Skip to main content

Full text of "Les chansons de Guillaume IX, duc d'Aquitaine (1071-1127)"

See other formats


*.. 



^ 



* 



^ 




.** -'V 


^ 


E 


« 






.J^.**W: 







■ Rg 






mmm 



'*&ri', 



i 



sn 






-i » 



fjT^ 






•>vy 



iìl\ hJ 

LES CLASSIQUES FRANÇAIS DU MOYEN AGh 

publiés sous la dircction de mahio roques 

LES CHANSONS 



DE 

GUILLAUME IX 

DUC D'AQUITAINE 
(1071-1127) 



EDITEEl PAR 



ALFRED JEANROY 




FARIS '$> \ 

IBRAIRIE ANCIENNE HONORÉ CHAMPION, ÊDITEUR 

ŷ, QUAI MALAQUAIS (VT) 
1913 



INTRODUCTION' 



I. Biographie. - Guillaume, septième comtc de Poitiers, neu- 
vièmc duc d'Aquitaine, naquit en 107 1 : il n'avait que quinzc ans 
quand il hérita de son pérc, Guillaume VI (1086), des domaincs 
bcaucoup plus étendus quc ccux du roi de Francc lui-même '. Mais 
il nc possédait à aucun dcgré les qualités de l'homme d'État et son 
long règne nc lut qu'une succession d'entreprises hasardeuses et 
mal conçues, que couronnèrent de lamentables échecs. En 1098. 
faisant valoir dc prétendus droits de sa femme Philippa (ou 
Mahaut), fille uuique de Guillaume IV de Toulouse, il envahit 
les ctats de Raimon de Saint-Gillcs, qui guerroyait alors en Terre 
Sainte et les occupa quelque temps ; mais en 1101, cédanl sans 
doute aux injonctions de la papauté, gardienne bénévole des 
domaines des Croisés, il partit lui-mème pour la Palestine, à la 
tête d'une formidable armée, qui, après un long et pénible voyage 
á travers l'Europe et l'Asie Mineurc, fut taillée eri pièces, auprès 
d'Héraclée. Guillaume cchappa péniblement au désastre 2 , et, après 
avoir visité Antioche et Jcrusalem, il rcprit le chemin de l'Europe 
(1102). En 11 14, il fit une nouvelle tcntative sur lc comté deTou- 
louse, alors gouverné par un enfant de douze ans, Alphonse-Jourdain . 
ct il réussit à s'v maintenir quelques années. En 1 1 19, il fit alliance 



1. Ces domaines comprenaicnt, outrc le Poitou et la Gascogne, le Limou- 
sin et l'Angoumois. Lcs comtcs de Poitou devaient parler de naissance un 
dialecte septentrional. mais ils étaicnt sans doutc forcés d'apprendre les 
divers dialectes mcridionaux quc parlait plus de la moitié de leurs sujets. II 
est intéressant dc noter quc c'est dans une languc apprise que Guillaumc a 
composé ses vers. 

2. Certains historiens admcttcnt même, d'après un texte assez pèu pro- 
bant d'Orderic Vital. qu'il fut quelque temps prisonnier des Sarrasins. 



IV GL'II.I.AUME IX 

avec Alphonsc I er d'Aragon et lui atriena une armée qui l'aida à 
triompher d'une redoutable coalition de rois sarrasins. Entre temps 
et à plusieurs reprises, soit à la suite de ses empiétements sur les 
droits des églises, soit à cause du relâchement de ses mceurs, il 
avait été frappé d'excommunication. II mourut ie 10 février 1127, 
après avoir perdu toutes les conquêtes qu'il avait faites dans le Tou- 
lousain. 

L'ancienne biographie provençale quenous reproduisons en appen- 
dice auxchansons s'exprime, sur le caractère de Guillaume, en termes 
assez vagues. qui paraissent uniquement inspirés par la lectúre de ses 
poésies. Les historiens plus rapprochés de lui traduisent en termes 
plus pittoresques des impressions plus vives et plus nettes. Ce' qui 
paraît les avoir le plus frappés dans le personnage, c'est la légéreté 
de ses mceurs, le tour plaisant et sarcastique de son esprit, lè 
cynisme de ses propos, toutes choses qui donnaient à ce haut 
potentat toutes les apparences d'un jongleur. « Hic audax fuit et 
probus', dit Orderic Vital, nimiumque jocundus, facetos etiam his- 
triones facetiis superans multiplicibus >>. « Nugas porro suas, écrit 
Guillaume de Malmesbury, falsa quadam severitate condìensj ad 
facetias revocabat, audientium rictus cachinno distendens ». Et ils 'né 
tarissent pas eri anecdotes qui nous le mqntrent sous ces divers 
aspects 2 . 

C'est sans doute à la surprise provoquée par ce singulier con- 
traste entre sa condition sociale et le tour d'espiit manifesté par 
ses ceuvres que nous devons de pouvoir lire ses vers, aujourdhui 
\ ieux de huit cents ans, les plus anciens de tous les vers lyriques 
écrits dans une langue moderne. Quand, vers le milieu du 
xm e siècle, on se mit à former des anthologies de la poésie pro- 
vençale, il s'était conservé des ceuvres de Guillaume une portion 



1. C'est évidemment le mot « preuz u que le chroniqueur latinise 
.linsi. 

2. La plupart des textes relatifs à l'histoire de Guillaume ont ètéréu'nispar 
Hauteserre (voir ci-dessous p. v, n. 4) et par M. Sachse ; les plus importants 
relatifs à son activitc littéraire ont cté cités in extenso par Chabaneau, Biogra 
jìhies des Troubadours, p. 6. — Ginguené a donné au tome IX de L'Histoirr 
ìittèraire (p. 57) un bon résumé des notices historiques antérieureSi • 



UIOGRAPHli:. — IKAV.U\ AN' I EKIi:i Ks V 

ble'et àssez répandue pour avoir pu éntrçr dans des recueils 
de provenance trcs diverse. 

II. ÉOrnONS HT TRAVAUX ANTÂRISURS. — GuÌllaUIlie IX Cbt 

aussi un dts poètes provençaux qui ont été le plus souvent cités 
pai les critiques modernes. Les historiens du xvnt et du xviif 
siécle qui le rencontrèrent sur leur route furent informés de son 
t.dent poétique, niais ils mcntionncrcnt scs oeuvres sans lcs avoir 
lues. 

Tel est le cas, par exemple, de Besly ( 1657), 4 LU emprunte mani- 

:nent à Guillaumc dc Malmesbury et Orderic Vital tout ce qu'il 

sait de Guillaume poète *. Caseneuve, qui affirme avoir « veû sous 

le nom de comte de Poitiers tout plein de beaux vcrs dans l'ancien 

recueil de poésiés provençales 5 », s'était évidemment bprné à les 

voir », saus aller jusqu'à les lire. Lc premier qui parait avoir cu cc 
courage fut lo jurisconsulte toulousain Dadin de Hauteserre,quiinséra 
deux pièccs complètes de Guillaume dans son Histoire d' Aquilaine ; 
c'cst peut-être pour se faire pardonner cette témérité qu'il les traite 
de « bagatelles puériles et séniles4 ». 

Cette consciehce ne devait pas se retrouver chez tous les érudits 
du xvine siècle. Crescimbeni, qui considère Guillaume commc ie plus 
ancien des a verseggiatori », lui attribue (d'après unc fausse inter- 
prétation du célèbre passage d'Orderic Vital) « il viaggio di Gerusa- 
lemme » et des poésies amoureuses *. On comprend que lcs véné- 



1. Sur les pièces perdues. voy. plus loin, p.vni. 

2. Histnirr des cotntes de Poitou et ducs dr Guyerine, París, 1047, p. 121. 

5. L'Origine ilts Jeux fleureaux (sic), Toulousè, 1659, P- 39- ^ c livre avait 
été écrit longttmps avant sa publication, l'áuteur étant mort en 1652. 

4. Rerum aquitanicarum libri quinque... a Clodoveo tul Eleênoram (sic) 
uique, autore Ant. D.idino Alteterra, antecessore lolosano, Toulousc. 16,7. Les 
deux pièces deGuillaume (XI ct \ r de cette édition) sont aux p. 499 ct ;oi ; 
clles sont exactement reproJuites (sauf de nombreuses fautes de lecturc ct 
quelques lettrcs omiscs par pudeur au v. V, 79) d'après lc ms. C, qui 
-,e trouvait alors à Toiilouse ; c'cst éviJemment à ce manuscrit, le scul comiu 
des érudits mériJionaux, que se rapponent les paroles de Caseneuvc citécs 
plus haut. S'il publie ces vcrs. c'est, dit Hauteserre, « in gratiam antiqui 
tatis, qua: etiam puerilibus et anilibus nugis gratiam et auctotitatem cpn 
ciliat i) ; il qualifie li piece V dc ■ amatorium ac pcrineptum carmen -. 

$. Deir istoria della volgar poesia, éd. de Yenise. 175 1. [, 6. 



VI GUILLAUME IX 

rables Bénédictins qui compilèrent YHistoire de Languedoc n'aient 
pas cru devoir lire toutes les poésies de Guillaume; les quelques 
iignes qu'ils leur consacrent nous les monttvnt au reste fort bien 
informés '; ceux de leurs confrères qui rédigèrent le tome XI de 
VHisloire littéraire (1759) 2 ne crurent pas devoir faire davantage : 
ils s'occupent longuement de Guillaume comme personnage histo- 
rique, mais ne consacrent à « ses écrits » qu'une page, empruntée 
tout entière à Crescimbeni et à D. Vaissete; les renseignements 
donnés par ce dernier sont au reste reproduits assez inexacte- 
ment ' . 

Les articles de Millot et Papon, fondés l'un et l'autre sur l'étude 
directe des textes^, sont également agréables et intelligents, le pre- 
mier plus riche en remarques littéraires, le second en observations 
historiquesqui conservent encore leur intérêt. Quand l'Insiitut reprit, 
en i8o8,l'ceuvre interrompue des Bénédicíins, on compritsans doute 
qu'une histoire qui s'intitulait « littéraire » devait au plus ancien des 
poètes lyriquesen langue vulgaire mieux que les vingt lignes dutome 
XI; Ginguené, qui fut chargé de combler cette lacune, s'acquitta 
fort mal de sa tâche : il ne fuit guère que répéter, en d'autres termes, 
l'article de Millot, se bornant, en fait d'additions, à citer, en cinq ou 
six fragments, une vingtaine de vers>. 

La publication pre^que intégrale des textes par Raynouard (1818- 
20) et Rochegude (18 1 9) allait enfin permettre à Diez d'écrire uu 
article approfondi, vrai modèle, en sa brièveté, de pénétration et de 



1. Hist. de Languedoc, t. II (1733), 247 (éd. Privat, III, 411). Ils avaient 
lu les deux pièces publiées par Hauteserre, vu nos deux mss. / et E et lu 
au moins la hiographie qui se trouve dans le premier. 

2. Réimp. Palme, p. 3744. Les auteurs soni D. Taillandier, Clémencet 
et Clément. 

3. Ils renvoient bien à un des mss. cités par D. Vaissete (/), mais ils 
n'avaient certainement pas ouvert ce ms., car ils prétendent que Guillaume 
y 1» est placé à la tête de ces poèies [provençaux] et tient le premier rang 
dans ce recueil » ; or la pièce de Guillaume est à la p. 142. 

4. Millot. Histoire litteraire des troubadonrs (1774), I, 1-17; Papon, His- 
loirc gêncraìe de Provence, I! (1778), p. 422-30. Tous deux ont iravaillé sur 
les copies de Sainte-Palaye ; ils ont ignoré 1 un et l'autrenos pièces II et X, 
dont la première ne se tiouve que dans le ms. .V (alors à Toulouse, dans la 
collection Mac-Carthy), l.i seconde dans ce ms. et dans a. 

5. Hist. liltcraire, t. XIII (1814), p. 42-7. 



BDrriONS ET rRAVAUX ANTERIEURS VII 

scns rirtéraire ■ ; celui de Fauríel 2 , moins précis et moins juste, lui 
est, en somme, quoiqu'il contienne des remirques d'une portée plus 
générale, bien inférieur; les traJuctions de Diez, quoique versifiées, 
sor.t surtout beaucoup plus exactes '. 

II ne me reste à mentionner que deux dissertations parues en 
Allem.igne : celle de Carl Barth 4 est sans valeur; celle de Max 
Sachse 5, outre des recherches historiques qui n'apportent rien de 
nouveau, contient sur quelques points des remarques intéressantes. 

Ce fut Adalbert von Keller qui tenta, pour la première fois, de 
réunir les ceuvres de Guillaume IX. II en donna en 1848 une sorte 
lïedilìo privata, tirée à très petit nombre d'exemplaires 6 ; deux ans 
apres il enpublia une seconJe, en collaboration avec LuJwig Hol- 
land 7. Cette édition, au reste médiocreet incomplète 8 , est depuis 
longtemps épuisée. 

1. Leben und IVerhe der Troubadours, 1829. p. 3-16, Diez a ìgnoré, conime 
Millot et Papon (voy p. VI, n. 4), les pièces II et X. — Dans ses Osseiva- 
y'oui sulla poesia dei trovatort. qui parurent la mème année que l'ouvrage de 
Diez, Galvani a traduit et citc quelques fragments de GuillaumelX (pp. 28, 

46, S'7)- 

2. Histoire de la poéie provençale, 1847. I, p. 4 "52-75 . On sait que cet 
ouvrage se compose de leçons professées en 183 1-3 Fauriel, par une erreur 
Je c.ilcul. dit n'avoir conuu quehuit pièces. II ne parait pas avoir consulté 
l'ouvrage de Diez, bien qu'il 1 ait mentionné dans sa leçon d'ouverture 
1 ibid , p. vm). 

3. RaynouarJ (Choix, II, p. lxviii) avait aussi do'.iné unc sorte de para- 
phrase de la piéce XI ; mais il estmanifeste qu'il a visé plutòt à l'élégance 
qu'á i'exactitude. 

1 . Ueber das Leben un i die Werke des Troubadours tVilbein IX, Grafen von 
Poitiers, Hil lesbeim, 1879. 

5. Urher das Leben und die Lieder des Troubadours H'ilbcim IX, Grafvou 
Poilou, Leipzig, 1882. 

6. Lieder Guillems IX, Grafen von Peitieu... hersg. v. Ad. Rellcr, fúr den 
HerausgebergeJrucln beiL. F. Fues ; Tùbingen, Zu VVeihnachten 1848, in-8 
de 12 p. 

7. Die Lieder Guilleins IX, Gra/en von Pciticu... hersg. v. W. Holland 
und Ad. Keller; Túbiiiíen. Fues, 18^0, in-8 de 32 p. 

8. II lui manque les pièces II et X et les dcux p r emières strophes de 
V ; elle a en plus 'a poésie Enaissi entn son plus car (Bartsch, Ver^eichniss, 
457, 12). Nullement cntique, elle n'cst mème pas fondee sur une étuJe 
personnelle et compléte des niss ; Reller èut á sa dispoMtion, outre une 
copie compléte de C et une p.irtielle de £ (exécutées par Michelant), 
quel )ues extraits de ce dernier nis. communiqués par Diez (p. 4, 5, 30); 
dans les. notes. aux leçons des mss. sout mèlées, sans utilité, celles de 
Jifférentes éJitions, lesquelles ne sont souveut que des fautesde lecture. 



VIII GUlLLAUMh IX 

Sur les onze pièces qui nous restent, neuf ont été publiées, aprés 
revision des manuscrits, dans les anthologies de Bartsch et de 
MM. Appel et Crescini '-. J'ai pensé néanmoins qu'une édition vrai- 
ment critique, fondée sur l'étude attentive de tous les manuscrits, 
serait la bienvenue etj'ai donné cette édition en 1905 2 . Je la repu- 
blieiciavecquelquesaméliorations ;celles-ci sontdues presque toutes 
aux critiques qui ont bien voulu s'occuper de mon premier travail . 

III. QEuvres apocryphes ; pièces perdues. — Les questions 
d'authenticité ne nous arrêteront pas longtemps. M. Suchier a 
montré dcs 1874 'que Guillaume n'avait en rien contribué à la com- 
position du jeu parti N' Ebles, aram digatç, que Bartsch avait fait 
entrer dans la liste de ses ceuvres (183, 9). C'est aussi à tort que 
le ms. C lui donne la pièce Enaissi cum son plus çar (457, 12), 
revendiquée pour Uc de Saint-Circ par six mss. ; M. Sachse a fait 
valoir, en faveur de l'attribution à ce dernier, des raisons qui me 
paraissent décisives 4. 

, Quant aux autres pièces, je les attribue à Guillaume d'aprés le 
témoignage des mss., qu'il n'y a pas lieu de suspecter; pour huit 
d'entre elles, ces manuscrits appartiennent à des familles diffé- 
rentes, dont l'accord a un grand poids ; les deux autres (II, III) ae 
portent son nom que dans un ms. unique, il est vrai ; mais elles se 
rattachent étroitement, par leurforme, à une autre (I), sûrementau- 
thentique et portent, pour ainsi dire, leur marque de fabrique 5. 

Mais les onze pièces que je réimprime ici n'étaient pas les seules 
que Guillaume eût composées ; Orderic Vital nous dit qu'au retour 
de sa croisade il se plaisait à raconter « devant les princes, les grands 
et les assemblées chrétiennes, en vers rythmiques, avec de joyeuses 
modulations, les misères de sa captivité ». La mention des « modu- 

1. Bartsch: pièces II, VI, VIII, XI ; Appel : I, IV, V. VIII, IX, X ; 
Crescini : I, XI. 

2. Annales du Midi, XVII, 161-217. 

3. Jahrbuch fiir rom. und engl. Literatur, XIV, p. 120. 

4. Op. cit., pp. 38-43. Les observations sur le mot vers, opposé à chanso 
(v. 40), doivent ètre supprimées, vers reprêscntant là verus, non versus. 

5 . Dans a une seconde version de X est attribuée (p. 241) à Jaufré Rudel : 
mais cette attribution est contredite plus haut par le même ms. (p. 202), 
ici d'accord avec N. 



CEUVRES APOCRYPHES ; PIÈCES PERDUES IX 

lations », lc í.u't que Guillaume récitait lui-même ces vers prouve 
qu'il s'agit icî, non d'une sorte de chanson de geste, comme on l'a 
cru parfois '. miis d'une poésîe de courte haleine, lyrique de forme, 
quoique narrative par le contenu, assc/ analogue sansdoute á notre 
pîèce V. 

On a souvent citéle passageoù Guillaume de Malmesbury prétend 
quele comte de Poitiers avait eu L'idée, aussi extravagantc que scan- 
daleuse, de fonder à Xiort, sur le niodèle des monastéres de Char- 
treux, certaine abbatiam pellicum ». M. Rajna a fort bien mon- 
tre : que le chroniqucur avait pris pour une réalité une fantaisie de 
poéte, et que nous avons lá simplement une allusion à une piéce 
perdue, qui, contenant des noms propres, put bien en son temps 
causer quelque scandale. 

Je me demande si ce n'est pas de la même façon qu'il faut inter- 
préter deux autres passages très analogues. Le même historien 
raconte que Guillaume avait fait peindre sur son bouclier l'image 
d'une vicomtesse, sa concubine, « perinde dictitans se illam velle 
ferre in praslio, sicut illa portabat eum in triclinio ». Je ne pense 
pas que Guillaume, malgré le sans-gene de sa conduite, ait osé 
pousser le cynisme jusqu'á arborer sur ses armes le portrait d'une 
femme de quaiité, enlevée à son légitime époux ; l'idée a pu être 
exprimée au contraire dans une de ces facétieuses gasconnades 
comme nous en avons gardé quelques-unes ; et l'antithèse mème 
dont le chroniqueur nous a conservé le souvenir ne fournissait-elle 
pas à une pièce de ce genre un trait fìnal tout á fait réussi ? 

M. Chabaneau a conjecturé avec vraisemblance s que notre Guil- 
laume pourrait bierí étre lehéros d'une anecdote racontée pâr Etienne 
de Bourbon, au sujet d'un certain comte de Poitiers, lequel, s'étant 
déguisé pour faire difïérents métiers et en comparer les agréments, 
aurait fini par donner la palme à celui des marchands fréquentant 
les foires, « qui intrant tabemas, in quibus inveniunt promptas et 

1. Millot, of) . cit., p. 16. M. Sachse (p. 21 n.) rappelle que Guillaume 
n'a pas été faít prisonnier et v^ut preudre captivitas au sensmoderne (a. fr. 
cbaitir/ete), comme synonyme Jc imserias. M&ìs il se peat que le clironiqueur 
a'aiteu de l.i pièce en question qu'une coonaîssance assez vague. 

2. Roinauia, VI, 249 ss. ; cf. Chabaneau, op. c/7., p. 7. 
5. Rrvue des langues romanes, XXIII, 98. 

Giiillaume IX U 



X GUII.LAUME IX 

paratas quas volunt delicias », et qui seraient parfaitement heureux, 
si ne survenait bientôt la cruelle nécessité de solder la note de leurs 
dépenses. N'est-ce pas lá encore une fantaisie purement poétique et 
qui pouvait fournir matière à de jolis développements? 

IV. Langue et versifjcation. — La langue de Guillaume IX 
est, à quelques traits près, celle des autres troubadours : ce sont uni- 
quement ces traits particuliers que nous nous proposons de relever. 

L'un des plus frappants consiste en ce que é [fermé] latin, qui reste 
è dans lepr.ovençal commuri, se transforme en ei ; en effet, les mots 
venant de è pur riment avec ceux qui remontent á è -f- v (= ei en 
provençal commun) '. Cette confusion, qui ne s'observe dans aucun 
des dialectes méridionaux, est fréquente chez Ies troubadours, quel 
que soit leur pays d'origine 2 ; elle se trouve aussi dans plusieurs 
textes épiques, comme Girart de Roussillon et Aigar et Maiuin 5. 

Un autre trait non moins caractéristiqueest la vocalisation de / (ou 
//) finale après a (IV passim, VII 39). Cette vocalisation, fréquente 
chez les troubadours les plus anciens, parait avoir été évitée par ceux 
du xm e siècle .*. 

Dans le premier de ces traits, on a voulu voir une influence 
« française 5 » . Ce n'est pas assez dire ; ce n'est pas à un dialecte quel- 
conque du Nord que Guillaume le doit, mais à celui-là même qui 
était parlé dans la capitale de ses Etats. La transformation de é en eì 
est en effet normale en Poitou comme en Saintonge 6 . 



1. II : mri, trei, crei, fei, incrcei, conrei, palafrei ; III : conreis (écrit con- 
rcs), agueis, preis, deveis, trcis, espeis, seis. Dans la pièce III la graphie 
p.ir <• a siibsisté pour plnsieurs mots (M. Sachse a eu le tort d'y voir de 
simples assonances), mais l'exemple de la pièce II nous autorise á rétablir 
partout ei. 

2. Par ex. Cercamon (n° III de l'éd. Dejeanne), Marcabrun, B. de Venta- 
dour, B. de Born, Sicart de Marvejols (Rayncuard. IV, 191). 

3. Voiréd. Brossmer {Romanische Forsihungeii, XIV), p. 21. 

4. Voir Aigar et Mavrin, les tableaux des rimes placés à la suite des 
dissertations de Harnisch et Mann (Ausgaben und Abbandlungen, n os XL. 
XLI) et le livre d'ErdmannsdcerfFer, Reintuviieiinich der Tronbadours, Berlin. 
1897. 

■•,. Crescini, Manualetto provenxpXe, 2° éd., 1905, p 8. 

6. Gcerlich, DiesûdwestlicbeDialekiederlangued'oïl(daasFran^ôsiscbeStudien, 
III), p. 38. En limousin ancien, c reste c; le son ei, fréquent en limousin mo- 
derne, provient de è. libre, de è -\- s devant consonne, ou du suftìxe -ensem 



IGOE BT VliRSII ICATION Xi 

i.c second pourrait p.isser pour un gasconisme ; mais, chez lés 
troubadours gascons eux-mêmes, il serait le seul, et on ne voit pas, si 
le diatecte gascon avait joui d'une prééminence littéraire, pourquoi 
(luillaumc lui aùrait íiit ce seul emprunt; cette particularité sè 
rrouve au reste chez des troubadours qui n'out rien à voir avec la 
Gascogne '. II re-te donc qu'il soit, comme lc premier, un poitevi- 
nisme ; . 

Cc ne sont pas, au rcstc. les seuls. j'cn vois un autrc dans cette 
lorme joy, si intéressante pour l'histoire des origines de la poésie de 
cour. Le limousin, s'il change g latin eny devant </, garde la diph- 
tongue au ; le poitevin, au contraire, connaît le changement de 'g 
cn / et celui de tiu en o >. 

C'en est un autre enfln, et trcs caractéristique, que l'infìnitit gua-' 
hier (VI 43), auquel il taut s;ins doute ajouter doblier (ib. 52). Ces 
infinitifs en -ier sont de véritables bárbarismes, même en poitevin : 
la « loi de Bartsch » ne s'exerçant pas dans ce dialecte, les infinhifV 
même où l'fl cst influencé par un yód sont en e pur. Mais c'est un fait 
que ces formcs hvbrides en -ier ont été usitées en Poitou : on les' 
trouve, par exemple, dans une chanson de Richard Cceur-de-Lion, 
lui aussi comte de Poitiers +. On peut supposer que lcs écrivains du 
Poitou, connaissant. dans lesdialectes plus septentrionaux, l'existencc 



(voir Chabaneau, Grammaîre limousine, p. 25 et 249). — C'est ce qu'a déjà 
remarqué M. II. Karch, Dic nordfran%òsiscben Elemenie im Altptovenxflliscben 
(diss. de Heidelberg), Darm-tadt, 190 1, p. 26 

1. On pourr.iit v voir, chez B. de Uom et G. de Puycibot, un limnusi- 
nisme; mais cette explication ne serait pas valable pour Peire Vidal, Ram- 
baut d'Orange et A. dePcgulhm (Mahn, Gedichle, 604); je ne p.iHc pas de 
Jaufré Rudel, chez qui on pourrait voirlà une infìuencc gasconne. 

2. La vocalisation de / ìinale est normale en Poitou, Aunis et Saintonge 
iGoerlicli,(j/). ril., p. 20). 

3 Cf. /><>y de paucum, relevé par M. Gcerlich dansle Turpin saintongeais;, 
M. Settegast, qui .1 étuii-J d'une t'açon si complète l'emploi du m a (Joi in, 
iler Sprachf der Troubadours, etc, dans Bericòte úber die Abbandlitiigcn tla . 
íâchs. Gescllscb. dcr IVisscnscb., t. XL!, 1889), n'en a pas recherché avcc pré- 
cision I'originc. II suppose (p. 152) que joi, jii, ^ut^ apparticnnent á troi-, 
dialectes méndionaux. M. Crescini (Màn , p. 22) attribue /0/ à une iulUu-nçc. 
française. De mème M. Karch, <>/>. «/., p. 27. 

4 Brakclmann, Les plus ancicm cb.msonniers français (Ausgdben, n ' X' 

p. 22. II y en a aussi quelquesexemples dansle ms. B dc Girart dc Roinullon. 
que M. P. Meyer ocalise au sud du Poitou. 



XII GUILLAUME IX 

d'infinitifs en -ier, ont accepté ccs formes pour la commodité de la 

versilìcation et leur ont même donné une extension fautive ' . 

Je citerai enfin enclostre (VIII 19) et reteuir (IX 33); le premier 
de cesdeux mots est conforme â la phonétíque poitevine; lesecond 
a dù être emprunté à un dialecte septentrional quclconque; on sait 
qu'il s'est perpétué- dans la langue destroubadours 2 . 

II y a dans la pièce VIII (str. iv) quelques formes qui méritem 
d'être relevées, quoiqu'elles n'aient pas d'intérêt au point de vue dia- 
Iectal ; deslonja, ponja (au lieu de deslonha^ponha) ' ont dû être appelés 
par la rime : ces deux graphies doivent au reste représenter des 
sons à peine difierents. 

Cettc influence trcs sensiblc du dialecte du Poitou sur la langue 
courtoise explique lcs noms de « son poitevin », « chanson poite- 
vine », qui sont souvent donnés à des poésies provençales ♦. 

La versification, chez un poète aussi ancien que Guillaume, pré- 
sente un intérêt tout particulier. Voici d'abord le tableau dcs formes 
de strophe qu'il a emplovées (les italiques désignent les rimes fémi- 
nines) : 



I, II, III : 


: 11 a 11 a 14 a. 


IV, VII : 


8 a 8 a 8 a 4 b 8 a 4 b. 


V 


;8a8a8a4'b Sx^b. 


VI 


: 8 a 8 a 8 a 8 a 4 b 8 a 4 b 


VIII : 


7 1/ 7 a 7 a 7 b 7 a 8 b. 


IX , 


, abba ab (vers de 8 s.). 


X 


: aab cbc (id.) 


XI 


: aaab (id.) 



1. Cette explication est un peu différente de celle qu'a donnée M. P. 
Meyer {Danrelet Beton, p. xlvii). On sait que les mêmes fautes se trouvent 
aussi dans ce poème, dans Aigar ct Maurin. Fierabras et la Cbanson de la 
Croìsade. Si 1 êpopée méridionale s'est furmée, comme il est vraisemblable, 
dans une région limitrophe du Nord, il n'est pas étonnant d"y trouver des 
emprunts, mème fautifs, anx parlers septentrionaux. 

2. C'etce que constate \i. Vidal (èd. Stengel, p. 87); c(. Appel, Cbrest., 
XXXV. La forme iure (: escrinre, etc.) n'e^t pas septentrionale et M. Karch 
(p. 31) a tort de la citer. — Estu* scrait plus correctque esluy (IV. 41). 

5. G'n/'.i se trouve fréquemin-nt á coté de coinda, cuenbda (voir Appel. 
Gloss.). 

4. Voir Romania, XIII, 21, ct XXII, 576. Je ne vois pas. je l'avoue, sur 



I.IÍM 1 H \ I U >\ 



On rcmarquer.i qu'aucune de ccs forraes n'est soumise a la loi dc 
l.i tripariition, q'ii bientòt s'iraposera d'une faç >n presque absolue i 
i.i Ivrique méridionale. Cclle dc la pièce IX, l'unedes compositions le 
plusncttemcnt courtoises,s'enrjpproche, à vrai dirc, puisquelesdeux 
■ picds» se correspondcnt inversement ; niais la coda nc s'y oppose 
pas nettement, offrant lemême nombrc dc vers et les mêmes rimes. 

Touus les autrcs forines sont des variantes dc detix types très 
simples et fort anciens, dont ce n'est p.is ici lc lieu de rechercher 
l'origine. 

Les piéccs 1, II. III sont conçues dans la forme du couplet mono- 
rime, commune, au début, à la poésie épique et à la poésie lvriquc 
mais qui dcvait nccessairement, dans ccttc dernière, se composer d'un 
nombre fixe de vers. Pour bien marquer la fin du couplet, le troi- 
sième vers est ici plus long que Ics autres. La pièce XI nous offre 
une varicté de cette forme, où la fin du couplet est marquée par un 
vers de rime différente (laquclle est unique pour toutc la pièce) qui 
tient la place d'un ancien relrain. 

Toutes les autrcs pièces, sauf unc (X), nous offrent dcs variantes 
dc la forme trcs simple, probablemcnt d'origine populaire comme la 
précédente, en aaabab, où il est légitimc de voir unc transformation 
de lastrophemonorime suiviede refrain '. Dansla piéce V,qui repro- 
duit probablemcnt la formc primitive, lc v 5 nc rimc pa% sauf quand 
la rime se présente d'clc-mêmc : il serait donc Iégitime de considcrcr 
les v. 5-0 comme n'en formant qu'un et tenant la place d'un ancien 
refrain, composc d'un long vers 2 . 

Dans la forme de la pièce X on peut voir une modification de la 



quoi sc fonde l'opitiiorj, ^tnéralenient admise, que Guillaume a composé 
cn limousin, ou du moins i|ue le limousin est le l'ond de sa langue 
(Saclise, p. 10). Chibaneau était aussi trés affirmatif sur ce point (Rei'ue 
tfes langues rom., XXXV, 382). Pourtant je ne trouve aucun limousi- 
nisme attesté p.tr l.t rime. et dans le corps mème des vers je ne vois guère 
.1 relever que le changement d.tns certains mots (caractcnstijues, il est vrai. 
commtcb.inlar, jau^ir, qui, au reste, serait en limousin jauvtr), de c, g en 
b. ) devant a. 

1. Sur cette forme, voir Diez, Altrom. Sprachdenhnale, p. 122, et mes 
Orii;iiies de la poésielyrique, p. 397. 

2. A noterdans VIII li préseitce d'une sorte de refrain intérieur (le mot 
am au v. 4 de chaque couplet). 



Ki\ GUILI.AUME IX 

forme en question, ou hi tète de la strophe serait réduiteà deux vers. 
les trois derniers formant urre coia s'ajoutant à í'ancien vers-refrain. 
qui se trouve ramené au milieu de la stroplie ; on peut y chercher 
aussi une modification de la vieille « strophe couéc a (aab ccb) 
dont le premier membre seul aurait été conservé '. 

Au point de vue de la liaison des couplets par la rime, nous avons 
des coblas singulats dans V (où les deux rimes changent), dans IV, 
VII, VIII, XI (où la rime en b est unique), des còblas doblas dans VI. 
des coblas unissonans dans IX, dont j'ai dejà noté le caractère nette- 
ment courtois ; dans X, nous avons deux séries de strophes (2 4- 3). 
mais la seconde offre, dans un autre ordre, les mêmes rimes que la 
première (a, b, c deveuant respectivement c, a, b). 

Les formes de vers sont peu nombreuses : c'est le vers de 8 syl- 
labes, si fréquent dans )es plus anciennes poésies, qui est en majo- 
rité ; il est employc seul dans IX, X, XI, associé au vers de 4 dans 
IV, V, VI, VII, au vers de 7 dans VIII. Ce vers est partout mascu- 
lin. II est remplacé par un vers féminin dans VIII 2 . 

Les versemployés dans les piéces I— III, sont particulièrement inté- 
ressants, à cause de leur rareté. Ce sont des vers à mouvement tro- 
chaïque, ceux de onze syllabes coupés en 7 -f- 4, ceux de quatorze 
en 7 -f- 7 ;. La façon dont est traitée la césure est particulièrement 
notable, étant tout à fait differente dans ces deux types. 

Vers de 1 1 s. : dans la pièce I, sur 18 v. il v a 15 exemples de cé- 
sure masculine, 2 de césure à I'italienne, c'est-à-dire où une atone 
finale est compléedans l'hémistiche suivant (7, 8) t: dans la piéce II, 



1. Je ne s.iis comment Sachse (p. 44) .1 pu rattachet VIII aux formes 
courtoises. 

2. 11 semble que le vers feminin de 7 s. ait cté longtemps considéré(ia 
syllabe atone n'étant pas vraiment muette) comme l'équivalent du vers 
masculin de 8; nous avons, comme ici, l'associatiòn de ces deux sortes dc 
vers dans une pièce de Cercamon (1 de l'éd. Dejeanne), et, ce qui cst plus 
singulier, dans un poème didactîque, le Bvevian d'Ermengau. 

3. On sait que Bartsch (Zeitscbrift fiir rom. Pbih, II, 195) a voulu leur 
attribuer une origine celtique ; il a été réfuté par d'Arbois de Jubain- 
ville et G. Paris {Romania, IX, 177). De nombrcux exemples en ont été 
réunis par Diez (Altrom. Sprachdehkmale, p. 125). Bartsch (ìoc. cit.) et moi- 
rnême (Origines, 343). 

4. Le v. 14, où I'atone estélidée, ne rentre dans aucun desdeuxcas. 



VERSIFICATION 

$ur 14 v. il \ .1 8 cés. raasc, ; cés. à l'italienae ; dans ta piecelll, 
sur 12 v., çcés. masc, í cés. à l'italienne Dans aucunexies pièces. 
il n'v a de césure épique. 

Vers de 14 s. : ici, au contraire, la césure épique est fréquentc, 
ct complètement absente la césure à L'italienne. Dans I (9 v.), 2 cés. 
cp.. 7 cés. rnasc : dans II (8 v.), 7 cés. ép., 1 cés. masc (doutcusc, 
au v. 18); dans III (7 v.j. toutes cés. épiques (sauf peut-ctre au 
v. i 9 v- 

II v b chez Guillaume, comme chez tous lcs anciens poetes, un 
certain nombrc d'allitérations, mais elles ne sont ni asser nombreuses, 
ni asse/. frappantes pour qu'on puissc lcur attribuer un caractérc 
intentionncl : M. Sachsc, au rcste, les a déjá rclcvécs (p. 52). 

Lc même critique a cru découvrir des assonances dans III ; 
j'ai dcjà dit (p. x, 11. i) qu'il s'était trompé •'. II y en a pour- 
tant, mais ailleurs ; elles sont presque toutes dans la pièce V, don^ 
la versification présentc, on l'a vu, d'autres traces dc négligence : 
albergiiem 33, apareillem 75 (: en), valor 39 (: os), ves (corr. vetỳ 70 
(: es). On pcut encore signaler le v. 81, où coreg^ serait plus correct 
quc conet; : mais cette altcration. très lcgère, peut être mise sur le 
compte de la rimc. Dans les autres picces, je ne relève que bellasor 
IV 35 (: ort) et tii;i VII 29 (: is) ;. Dans VI (str. v, vi) et IV (str. 
vi bis, dans E), la 3 e pers. sing. du futur rime avec des a fermés ; 
mais cela constituc à peine une licence ; plusieurs poctes associent à 
cette rimc non seulcment les monosyllabes en a(pu leurs composés), 
mais les 3 émes pers. des futurs (composées avec habct)'». 

Je citerai encore quelques excmplcs intércssants d'hiatus, dc 
CII 5), dc a (IX 36), dc e (X 10). et dc svncrèse (no atna, V 8; 
co'.<, IX 14). 



1. Cette questionde la césurc avait déjá été traitée par Bartsch (loc. cil.) 
et Sachse (p. 49); si je l'ai reprise, c'est que l'exposition du premier est 
incomplète, celle du second assez confuse. 

2. II y a quelques fautes contre la déclinaison, qu'il faut évidemment 
attribuer aux exigences de la rime : I 1 3 ; V 9, 59 ; VI 62. 

3. Le mot termine le cinquième vcrs qui. dans la pièce \ T . n'a générale- 
ment que des asscnances. 

4. Voy. Erdmannsdoerff'er. op. rit.. p. 75. 



XVI GUII.I.AUMI IX 

V. Le poète. — Diez ' partage les poésies de Guillaume en 
trois cat.'gories seloa que l'inspiration en est « sensuclle », 
« tendre » ou « scrieuse ». J'adopte cette division en y faisant 
rentrer les deux piiìces que Diez n'a pas connues. Le dernier groupe 
ne comprend qu'une pièce (XI) ; le second se compose des pièces 
que nous appellerions plutôt « courtoises » (VII-X). Je réunis dans 
le premier des piòces que M. Sachse z sépare à tort, c'est-à-dire les 
trois « romances » commençant par Companho (I-III), le coq-à- 
l'âne (IV) et les deux amusantes gasconnades (V, VI) qui ne s'en 
distinguent que par la forme et sont d'inspiration très analogue. 

II serait bien intéressant de savoir ce qui, dans ces dcrnières pièces, 
appartient en propre à Guillaume, ce qui remonte à une tradition 
antérieure. Le comte de Poitiers, malgré ses dons très réels d'imagi- 
nation, n'est pas l'auteur de toutes les bizarres fantaisies dont riaient 
à gorge déployée ses « compagnons », sans doute des compagnons 
de table et de débauche. L'équivoque sur laquelle repose la pièce I 
était connue dès l'antiquité ; la pièce V repose sur un conte qui devait 
être, comme l'a indiqué Diez, repris par Boccace 5; lieux communs 
aussi, les vantardises qui forment le début de la pièce VI, les non- 
sens contrastés qui remplissent la pièce IV, et probablement enfin 
les plaisanteries (II) sur l'inutilite des précautions prises par certains 
maris ■*. II reste donc une somme d'invention assez mince, et les 
plus folles imaginations de ce jougleur couronné nousapparaissent 
comme des variations sur des thèmes connus. 

Ce qui est plus intéressant, c'est de découvrir, « en germe • , 
comme Diez l'a fort bien dit, les principaux traits ou lieux communs 
qui caractériseront bientôt la poêsie de cour, et même certaines ex- 
pressions dont elle usera jusqu'à son extrême déclin. 

L'espèce d'exaltation mystique qui a pour cause et pour objet à 
la fois la femme aimée et l'amour lui-même était déjà désignée sous 



j . Op. cit., p. 7. 

2. Op.cii., p. 28 ct 51. 

}. Dccamcron, III, 1 . 

4. Dcs réflexions analogues, présentées sous une forme plus sérieuse et 
plus àpre, remplissent, on le sait, Ies paésies ài Marcabru, et ne sont pas 
rares dans celles des premiers troubadours (Cercamon par exemple). 



XVII 

le Dom de joi ; l'hymne enthousiaste que le poète entonne en son 

honneur (IX) et qui est une de ses productions les plus réussies ■ 
suppose naturellement l'existence de la chose et du mot. Dès cette 
époque cxistait aussi l'assimilation du « service » amoureux au ser- 
vice íeoJal -. D.-s cette époque, enfin, étaient lixées les attitudes 
respectivcs de la fcmme aiméc et de l'amant : l'une, dcJaigneuse, 
inexorable (VII, str. n, ni ; VIII i ; IX 44 ; X 7-9); l'amant 
repoussé (VII, str. 11, m), timidc au point de n'oser se déclarer (IX 
46; X 10)', comptant sur la patience comme le meilleur moyen 
d'arriver .1 ses fìns (VII, str. 11) : déjà l.i femme cst louée pour ses 
qualités mondaincs (IX 21) et l'amour est considéré, pour l'homme, 
comme la source dc ces mêmes qualités (VII 55-6). Mais, d'autre 
part, les idées ne sont pas encore poussées au point d'être ridicules 
ou déraisonnables : Guiilaume ne parle nulle part de son indignité 
et ne se répand point en humblcs protestations. Non seulement 
l'amour ne se donne pas comme platonique, mais l'expression du 
Jcsir sensuel revèt des formes très crues, parfois presque brutales 
(VIII, str. iii ; X 24 ; cf. IX 6)4. Elle commençait enfin à s'im- 
poser, cette convention, qui devait devenir si tyrannique, de com- 
mencerles chansons d'amour par la descriptiond'une saison,particu- 
lièrement du printemps s. 

De ces remarques, on peut conclure avec certitude que les condi- 
tions sociales d'où sortit la poésie courtoise existaient avant le début 
du xn e siècle ; cette poésie en effet avait dès lors ses principaux. 
lieux communs, sa langue, ses formules. Que Guillaume IX n'ait 
point été Ic premier des troubadours, c'est ce qu'on a inféré dcpuis 
longtemps de la perfection relative de son style et de sa versification 6 . 

1 . On peut lui comparer, au point de vue du mérite poétique, une 
strophe (X, m) d'une gráce vraiment délicieuse. 

2. Vov. lì. \Vechsslcr, Fniueiidiensi und Vatsalitât, dans Zeitschrift fiir 
fran^. Sbracbe, XXIV, 159. L'emploi dcs cxpressions escriure en sa carta et 
retenir (Vlll 8, 26) est tout à fait probant. 

5. Cf. les exprcssions celar et b'andir (IX 59). 

4. I)e méme dans la plupart des anciens truubadours : Marcabru, Cerca 
mon et mcme B. de Ventadour. 

5. Sur quatre chansons d'amour, deux commencent par une description 
du printemps (VII, X), une par une allusion à l'automne (VIII). 

6. Millot, I, 16 ; cf. Hist. litt., VII, 130. Chabaneau (Reviu des l. 



XVllJ GUIl.l.AUME I\ 

II est extrêmement regrettable que nous ne puissions formuler sur lc 
lieu d'origine et lcs premières manifestations dc cette poésie que de 
simples hypothèses ■ . 

VI. Manuscrits. — Les onze piccesdc Guillaume nous ont été 
conservées par les manuscrits suivants : 

C — Paris, Bibl. Nat., fr. 856 (pièces I, IV, V, VI, VII, VIII. 
IX, XI) ; 

D = Modène, N, 45 (VI, XI): 

E = Paris, Bibl. Nat . . fr. 1749 (I, III. IV, VI, VII, IX): 

1 = — — fr. 854 (XI); 

K = — fr. 1247? ( XI ) : 

.V et N 2 ==■ Cheltenhani, Bibl. Philipps, 8335 (double copie de 
II, V, VI, X, XI); 

R = Paris, Bibl. Nat., fr. 22543 (XI) : 

V = Venise, Bibl. Marc. app. cod. XI (V) : 

- Modène. Bibl. Estense N. 8,4 (Xen deux copies, a< tla', 
XI); 

La pièçe VII nous a été aussi conservée dans le Breviari d'c,- 
mor de Matfré Ermengau (a) . 

Les mss. C et E ont une source commune ' . 

VII. Plan de la présente édition. — Toutes les pièces qui se 
trouvent dans C ont été, malgré les imperfections graphiques de ce 
ms. >, reproduites d'après lui, et son texte n'a été écarté que dans 
les passages manifestement fautifs. Quant aux autres mss., j'en 
ïì donné toutes les variantes utiles. mais je n'ai pas cru devoir 



rom., XXXV, Ì02) suppose que la cour d'Eble de Ventadour était une ècole 
de poé^ie « où s'étaient peut-ètre formées antérieurement plusieurs généra- 
tions de poètes ». 

1. Jeme permets de renvoyer à celles que j'ai développées dans la Rrvur 
des Deux-Mondes (i cr t'év. 1903, pp. 669-74). 

2. }'ai:Cpllationné moi-même tous les mss. de Paris; je dois le texte ou 
les variantes de A' à M. Chaytor, à' a á M. Bertoni, qui a depuis donné une 
cdition diplomatique de ce ms. (II Can^oniere proven\ale de B. Amoros, Fri- 
bourg, 191.1). 

j. Les principales sont l'usage fréquent de Ih pour / simple à la fin des 
mots et l'abus de y. 



MANUSCRITS - PLAN DE l ÊDITION \1\ 

relcver toutes leurs variantes graphiques ; j'indìquc ici en note leurs 
principales particularités '. 

Les traductions sont trop lîttérales pour viser á l'élégance ; on 
comprendra aisément pourquoi je n'ai pas traduit certains passages. 

I'.ii classé les pièces par genres, plaçant d'abord lcs pièces badines, 
eu dernier lieu la pièce du ton le plus grave ; elles sont rangées dans 
chaque groupe en allant des formes les plus simples aux plus com- 
pliquées. Voici du reste une table de concordance qui facilitera lcs 
comparaisons avec la liste dc Bartsch (à gauche sont les numéros 
de Bartsch, à droite ceux de la présente édition). 

i Ab la doussor. X 

2 Bc voill que sapchon VI 

3 Compaigno, farai. I 

4 no posc II 

5 tant ai III 

6 Farai chansoneta VIII 

7 — un vers (— Un vcrs farai) I\ r 

8 Mout jauzens IX 

9 Voir phts hiiit, p. viii. 

io Pos de chantar. XI 

1 1 — vezem VII 

1 2 L'n vers farai pos (= En Alvernhe) V 



i. N (les deux copies ne présentent guére de ditfcrences) hésite, à la 
linalc, entrc l^, ; ; ct í, rcmplacc -ier (de -ariu m) par -er, omct n caduque, 
note n mouillcc par gn ou igu ; — I) présente les deux prcmicrs de ce^ traits, 
écrit « caduque et / aprés n, n'ccrit presquc jamais (comme les autres mss. 
italiens) u après </; — E note généralement / mouillée par il, tt,iU,n mouillcc 
par in ct i//.', n'abuse pas Je v, n'écrit guère u aprèsc, g (devanta, o, u). 

Dans N, lcs rubriques ne sont écritcs qu'une fois et non répétées cn tcte dc 
chaque pièce. 



COMPANHO, IARAV l'N' VERS ...COVINEN 



i Companho, farayunyers ... covinen : 
Et aura'i mais de foudatz no-y a de sen, 
El er tot/ mesclatz d'amor e de joy e de joven. j 

n K tenguatz lo per vilan qui no l'enten 

O dins son cor voluntiers [qui| non l'apren ; 
Greu partir si fa d'amor qui la trob'a son talen. 6 

ui Dos cavalhs aî a ma selha ' ben e gen ; 
Bon son e adreg per armas e valen ; 
Mas no*ls puesc amdos tener que l'us l'autre non cossen. ^ 

Si'ls pogues adomesjar a mon talen, 
Ja no volgra alhors mudar mon guarnimen, 
Que miels for' encavalguatz de nuill [autr'Jomeviven, 12 

l,i. — Compagnons, je vais composer un « vers "... convenable : 
j'y mettrai plus de folie que de sagesse, et on v trouvera pêle-mêle 
.imour, joie et jeunesse. 

II. — Tenez-le pour vilain cclui qui ne le comprend pas ou qui 
volonfiers ne l'apprend pas par cceur ; celui-lá se séparera dilììcile- 
:nent de l'amour qui le trouvera à son goût. 

III. — J'ai pour nn selle deux chevaux, et c'est t'ort bien ; tou.s 
deux sont bons, dressés au combjt et vaillants : oaais je ne puis 
les aVoir tou^ deux [ensenible], car l'un ne peut supporter l'autre. 

iv. — Si je pouvais les dompter comme je le voudrais. je ne por- 

Guilliìume IX 1 



2 GUILLAUMI. IX 

v Laùns fo dcls montanhiers \o plus corren ; 
Mas aitan fer' estranhez' ha longuamen, 
Etes tan fers e salvatges que del bailar si defen. i , 

vi L'autre fo noyritz sajus, part Cofolcn, 
Et anc QO*n vis bellazor, mon escien ; 
Aquest non er ja camjatz ni per aur ni per arge». 18 

' vii Qu'ie'l doney a son senhor polin payssen ; 

Pero si*m retinc ieu tan de covenen 
Que s'el lo teni' un an qu'ieu lo tengues mais de cen. 21 

viii Cavallier, datz mi cosselh d'un pessamen ; 
Anc mais no fuy issarratz de cauzimen : 
Ges non saiab qualmitengua deN'Agnes o de N'Arsen. 24 

terais pas ailleurs mon équipement, car je serais mieux monté en 
chevaux qu'homme vivant. 

v. — L'un fut, parmi les chevaux de montagne, des meilleurs 
coureurs; mais ilest depuis longtemps farouche et réiif, si farouche 
et si sauvage qu'il se dérobe à l'étrille. 

vi. — L'autre fut élevé là-bas, au ddàde Confolens ; jamais vous 
n'en vîtes, par ma foi, un plus beau ; celui-là, je ne le changerais ni 
pour or ni pour argent. 

vil. — Qiiand je le donnaià son maître, c'était encore un poulain 
paissant: mais je n'abandonnai pas sur lui tous mes droits, et il fut 
convenu que, pour un an que son maître le garderait, je l'aurais, 
moi, plus de cent. 

vin. — Chevaliers, consei'lez-moi dans mon doute ; jamais choix 
ne me causa plus d'embarras : je ne sais à laquelle je dois m'en tenir, 
d'Agnès ou d'Arsen. 



II. — COMPAIGNO, NON PUOSl MUDAIi Q_U EO NO M EFFREl } 

ix l)c Gimel ai locastel cl ttìandamen, 
E per Xiol fauc ergueill .1 ïota gen, 
Cambedui me son jurat e plevit per sagramen. 27 



II. — CûMPAIGNO, \ON PUOSC MUDAR 
QU'l-O \0 MEFFREl 

I Compaigno, non puosc mudar qu'eo 110 m'effrei 
De novellas qu'ai auzidas e que vei, 

Qu'una domna s'es clamada de sos gardadors a mei. ï 

II | Ej diz quenon volo prendre dreit ni lei, 
Ans la teno esserrada quada trei, 

Tant l'us no'ill largufa] l'estaca que l'altre plus no la'ill 

fplei. 6 

III [Ejt aquilM fan entre lor aital agrei : 

ix. — J'aide (3imel le château et toutle domaine, et la possession 
de Niol me rend fier à la face de tous, car I'un et l'autre m'ont 
cngagé leur foi par serment. 



II, 1. — Compagnons, je ne puis medéfendrede quelqueémOi au 
>ujet des nouvelles qui parviennent à mes oreilles et à mes yeux, â 
sayojr qu'une dame en appelle à moi de ses gardiens. 

11. — lìlle dit qu'ils ne veulent accepter ni droit ni loi (rien en- 
tendre), maisqu'ils la tiennent enfermée à eux trois, et que, si l'un 
lui lâche un peu la courroie, l'autre la lui resserre d'autant. 

iii. Tels sont les désagréments qu'ils lui causent : l'un est un 



4 GUILLAUME IX 

L'us es compains gens a for mandacarrei, 
E meno trop major nauza que la mainada del rei. 9 

iv [E|t eu dic vos, gardador, e vos castei, 
E sera ben grans folia qui no'irj crei : 
Greu veirez neguna garda que ad oras non somnei. 12 

v [Q]u'eu anc non vi nulla domn' ab tan gran fei, 
Qui no vol prendre son plait o sa mercei, 
S'omlaloignade proessa que ab malvestatznon plaidei. 15 

vi [Ej si - 1 tenez a cartat lo bon conrei, 
Adoba-s d'aquel que troba viron sei ; 
Si non pot aver caval ... compra palafrei. 18 

vii [N]on i a negu de vos la'm desautrei : 
S'om li vedava vi fort per malavei, 
Non begues enanz de l'aiga que-s laisses morir de sei ? 21 

charmant compagnon, courtois comme 1111 charretier (?j : et ils 
tnènent beaucoup plus grand bruit que la « mesnie du roi. 

iv. — Et moi, je vous dis ccci, gardiens, et donne ce conseil — 
et il serait bien fou celui qui ne me croirait pas — : difficilement 
vous trouverez une garde qui par instants ne sommeille. 

v . — Pour moi, je n'ai jamais vu dame de si grande foi qui, si 
on lui refuse toute convention et tout accommodement, si on l'é- 
loigne de l'honnêteté, ne recoure á de méchants artifices. 

vi. — Si vous lui tenez hors de prix la bonne denrée, elle s'arran- 
gera de ce qu'elle trouvera sous sa main; si elle ne peut avoir un 
cheval, elle achètera un palefroi. 

vn. — Nul parmi vous ne me niera ceci : si, pour cause de mala- 
die, on lui défendait le vin fort, il boirait de l'eau plutôt que de se 
laisser mourir de soif. 



III. COMPANHO, i.Wl \l IGUTZ D AVOLS CONRJ 

viii [CJhascusbeuri'ansde l'aiga que*s laissesraorirde ssei. 



111. COMPANHO, T\M Al AGUTZ 

D'AVOLS CONHh 

i Companhu, tant ai agutz d'avols conres' 

Qu'ieu non puesc mudar no'nchafl e que no - m pcs; 
Hnperono vueill c'om sapcha mon afar de maintas res. 3 

II E dirai vos m'cntendensa de quc es : 

.. . . i . 

No m âzauta cofls gardatz 111 gorcs ses peis, 

Ni gaoars de malvatz homes c'om de lor t'aitz nonagues. 6 

. - 

■ 

III Senher Dicus, quez 'es dcl nion capdels e reis, 
Qui anc premiers gardet con cpm non csteis ? 

C'anc no fo mestiers nigarda c'a si dons cstes sordeis. 

iv Pero dirai vos de çon cals es sa leis, 

- 
Com scl hom que nial n'a tait e pcitz n'a pres ; 

Si c'autra res cn mcrma qurn pana. e cons en creis. 12 

v E silh qui no volran creire mos casteis 
Anh'o vezer pres lo bosc en un deyeis : 
Fer un albrc c'om hi tailla n'i naison [ho] dos ho treis. 1; 

vi E quan lo bocx cs taillat/. nais plus espes, 

vlii. Certes. chacun boirait de l'eau plutôt qué de sc laisser 
mourir dc soií. 



GLULLAUMl-: IX 



E'lsenher no'ii pert son eomte ni sos ses; . 
A reversplanh hom la tala si-1 dampn... t« 

vii Tortzes ca... dan noi a... 



IV. — Farai un vers de dreyt nien 

i Farai un vers de dreyt nien : 

Non er de mi ni d'autra gen, 
Non er d'amor ni de joven, **•* ? 

Ni de ren au, 
Qu'enans fo trobatz en durmen 

Sobre chevau. 6 

ii No sai en qual hora-m fuy natz : 

.No suy alcgres ni iratz, — 

No suy estrayns ni sui privatz, 9 

Ni no'n puesc au, 
Qu'enaissi fuy de nueitz fadatz, 

Sobr' un pueg au. 12 

iii No sai qu'ora-m suv endurmitz 

Ni quora - m velh, s'om no m'o ditz. 

IV, 1. — Je ferai un « vers » sur le pur néant : il n'y sera question ni 
de moi ni d'autres gens, ni d'amour ni de noblesse, ni. d'autre 
chose ; je viens de le composer en dormant, sur un cheval. 

11. — Je ne sais sous quelle étoile je suis né : je ne suis ni joyeux 
ui triste, ni revêche ni familier, et je n'en puis mais ; qar.tel je 
fus doué par une fée, une nuit, sur une haute montagne. 

iii. — Je ne sais si je dors ou si je veillc, à moins qu'on ne me le 



IV. — i ak.\! UK VERS Dl DREY1 NIEÏ 7 

Per pauc no m'es lo cor partitz i , 

D'un do\ corau ; 
E uo m'o rjretz una soritz, — 

Per sanh Marsau ! 18 

iv Malautz suy e cre mi murir, 

E ren no - n sai mas quan n'âug dir ; 

Metge qùerrai al micu albir, 21 

E no sai cau ; 
Bos metges cr si*m pot gucrir. 

Mas non, si amau. 24 

v Amigu' ai icu, nO sai qui s'cs, 

Qu'anc non la vi, si m'ajut fes ; 

Ni-m fes que-m plassa ni que-m pes, 27 

Ni no m'en cau, 
Qu'anc non ac Norman ni Frances 

Dins mon ostau. î" 

vi Anc non la vi ct am la fort, 

Anc no n'aic drcyt ni nomi ics tort; 

dise. Peu s'en faut que mon cceur n'éclate d'un chagrîn mortel : 
mais [e n'en fais pas plus de cas que d'unc souris, par saint Mar- 
tial ! 

iv. — Je suis malade et je crois que je vais mourir, et je n'en sais 
rien (de ma maladic) quc ce qu'on m'cn dit; je chercherai un mé- 
decin à ma fantaisie, et je ne sais qui [ce sera] : il scra bon s'il peut 
me guérir, roauvais, sî mon m.il s'aggrave. 

v. — J'ai une amie, mais jc ne sais qui elle est, car jamais, de par 
ma foi, je ne la vis ; jamais elle n'a fait chose qui m'agrce ou me 
dèplàise, et il ne m'ep chaut ; car jamais il u'y eut ni Normand ni 
Français dans ma maison. 

vi. — Jamais je ne l'ai vue et je l'aime fort, jamais elle ne m'a fait 



(,1'II.I.AUME 1\ 

Quan non la vey, be m'en deport, ;; 

No - tn pretz un jau, 
Qu'ie-n sai gensor e bellazor, 

E que niais vau. 56 

vn Fagai lo vers, no say de cuv ; 

E trametrai lo a selhuv 
Que lo - m trametra per autruv w 

Lav ves Anjau, 
Que - m tramezes del sieu estuy 

La contraclau. 42 



V. -- Farai lx yers, pos M! somelh 

1 Farai ùn vers, pos mi somelh, 

E - m vauc e m'estauc al solelh. 
Domnas i a de mal conselh, 5 

E sai dir cals : 
(.cllas c'amor de cavalier 

Tornon a mals. 

droit ni tort : quand je ne la vois pas, je me passe aisément d'elie, 
car je n'estime pas cela la valeur d'un coq; j'eu sais une, en effet, 
plus aimable et plus belle et qui vaut davantage. 

vìi. — Mon « vers » est fait, je ne sais sur quoi : je vais l'envoyer 
.! celui qui, par un autre, l'enverra Ià-bas vers l'Anjou... 



V, 1. — je t'erai un « vers », puisque je suis endormi et que je 
marche, tout en restant au soleil. II y ades dames pleines de. mauvais 
desseins, et je puis vous dire qui elles sont : ce sont celles qui 
tournent à mal (méprisent ') l'amour des chevaliers. 



V. FARAI UN vi.us. POS Ml SOMBLH ^ 

Domna fai ^r.in pechat mortal 

Qe tio .ima cavalier leal ; 

Mas si es monges o clergal, ^ 

Non .1 raizo : 
Per dreg la deuri' hom cremar 

Ab un tezo. iz 

En Alvernhe, part Lemozi, 

M'en aniey totz sols a tapi : 

Trobei la moller d'en Guari i; 

E d'en Bernart; 
Saluderon mi simplamentz 

Per sant Launart. i« 

La una - m diz en son latin : 

« E Dieus vos salf, don pelerin ; 

Mout mi semblatz de bel aizin, 21 

Mon escient ; 
M.is trop vezem anar pel mon 

De folla gent. » m 



u. — Elle t'ait un grand péché, un péché mortel, la dame qui 
n'aime pas un loyal chevalier ; si celui qu'elle aime est un moinc 
ou un clerc, elle a tort : on devrait la brûler sur des tisons 
ardents. 

III. — En Auvergnc, de l'autre côté du Limousin,je m'en allais, 
seul et sans bruit, quand je rencontrai la femme de sire Garin et 
celle de sire Bernard ; elle me saluèrent aimablement, au nom de 
saint Léonard. 

iv. — L'unc mc dit en son langage : « Dieu vous soit en aide, 
sire pélerin ; vous me semblez de fort bonne race; mais nous 
voyons aller par le monde bien des fous. » 

Guillaumr IX 2 



lO GUII.LAUME IX 

v Ar auzires qu'ai respondut ; 

Anc no li diz ni bat ni but, 

Ni fer ni fust no ai mentaugut, 27 

Mas sol aitan : 
« Babariol, babariol, 

Babarian. » $0 

vj So diz n'Agnes a n'Ermessen : 

« Trobat avem que anam queren. 

Sor, per amor Deu, Talberguem, 53 

Qe ben es mutz, 
E ja per lui nostre conselh 

Non er saubutz. » ?6 

vn La una - m pres sotz son mantel, 

Menet m'en sa cambra, al fornel. 

Sapchatz qu'a mi fo bon e bel, 39 

E'l focs fo bos, 
Et eu calfei me volentiers 

Als gros carbos. 42 

vin A manjar mi deron capos, 

V. — Or, sachezce que je lui répondis ; je ne lui dis n'i « bat » ni 
« but », je ne lui parlai ni d'outil ni de manche, mais lui dis seule- 
ment : « Babariol, babariol, babarian. » 

vi. — Alors, Agnès dit à Ermessen : « Nous avons trouvé ce que 
nous cherchons. Ma sceur, pour l'amour de Dieu, hébergeons-le, 
car il'est vraiment muet : jamais par lui notre conduite ne sera con- 

nue. > 

vii, — L'une me prit sous son manteau et me mena dans sa 
chambre, près du fourneau. Sachez que ccla me plut fort ; le feu 
était bon, et je me chauffai volontiers auprès des gros charbons. 

viii. — Elles me firent manger des chapons; sachez qu'il y en 



\. FARAl UN VBRS, POS M I SOMELH II 

E sapchatz ac i mais de dos, 

E no'i .\c cog ni cogastros, t . 

M.is sol nos tres, 
E*l pans fo blancs e"l vins fo bos 

E'l pebr' espes. *8 

i\ Sor, aquest hom es enginhos, 

E laissa lo parlar per nos : 

N'us aportem nostre gat ros ;■ 

De mantenent, 
Qe*l fara parlar az estros, 

Si de re-nz ment. » S4 

x N'Agnes anet per l'enujos, 

E fo granz et ag loncz guinhos; 

o o o 

Et eu, can lo vi entre nos, i7 

Aig n'espavent, 
Q.'a panc non perdei la valor 

E l'ardiment. 6<> 

\i Qant aguem begut e manjat, 

Eu mi despoillei a lor grat. 

avait plus de deux. 11 n'v avait là ni cuisinier ni marmitons, mais 
nous trois seulement ; le pain était blanc, le vin bon et le poivre 
en abondance. 

ix. — « Sceur, cet homme est perfide et se retient de parler à 
cause de nous: apportons tout de suite notre chat roux, qui le fera 
parler sans retard, s'il essaie de nous tromper. » 

X. — Agnès alla chercher la déplaisante créature : il était gros et 
avait de longues moustaches. Quand jc le vis entre nous, j'en eus 
peur, et peu s'en f a 1 1 u t que je nc pcrdisse ma valeur et ma har- 
diesse. 

xi. Quand nous eùmcs bu et mangé, je me dévêtis à Ieur 



12 GUILLAUMh IX 

Detras m'aporteron lo gat 05 

Mal e felon ; 
La una - l tira del costat 

Tro al tallon. e>6 

xii Per la coa de mantenen 

Tiral gatet el escoi^sen : 
Plajas mi feron mais de cen 09 

Aqella ves ; 
Mas eu no'm mogra ges enguers, 

Qui m'ausizes. 72 

xiii « Sor, diz n'Agnes a n'Ermessen, 

Mutz es, qe ben es conoissen : 
Sor, del banh nos apareillem 7S 

E del sojorn. » 
Ueit jorns ez encar mais estei 

En aquel forn. 78 

xiv Tant las fotei com auzirets : 

Cen e quatre vint et ueit vetz, j. 
Q'a pauc no - i rompei mos coretz 81 

E mos arnes ; 

volonté. Derrière moi elles apportèrent le chat méchant et félon, et 
l'une le tira le long de mes côtes jusqu'au talon. 

xii. — Par la queue, sans retard, elle tire le chat, et lui |mc] 
griffe; je reçus ce jour-là plus de cent plaies ; mais je n'eusse pas 
bougé, quand on eût dù me tuer, 

xiii. — u Sceur, dit Agnès à Ermessen. il est vraiment muet, 
c'est visible. Préparons donc le bain et songeons à nous donner du 
bon temps. » Huit jours et davantage je restai en ce lieu. 

xiv. — 



I. — BKN vi Kl.ll Q.OÉ SAPCHON 11 PLOZOH M 

E no*us puesc dir lo malaveg, 

Tan gran m'en pres. - 1 

Ges no*us sai dir lo malaveg, 

Tan gran m'en pres. 86 



VI. — Be\ VUELH Q.UE SAPCHON' II PLUZOR 

Ben vuelh que sapchon li pluzor 
D'cst vers si's de bona color, 
Qu'ieu ai trag de mon obrador : 
Qu'ieuport d'ayselh mestier la flor, 

Et es vertatz, 
I-] puesc ne traire'l vers auctor 
Quant er lassatz. 

leu conosc ben sen e folhor, 
E conosc anta et honor, 
Et ai ardimen e paor ; 
E srm partetz un juec d'amor 



VI, i. Jt: vclix qu'on sache s'il est de bonne coulcur, cc petit 
" vers » sorti de mon atelier : c'est que, en ce métier, j'emporte la 
tleur, en vérité, et j'en prendrai à témoin ce o vers » lui-même, 
quand il sera lacé. 

ii. — Je connais bien sagesse et folie ; je connaishonte ethomieur ; 
je connais audace etcrainte; et si vous me propose/ unjeu d'amour, 



14 GUILLAUME IX 

No suy tan fatz 
No-n sapcha triar lo melhor 

D'entrcls malvatz. 14 

m Ieu conosc ben selh qui be-m di, 

E selh qui-in vol mal atressi, 
E conosc ben selhuy quimi ri, 
E srl pro s'azautonde mi, 18 

Conosc assatz 
Qu'atressi dey voler lor fì 

E lor solatz. 21 

iv Mas ben aya selh qurm noyri, 

Que tan bo mestier m'eschari 
Que anc a negu non falhi ; 
Qu'ieu sai jogar sobre coyssi 25 

A totz tocatz ; 
Mais en say de nulh mo vezi, 

Qual quemi vejatz. m 

v Dieu en lau e Sanh Jolia : 

je ne suis pas si sot que de tous les partis je ne sache choisir le meil- 
leur. 

111. — Je connais bien celui qui medit d'agréables paroles, et tout 
aussi bien celui qui m'en dit de mauvaises ; je connais biencelui qui 
me rit, et si les bons se plaisent en ma société, je comprendsque je 
dois, en revanche, désirer leur agrément et leur plaisir. 

iv. — Béni soit celui qui m'éleva et qui me rendit si liabile quc 
jamais je ne manquai à personne ; je sais, sur un coussin, jouer à 
tous jeux ; j'en sais plus qu'aucun de mes voisins, tel que vous me 
voyez (?). 

v. — J'en loueDieuet saintjulien: j'ai si bien apprisle plus doux 



VI. BEN VUELH QUE SAPCHON II PLUZOR l, 

Tant ai apres del juec doussa 

Que sobre totz n'ai bona ma, 

E selh qui cosselh mi querra \j 

Non l'er vedatz, 
N'i us dc mi non tornara 

Descosselhatz. 

vi Qu'ieu ai nom o maicstrc ccrta » : 

Ja m'amigu' anueg no m'aura 
Quc no m vuelh' aver l'endema; 
Qu'ieu suy d'aquest mestier, so*m va, ?9 

Tan ensenhatz 
Que bem sai guazanhàr mon pa 

En totz mercatz. 4î 

vn Pero no m'auzétz tan guabier 

Qu'ieu non fos rahusatz l'autr'icr. 

Que jogav'a un jocgrossier, 

Que-m tbn trop bos al cap primier (.6 

Tro fuy 'ntaulatz ; 
Quan guardiey, no m'ac plus mcsticr, 

Si - m fon camjatz. 49 

vin Mas elha-m dis un rcprovier : 

desjeux quc,par dcssus tous, j'ai une bonne main(jem'y distingue); 
si quelqu'un me demande un conseil, je nc lc lui refuserai pas et 
nul ne mc quittera san^ cmporter un bon avis. 

vi. — J'ai pour nom « maitrc infaillible » : jamaismon amic ne 
m'aura possédc une nuit qu'elle nc mc vcuille le lcndcmain ; jcsuis, 
je rn'en vantc, si bien initruic dc cc métier que jc puis, gràce à lui, 
gagner mon pain sur tous marchés. 



l6 1,1 lll.Al MH l\ 

« Don, vostre dat son menudier, 

Et ieu revit vos a doblier. » 

Fis m'ieu : « Quim dava Monpeslier, jj 

Non er laissatz. » 
E leviey un pauc son taulier, 

Ab ams mos bratz. jé 

ìx Et quant Taic levat lotaulier, 

Empeis los datz, 
Eill duy foron cairavallier 

E - l terz plombatz. 60 

x E tì-ls i'ort ferir al taulier, 

E fon joguatz. 62 



VII. — PUS VEZEM DE NOVELH HLORIR 

Pus vezem de novelh rlorir 
Pratz o vergiers reverdezir, 
Rius e fontanas esclarzir, 

Auras e vens, 
Ben deu quascus lo joyjauzir 

Don es jauzens. 



VII, 1. — Puisque nous voyons de nouveau rleurir les prés et les 
vergers reverdir, les ruisseaux et les ibntaines couler plus clairs, les 
vents et les brises [souffler plus doucement], il est juste que chacun 
savoure la joie qui lui est départie. 



VII. — PUS VEZEM DE NOVELH II.orir 17 

ii D'amor non dey dire mas be. 

Qu.ir no n'ai ni petit ni re ? 
Quar ben lcu plus no m'en cove ; 9 

Pero leumens 
Dona gran jov qui be - n mante 

Los aizimens. 12 

iii A totz jorns m'es pres enaissi 

Qu'anc d'aquo qu'amiey non jauzi, 

Ni o faray ni anc no fi, 15 

Qu'az esciens 
Fas mantas res quc-1 cor me di : 

« Tot es niens. » iS 

iv Per tal n'ai meyns dc bon saber 

Quar vuclh so quc no puesc avcr, 
E si - 1 rcpro vi crs mc diti: ver 21 

Certanamens : 

A bon e oratge bon poder, 

Qui's ben sufrrens. » 24 

v Ja no sera nuils hom ben tìs 

11. — D'amour jc ne dois dirc quc du bicn ; si jc n'cii ai ni pcu 
ni prou,c'cst pcut-ctrc quc jc n'cn dois pas avoir davantagc ; mais je 
sais qu'il donnc aiscment grande joie á cclui qui observc scs lois. 

111. — -Tcllc a toujoursétc madestincc quedc cc que j'aimais je n'ai 
pu jouir ; il cn fut,il en sera toujours ainsi, car souvcnt, au moment 
où j'agis, j'ai conscience quc mon coeur me dit : « Tout cela est 
vain . » 

iv. — Sij'ai moins dc joie [que les autrcs], c'est qucjc veuxceque 
jc nc puis avoir, ct pourtant le provcrbc me dit vrai qui dit : « Bon 
courage produit t;rand pouvoir, quand 011 sait paticnter. » 

V. — Nul ne pcut étre assuré de triompbcr de l'amour s'il ne se 
Guillaume IX 3 



l8 GUILLAUME IX 

Contr'amor si non l'es aclis, 

Et als estranhs et als vezis 27 

Non es consens, 
Et a totz sels d'aicels aizis 

Obedíens. 3° 

vi Obediensa den portar 

A motas gens, qui vol amar, 

Ecoven li que sapcha far 33 

Faigz avinens, 
E que*s garten cort de parlar 

Vilanamens. 36 

vii Del vers vos dig que mais en vau 

Qui ben l'enten ni plus l'esgau, 
Que-1 mot son fag tug per egau 59 

Cominalmens, 
E-l sonetz, qu'ieu mezeis mem lau, 

Bos e valens. 42 



soumet en tout à sa volonté, s'il n'est complaisant envers les étran- 
gers comme envers les gens du lieu, attentif aux caprices de tous 
ceux qui habitent ce séjour [celui de la femme aimée). 

vi. — II doit être attentif aux caprices de bien des gens, celui 
qui veut aimer ; il lui faut régler sa conduite de façon à plaire, et 
se garder, dans les cours, de parler en vilain. 

vii. — Je vous dis, au sujetdece « vers »,que celui-là en vaut da- 
vantage et mérite plus de louanges qui le comprend et en jouit le 
mieux ; car tous les couplets sont exactement réglés sur la même 
mesure, et la mélodie, j'ai le droit de m'en vanter, en est bonne et 

belle. 



VIII . — IARA1 CHANSONETA NUEVA 19 

\in A Narbona, nias ieu DO'i vau, 

Sial prezens 
Mos vers, e vnelh que d'aquest lau - 45 

M sia guirens. 

ix Mon Esteve, masieu no - i vau, 

Sia - ] prezens 48 

Mos vers e vuelh que d'aquest lau 
Sia guirens. 



VIII. — Farai CHANSONETA NUEVA 



1 Farai chansoneta nueva 

Ans que vent ni gel ni plueva; 
Ma dona m'assai' e - m prueva, 5 

Quossi de qual guiza l'am ; 
E ja per plag que m'en mueva 
Nom solvera de son liam. 6 

viu. — Que ce « vers » aille à Narbonne, puisque je n'y vais pas ; 
qu'il lui soit présenté, et je veux que de cet éloge il me soit garant. 

ix. Q.ue ce vers soit présenté à mon Estève, puisque je ne puis 
aller á lui ; et je veux que de cet éloge il me soit garant. 



VIII, 1. — Je ferai une chansonnette nouvelle, avant qu'il vente, 
gèle et pleuve. Ma dame rae tente et m'éprouve, pour savoir de 
quelle façon je l'aime : mais jamais, quelles que soient les querelles 
qu'elle me cherche, je ne me délierais deson lien. 



20 GUILLAUME IX 

ii Qu'ans mi rènt a licvs e*m liiírej 

Qu'en sa carta-m pot cscriure. 
E no m'en tengatz pcr yurc 9 

S'ieu ma bona dompna am, 
Quar senes lieys non puesc viurc, 
Tant ai pres de s'amor gran fam. 12 

iii Que plus etz blanca qu'evori, 

Per qu'ieu autra non azori. 

Si'in breu non ai ajutori, 15 

Cum ma bona dompna m'am, 
Morrai, pel cap sanh Gregori, 
Si no'm bayz' en cambr' o sotz ram. 18 

iv Qual pro y auretz, dompna conja, 

Si vostr' amors mi deslonja ? 
Par queus vulhatz metre monja. 21 

E sapchatz, quar tan vos am, 
Tem que la dolors mc ponja, 
Si no*m faitz dreg dels tortz qu'ieus clam. 24 

11. — Au contraireje me rendsetmelivreà elle, si bien qu'elle pcut 
m'inscrire en sa charte. Etne me tenez pas pour insensé si je l'aime, 
cette dame parfaite, car sans elle je ne puis vivre,tellement j'ai faim 
de son amour. 

iii. — Vous ctes plus blanche qu'ivoire : et c'est pourquoi jen'adore 
nulle autre que vous. Si dans peu je n'obtiens secours, si ma dame 
ne me montre pas qu'elle m'aime, je mourrai, par le chef de saint 
Grégoire, à moins qu'elle ne me baise en chambre close ou sous la 
ramée. 

iv. — Qu'ygagnerez-vous, dame jolie, si vous m'éloignez de votre 
amour ? II semble que vous vouliez vous faire nonne. Mon amour 
est tel, sachez-le, que je crains de mourir de douleur, si vous ne 
réparez les torts au sujet desquels j'élève envers vous ma plainte. 



I\. - MOUT JAUZENS MÉ PRENC BN AMAK 21 

v Qual pro y auretz, s'ieu m'enclostre 

E no'ra retenetz per vostre ? 
Totz lo joys del mori es nóstre, — 27 

Dompna, s'amduynos amam. 
Lav al rûieu amic Daurostre 
Dic e man que chan e [110] bram. >«> 

vi Per aquesta fri e trémble, 

Quar <Je tan bon' amor l'am ; 
Qu'anc no cug qu'en nasques semble 
En semblan del gran ìinh n'Adam. 54 



IX. — MOUT JAU/.ENS ME PRENC EX AMAK 

1 Mout jauzen s me prenc en amar 

Un joy don plus mi vuelh aizir, 
E pus en jov vuelh révertir î 

v. — Qu'v gagncrez-vous si jemecloître,[ce quejeferaijsi vou^ ae 
me retenez pas parmi vos fidèles ? Toute la joie du monde est nôtre 
si vous et moi nous nous aimons. Là-bas, à mon ami Daurostre, je 
dis et commande qu'il chante sans [la] liurler [cette chanson]. 

vi. — Pour elle je frissonne et tremble, car jel'aime d'un profond 
amour; car je ne crois pas que femme semblable à elle soit jamais 
issue de la grande lignée de messire Adam. 



IX, 1. — Plein d'allégresse, je me prendsà aimer urie joie à laquelle 
je veux m'abandonner ; et, puisque je veux revenir à la joie, il est 
bien juste que, si je puis, je cechérchè le mieux (l'objet le plus par- 



22 GUII.I.AUME IX 

Ben dey, si puesc, al mielh s anar, 
Quar mjejhs onra - m, estiers cujar, 
Qu'om puesca vezer ni auzir. 6 

ii Ieu, so sahetz, no'm dey gabar 

Ni de grans laus no'ni say formir, 

Mas si anc nulhs jpys poc florir, 9 

Aquestdeu sobre totz granar 

E part Ios autres esmerar, 

Si cum sol brus jorns esclarzir. 12 

in Anc mais no poc hom faissonar 

Co's, en voler ni en dezir 

Ni en pensar ni en cossir ; 15 

Aitals joys no pot par trobar, 
E qui be*l volria lauzar 
D'un an no v poiri' avenir. 18 

iv Totz joys li deu humiliar, 

Ettota ricors obezir 

fait) ; et je suis vraiment, sans nulle présomption, honoré par le 
mieux qu'on puisse voir ou entendre. 

n. — Jen'ai point, vous le savez,coutumede me vanter nidem'at- 
tribuer de grandes louanges ; mais [je puis bien dire que] si jamais 
aucune joie put rleurir, celle-ci doit, bien plus que toutes les autres, 
porter graine et resplendir au dessus d'elles, comme un jour sombre 
qui tout à coup s'éclaire. 

111. — Jamais homme n'a pu se figurer quelle est [cette joie], ni par 
le vouloir ou le désir, ni par la pensée ou la fantaisie ; telle joie ne 
peut trouver son égale, et celui qui voudrait la louer dignement ne 
saurait, de tout unan,v parvenir. 

iv. — Toute joie doit s'humilier devant celle-là ; toute uoblesse doit 



IX. Moi I [AUZEMS ME PREKC l.\ AMAR 23 

Mi dons, per son bclli aculhir 21 

E per son belh plazcnt esguai î 

E deu hom maiscent ans durar 

QuH joyde s'amor pot sazir. 24 

v Per son ioy pot malautz sanar, 

E per sa ira sas morir 

E savis hom cnfolezir 27 

E belhs hom sa beutat mudar 
E"l plus cortes vilanejar 
E totz vilas encortezir. 30 

vi Pus hom gensor no - n pot trobar 

Nihuelhs vezer ni boca dir, 
A mosops la vuelh retenir, 33 

Per lo cor dedins refrescar 
E per la carn renovellar, 
Que no puesca envellezir. 56 



VII 



Si - m vol mi dons s'amor donar, 
Prcs suy dcl pcnr' c dcl grazir 



céder lc pas á ma damc à cause dc son aimable accueil, de son gra- 
cieux et plaisant regard ; celui-là vivra centansqui réussira à posséder 
la joie de son amour. 

v. — Par la joie qui vient d'cllc, elle pcut gucrir le malade, et par 
sa colère elle peut tuer le plus sain ; par elle le plus sagc peut tomber 
dans la folie, le plus beau perdre sa beauté, lc plus courtois devenir 
vilain, le plus vilain courtois. 

vi. — Puisqu'unc plus belle nc peut être rencontrée, vue dc nul çeil 
ni célébrée par uulle bouche, jc vcux la garder pour moi, pour mc 
rafraîchir le cceur et renouveler mon corps. fsi bien] qu'il nc puisse 
vieillir. 

vii. — Si ma damc vcut bicn mc donner son amour, je suis prêt à 



24 GUII.l.AUME IX 

E del pelaq e de] blandir 39 

E dc sos plazcrs dir e far 

E dc sos pretz tencr en car 

E dc son laus enavantir. ' 42 

viii Ren per autruy non l'aus mandar, 

Tal paor ay qu'ades s'azir, 

Ni icu mezeys, tan tem falhir, 45 

No l'aus m'amor fort assemblar ; 
Mas elha-m deu mo mielhs triar, 
Pus sap qu'ab lieys ai a guerir. 48 



X. — Ab la dolchor del temps novel 



1 Ab la dolchor del temps novel 

Foillo li bosc, e li aucel 
Chanton chascus en lor lati 

Segon lo vers del novel chan ; 4 

.-^^ 

l'accepter et à lui en savoir gré, prèt à lc dissimuler, à la courtiser. 
à parler ejt agir de façon à lui plaire) à apprécier son niorite et à faire 
retenttr son éloge. 

viii. — Je n'ose lui envoyer de messages par autrui, tellement je 
crains qu'elle ne s'irrite, ni moi-même je n'ose lui manifester mon 
amour, tellement j'ai peur de faillir ; mais elle doit [d'elle-mêmel 
choisir mon mieux, puisqu'elle sait que par elle [seule] je serai sauvé. 



X, i. — Grâce à la douceur du printemps,les bois se couvrent de 
feuilles, Ies oiseaux chantent et chacun en sonlangage fait entendre 



\. \H LA DOLCIIOK DEL TEMPS NOVEL 2) 

Adonc esta beo c'orn s'aisi 
D'acho don hom a plus talan. 

ii De lai don plus m'es bon e bcl 

Non vei mesager ni sagel, 8 

Per que mos cors non dorm ni ri, 

Ni no m'aus traire adenan, 

Tro qe sacha ben de la fi 

S'el' es aissi com eu deman. 12 

111 La nostr' amor vai enaissi 

Com la branca de l'albespi 
Qu'esta sobre l'arbre en treman, 
La nuoit, a la ploja ez al gel, 16 

Tro l'endeman, que'l sols s'espan 
Pel las fueillas verz cl ramel. 

iv Enquer me menbra d'un mati 

Que nos fezem de guerra fi, 20 

E que - m donet un don tan gran, 

leb strophes d'un chant nouveau. II est donc juste que chacun se 
procurece plaisir que l'homme désire le plus ardemment. 

11. — Delá où est toute ma joie je ne vois venir ni messager, ni 
lettre scellée ; aussi mon cceur ni ne s'endort [dans la quiétude] ni 
nc rit[dejoie]; et je n'ose faire un pas en avant jusqu'à ce que je 
sache sûrement, au sujet de la paix, si elle est telle que je le vou- 
drais. 

iii. — II en estde notre amour comme delabranche del'aubépine : 
tant que durc la nuit, elle est, sur l'arbre, tremblante, exposée à la 
pluie et aux frimas ; mais le lendemain le soleil éclaire les feuilles 
vertes sur le rameau. 

iv. — II me souvient encore de cematin où nous mîmes fin á la 
Guillaume IX 4 



26 GUILLAUME IX 

Sa drudari' e son anel : V 

Enquer me lais Dieus viure tan 

C'aja mas manz soz so mantel ! 24 

v Qu'eu non ai soing d'estraing lati 

Que-m parta de mon Bon Vezi, 
Qu'eu sai de paraulas com van 
Ab'un breu sermon que s'espel, 28 

Que tal se van d'amor gaban, 
Nos n'avem la pessa e - l coutel. 



XI. — POS DE CHAXTAR m'eS PRES TALEXZ 

1 Pos de chantar m'es pres talenz, 

Farai un vers, don sui dolenz : 
Mais non serai obedienz 
En Peitau ni en L.emozi. 

guerre, où elle me donna un grand don, son amour et son anneau. 
Que Dieu me laisse encore vivre assez pour que j'aie [un jour] mes 
mains sous son manteau 

v. — Jen'ai nul souci de ces chuchotages étranges qui pourraient 
me séparer de mon Bon Voisin. Je sais ce qui en est des paroles et 
de ces brefs discours qui vont se répandant ; tels autres peuvent se 
vanter de leur amour ; nous, nous en avons la pièce et le couteau 
[c. à-d. nous pouvons jouir du nôtre]. 



XI, 1. — Puisque le désir m'a pris de chanter, je ferai un « vers » 
[sur un sujetjqui m'attriste : jamais plus je ne serai servant d'amour 
ni en Poitou ni en Limousin. 



XI. — POS DE CHANTAR M KS PKi:s TALEN2 27 

II Qu'cra m'en iraien eisil : 

gi an paor, en gran perii, 
En guerra laissarai mon fil, 
E faran li mal siei vezin. >$ 

III Lo departirs m'es aitan grieus 
Del seignoratge de Peitieus ! 
En garda lais Folcon d'Angieus 

Tota la terra e son cozi. 12 

iv Si Folcos d'Angieus no*l socor, 

E"l reis de cui ieu tenc m'onor, 
Faran li mal tut li plusor, 
Felon Gascon et Angevi. 16 

v Si ben nos es savis ni pros, 

Cant ieu serai partiz de vos, 
Yias l'auran tornat en jos, 
Car lo veiran jov' e mesqui. 20 

vi Merce quiera mon compaignon, 

S'anc li fi tortqu'il mo perdon ; 

11. — Je vais partir pour l'exil : en grand'peur, en grand péril, en 
guerre je laisserai mon íìls, et ses voisins lui feront du mal. 

iii. — Qu'il m'est pénible de la quitter, laseigneurie de Poitiers , 
Je laisse à la garde de Foucon d'Angers et la terre ct son cousin. 

iv. — Si Foucon d'Angers ne le secourt pas, ainsi que lc roi de qui 
jc tiens mcs domaincs, il aura tout à craindrc d'un graud nombre 
dc gens, des fclons Gascons et Angevins. 

\'. — S'iln'cst passage etprcux,quand je me serai cloignc de vous, 
bicn vite ils l'auront mis à bas, car ils lc verront jeune et faible. 

vi. — Jc criernerci à mon prochain : si jamais je lui ai fait tort. 



28 GUILLAUME IX 

Et ieu prec en Jesu del tron 

Et en romans et en lati. 24 

vii De proeza e de joi fui, 

Mais ara partem ambedui ; 

Et eu irai m'en a scellui 

On tut peccador troban fi. 28 

viii Mout ai estat cuendes e gais, 

Mas nostre Seigner no-1 vol mais ; 

Ar non puesc plus soffrir lo fais, 

Tant soi aprochatz de la fi. 32 

ix Tot ai guerpit cant amar sueill, 

Cavalaria et orgueill ; 
E pos Dieu platz, tot o acueill, 
E prec li que*m reteng' am si. 36 

x Toz mos amics prec a la mort 

Que vengam tut e m'onren fort, 

qu'il me pardonne : c'est aussi la prière que j'adresse à Jésus, roi du 
ciel, et en roman et en latin. 

vii. — J'ai été ami de prouesse et de joie ; mais maintenant je 
doisme séparer de l'une et de l'autre pour m'en aller à celui auprès 
de qui tous les pécheurs trouvent la paix. 

vin. — J'ai été grandement jovial et gai ; mais Notre-Seigneur ne 
veut plus qu'il en soit ainsi : maintenant je ue puis plus supporter le 
fardeau, tant je suis proche de la fin . 

ix. — J'ai laissé tout ce qui me charmait, la vie chevaleresque et 
pompeuse : puisqu'il plaît à Dieu, je me résigne, et je le prie de me 
retenir parmi les siens. 

x. — Je prie tous mes amis qu'après ma mort ils viennent, tous, 



XI. POS DE CHANTAR MES PRBS ÌAI.INV 2^) 

Qu'cu ai avut joi c deport 

Loing e pres et e mon aizi. 40 

\i Aissi guerpisc joi e deport — 

E vair e _L;ris e sembeli. *i 

tem'honorent grandement, car j'ai connu joie et liesse, et loin et 

prcset áans ma demeure. 

xi. — Mais aujourd'hui je renonce a joie et tSesse : je quitte ie 
vair et le «ris et les précieuseá t'ourrures. 



BIOGRAPHIE 



Lo coms de Peitieus si fo uns dels majors cortes del mon, 
e dels majors trichadbrs de dompnas ; e bons cavalliers 
d'armas, e larcs de dompneiar. E saup ben trobar e can- 
tar ; et anet lonc temps per lo mon per enganar las domnas. 
Et ac un fill que ac per moiller la duquessa de Normandia, 
don ac una filla que fo moiller del rei Enric d'Englaterra, 
maire del rei jove, e d'en Richart, e del comte Jaufre de 
Bretaingna. 

(Biographies des troúbadours, éd. Chabaneau, dans Histoìre 
de Languedoc, éd. Privat, X, p. 214.) 



VARIANTES ET NOTES 



I. — COMPANHO, EARAY ON VERS ...COVINEN 

Manuscrits : C 251 r (moins ìa str.'ix), E 1 1 > ; texte de C. 

Rubrique : Conis de Peytieus C, C. de Peitieus E — 1-7 L'ablation 
vignette initiale n'a laissè Jans E que les débuts ou les fins de vers : 
Compan... et aur... de sen Et er... e de joven. E tenhatz... Quins 
en so... Greu part... a son talen. Dos cavals... — 1 Manque une 
syllabe, supplêer tot (Crescint) ou des. — 6 si fai C ; ponr Vinterprè- 
tation voir Bertoni, Annales du Midi, XVII, 361. — ■ 8 Bons C, 
niaiiqiie dans E; e ardit E — 9 E nols C; tener amdos E ; consen /:' 

— 10 adomesgar E — 11 volgraillors E — 12 meils E ; d'ome viven 
C; de nuill home v. E — -13 laun fon d. montaniers C — 14 mas 
tan fera estranheza longuamen C — 1 5 de£ ; ballar C — 16 fon C ; 
noiritz saios pres Colofen E — 17 no ... belazor E — 19 quieu C; 
donei poilli E — 20 sei E ; tan de coven E — 21 s'ilh C, s'il E ; ten 
/; ; quiel tengues cen C ; sen E — 22 cavalliers C, cavalier E ; con- 
seill. . . pensamen E — 23 fui eisarratz E — 24 Res C, E E ; cal 
me tenha de N'Ancnes ho E — 25-7 ne sout que dansE — 25 Gunel. 

II. — COMPAIGNO, N'OX PUOSC MUDAR QU'EO NO m'EI-FREI 

Manuscrits : X 226 v° (N) et 231 r° (N 2 ) ; texte de A'-. 

Rubrique : Lo cont de Piteus N 1 ; Lo coms de Peitau N. — Les 
lettres iuitiales manquent ù partir de ìa str. II Jans les deux mss. — 1 
puous N', pus À T — 2 Do n...auzidai A' J — 3 Que una A 7 -, Q.'una .V 

— 6 largu A T =, larga A T — 8 foc N 2 N (Barlsch et P. Meyer corr.), man- 
dacairei .V- ; Bartsch voil dans mandacarrei uu composéde mandar et de 
carrei <7 traduit par « charretier »>, Chabaneau (Revue d. 1. r., XXXI. 
61 2) iJentifie cairei à quadrivium et ver>ait là volontiers « un noni 



>2 GUILLAUME IX 

propre oti plutôt un sóbriquet,peut-ètre celui d'un chef de bande », 
M. Rajna lirait cairei dérivéde caire « pierre de tailìe » et traduirait 
par « lanceur depierres ». L'interprétation reste trés douteuse. — 9 
major correction de maica N* , nauta N 2 N — 11 gran iV=, gran folta 
N — 12 verrez ; sonei N* N — 15 malvastatz A 7 — 18 uuer caval 
X ; cumpra N 2 N — 20 Sem N> N — 22 laises N* N. 

III. — COMPANHO, TANT AI AGUTZ u'AVOLS CONRES 

Manuscrit unique : E 114 v°. 

Rubr. : Coms de Peitieus. — 5 gorc — 6 lors. Le sens est dott- 
teux. Je propose de corriger ac ges et d'entendre : des hotiiities teìs qtCon 
n'a jamais en (vú) d'eux des actes, (tttais seulement des fanfaronnades). 

— 12 // manque au moins une syllabe au premier hémistiche — 13 sels 

— 18-9 Vablation tfune vignette a tnutiìè la fin de la pièce ; toutefois 
Li strophe vn était certainemeni la dernière ; au v. 18 011 peut ìire : 
sil damnatges non i es pres ; au v. 19 peut-être : Tortz es car 
honi planh la tala, quan negun dan no i a pres. 

IV. — Farai un vers ue dreyt nien 

Mantiscrits : C 230 v°, E 114 ; texte de C. — Cette • pièce est le plus 
ancien exemple connu du genre appele' devinalh, dont Appel a rèuni 
quelques spécimens (Chrest., p. 80-3). Ilest très analogueà la fatrasie 
du XII I e siècìe, au coq-à-1'âne du XV 'I*. 
Rubr. : Coms de Peytius C ; Comte de Peyteus E — 1 dreit E — 

5 fuy C — 6 Sus un chivau E — -7 qual guiza'm C — 8, 9 etc. soi E 

— 9estranhs E ■ — 13 fuy CE; endormitz£ — 14 cora'm veill£ — 17 
fromitz E — 19 Malvatz soi e cre E — 20 re E ; no CE — 22 sai tam 
C : E nom sai tan 011 can E ; 011 pourrait ìire aussi en modifiant lêgè- 
rement la leçon de £;non sai tau, « je tten connais pas de tel » (c. à d. 
qui soit à nia fantaisie) — 23 b. m. es quim C — 24 Mas ia non sía 
mau C ; Mor non si mau E ; fadopte pottr ce vers le texte et ìe sens 
propòsés par MM. Levy (s. v. amalir) et Appeì. — 23 M'amigua C 

— 26 C'anc no E ; lan C — 29 C'anc E — 32 dreit E — 34 prez E 



VARIANTES i l NOTES \} 

— ì; genser... belazor /: — 5(1 mai E — Eutre les str. vi et vu, /:' 

<le : 

No vii to luec ves 011 s'esta 
Si cs cn pueg lio en pla 
\*on aus dirc lo tort que m'.i 

Abans m'cu cau 
1{ pezarn be quar sai remanc 

Aitan vau. 

'ùla fort plat, et qui revienl sur des idées dêjà exprimées, me 
parait apocrypbe. rresque tous les éditeurs corrigeni le dernier vers en 
ab aiian vau ,• ce serait une formule de congé. — 37 Fait ... cui E — 

}8 celui E — 39 ennves Peitau E — 40 estug C, escut E — 41 
La soa clau /:'. 

V. — Farai DN VERS, PÒS mi somhlii 

Manuscrits : C 230 r°, .V 225^ (.V) .7 232^ (.V-), V i48 b . — Je ne 
puis malheureusement rien dire de la copie N 2 . Les trois autres 
manuscrits se dassent nettetnent en deux groupes : NV et C. Les 
íleux preniiers sont très voisins ; je crois, avec M. Appel, que c'est 
cette tradition qui est la plus authentique : le récit y est plus cìair et 
plus suivi : elle a conservé un archaisme (enguers, v. 71) et des asso- 
nances. C a perdu ìe début, qui est bien Jans les habiludes Je Vauteur, 
et ajoute une tornade certainement apocryphe. C'est donc sur V (dont 
on trouvera ci-dessous les leçons rejetées) que mon te.xte cst fondé, Je 
reproduis à part ìe texte de C et celui Je .V. 

Toutes les initiales Jes strophes manquent. — 1 sonelh — 2 en — 
4 dir manque — 7 gran manqiie —9 clers gau — 13 Alvergnhe — 14 
ane un jorn — 15 E trobei la m. G. — 16 Bernard — 17 simpla- 
montz (?) — 20 O. D. v. salb. — ^21 di belh — 23 Mond — 23 
azires cal respondutz — 26 bas — 27 no a mentagutz — 2 9 _ 30 
Bariol barial barian — 313 n'Aimercen — 36 sabictz — 37 mantelh 

— 38 E mes m'en sa c. el. — 40 foc — 44 agui — 47 vin — 49 
or si aq. h. e. giuhos — 50 Ni laicha a parlcr — 59 Qe a... lamor 

— 62 eu manqiie ; per lor g. — 63 lo chat — 6iS Tiral quat cl es- 

Guillaume IX 5 



34 



GUILLAUME IX 



coiseu — 73 oz... a n'Aimersen — 77-8 et li jorn estei ara qel torn. 
Texte et sens très hypothètiques : je pretids forn au sens de « poêle, 
chatnbre chauýée » ; voir Godefroy, s. v. fornel, et mes Origines de la 
poésie lyrique,^. 506, /. 3 du bas — 81 Qe... nos romped mos core- 
denz (?) — 82 E mo — 83 pucs... malavegs — 85 los malaveigs. 



N 
Lo ccms de Peitau. 

1 Un vers farai, poi me semeil 
Que ja con eo stava al solei). 

3 Dames i a de mal conseil, 
Et sab dir quale : 
Celle c'amor de cavalier 

6 Tenunt per male. 

11 Donas fon gran pezat mortal 
Que n'ama chevaler leal ; 

9 Mais aman nionge o clergal, 
Non es razo : 
Mais li devreie l'on usclar 

12 Ab un tizon. 

111 En Alvernaz, per Limosin, 
M'en ane tot sol a tapin : 

15 Trobai la moiler de Varin 

E de Bernart ; 

Saluteon e simplamentz 

18 Per sanint Leunard. 

iv La una mi dis en son lati : 

« Et Dieus te salve, don peleri ; 

21 Molt me pari de bel eisin, 
Men escient ; 
Mais trop en vai per sto caniin 

24 De folla gent. » 

v An udirez qu'ai respondut, 
C'alor non seis ne bat ne but, 
27 Ni fer ne fust n'ai mentaugut, 
Mas sol aitan : 
« Babariol, babariol, 
30 Babarian. » 

vi So dis n'Agnese n'Ermessen : 
« Trobat aven qu'anam queren. 

33 Por amor Deu, sor, albergen, 
Que men s muz, 
Ne ja per lui nostre conselh 

36 Non er saiputz. » 



C 
Coms de Peytius. 



1 En Alvernhe, part Lemozi, 
M'en aniey totz sols a tapi : 

3 Trobey la moler d'en Guari 

E d'en Bernart ; 

Saluderon me fraiicamen 

6 Per sanh Launart. 



11 Aujatz ieu que lur respozi ; 

Anc fer ni fust no*y mentaugui, 
9 Mais que lur dis aital lati : 
11 Tarrababart, 
Marrababelio riben, 
12 Saramahart.' » 

111 So dis n'Agnes e n'Ermessen 
« Trobat avem qu'anam queren. 

1 5 Alberguem lo tot plan e gen , 
Que ben es mutz, 
E ja per el nostre secret 

18 Non er saubutz. » 



VARIAV I I> II NOTES 



>5 



! me pres per lo uutel, 
En le ch.ibra emmena al fbrnel. 
\7. c'.i mi bo bon e bel, 
Lo focs fo bon, 
ci m'escaufai volonter 
42 An ^ros carbon. 

\111A man/ar me degron capos, 

E sazaz que foron mais de dos. 
4S Et non i t'o COg ni cogu.istros, 
Sol que nos tres ; 
Lo pan fo ch.ilt. lo vin fo bo, 
Lo pevr'espes. 

ix • [-Jors, aques hom es engignos, 
E lasa lo p.trlar per nos : 

S 1 Piandon per nostre g.it ro-. 

De mantenent, 

CU lo fara parlar d'estros 

34 Et der.iiament. 

n Donc anderon per l'enojos, 

Qui a gr.mt onglas e lonc gi- 
fgnons ; 
57 Lt ieu, quan lo vic entre nos, 
Ac pro espaven ; 
A pauc non perdiey la valors 
60 E l'ardimen. 

xi Qjuan agren begut e manzat, 
Iio me despolei a lor grat. 

63 Dctries me porteron un cat 
Mal e fello ; 
Tiren lo mi per lo costat 

66 Tro qu'au talo. 

xn Fer la coa de manteuen 
Pilleron lo gat ez escoissen ; 

69 Plaie me feron mais de cen 
Aquella ves : 
Mas cu non parleria ges, 

72 Qui m'aucies. 

xni • Sor, dis n'Agnes e n'Ermessen, 
Mut/ es, ben lo es conoissen ; 

7', Mas pur del baing apaireillcm 
Ê del sojorn. » 
viii. jorn e/ ancar m'en estei 

7S En aquel sotom (o;< socorn). 

xiv Las futi tant cum auziretz : 

xx. im. viii. ves, 
81 A pauc no n rompei mon cores 



iv Launa'm pres sotz somantelh, 

I t .1 mi fon mout bon e belh. 
Meneron m'en .1 lur fornelh, 

1/1 toc fom bo, 
Et ieu caltei me voluntiers 

24 Al gros carbo. 

v A manjar nie deron capos, 

E"l pan fon caut/ ei vin fon bos, 
27 lit icu dirncv nic volentOS 
l'ort et cspes ; 

V.X anc sol 110 y ac coguastro, 
30 Mas quan nos tres. 

vi t Sor, aquest hom es enginhos, 
E l.iiss.i son parlar per nos : 

33 Aportatz lo nostre cat ros 
Tost e corren, 
Que ti*n fara dir veritat, 

36 Si de res mcn. d 

vii Quant ieu vi vengut l'enujos, 
Grans ac los pels r fers los gui- 
[nhos, 
39 Ges son solas no mi fon bos, 
Totz m'espaven ; 
Ab pauc no perdiey mas amors 
42 E l'ardimen. 

viii Quant agucm begut e manjat, 
Despullev m'a lur voluntat. 

45 Derreirc m'apporteroi cat 
Mal e l'ello. 
Et escorgeron me del c.ip 

48 Tro al talo. 

ix Per la coai pres n'Ermessen 

E tira ei cat escovssen ; 
51 Plaguas me feyron mays dc cen 
Aquella ves ; 

Coc me, mas ieu per tot aquo, 
54 No'm mogui ges. 

x Ni o feyra, qui m'aucizcs. 
Entro que pro fotut agues 
57 Ambedos, qu'ayssi fonempres, 
A mon talen ; 
Ans vuelc mais sufrir lá dolor 
60 Ei grcu turmen. 

xi Aitan fotey cum auziretz : 

C. e quatrc x.\. vm vct/. 
63 Abpaucno-m rompet mos corretz 



GUILLAUME IX 



E mon arnes ; 
Non vos sai dir lo maleves 
S.j Con m en es pres. 



E mos arnes ; 
E venc m'en trop gran malavec 
66 Tan mal me fes. 

xn Monet, tu m'iras al mati, 
Mo vcrs portaras el borssi, 

69 Dreg a la molher d'en Guari 
Ed'en Bernat, 
E diguas lor que per m'amor 

72 Aucizo - ! cat. 



VI. — Bex vuelh que sapchon li pluzor 

Manuscrits : C 230 v», D 198 r°, E 113, N 226 r° (.V) et 230 v° 
(W«) ; textede C. 

Rubr. : Comte de Peitius C, Peitavin D, Coms de Peitieus EN' ; 
anonyme N 2 . — Díins N Tinitiale de la plupart Jes couplets manque. 
1 Ar voill D, vueill E, vuoill .V ; auzon D, sapcho .V ; pluror E — 2 
d'un vers si es E, un versetde N; de bella c.D — 3 trait E. trah N ; 
de bon E — 4 aqest D, aicel E ; mester DN — 6 Lo vers en trac 
ad auctor D, en (ne E) trair lo CE, E pos ne trairel v. autor N — 
7 can er N; finaz D, lasatz E — 8 ben conosc s. D ; eu E : folor 
• DE — 9 et ancta conosc D, ancta N — 11 partes D ; joc £>/; — 
12 son D, soi E; tant DN — 13 Q'eu no tries ben lo meillor E ; 
prendre A r — 14 vers lo malvaz D ; entrels C, dentrel N — 15 Eu c. 
be sel que /:; celui que N — 16 sel (cel N) quem v. m. autressi 
EN; (i'.s' deux vers sont refaits dans D : Ben conois qui mal me di E 
qui ben me di atressi — 17 be celui EN — 18 s'azautan D ; e selhs 
(sels E) que CE — 19 conois D, e conosc E — 20 Ci'eu dei ben 
voler lor si D; autresi N ; deu A T ; lur E — 21 lur E — 22 Mas 
manque DE, Vinitiale seuìcmcnl manque A'; aia DHX ; que - m DEN ; 
nori N — 23 bon EN; m'escari E — 24 Et anc de re no - i m'es failli 
D; negun... failli£A 7 — 25 Que de j. C ;coissi DEN — 27 Mas D ; 
no say DE ; que nulh C ; nuill (nul N) mon DEN — 28 Quel 
queTn vezaz A T — 29 Dieus C ; Lau en Deu D ; saint Julia EN, 
Julian D — 30 apris D; juoc D, joc E; dolzau D, dolcha N — 32 
E cel q. conseill me qera D, Ma ja (mas ja N) hom (uninque X) qui 
c. mi querra (quera N) EN — 33 No E, Noill er DN — 34 Ne ja 
negus no t. D; Ni un C, Nuill A T ; no E ; tornera N — 35 Dcscon- 



variantis BT NOTES J7 

seill.itz /:', Descosselha/ DN }6 ai mo CN ; maistre D/'.V ; sei 
certaa D— 37 E ja dona nuoiz nom'a. D: Nî ja una noitno m'a. -V 

— 58 vueill E, voill D.V ; cent deman D — 39 Qu'eu soi ben (be E) 
des (dot /;') mestíer /;.V; rom van D, sobra A T — 40 easeinaz N — 
43 F. pero srm vousist gaber D; m'auzes gabier E ; As no'm'.iuzez 
tant ufaner .V — 44 toz en fui tausatz D; lauzatz E — 45 Qu'eu 
DN : .1 joc .V — 46 E (o tant bos D ; el C; primer A* — 47 fo taulaz 
D.V: taulatz C: fui eutaulatz E — 48 Quemig. C, Equantgarde no 
m'ac mester D, Quam gardei E, Can me gardiei non ac m. .V — 
49 chamzaz D, caminatz .V- — 50 Mas ela-m DEX (Tinitiah 
manque X) \ reprocher D, reproser N — 51 vostres (nostres E) 
datz CE; menuder D, meunder (?) .V — 52 Ez .V Et errevidatz a 
dobler D — 55 Dis ieu C ; Monpenser D, Monpesler .V, Monspesler 
.V- — 54 laisatz E — 5 > Et ai li levat lo taulier D ; levei E ; lo t. .V 

— 56 manque D — 57 cant gic levat (levalis X-) lo tauler A r — 58 
Empys C, Empeinz D, Espeis £, Peins A 7 — 59-60 manquent D — 
59 El C Cil iV; caramaillier E, cairat ualer .V: mot douteux: cara- 
mailîier í/í E pourrait se rattacher à escarmalha « t ; /r<; à califourchon » 
(auand les dés chei'aucìient, le coup est ;/;//) ; Chabaneau proposait de 
ìire cairat manier/ « deuxdês e'laieut carrêset loyaux (« à /a mdtn »), 
Tautre plombè ». — 61 fis E ; ben f. C; E feri ferm sus el tauler .V 

— 62 fo jogaz D.V. 

VII. — PtJS VI-ZEM DE NOVELH FLORIR 

Manuscrits : C 231 r°, E 115, a (ww. Camporí) 459, a (Breviari d'A- 
mor') : le.xte de C — fai tenu cotnpte, dans la traduction, de quelques 
observaiionsde M. P;7/í/(Beitràge zur Kritik der áltesten Trouba - 
dours, Breslau, /9//). 

Rubr. : Coms de PeitieusCE, Bertran de Pessars a — 1 Mal v.a ; 
novel l'ii - 2 ereverdezir E — 4 ventz a — 5 cascus E ; chauzir a 
6 sui j. 11 — 7 ben a — 8 Cals no ia... ren a — 9 covena — 11 be 
CE; manten a — 12 jausimenz <j — 13 m'en es pres a — 14 nom 
E — i) f. anc nonho fi E; nol a — 16 Q'aescienz ./, essien E, — 
17 i'auc maintas rens /;"; m. ves // ; ditz CE, diz a — 18 Tos E : es 
manque C — 21 El reprovier d. C, Aisel reprovcrs me /:, E s'il 



38 GUILLAUME IX 

te pro zi lei me diz ver a — 23 Al a ; boder C ; — 24 Q'es <í — 26 
noil es a — 29 E aicels plus daicels aizins a — Les v. 31-6 manqueni 
dans C ; je conserve Li graphie de E. lls sotit cités dans le Breviuri 
d'amor (êd. A^ais, II, p. 599); cette version ne prèsente aacune variante 
notable. — 32 maintas E v. ; moutas qui vol ben a — 33 qi t / — 
34 Faitz E — 37 ne v. E a — 38 e n'a plus lau CE — 39 motz 
CE ; faitz E ; le vers manque dans a — 40 Comunalmens E — 41 
sonet CE ; meteus E ; lo - m 1. C — 43 Mon Esteve C ; pos- ieu non 
vau a — 45-6 Del vers e voill q. d'a. vers/r — 46 Mi s. a — 47-50 
Ce second envoi manque dans C. — 47 A mon Estev en mos a — 
49 D'est vers e voill que vers a — 50 Mi s. a. — Voici pour les v. 
43-50 la leçon complète de E : 

A Narbona, mas ieu no'ivau, 
Sia - 1 prezens 
45 E vueill que d'aquest lau 
Me sia guirens. 
Mon Esteve, mas ieu no - i vau, 
48 Sia - 1 prezens 

Mos vers e vueil que d'aquest vers 
Sia guirens. 

VIII. — Farai chansoneta nueva 

Mânuscrit uniqne : C 231 v°. 

Rubr. : Coms de Peytius — 3 massaya... plueva — 18 bayza — 
20 amor — Les strophes m et iv sont transposées dans le ms. ; Vordre 
adopté a èté proposé par M. Appel. — 27 Tot lo joy — 30 e bram ; 
vers trop court; Vaddition de que (Raynouard et la plupart des èditeurs) 
vie parait fausser le sens . 

IX. — MOUT JAUZENS ME PRENC EN AMAR 

Manuscrits : C 230 r°, E 115 ; texte de C. 

Rubr. : Aissi comensa del comte de Peitius C (initiale ornée), 
Comte de Peiteus E — 1 Molt jauzions mi prenc a. E — 2, 3, etc, 



I NOI BS ì') 

joi /:'; </<• »/;<w, </// //'<•// </<• dey, deî, <7< . ; vueill E — 5 pob /; — 4 
al meins /; — 3 ornam (.' ; q. meils ornan £ — 6 C'om £ — 9 si 
oegus jois /;' — 12 com E — 13 nom E ; faisonar E — 14 Coi> (.', 
cors /; : volver /:' — 15 consir E — 16 jorns E — ■ 17 E qui'l bel /;' — ■ 
' 19 humeliar E — 20 E tot'autr'amors E — 22 douset esgar /; — 23 
sent tailS /;' — 2<S /;;<;;;</;/<• E — 33 la*n C — 39 ben dir /;' — 41 
tenir C. 

\. - Ab la dolchor del te.mps NOVEL 

Manuscrits : N 225 </ (.V) et 232 <; (N 2 ), a (ms. Campori) 163 (a 1 ) 

ti 499 (</ 2 ) ; texle </<• .\'-. 

Rubr. : Locoms de Piteus .V-,Lo coms Peitau X, Locomsde Peu- 
teus <;■, En Jaufre Rudel a'. — D<;;/.v A'-, Its lettriiit'i ornées n'ayaní 
pui ètè txécuttes, les initiales dechaque stropbe manqutnt. — 1 douzor a 1 
a : ; novela <;- — 2 Fueillon a 1 — 3 enson a 2 — 4 lotemps <;', l'aven 
^- — 5 estai </' </- — 6 De zo a> <;= ; dont amajor <7 ; — 7 m'es bon 
e bel manquent a 1 , remplacés par mi — 8 messatgers <m : segle </ ; — 
9 mon cor NN*, nom .V- ; Don m. c. non d. ni non ri <m ; m. c. dol 
e n. r. <; 2 — 10 E (Ni a-) no m'en auz t. enan a> a : — 11 Entro que 
ieu sapcha b. la fì <;-: Tro queeu s. b. de fiNN* — 12 S'il e. a. qomel 
d. <;- — 13 vostr .Y 2 a- ; va NN 2 — 14 albrespi o 1 — 15 en manque 
.;' a 2 ; tremblan a l ; en trenan A'.Y 3 — 16 ab la NN 1 ; ploie al giel a' 

— 17 sol .Y.Y- <;■ — iS la fueilla vert enl r. a l , ramoi a 2 ; par la 
fueilla verz A'A'- — 19 Anqar a 1 , Ancar <i 2 — 20 feiron a' a 2 — 21 
qi donetz a 2 — 22 dridari A r — 23 Anqar <;' </ 2 — 24 sus a 2 ; Q'aia 
raai m, sotz a' — 25 soing de lor 1. A'A' 2 — 26 Qe me part <n — 27 
pauralas N — 28 un s. brieu qi espel <;', D'un b. s. qi mi a ple a 2 

— 29 Cl'atal </', Q'itals a 2 ; amors a z — 30 av. lo pan a 1 . 

XI. — POS DE CHANTAR m'f.S PRES TALENZ 

Manuscrits: C 230 r<>, D 190 \°, I 142, K 128 r°, A^ 227 r° (N) el 
231 v° (A' 2 ), R <S r°, a(ms. Campori) 463 ,• texte <le D. — L'ordre 
des couplets permet de classer les mss. en deux groupes : D, IK et Na 
présentent Vordrt que nous suivons (mais la str. vi manque à IK 



40 GUILLAUME IX 

<7 la strophexià Na).; aucontraire C (auquel matique la str. vm) 
et R(auquelmanquentv, vmet xi) ofirent des successions diffèrentes : 

C : i iii iv ii v vii ix vi x xi 

R : i ix iii iv ii vi x vii 

L'ordre le meilleur esi ceìui du premier groupe : la pièce s'y divise en 

deux parties : Guillaume souge d'abord à son fils, puis à lui-méme. 

Le te.xtc est aussi meilleur dans ce groupe. Le désordrt de CR me 

parait nepouvoir s'expliquer que parVincertitude d'une transmission 

oraìe : cette hypothèse expliquerait les divergences de ces deux mss.par 

ailleurs apparentês; je donneà part ces deuxcopies. — Die^ a montrè 

(Leben, p. 15-16) que cette pièce n'esi pas une chanson de croisade. 

Lafaçon dont Guillaume v parle desonfils (nè en ioqq) et de Foucon 

d'Anjou (nè vers 1090-02) ne permet pas dela placeravant 11 10-12. 

Die~ admet qu'elle a étè composée à Voccasion d'un pèlerinage : ce 

pourraH étte celuique Guiìlaume accomplit au moment où son excom* 

municatìon fut levêe, c'est-à-dire vers mj (Dom Bouquet, Recueil, 

XII, 406). Le fardeau qu'il tie peut plus supporter (v. 31) serait 

celui de Vanathème; iì était alors asse^ dgè pour pouvoir parler 

comme iì ìe fait (v. 32-42) de sa fin procbaine. 

Rubr. : Lo coms (cont N 2 ) de Peitieus (Piteus D .V 2 , Peitau X ) 

D, IK, NN*a. Dans IK c'est cette pièce qui ouvre la ìiste (elle est précé- 

dèe de ìa biographie); ì'initiaìe ornée représente, dans I, un personnage à 

cheval, la ìance eu arrêt, dans K un personnage Jeboul qui parait chan- 

ter. — 1 Puois /, Pois K ; pris A T — 2 fui ti — 3 no IK ; Non s. m . 

hobediens A T — 4 Pitau IKX ; mena; Limozi IK — 5 L'initiale 

inanque KX ; eissil IKN—6 En g. p. eten IKX, peirill N — 7 guera 

A T ; laisserai D, laiserei A r ; fill A r ; daus IK les v. 6-7 sont transposés. — 

<S li manque IK; E volran (volram a)ì. sei Xa — 9 L'initiale nianque 

X: greus N — 10 Peiteus K — 11 En g. de F. d'Angeus 1K : 

dans D ce vers est écrit sur rature. — 12 tera son (on A 72 ) cozi N : 

el som D — 13 L'initiale manque N; Folco d'Angeus noùll Xa — 

14 teing A T — 15 guerreiar l'an X — 16 Fellon IK ; Anjavi Na — 

17 L'inìtiale manqueN 2 ; mon N 2 ; e p. N 2 — 18 serei pertiz A r -' — 

19 Viatz /, Viaz KX. Mas </ — 21-4 Cette strophe manque dans IK. 



YARIAXTES ET XOTES 



(I 



— 21 Per merce prec m. c. D; Merce dara a mo compaigno N ; 

Vapris CR — 22 Si anc... que l'om perdo N — 23 Et il Dlh' : 
Et el p. ne Na\ tsxte d'après CR — 24 En r. et en son 1. DN 
: ; Uinitiale manque N ; proessa /, proesa # ; proese de joven N 

— 26 era N : parte N* : anbedui /A' : — 27 Et u irai N : cellui 
/A'.V — 28 tuit... trobon N — 29 ant A', Tant a; coindes .V — 
31 posc /A" : Era non pos sufrir 1. f. Na — 32 sui IK, fui .V ; 
apazaz .V, apro/a/ .\' ; — 33 L'initiale manqueN; gurpit quant... 
soill .V: quant... suoil IKN- — j4cavallaria / ; orgoill D — 35 pois 
/, puois A'; mas a Deu plaz... acoill Na — 36 lui IK, ab si /; ab se 
A' ; Et el quem reteigna ab s. Na — 37 Vinitiale manque A'; prec 
qu'a N, qe a — 38 Quei v. D, Que il v. tuit IK, Veignon tuh sai a 
meu conort N — 39 aut IK, agut N — 40 et a IK, et en N ; 
aisi /A' — 41-2 manquent NN' a — 42 senbeli /. 



C 
/.(> coms de Peytieus. 

1 Pus de chant.ir m'es pres talens, 
Farai un vers, don suy dolens: 
Xo scrai mais obediens 

4 De Pcvtau ni de I.emozi. 



11 Pus lo partirs m'es aitan greus 
Del senhoratge de Peytieus, 

Es garda lai Falco d'Angieus 
8 Tota ma terra e mon cozi. 

Falco d'Angieus nolh socor, 
1:1 reysdecuyieu tenc m'onor, 
Mal li faran tug li pluzor, 

12 Que - ] veyran jovenet meschi. 

IV leu m'en anaray en eyssilh, 
Laissarai en guerra mo lìlh. 
!:n gran paor et en perilh, 

16 E fnran ly mal siev vezi. 

\ Si moh non es savis e pros, 
Guays e vezis e artillos, 
Tost l'auran abayssat en jos 
20 l'ello Guasco et Angevi. 

Guillaiiinr IX 



R 
Covis de Peitieus. 

1 Pus de chantar m'es pres talens, 
Faray. I. vers, don soy dolens : 
Non seray mays obediens 

.) Fn Peytaus nien I.emozi. 

11 Aysi laysi so c'amar suelh, 
Cavalaria eterguelh : 
E de drap de color me tuelh 

8 E bel caussar e sembeli. 

ni Lo departir m'esaytan greus 
Del senhoratje de Peytieus : 
En garda laise-1 coms d'Angeus 

1 2 La terra e a son cozi. 

iv Si-1 pros comsd'Anjíieu nol 

Ei bon rev de cuy tenc honor, 
Guerreguar l'an siev sordcyor. 

16 Can lo veyran jovefray. 

V Eras ni'en vau ieu cn essilh : 
Eb gucrra layssaray mo filh, 
En guerra et en gran perilh, 
2ii Guerreyaran tutz siey vezi. 



42 



GUl i.i.aumi; IX 



vi De proeza e de valor sny, 

M.is ara nos partem abcìuy : 
Et ieu vauc m'en lay a seluy 
24 On merce clamon pellegri. 

vn Aissi lays tot quant amar suelli, 

Cavalairia et orguelh ; 

E vauc ni'en lai ses tot destuelh 
28 On li peccador penran li. 

viii Merce quier a mon companlio, 
S'an li lis tort, que lo*m perdo ; 
Et ieu prec ne Jnezus del tro 

52 Et en romans et en lati. 

ix Mos enemicx prec a la mort 
Que sion metge mon cofort, 
Qji'ancse amey joi e deport 

36 Luenh de me et en mon ai/i. 

\ Aissi gurpisc joy e deport 
}8 E var e gris e sembeli. 



vi Merce clama mon companho, 
S'anc li tì tort, que - l me perdo; 
Et ieu prec ne Jhs del tro 

24 En romans et en mon lati. 

vii Totz mos amicx prec c'a la mort 
Sian de mi e m'oron fort, 
Qu'eu ay avut joy e deport 

28 El luenh e pres del mon aysi. 

vni De proesa e d'ardimen 

Soy avut, may vau m'en parten, 
Et ieu a seluv vray ni'en 

32 On totz peccadors pènran G. 



La mêlodie de cette pièce avait eu du succès ct s'ctail conservée îong- 
temps ; 1111 des morceaux lyriques insêrés dans le Jeu de Sainte Agnès 
(XIV* siècîe) ètait chanté in sonu del comte de Peytieu (voy. éd. 
C. Arnaud, iSjj ; Baitscb-Koscbwit^, Chrest . , col. 439, et la reproduc- 
tion photographique de Monacî). Le manuscrit u'en donne maìheureu- 
semeni que quelques notes (yoy. Restori, Per la storia musicale dei tro- 
vatori, p. 90), dont voici la transcription par M. J. B. Bccì; : 



KT^ 1 , 1 1 J""' 1 ( 1 1 hv 1 1 1 1 J 1 r I 1 l> i 


y/<j JJ o 1 J "t_f J\*Jj^ |M | J J - * [J J Jjjl 



B.l »H,.r DUu. 






r-t*. 



IXDHX DES XOMS PROPRES 



Aham VIII 34, le premier homme. 
Agnes I 24, V ;i, 55, 75. nom de 

femme. 
Aìiernhr V 13, Auvergne. 
Angevi XI 16, Angevin. 
Angieus. voir Folcon. 
Anjiìii IV 40. Anjou. 
Arsen I 24, nom de femme. 

Bernart V 16, nom d'homme. 
Bom Vezi X 26. senhal (?) ; cf. Ber- 

toni, Zeitscbr.f. rom.Pbil., XXXV. 

541, n. 2. 

Cofolen I 16, Confolens. 

Daurostre VIII 29, nom d'homme. 
Dieu III 7, V 20, 33, VI 29, X 23. 
XI 55. 

Ermessen \" 31, 73, nom de femme. 
EsTEVE (mon) \'II 47, senh.il. 

Folcon u'Angikus XI n, 13, 

Foulque d'Angers. 
Frances IV 29. Franç.iis. 

XI 16, ( jascon. 



(ìiniil I 25, Gimel (Corréze. arr. 
deTulle), séjour d'une des deux 
dames de Guillaume ; cf. Niol. 

Gregori (Sanh) VIII 17, S'Grégoire. 

Guari V 15, nom d'homme. 

Jesu XI 25, Jésus. 

Joi.ia (Sant) VI 29, S l Julien. 

Launart (Sant) V 18, S' Lèonard. 
Lemo^i V 13, XI 4, Limousin. 

Marsau (Sanh) IV 18, S' Martial. 
premier apòtre du Limousin, objet 
d'uncuhe particulier dans cepays. 

Monet V 67 (ins. C), nom d'un jon- 
gleur. 

Monpeslier \'I ,5, Montpellier. 

Narbona \'I1 43, Narbonne. 

Niol I 26, Nieul (Charente, canton 

de S'-Claud, á 22 L de I 

lens") ; c(. Gimel. 
Norman IV 29, Normand. 

Peiíau XI 4. Poitou. 
Peitieus XI 10. Poitíers. 



GLOSSAIRE 



acoillir XI 55. accepter. 
adomesjar I to, apprivoiser,dompter. 
adreg I 8, babile, accoutumià. 
agrei II 7, dèsagrèment ; substantif 
il de agrejar pour agreujar, cf. 

Levy, [Jtcr.it.. XI. 150, Zeitsch. f. 

rom.Phil., XV, 539, ei S.-VV. >-. v. 
aizi, aizin V 21, origine, race (?); VII 

29. XI 40, séjour. 
aizimen \'II 12, convenance, loi. 
aizinar (se) X 3, s'accommoder, sc 

pourvoir de. 
aizir (sej IX 2, <\icconimoder . 
albespi X 14, aubèpine. 
albir IV 21, fanlaisic. 
amalir, br. ind. 1 aniau I\' 24, être 

málade. 
assemblar IX 46, manifester (?) (cf. 

Levy, S.-W., I, 88). // sembìe qu'on 

ait untransfert desens anahgue dans 

lc adunat dn Saint Léger. 91. 
auctor \'I 6, garant. 
aura VII |, brise, vent léger. 
azautar (se) VI 18, se plaire. 

babarian V 50, et babariol V 29, 
parole indistincte (pnomatopée). 

bailar 1 13, êtriller ; sur ce sens, cf. 
Annalesdu Midi, XVII, 362, 1;. t. 

bat ni but V 26, ni ceci ui cela . 

blandir IX 39, courtiser, s'humilier 
, l sa dame . 

capdel III 7. cbef, maitre. 

capo V 43, chapon. 

cairavallier VI 39, (. ; ) voir la note. 

celar IX 39, dissimuler (l'amour). 

dergal V 9, clerc. 

cog \' 43, ciiisinier. 

cogastro V 43, aide-cuisinier, inarmi- 

color \'I 2. manière, sorte. 
conja VIII 19, voir cuende. 
conoissen V 74, visible, reconnaissable. 



conre III 1, ei conrei II 16, dcnrèe. 

consen VII 28, consentant, complai- 
sanl . 

contraclau IV 42, seconde clef. 

coret (pour coreg)V 81, courroie (?). 

cossentir, pr. ind. } cossen I 9, sup- 
porter. 

coutel (aver la pessa e - l c.) X 30. 
avoir lout ce qui est nècessaire pour 
manger. Cette locution se prèsente 
sons iuie forme 1111 peu dijférente (te- 
ner lo pan e - l coutel) dans Peirc 
d'Auvergne (èdit. Zenîer, III, 7). 

cuende IX 29. fém. eonja VIII 19, 
joxeux, joli. 

dat \'l >1, i^. dé ii jouer. 
deportar (se) IV 33. se passer 'de. 
desautrejar II 19, dèconseiUer. 
deveis (pour deves) III 14, domaine 

rèservc. 
doblier (/>o»rdoblar) VI 52, redoubler, 

recommencer . 
dons indècl. III 9, IX 21, 37, daine. 
doussa VI jo, dour, agrèable. 
dreyt IV 1, pur (rcnforcc ìa significa- 

lion dii inot auqiiel il esl joint). 

enavantir IX 42, promouioir. 
enclostrar (se) VIII 25, se cloitrer. 
encortezir IX 30, devenir courtoìs. 
enfolezir IX 27, devenir fou. 
enguers V 71. encore ; cf. enguera 

(Év. de S. Jean daus Bartscb, 

Chrest4. 10, 33). 
enquer X 19, encore. 
entaular \'I 47, s'asseoir uu jeu. 
escharir VI 23, èchoir cn partage. 
escoissendre, pr. ind. ) escoissen V 

68. dècbirer. 
esguar IX 22, aspect. 
esmerar IX 11, se purifier, briller. 
espelir (se) X 28. se répandre (?). 
' estaca II 6, courroie, licou. 



gi.ossairi: 



l') 



eftenher, prct. ; esteis III 8, mourir. 
estíers IX 3, en dei 

(az ) V ; ;. en báte. 

VIII i ;. /; oire. 

f.id.ir IV ii. pridestiner. 

tr IX 15. í'imaginer. 
t'er ( ni f. ni fust ) V 27, nt cea' w/ cíia, 

cf. Chcv.ilier au lion, 213. 
t"i Vl 21), agriment, plaisir ; X 11, 

20. fin, conclusion ; XI 28, paix. 
formir (se) IX 8, se soucier de. 
fornel V }8, poêle. 
t'ust V 27, wm> fer. 

uorc III 5, étang. vivier. 
guabier (pour gu.ibar) \'I 4;. railier. 
gnarnimen I 11, iquipement. 
guerpir XI 55. 41. ábandonner. 
guinho V 56, moustacbe. 

i->s.irr.ir I 23. einbarrasser . 

joven I 3, I\' 3. 

joi, joy ] 3, IX 19, 25, XI 25,39,41, 
joif d'amour, excitation provoquèe par 

l'amoitr ; cf. Settegast. « Joi » in der 
Sprachc dcr troubadours, ioq. 

lati. latin V 19, X 3, 23, iangage ; XI 
24. latin. 

lau VII 45. 49. IX S, 42, louange. 

laiin, una I 13. V 57. Sur cetteforme, 
frèijuente à partir du XIII 
cf. Noulet et Cbabaneau, Deux 
manuscrits provençaux du JUV e 
sicclc, 166; Jeanroy et Teulié, Mvs- 
tcrcs prov., XXXIX. 

liam X" III 6. lien. 

linh \'III 34, postériti, 

nia javcr bona| \'I 31, avoir le dessus, 

■ distinguer. 
main.id.i II 9. suite, cortège. 
malavci II 20, malaveg V 83, 85. 

malaise, maladie. 
mandacirrei II 8. (?) ; VOÌr la note. 
mandamen 125, posieaiou, fief. 
menudier \'I 31, trop liger (en par- 

lant d'un dè) . 
niermar III 12. diminner. 
mesqui XI 20, faibìe. 



monja \'III 21, nonne. 
montanhicr I 13, montagnard. 
morir IX 26. faire mourir. 

obedien XI 3. servant d'amour. 
obrador \'I 3. atelier. 

onor XI 14, fief. 

oras(ad) II 12 de temps à autre. 

panar III 12. voler. 

pessa (avcr la p. el coutel) X 30 ,• 

voir coutel. 
plaídejar II 15, proccder, se tirer J'af- 

faire. 
plaure, subj. pr. ; plueva VIII 2, 

pleuvoìr. 
ple\ir I 27, garantir. 

quada trei II 3, trois par trois. Sur ce 
sens distributif voir Levy.s.v., Cba- 
baneau, Gramm. lim., 318,//. 1, 
et Mistral. 

rahusar VI 44, repousser, diconcerter. 
reprovier VI 50, VII 21, dicton, pro- 

verbe. 
reverdezir VII 2, verdoyerde nouveau. 
revidar VI 32. faire une invite (au 

jeu). 
ricor IX 20, nobîesse, 

semhcli XI 42, martre, fourrure pri- 

cù 11 ■<'. 

semble \'II1 33, semblable. 

ses (pour ccs) III 17, cens, redevance. 

solatz VI 21, agriment, plaisir. 

sordeis III 9, pis (adv.). 

suffrir \'II 24. patienter. 

tala III 18, dommages. 

taulier \'I 35, 37, 61, table de jeu 

(métapb.). 
tocatz (a totz) VI 26, à tous coups. 
triar IX 47. choisir. 
tron XI 23, cìeì . 

vanar(se) VI 39, se lanter. 
vilanejar IX 29,1« comporter en vilain. 
\'iron II 17, aiitonr de. 

yure VIII 9, ivre. insensé. 



TABLE 



INTRODUCTION III-XIX 

I. — Biogrtipbie III 

II. — Èdilions et travaux antérieurs v 

III. — CEitvrcs apocryphes : pi'cces perdues vm 

IV. — Langue et- versification . . . . s 

V. — Le poète XVI 

VI. — Manuscrits xvm 

VII. — Phin de la présente édition xvni 

CHANSONS 1-29 

BIOGRAPHIE 50 

Variantes et notes ■ > 1 

Index des noms propres 4> 

Glossaire 44 



LES CLASSIQUES FRANÇAIS 



MOYEN AGE 

COLLECTIOX DE TEXTES ERAXÇAIS ET PROVEXÇAUX 
ANTÉRIEURS A 1500 

PUBLIÉE SOUS LA DIRECTIOX DE 

Mario ROQUES 

Directeur adjoint à l'École pratique des Hautcs Etudes 



Pour paraitre en ipij : 

Philippe de Novare, Mémoires (1218-1243), éd. par Ch.rles 

HOHLER. 

Peire Vidal, CEuvres, éd. par Joseph Anglade. 

Chrétien de Troies et ses continuateurs, Pbrceval, éd. par 

Mary W ili.iams : la continuation de Gerbert de Montreuil. 
Le Coronement Looïs, chanson de geste du xn e siècle, éd. par 

Ernest Langlois. 
Aucassin et NlCOLETTE, chanteíable, éd. par Mario Roq.ues. 
Béroul, Le Roman de Tristan, éd. par Ernest Muret. 
Aspremont, chanson de geste du xii« siècle, éd. par Lolts 

Brandin. 

Gormond Er Isembart, fragment de chanson de geste du 

xii<= siècle, éd. par Alphonse Bayot. 
Pira.mus ET TlSBÉ, pocmc du XII« siècle, cd. par C. DE BoER. 
Narcissus, poème du xn^ siècle, éd. par A. Hilka. 



LES CLASSIQUES FRANÇAIS 

DU 

MOYEN AGE 

COLLECTION DE TEXTES FRANÇAIS ET PROVENÇAUX 
ANTÉRIEURS A 1500 

PUBLIÉE SOUS LA D I R li C T I O N DE 

Mario ROQUES 

Directeur adjoint à l'École pratique des Hautes Études. 

1. — La Chastelaine de Vergi, poème du xm c siècle, éd. 
par Gaston Raynaud, 2 c éd. revue par Llcien Foulet. 

Un volume in-8° de vn-55 pages o fr. 80 

2. — François Villon, OEuvres, éd. par un ancien archi- 

VISTE [AUGUSTE LONGNONJ. 

[Sn volume in-8° de xvi-124 pages 2 fr. 

3. — Courtois d'Arras, jeuduxm c siécle, éd. parEDMOND 

l'AHAL. 

Un volume in-8° de vi-34 pages o fr. 80 

4. — La Vie de Saint Alexis, poème du xi e siècle, texte 
critique de Gaston Paris. 

Un volume in-8° de vi-50 pages 1 fr. 50 

5. — Le Garçon et l'Aveugle, jeu du xm e siècle, éd. par 
Mario Roques. 

Un volume in-8° de vi-18 pages o fr. 50 

6. — AdamleBossu, trouvère artésien du xm c siècle, Le 
Jeu de la Feuillée, éd. par Ernest Langlois. 
Un volume in-8° de xiv-76 pages 2 fr. 

7. — Les Chansons dk Colin Muset, éd. par Joseph Bédier, 
avec la transcription des mélodies par Jean Beck. 

Un volume in-8° de xni-44 pages 1 fr. 50 

8. — Huon le Roi, Le Vair Palefroi avec deux versions 
de la Male Honte, par Huon de Cambrai et par Guil- 
laume, fabliaux du xm c siècle, éd. par Artur Lang- 
1 ors . 

Un volume in-8° de xv-68 pages 1 fr. 75 

9. — Les Chansons de Guillaume IX, duc dAquitaine 
(1071-1127), éd. par Alfred Jeanroy. 

Un volume in-8° de xix-46 pages 1 fr. 50 

«ACON. PROTAT l'HRHK.-. mPRIHBURgi 



I 



nr^íJ i. ^-■7 "' ^"J ^' .T ^ - 



0) O 

G i 

•H P 
CC oí 
-P -H 

•H rH 

cr P 
<a; o 

O T3 



M O nj 

- *■<][ 

3 o) 

•H ^ 



I 



: 



•H 


. 


í» 


* 




•3 




J3 




o 


> 


l> 


O 


o- 


P-, 





UNIYERSITY OF T0R0NT0 
LIBRARY 



Do not 
re move 
the card 
from this 
Poclcet. 



Acme Library Card Pocket 

Under Pat. " Reí. Index File." 
Made by LIBRARY BUREAU 



• 









im 



§*â : *X !