]iola, voy. cambiola. 
camisa 5822, chemise. 
camjar 3091, échanger. 
canas, pi., $781, cheveux blancs. 
Raynouard, II, 323, sous CA- 
beissa ; cf. II, 317. 
cani, joc — 1067, grimace de 
chien, mine que fait un chien. 
canorgues, sing. suj., 3554, 
chanoine. 

chan- 



canzo 597 
son. 



cansos 1175, 



cap, 249, 881, tête; 7855, point 
de départ ; 1015, 3388, 474$, 
extrémité, bout; a — d'an 
427 4, au bout d' un an ; daus — 



VOCABULAIRE 327 

7164, de rechef; — en cals 
caps 1272, par quels bouts, en 
quelle manière ; quem torn 
sus el cap 5587, que [cela] me 
retombe sur la tête, f g.; traire 
a — 532, mener à bonne fin; 
venir a — 1000, 6546, venir 
à bout. 

capa 2220, 3677, 3691, chape, 
vêtement de dessus. 

capella, voy. cappellans. 

capion 2546, 3183, capuchon; 
cf. Petit Thalamus de Mont- 
pellier,/). 148 : Establem que 
negus homs... per mort de 
payre o de mayre... no porte 
vestirs nègres ara capion 
vestit mays .j. mes. 

cappellans, cappella, capella 
1444, 2618, 2652, 2654, 
4967 -prêtre ayant cure d'âmes, 
curé. 

captai, adj. , 92, principal. 

captein 5186, 6973, protection, 
appui. Du Cange, captenium 

SOUS CAPTENERE. 

captenemen, per — 1049, P ar 
contenance, pour se donner une 
contenance. 

captenenza $27, capteueims 
1335, contenance, manière 
d'être ; far — 4300, apparaître. 
se montrer. 

captener joven 247, suivre les 
enseignements de jeunesse, se 
conduire selon les sentiments 
généreux qui sont supposés l'a- 



3 2 8 VOCABULAIRE 

partage de la jeunesse ; rèfl. , 
1030, 1375, 1766, 5930, se 
conduire, agir. 

cara 1442, 1591, 1594, 2173, 
2184, 2416, 3139, 3185, etc., 
la face, le visage, ou du moins 
la partie centrale de la face, 
car le menton, les yeux et le 
front sont souvent mentionnés 
en même temps. 

caramellar 608, jouer du chalu- 
meau. Donat prov., éd. Sten- 
gel, 28, 30, « cum fistulis 
cantare ». Rayn., II, 295. 

carerma 7177, carême, — antran 
6983, carême prenant, les jours 
gras qui précèdent le carême, ou 
spécialement le mardi gras (Du 
Cange, carementrannus). 

carestios62 36, chiche, avare; m. 
à m., qui se tient à haut prix. 

cariera, voy. carr-. 
carlanda, voy. garl-. 

carn 400, viande. 

carretas 747 5 , charrettes. 

carriera, cariera, 955, 4093, 
rue. Auv. 6562 cariera est peu 
satisfaisant : on préférerait 
maniera. 

carta 3364, lettre; cartas 2582, 
feuillets d'un livre. 

cartenensa 4299, l'action de te- 
nir cher, de chérir quelqu'un. 

cascavels, pi. rég., 781, grelots. 

cass 666y, faible [d'esprit], sot. 
Cas, lat. quassus, signifie 



proprement affaibli, épuisé; 
ici, il paraît être employé aufig. 

cassar 2674, briser, au fig. 

castel ion, 1893, château, au 
sens de ville fortifiée. 

castellana 19, châtelaine. 

castiar 1218, 2002, 4726, cor- 
riger en paroles, admonester, 
donner des avis. 

castic 1214, 3238, admonesta- 
tion. 

caus, pes — 1619 (cavus), 
pieds cambrés ; même expres- 
sion dans Jaufre, Rayn., Lex. 
rom., I, 54 b. 

caus, plur. rég., 2994, chauds. 

causimens 5424, chausimentz 
4656, 5282, discrétion, juge- 
ment. 

causais, pi. rég., 1136, parait 
être unsubst. ou un adj. dérivé 
d'un verbe caucinhar, caus- 
sinhar, jusqu'ici inconnu, qui 
serait en rapport avec le lat. 
calcare; cf. le prov. caussi- 
guar (Rayn., II, 289); Le 
Donat prov. enregistre « cau- 
cics increp[id]atio » (éd. Sten- 
gel, 51 b 8; cf. la note, 
p. 121). Pes — ne peut signifier 
que l'action de presser le pied. 

causir, prêt, causi 3460, 5280, 
chausi 4312, 5802, part. p. 
fém. causida 490, choisir. 

caussa, caussas 2199, 2202, 
5831, chausses. 

caussar, act., 2202, chausser, 



mettre ou porter des chaus- 
ses; réf., 2196, 2198, se 
chausser, mettre ses chausses; 
5835, se chausser, en parlant 
de chausses qui vont bien. 
cauz 5839, chaux. 
cavalgar 217, 454, chevaucher. 
cavallaria 3327, 6934, chevale- 
rie; au plur., 7045, exploits 
chevaleresques. 
cazer 2134, ind. pr. s. i re p. 
case 4182, }° p. cai 4391, chai 
2534; pi. cason 7888; prêt. 
cazec 698, casec 6824 ;fut. cai- 
ra 755 ; part. p. cachutz 1255, 
casugz 7774 , casutz 7796 ; 
tomber. 
cecs, sing. suj., 2353, aveugle. 
ce], masc.sing. suj. et rég., 600- 
1-2, 750, 868, i956;cellui, 
masc. sing. rég., 2403 ; celz, 
masc.pl. rég., 391; cil, masc. 
plur. suj., 7890; cil, fém. 
sing. suj., 1841, 3188; cella, 
fém. sing. rég., 2327, 2403 ; 
celui, celle, ceux, celles. 
celar 3918, 4038, 4259,4724, 
5007, celer, cacher; a celât 
6376, 6723, en cachette, s'op- 
. pose à a. présent, 
cellui, voy. cel. 

cels, sing. suj., 4350, 5943, le 
fait de celer, de tenir une chose 
secrète. Estar en cel (mm. sel) 
1552, se tenir en cachette pour 
épier Q). 
cembelz (ms. semb-), sing. suj. 



VOCABULAIRE 329 

et pi. rég., 782 appel [au tour- 
noi] par une sonnerie d'instru- 
ments; 1699, associé à torneis, 
joutes (?) 
cembolz 7693, cymbales. Rayn., 

II, 396, CIMBOL. 

cenar, subj. pi. q. p. cènes 2428, 
faire signe. 

cencha (ms. sencha) 5704, part, 
p. du suiv., ceinture. Le latin 
c i n c t a a été employé au même 
sens; voir Du Cange. 

cendat 3586, étoffe de soie. 

cener 30, cein 2140, ceindre, 
entourer. 

cens 5576, ces (en rime avec es) 
5592, cens, redevance. 

cente. lo — 68, le centième. 

ceps 8032, ceps, liens. 

cera 403 , cire, pour l'éclairage. 

cérastes (ms. creastes) 7185, 
vipère cornue (coluber céras- 
tes). Cf. creandes (var. te- 
rastre, qu'il faut lire cerastre) 
dans le Roman d'Alexandre , 
éd. Michelant, 289, 5. 

cerca 5788, recherche, investiga- 
tion. 

cercar 1959, 3460, 5787, cher- 
cher, procéder à des investiga- 
tions. 
cercle 615, cercle à travers lequel 

passaient des acrobates. 
cereias (ms. cereiras) 463, 

cerises. 
cers, pi. rég., 397, cerfs. 



330 

certan, tener per — 5293, tenir 
pour certain. 

certas 4311. certes. 

certz 5030, sur, assuré ; far cert 
5224, assurer. 

cest, cestai27, 550, 2869.4209, 
4493, 5029; cist, pi. masc. 
suj., 143, 444 ; cist, sing. fèm. 
suj., 1961 ; cet, ceux-ci, cette. 

chausimenz, voy. causimens. 

chausir, voy. causir. 

chavesca 2 114, corneille. 

cigne 394, 211 3, cygne. 

cil, voy. cel. 

cilz («m. scilz), pi. rég., 1585, 
cieilz 2455, sourcils; ce sens 
est assuré dans le premier 
exemple; il est moins sur dans 
le second où on pourrait com- 
prendre cils. 

cire (ms. sire) 5695, cierge. 

cisclaton 5825, étoffe de soie 
d'origine orientale. La forme 
prov. est toujours ciscl-, 
siscl- (voy. le gloss. de la 
chanson de la croisade; Rayn., 
V, 238, Du Cange, cisclato, 
où Vex. cité est tiré d'un docu- 
ment du Midi); les formes 
françaises n'ont jamais d's 
après l'i (Godefroy, ciclato'n), 
ce qui rend probable l'ètymolo- 
gie qui rattache ce mot à 
cyclas (Diei, Etym. W., I, 
ciclaton). 

cist, voy. cest. 



VOCABULAIRE 



citoar 407 (en rime avec appor- 
tar), ^edoaire, sorte d'épiée. 
La forme la plus ordinaire est 
citoal, comme en français (voy- 
Godefroy, citoual). 

civada 403, 1327, avoine-- 

clamar 156, appeler, nommer- 
réf., 4124, 4202, mime sens; 
réf., 576-7, 4948, 5719, «*■ 
plaindre. 

clams, sing. suj., 4416, plainte;. 
far clam 338, porter plainte.. 

clas 3831-2, 3887, 6694, sonne- 
rie de cloches, carillon, pour 
appeler aux offices, etc. ; avan 
— 3831, le premier coup de la- 
messe (7); auv. 6694, le clas,. 
qui s'obtient par la mise en 
branle de plusieurs cloches, est 
distingué du sein major, 669$, 
qui est la grosse cloche-, et de- 
l'esquilla, 6696, qui est- 7a. 
petite cloche. 

classejar 6697, appeler, convo- 
quer, en sonnant le clas„ 

claure, ind. pr. clau 1795, 23 54». 
2677, 5703 ;prét. s. i r "p. claus. 
6354; j° />. 2029; clore, fer- 
mer; réf., 2677, se renfer- 
mer ; nug (nueitz) clausa 3 308,. 
7465, nuit close. 

claviers 6741 , porte-clef, geôlier- 

clerc 4549, clerc. 

clergang 4084 (en rime avec 
estrang), clerc, avec un sens, 
méprisant. Cet ex. parait 
unique. 



VOCABULAIRE 



clerguada 3 5.49, tonsure. Cf. 
Du Cange, clerica 2. 

clerguejar 5961, « pérorer, se 
perdre ai paroles » (Ray- 
noiuird, II, 414) ; le sens de 
ce mot, dont on n'a pas d'autre 
ex., serait plutôt parler comme 
un clerc, faire un discours en 
beau langage; clerjois, en 
9. fr., désigne la langue des 
clercs, le latin. 

clergues, clergue, 1418, 1739, 
2590,3662,4334,4802, clerc. 

clersos 1446, clerson 3667, 
jeune clerc. 

cliers 3375, clerc. 

clis, sing. suj. et pi. rég., 2297, 
3952, incliné, baissé. 

clops 1468, boiteux. 

cloquiers 3833, clocher. 

clusa, pascha — 2024, le diman- 
che de la Qjiasimodo. Du 
Cauge, Pascha clausum, 
sous Pascha. 

coa 1163, queue. 

coaza 112 5, queue, tresse de che- 
veux. 

cobertor 3271, cubertors 5900, 
couverture. 

cobir 5860, accorder, départir 
[une faveur]. Die^(lit. W., I. 
cupido) a expliqué la transi- 
tion entre ce sens et celui du 
lat. cupere(cupire) : sou- 
haiter une chose à quelqu'un, 
puis la lui accorder : covir, 
dans la Vie de saint Léger, 



33* 

a conservé le sens 



coupl. 3 
primitif. 

coblas 11 74, couplets. 

cobrar 7973, conquérir, gagner. 

cobrir, cobri, voy. cubrir. 

coc 1382, cuisinier. 

cocha, a la — 3943 > au besoin 
pressant, dans la poursuite; 
levar — 7646, avoir hâte. 

cochar 5618, 6033, presser, 
oppresser ; réfl., 2139, se hâter ; 
part. pr. cochât 2143, 4S40 
(ms. coiatz), pressé, serré de 
près [par la maladie, par l'émo- 
tion] . 

cogotz, cogos 1112, 1170, cocu. 

coignatz 7035, beau-frère. 

cointa, ad), fini., 1784, conda 
6662, aimable, gracieux, 

coirassa 7010, cuirasse (en cuir.) 

coire 5493, brûler; part. pr. 
cozentz 996, 5043, brûlant, 
cuisant, fig. 

coissi, s. rég., 852, 5905; pi. 
rég. coisis 506, coussin. 

coitos 200, cochos 4671 ; || 200, 
pressé (d'avoir une chose), dési- 
reux; 4671, pressant. 

cojatz, voy. cochar. 

colcar, colgar, réfl., 569, 343*> 
se coucher. 

coler 5940, 6872. p.-é aussi 620, 
où colc est corrigé en dolc ; chô- 
mer, être oisif. Ce seusde coler a 
été établi par M. Tobler, Gœtt. 
gel. Auz., 1866, p. 1783. 

colgar, voy. colcar. 



33 2 VOCAB 

collejar 5112, tendre le col (pour 
regarder), anc.fr, coloier. 

colpavol 4542, coupable. 

colratz 2177, colrat 5566, col- 
rada 1591, coloré. 

coma 928, 4581, 6508, si — 
13 31, 1504, comme. Au v. 
4582 coma est la répétition 
fautive du même mot qui se 
trouve au v. précèdent. Pour 
Vexplication de ce passage, voy. 
pelz. 

comanda, ieu sui en sa — 
4729, je suis en son pouvoir, à 
ut discrétion ; tener en — 
5646, tenir en commande, à 
titre de dépôt ou de concession 
révocable. Voy. Du Cangc, 

COMMENDA. 

conibatre, réjh, 2686, être en 

débat avec soi-même. 
-cornent, comen 477, 656, 2423, 

6942, 6944, comment, de 

quelle manière. 
cominal, ad)., 3102, 5190, 

cuminal 6257, commun. 
comjatz, comjat 289, 342, 361, 

0867, congé ; 471 1 , permission ; 

cf. cumïat. 
compain, sing. su)., 236, 872, 

compagnon, associé. 
compaina 1687, compagnie, 

troupe; 2447, compagnie, so- 
1 ciètè. 
compainia 6962, compagnie, 

troupe; 776, 1250, 2275, com- 
pagnie, société. 



ULAIRE 

complir 3109, 4743, achever; 
5853, 5859, accomplir [ses 
désirs]; complitz 4551, com- 
plida 2208, doué (douée) plei- 
nement [de qualités], accompli. 

componer 2074, composer; réf., 
2103, se composer (t. de gram- 
maire). 

compoz 2069, [terme] composé 
(opposé èi simples). 

compra 184, acquisition, achat ; 
diffère de /'acapte. 

comprar 4833-5, acheter. 

comtadors, voy. contaire. 

comtar, 621-3-5-7, conter. 

comtier 2575, traitédecomput, ou 
table servant « trouver les fêtes 
mobiles, Du Cange, compu- 

TORIUM, SOUS COMFUTUS. 

comtors 197, litre qui dans la 
hiérarchie féodale prenait place 
après le vicomte. Il y avait des 
comtors en Catalogne, en 
Rouergue, en Auvergne, en 
Limousin; voy. Du Cange, 
COMITORES ; Gaujal, Et. his- 
tor. sur le Rouergue, III 
(1828), 311; L. Guibert, La- 
ron, p. 20. 

concebre 6555, concevoir par 
Veffet du raisonnement, oppose 
à percebre. 

conda. voy, cointa. 

condia 734, grâce dédaigneuse, 
disposition à faire le renchéri, 
comme cointise dans l'Es- 
coufle, v. 3751. 



VOCABULAIRE 

conduchar 225. traiter des bâtes, 
des convives. 

conduh 973, hospitalité, le fait 
de conduchar. 

confanon, pi. sitj., 7363, ban- 
nières. 

confessar, ind. pr. s. 1" p. con- 
fes 4023, avouer, reconnaître. 

confortar 1355, consoler, réconfor- 
ter. 

conilz, pi. rég.-. 397, lapins. 

conjurar 3621, demander une 
chose en employant des formules 
qui rendent le refus ou la dissi- 
mulation impossible; vo\. ma 
traduction de Girart de Rous- 
sillon, p. 248, note 2. 

conoissensa 2835, intelligence. 

conoisser, ind. pr. s. i TC p. 
conosc 887, 1135, 5 e p. 
conois 244, 866, 4347; pi. 
1" p. conoissem 563, 2* p. 
conoissetz 5187 ; prêt. s. f p. 
conoc 1389, 1414; connaître; 

— de 887, se connaître en une 
chose; — a 5187, reconnaître 
comme son seigneur , faire hom- 
mage à; conoissens 2629, 
6853, éclairé, instruit. 

conort, far — 2060, donar — 
6865, réconforter, rendre cou- 
rage; far — 961, 6914, aver 

— 4111, se réconforter, se 
remonter. 

conortar 5044, 65 3 3, réconforter, 
rendre courage; réfl. 3394, 
4097. 



3 33' 

conquerre, prêt, s.}' p. conquis 
^93 5» port. p. conquist 4356, 
6943, conquista 137, 2756, 
acquérir, gagner. 

conre, conres, pi., 1744, habille- 
ments, ou, en un sens plus 
général, équipage, far — 2696, 
s'approvisionner, se pourvoir. 

cons, vow cos. 

conseil, conseill, consseil, cos- 
seil ; 2786, 2852, conseil, parti 
à prendre ; 672 5 , conversation 
privée ; 403 8, secret ; a — 355, 
en privé. 

conseillers, pi. rég., 588, cous- 
sins, comme aussi dans un- 
autre ex. cité par Raynouard , 
II. 460. La dérivation du sens 
est obscure; ce mol ne peut en 
effet se rattacher à coissi, cous- 
sin, qui vient de 'coxinus 
(Romania, XXI. 83); p.-è\ 
doit-on y voir une expression 
métaphorique dérivée de con- 
seil, au sens d'entretien privé. 

consentir, ad., 5256, $730, 
avec un rég. indir., 280, consen- 
tir à, acquiescer à. 

consi 147, 337, 628, 636, 65 r, 
conssi 2267, 2738, 4194, 
6201, cossi 4013 ; comment, de 
quelle manière; — que sia 
2864, — que fos 337, quoi 
qu'il en soit, quoiqu'il m fût; 
— ques o fassas 3174, dequel- 
que façon que vous le fassiez; — 
quem n'an 4194, de quelqns 



334 

façon que cela aille pour moi, 
quel que soit l'effet que j'en 
éprouve. 

consir, s. règ., 2377, 2605, 
3842, 5728, 5856, pensée, 
souci. 

consirar, conssirar 346, 3140, 
ind.pr. s. i' e p., consir 5102, 
subj. pr. consire (en rime avec 
dire) 6563, songer, se préoccu- 
per. 

consires, s. suj., 179 {rime avec 
martires), consiris 958 (rime 
avec remestiris) , consire , 
règ., 1278, 1983, 3848, 
6284 (ces ex. en rime avec 
dire), même sens que consir. 

consiriers 2263. même sens que le 
précédent. 

consiros-a 4123, 4200, 4430, 
4886, 63 11, soucieux. 

consius 4216, pour consi vos. 

conssellar 71 10, parler à 
l'oreille. 

contaire, s. suj., 7050, pi. r. 
comtadors 708, conteur. 

contenensa 4331, contenance, 
maintien. 

contracelada 1267, Yaction de 
se détourner [de quelqu'un] ? 
P.-é. est-ce un terme désignant 
une figure de danse. Ex. unique. 

contrafar4484, impêr. contrafai 
4475, contrefaire, faire sem- 
blant. 

contraris, sing. suj. et pi. règ., 
2075, 2085, contraire, snbst. ; 



VOCABULAIRE 



per contrari 905, par esprit 
d'opposition ou de contradiction. 

contrast 5643, opposition. 

contrastar 3297, faire opposition 
[à quelqu'un], opposer un refus. 

conven, coven 1473, conven- 
tion, accord; per tal — 3087, 
à telle condition. 

convenir, ind. pr. s. 1" p. con- 
venc 1 5 26, affirmer, garantir ,- 
impers, conven, coven 107, 
121, conveina, subj., 3217, 
convenir, être ti propos. 

convers 4366, tourné (vers quel- 
qu'un), converti. 

copa 388, 3701, 3082, coupe. 

copier 3095, étui à coupe, anc. 
fr. coupier. 

cor, règ., voy. cors. 

cor, sing. rég., 2395, 2475, 
2507, 3917-9, $166, chœur. 

cora, quora 2412, 5480, quand; 
— que 1060, 1741, 1974, 
2033, 2300. 7547, 7572, à 
quelque moment que; coraus 
2831, pour cora vos. 

corage, coraje 3 363 , 7770, pensée, 
ce qu'on a dans le cœur. 

corajos 2284, qui a le cœur dis- 
posé [a faire une chose], 

coralmen 3248, de cœur, du fond 
du cœur. 

corals 2368, 2822, 6011, qui 
vient du cœur ; 5641, 6569, 
attaché de cœur. 

coraus, voir cora. 

cordas $989, cordelières} 



VOCABULAIRE 335 

coràos, pi. rég., 7622, cordons de \coiros 6210, mauvaise humeur, 



■soie qu'on donnait comme gages 
d'amour. 
corduras 5824, coutures. Ce mot 
est une variante de costura, 
Mistral, courduro. 
vcornador, pi. suj., 8037, sonneurs 

■de cor 
■■cornar 7270, corner, sonner du 

cor. 
torns, pi. rêg., 7693, cors 
cornutz 1170, cornu, fig. 
-corolla $872, ronde; anc. fr 
carole et corole, (Romania, 
XX, 282) 
corona 3553, 3556, 5838, cou 

ronne, au sens de tonsure 
corre, ind. pr. s. 3° p. cor 1247 
(ms. corre qu'il eût p.-ê. fallu 
garder; cf. les rimes des v. 
2689-90), 3426, 4478 (en 
rime avec amador, flor) ; subj. 
pi. q. p. corregues 1724; 
courir, avoir cours; gèr. cor- 
ren 3268, 7414, 7799, en hâte. 
•corregeta 5829, courroie étroite. 
correig 1052, courroie, ceinture. 
correja 2239, courroie; plegar 
la — 7166, induire en erreur, 
tromper, expression empruntée 
au jeu de la courroie ou de 
boute en courroie, voir G. 
Paris, Romania, XXI, 412. 
•corrompre, ind. pr. corromp 
7394, subj. pr. corrompa 
7392, corrompre; réjl. 7394- 



mauvais sang. 
cors, sing. suj., 33, 164. 
15 10 (en rime avec defors), 
cor, «g-., 2, 42 38, 4254,4 2 59, 
cœur, par ext. inclination du 
cœur, désir; 2877, ce qu'on a 
dans le cœur, pensée intime; 
mais — 1178, mauvaise hu- 
meur (cf. Mistral, mau-cor); 
aver — 6237, aver bon — 
6456, avoir le cœur disposé en 
faveur de quelqu'un ou à faire 
une chose ; esser al — 58, être 
à cœur; tener al — 181 5, 
porter en son cœur; venir al 
— (impers.) 1780, venir à 
l'esprit; de— 3909, /wr cœur. 
cors, invar., 159, 164, 2691, 
corps; mos — 1288, «10« 
corps, ma personne. 
cors, àc — 770^, à la course, en 

courant. 
cortejador, pi. suj., 1131» i ms 
qui aiment à faire la cour aux 
dames. 

cortejar 453. f aire la cour auX 

dames. 
cortes-a 1197, 2122, 4^34, 

4538, courtois, bien élevé. 
cortesamen 2218, courtoisement, 

élégamment. 
cortesia 2017, 2811, 3328, cour- 
toisie, cortesias 7046, actes de 
courtoisie. 
cortz 148, cour tenue par un sesi- 



336 

gneur; faire (ou far) — 107, 
121, 357, 363, tenir cour. 

cos 1694, 5 13 1, cons 1883, pour 
com se. 

coser, ind, pr. s. }' p. cos 3404, 
prêt, cusi 2217, coudre. 

cosines 7512, cousinage, parenté, 
ex. unique. 

cosseil, voy. conseil. 

cossi, voy. consi. 

cossirar, voy. consirar. 

costar, pauc costa (rime avec 
Pantacosta) $084, fête où Von 
Jait peu de dépense, de peu 
d'importance; cf. Chev. au 
lion : A celé feste qui tant 
coste | Qu'on doit clamer la 
Pentecoste (w. 4, 5); Vio- 
lette : ChefuaunePentecouste 
| Que on despent et que 
molt couste (p. 293) ; Lai du 
corn : Une feste ki moût 
couste | A un jour de Pente- 
couste (vv. 7-8). 

costuma 6700, coutume, au sens 
légal. 

costumatz 4120, accoutumé. 

cota 1259, la nuque. Mistral, 

COTO. 

cotar 7889, se heurter à, frapper. 

Ex. unique. Mistral, coûta. 
cous 2390, 3065, pour com vos. 
coven, voy. conven. 
covinent, covinen 191 1, 4424, 

bien de sapersonne, agréable. 
cozent2, voy. coire. 
creire 2608, 5180; ind. pr. s. 



VOCABULAIRE 



1" p. cre 5106, 7808 (en rime 
avec me, be),crei 7936 (en rime 
avec rei); 3"/». cre 2287; prêt, 
s. y p. creset2759, 3085 ; subj. 
pr. s. 3' p. crezatz 1200 ; croire. 

creissensa 4658, croissance, dé- 
veloppement. 

creisser 2916, 3552, 6197, ind. 
pr. s. )° p. creis 958, 6950, 
prêt. s. 1" p. cric 5623, 3° p. 
crée 5817 ; subj. cresca 5744; 
part. p. cregutz 1917 ; croître, 
grandir. 

cremar 411, 2708, 5895,7494, 
brûler. 

cresp 1583, frisé. 

crezensa, cresensa 4^2, croyance, 
Joi religieuse ; 186, crédit. 

cri, s. rég., 654 (rime avec dor- 
mi), 3548,/»/. cris 1133, crins 
II2I, chevelure. 

crida 8036, cri d'armes. 

cridar 6305, 6311, crier, répan- 
dre une opinion défavorable. 

croz, tondre en — 5493, couper 
les cheveux en croix, peine ap- 
pliquée aux larrons. 

cruciar, part. p. cruciada 4817, 
tourmenter, soumettre à un 
supplice. 

cruecs, pi. rég. , 209, jaunes. 

cruissir 4742, grincer, craquer, 
Jaire le bruit d'un objet 
qui se brise. Nombreux ex. 
dans la Chanson de la crois, 
albig., voir au vocabulaire. 
Du Cange, cruscire. 



VOCABULAIRE 



cubertamen 2585, en secret. 

cubertas 6995, couvertures, hous- 
ses de cheval. Fig., 5223, ma- 
niéres dissimulées. 

cubertors, voy. cobertor. 

cubrir, cobrir 1630, prit. s. 
}° p. cubri 965,4117; siihj. 
pr. s. }' p. cobri 3681 ; cou- 
vrir; réf., 1630, ic couvrir [de 
Pipée ou du bouclier] ; fig.. dis- 
simuler; cubert 507, 1480, 
couvert; fig., 2, 4079, 5141, 
couver! , dissimulé. 

cueig, eug, voy. cujar. 

cuers 2255, c "' r 'i 2489, P cau 
humaine. 

cui, voy. qui. 

cuitz, senes — 4635, sont con- 
jectures, d'une façon certaine. 

cujar 3904, ittd. pr. s. 1" p. 
cueig 877, eug 49, 869, 903, 
1409, 2130,2164,2709,3902, 
(rime avec estug) 4088, 7669 
(rime avec fug), euh 323 , 
746, 1078, 1092 ; prêt, cuidei 
15 19; penser, croire; réf. 49, 
660, 750, 981, 1078, même 
sens; l'inf. pris subît. 906, 
3904. 

culliers, pi, rcg. 388, cuillers. 

cumïat688i, congé ; cf. comjatz. 

cuminal, voy. cominal. 

cura, aver — 2270, 3029, 7831, 
avoir cure, se soucier de ; loc. 
emplwée en des phrases néga- 
tives. 

curosa,/c'w. , 4387, qui a souci de. 

T. I. 



337 

cusir, prêt, cusi 2217, coudre. 

Da, prêpos. 3733, 6160, dal, 
pour da lo, 2561, de, mar- 
quant Torigine; da part 7926, 
de la part; tôt dapas 7429, 
de suite; cf. de pas 936. 

daf, parler en — 1234, parler 
vainement, pour ne rien dire. 
Ex. unique d'une locution qui, 
pour le sens, peut être rappro- 
chée des loc. françaises aler ou 
estre en dart (Godefroy, 
dar), mais qui n'a certaine- 
ment pas la même origine. 

dal, pour da lo. 

damaisella ^^o, forme empruntée 
au fr. (damoiselle); ou en a 
un autre ex. dans le Roman 
d'Esther, v. 411 (Romania, 
XXI, 2i));domaisela est plus 
fréquent, et se trouve, par ex., 
dans Jaufre, v. 2510 (ms. D. 
ii.Jr. 2164, fol. 31 1"), oh le 
ms. 12571 porte daumisella, 
lu à tort domisella, par Rav- 
noitard, Lex. rom., I, 75 a). 

dans, dan, 246, 321, 1195, 3675, 
dommage, aver- dan; impers., 
5536, causer du dommage; 
esser al dan 6315, être mal 
disposé (pour quelqu'un), Fau- 
teur veut dire qu'une dame doit 
prendre son parti d'avoir tout 
le monde contre elle, pourvu 
que... 

dar 227, 263, 773, 1746, ind. 



33» 

prêt. s. j° p. det 802, pi. 
3° p. dero8oi2 ; impèr. pi. 2' 
p. das 1853 ; subj. pi. q. p. s. 
3° p. des 183, 1676 ; pi. 2' p. 
des (pour detz) 2623; condit. 
p. s. 3° p. dera 350, 2161 ; 
donner, soit avec, soit sans rég. 

dart 2720, dard; 2707, le dard 
d'amour. 

dat, pl.suj. 6516, dès à jouer; la 
loc. anc non escaperon — 
parait signifier qu'aucun dé ne 
s'échappa du jeu, que le jeu fut 
complet. 

daurar, 211, 3593, dorer; fig., 
4702, faire briller, embellir; 
cf. le vocabulaire de la Chanson 
de la crois, alb. 

daus, de vers, de, — part 222, 
de la part, — l'autra part 
961, 1477, de l'autre côté, 
d'autre part (cf. de l'autra 
part 1837), — doas partz 
1422, de deux côtés, — totas 
partz 1804, — ella 4350, de 
son côté (du côté de la dame), — 
mi 1898, de mon côté, — vos e 
— Alis en fora 4579, en dehors 
de vous et d'Alis , — vos 
6960, de votre côté, — lui 
6968, de son côté, avec lui, — 
que 5931, depuis que. Voy. cap. 

davan 430, 1188, 2523, 2542, 
de davan 1423, devant. 

davaus 4103, 4485, du côté 
de. Cf. devas. 

daveras 2164 (?), 6940, 7857, 



VOCABULAIRE 



véritablement, pour de vrai. 
Cf. deveras. 

de d', marque le point de dé- 
part, l'origine, 8, 117, 125-, 
195, 289; hors de, 998, 1505, 
1693 ; partitif, 209, 451, 506, 
1342, 1377-8 ; an sujet de, en 
ce qui concerne, 13, 63, 65 -6, 
86-7, 452, 476; par suite de, 
4582 (cf. per employé dans le 
même sens, 1004) ; annonce 
une loc. indiquant la manière, 
de quai guisa 1030, de moût 
gran ast 1248 ; construit avec 
un inf. pris subst. , 1848 ; 
construit avu une prèpos., un 
adverbe ou un adj. pris adver- 
bialement, — davan 1423, — 
desus 853, — josta 46, 837, 
— lonc 843, 1097, — luein 
138, — nou 953, — près 
138, — prop 1372, — sai — 
lai 1061, — viro 1426; après 
un comparatif, plus — 339, 
428, 504, 524, mieilz — 
805. Loc, voir cors, galops, 
ginollos, no, nuh, part, pes. 

debonairitat 4627, bonté natu- 
relle. 

decazeig , en — 105 1 , « la 
renverse, ex. unique. 

decazer, dédiai 249, dècheoir, 
tomber en décadence. 

decebre 2463, 4262, tromper. 

declinar 4590, réciter, répéter; 
5569, déclarer , formuler une 
idée. 



339 



VOCABULAIRE 
decorar 7123, apprendre par I deleit 1682, deleig 2160, delieg 
, ™ Ur ' . ,. c , 3322, S975 , S 2 9I , 6329, 

dedinz, ded.ns 163, 261, 1038, plaisir, jouissance; anc . fr. 

1241, 2302, dedans, au dedans. délit. 
défendre 4090, défendre, mettre deleitar, delechar 3958, délecter, 



en interdit; réfl., 1826, se 
défendre. 
defor 216 (rime avec cor), 3925, 
defors 163, 1429, 1509,3443, 
4529, dehors. 
defora 1037, déferas 1038, 
2670,4524, 4884, même sens. 
degollar, réf., 1357, se casser le 
cou. Dans le Donat prov., de- 
gohr est traduit par decapitare 
et par precipitare. Mistral, 
« degoulage, action de tom- 
ber, de faire tomber, chute » , 
mais ce sens ne peut suffire ici, 
puisque, au moment où Ar- 
chambaut manque de se degol- 
lar, il est déjà tombé. 
deguisar 3718, déguiser, changer 

l'apparence [d'une personne]. 
deinhar, deinar, 391, 904, 2058, 

2817, 2887, 3218, daigner. 
deisonors deissonor 869, 5254, 

5257, déshonneur. 
deissendre, voy. descendre, 
dejosta 46, 837, 4045, auprès 

de; auc.fr. dejoste. 
dejun 461, jour de jeûne, et eu 

même temps jour maigre. 
dejuna, adj. fêm., 535, à jeun. 
dejunar 534, jeûner. 
delaz 2552, auprès. 
delechar, voy. deleitar. 



remplir de jouissance; réf.., 
3028. 
delgat 7631, délié, fin, svelte, en 
parlant de la taille ; anc. fr. 
delgié. 
delieg, voy. deleit. 
dem 4009, pour de me. 
demonstransa 3415, signe visible. 

preuve. 
demorar 867, 1470, 1509, i86r. 
2604, 3130, 3922, séjourner , 
passer du temps, par ext. tarder, 
se mettre en retard. ' 
demors 6466, agrément, diver- 
tissement. 
départir 171 3, 3398, partir. 
deportar 1370, 2234, 3064; réf., 
2666, 4524, 6536, 6718, 
s'amuser ; anc. fr. se dépor- 
ter. 
deportz 875, 1701, 1792, 6648, 

amusement, divertissement. 
derivar 4591, mettre en série [les 

paroles d'un dialogue]. 
derochar, derocar 1098, 3954. 
7724, 7775 > 7793. 7886, 
7956, abattre, rtnverser, désar- 
çonner. 
des (rime avec près, part /V.) 721, 
tables; anc. fr. dois. 
I desacordar, réfl., 3349. 3350, 



34° VOCABULAIRE 

3352, être, ou se mettre en 
désaccord avec soi-même. 

desaize, 3 521, gêne, incommodité. 

desalbergar 5579, déloger. 

descausida 7820, grossière, vul- 
gaire, l'opposé de causida. 

descaussar 1502, 5214, 3786, 
déchausser. 

descendre, deiss-, deis- , 2909 , 
3571, descendre; 1928,5639, 
descendre [à un hôtel]. 

descolrar 2340, décolorer, rendre 
pale. 

desconfit 7724, vaincu, mis en 
déconfiture. 

desconfortar, rèfl., 2062, se dé- 
courager. 

descouortar, réfl., 3987, 5665, 
6138, se décourager, se déso- 
ler. 

descort 597, 1706, 4098, descort, 
genre de poésie chaulée. 

descubrir 1442 , subj. pi. q. p. s. 
3° p. descubris 4734 , découvrir, 
révéler; en descubert 1631, à 
découvert. 

descug 4096, indifférence, dé- 
dain ? 

dese 369, 863, 1454, 3969, 
5491, 5711 (desse), en — 
330, 6373, aussitôt, tout de 
suite ; — que 7788, dés que. 

deseins (ms. defeins) 5022, dé- 
raison, folie. 

desempre 191 3, 2414, 2469, 
2609, 2718, 3917, 6383, 
6758, même sens que dese. 



desgajar 7152, dégager, retirer 
un objet laissé en gage. 

desgelar 2910, dégeler (iieutré). 

desgilositz 6940, guéri de la 
jalousie, qui a cessé d'être 
jaloux. 

desirons 195 s. 4558, 4697, 
désireux. 

desliuramen 4021, librement. 

desliurar 1798, délivrer. 

desliure, tôt a — 2694, 5647, 
librement, sans hésiter; même 
loc. en anc. fr. 

desmaillar 7955, 8093, démail- 
ler, briser les mailles [d'un 
haubert]. 

desmentir, rèfl., 6380, être en 
dèjaut ou faire disparate. 

desnot 4096, hardiesse, audace, 
ou impertinence. La conjecture 
émise par Diei (Etym. Wcert. 
II b, denuesto) que desnot 
serait pour denost , et par 
suite identique à l'esp. denuesto, 
est inadmissible puisque desnot 
rime avec pot. 

desopte, en — 5320, subitement, 
tout d'un coup. 

despendre, despen I728,despen- 
don 758, part. p. despes 1748, 
despendutz 118, dépenser. 

despieh 1017, 4195, mépris. 
despolhar,rê/Z., 568, se déshabil- 
ler. 
despondre, ind. pr. despon 
4591, exposer, expliquer. 



VOCABULAIRE 

desse, voir dese. 

destorbar 4027, troubler, empê- 
cher. 

destorbier 296, S 586, obstacle, 
trouble. 

destre, destra 3122, droit, adj. 

destrecha, part. p. pris subst., 
4163, 5430, angoisse, ce qui 
oppresse. Cf. destreissa. 

destreiner 2049, destrein, des- 
treinh 179, 996, 1029, 1282, 
i984,destreina 1 029, et reindre, 
se dit d'un souci, d'un malaise; 
part, passé destreitz 1992, 
2822, destrecha 5765. 

destreissa, destreisa 994, 2515, 
5428, même sens que destrecha. 

destriansas 7913, insignes, signes 
distinctifs, faisant partie des 
armoiries, p.-ê. quelque clyose 
d'analogue à ce qu'on appelle en 
blason « brisures ». 

destric 4271, 7642, tourment, 
torture. 

destrigar 6286, tenir court, im- 
poser des privations. 

destruire, ind. pr. destrui 5542, 
détruire. 

det 1052, doigt. 

devas 2669, devaus 4338, du 
côté de. Cf. davaus . 

dever, ind. pr. s. 1" p. dei 11 50, 
2829, deg 2885, 5335; prêt, 
s. 3 e p. dec 105 , 1667, 3 1 5 5 ; 
pi. }* p. degron 502, 2615; 
cond. passé degra 1227, 1725, 
2783, 3046; devoir. 



341 

deveras, per — 873, pour de 
vrai. Cf. daveras. 

devesa 1776, adj. fém. ayant le 
sens de devedada, réservée, in- 
terdite à tout autre qu'à sou 
propriétaire. 

devesar 7864, se déshabituer. 

devinar 3396, deviner. 

devinolas 3233, devinettes ? quel- 
que chose d'analogue aux « de- 
mandes d'amour » qui ont eu 
tant de succès du XIII" au 
XV siècle (Bullet. du bi- 
blioph., VII, 845 ; Romania, 
XIII, 503) ou à la chanson A 
deviner porréscui j'aim (Vio- 
lette, p. 179)? Ici il s'agit de 
pièces chantées à l'occasion du 
premier mai. 

devis 1835, 2876, 3190, 3688, 
7841, devin, qui sait deviner, 
homme perspicace. 

devisar 3326, déterminer, former 
un plan; devisatz 1586, />jr/. 
passé, séparés. 

dia, masc. et toujours en rime, 
1930, 2359, 5676, 6113, 
6316, jour. 

diabols 3894, 3899, 4274 , 
diable. 

dialetica , proparoxyton , 5443 , 
dialectique . 

diaspres,/>hir., 507, étoffe de soie, 
ordinairement de couleur blan- 
che, et d'origine byzantine (cf. 
Ërec, v. 97-8). 

digastendons 1557 (en rime), per 



342 VOCABULAIRE 

digastendonz 2441, probable- 
ment un mot composé (digas 
t'en donz ?) ; ce doit être une 
expression populaire, indiquant 
un état d'esprit. Le rapproche- 
ment qu'on a proposé avec le 
prov. mod. deganesto, ne sou- 
tient pas l'examen. 
dijous4792, digous 3719, jeudi. 
dilus 3128, lundi. 
dimartz 5694, dimars 5484, 

5516, 5720, mardi. 
dimenegues, voy. dimergues. 
dimercres 5682, 5709, 5755, 

mercredi. 
dimergues, dimergue 1417, 
3893,4803, 5199; dimenegue 
81, 181, 251, 4318, 4731, 
5090; en rime avec clergue, 
clergues i8r, 1417, 4801, 
4803 ; dimanche. 
dins 295, 1007, 1037, dans. 
dire 1091, 1982 (rime avec con- 
sire), 3083 (rime avec rire), 
3206 (rime avec arbire), 4953 
(rime avec martire); dir 248, 
1731, 1735, 177", 2606 (rime 
avec consir), 2813 (rime avec 
venir), 3437 (rime avec ador- 
mir), 4360; iitd.pr. s. 1" p. 
die 862, 1337, 1737, 2' p. 
dizes 1271, }* p. diz 438; 
prêt. s. 1" p. dis 4910, ]' p. 
diis 2277, dis 33, 103, 109, 
diz 106, 622; pi. 2 e p. dis- 
sest 4491 ; coud, passé s. 1" p. 
dissera 2826, pi. 2' p. disse- 



ras 5834, ?• p. disseran 4373 ; 
ii//'/. pi. q. p. s. }' p. disses 
745, 1555, dire; — d'oc 2632, 
7004, dire oui, acquiescer ; — 
de no 13, 670, 4373, 7828, 
dire non, refuser. 

disnar, réjl., 1058, 1063, 1524, 
1856, 1860, 2624, dîner. 

disnar, sttbst., 2636, diner. 

dissapte 3737, samedi. 

dissimular 3715, feindre, se ca- 
cher. 

divina noj.fém. de divin, devi- 
neresse. Cf. devis. 

doas, voy. dui. 

dol 1046, 2450, douleur. 

dolenta 270, 856, 1352, dolente. 

doler iiid. pr. doil (en rime avec 
viil) 2712; imparf. dolia 
^6<ý^;prét.s. i T °p. duelc4Ó47, 
1* p. dolc 2547, 6040, pi. 
j e p. dolgron 451; coud, 
passé dolgra 61 18; subj. pr. 
doilla 2672, 3192, 4128, 
4662, 6042. dueilla 7S48 ; 
pi. q. p. dolgues 5113; || im- 
pers. 2547, 6040, faire mal; 
reft. dans les autres ex., souf- 
frir, éprouver de la douleur. 
doloirar, réjl., 4125, s'affliger. 
doma 1098, maison"} C'est le 
latin doma (8w[xa), distinct 
de « dôme » au sens de Vit. 
duomo, cathédrale. Voy. Ro- 
mauia, XXIV, 276, «. 2. 
domenz que 3877, puisque, du 
moment que. 



VOCABULAIRE 



domini, adj., 10, propre, prive. 

dominis, subsL, 198, personnes 
nobles, qui étaient vassaux 
immédiats d'un prince. En anc. 
fr. demaine , en ce sens, est 
ordinairement associé à per. 
Vey. God., demaine, et Du 
Cange, DOMiviuM {qui devrait 
être écrit dominius). 

domnei 1075, 2755, 7375, la 
cour que Von fait à une dame, 
Vart de courtiser les dames ; 
anc. fr. donnoi. 

domnejador 1149, 601 égalant s, 
hommes qui aiment à courtiser 
les daines. 

domnejar 934, 1066, donejar 
7448, faire la cour aux dames. 

donar, subj. pr. doneus {pour 
done vos) 1989, donner. 

donc 1874. doncas 261, 331, 
4039, donquas 1935, 2735, 
5480, donc. 

dons 4368, 4515, maître, sei- 
gneur; le dons en Archîm- 
bautz 6151, le seigneur 
Arcbambaut ; titre honorifique 
placé devant le nom d'un ecclé- 
siastique 3547, 3827, 3835. 

donz, dons, mi — 1558, si — 
1055, 1392, 1398, 1545, 
2803, 3447, 4367, ma dame, sa 
dame. 

donzel , donzels, plur., 1856, 
1862, 2002, damoiseaux, jeunes 
gens attachés au service d'un 
seigntur. 



343 

donzella 3362, demoiselle atta- 
chée au service d'une dama. 

donzelletas 5 116, 6644, jeunes 
demoiselles, les demoiselles de 
compagnie de Flamenca . 

donzelletz 2182, 2212, 6636. 
jeune damoiseau, les écuyers 
de Guillaume de Kevcrs. 

donzellos 1914, 6629, mente 
sens que donzellet. 

doptos, doptosa 4885, 5024, 
douteux, qui est en doute ou 
qui marque le doute. 

dormidor 3982, chambre oh l'on 
couche. 

dormir 948, ind. pr. s. f p. 
dorm 1 3 18, 1806, prêt. s. _j° p. 
dormi 252, part, pr. dormen 
1805, dormir. 

douces, sing. suj., 5637, douza 
2879, douzes. plur., 6590, 
doux. 

drago 4291, dragon, animal 
fabuleux. 

drasca 7184 (en rime avec Pasca), 
nom d'un serpent cornu, le 
céraste. 

dreg, dreih, adj, 1605, droit; 
esgarar dreitz(o/< dreigz) oilz 
6539, 6570, regarder en face, 
les yeux dans les yeux, per — e 
per travers 7262, en droit et. 
en travers, en tous sens; pris 
adv. . tût — 1 3 1 1 , tout droit. 

dreg, dreig, dreitz, subst., 1724, 
droit; aver — 2061, avoir rai- 
son ; portar en — 774, porter 



344 

{posséder) légitimement; a — 
1720, à droit, justement ; en — 
d'amor 5725. 7432 7517, 
7791, conformément au droit 
(aux règles) d'amour, en preuve 
d'amour ; auxvv. 485 1 ,et 6571 
il faut probablement lire aussi 
en dreg(ou dreh) d'amor ; per 
— 5866, per bon — 1112, 
5357, à juste titre. 

dreissar 4344, dresser, lever [la 
tête] ; réf., 1261, 2514. 2516, 
3148, se lever, se mettre debout. 

dreitura 3195, droit, coutume. 

drudaria 811, 860, entente amou- 
reuse. 

drut 1560, amant. 

dueill (? ms. fueil) 5546, deuil, 
douleur. 

dug 2678, instruit, habile. 

dui 1573, 2080. 6460, 6569. doas 
135 1, 2640, 6460, deux; dui 
e dui 729, deux par deux. 

durargóg, 980, durer; act., 
48167, 844, supporter, souffrir. 

Effassadura 7130, effaçure. 

effazar 551, effacer, éclipser, fig, 

egaiatz 2442, hérissé, en désor- 
dre} C'est du moins le sens qui 
résulte du contexte; mais l'éty- 
mologie de ce met est inconnue, 
et Vex. est unique. Mistral 
enregistre egaia, muer, perdre 
ses plumes. 

égal, pi. suj., 3351, 7884, égaux. 
agissant d'une façon égale ; 



VOCABULAIRE 

pris adverbialement, 2079, éga- 
lement, par parties égales; per 
— 6059, en nombre égal; 6570, 
à même hauteur, face à face ; 
tôt égal com... 5789, juste 
autant que... 

egansa, d'aital — 4240, de telle 
mesure (il s'agit de paroles qui 
doivent être calculées en vue 
d'un certain effet). 

eia 2303, interjection latine. 

eil.ponrcli 6003. pour eu li 4258. 

eis. eissa, même; eu eis 1522, 
4046, moi-même; el eis 105, 
324, lui-même; ill eissa 7120, 
elle-même; vos eis 2852, 
vous-même; eissa Gilosia, 
Jalousie elle-même; per eissa 
ma proansa4Ó42, par ma pro- 
pre expérience; eis lo jorn 
3720, le jour même; en eis 
luec 3104. dans le lieu même 
(e.-à-d. dans le même lieu); a- 
qui eis 3987, là même, aussi- 
tôt. 

eis, eisitz, voy. issir. 

eisorbar 3401, issorbar 5140, 
aveugler, fig. 

eissamen 503, 861, 1380, 2634, 
3670, 5 117, mêmement, sem- 
blablement. 

eissegar 1036, mettre en ordre, 
mener à bonne fin ; c'est à peu 
pris le même synonyme <i'aca- 
bar, qui se trouve dans le 
même vers. M. Tobler (Gœtt. 
gel. Anz., 1866, p. 1787) 



VOCABULAIRE 



propose de lire eissegar av. v. 
7156, au lieu J'ensegnar que 
p.'rte le ms.. mais cette correc- 
tion n'est pas nécessaire. 

eissernir 1042, comprendre ; part, 
p. eissernitz 2001 (ms. eissar- 
nitz), eissernida 3405 Qns. 
eissarnida), 7533, eissirnida 
1907, 6075 , eissernidas 788 . 
intelligent. 

eissien, eisient, issien, icient, 
mon — 862, 1918,4070, 5218, 
à mon escient, que je sache, ad 
— à 3424, bon escient, de pro- 
pos délibère. 

eissitz, voy, issir. 

el, pion. sing. 3* p. masc. suj. 
et rég., 9, 47, 170, 324, 329, 
350, il; el, pi. suj., 488, est 
probablement une faute, pour 
il; il, pi. suj. 28, 758, Us; 
els, pi. rég., 4964; il, fém. 
sing. suj.. 54. 812, 817, 820, 
elle; ella, ela, sing. suj. et 
irg..j)i, 835. 881, ellas, pi., 
500, elle, elles. Voy. lui, lur. 

el, pour e H, 938. 

el, pour e lo, ni, 311, el le ; els 
175, et les. 

el. pour en lo. 42, 173, 938, 
1052 , dans le ; els, dans les. 

ella, pour en la. 4982. 

elm 1979, elms 7889, elmes 
7714, heaume. 

em, finale détachée du futur 
pi. 1" p., issir nos n' — 
41, mudar lanz — 3515. 



34 S 

emage 7110, 7133, 7146, yma- 
ge 7100, 7136, image. 

embatre, réfl., 4601, se jeter sur. 

embeure, réfl. , 7868 , s imprégner. 

emblar 2197. enlever. 

empendre, empres, part. p.,. 
1381, 7439, convenir, s'enten- 
dre (avec quelqu'un au sujet 
d'une affaire). 

emperairis 4398, impératrice, 
fig., qui gouverne, qui a la 
maîtrise. 

empero 4189, toute/ois. 

empreissar, subj. prés, enpreis, 
réfl., 2610, se presser. 

empres, voy. empendre. 

enamorar, réfl., 3357, s'énamou- 
rer, enamoratz 2150, 3430. 

enansar 2784, 2829, 395 3 ,. 
4016, 7824, avancer, profi- 
ter; ad., 1274, 3704, 3993» 
avancer, faire profiter. 

enap 3593, banap. 

enardir, rèfl., 2836, s'enhardir. 

encapaironatz 2222, enebaperon- 
né. 

encavalgar 1721, pourvoir cTun 
cheval. 

encegar 2345, aveugler. 

encendre 4786, enflammer, cf^ 
escendre. 

encercar 1800, 4550, 4827, 
6339, chercher. 

enclaure,enclau, enclausa, 902, 
1390, 1946, enfermer. 

enclinar, 2246, s'incliner (avec 
un régime direct). 



346 VOCABULAIRE 

enclotar 7890. se bossuer. en par- 
iant d'un heaume ; clôt, Ra\n., 
II, 418. creux, enfoncement. 

encohlar, réf., 1324 î' 'embarras- 
ser, se charger [d'un fardeau]. 

encontra, escontra, 3325, contre ; 
3468, contre, auprès (fc ; 287S , 
4700, au prix de, par compa- 
raison à. 

encor, voy. ancar. 

encorar, rèfl. , 661 1, pénétrer 
dans le cœur; neutre, 6612 
même sens. 

encorregutz 5575, confisqué, sai- 



encortinar 384, orner de tentures. 

endesen 330, aussitôt, sur-le- 
champ. 

endestinat-ada, 4680, prédestiné, 
dont le destin a été fixé d'avance. 

endoctrinatz 3748, instruit. 

endomengar 330, mettre en sa 
possession. 

endreh, endreg, — s'amor 894, 
2726, pour l'amour de lui ; — 
mi(o« me) 5224, 6956, 7771, 
en ce qui me concerne, person- 
nellement. Endreg, 6^1, serait 
mieux écrit en deux mots. Cf. 
dreg, subst. 

endreissar 3972-3 ,esdreissar993 , 
3127, 7455, 7972, accompa- 
gner, reconduire \un visiteur], 

endura 2769, privation. Endura 
est Je terme qui désignait l'ab- 
stinence volontaire à laquelle se 



soumettaient les « parfaits », 
dans la secte cathare. 

engajar 7353,7157, engager [un 
objet, comme gage]. 

engalmen 3011, également, de' 
manière égale. 

engan 7826, tromperie, fausseté. 

enganar 4286, tromper. 

engar 7618, égaliser, faire les 
parts égales. 

engiein, engien, engen 333, 
1302,1448, 5122, 5126, 5223, 
5377, moyen ingénieux, arti- 
fice. 

engienar 5326, imaginer, trou- 
ver un procède. 

engilosit 11 58, devenu jaloux, 
en proie à la jalousie. 

enginnos 501 1, rusé, habile. 

engratonat 1158,«. unique. M. 
Cbabaneau(R. des 1. rom.. 2' 
série, I, 33) propose « déchiré, 
meurtri, tourmenté », en ratta- 
chant ce mot à la même famille 
(/«'esgrater, esgratigner. C'est 
peu probable. Il y a en prov. 
mod . agratouni, ratatiner 
'Mistral); gratoun {Mistral, 
sous gréutoun) est un gru- 
meau de farine; Vanc.fr. cre- 
ton (Godefroy, au Complément , 
Cotgrave, cretons) s'emploie 
pour désigner un morceau de 
lard rissolé, cf. gratonia, Ro- 
man d'Esthcr, v. 137, et voir 
Puitspelu, Rev. des Í. rom., 
4' série, I, 435. Le sens propre 



serait donc « ratatiné , forme en 
grumeaux », d'où un sens figuré 
tel que « replié sur soi-même, 
renfrogné », ou l'analogue. 

«nix, enic 858, eniga 6285, 
cruel; mon cors non es trop 
«nix de lui amar, 5374-5, 
mon cœur n'est pas cruel au 
point de ne pas V aimer. 

«nlumenar, enluminar, act., 
3755, illuminer, éclairer; 
neutre, 553, briller. 

enpreis, voy. empreissar. 

«nquerre 624, 1071, 2840, 
4971-3, 7448, requérir d'a- 
mour. 

«nrasonatz 102, qui sait parler. 

enrodida, part. p. fém., 3406, 
entourée, bordée} 

en s. cas suj. de V article « hono- 
rable », 6971. 

«nsarar, ensarrada 1305, essara- 
das 1353, enserrer, enfermer. 

«nseina 1264, 2005, indice; 
6806, signe de reconnaissance. 

enseinamens 1101, 3328, ce qui 
dénote la bonne éducation , 
bonnes nmnières. 

enseinar, ensengnar, esseinar 
.2004, 2588-9, 3156, 3847, 
4780, 6805 , enseigner , in- 
struire; esseinatz 928. 1977, 
bien élevé ; ensenat 4467 , en- 
seignement, chose enseignée. 

«nsellar, esselar 713, 779, 1847, 
seller. 



VOCABULAIRE 347 

ensems 5, 494, 743, 5918, ens- 



seni7i09, essems 3651, 5329, 

ensemble. 
ensugar 509, 2187, essuyer. 

Rayn., III, 99, eissugar. 
entaular (nu. ben taular) 6480. 
entendemens 2881, la personne 

en qui on met sa pensée. 
entendiva 3017, attentive 
entendre, en 2417, s'appliquer, 

se donner [à une affair,] ; rèfl., 

2655, même sens. 
entoissegatz 2709, empoisonné. 
entrameta, voy. entremetre. 
entrebescar 6799, entrelacer, 

enchevêtrer. 
entreceli 143 1, sournois, ex. 

unique. | 

entremetre, iud. pr. entremet 

4012, 4998, entramet 3030; 

prêt, entremes 1761, entrâmes 

5108; subj. pr. entremeta 

2374, 2945, entrameta 1769; 

pi. q.p. antremeses 5101, en- 

tramezeson 2509; part. p. 

entrâmes 4838 ; rêfl., se mêler, 

s'occuper [d'une affaire}. 
entreseinz, pi. rég., 88, antre- 

seinz 823, insignes, couleurs 

distinctives (armoiries) d'un 

chevalier. 
entretant 383, antretan 6787, 

entretant, pendant ce temps-là. 
entro a, suivi d'un subit.. 4033, 

6743, jusqu'à; entro que, 

suivi d'un verbe (que peut 



34 8 

n'être pas exprime) 1870, 
2235,2430,2765,2933,2985. 

enug 1852, 3422, enui 4161, 
tristesse, tourment moral ; per 
— 3422, pour tourmenter. 

enujar, e nous enug 2841, 
enueig 5762,5»'// ne vous dé- 
plaise pas, s'il vous plaît. 

enujos 6212, 7822, qui cause du 
tourment. 

enumbrar 2435, projeter de 
Vombre. 

envejar 2798, envier, désirer. 

envejos 4073, désireux, qui dé- 
sire vivement. 

enviar, prêt, enviet 3776, subj. 
pr. enviu (rime avec Beiriu) 
376 > I 37/6, mettre en 
voie, accompagner, reconduire; 
376, envoyer [un message]. 

envidar 224, 437, 442, 2659, 
7534, inviter [à dîner, à 
loger]; 3296, presser [de faire 
une chose] ; 6506, mettre au jeu, 
faire un envit, anc.fr. envier. 

enviro 195, 4034, 6834, environ, 
à Ventour. 

envitz, pi. règ., 6497, inviter, 
terme de jeu. 

er 3064, hier. 

er 1072 (en rime avec enquer), 
maintenant} 

ereubutz, part. p. d'un verbe 
erebre, inusité aux autres 
modes, 3762, 4942, 6735, 
transporté de joie. 

erguillosa 3851, orgueilleuse. 



VOCABULAIRE 



ergulhir, subj. pr. erguolla, réfi., 
3714. être orgueilleux. 

erras 1342, 3430, manières, 
mines, proprement erre, erre- 
ment; Mistral, erro. 

es, pour et, 1294, 7448, et. 

esajar, voy. assajar. 

esbaït, plur. suj., 3608, ébahis. 

esbalausitz 2365, ébloui, qui est 
momentanément privé de la vue 
par un éblouissement. Mistral, 

ESBALAUZI. 

esbaudir, réfl., 2333, 4446, se 
réjouir. 

esca, subj. </'issir. 

escadafal 7255, échaufaud ; cf. 
cadafals. 

escafit 7631, svelte, délicat. La 
traduction donnée par Rayn., 
III, 143, « potelé» est erronée ; 
cf. anc. fr. eschevi. Mis- 
tral, escafi, « étroit, étriqué». 

escalos, pi. règ., 1256, échelons. 

escapar 3490, 3692, 791 1, échap- 
per [à une maladie, à une 
peine] ; construit avec la prép. 
de ou employé absolument, 
6516, terme de jeu employé au 
figuré, dont la signification pré- 
cise est obscure. 

escaritz 3698, seul, abandonné. 
Anc.fr. escheri. 

escarnir, esquarnir. ind. pr. pi. 
2° p. esquarnes 1148, pi. ^'p. 
escarnisson 1186, prêt. s. 3 p. 
esquarni 4135, part. p. escar- 
nida 4185, tourner en dérision. 



escendre 3572, s'enflammer, fig., 

rougir. Cf. encendre. 
eschantir, réfl., 1178, s'apaiser, 
s'éteindre. Raynouard, II, 312 
et III, 146, escantir, Mis- 
tral, ESCANTI. 
esclarsir, réfl., 2175, briller, 
devenir éclatant, en parlant du 
soleil. 
esclaus 7566, bruit de pus; le 
sens ordinaire est plutôt trace de 
pas. Ane. fr. esclo. 
esclaus, fém. esciava 18, 56, 
1556, slavon, originaire de 
Slavonie; 4169 esclave : les 
deux sens de slavon et d'esclave 
sont réunis auv. 1556. 
escobar 1492, balayer. 
escofet, en — 42 3 7, sur-le-champ , 

à V improviste ; ex. unique. 
escogossatz, part, p., n 68, co- 
difie. 
escola, tener ad — 4766, ensei- 
gner, prêcher [quelqu'un]. 
escoloritz 2337, 3032, décoloré, 

pâle. 
escondir 2753, 5617, 6221, refu- 
ser. 
escondre, réfl., coud. p. escon- 
dera 4000, part. p. escundutz, 
3926, cacher. 
escontra, voy. encontra, 
escrima, 4340, escrime. 
escrimir 1629, pratiquer l'es- 
crime, Jaire des armes, 
escriure («n rime avec tiure) 3464, 
cond.p. escriran 1334, écrire. 



VOCABULAIRE 

escundutz 



349 

oy. escondre. 
escupir 3123, cracher. 
escurs 1421, obscur; 7036, fig., 
désagréable, qui fait mauvais ac- 
cueil} Le sens est douteux par- 
ce que la leçon est douteuse, fo 
le coms ayant été substitué 
par conjecture à fol camis. 
escurzitz 2364, qui a la vue 

obscurcie. 
esdemessa 430, bond, part. p. 
pris substantivement d'esde- 
metre, bondir, « assultum 
facere » selon le Donat proven- 
çal d'Hugues Faidit (éd. Sten- 
gel, p. 36, /. 38); esdemetre 
a le même sens en français : 
Son bon ceval i a fait esde- 
metre (Rolant, v. 1567). 
esdreissar, voy. endreissar. 
esdug, part. p. plur. suj. d'es- 
duire(wi. escug, en rime avec 
enueg), 5236, détournés, éloi- 
gnés; anc.fr. esduit. Cette in- 
terprétation 11'est cependant pas 
très sûre, le texte étant douteux. 
esfellar, réfl., 1252, s'irriter, de- 
venir furieux} La forme est 
garantie par la rime (ella) ; il 
semble donc impossible d'identi- 
fier ce verbe avec esfelenar, 
Ra\n.,\\l, 301. D'autre part, 
il y a en anc. fr. esfeler, es- 
feller (voy. Godefroy) , briser, 
mais ce sens ne parait pas con- 
venir ici. 



350 

esforsar, réfl., 226, 3819, 6025, 
7460, faire effort. 

esgarar 1374, 4345, 6538, 
6570, 7422, regarder. 

esgardar 524, 529, 919, regar- 
der ; 40, avoir égard à. 

esgart 3759, regard, pur ext. 
mine, apparence; plur. , 542, 
6589, regards. 

esgauzir, réfl., 1947, 7144; 
neutre, 6619, se réjouir, jouir. 

esglai 2533, effroi. 

esglaiar, réfl., 56; acl., 5045, 
remplir d'effroi. 

esgolas, pi., 6598, parait signi- 
fier bagatelles. Mistral enre- 
gistre eigolo « lavage, soupe 
ou sauce trop liquide, vin ou 
l'on a mis trop d'eau » ; mais 
ce mot, probablement dérivé 
(i'aiga, ne peut guère être iden- 
tifié avec esgola. 

esimbru 3679, drap de couleur 
grise(grisdefer).Anc.fr.isem- 
brun. Du Cange, isembrunus 

esmagar, réfl., 178,2789,7871, 
s'effrayer, perdre la force ou le 
courage, nous esmagues III, 
4936, 7417, soyez sans crainte ; 
part. p. esmagatz 6823, sans 
force, rendu impuissant par 
l'émotion ou la crainte. Ane. 
fr. esmaier. 

esmai 4111, découragement. 

esmaigriatz 2995, amaigri. 

esmansa, penre — 4464, essayer, 
éprouver. 



VOCABULAIRE 

esme, ad — 4875, à vue, sans, 
peser, ni mesurer (cf. Romania 
XXVII, 392, note 3), ici, au 
hasard. 

esmerar, réfl., 5539, s'épurer, 
s'affiner. 

esparger, prêt, espars 2484 „ 
épandre. Mistral, espargi. 

espavent 5026, crainte, effrois 

espaventa 2444, épouvantait, 
objet destiné à épouvanter les 
animaux. 

especier, plur. suj., 414, épi- 
ciers, marchands d'épices. 

espelofitz, sing. suj., 1160, hê- 
tissé, ébouriffé. On n'a qu'un 
autre ex. de ce mot : Et es se 
totz espelofitz, Vie de sainte 
Enimie, Rayn., III, 171. Mis- 
tral, espf.loufi , ébouriffé, 
hérissé. Pelofo désigne l'écorce 
ou la peau d'un fruit, la cosse- 
de pois. 

espendre, espren 1280, éprendre, 
enflammer. 

espéra 1236, sphère; trouver en 
sphère, employé ironiquement, 
signifierait trouver par des pro- 
cédés mathématiques. 

espéra 404, terme, délai; plur^ 
espéras 2165, 7858 (en rime- 
avec daveras), attente. 

esperdre, réfl., 3317, se perdre ; 
esperdut 3930, éperdu. 

espero, ad — 6y<)4,fig.,en háte^ 

espeutz 2443, ipieu. 



VOCABULAIRE 
espic 406, spic ou aspic, sorte de 

lavande. Ane. fr. espic. 
espiga 514, épi, bléi 
espinat 1162, buisson épineux. 
espoinchas 6067, élancements, 

douleurs poignantes. Mistral, 

ESPOUXCHO. 

espoiula 3243, 6124, bord du lit. 
Mistral ESPOUNDO. 

espondre, prêt, espos 5460, subj. 
espona 2580, 5075, 6586, 
part. p. espost 2934, exposer, 
expliquer. 

espren, voy. espendre. 

esquais 7866, dérision, moquerie. 

esquarnir, voy. esc. 

esqliern 1241, 4138-9, raillerie. 

esquilla 3828-9, 6696, 6902, 
cloche. 

esquilleta 15 13, 6047, 6747, 
clochette, sonnette. 

esquinas, plur., 3770, 5556, 
échine. 

esquirol 1163, 3282, écureuil. 

esquius, esquiva 7849, qui est 
d'un abord difficile, peu accueil- 
lant ; 3001, douloureux. 

esquivar 4289, 4592, éviter. 

essarradas, esseinar, essems, voy. 
ens-, 

esseinatz, essenhatz, voy. en- 
seinar. 

esser 432, 549, 776, 992, 1088, 
1167, 1169, eser 1166, 1168, 
11 70 (dans ces trois ex. on serait 
porté à couper que ser) ; ind. 
pr. sing. 1" p. son 8, 443 (en 



351 
rime), sui 1109, 1114, 1184, 

I269, I295, SOÌ 204I, 2° p. 

iest 73, 11 59, es 1799;/)/.!" 
p. em 1925, 5918, 6194, sem 
6195, 2' p. est 1917, 2129-30, 
2227,6673, 6683, es 1922, ses 
4583 ; imparfait pi. 1" pers. 
siam 6070, }' p. eron 918,950 
(plus souvent eran) ; prêt. s. 
fui 1094, 5318, pi. fom 3851; 
fut. s. serai 1112-3, 2237, 
sera 4953, 5642./)/. serem 82, 
2394, seran 85 ; autre jut. 
employé seulement à la}' p. du 
s. er 72, 118, 756, 783, 916, 
1143, 1275-6, 2035 (rime); 
subj. pr. pi. siu (pour sian ou 
sion) 878, 2012, 3592 ; pi. q. 
p. s. 1" p. ÍÒS2131, 2677, j* 
p. fos 122, 176, 219, pi. 2 e p. 
fosses 4004, j e p. fosson 215 ; 
cond. passé s. fora 168, 1100, 
2465, 3040,^/. foron (faute 
pour foran î) 1187 ; être ; 2854 
sia que soit que , soit admis 
que. Loc, voy. be, bel, cor, 
meinz, pros. 

est 2042, cet, ce. 

establar 1936, mettre à l'écurie. 

estables 1902, écuries. 

establir, part. p. establit 7706, 
établi, en triin (en parlant 
d'un tournoi). 

estalbiar, estalbies, subj. pr. pi. 
2' p., 3672," épargner quel- 
qu'un, lui épargner de la 
peine; nous estalbies 5690, 



35 2 VOCABU 

ne vous priver pas. Mistral, 

ESTAUBIA. 

estar 487, 1420, 4212, 1768; 
ind. pr. s. 1" p. estauc 4144, 
}° p. esta 4770 (rime avec a 
estreit), 6044, estai 1020, 
1782,1929,2353,2565,3788, 
3988, 41 12 (rime avec esmai), 
4290, 4650 ; pi. f p. estan 
392, 420; prêt. s. }' p. estet 
271, 546; subj. pr.s. i*p. estia 
estiu 1307, 5488 (rime avec 
estiu, été) 6428 ; coud. p. estera 
1409,2603 ; y sensgénèral, se 
tenir, résider en un lieu, par ext. 
séjourner nu temps plus ou moins 
long ; 2788, attendre ou suppor- 
ter avec patience ; — de 
1100, n'avoir pas. manquer 
de (?) ; laissas nos estar 5699, 
laissez-nous en repos; 3488, 
aller, être séant (en parlant 
d'un vêtement ; ben estans. 
6661, en bon état, en bonne 
santé; réf. et impers., 1023, 
6428, est dit d'une chose qui 
va bien ou mal pour quelqu'un. 

estar 3380, 3514, habitation, 
logement. 

estavanir 3306, s'évanouir, tom- 
ber en Jai blesse. Mistral, esta- 
van 1. 

esteinner, subj. pr. esteinna 54, 
pi. q. p. esteisses 2763, faire 
mourir, tuer. Cf. estreiner. 

«steletas, 3407, 6378, étoiles 



LAIRK 

[d'or] appliquées sur un, 

de pourpre. 
estendillar 3303, étendre les 

membres par un mouvenunt 

réflexe. 
estendre 3078, 3595, tendre, 

présenter (un objet). 
esterillar, réf.. 1262, s'étriller. 
estiers 5648, autrement, dans 

d'autres conditions. 
estiu 3487, été. 
estia, voy. estar. 
estivals 2200, jambières, ou, 

bottes. Ce mot est rendu par 

« tibialia » dans le Dict. de 

Jean de Garlaude, paru ecrea, 

osa » dans le Vocab. prov.-lat. 

du XV' siècle (Rev. d. 1. 

rom., 4' série, V, 84, stival). 

D'ex, cités par Du Cange, 

/KSTIVALIA, ESTIVALIA, ESII- 
VALLUS, ST1VALE, il résulte que 
l'estival était une botte légère. 
On sait d'ailleurs que cette chaus- 
sure était considérée comme un 
objet de luxe, car les estivals 
sont interdits dans une ordon- 
nance somptuaire de i}6j 
(Petit Thalamus de Montpellier, 
p. 163). Actuellement, le mot 
11e s'emploie plus que pour dési- 
gner les grandes bottes de 
pécheurs on d? chasseurs au 
marais (Mistral, estivau). 
estivar 607, jouer de l'estiva, 
instrument à vent jusqu'ici 
assc^ ma l défni, qui paraît 



VOCABULAIRE 



avoir été une sorte de cornemuse, 
d'origine galloise ou bretonne ; 
voir Du Congé, stiva 2. 

estornudar 5242, éternuer. 

estornut 5245, èternuement . 

estorser, ad., 2897, 3709,4769, 
5363, S4 02 > t* nr d'affaire, 
de difficulté; neutre, 5770, 
6073, se tirer d'affaire, échap- 
per [à une maladie] ; part. p. 
estortz, estors, estort 5362, 
6402, 7784. 

estout 2886, fier, hautain. C'est 
le sens des ex. relevés par 
Raynouard (III, 220) et 
interprétés au sens d'imprudent, 
étourdi. Diex_, II c. 

estrada 3387, route. 

estragar 1022, ^69 , 13 31, 
extravaguer, agir ou parler 
follement. 

estraing, estrains, estrain, es- 
trang, estraina 1046, 2043, 
3799, 4083, 5604, étranger; 
4402, étrange. 

estraire 2970, retirer, enlever. 

estras 1965, construction an- 
nexée à une autre, comme 
un appendice (lat. exteras ; 
mais le sens est souvent celui de 
chambre, appartement, et il 
semble que ce soit ici le cas. Le 
sens de balcon, galerie (loir le 
vocab. de la chanson de la croi- 
sade) conviendrait moins biett. 

estrechamen 6018, étroitement, 
en se pressant F un vers Vautre. 
T. I. 



355 

estreg, pris adverb., 5935, 7644, 
même sens que le précèdent. 

estreiner, prêt, estreis 4501, 
subj.pl. q. p. estreisses 284; 
part. p. pi. estrinz 11 36 
(pour estreinz). || 284,334, 
5941, 7636, ètreindre, serrer 
dans ses bras; rèfl., 4501, 
5829, se serrer, se ceindre, 
[d'une courroie]. Au v. 573, 
estreiner pourrait être corrigé 
en esteiner. 

estrena 799, 2252, 6467, 7359, 
étrenne, présent, spécialement le 
premier présent fait à quel- 
qu'un. 

es tri bot 117 5, sorte de chanson 
satirique. 

estrinz, voy. estreiner. 

estru 4871, pleinement, positive- 
ment. Les deux ex. de ce mot 
que cite Raynouard (III, 232), 
et qui sont empruntés à la Vie 
de sainte Enimie présentent ce 
mot comme subst. (per gran 
estru, ad estru). Mistral, 

ESTROUS. 

estug 3901, cachette (littérale- 
ment étui). 

estujar 1937, 1999, 3094, 
serrer, mettre dans un étui; 
fig., 7688, garder, conserver 
soigneusement. Mistral, estu- 

CHA. 

esveillar, rèfl., 3372, s'éveiller. 
eus, pour eu vos, 741 ; pour e 
vos, 3059. 

25 



354 VOCABULAIRE 

evers 1255, renversé, à la ren- 
verse. 
evesques 293, évique. 



Fadet, fadeta 6235, f ou > sot - 
Mistral, fadot. 

fadiar 6208, attendre vainement, 
être frustré. 

faiditz689, exilé, ou forcé de s 1 exi- 
ler proscrit. Du Cange, faidi- 

TUS, SOUS FAIDA. 

fail 3583, 4387, pour fa li. 

failla 781 1, faute. 

failliment 5589, faute. 

faillir, fallir 402, 3524, 3861, 
6294; ind. pr. s. 3' p. fail 
247, 352, 616, 860, 2126, 
faill 6274 ; prêt. s. 3' p. failli 
590; pi. 3' p. failliron 731 ; 
subj. pr. s. f p. falla 4756, 
5620 ; part. p. faillit 3525 ; || 
402, 590, 616, manquer, Ja ire 
défaut (avec ou sans rég. in- 
dir.) ; 352, 2136, 6274, défail- 
lir, arriver à sa fin; 731, 3042, 
3524-5, 3861, 4756, être en 
défaut, se tromper; 247, 860, 
5588, 6294, faillir, faire une 
faute, pécher [envers quelqu'un], 

faire 107, 364, 593, 1315-6, 
3336; far 363, 514, 961, 
984, 1034, 1293 ; ind. pr. s. 
i T ° p. fas 1897, 2309 (rime 
avec assas), 4057 (rime avec 
bras), faz 2858 (rime avec 
amoratz), faiz 4046 ; 2' p. fas 
I 273.342S;r/- fai S2, 150, 



383, 393; fa 2328, 2450, 3338 
(rime avec valra, rema, a) ; pi. 
1" p. faim 7389, fam 7421 ; 
2 e p. faitz 277, 3845, fahz 
564, fas 753; 3' p. fan 28, 
297 ; prêt. s. 1" p. fis 3254; 
2" p. fesist 4017 ; 3' p. fes 
43, 270, 296, 326, 338;/»/. 
1" p. fezem 3064; f p. 
feiron 5565, 7436, 7449, 
7474 ;fut. s. }' p. fara 1560; 
impér. s. 2' p. fai 130, 915 ; 
pi. 1" p. fassam 135; 2° p. 
faitz 713, faiz 6439, *" s 
3069, 3^77, fagz 5707, fag 
7321; subj. pr. s. 1" p. fassa 
336, faza 368, 3873; pi. 1" 
p. fassam 121 ; 3' p. fassan 
6489; pi. q. p. s. 3' p. fezes 
291, feses 321; cond. pr. s. 
i' e et 3° p. faria 12,34, 128; 
pi. 3° p. farion (deux syll.) 
4141 ; cond. passé s. 3' p. tcira 

747. fera I SS4. P l - 2 ' P- 
faratz 4404, 3° p. feiran 488 ; 
part. p. faitz 5749, fag 146, 
401, 408, fah 70, 2040; Il 
faire; rappelant un verbe pré- 
cèdent 1541, 3113, 3931 ; — 
amie 5875, — drut 1560, 
faire (se procurer) un ami , un 
amant ; — un cavallier 6489, 
même sens; — amor 984, 
donner une preuve d'affection ; 
— destorbier 296, causer du 
trouble, de la contrariété ; — 
ergueil 12, faire preuve d'or- 



gueií; — fnerces 6647, 7449» 
remercier ; — o 1074, faire 
ce qu'on n'ose pas exprimer 
{cf. Rayn., III, 261 b; même 
loc. en fr., Amadas 2372, 
2379. 3535, 6775); — un 
mot 3873, dire un mot; 
— mais oils 11 19, regarder 
méchamment, durement ; con- 
struit avec un inf, faire auzir 
593, fai sezer 829; — que, 
avec un ad}., — ques enix 
858 , que nescis 4445 , faire 
ce que ferait un homme cruel, 
sot, agir cruellement, sotte- 
ment; rèfl., 1048, se faire, se 
prétendre; après saber, 1343, 
6020, faire; loc, faitz vos en 
lai 324$, allez là-bas, éloignez- 
vous; fai s'el, fai s'il, fan s'il 
28, 47, 54, fait-il, fait-elle, 
font-ils (au sens de dire), cf. 
Leys d'amors, II, 390, fi 
m'ieu per disshi m'ieu et enfr. 
fist se il, Rois, p. 163, etc. Vcy. 
aital, camba, conort, merces. 
faissa 7362, liasse, paquet. 
faissolas 6597, bande, ceinture 
tenant lieu de corset, à en 
iuger par le contexte. En tous 
cas c'est une assez intime partie 
du costume féminin. Du Cange, 
FASCiOLA, cite des ex. où ce 
terme désigne soit des jarre- 
tières, soit des bandes dont on 
s'entourait les jambes, mais il 
s'agit du costume de religieux. 



VOCABULAIRE \ $ 5 

faissonar, faisonar 1565, 1603, 

former. 
faissos, sing. suj., 1579, f a ' so 
527, 1582, la manière dont 
on est fait, l'apparence géné- 
rale du corps, plus particuliè- 
rement le visage. 
faitis, plur. faitisses 5054, 

bien fait, bien ajusté. 
fallensa 6291, faute. 
fallida, senes — 4301, sans faute. 
fallir, voy. faillir, 
fais, falsa 1122; suj. sing. et 
plur. rég. falses 4284, 5002, 
faux. 
fane 3794, fange. 
fantaumetas 5233, illusions, chi- 
mères. 
far, voy. faire, 
fasenda 3907, affaire, ce qu'on a 

à faire. Mistral, fasendo. 
fassa 5^2, face, visage. 
faula 316, fable, récit fabuleux. 
fe, a bona — 5207, en bonne 
foi, sincèrement ; a mala — 
898 ; a la fe 4614, par foi, en 
vérité; fe quem deves 886, 
par la foi que vous me devez. 
fege 2538, foie. 
feinchas 733, feintes, le fait de 
feindre un sentiment; senes 
— 4625, sans *einte, sincè- 
rement. 
feinedor, rég., 5349* celui I' d 
feint un sentiment qu'il 
n'éprouve pas, hypocrite. 
feiner, fener, cond. p. fenera 



356 

1197; fart. p. feinz 73; || 
rèfl., 29, 4924, dissimuler ses 
sentiments; 1197,2047, 3393, 
5344, se feindre, se faire 
tasser pour [malade, guéri, 
etc.] ; 1765 feindre [l'amour] ; 
7076, se donner pour amoureux 
[d'une personne] ; rèfl., et avec 
négation, 73, 554, ne pas 
feindre, agir réellement. 

fendre, ind. pr. fen 6480, fendre 
{neutre), se fendre. 

fenestra 1964, fenêtre. 

fenestral 790, 829, 919, 1365, 
2125, 3323, fenêtre. 

fer 1979, fer, et spécialement 
armure de fer. 

fera 2894, bête sauvage. 

feramens 3418, fièrement, rude- 
ment. 

feridor, plur. su/., 8041, com- 
battants. 

ferir, prêt, feri 4610 ; subj. pr. 
fera 4740; pi. q. p. feris 
1696 ; part. p. feritz, ferit 
3028, 3031, frapper. 

fermais 5988, broches ou agrafes 
servant à fermer une robe, un 
manteau. 

fermansa 5061, 6584, 7798, 

8033, assurance, garantie. 
ermar, part. p. fermada 5685, 
parait signifier l'état de la 
lune en conjonction, c'est-à-dire 
plongée dans l'obscurité. 

ferre 2065 (rime avec querre), 
2895, 2901, fer. 



VOCABULAIRE 

fers 8032, fers, pour enchaîner 
un prisonnier. 

fers 1161, 1562, 427 4, farouche, 
sauvage; 6365, grossier; fer, 
neutre, 1028, pénible, dur. 

fesica 5446, physique, état phy- 
siologique. 

fi, la corta — 5 119, la fin, la 
conclusion finale. 

fiera 190, foire. 

fieus, fieu 766, 5573, 5580, 

M- 

fil 5824, fil. 

firta 4589, fin, cessation [d'un 
travail] ; anc. fr. fine. 

finar 1318, cesser, s'arrêter. 

fins, fi, 1172, 5956, fin, raf- 
finé. 

fis 3734, sur [de qquti], confiant. 

fisar, réfl., 3941, se fier. 

fivella 2241, 2254, 8014, boucle 
[d'une courroie]. Mistral, fi- 
vello. 

flacs 3033, 3471, mou, faible. 
Mistral, fla. 

flairar 6753, sentir, répandre de 
l'odeur. 

flamejar 213. flamboyer, briller. 

flanc 1016, flanc, côté. 

flars 7496, jets de flamme. Mis- 
tral, FLAR. 

flautellar 604, jouer de la flùtc. 

flestellar 607, jouer du fifre, 
selon Rayn., III, 339. Tou- 
tefois, selon Bottée de Toulmon 
(Annuaire de la Soc. de 
l'Hist. de fr., 1839,/». 193), 



VOCABULAIRE 



en anc.fr. le frestel était notre 
galoubet. Frestèu (Mistral) s'est 
conservé en prov., mais a perdu 
son sens propre. Mistral enre- 
gistre fleitet (sous flahutet) 
qui est Fane, flestel avec un 
autre suffixe, et le traduit par 
c galoubet, petite flûte à trois 
trous dont on joue de la ma in 
gauche en s' accompagnant du 
tambourin ». Cotgrave dit que 
le fretel est une sorte de sifflet. 

foil 2595, 2597, 31 43, feuillet. 

foilla 2671, 6041, feuille d'arbre, 
fuilla d'aur 3564, feuille d'or 
battu. 

follejar, ind. pr. s. i re p. follei 
4716, agir en fou ; au v. 1192, 
folleja a la forme delà 3° pers. , 
bien que le sens exige la 1". 

folleza, follesa 1222, 6269, 
6S6i,follie, l'opposé de sens. 

follia, mètre en — 1199, faire 
commettre un acte de follie. 

follor4046, 5265, même sens. 

folz, fols, folla 11 59, 1204, 
1226, 1234, 1342, 4822, 
4960, 4976, fou, folle. 

fon 7855, source. 

fondre 6530, fondre, se dissoudre, 
fii- ; refl., 4819, se dissiper. 

for 2409, 3920, 5742 (ces trois 
ex. en rimé), hors, dehors; 
3212, excepté. Cf. fors. 

fora 2475, hors; en — 4579, 
en dehors, excepté. 

força tz 1604, fourché. 



357 

forfag 4605, forfait, action cri- 
minelle. 

forfes, plur., 1129, 3579, grands 
ciseaux, Mistral, forfe. 

formen, voy. fortmen. 

formir 2373, 6345, 7 y y o, four- 
nir, accomplir [un message] ; 
réfl., 1716, 5612, profiter, se 
procurer un avantage, un béné- 
fice ; part. p. formitz 2214, 
en bon état, en forme. 

formitz 2215, fourmi. 

fors 42, 1051, 2332, dehors; 
d'una en — 815, excepté une ; — 
de avec un hifin. 1218. Cf. for. 

forsa 643, force ; joint ou opposé 
à engein, 333, 1302; tornar 
en se (ms. sa) — 644, user de 
violence contre soi-même, se 
tuer (cf. G. Paris, Romania, 
VII, 456); 1281, forteresse. 

fort 962, 2608, fortement, beau- 
coup ; servant à former un 
superlatif, — be 988, 3951, 
.4236, 7070, fortbo 1065. 

fortmen 1115, formen iy S, for- 
tement, beaucoup. 

forviar 4264, dévier, se détourner 
du bon chemin, se fourvoyer. 

foudatz 5264, acte de folie. 

fraisse 5873, frêne; l'expression 
far corolla desotz lo fraisse 
doit être analogue à notre 
« attendre sous l'orme ». 

fraitura 308, manque, disette. 

franc -a 203 3 , franc, libre, opposé 
àserf; 2208, franc, sincère, pur. 



358 

frances 1909, français (langage). 
francesch-a 2241, français. 
franher, part. p. fragz 7882, 

briser; neutre, 7887, 8016, 

se briser. 
freg, subst., 1286, 1719, froid. 
freg, freja 1477, froid. 
frémir 11 18, 7006, frémir, au 

propre. 
fren, tirar lo — 5262, tirer le 

frein, fi g., conduire. 
fresc-a 946, 2283, 5743; fres 

3281 (rime avec mores) ; 

frais, en bon état ; 2240, 3281, 

frais, neuf. 
frescura 2335, fraîcheur, endroit 

frais; ex. unique. Mistral, 

FRESCURO. 

fresel 3587, frezell 5987. sorte 
de galon pouvant servir à faire 
des attaches ou des garnitures 
de manteaux. Du Cange, fre- 
sellus. Godefroy traduit à tort 
ce mot par « peigne » . 

fresquet-a 3412, diminutif de 
fresc. 

frezir iti8, frissonner de froid. 
Mistral, fresi. 

frontal 5987, ornement de tête, 
bande qui ceignait le haut du 
front. Du Cange, frontale; 
Godefroy, frontel ; Mistral, 

FROUNTAU. 

fronzit, part. t>., 5826, froncé, 

plissé. 
frucha 516. 462 (huche), fruits 

en général (nom collectif) ; 



VOCABULAIRE 

4680, récolte de fruits ; fruchas, 
plur., 945 , fruits. Mistral, 

FRUCHO. 

fueill, ce mot termine les vers 
5 545 et 5546, ce qui est évi- 
demment fautif ; je l'ai conservé 
au v. 5545 où il n'a de sens 
qu'à condition de changer ser, 
qui lui est opposé,en flor, comme 
je l'ai proposé en note, ou en 
fen, selon Vliypothèse de M. To- 
Mer (Gcett. gel. Anz., 1866, 
p. 1782). Dans la première 
édition j'avais changé de fueil 
en d'esveil, ce qui, par le rem- 
placement d'une seule lettre (s 
substituée à f), procurait un 
sens satisfaisant, esveil (réveil, 
heure du réveil, le matin) 
s' opposant à ser ; mais il est 
certain qu'esveil rimerait mal 
soit avec fueil qui, dans le ms. , 
termine le vers suivant, soit 
avec dueil qu'il m'a paru à 
propos de substituer à fueil. 

fugairos 1996, foyer. Rflyn., III, 
346, FOGUAiRO ; Mistral, 

FOUGUEIROUN. 

fugir, ind.pr. s. _?* p. fui (rime 
avec cui) 5732, fug (rime avec 
frug, cug)403S, 7670; prêt, 
s. 3° p. fugi 639 ; fut. fugira, 
7546 ; subj. prés, fugissa 7549 ; 
fuir ; fig., 7670, échapper à la 
vue, à l'attention. 

fuilla, voy. foilla. 

fum 5528 (voir la note), fumée. 



VOCABULAIRE 



fumadas 5781, leçon probablement 
fautive, au lieu de fermadas. 
fustz 4742, bois. 

Gabar, rèfl., 2109, p.-ê. aussi 
3705 en substituant si à li, se 
moquer, railler. 

gaimentar 3577, se lamenter; 
rèfl., 4125, même sens. 

gaire 306, 1360, 3130, 3986, 
4567, 5483, 5788, £•««-«, beau- 
coup, longtemps; se construit 
généralement avec mu négation. 

gais, gaia 788, 1784, 2310, 
gai. 

gaita 632, 3368, 5884, guetteur; 
anc. fr. gaite, guete. 

gaitar 1386, guetter. 

gaje 7151, gage. 

galabru 3680, étoffe grossière de 
laine. Du Cange, galabru- 
nus ; Godefroy, galebrun. 

gallinas 396, poules. 

galop, de — 7703, de galobs 
7698, au galop. 

gandir, rèfl., subj. pr. gandissa 
7550, se détourner. 

ganren, ganre 1709, 3150, 
7329, beaucoup. 

ganzida 6206, défense, interdic- 
tion. 

gap 810, 7856, plaisanterie . 
4343, 474 1 » 58", 6803 , 
bruit, sens qui se retrouve 
dans le Nouveau testament de 
Lyon : Mas après quel gabs 
pesseç (postquam autem ces- 



359 

savit tumultus, Act. xx, i) ; 
E vi lo gab (et vidit tumul- 
tum, Marc, v, 38). 

garan, per — 1601, même loc. 
dans Jaufre {Appel, Prov. 
Chrest. 3, 130), d'une façon 
régulière; bien proportionnée. 

garandar 4762, garder, retenir. 

garar 854, 1361, 1503, 2299, 
2481, 2429, 2601-2, 3 118, 
4221, regarder avec attention ; 
144 1, I7!9> S838, garder, 
protéger, si Dieus mi gar 
3502; rèfl., 3794, se garder, 
se protéger; 4148,4740, 5608, 
7790, se garder [défaire un» 
dose] ; 1386, se défier. 

garba 1326, gerbe. 

garbaisos 701 1 , gambaison , 
pourpoint rembourré qui se 
plaçait sous le haubert. 

garda 1290, garde, gardien ; 
4980, garde, l'action de gar- 
der ; penre — 2410 prendre 
garde, faire attention. 

gardar, guardar 1095, 1152, 
UJ5, 1205, 1284, garder, 
surveiller ; 1082 , garder, pro- 
téger [contre qquti], Deus vos 
gart 833 ; 3196 observer, tenir 
compte de; 3116, 3933, regar- 
der; rèfl., 335, 1194, 3 6 9° 
(corrigé) , se gai de. 

gardi 23 32, jardin. 

garimenz 5099, guèrison; S 393, 
protection. 

garir 239, 904, 5096, guérir 



360 

5505 ; prêt. s. V e p. gari 5680; 
fut. garra 905, garretz 4584; 
subj. pr. garisqua 1992 ; part, 
b. masc. garitz 176, gueritz 
5439, fêm. s. garida 4586, 
guerida 5439 ; || actif, 239, 
904-5, guérir; neutre, 1992, 
4584, guérir. 

garison 5123, guérison. 

garlanda (wiî. carlanda) 350, 
couronne ou guirlande destinée 
à maintenir les cheveux et dont 
usaient les hommes aussi bien 
que les femmes (voy. Jaufre, 
dans Lex. rom., I, 54 b). Du 
Cange, garlanda i. Ce mol 
s'est conservé avec le sens de 
couronne de mariée ; Mistral, 

GARLANDO. 

garnimen, plur., 3815, 5901, 
ornements, et spécialement ten- 
tures. 

garnir 401, 1715, garnir, pré- 
parer [un logis] ; réfl., 6880, 
se préparer ; part. p. garnitz 
434, armé. 

gasainar, voy. gaz-. 

gastar 225, 1689, dépenser. 

gauhz, gausz 258, 2189, 3989, 
4104, joie, jouissance ; us — 
era qui lui vesia 3749, c'était 
un plaisir de le voir. 

gausir, voir gauzir. 

gauzimen 4322, joie, jouissance. 

gauzions 4J$7, joyeux. Cf. jau- 
sionz. 

gauzir, gausir, avec la prép. de 



VOCABULAIRE 



2856, 4051-2, jouir de; ad., 
3124, même sens; réfl., se 
réjouir ; gausenz 3627, gau- 
sen 4247, 7653, jauzen 344, 
joyeux, plein de joie. 

gazai n , gazanz 2266, 4382, 
gain, bénéfice. 

gazainar, gasainar 1688, 4526, 
5346,6513, 6515, gagner. 

geinz, geins, gein, gen 693, 
2587, 3326, 3821, 4336, 
5021, ruse, trait d'habileté. 

gelos 882, 1106, 1109, 1159, 
1167, 1172, 1220, 1332, 
1340, gilos 1184, 1187, 
1252, gilosa 1339, jaloux 
(adj. et subst.). 

gelosia 879, 1321, 1330, gilo- 
sia 1337, 5786, jalousie; 
1337, ^ a f&lousie personnifiée. 

genos, voy. ginos. 

genre 6959, gendre. 

gens 6739, ges 166, 850, jes 79, 
857, pas, mot servant à ren- 
forcer la négation ; explétif, sans 
négation, 4157. Mistral, gens. 

gensar, réfl., 3814, se parer. 

genta 555, gente, gracieuse. 

gentilesa 3329, 4857, noblesse 
de naissatwe ou de sentiments. 

ges, voy. gens. 

geta, voy. gitar. 

geus 1125, 1546, pour ja vos. 

gibre 4674, givre. 

gieta, voy. gitar. 

gietas, far — 5059, jouer aux dés, 
risquer sur un coup de dés; le 



VOCABULAIRE 

contexte semble indiquer le sens 
de surenchère ; geter dessus a été 
employé en ce sens ; voy. Godefroy. 

giga 605 , gigue, instrument à 
cordes. On a des reproductions 
anciennes de la gigue, notam- 
ment dans la Notice sur un 
livre d'astrologie de Jean, 
duc de Berry, par M. Delisle 
(Bull, du bibliophile, 1896). 

gilatz 2907, gelé. 

gilos, gilosa, gilosia, voy. gel-. 

ginoilz, de — 7 I 03, à genoux. 

ginollos, de — 2848, 3569, da — 
7741, à genoux, anc. fr. a 
genouillons. 

ginos 1790, genos 737, gin- 
nosa 1599, rusé, habile. 

ginosamen 4750, délicatement, 
avec précaution. 

ginosetas 2614, rusées, fines. 

giquir 44, 4365, laisser de côté 
[une personne , une chose] ; 
15 16, 3618, laisser [défaire 
une chose] ; 1456, 3552, laisser 
permettre; 7514, laisser, céder 
[la. place à qqun] . 

girar, réfl., 1014 {voir la note), 
3107, 7531, se tourner. 

girofle 407, girofle. 

girviers 688 5 , janvier. 

gitar 3745, ind. pr. geta 998, 
gieta 5667, subj. pr. get 
105 1, jeter; — lo pe 5086, 
mettre le pied [en un lieu, s'y 
rendre] ; — de preiso 4979, 
mettre hors de prison. 



361 

glaz, glas, 947, 4678, glace, 

gelée. 
glazis 54, glaive, mort violente. 
glosa 5076, glose, commentaire. 
gola, pendutz per la — 1308, 

pendu par le col. 
gonella 221 1, gonelle, robe de 

dessus. 
gostar 6012, goûter. 
gota 5671, 5679, 6352, douleur 

rhumatismale. 
goz 1504, petit chien, « cotz 

parvus canis », Donatz prov., 

éd. Stengel, p. 58, Die\, 

CUCCIO . 

grailes, grailles 7270, 7693, 
trompette à son aigu, sorte de 
clairon. 

gran, de bon — 1634, de bonne 
grandeur, de belle taille. 

granar 4660, monter en graine; 
granada 4637, pourvue de 
graines. 

gras 1296, gras. 

grat aver — 1671, avoir gré, 
s'attirer la reconnaissance ; 
saber bon — 373 , savoir gré ; 
servir en — 347, servir [qqun] 
à son gré; mal son — 4650, 
malgré soi; per mon — 63^8, 
per son — 1084, à mon gré, 
à son gré. 

gratar 1259, grathr. 

grazir, grasir 4843, 5966, ind. 
pr. grasisc 5918 , grazem 
5381, grasisson 6638; part, 
p. grazitz 690, 4783, gra- 



362 

sida 7819 , remercier ; 690, 

faire bon accueil. 
greu, adverbe, 1130, avec peine. 
greu, grieus 1143, 1759, 1831- 

2, 5997, pénible, douloureux. 
greujar 832, accabler; greujatz 

6337, aggravé. 
grevar , subj. pi. q.p. grèves (ms. 

graves) 2526, être à charge, 

être pénible. 
grezesc 2282, grec (langage). 
grieus, voy. greu. 
grifon 1556, grec (de nation). 
gris 192, gris (fourrure). 
gris, adj., 2193, 6798, de couleur 

grise ou de la fourrure appelée 

gris. 
gronir 7175, grogner, témoigner 

de la mauvaise humeur. 
gruas 394, grues. 
gruneza 3562, tristesse. Rayn., 

III, 501, GRINEZA. 

guardar, voy. gardar. 

guérir, voy. garir. 

guerrejar, v. act., 3418, guer- 
royer, faire la guerre à qqun. 

guidar 5892, 6366, guider, con- 
duire ; fig. , 803 5 . 

guinhar 1055, guigner, faire 
signe de l'ceil. 

guinhonutz 1559, moustachu. 

guinnos 1554, moustaches. 
Mistral, GUiGNOUN. 

guins, plur. rég., 113 5, regards 
furtifs , subst. formé de 
guinhar. Mistral, guigno. 

guirensa 5317, guérison, 



VOCABULAIRE 



guisa, guiza .2735, guise ma- 
nière ; a — de 1430, à laguise 
(manière) de ; a ma — 4710, 
4720, à ma guise, comme il 
me plaît ; de même a vostra — 
6129, à votre gré ; de mala — 
2903, de mauvaise nature; de 
manta guiza 207, de mantas 
guisas 460, de moutas — 512. 

guizardo, guisardo 77, 2020, 
2250, 3612, 7750, récom- 
pense. Mistral, GUIERDOUN. 

Ha, exclatnation, 4222. 

ha, voy. aver. 

hanc, ho, hoc, hoi, hora, etc., 

voir les mêmes mots sans h. 

Icient, voy. eissien. 

ieil, pour ieu lo, 4571. 

ieis, voy. issir. 

iem, pour ieu me, 5806. 

il, plur. suj. du pronom pers. 
inasc. de la j' p., et sing. suj. 
du même pronom féminin, ils, 
elle; voy. el. 

ill 2486, 6533, pron. pers. fem. 
sing. suj., elle. 

imnari 2556, recueil d'hymnes. 

indulgenza 185, indulgence, au 
sens théologique. 

ins, inz, 959, 2201, 3222, 
4032, 6814-5, 7478, ordi- 
nairement joint à la préposition 
en ou a, dans. 

intier 5006, entier, complet. 

ira 6840, tristesse, affliction; 



VOCABULAIRE 

<fíi$, dépit ; périras 1^21, par 
dépit, par mauvaise humeur. 

iraisser, rèfl., irais IIIJ, 4110, 
5531 (voir la noté) ; irascuda 
1 404 ; 1 1 1 1 1 5 s'irriter con tre 
soi-même; 41 10, s'affliger. 

iratz 747, 5702, 5716, affligé, 
attristé. 

irissat 1161, hérissés (en parlant 
des cheveux). 

isnellament 8088, rapidement. 

isnelz, plur. rég., 3383, actifs. 

issarnit 6382, issernida 7051, 

voy. eissernir. 
ssien, voy. eissien. 

issir 3397, 6748; ind. pr. s. j* 
p. eis 491, 937, 1309, ieis 
4121 ; pi. 2' p. isses 15 18; _? e 
t. eisson 5521; imparf. issia 
1369 , ission 1874 ; prêt. s. 3* 
p. issi 2474, 3228,4880;/)/. 
j' p. issiron 2667 ;fut. décom- 
posé issir nos n'em 41 ; impèr. 
pi. 2 e p. eisses 5698, isses 
6465; subj. pr. s. }° p. esca 
1059, I 5 OI > 6886 ; pi. q. p. s. 
ì° p. issis 1077, 1511, 4882 ; 
cond. pr. issiria 1529 ; coud. p. 
issira 3139; part. p. eisitz 
433, issitz, issit 3607, 5369, 
5715 , issidas 3219; sortir. 

issorbar, voy. eisorbar. 

ist, plur. suj., à' est, 113 1, ces. 

istre 328, manière d'être, dispo- 
sition d'esprit. 

Ja 890, 1171, maintenant, pré' 



363 

sentemetit, déjà; 5240, certes. 
Cf. mais, 
jangolar 1505, glapir. Mistral, 

GINGOULA. 

jasse, jase 2093, 2524, toujours; 
en — 3709, à tout jamais. 

jasser, voy. jazer. 

jaune, jaunas 6998, jaune. 

jausimen 1411, jouissance, 
bonheur. 

jausionz, jausionda 6097, 6123, 
7665, joyeux. Mistral, jau- 
sioun. Cf. gausions. 

jauzen 344, joyeux. Voy. gauzir. 

jazer, jasser 951, 1824, 1973, 
2117 ; ind. pr. s. $° p. jai 
2725, 3246,3983; imp. jasia 
2148, 3469; prêt, jac 325, 
1801 :fut. jairai 3779, 6278 ; 
îttfy'./>r.jassa3243, 3874, jaza 
900 ; réf., 2148 ; être couclx, 
se reposer ; — ab 325, coucher 
avec [une personne] ; jassers, 
pris subst., 5969, l'action de 
coucher ensemble. 
ejunar 530, jeûner. 
es, voy. gens. 

ocs, juecs, joc par 6512, jeu où 
les deux partners sont dans des 
conditions égales ; per — 824, 
par jeu, par amusement ; aver 
— 6162, avoir de l'amusement 
[d'une chose] ; tener a — , dans 
une proposition négative, 5559, 
tenir à jeu, considérer comme 
chose sans importance. 

joglar, voy. jugter, 



364 VOCABULAIRE 

joia 263, 3589, 3957, 5990, 
7594, 7612, objets donnés en 
cadeaux, joyaux; ces objets 
n'étaient pas nécessairement des 
joyaux, puisque le musc et 
l'ambre sont comptés (v. 263) au 
nombre des joias ; 874, 3987, 
7042, joie; joia d'amor 1957. 

joiner, ind. pr. join 7999, part, 
p. juns 4861, jonchas 7742, 
joindre. 

joios 870, 5415, joyeux. 

jois 281, 949, 1988, 2357, 
2958, 2962, 3084, 3182, 
3647, 3959, joie, plaisir; 
3926, ce qui cause la joie, l'être 
aimé; — d'amor 2368, 5544; 
236, 748, 5507,/oie (tnasc.) 
personnifiée. Aux vers 281, 
1988, joi, étant suivi d'un mot 
commençant par une voyelle, ne 
peut être distingué de joia. 

jonc 844, jonc ; trencar — a San 
Joan 6192, trancher un jonc 
à la Saint Jean, superstition. 

jorn, per — 5611, un jour. 

j ornai 4360, occupation de la 
journée. 

josta 2447, auprès. 

josta 7952, 7997, joute. 

jostador, s. rég., 7792, jouteur 
(dans un tournoi). 

jostar 1690, 7717, 7950, jouter. 

jous 4873, 5273, 6347, jeudi. 
Cf. dijous. 

joveneta 4424, jeune, jeunette. 



jovens 247, 1102, 1768, 5423, 
jeunesse, la vie qui convient à 
un jeune homme ; personnifié, 
748. 

jovenselz, adj., 3757, jeune. 

jugador, s. rég., 3990, joueur. 

jugar 302, 612, 1746, 4244, 
4882, jouer ; 6491 , 6495 , 
6520, jouer, faire une partie 
à deux, sens figuré; 6082, plai- 
santer. 

juglars 214, 316, 503, 592, 
888, 991, 6789, joglars 
1708, 1717, jongleur. 

jugos-a 545, qui aime à rire. 

juns, voy. jonher. 

junturas 1612, les jointures des 
doigts. 

jurar 4408, rèfl., 4409, jurer, 
faire un serment ; 65 1 7, jurer, 
en signe de colère. 

jus 854, en bas. 

justiziar 3354, gouverner (rendre 
la justice étant considéré comme 
l'acte essentiel du gouverne- 
ment) ; 5387, supplicier, con- 
damner à subir un supplice. 



Kalenda 3257, 5517, le premier 
jour du mois; — maia 3235, 
3247, chant de mai. 

kalendas 6885, Noël. Cf. ca- 
lendor. 

Ladrier 5290, côté. 
lagrema 1403, larme. 
lagremeta 681 1, larme. 



VOCABULAIRE 

lai 219, 262, 1717, là ; e[n] lai, 
là, là bas ; d'en lai 8, de là, de 
ce point; de vos en — 7099, 
en dehors de vous, excepté tous ; 
faitz vos en lai 3245, éloignez- 
vous. 

laiamen 4185, d'une façon laide, 
injurieuse. 

laies, laiga, 1739,2053, laïc. 

lail 183, 1082, 3448, pour la li. 

laima 7010, lame. 

lainar 1462, geindre, se lamenter. 

laïnz, laïns 930, 1305, 1374, 
1427, 1998, 23CO, 3477, là 
dedans, à l'intérieur. 

lais, invar., 597, 599, 1706, lai 
[breton]. 

laissar 894, 5710, laisser, renon- 
cer à; — de avec un infut. ou 
que avec un subj., 2421, 6306, 
7658, laisser de [faire une 
chose] ; réft., 582, 1521, 2385, 
5234, 6016, même sens. 

laissus 7275, là haut. 

laizar, réfl., 1831, if souiller. 

hm. pour la mi, 4728. 

lan, pour la en, 4724, 5124, 
6323. 

languir 3237, 7859, ind. pr. 
languis 2325, 2431, prêt. 
langui 2456, languir. 

lansar, réf., 3416, se lancer, se 
jeter. 

lanz, pour lai nos, 3515. 

laorar 5134, travailler. 

lare, adj. pris adverb., 1586, 
7613, largement. 



largamen 2010, mime sens. 
las, laz, lassa 454, 1021, 1094, 

5622, las, lasse ! {exclamation). 

Voy. ai. 
lassar 1979, lacer [un heaume]. 
lasset 1028, 3324, 4009, las I 

(exclamation). 
latz, lada 496, 1584, 1616, 

7610, large. 
laupart 1430, léopard. 
laus, pour la vos, 1127, 1129, 

1130. 
lausengiers, voy. lauz-. 
lauzar, Iausari2i7, louer; 3728, 

remercier; réfl., 1711, se louer 

[de qqun\. 
lauzenga, lausenga 1230, 3497, 

4725, 7383, parole flatteuse; 

per — 5986, par amitié, en 

souvenir d'amitié. 
lauzengiers 7658, lausengiers 

5002, ce mot, qui n'a plus 

d'équivalent en français, com- 
bine l'idée de flatteur avec celle 

d'espion. 
lavar 505, 583, 1057, I 93S» 

1958, se laver les mains au 

moment du repas. 
laz, voy. las. 
le, art. masc. sing. suj., 78, 

140, 212, 255, 272, 410. 
lebres 397, li 
leg, voir lieitz. 
lega 1802, lieue. Mistral, lego. 
legendier 2313, proprement te 

recueil des légendes des saints. 



366 

et particuliéfefftent des légendes 
des confesseurs, mais ici, d'après 
le contexte, c'est plutôt un lec- 
tionnaire. 

legir 23 ii, ind. pr. pi. 2' p. 
leges 4819, part. p. legit 
1764, lire. 

legor 5232, loisir. Mistral, le- 
gour. 

legumis 403, légumes. 

lei, a — de 1590, 342$, 5604, 
à la façon de. 

lei, pion., voy. leis. 

leina 4172, bois, principalement 
bois de chauffage. 

leis, pr. pers. fèm. rég., 235, 
274, 348, 491, 578, 849, 
1073, 1101, 1193; lei 533, 
4949, 6260, 7918, liei 837, 
elle. 

leisson 2313, leissos 3768, 
lissons 2558, leçons, partie de 
l'office; lison 4537, leçon, ce 
que l'on a appris. 

lensol 2187, linge. Mistral, lin- 
cou. 

lentz, lenta 5964, lent. 

leris 2310, content, joyeux. Mis- 
tral, LÈRI. 

les, voy. lezer. 

letratz 5355, lettré. 

leu 2538, poumon. Mistral, 

LÈU. 

leu, adv., 331,1091,1560,2062, 
4110-1, facilement. Voy. ben. 

leugeramen 279 , leujaramen 
5255, facilement. 



VOCABULAIRE 



leujaria 705, légèreté, ímprti^ 
dence. 

leula 6040, luette, « uva, uvu- 
la, » dans le dict. prov. lai. 
du XV s. (Rev. d. 1. rom., 
4' série, V, 71) d'où ce mot a 
été pris par Rochegude. S'est 
conservé dans les patois sous 
forme diminutive, nieuleto, 
niouleto. Mistral, nivouleto. 

leus 136, léger rapide ; 1760, 
facile. 

levadura 307, levure, aliment 
aigre, fig. Mistral, levaduro. 

levar, ind. pr. s. 1" p. leu 
7646; Il 1055, 2537, lever; 
720, 1018, se lever; — los balz 
748, commencer le bal, entrer 
en danse ; — coaza 1 1 2 5 , porter 
les cheveux en tresse (en forme 
de queue) ; — cocha 7646, se 
presser, se hâter ; — vergoina 
3795, avoir honte; rèfi., 535, 
124$, selever; 957,1208, s'éle- 
ver, fig. 

lezer, impers, ind. pr. s. 5 e p. 
les 1877 (corrigé), 2930, 
5504, 5609, 7536, il est per- 
mis; lezers, pris subst., 1817, 
7438, loisir. 

li, art. fèm. su}., 188, 223, 276, 
352, 429; est employé concur- 
remment avec la, 119, 120, 

544, 7i 6 - 
li, forme abrégée de lui, 350, 
809, 816, 963, 968, 971, 
abostrophé, 785; en rime, 



VOCABULAIRE 

après le verbe 5657 ; dans pren 
li 5217, 5230, il faut peut-être 
lire l'i. 

lieg, voy. lieitz. 

liei, voy. leis. 

lieitz 1996, lieg 1018, 1845, 
2142, s 175, 5903, 6077, leg 
2032, 2648, lit. 

limar las deus 1 117, grincer des 
dents. Mistral, lima. 

linage 1164, lignage, famille. 

lini, capell — 583$, chapeau de 
toile. 

lison, voy, leisson. 

loc 3153, S 2 30, luec 266, lue 
4088, lieu; aver — 6214, 
impers., avoir lieu, prendre 
blace ; ad., 5230, avoir le loisir 
[de faire une chose]; 6966, 
avoir occasion. 

lochar 6034, lutter, faire effort ; 
3944, résister, par ext. tarder. 

logar 1474, 3732, louer, donner 
ou prendre en location ; 7070, 
7090, donner une récompense. 

loguier 3366, loyer, récompense 
d'un service rendu. 

lom 5563, pour lo me ; dans cet 
ex. lo est employé pour so. 

lonc, de — 843, auprès, 1097, 
auprès de. 

longas, a — 2048, 2689, long- 
temps. 

lonhar, réf., 1371, s'éloigner. 

lonz 2318, pour lo nos. 

losc, losca 5138-9, borgne. 

lotjas 7205 , loges , habitations 



367 

temporaires Construites ordinai- 
rement avec des branches d'ar- 
bres. 

lous 5213, pour lo vos. 

luec, voy. loc. 

luein, de — 138, 729, loin. 

lui, pron.per s. rég . employé comme 
masculin, 46, 629, 828, 909, 
1002 ; employé comme féminin, 
4954, 6670, 6722, 7251, 7947; 
appliqué à une chose, 5217. 

lum 5529 (voir la note), 7489, 
lumière. 

lumnieira 4739, lumière. 

lumtar, luntar 3876, 6280, 
seuil. Mistral, lindau. 

lur 1, 316, 540 (rime avec 
resplandor), 4962-3, 6574, 
leur, eux. 

luz 3940, lumière. 

luzir, luzens 1121, luire, briller. 



Macis 407, macis, ècorce inté- 
rieure de la noix muscade, qui 
s'employait comme èpice. 

madurar, act., 2906, mûrir, faire 
mûrir. 

mai, voy. mais. 

maias2665, 3232, arbres de mai. 

maigres 3033, maigre. 

mainada 3211, 5299, 5605, 
mesnie, troupe formant la mai- 
son d'un seigneur- 

mais, passim, mai (rime avec ai, 
lai, vai) 1062, 1084, 5363, 
71 14, mas 271, 918, 1009; H 
34, 346, 1541, 1838, plus; 



368 

347. 8 7 5, 1291, 1658, 
6512, sinon, excepté; 158, 170, 
280, 312, 352, 524, mais ; 
28, 4263, J125, 6146, puis- 
que; 3120, jamais; hanc — 
60, unquas — 742, onques, 
jamais; ja — 900, 903, ja- 
mais, jamais plus ; ja et mais 
séparés par deux mots 7448 ; 
— car 4286, sinon que ; — 
que 1677, pourvu que; — hui, 
voy. oi ; — pero 3 115, tou- 
tefois; lo — 3334. le plus. 

maison, a — 1522, 3980, à la 
maison. 

maïstre, maïstra, esser — de 
327, 4736, 5967, cire maître, 
habile [à faire une chose]. 

majoria 7537, maîtrise, supério- 
rité. 

majorment 1956, 3272, 5289, 
principalement, surtout. 

mal, subst., per — de 3049, 
4195, par dénigrement envers 
[qqun]. Per mau , « méchant' 
ment », est relevé dans Mistral. 

mal 4004, mala 1147, 2703, 
7704, a mala 1094, formule 
de malédiction ; a mala fe 898. 

mala 3483, malle. 

malanansa 4930, malheur, tour- 
ment. 

malanconi 5269, homme atteint 
de mélancolie, de folie. 

malastre 1087, 5136, mauvaise 
chance, infortune. Mistral, ma- 
lastre. 



VOCABULAIRE 

malastrucs 1258, 1674, 2464, 
4528, né sous une mauvaise 
étoile, malheureux ; le sens pri- 
mitif toutefois semble effacé, 
comme dans le fr. malotru, 
puisque malastrucs est joint à 
malaùratz. Mistral, mal- 
astru. 

malaùratz 1157, 12,58, né sous 
une mauvaise étoile, malheu- 
reux. 

malauros, malaùrosa 4124, 
même sens que le précèdent. 

malaus 1147, 2 7°3> P our mala 
vos. 

malautes, malauta 2047, 3519, 
4133, 4695, 6001, malade. 

malautia 2338, 6002, maladie. 

malaventura 5352, malheur à 
venir. 

maldire, subj. pr. maldiga 
1072, 1107, 6269, nuiudire. 

malejano45, 1461, pester, mau- 
gréer ; voy. Tobler, Gcett. 
gel. Anz., 1872,/». 1159. 

maleta 2240, petite malle. 

maleza, malesa 1006, 4223, 
4582,6270, 7863, mauvaisehu- 
meur; 1004 maladie, malaise. 

malmenar 5391, maltraiter. 

malvestatz 234, personnifiée, op- 
posée à Valor, à peu près lâcheté. 

mana 6095, tnane. 

mandamen, al vostre — 3262, 
à vos ordres. 

mandar 10, mander, informer ; 
2008, 2011, 2657, commander; 



— a 2652. mander qqun, 
faire venir. 

mandils 509 , serviettes. Die-, 
Etym. Wœrt., II c ; voir aussi 
le votai, de Guill. de la Barre. 
C'est le même mot que mantil 
dans une pièce anonyme publiée 

■ par M. Sucbier, Denkm. prov. 
Lit., I, 320. On trouve dans 
Cotgrave mantil, « table- 
cloth», et aussi mandil, « a 
mandilian or loose cassock » ; 
dans ce dernier sens mandil est 
gascon, et désigne unvcteineitt de 
dessus que portaient les laquais 
{voir Avent. du baron de 
Fœneste, éd. Mérimée, pp. 186 
309; cf. Mistral, mandil). 

mandurar 609, jouer de la man- 
aore. Donatz prov., éd. Sten- 
gel, p. 28; Rayn., IV, 144, 

MANDURCAR. 

manega, voy. marga. 

manejar 2153 (ms. meneja) 
5972, 7644, manier, peloter: 
anc. fr. manoicr. 

manicorda 610, monocorde, in- 
strument de musique. Rayn., II, 
482 ; anc. fr. manicordion et 
monacorde (Godefroy). 

manjar, ind. pr. s. i rc p. mange 
6090, manger ; réf., 11 18, se 
ronger; inf pris subst., 512, 
mets. 

manlevar 7730, fournir caution. 
Du Cange, MANULEVARE. 

mans, voy. mas. 

T. I. 



VOCABULAIRE 369 

le mansos 3382, maçons. 

mantenent 1693, 7014, sur-le- 
champ. 

marcha 378, marche, pays fron- 
tière. 

marcha, voy. marga. 

marcs d'argen 307c, marcs 
d'esterlins 1648, marcs, marc, 
seul, 2242, 3496, 3594, 3613, 
marcs d'argent. 

marga 2218, 7716, 7756, 7763, 

7777. 7785, 779 8 -9. marcha 
*8o6, manega (deux syll.) 810, 
865, manche [de vêtement]. 

margue 7187, manche [de cou- 
teau]. 

marrimens 4106, affliction, tris- 
tesse. 

marrir, ind. pr. s. )* p. marris 
4176, réf., s'affliger ; part. p. 
marritz, marrida 856, 1718, 
41 16, 4887, 5370, 5716, affli- 
gé, soucieux ; 7628, en peine, 
embarrassé [de choisir]. 

martelz 3384, 3466, marteau. 

martires 180, martyre, souffrance. 

mas, voy. mais. 

mas, mans, tnasc. 174, 509, 
1359, 2429, 5723, fèm. 267, 
284, 838, 938, 1004, 1443, 
1540, 1611, main. 

massa 11 26, masse [d'objets for- 
mant un tout icmpacte] ; 7617, 
masse, quantité ; 3580, joint à 
un adj. pour le porter au super- 
latif (cf. massa bos, Crois. 
alb., 4100); 1695, 7888. 
masse d'armes. 

24 



370 

massar 7978, masser, frapper 
avec la masse d'armes. 

massem 4102, suprême (maxi- 
mum). 

matinas 3769, 3781, 7691, ma- 
tines. 

matinet 1842, 1863, 2028, 

3457- 
mecina 1108, 3023, 3052, mes- 

cina 169, médecine. 
meges 3047, 5674, médecin. 
meijorn, voy. mieijorn. 
meillurat, voy. mellurar. 
meinz, meins, mens, a tôt lo 

— 1930, à tout le moins; 
pauc n'es — 1005, peu s'en 
faut ; esser — , en proposition 
négative, 72, 822, 1996, 
2443, 7898, 7920, être en 
moins, manquer ; cf. Crois, 
alb., vocab., meinz. 

mel, aver — en lenga 3498, 
avoir la bouche mielleuse. 

mellurar, ad., 4752, 4802, amé- 
liorer, perfectionner; neutre, 
972, 1703, 3 161, 3 3 11, s'amé- 
liorer; part. p. meilluratz, 
mellurada 3539, 4583, 5302, 
5686. 

membrar, menbrar 4201, 4421, 
rappeler, remémorer. Cf. nem- 
bratz. 

menar 130, 264, 493, 937, con- 
duire, diriger ; — un instru- 
ment de musique 317, 603, 
605, jouer de cet instrument; 

— joi 949, 2357, mener joie. 



VOCABULAIRE 



se montrer joyeux ; — vianda 
2010, conduire ce qui concerne 
la nourriture, se nourrir ; 3667, 
traiter, se comporter â l'égard 
de [qqtiii]; avec ou sans laprèpo- 
sition en, 389, 624, emmener, 
emporter; réfl., 2550, se diri- 
ger, aller. 

menassar 3422, 5557, menacer. 

mendies, mendix 991, 8081, 
pauvre. 

mens, voy. meinz. 

mentaver, ind. pr. pi. 2" p. 
meutaves 259; subj.pr. s. i IQ 
p. mentava 4727 ; mention- 
ner; part. p. mentagutz 
5969, mentionné; 7504, celui 
de qui on parle, célèbre, 

mentida, Deu — 5687, maudite, 
en parlant d'une maladie. 

mentizo 741, mensonge. 

mentre que 1782, 5609, 5809, 
7564, tandis que. 

menudamen 7975, à intervalles 
rapprochés. 

meuut, adj. pris adverb., 2512, 
5836, même sens. 

meravillar, réfl., 975, 3054, 
5309, 6259, s'émerveiller. 

meravillos 8012 , merveilleux, 
formidables. 

mercadier, pi. suj., 7206, mar- 
chands. 

mercejar 2152, demander une 
faveur; 5913, remercier. 

merces, far — 7449 , rendre las 
— 466, remercier. 



VOCABULAIRE 
merir, mal — 1253, avoir une 
mauvaise récompense, être puni. 

mermar 2916, 6197, 7178, 
diminuer. 

menas, plur., 1341, air mena- 
çant ; ex. unique. Mistral, 
merro (gascon). 

mescabar 5610, faire une erreur ; 
mescabada 5613, celle qui a 
fait une erreur. 

mescap, mètre a — 3020, aban- 
donner, laisser dans l'embarras. 

mescina, voy. mecina. 

mescla 2675, mélange; il s'agit 
de l'effet combiné du chant des 
oiseaux, et des chansons qu'on 
chante en mai. 

mescladamens 2369, avec mé- 
lange, d'une façon mélangée. 

mesclar 1595, 6009, mêler, mé- 
langer. 

mescrezer, mescre 864, avoir 
une opinion défavorable [de 
qqun]. 

meseis, meteis, masc. sing. suj. 
et rég., 719,892, 1115,1215, 
1291, 1462; suj. meseisses 
7163 ; fém. meseissa 6030. 
71 19, 7162 ; même ; pris 
adverb., aqui meseis 1074, là 
même. 

mesquina 629, ajfligèe, malheu- 
reuse. 

messages 99, 367, messager; 
3364 message. 

mession , messîo 973 , 1745 , 
dépense. 



371 
messongier 4141, mensonger. 
mestier 47, besoin; 13 10, 3790, 
service religieux. 

mestura 2097, mélange, al- 
liage. 

meteis, voy. meseis. 

mètre 113, ind. pr. s. 2 e p. 
metz 3423, |« p. met 1153, 
4763 ; part. p. mes , messa 
1199, 2194, mis 5514; H 
mettre; taula messa 302, table 
mise; 113, dépenser. Voy. follia, 
plag, poina, sospieizo. 

mezeisma, ella — 751, elle- 
même. 

miei, mieg, per — la ma 267, 
7354, par la main; el — 
5513 Comparait sous-entendu) 
au milieu [du jour], 

mieidia 1450, 2619, midi, office 
de sexte. 

mieijorn, meijorn 3963, 5168, 
même sens. 

mier, ind. prés, de merir. 

mieus 258, 2249, rnieua 1222, 
mien, mienne. 

mile 5982, millième. 

ministrar 3016, 5968, fournir. 

mirail 351, 6616, miroir. 

mirar 525, 1684, 2530, subj.pr. 
s. 3 e p. mire 5696 (rime avec 
cire), regarder; réf., 647 
6610, se mirer. 

moil, subst. formé sur moillar, 
4684, humidité; cf. remoil, 
Rayn., IV, 285. 



372 

moillar4i?7> 6833, mouiller. 

mois 4348, dissimulé, discret 
Dans les ex. cités par Rayn., 
IV, 280, ce mot est pris en 
mauvaise part. 

molz 3464, mou. 

raonasteir 3921, monestiers 
2407, moûtier, ici église parois- 
siale. Cf. mostiers. 

mons. voir monz. 

montarzi, falcon — 4419. sort* 
de faucon ; même terme dam le 
fragm. de la Chanson d'An- 
tioche en prov.. v. 44; falex 
montaris, Daude de Prades, 
Auzels cassadors . éd. Mo- 
iiaci,v. 371 ; faucon montais, 
Joufroi, v, 3646; cf. Godefroy, 

MONTAIX, MONTANIER , MON- 
TARDIN, MONTEOR. 

monz, nions, 232, 5432, monde. 

monz 32, pur. 

mora 3358, mûre, sert à renfor- 
cer la négation. 

mordre, iiui. pr. mort 1540, 
mordre. 

mores, pl.rêg., 3282, gris^il s'a- 
git de peaux d'écureuil). Rayn., 

IV, 26l, MOREN. 

morgues 3695, moine. 

morir 1165, murirs (pris subst.) 
5764; ind. pr. s. 1" p. mur 
1148, 4597, 4687. mor 4503, 
muer 4574; 3' p. mor 238, 
fut. pi. 960 ; 2' p. morres 5 769 ; 
subj. pr. moira 2897 ; mourir. 

morn 249, morne. 



VOCABULAIRE 

morsol 5284, bouche. 
moscat 5836, moucheté. 
mostela 2215, belette. 

mostiers 295, 2473, 3228, 3834, 
moûtier ; ici, église paroissiale. 
Cf. monasteir. 

mostra 6507, terme de jeu. 

motet 2932, 4779, petit mot. 

motz, mot .2929, 3198, 5494, 
6024 , mot ; al primier — 
7874, au premier mot, à la 
première indication d'un désir; 
mot e mot 4254, 7224, mot ii 
mot. exactement; mêimloc. R. 
Vidal, So foel temps, v. 1122. 
Voy. saber. 

mout-a 429, employé pour porter 
unadj. au superlatif 

mouta 2439, 769S, appel à la 
messe, au tournoi. Voir Crois, 
alb., au vocabulaire. 

mover la messa 2392, l'avan- 
geli 2513, commencer la messe, 
l'évangile ; — gelosia 879, 
exciter la jalousie', neutre, 81, 
2776, 7268, se mettre en mou- 
vement, en marche ; — de 
746, s'éloigner de; 4857, 
venir de, être causé par; réf., 
4150, se mouvoir. 

muda 546, 850, muette. 

muda 2301, 2481, 2512, réduit, 
local étroit et fermé ; la mue 
est l'endroit obscur où on met- 
tait les faucons à l'époque de 
la mue. 



mudansa 4346, changement [de 
couleur], anc. fr. muance. 

mudar 1998, changer de place, 
emménager', — color 4151, 
5241, clxwger d: couleur; — 
rason 6246, changer de senti- 
ment ; — sos drap? 3809, 
changer ses vêtements ; neutre, 
3379' changer de lieu, démé- 
nager; rèfl., 3515, 3529, 
3532, 3536, même sens; 
neutre, non — que 4902, ne 
pas laisser de. 

mugir, gérond. mugent 4581, 
mugir. 

mugz 4675, muids. 

muquet 1638, lumignon. Mis- 
tral, mou, mouc ; Kœrting, 
I.at. rom. Wœrt., «° 5444. 

murador 1314, maçon, anc.fr. 
mureeur. 

murirs, voy. morir. 

murmuri 709, murmure, rumeur. 

musar 4287, muser, perdre son 
temps. 

musar 608, jouer de la muse. 

muscada, noz — 5677 , uoi.\ 
muscade. 

muscles, pi. rég., 1609, muscle, 
haut de l'épaule (Mistral). 

musel, muzel 2521, 3124, mu- 
seau, bas du visage. 

musquet 262, 5989, musc. 



Na 3403, dame, madame ; ironi- 
quement, 1122. 



VOCABULAIRE 373 

nacliu 3680. Ce mot, d'ailleurs 
inconnu, parait désigner une 
étoffe grossière. On pourrait lire 
nadiu, sans que le sens devint 
plus clair. 

nafrar 2710, 2996, 5627, 8006, 
blesser. 

naisser 4691, nais 1477, 
5582, naisia 1475, nasquei 
266, nasqueron 5834, naître, 
sourdre (en parlant d'une 
source) ; rèfl. , 266, même sens. 

nasil 2424, ne^. 

Natura 3015, 3030, Nature (per- 
sonnifiée). 

nauza, nausa 447, 3512, 6149, 
noise, tumulte. 

ne 411, 619, 871-2, eu. 

negar 646, 705, se noyer. 

negeis 2382, 5018, negeus 486, 
fias même. 

negus, negun, neguna 190, 
305, 1717, 33136, aucun, pas 
un (en proposition négative); 
775, 6697, aucun, quelqu'un. 

neil, pour ne li, 1550. 

ueis, adv., 242, 378, 823 (?), 
1292, 1309, 1550, 1676, 
2772, 3154, 3526, J906, même. 

neis, ad}., neisa 3928, ni même. 

neisuna 536, aucune. 

nembratz, pou- membratz 2778, 
digne de mémoire, employé 
comme Tanc.fr: membre. 

neolina 3154, nuée, brume, fig., 
obstacle qui intercepte la vue. 
Mistral. X1VOULINO. 



374 

neps 3654, neveu. 

nerveinz 1619 (rime avec ateinz), 
nerveux ; ex. unique. 

nervis 1141, 1606, nerf. 

nesciesc (corr. nescies, rime avec 
cortes) 6247, niaiserie, sottise, 
Vètat d'une personne qui est 
nesci. 

nescis 4445, 7685, niais, sot; 
anc. jr. nice. Mistral, nesci. 

net 3586, 7869, net, propre. 

neu 947, neige. 

neulas 944, oublies, gaufres. 
Mistral, KEULO. 

ni, copulalive dans une proposi- 
tion positive, entre deux verbes 
345, entre deux subst. 6925. 

niei 5 102, pour ni eu i. 

nïel, obra de — 3074, ouvre 
deniellure; ex. unique. 

nïenz 1574, tuant, rien, au sens 
négatif; nïen 3752, quelque 
chose, sans acception négative; 
renforçant la négation, 5238, 

S537- 

niz, suivi d'un mot commençant 

par une voyelle, 3348, ni. 
no, voy. non. 
noada 7829, nouée, rugueuse, 

fi g., désagréable. 
noca, jamais. Cf. nocan, no- 

quas. 
nocan, pour noca ne, 942. 
noella, voir novel. 
noiera 7837, opposé à oquiera. 

celle qui dit non, qui refuse; 

ex. unique. 



VOCABULAIRE 



noil, pour no li, 283, 321, 336. 

noiridura 1 567, éducation. 

noirim 516, le même que lefr. 
nourrain anciennement norrin , 
nourrin, élève de bétail, jeunes 
animaux et spécialement ale- 
vaiii; Cotgrave, nourrin; Go- 
defroy , norrin ; Mistral , 
NOURRON. Les ex. cités par 
i?«_y;i., IV, 352, ont le sens gé- 
néral de rejeton, jeune produit, 
et peuvent s'appliquer à une 
plante aussi bien qu'à un ani- 
mal. Ici le sens de jeune plante, 
bourgeon, serait admissible à 
cause du voisinage de rasim et 
de frucha. 

noirir, nuiriri.565, 1622,1921, 
élever. 

noirissa 678, nourrice. 

nomperquan,nonperquanti20i, 
1734, 2051, 3863, 4193, 
4565, 7348, nèantmoins, tou- 
tefois. 

non, no, explétif, après un com- 
paratif, usage encore fréquent 
dans le français des méridio- 
naux (cf. Leys d'amors, II, 
56), 896, 2181, 3120, 4245, 
4769,4895, 541 1 ; après abans 
5897; après doptar 1819, 
4911, 4946, 7431; dans une 
proposition dépendant d'une 
proposition négative, 838,2511, 
42/7> 5875> 6581,7659.^. 
dire. 

non, pour no ne, 897, 4958. 



VOCABULAIRE 



375 



nona 458, 922, ora — 1451, 
1879, Retire de nom. 

nonperquant, voy. nornperquan. 

nons, pour no nos 107, pour 
non se 5306. 

noquas, pour noqua se, 3896. 

nos, pour no se, 3030, 4769. 

nos 6214, non, pris subst. et 
pourvu de l's du cas sujet. 

noscas 5988, collier; auc. fr. 
nosche, nusche, glosé par 
« memilia » dans le die t. de 
Jean de Garlatide. Tel est aus- 
si le sens de l'anc. it. nusca 
(Cento novelle antiche, texte 
Gualteruiii, éd. de Milan, 
1825, p. 56). 

nossas 339, noces. 

not. pour no te, 129. 

notar 3197, 4396, 5977, noter, 
prendre en note ; 606, accompa- 
gner avec un instrument . 

nou, de — 89, nouvellement. 

nous, pour no vos, III, 114. 

novas 4902, 7586, nouvelles ; 
250, nouvelle, roman ; 5236, 
contes, fables (?). 

novel, cavallier — 7297, che- 
valier nouvellement armé (cf. 
Joinville, éd. de Wailly, § 93) ; 
domna noella 526, dame nou- 
velle, après la consommation du 
mariage (cf. Ërec et Ënide, 
v. 2108 : Au matin fu dame 
novele) ; morgues novels 
3695, moine nouveau. 

novella9i3, nouvelle. 



novelleta, ad}'., 5882, nouvelle. 

noz muscada 5677, noix muscade. 

noz, pi. rég., 7832, nœuds. 

nozer, noz 1090, nuire. 

nozol 2114, oiseau considéré 
comme un type de laideur, étant 
associé à la corneille et opposé 
au cygne. Rocbegude le cite, 
sans le traduire, d'après le 
poème de Daude de Prades sur 
les oiseaux chasseurs, où il est 
dit que, pour jaire l'éducation 
de Vèpervier, il faut l'exercer 
ab caneta et ab nozols (éd. 
Monaci, v. 771). Caneta (Mis- 
tral, caneto) est une sorte de 
sarcelle ou de canard, mais 
nozol reste obscur : ce mot s'est 
conservé en Dauphiné avec le 
sens de roitelet (Mistral, nou- 
sou) qui ne saurait convenir 
ici. Si, dans le même vers, cha- 
vesca désignait non une cor- 
neille, mais une chevêche, nozol 
pourrait désigner aussi un oi- 
seau de nuit , mais ce sens 
s'adapterait mal au passage de 
Daude de Prades. 

nudeta 6130, nue. 

nueg 320, nug 1347, 1801, nuh 
2677, nueitz 7463 , nuehz 
7466, nuit; de — 3385, 3736, 
de nuit, pendant la nuit. 

nuiallos 2988, paresseux. 

nuirir, voy. noirir. 

nul, nulla 3414, aucun, au sens 
positif. 



376 

O 33> 38. 5S> n0 4201, ce/<i, /r ; 
employé comme affirmation, 
eu 4578, oui «loi ; o el 7061. 
owi lui. Cf. oilo. 

o 21, ou. Cf. os. 

obertura 2486, ouverture. 

oblidar 3791, oublier; réjl. et eu 
construction négative, 793 , 85 5 . 
2511, 3103, S793, 6347, [ne 
pas] s'oublier, [ne pas] manqua 
de présence d'esprit. 

oblit, mètre en — , en construc- 
tion négative , 98 , [ne pas] 
oublier. 

obra 2241, 3074, 3076, œuvre, 
travail. 

obrir, voy. ubrir. 

obs, ops, 3016, besoin, ad — de 
1797, 2108, 5222, pour; a 
ton — i794> pour son usage, 
pour toi; a sos — 1090, 4856, 
pour son usage, pour lui ; aver 

— 6065, avoir besoin; 35, 94, 
1467, 4064. Jaire besoin, être 
utile, avec un sujet exprimé; 
impers., 79, 356, 1800, 2039 
(?), être besoin, falloir ; esser 

— 305, 1368, être besoin, 
nécessaire, avec un sujet expri- 
mé. 

oc 2632, 3445, hoc 4399, 5051, 

5481, oui; dired' — , voy. dire ; 

pris subst., hocs 7835. 
occaisos 4608, ucaison 2574; 

4608, cause; 2849, occasion; 

per — 2574, 3123, pour, afin ; 

460.2, en faisant naître la came, 



VOCABULAIRE 

indirectement ; per nul' — 
964, pour aucun motif, sous 
aucun prétexte. 

ochovres 6658, octobre. 

offerre 3480, offrir. 

ofizi 3908, l'office religieux. 

ogan, ugan, mais (ou mai) — 
1518, 2659, 3375' 53°3> cette 
année, désormais. Mistral, ou- 

GAN. 

oi 755, 1024, 2539, 3648, excla- 
mation. 

oi 241, 3256, 4374, 4386, hoi 
1226, 3372, 4383, uei 2226, 
6069, hoi 4383, huei 7759, 
hui 4114,4185, 4385, aujour- 
d'hui; mais — 1226, 2658, 
même sens. Cf. oimais. 

oilo (pour oc lo ?) 2579, 6187, 
oui cela. 

oimais 1942, 2388, 2785, 2964, 
hoimais 4393, oimai (rime 
avec mai , mai) 3067 , uei- 
mais 767, 6339, uimais 2887, 
à partir de ce jour, désormais. 

oiner, réf.., subj. pr. oina 
3544, s'oindre. 

ola 7867, pot de terre, marmite. 

oler, ind. pr. ol 412, sentir 
(neutre), répandre de l'odeur. 

on 3 1 3 , 5 50, où ; — mais 1 324, — 
plus 1177, 1247, 3566, ou 
plus, c.-à-d. alors qu'une ac- 
tion ou un étal est à son maxi- 
mum d'intensité; — '■ plus... 
mais 3758, plus... plus. 

oncas, unquas, uncas 1549, 



1978, 2 7 37. 7 

3375' onques. Voir mais. 

ongemen 5305, 5777, ho[i]ne- 
mens(o«hon[g]emens) 3044, 
oing, onguent. 

ongletas 6812, ongles. 

onransa, per — 6725, par égard. 
par déférence. 

onrar 155, 348, 2891, 2955. 
5993, honorer, faire honneur; 
réf. 7285. 

ops, voy. obs. 

oquieira 7838, opposé à noiera, 
celle qui dit oui, qui consent; 
ex. unique. 

or (o ouvert, voy. Rev. d. 1. 
rom., 2, V, 143) 7804. bor- 
dure ; d' — en — 5 741 , de bord 
en bord. Cette loc, qui manque 
à Rayn., se trouve dans les 
Leys d'amors, III, 94, et dans 
la pièce Tôt en aisi de Rostanh 
Berenguier. Anc.fr.eur. 

ora, heure, en pauc d' — 3704, 
7541, en petit d' — 5134, 
7344, en peu de temps ; en 
meinz d' — 3991 , en moins 
de temps ; gransora er 2228, il 
se passera beaucoup de temps ; 
tôt' — 3162, 6000, toujours, 
en tous temps; quai — que 
7806, à quelque moment que; 
anar amala — 230, tomber en 
décadence ; a las oras 6244, un 
jour. Voy. bas. 

oral, pour ora li, 3991. 

orar 3 121, prier; 3061, 4856, 



VOCABULAIRE 377 

huncas souhaiter; per orat 4714, par 
souhait. 
orb-a 5139, aveugle. Mistral, 

ORB. 

orde 3557, 3671, règle de vie 
religieuse, ou plus particuliè- 
rement la série des offices pres- 
crits par la règle. 

ordenar 3706, ordonner, conférer 
le sacrement de Tordre. 

ordir 1060, ourdir, joint à teisser 
(tisser), pour figurer le mou- 
vement d'un homme qui marche 
en long et en large. 

orfres, plur. , 7450, orfrois, tissus 
d'or, ou étoffes brochées d'or, 
qui s'employaient ordinairement 
en bordures. Du Cange, auri- 
frigia. 

orgueill 6216, ergueilz 290, 
ergoil 699, ergulz 4222, or- 
gueil. 

orifan 1602, éléphant. 

oris en oris (d') 3681, de bord en 
bord, ou de bout en bout, comme 
d'or en or, 5741. 

ors, pi. règ., orses 398,0/oi. 

os, hos 1141, 1606, pi. osses 
1506, os. 

os. pour o se, 7550. 

oscar, neutre, 7890, s'èbrécber. 

ospital 1741, hôpital. 

osta 1905, 3476, 5 2 97> bosta 

3486, hôtesse. 
ostal,hosUl 401, 439,449- I 7 I 5» 

1880, 1900, hôtel, auberge. 



37 8 

ostar, réfi., 2517, 3575, 5286, 
5500, s'ôter, se retirer. 

ostes, oste 1474, 1749, 1867, 
i960, 1970, 1988, 2000, 
3523, hostes, hoste 17 tT, 
1857, 1860, 1865, 3473. hâte, 
celui qui tient un hôtel; 3609, 
3 611, hôte, celui qui est hébergé. 

outracujat 4717, 6013, outre- 
cuidant ; anc. fr. outrecuidié. 

Pa ni sal 4807, pain ni sel, em- 
ployé comme terme de compa- 
raison pour désigner un objet 
de peu de valeur. 

paballos, plur. rég., 207, pavil- 
lons, sorte de tente. 

pac, prêt, de paisser. 

pagar, si tener a (ou per) pagat 
2179, 7445 , se tenir à bien payé, 
être satisfait. 

pagesa 1247, paysanne. Lo bal 
de la — devait être une sorte 
de danse. 

pagut, part. p. de paisser. 

pairol 411, chaudron. 

pais 1171 (rime avec fis), 2256, 
2661, pays. 

paisser 1408, ind. pr. s. 3' p. 
pais 529, 1833, 3764, 6574, 
pi. i"p. paissem 7412 ; 5° p. 
paisson 5233; prêt. s. j" p. 
pac 2605 ; part. p. pagut 2774, 
5970; repaître, nourrir, au 
pr. et aufig.; rèfl., 2605, se 
nourrir, se repaître. 

palafres, 7299, 7491, palefrois. 



VOCABULAIRE 



palais, palaiz 42, 494, 496, 796, 
929, 4122, 7309, 7484, 
grande salle. Au v. 7484, le 
sens pourrait être celui de 
palais, maison noble. 

palis 386, 797, 5831, étoffe de 
soie (anc. fr. pâlie, paile) 
employée en tentures ou pour le 
vêtement. 

pâlies 2993, pâle. 

palma 844, palmes, feuilles de 
palmier employées pour recou- 
vrir les planchers. 

palmada 6690, paumée, consa- 
crant un engagement. 

pans, pi. rég., 1246, les pans 
d'un vêtement. 

pantais4i09, 5110, 5769, 6424, 
angoisse, agitation. Le sens 
premier est rêve, mais le sens 
de « respiration pénible, état 
d'oppression », est aussi donné 
par Mistral, pantai. 

pantaisar , gèrond. pantaisan 
2960, 343 S, songer, rêver. 

papiejar 6159, sans doute le 
même que Vanc.fr. papier, bal- 
butier (Godefroy), mais ce sens 
ne convient pas très bien ici. 

par, ad']., joc — 6512, franc jeu 
ou les conditions sont égales de 
part et d'autre ; voy. pars. 

parages 3341, parenté, auc — 
5923, haut parage. 

paramens 5902, ornements. 

parar 171 5, orner. 

parca, subj. pr. de partir. 



VOCABULAIRE 



parec, prêt, de parer 

pareilz, parella 148, pareil. 

pareilz, pareils, parelz 210, 
416, 4920, 5017, 7364, paire. 

pareisser, ind. pr. pareis 4745, 
subj. pr. paresca 4689, 6900, 
7130, paraître. 

parer 277, 1086, ind. pr. s. 
}° p. par 73, 163, 1842 ; 
prêt. s. _j e p. parec 5755, 
7690, 7803 ; paraître ; far 
— 277, 1810, 2178, faire 
paraître, montrer. 

paret 3424, 5796, paroi, mu- 
raille. 

paria 7, 2771, 2812, 5009, 
6957, 6967, 7259, société, 
alliance, association de deux 
personnes de même rang. 

parlamen 3936, 4961, entretien, 
conversation. 

parlar un mot 2928, dire un 
mot. 

pars, suj. fèm. sing., 1228, 
égale, ici épouse. 

part, pris adv., 76, 499, 501, 
503, 3401, outre; de — 479, 
7735> 77^3» 79i8, de la part 
de ; vaus — , dans une proposi- 
tion négative, 2550, d'aucun 
côté ; ad una — 3151, d'un 
côté. 

partida 3699, partie. 

partir, ind. pr. s. $° p. part 
3152;/)/. ï* p. parton 285; 
prêt. s. i T * et _?" p. parti 695, 
7937; subj. pr. parta 6848. 



379 

parca (rime avec Marca) 7721 ; 
pi. q.p. s. f- /). partis 3966 ; 
pi. 2° p. partisses 6849 ; || 
séparer, diviser ; ré/l., 7212, se 
diviser; 285, 481, 486, 911, 
121 3, se séparer, s'éloigner [de 
qqun]. 

partis on 7213, division. 

partz 5693, part; ad una part 
1429, 315 1, à part, de côté; 
daus doas partz 1422, de deux 
côtés. 

parven, far — 2537, 3610, 4760, 
5338, 8004, faire paraître, 
faire semblant, donner une sen- 
sation . 

parvensa, far — 4465, même sens. 

pas, de — 936, da — 7429, tout 
de suite . 

pas, voy. paz. 

pascor 2662, 6706, temps de 
Pâques. 

pasmaso, pasmason 2157, 5650, 
pâmoison, évanouissement. 

passada, far una — S7Í3, diri- 
ger une attaque [contre qqun] ; 
cf. Vit. passata, terme d'es- 
crime. La mime locution est 
employée dans le mime sens pa r 
B. de Born (Rassa, mes si 
son), cité par Rayn., IV, 441 : 
Elh baro de l'encontrada 
S'il an fach ves vos passada, 
Et eu quai mal vos en mier ? 
Les interprétations données jus- 
qu'ici de ce passage sont erro-' 
nées. 



38o 

passar, actif, 1416, 1727, 4970, 
5600, 7813, passer, dépasser, 
aller au delà; 615, passer, 
traverser; rèfl., 2331, même 
sens; 1143, 5058, construit 
avec en ou de, s'accommo- 
der, se tirer [d'affaire, d'une 
difficulté], p.-ê., <ýo$S,faìreun 
arrangement, transiger (au 
sujet d'une dette) ; réfl., 229, 
même sens ; cf. Rayn., IV, 442 
b ; Crois, albig.,^6^ : F. passai 
n'em cinquanta cada jorn 
d'un cartier ; Arlabecca : Pro 
s'en passa laugieyramen 
(Bartsch, Denkm., 77, 15); 
Brev. d'atnor, 19953 : Que 
s'en pot passar ab una ; et en 
auc. fr., Tournois de Chauven- 
ci, 1724 : Bel et briement 
m'en sui passez ; Chev. de la 
Tour Landri, p. 112 : mais 
depuis, a la parfin, elle s'en 
passa a bien moins; cf. 
Godefroy, VI, 276. 

passion S 7 14, souffrance. 

pastre 1088, pastor 1089, pas- 
teur. 

patena 3975, patène. 

paubres 470, pauvre ;fêm. paura 
5345, infortunée. 

pauc, ab (ou ap) — non 1257. 
4182, 4484, 5156, 5688, per 
— 1252, pen s'en faut (ou 
fallut) que... ne. Cf. meinz. 

paucs, pauca 1542, 7991, petit. 

pauquet, un — 3999» »'« P eH - 



VOCABULAIRE 



paura, voy. paubres. 

pausa 1829, 3008, 3307, repos; 
estaren — 7464, reposer, rester 
tranquille; — ni fina 4589, 
cf. G. del Olivier (Bartsch, 
Denkm., 36, 5) pauza ni fi. 

pausar 1298, 1318, 1483, 3301, 
4446-8, 8046; réfl., 457, 795, 
3300, 6140 ; se reposer. 

pavor 1558, peur (la forme 
habituelle est paor 660, 3859, 
6042). 

paz, pas 1446, 2551, 2559, 
2591, 3160, 3177, 3200, céré- 
monie liturgique consistant ici à 
baiser un psautier, au moment 
de l'offrande. 

pebre 406, poivre. 

peccar, réfl., 4308, se tromper. 

peccat, quai — ! 898, quel mal- 
heur ! 

pecs 4976, béte, sot. 

peiron 1887, 5706, banc de pierre. 

peitral 8013, partie du hanar- 
chement qui couvrait le poitrail 
du cheval ; voir le vocab. du 
poème de la Crois, albig. Gode- 
froy, POITRAL et Vomi. 

pejurar, réf., 3312, 4173, em- 
pirer, être dans une situation 
pire. 

pelar 1116, 1328, arracher les 
poils \iie la barbe], 

pellegris 2043, 6788, pèlerin. 

pellissetas 6798, petites pelisses. 

pelpartidura 2487, la raie des 
cheveux ; ex. unique. 



VOCABULAIRE 



pelz, pels, pel 1116, 1329, 155 1, 
1583 , 3S53, 8084, siitg. ou 
plur., poil, cheveux. 

pelz, pel (e ouvert) 1245, 3 2 7 T - 
4582, peau, fourrure; pelz 
étant fém. il faut garder la 
leçon sas corrigée à tort en sos 
aux vers 1245 et 4582 (à ce. 
dernier vers lire torna ou aussa 
au lieu de coma). 

pen, pour per en, 1732. 

pena 180, 800, 1356, peine. 
tourment ; a — 960, a penas 
1050, 1120, 2534; a grans 
penas 4748, à peine, à grand 
peine; a qualque pena 2682, 
5783 , avec un peu de peine, non 
sans peine. 

pena 2193, penas 3410, pennas 
3 49 3, fou rrure. 

penche 351, peigne. 

p;nchura 11 24, chevelure, pro- 
prement ce qu'on peigne ; ex. 
unique. 

penchura 7129, peinture. 

pendre 15 13, 1827, 5050 (ms. 
penre, mais la rime exige pen- 
dre), 6265, part. p. pendutz 
1308, pendre, act. et neutre; 
5050, pencher. 

penedensiers 3766, celui qui 
accomplit une pénitence, péni- 
tent. Godefroy, peneancier. 

penedre, rèfl., 4541, 5237, se 
repentir. 

pennas, voj. pena. 

penre, voy. pendre. 



381 

penre 171, 227, 391, 1710, 
2615, ind. pr. s. V p. prenc 
6893 {rime avec tenc), pi. 
2° p. prendes 3604, f p. 
preudon 342, 585 ; imparf. 
prendia 3291; prêt. s. 1" p. 
pris 275, 1022, 3° p. près 
324;//,/. s. V e p. penrai40io, 
3' p. penra 11; pi. 2°^.penres 
3263 ; impér. s. pren 5217,//. 
prendes 273 ; subj. pr. pi. 2 e p. 
prendas 2884 ; 3 e p. prendon 
7365 ; pi. q. p. s. 1" et 
}' p. preses 283, 1025 ; || 
prendre; — comjat 289, 342, 
prendre congé ; — conseil 4010, 
prendre conseil, se décider ; — 
emenda 324, prendre, obtenir 
une compensation ; — mollier 
1022, prendre femtne ; pas 
3914, recevoir la paix (céré- 
monie liturgique); rèfl., — 
per las mas 722 , se prendre 
par les mains (pour danser) ; 
1710, se comparer, s'estimer 
(par comparaison à autrui) ; 
als oils si pren 5621, « elle se 
prend aux yeux », c.-à-d. elle 
est prise par les yeux ; impers. 
ben l'es près 3985, » bien lui 
eu a pris », de même 4 5 76; 
part. p. près 1556, prisonnier. 

pens. voir pes. 

pensa voir pessa. 

pensamen, voir pessamen. 

pensar, pensât, voir pessar, pes- 
sat. 



382 

pensier, voir pessier. 

pentirs , inf. pris sttbsl. , le — 
5238, le repentir. 

per, — vos 767, par vous, en 
voire propre nom, sens du 
latin per se ; — una e una 
7441, une à une. Voy. jorn, 
perdre, renc, tal, tens. 

pera463, 2979, poire. 

percaz 1655, gain, profit. 

percazar 899, pourchasser, faire 
effort. 

percebre 4261, 5655, 6556, 
percevoir, avoir la perception 
d'une chose; rèfl. 2462, 2545, 
s'apercevoir. 

perdiz 3 113, perdizes, plur., 
395, perdrix. 

perdo, perdon, en (pu ems) — 
(pu perdos) 3118, 5003, 5152, 
gratuitement, sans bénéfice ; 
1494, gratuitement, sans dé- 
pense; 1901, 6169, librement, 
pleinement. Même loc. en anc. 
fr., Godefroy, V, 754 c. 

perdonaire 5389, qui pardonne 
volon i iers , m iséricordieux . 

perdre, ind. pr. s. i re p. pert 
1101 ; prêt, perdet 303 ; subj. 
pr. s. 3' p. perda 924, perga 
531, 1032 ;pl. i Te p. perdam 
926, 2" p. perdas 5863 ; 
Il perdre;non — re per 2259, 
5863, 5948, ne perdre rien 
par, ou à cause de [qqnn ou 



VOCABULAIRE 



perjurar 4548, se parjurer, faire 
un faux serment. 

pero 27, 168, 250, 77J, 1237, 
toutefois. 

perpoinz 701 1, pourpoint. 

perque, lo — 579, le pourquoi, 
le motif; 1470, 1993, le temps 
nécessaire. Rayn., IV, 512; 
Mistral, perqué. 

pers, cet adj., étant Vépithète de 
cabels et opposé à blon, 846, 
ne peut signifier que foncé, noir, 
stns qui se trouve aussi en anc. 
fr. (Godefroy) et en italien 
(Blanc. Vocabolario dantesco, 
sous perso), et non pas bleu 
foncé ou violet comme lorsqu'il 
est appliqué A une étoffe (Rayn., 
IV, 522 ; Littré, Godefroy. 

persona, gran — 7200, person- 
nage, homme important. 

pertraire, part. p. pertraita 3074, 
ornée de traits (ici, de nicl- 
l urcs). Ce sens n'est pas relevé 
par Rayn., mais il est en rap- 
port avec la signification de 
pertractura (Rayn., V, 404), 
et c'est à peu près celui dufr. 
portraire. 

pertus 1315, 1388, 2409, 2482, 
3127, 3144, 3179, 5790, per- 
luis, ouverture. 

pertuset 2561, 3186, diminutif 
du précèdent. 

pes 2759 (en rime), pens 7170, 
pensée. 
qq. chose] ; réf., 470, 1152. | pes, pe, pied, de pes 796, 7490. 



VOCABULAIRE 



à pied; em pes 2516-9, 7578, 
6547, en pied, debout ; 1635-6, 
pied, mesure. 

pesar, pezar 3075, peser ; fig., 
2608, 2680, peser, être pénible. 

pescar 6800, 7338, pêcher, au 
propre et au fig. 

pessa, pensa 1658, 3145, pensée. 

pessamens, pensamen 363, 2249, 
2264, 2882, 4870, pensée, 
souci. 

pessar, pensar 999, 1770, 2379. 
2389, 4858, 4860; réfl. 508, 
777, 818, 866, 1438, 1912. 
2268, 3414, 5320 {lire s'o 
penset), penser, réfléchir, con- 
cevoir une idée; — de 2022, 
2695, 3096, s'occuper de, s'in- 
téressera [qqun ou à qq. chose] . 

pessat, pensât, part, ppri subst.. 
.1000, 2570, 2604, 5321, pen- 
sée. 

pessier, pensier 4320, 4462, 
5536, réflexion, souci. 

petit 1218, 3324, 5957, peu ; 
un — 1581, 1859, 3394,7804, 
un peu. 

petitet, moût — 1499, très peu ; 
un — 3701, 6359, un peu. 

pezansa 1349, ce qui pèse, cha- 
grin, tristesse. 

pezar, voy. pesar. 

piatos 4646, qui a pitié, compa- 
tissant ; 2912, qui invite à la 
pitié. 

pic 3384, pic, instrument de ter- 
rassier. 



383 

picompan 8064, sorte de danse ? 

pidanza, voy. pitansa. 

pieg, voy. pietz. 

piegers, piejers 1276, 4295, 
7821, pire. 

pieitz 1409, 3002, 3315, pis. 

pietz 161 1, 5556, poitrine; 
pieg e pieg 7965, poitrine 
contre poitrine. 

pilota 4395, balle, paume. 

pimen 944, piment, boisson faite 
de vin épicé et de miel. Du 
Congé, P1GMENTUM I. 

pimentas4i 5 , épices, spécialement 
le poivre. Du Cange, pigmen- 
tum 2. 

pitansa, pidanza, far — de 
1497, 3703, 6726, faire la 
faveur [d'un don spécial] ; sens 
non relevé dans Rayn., IV, 545. 
Du Cange, pitantia; <fcpietas, 
et non pas, comme le veut Du 
Cange, de picta, monnaie poi- 
tevine. C'était originairement 
une allocation provenant d'une 
fondation pieuse et consistant 
en un mets supplémentaire. 

piu, sing. rég., 3759, pieux. 

piucella, voy. puncella. 

piuzelleta, voy. puncelleta. 

pla, adj., voy. plas. 

pla, plan 4093. 5702, 6904, 
place publique, estar en — 
1360, rester en place, corre lo 
— 8090, courir sur la place 
[d'un tournoi] ; plans opposé 
à vais 7256. 



3 8 4 

plag, plait 71, 1473, 6685, ac- 
cord, arrangement; 5 108, affaire 
litigieuse comportant un risque; 
mètre en — 4280, contester, 
faire [d'une chose] l'objet d'un 
débat; se mètre en — 6232, 
se mettre en procès, courir un 
risque; saber de — I2 39> 
savoir la procédure, se con- 
naître en affaires ; tornar a — 
5271, être l'objet d'un débat. 

plagesia 1225 pour plageria, le 
même que plaideria ou plaide- 
zia dans um pièce de P. Cardi- 
nal (Rayn., IV, 549, Bartscb, 
Chrest., 172, 27), la pratique 
des procès, procédure, chicane. 

plaia 2717, 3026-7, plaie, bles- 
sure. 

plaidejar 6255, traiter, conclure 
un accord. 

plainer 3543, planer 3305 ; ind. 
pr. s. 1" et }° p. plain 2057, 
4897, 2° p. plans, plains 4344, 
4360, 4457; imparf. plania 
4909 ; prêt. s. 3° p. plais 338, 
1016, 1415, 2127, 2456;/«/. 
pi. 3° p. planeran 760; subj. 
pi. q. p. s. i° p. plaisses 4899, 
5114;^. plangen 5759; réjl. 
ou sans pronom, se plaindre. 

plait, voy. plag. 

plan, adv., 7580, douce ment. 

plan, subst., vo\. pla. 

planer, voy. plainer. 

plas, plans, pla, adj., 510. 
1584, 1612, 1617, plain, uni; 
fig., 875, 5235. pur, simple. 



VOCABULAIRE 



plas-, voy. plaz-. 

plassa, plaza 2 3 3 1 ,place publique, 
place principale d'une ville ; se 
mettre en — 6699, se réunir 
sur la place publique pour trai- 
ter des affaires publiques, spé- 
cialement en ce cas, pour récla- 
mer du seigneur quelque nou- 
velle concession ou franchise. La 
place publique était le lieu ou 
les bourgeois traitaient des af- 
faires de la communauté ; voy. 
Dognon, Annales du Midi, 
XI, 357. 

plazenmen 6185, agréablement. 

plazentiers 4452, 6451, 7058, 
aimable, gracieux. 

plazer 1484, ind. pr. s. }' p. 
plaz, plas 273, 440, 556, 
842, 1702, 2390 (rime avec 
solaz, viaz), plai {rime avec 
parlarai, estarai), 840, 2626; 
prêt. s. f p. plac 282 ;fut. s. 
3° p. plazera 4517, plasera 
6205 ; subj. pr. s. f p. plassa 
1987, 3625, plaia (rime avec 
aia) 7768; plur. j c p. plasson 
7372 ; condit. pr. plaida 465 3 ; 
condit. />.plagra 7252 ; plaire ; 
pris subst., 1398, 1484, 
1825, 2168-9 2858, 7794, 
plaisir. 

plegar 3974, 6921, 7779, plier. 
Voir correja. 

pies, pie, plen 41;, 20S6, 
2562, 3739, 4104, plein; 
195 3, plein, rassasié. 



VOCABULAIRE 



pleure 1941 (rime avec beure); 
ittd. pr. s. }' p. pieu 6340 ; 
prêt, plec 104 ; subj. prés. 
pleva 4048 ; rèfl. , se fier, s'en 
rapporter [à qqun]. Roman de 
la prise de Jérusalem : Ieu soy 
homs de l'emperador de 
Roma... et el pieu se mays e 
mi que en home quez el aia 
(Bull, de la Soc. des anc. textes, 
I, 59). L'identification propo- 
sée de ce verbe avec plevir (voir 
par ex. Rev. des 1. rom. 2, II, 
312) est douteuse. 

plevensa 5380, assurance, garan- 
tie. 

plevir, imparf. plevia 3906 ; prit. 
plevi 67 ; part. p. plevidas 
6484 ; engager [sa parole], ga- 
rantir. Cf. pleure. 

ploure, ind. pr. plou 2483 ; 
Il 6832, pleuvoir, fig. ; 2483 
faire pleuvoir, répandre [de 
l'eau] en pluie. 

pluja 208, pluie. 

poder 1726-7, ind. pr. s. 1" p. 
pose 77, 1095, 3364, pocs 
5073,puesc 1099, 1301, 1653^ 
1736, pusc 5078 ; prêt. s. 2' 
p. poguist 4021, f p. poc 
283, 963;/)/. 3° p. pogron 
1745; subj.pr.s. } e p. posca 
519, puesca3455,pusca 3937; 
pi. 1" p. poscam 3506, pues- 
cam 4234, puscam 5329, 
2" p. poscas 3783, pues- 
cas 774, }' p. poscon 2612, 
T. I. 



385 

puescan 6502 ; pi. q. p. s. 
1" et }° p. pogues 532, 873; 
pi. 2" p. poeses 5412, pog- 

[ues]ses(?)3523,r/>-P°gues- 
son 5122 ; cond. p. s. pogra 
1447, ^24 1710 ; pi. pogran 
217; pouvoir; pris subst, 278, 
1397, 1726-7. 

poig 1208, pueitz, plur., 7208, 
puy, montagne, fig., lieu élevé. 

poin 4588, 5784, poing. 

poin, voy. point. 

poina, mètre sa — 1204, 1564, 
2946, faire effort. 

poinar, ponhar 79, 238, 13 19, 
2196, 3199,4294,4686,4688, 
4846, 6842, 7460, travailler 
avec effort, se donner du mal. 

poiner, ind. pr. pi. 3' p. poino 
7967; fut. poinera 2738; subj. 
pr. poina 5554; gêr. poinent 
431, 8087, pongen 955; part, 
p. poinh 2706, poing 6196, 
pung 2533; poindre, piquer 
avec une pointe, un dard, au 
pr. et au fig.; 431,955- 79 6 7> 
piquer [des éperons], 

point, poin, poing, 4876, 6195, 
point, endroit déterminé, a — 
2705, 8026, à point nommé, 
exprès; 731, point, détail mi- 
nime. 

pois 158, 570, 711, 1262-3-6, 
pos 266, 842, 1288, pueis 
1545, 15 49, puis, ensuite. 

poiso 322, potion. 

poissas 1, 479, 587, 1261, 1504, 

2S 



386 VOCABULAIRE 

poisas 5362, pueissas 3775, 
même sens que pois. 

polir, part. p. politz, polida, 
1492, 1994, propre, bien net- 
toyé; 4744, 7088, poli, fini, 
soigné. 

polpa 1141, muscle. 

polpra 417, 3406, 3480, 6377, 
étoffe de pourpre. 

polprina, marga — 8051, manche 
de pourpre. 

pois 2146, pouls; plur. polses 
2994, pois 3582, tempes (voir 
Tobler, Gôtt. gel. Anz., 1866, 
p. 1776), sens encore conservé, 
voir Mistral, pous 1. 

pois 3794, poussière. Mistral, 
pous 3. 

ponias 4034, pommes. 

poms, />/«>•., 211, pommes, boules 
de métal qui surmontaient les 
tentes. 

poncha 7472, pointe [d'un cou- 
teau]. 

pongen, gèr. de poiner. 

ponhar, voy. poinar. 

port, aribar a bon — 2566, ar- 
river à bon port. 

portai 2435, 3 119, portail d'une 
église, grande porte; 7253, 
7913, porte d'une ville. 

portar amor 1356, — enveja 
1191, — honor 3673 ; — en 
dreg 774 , posséder légitime- 
ment ; réfl. , 6920, 6942 , se 
comporter. Voy. armas. 

pos, voy. pois. 



pose, ind. pr. de poder. 

postz 1424, 2327, 3151, poteau, 
planche. 

pouzer 2523, pouce. 

pradaria 203 , prairie. 

prebost 3494, prévôt, fonction- 
naire, ecclésiastique ou civil. 

precs, prec 2755, 2902-4-9, 
2920, plur. 3099, 4975, 
prière. 

pregar, ind. pr. s. 1" p. pregue 
5878, prier ; 149, inviter; — 
de 5909, 7521 recommander 
[une personne à une autre], de 
même en anc. fr. : Et si li prie 
de sa nièce (Dolopathos, v. 
927) ; — de som ben 5907, se 
recommander [à qqun], récla- 
mer sa bienveillance, cf. Chev. 
au lion, v. 2109, Si se fait 
proier de son buen ; si faire 
— 6141, 6462, se faire prier; 
329, prier d'amour ; pregars, 
prissubst., 2919. 

preire, preires 2470-4, 2503, 

2634, 3297.3599. 55*5- P re " 
veire 2607, prêtre. 

preisons, preison, preiso 7749, 
7752, 7784, 7940, l'état de 
prisonnier; 1153,2869,4249, 
5414-7, 5427, prison, aupropre 
et au figuré. Voy. gitar. 

preissa 3890, 7739, presse, foule. 

premer 3 771 , presser, comprimer, 

preon, prion 1223, profond; 
4763, profondément; de — 
2204, 6844, profondément, qui 



VOCABULAIRE 

vient du fond [du cœur]; cf. en 
anc. fr. de parfont, Godefroy. 

près 138, 1433, 4112, près. 

près, voy. pretz. 

près, prêt, et part. p. de penre. 

presa 6507, terme de jeu. 

presar 1577, 2874, 2885, 6663, 
6672, priser, estimer; part. 
pr. presans 6662, fém.,fière, 
qui a conscience de son prix. 

presen 464, 2247, 5281, présent, 
cadeau. 

présent, a — 6457, 6722, ouver- 
tement, publiquetncnt , opposé à 
a rescost. 

presentar 1670, 2245, 3038, 
6036, présenter, offrir; rêfl. 
798. 

presenteira 1907, gracieuse, ave- 
nante. Mistral, PRESENTIÉU. 

presicar 1788, 3687, prêcher. 

presics 5373, prédication, exhor- 
tation. 

pretz, près 1980, 2922, 4042, 
6679, 6943, 7374, prix, 
valeur; personnifié 230, 236; 
6934, 7021, le prix [de la 
clxvalerie, d'un tournoi] ; 
1494, prix [d'utie chose], 
rémunération. 
preveire, voy. preire. 

prim 2489, fin, délicat; 2713, 
fin, habile ; 4006,^«, léger, 
en parlant d'une étoffe (Mis- 
tral, prim) ; 7472, fin, affilé, 
en parlant du trancÎMiit d'un 
couteau. 



387 

prima 3885, prime, heure cano- 
nique. 

primas 3651, 4005, 4806, 7868, 
d'abord, en premier ; de — 
2536, 3744, 4239, même sens. 

princep, pi. suj., 5275, princes. 

prion, voy. preon. 

pris, prêt, de penre. 

prisos, 7742, prisonnier. 

privadamen 141 2, privadamens 
3545, privéement, en particu- 
lier. 

privatz,privada939, 1080,1093, 
1306, 1487, privé, familier 
(avec qquti) ; 5304, qui vit à 
part, isolé ; 1464, qui est du 
pays, par opposition à estrains. 

pro, pron, adv., 459, 1066, 1232, 
1294,1755,1791,1926,1940, 
2016, à suffisance, largement. 

pro, pron, subst., voy. pros. 

proansa 4642, épreuve, expérience. 

proar, ind. pr. s. 1" p. provi 
5435 ; Il 2054, 3863, éprouver, 
vérifier; 2066, 4458, 5413, 
5435, prouver, démontrer ; 
gelos proatz 1167 Jaloux prou- 
vé, dont la réputation est bien 
établie. 

proeza, proesa 3330, 6862, 
prouesse, l'ensemble des qualités 
qui caractérisent le prudhomme 
ou la preude femme ; personni- 
fiée, 749; auplur., 7044, 
prouesses, exploits chevaleres- 
ques. 

proferre 1670, offrir. 



388 VOCABULAIRE 

prohoms 7767, prohome 2631, 
prudbomme, homme de valeur. 
Cf. prosliom. 

proil, pour pro 11,6155. 

prometre 11 1, prct.pl. 2' p. pro- 
mesetz 2037, port. p. pro- 
mes 2753, promettre. 

prop 78, 1253, 1489, près. Voy. 
de. 

propriamen 4248, proprement, 
spécialement. 

pros, subsl.sitig.suj., 3439, pro, 
pron. sing. rég., 244-5, 2628, 
2866, 3620,4432,4866, 5047, 
profit, avantage ; es a sos pros 
5432, esta son avantage, [lui] 
rend service ; tener pro 1281, 
3044, 3344,4797,4980, 6058, 
6155, être utile, rendre ser- 
vice. 

pros,flrf/. masc. etfcm., 131, 199, 
544, 788, 1632, 1756 (0» on 
pourrait corriger En foran 
cascun tengut p.), 2285, 
3377) 34°5> preux, preude, 
qui a de la valeur. 

proshom 380, 1881-8, proshome 
1702, comme prohoms. 

prous, pour pro vos, 5675, 

proverbis, proverbi (ms. perv-) 
1830, 2053, 4071, proverbe. 

prumier, al — 5734, tout d'abord, 
premièrement, de — 675 3 , même 
sens; 4918, en premier lieu, 
précédemment. 

pueis, pueissas, t'oy.pcis, poissas. 

pueitz, voy. poig. 



puesc, ind. pr. de poder. 
puncella, puncela, punzella, 
punzela 325, 1351, 1379, 

I 385-7. 1393. 1512, 4531, 
6444, 6458, 6474, piucella, 
piuzella 276,668, 723, 1363, 
4178, 5475, pucelle, jeune 
vierge; ce terme n'est plus 
appliqué aux suivantes de Fla- 
menca après le v. 6474. 

puncelleta4959, piuzelleta26i3, 
5206, dimin. du précédent. 

pung, part. p. de poiner. 

punzella, voy. punc-. 

pur 1235, 2232, 3784, simple- 
ment, seulement. 



Quada, quad'ans 3492, chaque 
année, tous les ans. 

quais, voy. cais. 

quai, voy. caler. 

qualque, calque, cale' 2168, 
2682, 2748, 3013, 3415, quel- 
que. Voy. pena. 

quau, voy. quant. 

quandis 925, tandis que. 

quant, quan, cant, adj. neutre, 
2017, 2578, combien; per — 
2702, pourtant, pour cela; 
2577, pour combien que, cf. 
nomperquan ; tan — 2141, 
4260, autant que; 2196, 3089, 
tout le temps que; tin — plus 
4358, d'autant plus que; tan ni 
— 581,4001, si peu que ce soi/, 
tant soit peu ; — que 3009, 
quoique. Voy. aitan. 



VOCABULAIRE 



quant, adv., — a 15771 6242, 
par comparaison, en égard à. 

quascus, cascus 593, 2017, cha- 
cun. 

que, per — 2320, 3005, 4167, 
pour quoi, pour quel motif. 

queacom, voy. quiacom. 

quec 756, 5526, chaque. 

queil 368, pour que li. 

quein 724, pour que n'i. 

quens 759, pour que nos. 

querre 80, 1266, 1669, 3479, 
5595 ; ind. pr. s. )" p. quier 
558$ {en rime), quer 132, 
5787 ; prit. s. }* p. quis 404 ; 
1080; part. passé qmsxa. 2211 ; 
Il 80, 1266, 3023, 3479, 
quérir, chercher; 1880, deman- 
der, s'informer; 132, 404, 
2758, 5585, 5595, demander, 
réclamer. 

quesacom 6581, queacom 4810, 
quelque peu. Mistral, quicom. 

quesacomet 2397, 4116, dimin. 
du précédent. Mistral, qui- 
coumet. 

quet 4011, 4374, pour que te. 

queus 263, 869, pour que vos. 

quiacom 3429, quelqu'un. Mis- 
tral, QUICOM. 

quiem 1140, pour qu'ieu me. 

quilla 6277, faute pour quailla. 
de caler ? 

quin 5670, quel, quelle sorte ; 
Mistral, quent. Voy. le vocab. 
de Guill. de la Barre. 

quins 3478, cinquième. 



389 

quinte 5498, cinquième. 
quis, prêt, de querre. 
quis 1083, pour qui se. 
quo 1594, pour com, comme. 
quora, voy. cora. 
quos 1375, pour quo se. 

Rabiners 7853, impétueux, en 
parlant d'un torrent; cf. le 
voc. de la Chanson de la crois, 
alb. 

radis 4629, razis5i5, rasis4Ó38, 
racine, au pr. et au fig. 

rai 2493, 3131, 3136, rayon. 

raire 1 554, 3711, 3808, prêt, ras 
1325, raser. 

rajar 2808, 2985, 5535, rayon- 
ner. 

rams 4415, rameau, brin, fig., 
comme rains en anc. fr., voir 
Mâtiner. Altfr.Lieder,/>.23i. 

rancs 1468, 1614, boiteux. Mis- 
tral, RANC. 

rancurar, réf., 1193, 4407, 
4927, 7427, 7656, seplaindre, 
récriminer. 

rasim 515, raisin. 

rasis, voir radis. 

rason, voir razon. 

rauba 219, 3289, 3298, robe. 

rauba 3290, vol. 

raubar 4907, voler. 

raucs 7992, qui a la voixrauque, 
enrouée ; raux 7700, qui a un 
son rauque, opposé à clars. 

raus 3840, roseaux. 

raust 945, 1855, rôti. 



390 

raux, voir raucs. 

razis, voir radis. 

razons, rason 1610, la raison, ce 
qui est raisonnable; 146, 2006, 
allocution, communication orale; 
884, 2378, 3005, raison, 
motif ; a — 2190, 4865, à 
propos, per — 5826, a" une façon 
bien proportionnée. 

re, voy. res. 

reclam 4043, appel, venir a — 
6250, venir à T appel, probable- 
ment terme de fauconnerie. 
Godefroy, reclatn. 

reclus 13 16, 3824, 6780, reclus. 

reconoisser, réf.., 2781, serecoti- 
naitre, se rendre compte de sa 
situation. Cf. Leys d'amors, 
1 , 102 , 132 , Rayn. , IV , 
336 t. 

recontorn 5683, le décours de la 
lutte, probableinent le dernier 
quartier. 

recordar 2649, 2976-7, 3558, 
3968, 4316, 4354, 4493, 
4839, 4860, 4963, 5149, 
5796, passer en revue, repasser 
dans sa mémoire; 3767, réciter. 

recrusar 3312, s'envenimer, s'ac- 
croître, en parlant d'un mal ? 
Ex. unique. 

redons 1609 , redundas 1616, 
ronds, rondes; a la redunda 
202, à la ronde. 

redre, ind. pr. s. 1" p. ret 
3656, part. p. rendutz 4949, 
rendre. 



VOCABULAIRE 



redunda, voy. redons. 

refrainer, réf., 5454, s'adoucir, 
en parlant d'une douleur, 
éprouver du soulagement. 

refreitor 1366, réfectoire. 

refrejar, réft., 1478, se refroidir. 

refrenar 5004, refréner, arrêter. 

refrescar, réfl., 2664, se divertir. 

refretzir, refrezir, 944, 1484, se 
rafraîchir. 

refudar 2883, refuser. 

regainar 1045, 45 2 5> rechigner, 
montrer les dents, grommeler. 
Mistral, REGAGNA. 

regarar, réf., 1528, se tourner 
[vers qqun ou qq. chose] ; regar- 
der. Manque à Rayn. ; autre 
ex. Daurel et Béton, v. 788. 

regardar 288, regarder, derrière 
soi. 

régnas 8013, rênes. 

régnât 6709, royaume. 

règnes 3170, même sens. 

reinar 3169, régner ; fig. 4694. 

remaner 6830, ind. pr. s 7* p. 
rema274, reman 3980, roman 
68 1 5 ; pi. f p. remanon 5 8 5 ; 
prêt. s. 5 e />. remas 218, 628; 
fut. s }' p. remanra 4518, 
pi. j' p. remanran 381 ; subj. 
pr. s, )' p. remaina, remainna 
126, 5752 ; cond. remanria 
6860; Il rester, demeurer; 
6514, cesser, s'arrêter, si enleis 
non rema 274, si per vos non 
. rema 952, sauve sa (votre) 
volonté, s'il n'y a point d'oppo- 



VOCABULAIRE 



sition de sa (votre) part ; non 
remas per lur vol 7436, il ne 
dépendit pas de leur volonté (si 
la chose ne se fit pas, ce ne fut 
pas manque de bonne volonté de 
leur part) ; non reman en nos 
7292, il n'y a pas d'opposition 
en nous (il ne dépendra pas de 
nous que cela ne soit fait) ; cette 
loc, dont Rayn. ne donne pas 
d'ex., est fréquente en prov. 
(voir le vocab. de la Chanson 
de la croisade alb. et celui du 
Breviari d'amor) et en ane. fr. 
(voir Godefroy, VI, 773 a). 

remenar 3417, remuer, agiter. 
Mistral, REMENA. 

remestiris 957, bruit, tumulte ; 
manque à Rayn.; remeitori et 
remestili, Vie de sainte Enimie 
(Sachs, iw. 960, 1227 ; Bartsch, 
Denkm. , 242, n, et 249, 
21). 

remirar 1362, 1948, 1965,2644- 
6, regarder, contempler ; réf.. , 
732. 

remulliar 6045, mouiller. 

ren, voir res. 

renc, anar per — 7957, aller en 
rang ? 

renda 1655, 1730, ^062, rente, — 
assisa 1649, rente assignée sui- 
des biens-fonds. 

rendutz, part. p. de redre. 

repairar 2358, 6363, retourner. 

repaire 1801, 6985, manoir, 
maison forte. Repaire est un 



591 

nom de lieu Jréquent en Li- 
mousin et en Périgord. 

repaus 1822 , 2802 , 4824 , 
repos. 

repausar, repauzar 1140, 1297-9, 
1824, 2571, 2643, 3014; 
réf., 296-7 ; reposer, se reposer. 

replenir 6094, remplir. 

repropjar, neutre, 3421, repro- 
cher. 

reptar 3359, accuser. 

res, ren, re (en rime) chose; 
construit avec un partie, masc. 
4352; construit avec estar, et 
désignant un espace de temps 
1523 ; servant à renforcer la 
négation, 7502 ; per ren, en 
proposition négative, 402, 577, 
4875, pour rien, pour quoi 
que ce soit, 4863,«« quelque 
manière; 58, 1044, 5550, 
6172, personne en général; 
1343, 1569, personne du sexe 
féminin. Voy. perdre, tener. 

rescalius 3002, retour de cha- 
leur, de fièvre ; il s'agit du mal 
d'amour. Raynouard n'a que 
recalius, 11, 291, mais il 
existe encore une forme rasca- 
liéu, avec le sens de « débris 
de braise, braise cachée sous la 
cendre, cendre chaude », Mis- 
tral, recaliêU. Le sens de 
« fièvre » parait certain dans 
l'undesex. cités par Raynouard 
(P. Vidal, Bem pac, éd. 
Bartsch, pièce 14, v. 45). Pour 



3 9 2 

le sens et l'origine de ce mot, 
voir Romania, XXV, 621-2. 

rescalivar, sulj. pr. rescaliu, 
2675, enflammer, raviver [une 
plaie]. Raya., II, 292, reca- 
livar ; Mistral, recaliva. 

rescondre 1130, 1795, 4238, 
enfermer, dissimuler, cacher ; 
rèfl. , 3183, rescont (en rime 
avec front), 4020, 4764 (res- 
con en rime avec prion), se 
cacher; part. p. rescos 1482. 

rescost, a — 786, 4781, 6457, 
en cachette, en secret; 2326, 
dans un endroit caché, fermé. 
Mistral, rescos. 

resemson 7732, rançon. 

résina 3024, résine employée 
comme médicament (voy. Henri 
de Mondeville, éd. Bos, au 
glossaire). 

resonar 1 5 5 1 , rogner. 

resperir 5653, revenir à soi, se 
réveiller. 

respieg 5514, répit, délai; 5292, 
attente, espoir. 

resplandir 3138, resplendir, 
briller. 

resplandor 5 529, splendeur, éclat. 

respondre 3561, 4237; prêt, res- 
pondet 5308, respos 1317 , 
4203 ; subj. pi. q. s. f p. 
resposes 2939, respoudes 
4454 (la rime exige resposes 
avec e fermé), 5662 ; cond. 
passé, respondera 4306 ; part, 
passé respost 2933, 4782; 



VOCABULAIRE 



répondre ; — en 13 17, 2939, 
cor respondre, communiquer[avec 
une chambre]. 
responsier 2312, anc.fr. respon- 
sier, livre liturgique contenant 
les répons ; Du Cange, respon- 

SORIALE, SOUS RESPONSORIUM ; 

Godefroy, responsier. 

respos 6224, réponse; 2558, 
répons. 

respost, part. p. de respondre. 

resta 13 12, arrêt, temps d'arrêt. 

ret, ind. pr. de redre. 

retener 636, retenir, tenir, gou- 
verner [une terre] ; 7235 rete- 
nir, charmer [une personne] ; 
151, 153, s'abstenir. 

retenguda, part. p. de retener 
pris subst., 6203, réserve, 
restriction. 

retentir 594, ind. pr. reten 
4742, retentir. 

retomba 614, « cabriole », dans 
la notice de Raynouard, Lex. 
rom., I, 9; « fiole, bouteille», 
ibid., V, 372 ; ce dernier sens 
parait douteux ici, bienqu'admis 
parBartsch(gloss. de /aChrest. 
prov.), et, semble-t-il, par 
Canello, dans son édition 
d'Arnaut Daniel, note sur 
IV, 18 (p. 203), d'autant plus 
que la retombe est une sorte 
de coupe (voy. Cotgravé), et 
non une bouteille. 

retraire 3712,7049, ind. pr.s.j' 
p. retrai 2467 ; prêt. s. j e p. 



VOCABULAIRE 
retrais 688, 694, 5206 ; subj. 
pr. s. retraia 3204; part. p. 
retrait 5474, retrag 4468, 
retracha 3744, retraitas 7048 ; 
Il 2467, 3204, 3744, ramener 
en arrière, retirer ; 688, 694, 
5206, 5475, retracer, racon- 
ter ; — en mal 3712, prendre 
en mal, considérer comme mau- 
vais ; rêfl. 3010, se retirer. 

retroencha 1175, anc. fr. ro- 
truenge, chanson à refrain. 

rêva 570, pourrait se traduire 
par «fantaisie, imagination », 
si ce mot était de la même 
fatnil le que Pane. fr. resver, 
errer, vagabonder, mais rien 
n'est moins certain, la suppo- 
sition que /'s, dans resver, n'est 
pas étymologique n'étant guère 
fondée que sur la comparaison 
avec le prov. rêva, dont il n'y 
a pas d'autre ex. que celui-ci, 
et dont le sens est douteux. 

reveillar 2962, 2968, 2971, ré- 
veiller; réfl., 3453 ; neutre, 
2355, s'exciter, se livrer à la 
joie, au sens de l'anc. fr. 
révéler ; toutefois, si on lisait 
dans ce vers quel au lieu de 
qu'el, le verbe serait actif. 

revenir 323, 903, 1985, 2998, 
5767, revenir, se guérir [d'un? 
maladie]; 3182, 5072, 6842, 
se ranimer; 561 1, se relever, 
regagner ce qu'on a perdu ; 
2922, être florissant; act., 



393 
436, 4389,6003,6153, 6574, 

ranimer, rendre à la santé ; 
7434, réjouir, causer du plai- 
sir. 

revenser 5264, vaincre, l'empor- 
ter sur. Ex. unique et douteux. 

revidar 6506, ou Von pourrait 
corriger re[n]vidon, mettre de 
nouveau au jeu, augmenter sa 
mise; anc.fr. renvier. Cepen- 
dant revidar a été employé par 
Guill. de Poitiers (Ben voil); 
il y en a un ex. douteux, en 
tout cas mal traduit, dans 
Rayn., V, 553. 

revolopir 7977. retourner, se- 
couer} Rayn., V, 567. 

riais, plur. rég. 5900, royaux. 

ribeira 213, vallée. 

rie home 194, 6420, riches 
hommes, hommes de haut rang ; 
ries indique une qualité supé- 
rieure, ricbrueil434, ricafesta 
472, se tener per ries 224, 
per rica 7063. 

ricamen 364, richement. 

ricors 2810, noblesse. 

rieus («v. nieus) 7852, ruisseau. 

rimar 11 18, se gercer, comme le 
cuir ou le bois exposé à la cha- 
leur, fig., brûler. Rayn., V, 
97 ; Mistral, kima. En anc. 
fr. rimer a le sens de geler 
blanc (Goilefroy). 

rire 4483, 6164; ind. pr. s. 
}* p. ri 1068 (en rimé), 2496, 
4588 (en rime), 5736; prêt. 



394 VOCABULAIRE 

s. 3° p. ris 217.3 , 4484, 7935; 
gér. et part. pr. risen 2978, 
4022 ; rire; loc., le cors li ri 

249 6 . S73 6 - 
riu 4696, ruisseau. 
rivala 4174, rivale. Ex. unique. 

En jr. rival n'apparaît pas 

avant le XV siècle. 
roca 3726, roche. 
rodar 6596, « in circuitu ire », 

Donat prov. {éd. Stengel. 

33, 46), tourner autour. Mis- 
tral, ROUDA. 
rodât, pâli — 797, étoffe de soie 

ornée de figures ayant la forme 

de roues ; anc. fr. paile roé ; 

voy. Scheler, note sur le v. 

2971 de Bueves de Commar- 

chis, et le vocab. de Daurel 

et Béton, 
rodillar 5310, 6444, regarder 

attentivement. Mistral, bou- 

DIHA. 

ro[i]nos 1160, rogneux, Mistral, 

ROUGNOUS. 

roman, ind. pr. de remaner. 

romanz 4477, 4480, 4485, ro- 
man, récit en langue vulgaire. 

rompre, act., 2075, rompre; 
neutre, 7391, 7393, rompre, 
se Iriser. 

roncinols, voy. rossinols. 

rosa 946, 1592, rose; fig. 4701. 

rosada 4391, 6290, rosée. 

rosier 4700, rosier. 

rossinols 2343, 2384, 3310, 
roncinols 2333, rossignol. 



rota 605, rote, instrument à cordes, 
sorte de violon ; voir F. Wolf, 
Ueber die Lais, p. 244 ss. 

rota 214, 429, troupe, anc. fr. 
route. 

rua 393, rue. Ce mot n'a été 
relevé, en ce sens, que dans 
Girart de Roussillon, Rayn., 
V, 117. Il y en a un ex. dou- 
teux dans le poème de la Guerre 
de Navarre, v. 3687. 

rumor 707, rumeur, bruit. 

Sa, sas, au sens de l'article la, 
las, 1542, 3139, 3548, 5667. 

sa, voy. sai. 

sabbata 2199, soulier. 

sabe 11 28, savoureux, agréable; 
anc.fr. sade. 

saber 1820, ind. pr. s. 1" p. sai 
125, 5254 ; 2° p. saps 1271, 
1273 ;_?«;>. sap 531,897,999; 
pi. 3° p. sabon 1171 ; imparf. 
s. j°p. sabia 706, 1105, savia 
I0 79 ! prêt- *• 3' />• saup 100, 
332, 704; pi. 2 e p. saupes 
6427; 3' p. saupron 7565; 
fut. s. i'°p. sabrai 1582, 3'p. 
sabra 5 , 1945 ;pl. i n p. sabrem 
4473, 2° p. sabres 7085 ;impèr. 
/>/.sapchas 3631, 6225, sapins 
2692 ;subj. pr. s. 1" p. sapcha 
3559, sapja 5325 ;pl.2'p. sa- 
pias 3500, 5479; pi. q. p. s. 
1" et )° p. saupes 309, 1762, 
2501, 7068 ; pi. 2° p. saupses 
4814 ; 3° p. saupesson 2508 ; 



VOCABULAIRE 
cond.pr. sing.j'p. sabria 373, 
1237 ; pi. 2° p. sabriatz 
4890; }* p. sabrion 5 121 ; 
cond. passé s. _?"/>. saupra 
1697, 4306, 5491 ; pi. i 1 " p. 
saupram 4991 ; 2° p. sabratz 
4894 ; part. p. sauputz 1169 ; 
savoir ; 4067, savourer (?) . 
Loc. , sens actif, saber grat 531, 
— bon grat 373, savoir gré ; 
ncn sap (saupra) mot 1697, 
2606, 5810, 7565, 7958, rie 
rien savoir, ne pas se douter 
[d'une chose jusqu'au moment 
où elle se produit], voir le 
vocab. de la Crois, albig., sous 
saber ; même loc. en anc. fr. . 
voir L'Escoufle, vocab., sous 
mot ; sens neutre, saber bon 5, 
968, 1065, 2293, être bon, 
avantageux [à qqun] ; — mal 
830, 3600, être mauvais. Pris 
subst., bos sabers 4063, bon 
saber 2019, 4054, 4056, 4063, 
5737, 6580, bonne saveur, 
goût agréable, fig. ; même 
loc. dans le Breviari d'amor. 

sabor 1656, 1667, 1840, 4053, 
saveur. 

saborir, subj. pr. saborisca 
4066, devenir savoureux. 

saboros-a 543,4704, 5416,6093, 
6499, 6590, 8053, savoureux. 

sabra, fut. de saber. 

sacramen 4733, 7682, serment; 
4402, juron. 

sadols 757, 1953, rassasié. 



395 

sagellar 3388, sceller, terme de 
maçonnerie. 

sagelz 377, sceaux, plus spécia- 
lement lettres scellées. 

sageta 2720, flèche. 

sai 1975, sa 1991, ici; de sai 
de lai 1061, çà et là ; en sa 
117, jusqu'ici, jusqu'à présent. 
Voy. sam, saus. 

saia 2202, 2220, 3679, sorte 
d'étoffe de laine. Du Cange, 
SAGuri 2 ; saio désigne actuel- 
ment, dans le Midi, un vête- 
ment de dessus (Mistral), 
comme saie en français. 

saillir, ind. pr. s. ^° p. sail 
615, 2137, s&uter. 

saïnz, sains 1971, 2305, 2327, 
3270, 5698, 6780, ici dedans. 

sai 2484, sel. Voy. pa. 

sala 709, 2647, 7664, salle. 

salm 3116. 3157, 3965, 4365, 
5965, psaume. 

salsa 2094 (ms. falsa), sauce, 
mets composé d'ingrédients di- 
vers et salés; fig., 4935, assai- 
sonnement, condiment. 

saludar 827, 1865, 1890, 2621, 
3106, 7279, 7482, saluer. 

salutz, plur., 7073, 7093, 7116, 
7176, salut d'amour, genre de 
poésie. 

salv, lue — 3976, Heu sur; aver 
salv (pu salva), 1567, 7350, 
7936, avoir sauve [sa peine], 
avoir fait bon emploi [d'une 
chose]. 



396 VOCABULAIRE 

salvage 1163, qui vit dans les 

bois. 
salvar, subj. pr. s. 3° b. salve 

3059, sauver. 
sam 892, pour sa (sai) me. 
samarra 6365, simarre, long 

vêtement de dessus. Ex. unique. 

Ane. fr. chamarre. Die%, II 

b, ZAMARRA. 

samitz 386, 6381, étoffe de suie. 
Voy. le vocab. de L'Escoufle. 

sana, voy. sas. 

sanar 5072, 6003. guérir (neutre). 

sanglotir 3304, 5619. sangloter: 
pris subst. 6034. Mistral, sen- 
glouti. 

sanglut 762 (rime avec despen- 
dut), sanglot 4162, sanglotz, 
pi. rég., 6023 (rime avec 
mots) 6023, sanglot. Mistral, 
senglut et sanglut, sous sen- 
glout. 

sans, voy. sas. 

sanz, sans, jurar sobre — 3390, 
jurer sur les reliques ; 6006, 
les autels consacres aux saints. 

sapte 183, 2024, 5151, samedi. 

sarmonar (mî. salm-) 1788, ser- 
monner. 

sas, sans 173, 3034, 3278, sain, 
bien portant; sana 3912, saine, 
en bon état (en parlant de la 
voix). 

saup, saupes, saupses, voy. 
saber. 

saur 3563, blonds. 

saus 2701, pour sa (sai) vos. 



saut, donar — 4147, assaillir; 

de — 45 54, d'emblée, tout 

d'abord. 
sauteri 2311, 2556, 2592, 3167, 

3 181, 3948, psautier. 
sauteri 610, psalterion; auc. fr. 

sautier (Ërec et Énide, éd. 

Forster, v. 6383). 
sautier 2292, psautier. 
savais, voy. sivals. 
savis 102, 571, 928, 1195, 2217, 

sage, avisé ; 7686, savant. 
sazos, sasons, sazon 5095,6104, 

saison, moment; 3378, tenue 

d'études ; joint à luec 1414 

(même loc., Bartsch, Denkm , 

15, 7 5 18. «)• 
se (rime avec be, fe, re, se, 

te) 937, 1636, 2092, 4596, 

5013, 6165; si (rime avec 

Marti, vi, si,aisi) 2118,2517, 

4014, 6917, soi. 
se 938, sein. 
se, sec, voy. sezer. 
secodre, prêt. s. f p. secos 881, 

secouer. 
secors, voy. socors. 
seda 193, soie. 
segre 1654, 2762, 2956, 3213; 

inà.pr. s. 3° p. sec 1657 ìP^ 3" 

p. segon 1869 ; imp. s. 2° p. 

seguias 5260; prêt. pi. ]° p. 

segueron 931; fut. s. 1" p. 

segrai 1285; subj. pi. q. p. s. 

}° p. segues 4405 ; j| suivre; 

— cort 1654, fréquenter les 

cours. 



VOCABULAIRE 

seguramen 5229, 6253, en toute 
sécurité. 

segurs, segura 1839, sûr, cer- 
tain; pris adv. 197 1. 

sei, voy. sieus. 

seignals 7713, seinal 84, sein- 
nais 6996, senhals 811, senals 
781; H 811, 859, signe, in- 
dice ; dans les autres ex. signe 
distinctif porté par les chevaliers 
d'une même compagnie. 

sein 2235, 2386, 3062, 3782 
3802, 6695, 7691, cloche 
d'église, appel de la cloche. 

seina 7914, enseigne, bannière. 

seinar, rèfl., 1263, 2118, 2529, 
se signer. 

seinnals, voy. seignals. 

seizena (ms. xvizena) 7041, 
quinzaine, m. à m. espace de 
sei\e jours ; anc. fr. sezaine. 

sella 1691, 1693, selle. 

sem, ind. pr.pl. 1" p. Cesser. 

semblanz, semblans, 163, 270, 
semblant, apparence ; 291, 

747. 942, 1085. i-W, 2 9S9. 
4219, 5141, mine, expression 
du visage. 

semblanza 1621, mine, apparence 
extérieure; far — 808, faire 
mine. 

semblar 307, 1162, 2444, sem- 
bler, paraître; 1905, sembler, 
ressembler. 

semenar 4673, 4682, 4687, se- 
mer. 



397 

sempre que 2317, 2386, 7288, 
aussitôt que. 

sen , per — 982, sérieusement ; 
voir Appel, Prov. ined., au 
glossaire. 

senals, voy. seignals. 

senes 1735, 3210, 4712, sans. 
Cf. ses. 

senescal 7480, sénéchal. 

senestre 4486, 5 75 3, gauche. 

senglars 398, 2446, sanglier. 

senglas 8013, sangles. 

senhals, voy. seignals. 

senhera 92, enseigne. 

senoressa 5 577, dame souveraine. 

sens, pi. suj. sen, 2358, 2361, 
2372, sens, appareils récepteurs 
des impressions. 

sens, voy. ses. 

sentir 2154, 2380, 6542, sentir, 
éprouver une sensation ; 1078, 
réf., 4709, 6318, toucher, pal- 
per ; 870, 2710, 63 36, se sentir 
(bien ou mal) ; réf. au sens 
du simple, 2050. 

ser, voy. sers. 

ser 253, 1460, 3686, soir. 

serai, sera, serem, seran, fut. 
«fesser. 

serena 2681, serein, le temps frais 
du soir. 

serena 4040, sirétie, pris méta- 
phoriquement. 

serrar 1507, 2296, 3804, 4003, 

57°3- 579 1 * 6 37!> 6 374. fer- 
mer [une porte]; serrât, ser- 
rada 1794, 4977, enfermé. 



398 VOCABULAIRE 

serras 7208, serres, chaînes de 
collines. 

sers 2845, 3657, ser (rég., en 
rime avec et), 2034, serf. 

servar 1793, réserver. 

servent, serven, sirven 436, 
1895, 3788, 4i22,rcri'ita«'; aux 
w. 436«/ 1895 le sens pourrait 
être sergent, soldat mercenaire. 

serventas 571, servantes. 

serventes 1174, 1707, sorte de 
chanson ; anc. fr. serventois. 

servidor, pi. suj., 2012, 3981, 
serviteurs. 

servir 347 ; ind. pr. s. }" p. ser- 
vis 3765, 3818, ser 4273; 
imparf. servia 3292, servion 
1363 ; prit. s. 3° p. servi 3 574; 
pi. 1" p. servim 1536, y p. 
serviron 311 ; impèr. servis 
4438 ;part. p. servit 523 ; || 
servir, en général; 311, 502, 
servir à table ; 3292-4-5 mériter 
(anc.fr. deservir). Voy. grat. 

servisis, servizis 2019, 3507, 
3791, service, le fait de servir. 

ses, sens 390, 447, sans. Cf. 
senes. 

ses 5136, pour se, si. 

sesmar, leçon douteuse, 7802, 
fixer. 

set 4031, 4044, 6909, soij. 

setzen 5597, seizième. 

seus 5691, pour si vos. 

sevals, voy. sivals. 

sexta, ora — 298, heure de sexte. 

sezer, seser, 498, 789, 829, 



2612; ind. pr. s. _?* p. se 
3594; imparf. sesia 3750; 
prêt. s. y p. sec 1429, sis 
2586 (en rime); pi. 3° p. 
segron 5905; impèr. sezes 
7320 ; seoir, être assis. 

si, pion., voy. se. 

si , conj., no i a si 6203, « il n'y 
a pas de si, pas de condition ». 

siam, imparf. á'esser. 

si ben, voy. ben. 

siblar, voy. siular. 

sibra 4292 (rime, avec vibra). 
D'après le contexte, ce mot 
désigne un animal sauvage; 
M. Mussafia (Jahrb. f. rom. 
u. engl. Lit., VIII, 119) le 
rapproche de l'anc. fr. toivre 
qui, d'après DieiÇEtym.Woit. , 
II e ) serait identique à Vanc. 
port, zevro , sorte de bétail. 
Mais d'abord la forme du mot 
fr. est plutôt atoivre (Gode- 
froy), puis le sens de bétail con- 
vient mal ici; enfin, étant 
même admise l'identification de 
toivre et de zevro, la forme 
provençale correspondante de- 
vrait être plutôt sebra que sibra. 

siei 4294, pour si i. 

sieus, sieu, sing. suj. et rég., 
employé comme possesif absolu, 
244, 1223, 173I1 2498, sien; 
pi. suj. sieu, employé comme pos- 
sessif conjoint , 1856, 1883, siei 
542-3, 1846, 2569, 2685, sei 
1711, ses. 



VOCABULAIRE 

signar 1056, faire signe. Cf. 
cenar. 

signe 5160, signe. 

simi 1044, singe. 

simplamen 3778, 4329, d'un ton 
simple, modeste. 

simples 2070-3-7, 2099, simple 
(opposé à compoz) ; 3759,6223, 
simple, modeste. 

sin 6016, pour si ne. 

sins 1537, pour si nos. 

sinz (cinz ?) 113$, signes. 

sis 870, 2792, pour si se. 

sitôt 3100, 3278, 4409, 
quoique. 

siu, subj. pr. pi. j" p. á'esser. 

siular 604, siblar 1049, s tffl er - 
Il paraît évident que ces deux 
formes représentent le même type 
(sibilare) ; toutefois Mistral 
distingue sibla « siffler », et 
siéula « chanter d'un ton de 
fausset », distinction qui serait 
peut-être admissible ici. 

sius 893, 1064, pour si vos. 

sivals 1108, 3937, 3999, 4239, 
4380,483 5 , savals4277, sevals 
3435, 6815, du moins, à tout 
le moins. 

so, voy. zo. 

soa, possessif fém. absolu, 2510, 

5330, 5436, 5574, sienne. 
soau, voy. suau. 
sobeira 5294, souverain. 
sobrar, act., 1679, dépasser; 
neutre, 470, être en trop, être 
superflu. 



399 

sobrecomtar 1712, compter trop, 

d'une façon exagérée. 
sobrecot 7470, surcot, vêtement 
de dessus. 

sobredesir 4716, désir excessif. 

sobrefais 8014, surfaix, « large 
bande de cuir ou d'étoffe employée 
soit pour fixer une couverture 
sur le cheval, soit pour maintenir 
les quartiers de la selle et la 
schabraque » (Litlrê). Ce sens 
est relevé par Mistral, subre- 
fais. 

sobrenom 1705, surnom. 

sobresana 2717, parfaitement 
saine. 

socon 2549, souche, billot, Mis- 
tral, SOUCOUN. 

socorre 2689, secourir. 

socors 34, 2688, secors 4634, 
secours. 

soen, voy. soven. 

sofiera, subj. pr. de sufrir. 

sofrainer, ind. pr. s. )" p. so- 
frain 5431, 6868; prêt. s. 
$* p. sofrais 468 ; manquer. 

sofraitos 1580, manquant [de 
mots], impuissant [à exprimer 
une idée], 

sogra 4174, marâtre. Mistral, 

SOGRO. 

soi, iiul. pr. s. 1" p. «fesser, 
soisebre 405 , imaginer. 
soin, aver — 4509, 6751, se sou- 
cier. 
I sojornar 1747, 1825, 3400,«/?. 



400 

517;, se reposer ; destreir so- 
jornat 421* chevaux frais. 

sojorns 2117, repos; 1682, 2702, 
5489, repos d'esprit, satisfac- 
tion. 

sol 176, 365, 2584, 2879,5319, 
5331, seulement. Voy. ab. 

solassar 4438, 4593, 59 x 4> 
6472, 7371, récréer par sa 
conversation ou autrement, tenir 
compagnie. 

solatz, solaz, solas 851, 1701, 
4197, 5424, 7046, plaisir de la 
société; 2827, 3603, 4592, 
4974, 6391 , société, compagnie ; 
1498, 5248, consolation, satis- 
faction, Voy. tener. 

soleilla 5019, forme féminine de 
soleil créée pour le besoin de 
Vidée. 

soler, ind. pr. s. 1" p. sueil 
3309, 5805, 6782, 7773; 
2* p. sols 4439 ; pi. 2' p. soles 
2705, 3434, J° p. solo, solon 
228, 6871 ; imparf. solia 3963, 
4208; le présent employé au 
sens du passé, 228, 1977, 
3309, 3746, 4795 ; avoir cou- 
tume. 

soletz 658, 1811, 4598-9 5334; 
seul. 

soliers 1902, 3534, étages d'une 
maison, appartements compre- 
nant tout un étage. Voy. le 
vocal, de Daurel et Béton. 

sols, sol 3463, 6372, sol; anar 
per sol 613, marcher; cf. la 



VOCABULAIRE 

tenson de R. Gaucelm et de fean 
de Miralhas (Mahn, Ged., n" 
1018), coupl. 4 : yeu iray per 
sol; ctBarlsch, Denkm., 300, 
2 : Per lo sol les fazia anar. 

solver 8066, ind. pr. s. 3 e p. 
solv 7944, pi. 2° p. solves 
7749; fut. s. }° p. solvera 
7916; part. p. sout 8034; 
délivrer; de sout 2319, claire- 
ment. 

som 807, 3427, sommet. 

som 49, pour so me. 

somnar, sompnar 2964, 2976, 
337 1 . 3434, 3450, songer, 
rêver. 

somnillos 2987 , sommeillant, 
assoupi. 

somnis 2977, 2980, songe. 

somonir, ind. pr. s. )* p. somo, 
somon 14, 2371, 5124, 5584, 
5949, 6750; subj.pr. somona 
6126 ; pi. q. p. somoses 7201 ; 
imiter, prier [de faire une 
chose], 

somos, pi. rég., 5910, invitations, 
prières. 

sompnar, voy. somnar. 

somrire, prêt. s. f p. somris 
276, 7405, sourire. 

son, voir sonz. 

son , ind. pr. s. 1" p. Cesser. 

son 247(?), 2761, pour so ne. 

sonalz, sonals 956, 6995, 7701, 
clochettes ou grelots que por- 
taient les chevaux. 

sonar 915, 923, 1511, annoncer 



VOCABULAIRE 
par un son de cloche; 1452, 
1843, appeler, mander; — u 
mot 2059, dire un mot, no — 
mot 1878, 3245, ne dire mot. 

sonz, son, 642, 3432, 3700, 
6152, 7466, sommeil. 

sopar 916, 943, 3320, souper. 

sophisme 7683, sophisme. 

soplegar, ind. pr. s. i r 'p. soplei 
2948 ; prêt. s. j* p. sopleguet 
2128, 2452, 5849, soplejan, 
gèrond., 6037, s'incliner pour 
saluer. 

sopliar, soplia 6550, même sens. 

sopte 6404, aussitôt, tout de suite, 

sors, sing. suj., 119, 4778 (en 
rime), sor 12 12, soeur. 

sortz, sort, joint à agur, 1791, 
l'art de deviner l'avenir en 
consultant les sorts ; 8076, le 
sort, la destinée. Voy. agur. 

sortz 484, 2353, sorda 3849, 
4455, sourd, sourde. 

sos, pi. règ., 1174, chansons, 
poésies chantées. 

sospeissos, sospieizo 621 1, soup- 
çon, mètre en — 963, inspirer 
du soupçon. 

sospirar 1041, 3305, 4152, îm<- 
pirer. 

soterrar 5340, enterrer; réfl., 

7Si- 

sotileta, dimin. de sotilz, 4628, 
fine. 

sotileza, sotilesa, 1221, ingénio- 
sité, esprit fin; 4858, moyen 
ingénieux. 
T. I. 



401 

sotillanza 4641, subtilité, expli- 
cation subtile, ingénieuse; ex. 
unique. 

sotilmen 7101, sotilmens 4510, 
habilement. 

sotilz 161 3, mince, en parlant de 
la taille; 5823, fin, ai parlant 
d'une étoffe; 1758, 5142, 
habile, intelligent. 

sotols, pi. rég., 3534, rei-de- 
chaussèe. Du Cange, sotulum, 
subtulum,sutulum ; Mistral, 

SOUTOU. 

soudadier 5604, soudoyer. 
sous 52, pour so vos. 
sout , part, passé de solver. 
soven 1727, 1850, 4719, S306, 

soen 313, 732, 1021, 1037, 

1043, souvent. 
sovenir, subj. pr. sovenga 4853, 

5985, cond. passé sovengra 

1814, souvenir. 
spessa 429, épaisse. 
suaus 161, 3636, doux, aimable ; 

suau, soau , prisadverb., 334, 

4391, 5636, doucement; 292, 

1050, 2296, 2575, 3222, 

4852, à voix basse. 
suavet, adj. pris adv., dimin. du 

précédent, 2153, 2381, 6635, 

7580, doucement; 812, 3249, 

3949> 4333. 5*5S> « voix 

basse. 
suc 1259, sommet de la tète. 

Mistral, su. 
sudar 3302, suer. 
sueil, ind. pr. de soler. 

26 



402 



VOCABULAIRE 



sufrir, suffrir 735, 1062, 1166, 
3315, 3521,4951; ind.pr. s. 
1" p. sufri 4954 ;_J° p. sufris, 
suft'ris 517, 3C36, 4062, suffre 
5 105, sufri (ms. suh'û pour sufri 
lo) 164; prêt. s. }° p. suffris 
'4078 ;fut. pi. 2° p. suffrires 
4993 ; impér. pi. 2° p. sufras 
j$88;subj.pr. s. V'p. sofiera 
7382; pi. q. p. s. z re p. suf- 
fris 6303; part, passé suffert 
2754 ; Il souffrir; 1166, endu- 
rer, supporter l'inconduite de 
sa femme; suffrens, part, pr., 
1168, 1170, celui qui supporte 
l'état de mari trompé ; soufrant 
a été employé dans le même sens 
en atic. fr. : wihos soffrans, 
Jean de Condé, éd. Scheler, II, 
201 (v. 132) ; réfl., 6351, se 
passer; 4078, 5408, se tenir 
[déparier] ; le sens de si suffrir, 
735, est obscur. 

suja 4370, suie. 

sus 2492, 6904, sur, en haut, 
— en la kalenda 3257, haut 
dans (loin de) la calende (on 
comptait en remontant à partir 
du jour des calendes). Voy. anar. 

susplejar 7104, supplier, être 
dans V attitude d'un suppliant. 

suzors (ms. sizors), pi. règ., 
6068, sueurs. 

Tabors 7693, tambours. 
taill 7472, tranchant [d'un cou- 
teau]. 



tainer, ind. pr. tain 461, 1595, 
taing 7443 ; imparf. tainion 
3101 ; prêt, tais (ms. tains) 
467 ; y 5222, convenir, être ap- 
proprié; impers., 467, 5197, 
6867, 7443, convenir, être 
convenable, à propos; réfl., 
1595, 4759, même sens ; 
3101, s'accorder. 

talen 7388 (rime), talan 4240 
(rime) ; || 4240 ; intention ; 
7388, inclination, amour. 

tallar 3465, 3677, tala 5542 
(rime avec mala) ; talion 8094 
(rime avec desmaillon) ; part, 
pr. tallanz 3579 ; || tailler, cou- 
per ; 3677, tailler un vêtement ; 
1377, découper de la viande. 

tais, ben es — que 39, elle est 
bien capable de; de — n'i ac... 
que 451, il y eut telles qui; 
tal mil 7225, 7265 ; per tal 
que 1059, I2 3i. 3455. 353 1 . 
7260, 7805, afin que, pour ; 
23, 7400, à condition que. 

tant, tan 11 5 2, d'autant ; eu — 
quan 3199, tandis que; — ni 
quant, voy. quant ; — o quant 
4239, peu ou beaucoup ; per — 
7956, pourtant, néanmoins. 

tanz, dos — 3660, deux fois 
autant. 

tapit, tapitz 385, 5899, 7610, 
tapis. 

tardar, ad., 2039, retarder, faire 
attendre. 

targas 8091, targes, employé ici 



VOCABULAIRE 



sans précision, au sens général 
d'écu, bouclier. Au XIII' siè- 
cle la large était proprement un 
grand bouclier long (Chanson 
de la crois, alb., II, 382, n. 
4), porté surtout par des gens 
de pied (Joimille, éd. de 
Wailly, 1874, p. 466). 

tarzar 101, 110, 6675, tarder. 

tastar 6800, tàter (avec la main) ; 
7823, goûter. 

taula messa, voir mètre. 

taular 6480, jouer au jeu de 
tables (qui se jouait sur un 
damier), « utrumque ludum or~ 
dinare », Don, prov., éd. 
Stengel. p. 34. 

taulier 3227, table ou tablette, 
p.-ê. sorte de damier servant 
au jeu de tables. 

taurelz458i, taureau. 

teiner, tein 551, obscurcir ; 
escutz de nou teinz 89, écus 
nouvellement peints ; teinz 
3033, qui a mauvais teint 
(jaune, terreux). 

teira 1906, le sens ordinaire, 
suite, série, ne convient pas ici ; 
le sens de tournure, encolure, 
admis par Rayn., V, 364,«/ 
très contestable, aussi une cor- 
rection a-t-elle été proposée en 
note. 

teisser, ind. pr. teis 3404, subj. 
pr. tesca 1060, tisser. 

tela de Rens 5822, toile de 
Reims. 



403 

temensa 2856 (rime avec conois- 
sensa), 4224 (rime avec vila- 
nesa), 5567 (rime avec 
agensa) 6762, crainte. 

temer 4791, 5508, 5884; ind. 
pr. s. 1" p. tem 4101 ; _j e p. 
tem 3238, 6261, 6294; pi. 2» 
p. ternes 6672, )' p. temon 
208 ; impér. tems 4100 ; subj . 
pi. q. p. temses 1019, 5540 ; 
craindre. 

temeros 4967, craintif. 

tempradura 595, ton auquel une 
corde est accordée. 

tems, tens, per — 1076, 4099, 
au cours du temps, p.-è. bientôt, 
vov. le vocab. de L'Escoufle ; 
« tempestive », Don. prov., 
éd. Stengel, p. 47. 

tems, temses, voy. temer. 

tenc 5841, teint. 

tenc, teneses, voy. tener. 

tendas 205, 7205, tentes. 

tendre, prêt, tendet 7273. tendre 
[une tente] ; rèfi. 5827 (si 
ten, ms. satain), se tendre, en 
parlant d'une étoffe. 

tenent, ad un — 6772, immédia- 
tement, sans interruption ; anc. 
fr. en un tenant (Godefroy). 

tener 283, 1156 (rime), tenir 
4820, 6618 (rime) ; ind. pr. s. 
1" p. tenc 1823, 5768, 6386 
(rime), tein (.' voir la noie) 
1050 ; prêt. s. ? p. tenc 300 ; 
pi. r" p. tenguem 4025 ; 
j'p. tengron 1672; subj.pr. 



404 VOCABULAIRE 

pi. a' p. tengas 2, 278, ten- 
guas 1272 ; pi. q. p. pi. 2' p. 
tencses 1674, 7008 ; cond. p. 
tengra 108 1 ; part. p. tengutz 
1756 ; tenir, au propre et au 
fig. Loc, — ad erguil 2860, a 
mal 1183, 2920, 7623, a me- 
ravilla 4732, tenir à orgueil, 
etc. (regarder comme...) ; — 
per, suivi d'un adj. ou d'un 
partie, 300, 1672, 1756, 
1823, 2033-4, 2095 ; — enre, 
en proposition négative, 1081, 
1980, 3852, 4061, 6264, 
6666, ne faire aucun cas ; — 
escolas 1625, tenir école, 
professer; — pas, tregas 1803 , 
être en paix [avec qqun] ; — 
juec 649 3, faire la partie avec 
qqun, lui tenir tête; — pro, 
voy. pros ; — solatz 4961, 
s'entretenir, converser ensemble ; 
— sa via 6154, 6784, aller 
son chemin ; — daus 703 5 , 
aller vers; réfl., 283, 835, 
960, se contenir ; réfl. au sens 
du simple, 1081,2821,7623. 
Voy. comanda, escola, joc, 
pagar, rie. 

tenre 3638, tendre; 6646, atten- 
dri, au propre, amolli (d'avoir 
pleuré). 

tens, voy. tems. 

tensar 5419, disputer, gronder; 
anc.fr. tencier. 

tensonar, réfl., 4461, se disputer 
avec soi-même. 



tentir, prêt, tenti 7582, retentir. 

tercia 3109, le troisième coup de 
la messe ; cf. tersa mouta 
2439, ters c ^ as 3784. 

terger, part. p. fèm. tersa 4874, 
nettoyer. 

termes 78, termen 108, ternie 
360, terme. 

termini 1561, terme, époque. 

ters-a 2439, 37&4> tins, tierce; 
tersa 3459, l'heure de tierce ; 
3886, 4873, l'office de tierce. 

tesaur, voy. thesaurs. 

testimoni S 270, témoignage. 

teula 6039, dalle fermant l'ou- 
verture d'un passage souter- 
rain. Rayn., V, 359, ne con- 
naît que le masc. teule. Mistral 
enregistre téule et téulo, ce 
dernier ayant plutôt, comme ici 
le sens de dalle, pierre plate. 

teunamen 5621, d'une manière 
ténue, s'entend des larmes qui 
coulent en minces filets. Ex. 
unique. 

thesaurs, thesaur, tesaur 116, 
848, 966, 2256, 2495, trésor. 

thosa, pour tosa, 1099, finette, 
ici employé par dédain pour 
désigner Flamenca. Voy. tos. 

tiei, pi. suj., 1161, tes. 

tïes 1909, la signification la plus 
ordinaire est flamand, anc.fr. 
tiois ; mais ce peut être aussi 
l'allemand. 

tirar 4172, tirer, traîner [un 
fardeau] ; neutre, 5827, tirer, 



VOCABULAIRE 

être ajusté, en parlant d'un vê- 
tement; 3351, 3360, tirer, se 
diriger vers un but, cf. traire 
232; 1957, 3520-2, 7328, é/r« 
désagréable, pénible [à qqun]. 
Le sens du cond. tirera, 2203, 
est obscur. Voy. fren. 
titol 3710, parait signifier règle 
ecclésiastique, bien que ce sens 
ne soit pas relevé dans Du 
Cange sous irruLUS. 
tiure 3463, tuf, calcaire. Mistral, 
tiéure ; Chabrand, Patois du 
Queyras, p. 125 et 184, 

TIOURE. 

to 4490, ton {terme de musique). 

toallas 587, serviettes. 

toc 3802, coup de cloche {tocsin). 

tocar 236, 1330, 2351, 2381, 
toucher; 317, I5 I2 > toucher 
[un instrument de musique, 
une cloche]. 

tolre 4922, ind. pr. s. i"p. toile 
1x24, }' p. toi 1822, 2346, 
3581 ;prét. s. ? p. tok 290, 
1320, 2548; fut- s. )* p. 
tolra 3821; subj. pr. s. ]° p. 
tolla 948, 1322, 1472 ; pi. 
2 e p. tollon 4008 ; cond. passé 
tolgra 2427, tolgron 6724 ; 
part. p. tout 744, 2318; Il 
enlever; 290, 2427, enlever [à 
qqun la possibilité défaire une 
chose], empêcher ; réfl. 47 8 9> 
6724, 7637, se retirer, s'éloi- 
gner. 



40$ 

tombar 613, faire la cabriole. 

God., TOMBER, 
tondre 1129, 3562, 3742, 3808, 
381 1, tondre, couper les che- 
veux. Voy. croz. 
tormenta 7474, tumulte, fracas. 
tormentar 4955, tourmenter ; 
réfl., 3578, se tourmenter, 
s'affliger. 
tom, de — en — 202, tout à 
Ventour; fig. penre — 6728, 
prendre un moyen. 
tornar, neutre, 877, tourner ; 
007, 3516, retourner, revenir; 
act., 250, ramener; 3173» 
3180, rendre, restituer {on dit 
qqfois retourner en ce sens) ; 
3095, 3876, remettre en place ; 
réfl., 332, se tourner; 3100, 
667 3 , se diriger [vers ou contre 
qqun]; réfl. et construit avec 
en, 995, 1469, 3 I0 4, 6 5 26 > 
s'en retourner; neutre, 6683, 
devenir. Voy. cap, forsa. 
tornei 93, 812, 3955, 6 7°7> 

6969, 6986, 7696, tournoi. 
tornejamen 1752, 7202, tournoi. 
tornejar 824, 8068, tournoyer, 
pratiquer le tournoi; 1052, 
3417, tourner. 
torre, voy. tors, 
torriers 3365-7, tourner. 
torris lorris 3C82, fêtes bru- 
yantes ? Ce mot, dont on n'a 
pas d'autre ex., a-t-il qq. 
rapport avec l'anc. fr. ture- 
lure, cornemusel 



406 VOCABULAIRE 

tors 1281, 1304, 1943, tori.248 
(ms. torre), 1365, 1950, 1966, 
2126, 2129, 2148, 5087, 
torre 2690 (rime avec socorre), 
tour. 
torser 2898 ; ind. pr. torz 1004, 
tordre ; 2898, adoucir, amollir 
{emploi assez impropre, pour 
fournir une rime à estorser). 
tort 1539, 2061, 4288, 4379, 

tort. 
tos 3787, jeune garçon (mot à 
mot, tondu) ; anc. Jr. tous. 
Voy. thosa. 

toset 1862, diminutif du précè- 
dent. 

toseta 1300, 3231, 3251, fillette. 
tossir, ind. pr. tos 6877, tosson 
1186, 7175 ; H 6877, tousser; 
1186, 7175, tousser pour mar- 
quer la désapprobation ou l'en- 
nui. Mistral, Toussi. 

tostems 1277, toujours. 

tôt, sert à renforcer l'expression, 
— per iras 1521 ; del — 
2540, 4253, 4613» entière- 
ment, cf. Walberg, Le Bes- 
tiaire de Ph. de Thaon, p. 
140; — tota via, voy. via. 

tout, part. p. de tolir. 

tractar 2582, manier. 

traforar 2674, transpercer. 

trag, part. p. de traire et de traïr. 

trahut 5571, tribut. 

traïcion 5351, trahison. 

traïr, part. p. trait 4002, traitz 
1104, tragz 5750, trahir. 



traire 532, 631, 3071, 3483; 
ind. pr. s. 3° p. trai 232, 
1666, 1693, 2621 ; prêt. s. $° 

p. trais 24, 598, 652; subj. 

pr. s. 1'° p. traia 5046 ; _j° p. 
traga 1142 ; pi. 3° p. tragon 
720 ; pi. q. p. s. 3" p. traisses 
3039, 563 3 ; cond, pr. s. 1" p. 
trairia 25 \part. p. trah 2769, 
trag 6231, tracha 3828, tra- 
chas 3231 ; || 930, 3071, 
3122, 3483, tirer, ôter, 
extraire ; — vaus si 4041, 
tirer à soi; 24, 1142, 1399, 
1666, 3039, 4108, 4144, 
souffrir [mal, peine, etc.] ; 
631, 652, 5629, 5631, tirer, 
lancer [un trait, une pierre] ; 
232, viser, tendre à; réft., 
598, 720, 2621, 7458, se diri- 
ger, se tirer. Voy. cap. 

trametre, subj. pi', pi. 3° p- 
trameton n%2;pl.q.p.s.i n p. 
tramezes $7; part. p. s. suj. 
tramesses 7776, envoyer. 

transir, far — 678, proprement 
faire passer dans l'état de coma 
(transe') qui précède la mort, ici 
donner les apparences de la 
mort. 

trap 20>, 7205, 7457, sorte de 
tente, anc. fr. tréf. 

tras 2327, au delà, derrière. 

trasanar 3997, défaillir ; l'anc. 
fr. tresaler s'est employé dans 
le mime sens (God.). Rochegude 
a un ex. de transvai « passe », 



VOCABULAIRE 



de G. de Borneil. Mistral, 
tresana, avec des acceptions un 
peu différentes. 

trassallir 3303, tressaillir. 

trauc 5839, trou, ici, souterrain. 

travalar, travala 2648 (rime 
avec sala), s'assoupir graduel- 
lement. Mistral enregistre tre- 
vala lis uei, « fermer les yeux, 
commencer à dormir » . 

travers a — 1256, 3 116, en tra- 
vers, de côté ; per dreg e per 
— , voy. dreg. 

trebail 676, 1399, 3041, 4161, 
tourment. 

trebaillar 1805, 6148, tourmen- 
ter; réfl., 548, 1140, 5396, se 
tourmenter. 

trebolocis 7699, brouhaha, tu- 
multe. Mistral, treboulugi, 

SOUS TREBOULIGE. 

trega 150, 1803, trêve. 

trei, masc. su]., 7620 (rime), 

treis 804 (rime); très, fém., 

7620, trois. 
tremblar 165, 3302, trembler [de 

froid, à" angoisse] . 
trencar, trenchar 1120, 3383, 

3 7 26, trancher, couper. 
trepar 757, danser, quoique rendu 

par « manibus ludere », Don. 

prov., éd. Stengel, p. 34 a. 

Mistal, trepa. En anc. fr. 

ce mot est souvent joint à sail- 
lir (Perceval, éd. Potvin, v. 

2447 ; Manekine, v. H7S). 
trescar 2663, danser la « très- trissar, part, p 



407 
che » (God., tresche, tres- 
chier), sorte de farandole. 
Mistral, tresca. 

trevar 4749, 6575, errer en un 
lieu, le fréquenter, le hanter; 
« frequentare », Don. prov., 
éd. Stengel, p. 34 b. 

trezen 5595, treizième; trezens 
6932, semble être pour très 
cens. 

triar, gér. trian 1506, chercher, 
faire un tri. 

tricharia 6207, tricherie, trom- 
perie. 

tries 4348, parait signifier ici 
habile à détourner les soupçons, 
à donner le change. Ce mot 
n'est pas relevé, comme adj., 
par Rayn. (IV, 280), qui tou- 
tefois en cite, sous mois, un ex. 
où, comme ici, tries est joint à 
mois. Dans le Vocabulaire 
provençal-italien (Stengel, Die 
beiden àltesten prov. Gram- 
matiken9i b), tric«/ rendu 
par tricadore. 

triga 6509, terme de jeu, p.-'e. 
tricherie. Ce mot n'est connu 
qu'au sens d'attente, délai 
(Rayn., V, 423; Mistral, 
trico). 

trigar 2229, retarder, act. ; 
5483 tarder; 4721, 5481, 
tarder [à qqun, lorsque le temps 
lui parait long] ; réfl., 180c 
se mettre en retard. 



408 

écrasé, foulé aux pieds. Rayn., 

V, 425 ; Mistral, trissa. 
tristors 4164, tristesse. 
tristz, trista 912, 4126, 6911, 

triste. 
tritz,trida 6365, usé, en parlant 

d'un vêlement. Ce mot est 

rendu par « tninutus » dans le 

Don. prov., éd. Stengel, p. 5 r. 
tro, avec un verbe, 695, 2210, 

jusqu'à ce que ; tro a, avec un 

subst., 61, 101, 3127, jusqu'à. 
trobairis 4577, [femme] qui sait 

trouver, imaginer. 
trobar 61, 170, 243, 581, 681, 

1137, 1151, 1236, trouver. 
trombas 7269, 7692, trompes. 
trop, marquant le superlatif, — 

beu4576, — bon 2566, — 

meinz 4809, — melz 481 1. 
tropel 1012, groupe, assemblée 

(en parlant de personnes). 
trossar 1847, trousser, charger 

[du bagage]. 
trot 1243, trot; « inter passum et 

cursum », Don. prov., éd. 

Stengel, p. 58. 
trotiers 96, homme qui trotte à 

pied, coureur ; « cursor », 

Don. prov. , éd. Stengel, p. 48 b ; 

anc. Jr. 'trotier. Du Cange, 

TROTARIUS. 

truanz 1196, truand, terme de 
mépris; adj., 4265, vil, qui 
se comporte comme un truand. 

trufa 3683,/rwoZi/é, chose vaine. 
Mistral, trupo. 



VOCABULAIRE 

truphairitz 4270, trompeuse, 



railleuse. Rayn., V, 437, n'a 
que trufaire. Mistral, tru- 

FAIRE, TRUFAIRIS. 

tu, etnployê comme régime, 1164. 
tuis e buis 7211, tohu-bobu, 

tumulte. 
tullurutau 1053, sorte de refrain 

populaire. 
turtar 7886, 7965, se heurter. 

Rayn., V, 442; Mistral, 

TURTA. 

Ubrir 1515, 2989, prêt. s. f p. 
ubri 2125, 2174, 2292, obri 
5668, 6050; impér. ubri 
3269 ; subj. pi. q. p. s. }° p. 
ubris 2172 ; part. p. ubert 
1 1 5 1 ; ouvrir. 
uc 721 1, cri, appel; « clamor 
sine [verbis », Don. prov., 
p. 58. Mistral, uch, uc. 
ucaison, voy. occaisos. 
uchen 4685, 4753, uiten 5457, 

huitième. 
ueg 339, huit. 

uei, ueimais, voy. oi, oimais. 
ufana 194, vanité, gloriole. Mis- 
tral, UFANO. 
uferta 1440, offrande (à l'église). 
ufirenda 3908, offertoire. 
ufrir 1435, faire l'offrande. CJ. 

offerre. 
ugan voy. ogan. 
uimais, voy. oimais. 
uis 1507, 1515, 3875, 3990, 
huis, 1151, huis, porte. 



VOCABULAIRE 

uisset 681, dimin. du précédent. 

uiten, voy. uchen. 

una, pris subsi., 232-3, chose 

(ici but) unique; unas 2164, 

8065 , ne faut-il pas lire un as ? 
uncas voy. oncas. 
undat 1583, ondulé, bouclé (en 

parlant des cheveux). 
unquas, voy. oncas. 
usquecs, usquex, unsquex, 437, 

2276, S979, unquec 7614, 

chacun. 



Va, vaî, ind.pr. d'anar. 

vaidau, voy. vasdoi. 

vail, ind. pr. de valer. 

vailet 700, vallet, jeune tomme, 

vaira, voy. var. 

vairar 4268, changer, varier. 

vaissell 7869, vaisseau, vase. 

valer 1725, 3045, 3053; mi. 
pr. s. I" p. vail 4097, )' p. 
val 1090, 2057 ; fut. valra 
2329, 3080; subj. pi. q. p. 
s. }" p. valgues 2164; cond. 
p. valgra 400, 6970 ; valoir, 
être profitable. 

vanar, rèfl., 5754, 7766, 7789, 
se vanter, s'engager en pré- 
sence de témoins [à faire une 
chose] ; vanat 5037, chose 
qu'on s'est engagé à faire. 

vans, voy. vas. 

vars, d'une couleur changeante, 
oils vars 1587, pennas vairas 
34io,3493 ; vaira, /fc., 4267, 
changeante, inconstante. 



409 

vas, vans 3033, 3471, faible, 
épuisé. Vain avait le même sens 
en anc. fr. 

vas, voy. vaus. 

vasdoi vaidau 1054, refrain po- 
pulaire. 

vassallage 4970, 5924, courage, 
la qualité propre du vassal. 

vassalz 4183, jeune homme. 

vauc, ind. pr. i n p. cTanar. 

vaus 86i, 2481, 3112, 3133, 
vas 3057, 3372, vers. Voy. 
part. 

vavassor 198, vavasseurs, nobles 
d'un rang inférieur. 

veci 272, voici. 

vedar479, défendre, interdire. 

vegada 818, 2640, 5678, 6056, 
7446, fois. 

vejaire, construit avec esser, 
547, 1870, 1073, 1808, 
2434, sembler ; a son — 
1553, 3985, segon lo sieu — 
3129, à son avis, à ce qu'il lui 
semble. Mistral, vejaire. 

vel 3070, pour ve lo, le voici. 

velz 7297, pour ve los, Us voici. • 

vena 2146, 4628, veine. 

vendas 7206, ventes, plus proba- 
bUment marchandises. 

venir 147 ; ind. pr. s. $' p. ve 
1083;/"/. }° p. venon 494, 
11 31 ; prit. s. 1" p. vinc 
S 807 ; }° p. venc 154 ; pi. ? 
p. vengron 196, 796 ; subj. 
pr. s. ]" p. veinna 152 (rime 
avec reveinna), veina 4693 



4io 

(en rime avec Vinci, pr. reina) 
venga 127, 1195, 1771 (rime 
avec tengua), 2436 (rime avec 
arenga);/>Z.vengan 137; cond. 
pr. venrion 1084 ; cond. passé 
vengra 1082 ; p. passé ven- 
gutz 821 ; venir ; 512, se dit 
en parlant des plats servis sur 
la table, même expression dans 
le Roman d'Esther, w. 134, 
141-2. 

venres 183, vendredi. 

ventaillas 588, éventails (?), ex. 
unique ; la forme masculine 
ventalh est seul enregistrée dans 
Rayn., V, 500, cf. Mistral, 
ventau. La forme féminine 
ventaille paraît avoir été em- 
ployée en anc. fr. avec le sens 
d'éventail, voir Godefroy. 

venzedors, pi. rég., 4297, vain- 
queurs. 

venzer 1099, ind. pr. s. _j° p. 
venz 2916, 4296, vens 4297; 
fut. venserai 2788, vencera 
6312 ; suif. pr. venca 1230; 
part, passé vencutz 1111 ; 
vaincre. 

ver, neutre 818, 862, 1821, vrai, 
vérité; en — 3602, vraiment; 
per — 6938, 7231, pour cer- 
tain, de jaçon sûre ; vers, au cas 
sujet (mais non en rime), se rap- 
portant à un neutre 4023 , 4080. 

verai-a 2067, franc, sincère; 
177, 2807, vrai, réel. 

veramenz, veramens 1109, 



VOCABULAIRE 



5053, veramen 3492, 5127, 
vraiment. 

veràiers, pi. rég., 5901, verdure, 
feuillage. Rayn., V, 513, 11 en- 
registre pas ce sens. 

vergier 439, 2668, 3240, verger, 
jardin. 

vergoina, vergonha 349, 1203, 
1864, 3543, 4154, vergogne, 
fausse honte; personnifiée 23 7, 

5553, 5564- 

vergoinos-a 271, 7356, vergo- 
gneux, rougissant. 

vermeil 209, 68o, 7363, rouge, 
comme en anc. fr., vermeillas, 
1598, désigne la couleur des 
oreilles de G. de Nevers. 

vers, pi. rég. verses 7106; || 
7106, vers, en général; au 
sing. 702, vers, genre de poésie 
romane; 2293, 3115. 4365, 
verset (du psautier) ; pi. 3658, 
vers latins; 1334, paroles 
(mais la rime étant mauvaise, 
ilyap.-è. lieu de corriger ves). 

verset 3250, courte chanson, ou 
simplement couplet de chanson. 

vertut 2306, reliques. Du Cange, 
virtutes 2. 

ves 337, 1527, 2830, 3119 (rime 
avec fes, prêt, de faire), 3524, 
5506, 6702, 6866, 7429, fois. 

ves (ou ues ?), variante d'obs, 
per lur — 7331, pour leur 
avantage, pour leur compte. 

vesadura 939, familiarité. Ex. 
unique. 



VOCABULAIRE 



vesar, voy. vezar. 

veser, voy. vezer. 

vesis, voy. vezis. 

vespras 915, 921, 933, 935, 
vêpres. 

vestimenta 2445, 3409, vête- 
ment ; 3644, l'habillement, 
les dépenses que comporte l'ha- 
billement; pareils de vesti- 
mentas 416, paires de vêle- 
ments. 

vestir 3646, ind. pr. vest 1721, 
3764,/ur. vestirai 3642, part, 
passévestitz 254, vêtir; réfl., 
2198 ;pris subst. vestirs, vestir 
86, 3281, 3974, vêtement. 

vetz 5428-9, défense, interdic- 
tion. 

veus 1900, 3644-5, 5658, pour 
ve vos, voici. 

vezar, vesar 4718, 7863, faire 
habituellement [une chose] ; 
7238, fréquenter [une per- 
sonne] ; vezat 586, usité, habi- 
tuel. Mistral, avesa; Diei, I, 

VIZIO. 

vezer, veser 261, 790, 1434, 
1447, 2827 ; ind. pr. s. i" p. 
vei 1189, 3518, veg 4692 ; 
j* p. ve 248, 568, 1559 
(ms. vez); pi. 2" p. vesetz 
2863, vezes, veses 7*53, 1085 ; 
f p. vezo 557; imp. vezia, 
vesia 522, 1376; prêt. s. 2" p. 
vist4375; 3 p. vi 64, 190, 
352, 1444. l8 34; P l - 2 ° P- 
vist 4578 (mais la rime de- 



411 

mande -is ou -itỳ, 4834; 
fut. veira 1207; impér. ve, 
cf. veci, vel, velz, veus ; 
subj.pr. s. veja20, 1154;^/. 
q.p. s. 1™ et j" p. vis 23, 
1394, 2132, 2938, 2991; 
pl. f p. visson 1188; cond. 
pr. s. veiria 1069, 11 30 ; 
cond. passé vira 2317, 2746; 
pl. 2° p. viras 8066 ; gèr. 
vezen, vesen 859, 986 ; p. 
passé vist, vista 158, 783, 
2210, 2767, 3i97;to;V. 

vezis, vesis 3035, voisin, esser 
bona vezina 450, être bonne 
voisine, faire bon voisinage. 

vi, prêt, de vezer. 

via ico, 2942, voie, chemin ; 
gitar de la — 998, pousser 
hors de la bonne route, dé- 
voyer ; bona — 5215, bonne voie, 
bon moyen; tota — 1370, 
1507, toujours. Voy. tener. 

vianda, voy. menar. 

viatz 2391, 5179, 5817, 7624, 
vivement, promptement. Cf. 
vivas. 

vibra 4291, vipère. 

vilanesa 4223 (ms. vilalesa), 
vilenie, grossièreté. Rayh., V, 
547, a le masc. vilanes. 

vilania 2003, 4207, 6777, 
même sem que le précédent. 

vilas 2476, 3722, vilain, pay- 
san. 

vinet^bon — ^02, bon petit vin. 

vinten 977, vingtième. 



4 I2 

violadura, viul- 596, 7476, air 
de vielle. 

violar 599, 730, viula6o3 {rime 
avec siula), jouer de la vielle. 

violetas 946, violettes. 

vira, cond. passé de vezer. 

virar, réf., 312, se tourner. 

viro, de — 1426, à Ventour. 

vis, esser a — 739, 3189, 
sembler, paraître. 

vist, voy. vezer. 

vista,í(<ítf/.,4007, vue,jacultède 
voir-, 4974, 7429, vue, le fait 
de voir. 

viulador, plur., 707, 727, 
joueurs de vielle. 

viuladura, viular, voy. viol-. 

viure 2693, 5648, 6892, vhre; 
viures, pris subst., 1346, 5624, 
5764, l'état de vivre, l'existence. 

vius 740, vif, vivant ; tro el viu 

2676, jusqu'au vif. 
vivas4362, 7428, le même que 
viatz. 

voïbre 4677, le regain, Yèpoque 
où on fauche le regain, Mistral, 
gouïbre , sous reviéure ; 
gouïbre est relevé par l'abbé 
Vayssier, dans son dict. du pa- 
tois de l'Aveyron (sous rouï- 
bre), comme usité dans le nord 
du département. 

vol, per mon — 4180, per son 
— 1069, per lur — 6724, 
7437, à mon (son, leur) gré, 
s'il ne tenait qu'à moi (à lui, à 
eux). 



VOCABULAIRE 



voler 1896 ; ind. pr. 1" p. voil 
!9. SS» 7 66 > 773 ;vueil 7349, 
7364 ; vul 5330-2 ; vol 131, 
1202 ; f p. vol 345-8 ; pi. 2° 
p. voles 1065 ; imp. volia ; 
prêt. s. 3* p. vole 44, 220, 
593 5 P l - 3°P- volgron 452; 
fut. s. i" p. voirai 55, 2623 ; 
subj. pr. s. voilla 2854, voila 
1471 ; pl. 2° p. voillas 3510; 
}° p. volon 6503 ; pl. q. p. s. 
j° p'. volgues 537, 1625, 
4863 ; pl. 2' p. volcses 5885, 
volses 4989 ; j" p. volgues- 
san 6298 ; cond. pr. s. 3* vol- 
ria 1058 ; pl. 2' p. volrias 57 ; 
cond. passé s. 1" et j e p. vol- 
gra 182, 186, 872 ; || vou- 
loir; ben vueil 7349, je veux 
bien, je consens ; mais voil 
19, je préfère; voler ben 
4864, vouloir du bien [àqqun], 
aimer; rêft. 1083, 1464, 
1625, 1492, même sens que le 
simple ; inf. pris subst. 1896. 

volontiera volontieras, adj. 
fém., 2893, 4451, volontiers, 
de bonne grâce. 

volon tos-a 7508, disposé, qui a 
la volonté [de faire une chose] . 

volver 8065, ind. pr. s. }° p. 
vol 1245, tourner, retourner. 

vos, voy. voz. 

vostri, fém. sing. suj., 2810-2, 
votre. Cette forme se rencontre 
dans qq. mss. provençaux, p. 
ex. dans Sainte Agnès, v. 1290. 



VOCABULAIRE 



vougar (voujar î), subj. pi. q. 
p. vougues 7986, vider [les 
arçons]. Rayn., V, 457, voiar, 
vueiar, voidar ; Mistral a 
vouja, sous vuja. 

voûta 5223, 6728, ruse, moyen 
détourné ; de l'expression penre 
voûtas ni torn, 6728, on peut 
rapprocher Vex. cité par Mis- 
tral : sens tour ni vòuto 
(sous tour), et noun ié saup 
douna ni tour ni vòuto (sous 
vouto). 

voutis 1619, concaves, cambrés, 
en parlant des pieds. God. vol- 

TIS. 

voz, vos, 2384, 3912, 5660, 
voix. 



vulgar, lo 
vulgaire, 
parlent. 



413 

2104, la langue 
u ceux qui la 



Y 4945 (en rime) y, en cela. 
ymage, voy. emage. 
yrlans, plur., cuers — 2255, 
cuirs d'Irlande. 

Zo 92, 461, 1031, 1102, 1303, 
so 80, 103, 151, 166, 470, 
484, ce (neutre), cûa ; — de 
l'un 5198, ce qui appartient 
à l'un ; per — que 151, 2589, 
pour ce que, afin que. Voy. 
som, son, sous, zous. 

zous 5006, pour zo vos. 



CORRECTIONS 



128, la correction proposée semble inutile : les finales -ai, -ion 
du condit. peuvent ne former qu'une syllabe; par suite les cor- 
rections faites aux vv. 1084, 1334, etc., seraient à supprimer. — 
164, il eût mieux valu écrire sufrel, sans apostrophe, en consi- 
dérant cors comme sujet du verbe. — 392, lire li bornes, « les 
bourgeois ». — 462, lire troV . — 520, lire portar (au lieu de 
porra). — 580, mai[s], correction inutile. — 620, dolc est une 
mauvaise correction ; voir le vocab., sous coler. — 716, il faut 
garder nous, qui est la leçon du ms. — 737, dans la note sur ce 
vers le signe — est mal placé. — 751, mettre une virgule à la 
fin du vers. — 761, Sos, lire So. — 772, vo, lire vos. — 808, no, 
lire non. — 1005, il faut probablement, comme l'a proposé 
M. Chabaneau, ajouter s' entre meins et aies, — 1064, remplacer 
le point interrogatif par un simple point. — 1075, lire domnei[s] ? 

— 1136, remplacer el par el[s], — 1145, virgule après sener. 

— 1187, con.foran ? — 1245, rétablir sas, qui est dans le 
ms., et suppr. la note ; cf. plus bas la remarque sur le v. 
4582. — 1332,«/, lire es. — 1380, l'addition de [rfe]est super- 
flue. — 1395, lire [fo»n]. — 1401, lire Moût'. — 1466, lire pogras. 

— 163 1, lire fier'. — 1660, note, lire doina au lieu de doima. — 
1696, suppr. la note et rétablir cui dans le texte. — 2104, lire 
[vjulgar. — 2581, lire Comte. — 2631, lire prohome. 2641, lire 
aires. — 2650, lire quel. — 2675, lire Cil. — 2950, aisa peut être 
con- serve ; voy. Chabaneau, Rev. des l. rom., 2' série, IV, 96. — 
3055, note, lire laisat^. — 3304, au lieu de 3204. — 3523, rem- 
placer le point par une virgule. — 3600, lire vos au lieu de 
vo. — 3845, lire ses, qui est dans le ms., au lieu d'es, et sup- 
primer la note. — 3877, lire a[c]. — 4097, qn'eu vail pourrait 



CORRECTIONS 4^5 

être corrigé en quem val, à cause de mi val mais du vers sui- 
vant. — 4098, qu'en, corr. que.— 4221, suppr. la virgule après 
garet. — 4376, remplacer le point par une virgule. — 4453 
respondes, corr. resposes (voir respondre, au vocab., et cf. Rema- 
nia, VIII, 160). — 4569, />«w[i]aw, suppr. la correction. — 
4570, suppr. [./'.]. —4576, lire trop. —4582 sos, lire sas, qui est 
dans le ms., et suppr. la note (voir pel\ au vocab.). — 4675, ai, 
corr. as. — 4677, es, corr. er. — 4765, c/7ro&[r]/oZa, suppr. la 
correction ; voir cambiola au vocabulaire. — 4867-8, nom est 
pour no'n. — 4950, la note porte à tort 4952. — 5 197, <»««[*], la 
correction est inutile.— 5264, Revenu on préférerait reven ou 
rêve. — 5318/1//', p.-ê. faut-il lire ou corriger sui. — 5399, 
dona (ms. douas) est peu satisfaisant; don[c]as serait p.-ê. meil- 
leur. — 5494, am mot, la correction proposée en note est faible ; 
on préférerait un mot. — 5562, note, au lieu de 6155 lire 
6157. — 5775. suppr. le guillemet. — 627: dona, corr. o*o«- 
[c]a[i]. — 6517, mettre un point à la fin du vers. — 7696, la 
note porte à tort 7796. — 7964, lire cascun. 

Vocabulaire. — Ajouter : « Aisa 2950 (note), ici ». 

Belar, 1039, a P-" e - le sens du prov. mod., regarder fixement. 

Benda, dans la citation latine, lire sub au lieu de suh. 

Caus, 2994, signifie « creux », et non «chauds ». 

Conseillers, coussins ; on peut citer cet exemple tiré d'un inven- 
taire rédigé en 1288: entrecoissis et conseillers cum pluma (Rossi- 
gnol, Monographies communales du Tarn, III, 86, note). 

Convenir, pour le sens d'affirmer, garantir, ajout. 5399. 

Corre, ajouter le prêt, corregron, 7702. 

Correja, lire « boute-en-courroie », en romain. 

Da, lire dapas, en deux mots. 

Destriansas, lire 7713 au lieu de 7913. 

Essegar, on aurait pu citer le prov. mod. eissega (Mistral, sous 
eissaga 2), « partager par portions égales ». 

Engratonat. Cet ex. n'est pas unique. La feuille contenant cet 
article venait d'être tirée lorsque j'ai vu, aux archives de Limoux 
(Aude), un règlement relatif aux droits perçu; par les courtiers, 
où on lit ce qui suit : « Item, del cent vestit d'anhels d'esquirols 
engratunati, .ij. d. ; de conils, de lebres engratunati, .ij. d. de 
cascu, del comprador e del vendedor ». Ce règlement a été publié, 



41 6 CORRECTIONS 

très incorrectement du reste ; il est cité par M. Levy, Prov. Suppl. 
Wœrt., sous engratonat. Il est évident qu'eiigratunat, dans ce 
texte, désigne une peau non préparée, à l'état brut ; dans un 
paragraphe précédent il est question de cuirs préparés (adobatj). 

Jugament 6514, 6319, ayant le sens de« jugement d'amour » 
aurait dû être relevé. 



MAÇON, PROTAT FRÈRES, IMPRIMEURS. 



H 

H 
Ó 



m 

t5 

d 

S 

o; 



«* H 



no^sog 'avaana isvaan A 8 p*r 





0IN0H0I 40 11MSA1HQ 




m Z 



*.A 1 



W3k 






■M 









>^